UNIVERSITE PAUL VALERY-MONTPELLIER III
ARTS ET LETTRES, LANGUES ET SCIENCES HUMAINES
L'EVOLUTION RECENTE
DE PORT-GENTIL (GABON)
TOMEI
THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT DE 3è CYCLE
(Géographie de l'Aménagement - Option: Aménagement des littéraux)
Présentée et publiquement soutenue
devant l'Université PAUL VALERY à MONTPELLIER
Par
Monsieur Jules DJEKI
JURY : MM : J. CABOT:
Professeur,
Président
Ch. VERLAQUE:
Professeur,
Rapporteur
A. SAUSSOL:
Maître de Conférences
Assesseur
Docteur d'Etat
5 Novembre 1985

- 1 -
"Aux
miens,
qu'ils
jugent aisément que l'élaboration d'une
telle
étude
méritait
bien
des
sacrifices.
Puissent-ils
trouver
ici,
en
réponse
à
leur soutien,
un témoignage de
gra ti tude .•. "

- 2 -
iI.VANT-PHOPOS
Depuis
les travaux qui se sont déroulés au début des
années
70
à
Talence sur le thème "La Croissance urbaine en
Afrique
Noire
et
à Madagascar" jusqu'aux réflexions sur la
(grande)
ville
Africaine
du
début
des
années
80
à
Montpellier,
nous
avons
pu
mesurer. le chemin parcouru et
saisir
la
portée
du
phénomène
urbain
dans
les
pays
tropicaux. •.
Le
Gabon,
pour
sa
part,
a conçu l'Aménagement du
Territoire
à
travers
l'exploitation
tous
azimuts
des
richesses
minières,
notamment les produits pétroliers. Cela
a
eu
pour
conséquence
directe
la
démobilisation
des
populations
rurales
et
le
gonflement des unités urbaines.
PORT-GENTIL
est
bel
et
bien
l'incarnation
de ce type de
transformations.
Ainsi,
avec
ses
infrastructures
et
sa
population
devenue
cosmopoli te
en
ces
circonstances,
PORT-GENTIL,
à
travers
son site insulaire et ses 800 km de
côtes, est un cas intéressant de géographie tropicale.
,{ous
Gvons
abordé
cette
étude dans les conditions présentées
"J2T
U1.e
ville
tropic2_le,
faite d'af'lale;ames au niveau
du
paysage,
de
l'armature
urbaine, de l'espace en tant
que
tel et de ses occupan:t;s.
Tout
en
introduisant cet éci~lrage dans le cadre de
l'organisation
de l'espace, nous tenons à préciser que c'est
la ,remi~re étude elobale sur Fort-Gentil; par conséquent, elle
exige
la
résolution
d'un
préalable, à savoir que nous nous
engageons sur un terrain qui n'avait bénéficié d'aucune étude

- 3 -
rigoureuse
à
caractère
scientifique.
Cet inconvénient est
renforcé
par
le fait que nous ne disposions au départ que de
données fr::J_[:mentaires et même contrEclictoires, ne é1er::Jettant
pas
une
analyse
objective. Certaines défaillances auraient
pu
être 8vi tées si
la
documentation
s' y était prêtée, et
surtout
si les quelques indications officielles avaient pu être
exploitées convenablement(r).Que le lecteur ne nous en tienne
pas tro=, ricueur ••••.•
Le
présent
travail n'aurait pu aboutir, n'eOt été
la
disponibili té
de
Monsieur
le
Professeur
Christian
VERLAQUE
qui
a bien voulu accepter de
le
diriger. Tout en
lui
renouvelant
notre
reconnaissance
pour
ses
critiques
bienveillantes,
nous ne pouvons oublier de faire mention ici
qualités pédagogiques et humaines qui nous
ont permis de surmonter les problèmes majeurs.
Dans
le
même
ordre
d'idées,
nous
demeurons
sensible
à
l'accueil
qui
nous
a été réservé lors de nos
fréquents
passages
au
Centre
de
Géographie
Tropicale de
Bordeaux
(C.E.G.E.T.).
Que
Monsieur
Pierre
VENNETIER
et
toutes
les
documentalistes trouvent ici l'expression de nos
remerciements, pour nous avoir aidé
à résoudre les problèmes
techniques et documentaires que soulevait notre recherche.
( '
Enfin,
nous
disons
également
merci
aux élèves et
populations de Port-Gentil pour leur ~articipation..•
(r) Il n'est ~rms aisé d'avoir acc2s à certainsclocwnents offi-
ciels concernant le Gabon.

- 4 -
INTRODUCTION GENERALE
Le
développement
urbain
dans
le monde tropical ne
peut
échapper
à
la
sensibilité
du géographe. Fait majeur
contemporain
et surtout phénomène de société, l'urbanisation
a beaucoup marqué l'Amérique Latine, l'Asie du Sud-Est et également
l'Afrique
Noire
francophone.
Mais
il
n'est
pas toujours
facile
de
cerner
le
problème
dans
son
ensemble; chaque
sous-continent
ayant
sa spécificité. Néanmoins, il convient
de
rappeler
que,
d'une
manière
générale,
la plupart des
chercheurs
qui ont consacré
une partie de leurs travaux
à
la
croissance
urbaine
à
travers ces régions sont
unanimes
pour
reconnaître
que
la démographie a beaucoup
influencé
l'évolution
de bon nombre de villes; surtout que,
du
"lOinS80ur l ' i\\frir:'le centrale fr2Dcoll.llOne
qui
nous
intéresse
le
plus,
la
balance
démographique a été rendue
positive
à
cause
des effets conjugués de l'exode rural, de
l'immigration et dans une moindre mesure du croît naturel.
L'évolution
démographique
plus
ou
moins
ininterrompue
de
ces
villes
a
permis
d'élaborer
une
classification
particulière.
3ans
envisager l'analyse des
données
statistiques trop complexes, nous pouvons simplement
distinguer
la
grande
ville (plus de cent mille
habitants)
de
la
petite
ville
ou
ville
secb~daire (inférieure à
cinquante
mille
habitants).
Néanmoins,
cette
vision un peu
"extrémiste" de
la
ville
Africaine cache une réalité, c'est
l'existence
de
la
ville intermédiaire appelée également la
ville moyenne.

- 5 -
Le
Gabon
répond
bien
à
cette
hiérarchisation. A
côté
de
l'impressionnante
capitale
poli tique
et
administrative,
Libreville,
émergent
de
nombreux
petits
centres
urbains,
de
taille
modeste et dont la plupart ont
une