THE5E
l'RlSENTEE EN VUE n[ L 'OlHENTlüN DU TITRE nE
DOCTEUR
DE L'UNIVERSITE DE PAU ET DES PAYS DE L'ADOUR
INSTITUT UNIVERSITAIRE DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE
LAIIORATOIRE DE GEOLOGIE-SEDlMENTüLOGIE COMPAREE ET APPLiqUEE
MENTION: MATIERES PREMIERES MINERALES ET ENERGETIQUES
PAR
Bruno Zeli DIGBEH 1
ETUDE COMPAREE DE LA SEDIMENTATION DE PREMIERS
STADES D'OUVERTURE ATLANTIQUE:
GOLFE DE GUINEE - GOLFE DE GASCOGNE
( Sedlmentologie - Blostratlgraptïe )
TOME 1
:
TEX T E
Soutenue le 7 Mars 1987 devant la commission d'examen:
R. BOURROUllH, Professeur, Université de Pau et des pays de l'Adour •.•Président
G. DUEE, Professeur, Université de Pau et des pays de )·Adour••••••••••••••..Rapporteur
A. KLiNGEBIEL, Professeur, Université de Bordeaux 1•••••••••••••••••••••••••••••Rapporteur
M. A5TRUC, Professeur, Université de Pau et des pays de l'Adour •••••••••••Examinateur
I~. nELOFFRE, Ingénieur-géologue. S.N.E.A(P) Pau••••.••••••....•.•••••••••••••••••Examinateur
- 1987 -

A
GRAND-MERE
DEKIN
Toi qui m'a tant apporté et m'as élevé durant
les huit premières années de ma vic,
Toi qui, la première, as cu la presence d'esprit
et la spontanéi té de conduire mes premiers pas
vers ('école nouvelle maternelle et primaire,
Je te dédie ce mémoire; l'ultime fruit de vingt
et une années cumulées de scolarité.


3
AYANT-PROPOS
Ce travail est le résultat de plusieurs années de recherches et surtout de
vocation.
En effet,
après quatre années d'études à l'Université Nationale de Côte
dl Ivoire
(1978-1982)
et
l'obtention
drune
Maîtrise
des
Sciences
et
Techniques
(Option
Sciences
de
la
Terre).
j1ai
suivi
les
conseils
de
Monsieur Le Professeur
Yvan
de
KLASZ
et
Monsieur
Le
Professeur
R.BOURRDUILH a bien voulu m'accepter comme étudiant et me permettre
de préparer une thèse de Doctorat il PLJniversité de Pau et des Pays de
llAdour. sous sa direction. M. le Professeur R. BOURROUILH m'a accueilli
pour la première fois le 14 Octobre 1982 à l'Université de Pau dans le
DEA
de
Matières
Premières
Minérales
et
Energétiques
dont
il
est
le
Directeur.
Puis après m'avoir suivi avec beaucoup de rigueur et d'intérêt. il s'est
ensuite engagé jusqu'à ce jour, à suivre mon travail pour la préparation
du présent mémoire et me consacrer son temps inépuisable.
Il me fait 11 honneur d'être enCore aujourd'hui. mon rapporteur et je suis
heureux de lui témoigner en
premier,
ma profonde reconnaissance pour
son esprit de rigueur, son intransigeance et toute l'attention portée à mon
travail et
à moi-même ainsi que
son intarissable sens
dlaide spontanée,
éprouvé à mon égard durant mon séjour à Pau.
Je remercie très vivement M.Le Professeur N.ASTRUC, M. Le Professeur
G.DREE,
M.
Le Professeur A.
KLINGEBlEL et M.
R. DELüFFRE. Dr.ès
Sciences, Ingénieur Géologue. qui m'ont fait l'honneur de juger ce travail
en tant que Jury de Thèse.
Que
Monsieur
Yvan
de
KLASZ
voie
ICI
l'expression
de
ma
profonde
reconnaissance pour mon orientation et
mon intéressement
à la géologie
sédimentaire.
Nombreux
ont
été
les
Enseignants
du
Laboratoire
de
géologie
de
l'Université d'Abidjan,
à me prodiguer de sages conseils, à la veille du
choix
ultime
de
cette
discipline
scientifique
;
en
particulier
M. Le Professeur 1. YACE,
M. Le Professeur CAMIL que je remercie très
vivement.
Je
remercie
aussi vivement M.
PH. GUILLOU,
Conseiller Scientifique du
Service
Etudiants
de
l'Ambassade
de
Côte
d'Ivoire
à
Paris
qui,
en
collaboration étroite avec le Service Autonome des Bourses du Ministère de
l'Education Nationale a régulièrement satisfait meS préoccupations, malgré
scs multiples activités professionnelles.
Ce travail a été en partie coordonné par la Société Nationale des Pétroles
de Côte d'Ivoire
(PETROCI)
au sein de lo.quelle.
j'ai pu effectuer deux
stages de recherche, successivement en 1983 et en 1985.

4
Je
tiens
à
exprimer
ma
respectueuse
reconnaissance
à
son
Directeur
Général, M.
Paul AHUI et à mes deux responsables de stages.
MM.
les
Docteurs K .GOUMA et LDIABY pour leur franche et sincère collaboration.
La coordination et l'aide
bienveiUante
de
r..L
R.DELüFFRE,
Docteur ès
Sciences,
Ingénieur
Géologue
à
la
SNEA(P)
à
PAU
tant
pour l'identi-
fication
des associations faunistiques et flonstiques que pour les soins
portés
à la correction des chapitres de Biostratigraphie ainsi que ses
conseils
éclairés me vont droit au coeur,
et m'ont été
d!une capitale
utilité.
Les conseils fructueux de Monsieur M. HAMAOUI, Ingénieur Géologue à la
SNEA{P}
m'ont
franchement
guidé
et
m'ont
conduit
jusqu'à
M. Robert ANGLADA,
Professeur
à
l'Université
de
Marseille
(Aix
en
Provence)
qui,
malgré
ses
multiples
activités
professionnelles,
a
essayé de définir la limite Néogène - Paléogène de la série post-ouverture
du bassin côtier ivoirien dans la région d'Adiake, avec le peu de matériel
micropaléontologique disponible.
A toutes ces personnalités qui se sont dévouées à ma cause, malgré leurs
nombreuses occupations, je réaffirme ma profonde gratitude pour leur aide
constante et bienveillante.
C'est également avec bienveiUance que certaines personnes ont répondu à
mes demandes, à mes questions et à mes souhaits ; qu'il me soit permis
de citer entre autres :
MM et MMes les Enseignants de géologie de Pau et plus particulièrcment
M. Le Professeur Jean DELFAUD, M. Le Professeur G. DUEE, MM. KAZ!
TAN!,
G.THDMAS,
R.SABRIER
et
J.
NEURDlN
pour
leur
aide
et
assistance.
M. Guy POl REL (Technicien-Photographe à la SNEA(P)) a porté des soins
à la rnise en page de toutes les planches du présent mémoire.
M. N'DA LOUKOU, Docteur Géologue à la Peireci, m'a donné de sages et
amicaux conseils dès les premières étapes de mes recherches.
M. Jacques HARRY (Ingénieur Géophysicien à la SNEA(P) m'a guidé dans
l'interprétation des diagraphies différées, en termes sédimentologiques. du
log final de Tiémié 1.
Les
jeunes
amis
J. N KOUAME
et
E .KORE
m'ont
aidé
à
réaliser
respectivcment lcs coupes d'Arudy et de Montory.
M.
Frédéric DIEDRO et Mlle Mavilda JORDAO m'ont été d!un secours ct
d'une aide inouis pendant la traversée d'une période de crise ;
je leur
renouvelle ma profondc reconnaissance et ma sincère amitié.
Mon épouse Micheline KELLY mla apporté beaucoup de joie, de tendresse
et de bonheur dans notre foyer conjugal, ce qui a facilité l'ambiance de la
recherche.
M.
P.ESCOULA et Mmc F.
BENAMOU,
nous ont été d'une aidc et d'une
amitié immenses durant notre séjour à PAU ; je leur réafirme ma sincère
reconnaissance.

5
SOMMAIRE
- DEDICACE
- AVANT-PROPOS
- SOMMAIRE
- LISTE DES FIGURES
- LISTE DES TABLEAUX
- LISTE DES PLANCHES
- LISTE DES ANNEXES
- RESUME
- ABSTRACT
- INTRODUCTION GENERALE
PREMIERE PARTIE: APERCU nE L'EVOLUTION GENERALE nE L'ATLANTIQUE
DEUXIEME PARTIE, EVOLUTION 5RUCTURO-SEDIMENTAIRE DU GOLFE
DE GUINEE.
ILl DONNEES GENERALES
II .1.1 Introduction
II.1.2 Etapes d!évolution du golfe
II .1.3 Conclusion
II.2 EVOLUTION STRUCTURO-SEDIMENTAIRE DU BASSIN IVOIRIEN
Il.2.1 Données générales
II.2.2 Evolution structura-sédimentaire
11.2.2.1 Etapes d'évolution
II. 2.2.2 Essai de réinterprétation de données anciennes
II.2.2. 3 Biostrati~p'aphie résumée
II.2.2.4 Conclusion
II.2.3 Etude de la série marine alba-turonienne du puits Tiémié 1
Il.2.3.1 Données générales
Il .2.3.2 Sédimentologie
11.2.3.2.1 Etude de cuttîng's
11.2.3.2.2 Essai d'analyse séquentielle du log- synthétique
11.2.3.2.3 Identification et isolation de suites séquentielles diagrbphiques
11.2.3.2.4 Equivalent porosité
II.2.3.3 Conclusion ct calage du puits dans l!évolution du bassin
II.2.4 Conclusions sur l'évolution du bassin ivoirien
IL3 EVOLUTION STRUCTURO-SEDIMENTAIRE DU FOSSE DE LA BENOUE
(Nig-eria)
Il.3.1 Données ~énérales
Il.3.2 Etapes d'evolution du fossé
II.3.3 Biostratigraphie résumée
II.3.4 Discussions des termes flulacogène et rift avorté
11.3.5 Conclusions
11.4 EVOLUTION STRUCTURO-SEDIMENTAIRE DU BASSIN GABONAIS
11.4.1 Données ~énérale~
II.4.2 Etapes (]lcvolutîon du bassin
Il.'l.3 Biostratigraphie l'esumée
Il.4.4. Conclusions
IL5 CONCLUSIONS DE L'ETUDE DC GOLFE DE GUINEE

6
TROl51EME PARTIE, ETUDE STRUCTURa-SEDIMENT AIRE DU GOLFE
DE GASCOGNE
III.! DONNEES GENERALES
lII.l.1 Introduction
111.1.2 Situation g60graphique et cadre géologique du Golfe
111.1.3 Concerts d 1évolution du golfe
RotatIOn
Translation
Age du plancher
Subsidence
Dénudation
Poin t triple
Rift avorté
Collision subduction
III.I.4 Distensions successives. anomalies ma
éti lies et dénudation
1II.1.4.
Distensions succeSSIves
111.1. 4.2 Traces d1anomalies magnétiques
III. 1 . 4 .3 Dén udation
111.1. 4.4 Discussion et synthèse structura-sédimentaire
111.1.5 Conclusions
1l1.2 ETUDE DES PELITES ANOXIQUES DE L'ALBIEN SOPERIEUR DE
MONTORY
III. 2.1 Données générales
111.2.2 Sedimentologie de 13 coupe de MONTORY
III. 2.3 Pétrographie sedimentaire
111.2.4 Bioclastes aboservés
III .2.5 Conclusion et séquence paysage
111.3 ETODE DES POUDINGUES ALBO-CENOMANIENS DE MENDIBELZA
IIl.3.1 Données générales
II1.3.1.1 Introduction
III. 3 .1. 2 Historique
111.3.1.3 Cadre géographique
111.3.1.4 Cadre géologique
111.3.1.5 Lithostratigraphie
111.3.2 Sédimentologie et reconstitution de la marge Nord-Ibérique à
l'Albo Cénomanien
111.3.2.1 Sédimentologie des Poudingues de Mendîbelza : levés l, 2 et 3
111.3.2.3 Bioclastes observés
IIl.3.3 Conclusions et eSquisse de séquence paysage
I11.4 ETODE DU FLYSCH ALBO-TORONIEN DO BOIS DO BAGER
JILL! Données générales
III. 4. 2 Etude de la coupe nO 1
IlI.4.2.1 sèdimentologie
111.4.2.2 Pétrographie sédimentaire
111.4.2.3 Conclusion
111.4.3 Etude de la coupe nO II
111.4.3.1 Sedimento]ogie
111.4.3.2 Pétrographie sédimentaire
IIL4.3.3 Dioclostes observés
III.4.2.4 Conclusion

7
111.4.4 Etude de la coupe nO III
IIl.4.4.1 Sedimentologie
111.4.4.2 Pétrographie sédimentaire
111.4.3.3 Bioc1astes obf:>ervés
111.4.4.4 Conclusion
111.4.5 Etudes de la coupe nO IV
III. 4.5.1 Sedimen tologic de la partie inférieure de la coupe
III.4.5.I.l Sédimentologie
III. 4.5.1.2 PetrogTaphie sédimentaire
111.4.5.1.3 Bioc1astes observés
111.4.5.1.4 Conclusion
III.4.5.2 Partie supérieure de la coupe nO IV
IJI.4.5.2.1 Sédimentologie
111.4.5.2.2 PétrogTaphie sédimentaire
III.4.5.2.3 Bioclastes observés
111.4.5.2.4 Conclusion
III. 4.6 Etude de la coupe TI 0 V
III. 4.6.1 Sedimentologie
III. 4.6.2 Pétrographie sédimentaire
III. 4.6.3 Conclusion
111.4.7 Conclusions de l'étude des coupes du bois du Bager
III. 4.8 Analyse semi quantitative, cartographie et diffractogramme
d'éléments majeurs de quelques échantillons des coupes du bois du
Bager
llI.4.8.1 Principe résumé
1l1.4.8.2 Résultats
III. 4.9 Anal se diffractométri ue des ar les des différentes cou es
Ill. 4.9.
nnclpe
111.4.9.2 Résultats
1lI.5 CONCLUSIONS SUR LE GOLFE DE CAS COGNE
QUATRIEME PARTIE: ELEMENTS nE COMPARAISON
DES DEUX GOLFES
ET CONCLUSIONS GENERALES.
- BIBLIOGRAPHIE
- ANNEXES


9
LISTE DES FIGURES
FIGURE 1
Schémas
des
étapes
de
l'expansion
du
plancher
de
l'ocean
atlantique
du Jurassique
moyen
à aujourd'hui
selon SCLATER et TAPSCOTT (1979).
FIGURE 2
Cartes des fractures océaniques
~ abondance (2A) et
prolongements structuraux (2B).
FIGURE 3
Positions
relatives
des
ceintures
climatiques
du
Néocomien au Campanien. In PC de Gracianski (1985)
FIGURE 4
Classification génétique des plateaux continentaux (4A)
et
des
pentes
continentales
(4B)
des
marges
atlantiques selon K.O. EMERY (1975).
FIGURE 5
Classification
génétique
des
bassins
d'après
A . PERRRODON (1977)
FIGURE 6
Schémas d'évolutions possibles d'un rift
FIGURE 7
Cortes de rifts continentaux indiquant les cours d'eau
liés aux points triples (7A) et leur fréquence le long
des zones d'ouverture océanique surtout à Jlapproche
des continents (7B).
FIGURE B
Essai de
schématisation de points triples
(convergent
SA et divergent SB)
FIGURE 9
Situation
géographique
des
bassins
étudiés
dans
le
golfe de Guinée
FIGURE 10
Position relative schématique des continents d' Amérique
du Sud et
d'Afrique.
Avant
(IOA)
et
au moment
du
rifting continental (lOB) au nivenu du golfe de Guinée.
FIGURE 11
Carte
tectonique
du
golfe
de
Guinée
montrant
les
fractures
du
rift médiocéanique et leurs relations au
niveau du golfe
FIGURE 12
Coupes
schématiques interprétatives du stade rift au
niveau des 3 bassins étudiés
FIGURE 13
Coupes
schématiques
interprétatives
du
stade
début
d'expansion océanique au niveau des 3 bassins étudiés
FIGURE 14
Coupes
schématiques
interprétatives
du
stade
"expansion maximale" au niveau des bassins étudiés

10
FIGURE 15
Carte géologique du bassin ivoirien et du fossé de la
Dénoué au stade an té-rift
FIGURE 16
Carte
géologique
structurale
de
la
Côte
d'Ivoire
montrant les grands linéaments du socle
FIGURE 17
Reconstruction
de
l'ouverture
initiale
de
l'Atlantique
équatorial
au
Néocomien
(17 A)
et
à
l'Aptien-Albien
(17B)
FIGURE 18
Différentes
positions
successives
des
points
chauds
lors
des
déplacements
lithosphériques
depuis
le
Kimmeridgien (l8A) jusqu'à aujourd'hui (18D)
FIGURE 19
Reconstruction de l'ouverture du golfe de Guinée,
au
passage Albicn-Cenomanien (19A) et nu Turonien (19B)
FIGURE 20
Essai
de
schématisation
de
l'origine
des
failles
et
directions
transformantes
pendant
l'initiation
des
marges continentales
FIGURE 21
Essai d'interprétation
des
coupes
sismiques
anciennes
en termes sédimentologiques
FIGURE 22
Profils
sismiques
au
large
des
bassins
ivoirien
et
ghanéen
FIGURE 23
Profils gravimétriques au large du bassin ivoirien
FIGURE 24
Schématisation
des
forces
de
glissements
le
long
de
failles listriques
FIGURE 25
Coupes géologiques interprétatives au large du bassin
ivoirien
FIGURE 26
bassin
sédimentaire
côtier
ivoirien
localisation
géographique du puits Tiémié 1
(26A)
et géologie de
surface (26B)
FIGURE 27
Lithostratigraphie synthétique du puits Tiémic 1
FIGURE 28
Résultats
des
analYBes
sédimentologiques
du
Puits
Tiémié 1
FIGURE 29
Représentation graphique des proportions de sédiments
à grains fins du Puits Tiémié 1
FIGURE 30
Représentation graphique des proportions de sédimcnts
à gTains grossiers du puits Tiémié 1
FIGURE 31
Essai de découpage séquentiel du puits Tiémié 1.
FIGURE 32
Localisation et interprétation des suites séquentielles l,
2 et 3

11
FIGURE 33
Localisation et interprétation des suites séquentielles 4.
5 et 6
FIGURE 34
Localisation
et
interprétation
des
suites
séquentielles
7/8,9 et 10
FIGURE 35
Localisation
et
interprétation
des
suites
séquentielles
11, 12 et 13
FIGURE 36
Evolution
verticale
des
séquences
diographiques
répétitives du puits Tiémié 1 (interv. 2700 - 2150 m)
FIGURE 37
Evolution
verticale
des
séquences
diographiques
répétitives du puits Tiémié 1 (interv. 1400 - 650 m)
FIGURE 38
Abaque Schlumberger de conversion du log accoustique
en équivalent porosité
FIGURE 39
Courbe d'évolution
du log accoustique des argiles en
fonction de la profondeur (puits Tiémié 1)
FIGURE 40
Courbe dl évolution du log accoustique des grès poreux
en fonction de la profondeur (puits Tiémié 1)
FIGURE 41
Courbe d'évolution du log aecoustique des carbonates
en fonction de la profondeur (puits Tiémié 1)
FIGURE 42
Cadre géologique de surface du bassin onshore ivoirien
FIGURE 43
Coupe
géologique
schématique
le
long
du
littoral
ivoirien
FIGURE 44
Essai
de
corrélations
lithostratigraphiques
des
puits
Grand Lahou. Tiémié 1, Vitré 1 et Port-Bouet 1
FIGURE 45
Essai de calage de l'étude du puits Tiémié 1 dans la
géologie régionale du bassin ivoirien
FIGURE 46
Représentation
graphique
de
la
lithostratigraphie
synthétique du bassin ivoirien
FIGURE 47
Estimation
schématique
du
taux
minimum
de
sédimentation
dans
le
bassin
ivoirien
et
le
puits
Tiémié 1
FIGURE 48A/48B
Situation géographique du bassin dtAdiaké
FIGURE 49 :
Représentation graphique de la perte au feu dans les
sondages d'Adiaké 521(A), 530(B), 531(C), 532(D)
FIGURE 50
Représentation graphique de la perte au feu dans les
sondages dtAdiaké 54l(A), 543(B),
544(C),
568(D) et
571(E)
FIGURE 51
Représentation
graphique
de
la
calcimétrie
dans
les
sondages d'Adiaké 541(A), 568(B)
FIGURE 52
Corrélations
des
sondages
septentrionaux
Perte
au
feu CA) et lithostratigraphie CB)

12
FIGURE 53
Corrélations
de
sondages
méridionaux
litho-
stratigraphie (A) et perte au feu CB)
FIGURE 54
Corrélations de calcimétrie
entre les
sondages 541(A)
et 568(B).
FIGURE 55
Essai de synthèse géologique du bassin ivoirien
FIGURE 56
Essai de synthèse géologique du bassin ivoirien
FIGURE 57
Situation géographique du fossé de la Bénoué
FIGURE 58
Cadre géologique du fossé de la Rénoué
FIGURE 59
Corrélations
lithostratigraphiques
simplifiées
entre
ln
basse et la haute Bénoué (synthèse bibliographique)
FIGURE 60
Groupe
des
grès
de
Bima
Sédimenttologie
des
formations 1 et 2
FIGURE 61
Lithostratigraphie
de
la partie
inférieure
de
la
série
crétacée de la haute Bénoué
FIGURE 62
Log sédimentologique synthétique des grès de Bima
FIGURE 63
Coupe
stratigraphique
schématique
et
répartition
des
minéraux argileux dans la série sédimentaire crétacée
en haute Bénoué
FIGURE 64
Synthèse
des
données
géologiques
de
la
région
de
Didiya-Lo en haute Bénoué et essai de caractérisation
des stades dl évolution du fossé.
FIGURE 65
Limites
paléogéographiques
de la série crétacé moyen
Paléogène en haute Bénoué
FIGURE 66
Reconstitution de Bullard (1965)
FIGURE 67
Situation géographique du bassin sédimentaire gabonais
FIGURE 68
Cadre géologique du bassin gabonais
FIGURE 69
Chronologie de la marge passive du Gabon
FIGURE 70
Effondrement
initial
entre
les
cratons
Brésilien
et
Ouest-africains
FIGURE 71
Extension de JlEocrétacé limnique au Gabon
FIGURE 72
Coupe géologique du bassin oriental
FIGURE 73
Répartition géographique des dônlcs de sels au Gabon
FIGURE 74
Coupe
géologique
E. \\Ii.
montrant
la
localisation
des
bassins
oriental
et
côtier.
et
j'intensité
de
la
tectonique salifère

13
FIGURE 75
Coupes géologiques interprétatives du bassin gabonais
FIGURE 76
Répartition
stratigraphique
des
Ostracodes
dans
les
bassins
gabonais
et
brésilien
(76
A)
et
dans
le
cocobeach (76 B)
FIGURE 77
Schéma d'ouverture de l'Atlantique Sud et du Golfe de
Guinée
dans
l'hypotbèse
d'un
double
système
transformant
FIGURE 78
Localisation géogrnphique et cadre géologique du Golfe
de Gascogne
FIGURE 79 :
Schéma morphologique du golfe
FIGURE 80:
Profils
sismiques
réflexion de la marge
armoricaine
localisation (BOA) et coupes interprétatives (BOB)
FIGURE 81
Cadre structural succinct du golfe de Gascogne
FIGURE 82
Mouvements possibles de J'Ibérie par rapport à l'Europe
nu Trias
FIGURE 83
Mouvements possibles de l'Ibérie par rapport à l'Europe
au Crétacé
FIGURE 84
Sédimentation dans le golfe au Crétacé inférieur (7A)
au Cénomanien (84B) et au Sénonien (84C).
FIGURE 85
Essai de reconstitution des Pyrénées à l'Albien
FIGURE 86
Zones
de
subsidence
au
Trias
et
grands
traits
structuraux du golfe
FIGURE 87
Zone
de
subsidence
au
Crétacé
et
grands
traits
structuraux du golfe
FIGURE 88
Chronologie comparée des événements géologiques dans
le golfe de Gascogne et sur le continent
FIGURE 89;
Reconstitution de l'Atlantique Nord à l'anomalie 34.
FIGURE 90A/90B
Localisation de la coupe de Montory, répartition des
membres
et
association
de
faciès
de
la
formation
de
Tardets,
et
essai
de
zonation
morphologique
et
géologique de la zone étudiée.
FIGURE 91
Synthèse lithostratigraphique de la zone étudiée
FIGURE 92
Lithostratigraphie succincte de lu région de Montory
FIGURE 93
Log lithologique synthétique de la coupe de Montory
FIGURE 94
Passtlges
de
niveaux
à
éléments
grossiers
dans
une
mudstone à spicules

14
FIGURE 95
Schéma de bioturbation avec recristallisation dans une
micrite à spicules ct lépon ges
FIGURE 96A/96B : Détail de recristallisation mie rite , calcite, pyrite
(96A) et micrite,
calcite,
quartz
(96B) dans et aitpir
de divers bioclastes.
FIGURE 97
Silicification
dlun
débris
de
Rudistes
dans
une
biomicrite à débris d'algues
FIGURE 98
Différenciation matricielle dans une colonie de polypiers
(Hexacoralliaires dans une biomicrlte périrécifale
FIGURE 99
Lentille à imprégnation de matière organique dans une
bîomicrite à algue mélobésiée partiellement recristallisée
FIGURE 100
Phénomène
de
silicification
d'un
thalle
d'algue
dasycladacée
FIGURE 101
Recristallisation
stadiale
:
mie rite ,
calcite.
caldédoine
quartz dans un microfaciès carbonaté
FIGURE 102
Séquence paysage de la régîon étudiée
FIGURE 103
Localisation géographique des coupes de Mendibelza
FIGURE 104
Répartition du groupe du flysch noir et localisation de
la formation des Poudin gues de Mendibelza
FIGURE IU5
LithostratigTaphie régionale du groupe de flysch noir
FIGURE 106
Coupe schématique à travers le massif de Mendibelza
FIGURE 107
Carte
géologique
des
massifs
d'Igounze
et
de
MendibeIza (modifiée de Souquet)
FIGURE 108
Carte de répartition des membres
de la formation
de
Mendibelza
FIGURE 109
Modèle de cône sous-marin proximal illustrant le milieu
de dépôt des Poudingues de Mendibelza
FIGURE 110
Localisation des levers de la coupe de Mendibelza
FIGURE 111
Coupe
des
Poudingues
de
Mendîbelza
lever
na
2.
Synthèse
sédimentologique
indiquant
une
double
zonation et essai d'analyse séquentielle
FIGURE 112
Coupe
des
Poudingues
de
Mendibelza.
Synthèse
sédimentologique
et
essai
d'analyse
séquentielle
du
lever na 3. Poudingues de l\\lendibelza
FIGURE 113
Essai de synthèse pétrographique du lever na 2
FIGURE 114
Poudingues
de
Mendibelza.
Essai
de
synthèse
pétrographique du lever N°3

15
FIGURE 115
Esquisse schématique d'un bloc-diagramme de la marg·e
Nord-ibérique
pendant
le
dépôt
des
Poudingues
de
Mendibeiza
FIGURE 116A/1l6B:Situation géographique des coupes du Bois du Bager
FIGURE 117
Zonation géologique de la région étudiée
FIGURE 118
Lithostratigraphje condensée de la
zone étudiée
(Bois
du Bager)
FIGURE 119
Coupe géologique interprétative de la région étudiée
FIGURE 120
Coupe
schématique
de la
série
anoxique
du
Bois du
nager
FIGURE 121
Description
sédimentologique
de
la base
de
la
coupe
nO II
FIGURE 122
Description
sédimentologique
du
sommet
de
la
coupe
nO II
FIGURE 123
Essai de reconstitution de la marge 3U niveau du Bois
du Bager
FIGURE 124
Synthèse sédimentologique et lithostratigraphique de la
coupe nO 111
FIGURE 125
Représentation graphique de la fréquence (stratonomie
A et des structures internes B) de la coupe nO III
FIGURE 126
Synthèse
sédimentologique
et
essai
d'analyse
séquentielle de la COupe nO III
FIGURE 127
Synthèse pétrographique de la coupe nO III
FIGURE 128
Sédimentologie,
évolution
verticale
des
microfaciès
et
essai d'identification des milieux originels des éléments
remaniés de la coupe nO II I
FIGURE 129
Essai de reconstitution de la marge au niveau du Bois
du Bager. Coupes nO III et IV
FIGURE 130
Synthèse sédimentologique de la coupe EDF (nO IV)
FIGURE 131
Représentation
graphique
des
épaisseurs
des
bancs
(131A) et des structures internes (131B)
FIGURE 132
Evolution
verticale
des
différents
microfaciès
de
]a
coupe nO IV
FIGURE 133
Synthèse
de
pétrographie
sédimentaire
de
la
coupe
nO IV
FIGURE 134
Essai
de
synthèse
sédimentoIogique
de
la
coupe
des
cornéennes de BUZY

16
FIGURE 135
Esquisse schématique de séquence-paysag'c montrant les
corrélations
tectono-sêdimentaires
entre
les
trois
principales coupes étudiées
FIGURE 136
Principales zones de fractures océaniques du Golfe de
Guinée (modifié de I30NATTl et CRANE 1984)
FIGURE 137
Cadre
structuraI de la marge
Ghana-Côte d'Ivoire et
interprétation
du
système
coulissant
d'après
notre
étude
FIGURE 138
Golfe
de
Guinée
interprétation
schématique
de
la
propagation
de
l'ouverture
au
niveau
de
la
Côte
d'Ivoire
FIGURE 139
Coupes-temps de profils sismiques Equamarge
FIGURE 140
Prolongement
des
zones
de
fractures
au
niveau
du
golfe de Guinée
FIGURE 141
Propagation à polarité NNE des transgressions dans le
fossé de la Bénoué
FIGURE 142
Esquisse
structurale
du
supercontinent
Afrique!
Amérique du Sud au moment de l'installation du bassin
salifère du Gabon, Bas Congo
FIGURE 143
Essai de synthèse struturo-sédimentaire de l!évolution
des marges de Côte d'Ivoire du fossé de la Bénoué et
du bassin gabonais
FIGURE 144
Structure
du
rift
Atlantique
avant
ln séparation
des
continents. Fait d'après B ULLARD
FIGURE 145A/145B:Carte schématique de l'évolution de Pouverture du
golfe de Gascogne
FIGURE 146
Esquis~e de séquence paysage de la propagntion de ln.
polarité sédimentaire et des
transgressions au niveau
du Golfe de Gascogne
FIGURE 147
Schéma de comparaison des systèmes transformants et
de bassins induits au niveau des golfes de Gascog·ne
(A) et de Guinée (B)

17
LISTE DES TABLEAUX
TABLEAU 1
Classification
des
roches
détritiques
selon
GRABAU
(1901)
TABLEAU 2
Classification
des
roches
carbonatées
selon
FOLK
(1963, 2A) et DUN HAM (1962, 2B)
TABLEAU 3
Evolution des sédiments et de l'énergie en fonction de
la trolle des grains
TABLEAU 4 ,
Quantification et signification des symboles utilisés
TABLEAU 5,6 et 7:
Essais
de synthèses
biostratigraphiques
du
bassin
ivoirien
TABLEAU 8
Estimation du rapport grains finsl grains grossiers dans
le Puits Tiémié 1
TABLEAU 9 ,
Définition des séquences diagraphiques
TABLEAU 10 ,
Définition
des
taux minima
de sédimentation du puitl-i
Tiémié 1 comparés à ceux du bassin ivoirien (S8)
TABLEAU I l
Fiche
analytique
synthétique
de
13
pétrographie
sédimentaire des calcaires biocla,c;tiques d'Adiaké
TABLEAU 12
Essai d'application des concepts d'aulacogène et de rift
avorté au fossé de la Bénoué
TABLEAU 13
Concept
d'évolution
du
golfe
de
Gascog"ne
selon
LE
PICHON et al 1971
TABLEAU 14
Concept
d'évolution
du
golfe
de
Gascogne
selon
OLIVET et al (1984)
TABLEAU 15
Concept
d'évolution
du
golfe
de
Gascogne
selon
BOlLLOT et al 1982. puis 1985
TABLEAU 16
Synthèse de pétrographie sédimentaire de la coupe de
Montory
TABLEAU 17
Caractéristiques stratonomiques des bancs de la coupe
nC! III
TABLEAU 18
Fréquence
dtapparition
des
structures
internes
des
turbidites de la coupe nO III
TABLEAU 19
Caractéristiques
stratonomique
des
turbidites
de
la
coupe IV
TABLEAU 20
Fréquence des structures internes dans les turbidites
de la coupe 1V
TABLEAU 21
Résultats
des
analyses
diffractométriques
des
argiles
des coupes étudiées dans la zone nord-pyrénéenne


19
LISTE DES PLANCHES
PLANCHE 1
Sédimentologie de la partie inférieure de la coupe des
pelites anoxiques de l'Albien
supérieur de
MONTORY
RN 618
PLANCHE 2
Sédimentologie de la partie moyenne de la coupe des
pelites

anoxiques de J'Albien
supérieur de MONTORY
RN 618
PLANCHE 3
Sédimentologie de la partie supérieure de la coupe des
pelites anoxiques

de J'Albien
supérieur de MONTORY
RN 618
PLANCHE 4
Microfaciès
d'éléments
carbonatés
remames
dans
les
petites anoxiques de l'Albien
supérieur de MONTORY
RN 618
PLANCHE 5
Bioclastes
remames
dans
les
pelites
anoxiques
de
l'Albien supérieur de MONTORY RN 618
PLANCHE 6
Sédimentologie
de
la
coupe
des
poudingues
albo-cénomanicns de MENDIBELZA (levers 1 et 2)
PLANCHE 7
Sédimentologie
de
la
coupe
des
poudingues
albo-cénomaniens de MENDIBELZA (lever 3)
PLANCHE 8
Microfaciès
des
g·rès
paléozoiques
remaniés
dans
les
poudingues albo-cénomaniens de Mendibelza
PLANCHE 9
Microfaciès
de
brèches
et
galets
de
calcaires
jurassiques
remaniés
dans
les
pouding-ues
albo-cénomaniens de MEN ARBELZA
PLANCHE 10
Microfaciès
des
cal CD ires
albo-cénomaniens
des
poudingues de MENDIBELZA
PLANCHE 11
Microfaciès des calcaires albo-cenomaniens à Melobesiées
des poudingues de MEND1BELZA
PLANCHE 12
Microfaciès
des
calcaires
albo-cenomaniens
à
gros
débris
d'hexacoralliaires
des
poudingues
de
MENDIBELZA
PLANCHE 13
Bioclastes
contenus
dans
les
poudingues crétacés
de
MENDIBELZA
PLANCHE 14
Sédimentologie de la coupe de la grange (nO 1) du bois
du Bager RN 618

PLANCHE 15
Métamorphisme
du
sommet
des
pélites
anoxiques
a1biennes du bois du Bager par les spilites
PLANCHE 16
Sédimentologie
de
la
coupe
de
l'EDF
ARUDY
(nOII)
dans le bois du Bager
PLANCHE 17
Détails des microstructures sédimentaires de la coupe
de l'EDF ARUDY (nO II) dans le bois du Bager

20
PLANCHE 18
Microfaciès
(FI)
des
turbidites
calcaires
du
f1ysch
vraconien-turonien inférieur du bois du Eager
PLANCHE 19
Microfaciès
(F2)
des
turbidites
calcaires
du
flysch
vraconien-turonien inférieur du bois du Hager
PLANCHE 20
Microfaciès
(F3)
des
turbidites
grésa-calcaires
du
flysch vraconien-turonien inférieur du bois du Hager
PLANCHE 21
Diagénèsc du flysch du bois du Bager : coloration au
rouge d'Alizarine des microfBciès Fi, F2 et F3.
PLANCIIE 22
Diagénèse
du
flysch
vraconien-turonien
inférieur
du
bois du Hager
coloration aU rouge d'Alizarine
PLANCIIE 23
Diagénèse
des
macrofossiles
du
flysch
cénomanien
supérieur-turonien inférieur du bois du Hager (coupe
nO IV de l'EDF BUZY)
PLANCIIE 24
Diagénèse des tests de Foraminifères (silicification) du
flysch cénomano-turonien du bois du Bager
PLANCIIE 25
Bioclasts
rencontrés
dans
le
flysch
vraconien-
cénomonien inférieur du bois du Bager - Coupe nO III
- RN 618
PLANCIIE 26
Bioclastes
rencontrés
dans
le
flysch
vraconien-
turonien inférieur du bois du Bager (coupes nO III et
IV)
PLANCHE 27
Bioclastes
rencontrés
dans
le
flysch
cenomanien
supérieur turonien inférieur du bois du Bager (coupe
N° IV)
PLANCIIE 28
Bîoclastes rencontrés dans le flysch vraconien-turonien
inférieur du bois du Bager
PLANCIIE 29
Microfaciès
de
la
teschenite
et
des
cornéennes
turoniennes de Buzy (coupe nO V)
PLANCHE 30
Diffractogrammes des argiles des coupes de MONTORY
(1) et de MENDIBELZA (2)
PLANCHE 31
Diffractogrammes des argiles des coupes de la grange
(1) et de l'EDF ARUDY (2) du bois du Bager
PLANCIlE 32
Diffractogrammes des argiles des coupes nO III et IV
du bois du Bager
PLANCIIE 33
Cartographie,
analyse
semi-quantitative
et
dif-
fractogramme d'éléments majeurs (Si,
Ca, Fe) d<:lns le
flysch
vraconien
cénomanien
inférieur
de
la
eoupe
nO 111 du bois du Bager. Ech. Di 72. 1ère plage
PLANCHE 34
Cartographie,
analyse
semi-quantitative
et
dif-
fractogramme
d'éléments
majeurs
dans
le
flysch
vraeonien cenomanien inférieur de la coupe nO III du
bois du Bager. Di 72. 2èrnc plage

Z1
PLANCHE 35
Cartographie
analyse
semi-quantitative
et
dif-
fractogramme d'éléments majeurs (Si,
Ca,
Fe) dans le
flysch
Cénomanien
supérieur-turonien
inférieur
de
la
coupe nO IV du bois du Bager (ech. El ) 1ère plage
PLANCHE 36
Cartographie.
ann]yse
semi-quantitative
et
dif-
fractogrammes
d'ëléments
majeurs
(Si,
Ca,
Fe)
du
nysch
cénomanien
supérieur
-
turonien
inférieur
du
bois du Bager (éch. El - 2eme plnge)
PLANCHE 37
Cartographie.
analyse
semi-quantitative
et
dif-
fractogrDJTlme
d'éléments
ffinjeurs
(Si,
Ca.
Fe)
du
flysch cénomanien supérieur-turonien inférieur du bois
du Bager (éch. Z fin - 1ere plage)
PLANCHE 38
Cartographie,
analyse
semi-quantitative
et
diffractogTamme
d'éléments
majeurs
(Si,
Ca.
Fe)
du
flysch
cénomanien
supérieur
-
turonien
inférieur
du
bois du Bag-er (éch. Z6a - 2ème plage)
PLANCHE 39
Cartographie.
analyse
semi-quantitative
et
dif-
fractogramme
d'éléments
majeurs
(Si,
Ca,
Fe)
du
flysch
cénomanien
supérieur
-
turonien
inférieur
du
bois du Bager (éch. Z 10 - 1ère plage)
PLANCHE 40
CartogTaphie,
analyse
semi-quantitative
et
dif-
fractogramme
d'éléments
majeurs
(Si,
Ca,
Fe)
du
flysch
cénomanien
supérieur
-
turonien
inférieur
du
bois du Bager (ech. Z 10 - 2ème plage)
PLANCHE 41
Microfaciès
des
calcaires
bioclastiques
et
glauconieux
dlADIAKE
(passage
Paléocène-Eocène
du
bassin
sédimentaire ivoirien)
LISTE DES ANNEXES
ANNEXE Al
Géométrie
et
essai
de
caractérisation
des
milieux
de
dépôts carbonatés (EH Aquitaine 1975, 1977)
ANNEXE A2
Description
lithologique
détaillée
des
échantillons
de
sondag-es d'Adiaké (Sud-Est de Côte d'Ivoire)
ANNEXE A3
Mode opératoire de l'extraction des microfossiles
ANNEXE A4
Modc
opératoire
et
résultats d'analyse
par perte au
feu des argiles dlAdiaké
ANNEXE A5
Mode opératoire et résultats dc la calcimétMc
ANNEXE A6
Principe et mode opératoire d'analyse diffractométrique
des argiles


23
RESUME
L'objet
de
ce
travil
est
l'étude
comparée
de
la
sédimentation
de
premiers stades de l'ouverture atlantique au niveau du Golfe de Guinée et
du Golfe de Gascogne.
Après
un
rappel
des
principales
données
océano~;raphiques.
géologiques et
géophysiques disponibles sur le Golfe de Guinée et plus
précisément
sur ID
Côte
d'Ivoire,
le
Fossé
de la Benoué et
le
Gabon,
l'étude s'est concentrée en Côte d'Ivoire sur :
- le forage Tiémié 1 (à l'Ouest), qui traverse sur 2 700 ID l'intervalle
Eocène moyen-Albien.
-
les sondages de la région d'Adiaké (à l'Est).
ayant traversé les
séries du passage Paléocène-Eocène.
La série crétacée de
Tiémié
l,
8
été étudiée plus particulièrement
pour
la
sédimentologie
des
séries
traversées.
L'étude
a
porté
sur les
cutting-s
de
forages,
l'analyse
des
dia graphies
différées
et
leur
interprétation
en
termes
sédimentologiques.
Des
essais
de
corrélations
avec d'autres forages anciens ont permis de conclure que, situé dans la
partie occidentale du bassin côtier,
Tiémié 1 a enregistré l'essentiel des
évènements géologiques connus dans le bassin ivoirien.
En
particulier,
la
forte
accumulation
de
black
shales
au
Crétacé
moyen-superIeur.
l'influence
des
fractures
à
jeu
au
moins
normal,
sattélites de la Faille des lagunes avec subsidence continue et sans seuils,
ni hauts fonds ; l'influence de la polarité Est de l'expansion. marquée par
des sédiments de plus en plus marins vers l'Ouest, et une variation des
environnements ont été mises en évidence.
Le
passage
Eocène-Paléocène de Côte d'Ivoire,
au niveau d'Adiaké
est caractérisé par :
une
sédimentation
sablo-argileuse
avec
récurrence
d'un
niveau
plurimétriques de calcaires bioclastiques (bîomicrite parfois lumachellique).
Ils
sont très
riches
en Ostracodes oligotypiques ;
ce
qui,
en
plus du
caractère très détritique
des niveaux carbonatés,
traduit une influence
continento-Iagunaire
interférant
sporadiquement
avec
des
influences
marines franches.
Les corrélations lithostratigraphiques entre les différents
sondages
ont pris comme éléments les données de la géochimie des argiles. Cet outil
est remarquable mais demande à être développé pour le bassin d'Adiaké.
En conclusion. l'évolution structuro-sédimentaire du Golfe de Guinée
est
essentiellement
contrôlée
par
un
double
système
transformant
transformante Walvis-Rio Grande et Transformante de St Paul Romanche.
Les marges induites par le jeu conjugué de ce système transformant ont
évolué
de
manière
différente
dès
la
fragmentation
du
Gondwana,
au
Jurassique terminal.
La
marge ivoirienne est contrôlée par l'activité transformante du
réseau de frRctures St Paul Romanche.

24
-
Dans les marges avortées de la Bénoué. la subsidence thermique
élevée et la structuration complexe des marges ont été bloquées par la
compression santonienne.
La
marge
gabonaise
est
le
type
même
de
marge
océanique
divergente à structuration plus complexe du plateau continental.
Après
la crise
salifère
de
l'Aptien
supérieur
liée
d'Une
part
au
confinement du milieu et, d'autre part à l'aridité de certaines phases du
climat tropical, le milieu marin s'est de plus en plus approfondi avant la
régression santonienne.
Le
cadre
d'évolution
du
Golfe
de
Gascogne
est
plus
rapidement
présenté dans ce travail.
Les études
de terrain,
complétées par les analyses
de
laboratoire
(pétrographie,
biostratigraphie)
ont
été
effectuées
dans
la
zone
nord-
pyrénéenne.
* Le. sédimentologie des pétites anoxiques de Montory (Albien
supérieur)
révèle
que
ce
sont
dépôts
de
bas
de
talus.
et
que
les
intercalations plus grossières.
certaines calcaires,
correspondent
à des
chenaux profonds.
L'essentiel de
la faune
récoltée consiste en d'ahondants
débris
de
polypiers
provenant
de
l'érosion
de
systèmes
récifaux
constituant
des
hauts fonds (Arbailles, marge ibérique).
* Les conglomérats de Mendibelza apparaissent comme des dépôts de
comblement d'un bassin affamé à
sédimentation chaotique.
Les éléments
remaniés (taille, morphométrie, etc ... ) indiquent un remaniement de socle
et de plate-forme carbonatée tant Jurassique que Crétacée.
Les flyschs du Vraconien-Turonien inférieur du Bois du Bager sont
des
dépôts
de
base de
pente,
d'abord
bréchiques et
à
écoulement en
mass- flow puis de chenaux mieux individualisés au sommet de la série.
L'existence
probable
d'un
point
chaud
sous
la
lithosphère
continentale
à
la
fin
de
la
regression
albienne,
a
provoqué
des
épanchements
synsédimentaires
de
spüites
dont
les
derniers
termes
de
refroidissement (teschéni1es)
sont en intrusion dans le flysch turonien,
transformant à leur contact, ce flysch en de véritables cornéennes.
L'étude biostratigraphique montre la dominance des formes benthiques
corrélatives il une pauvreté en Foraminifères planctoniques, en particulier
au
Vraconien.
Des
spécimens de
Foraminifères
bien
conservés ont
été
décrits.
L'essentiel
des
Foraminifères
benthiques
remames
provient
de
la
plate-forme
crétacée
profonde.
Différents
environnements
sont
reconstitués.
notamment
de
basse
énergie
(Foraminifères
enrobés
de
gangue micritique et associés à des Algues l\\.1élobésiées.
La pétrographie sédimentaire révèle une diagénèse polyphasée Avec
des
phases
de
forte
recristallisation
et
surtout
une
sWcification
importante.
Certaines
phases
diagénétiques
précoce.<=;
sont
liées
à
la
thermicité
manifestée
notamment
par
les
épanchements
volcaniques
sous-marins synsédimentaires.

25
En
resumé,
la
comparaison
des
deux
Golfes,
de
Guinée
et
de
G8scogne, aboutH a un modèle d'évolution comparable
- J'existence de doubles systèmes transformants dont le jeu conjugué
est responsable dans les deux Golfes de la création des marges induites.
-
Les
environnements sédimentaires
bien
que
localement
différents
ont cunnu au Crétacé moyen-supérieur des phases anoxiques comparables,
traduits par le dépôt de masses épaisses de black shales.
Le
dépôt
de
ces
épaisses
séries
anoxiques
de
Mon tory
(3 km
d'épaisseur)
est probablement lié à une subsidence triple:
structurale,
thermique mais aussi par transfrert
de masse liée à J'halocinèse qui se
produit plus au Nord dans le bassin nord-pyrénéen.
Les paléoclimats du Golfe de Gascogne sont au moins tropicaux (zone
horizontale
de
formation
des
carbonates)
et
probablement
même
équatoriaux.
La
migTation
continentale
induit
les
séries
carbonatées
épaisses
crétacées.
Dans
le
Golfe
de
Guinée
(s.1.),
une
halocinèse
provoquant
le
déplacement
des dépôts centres est connue,
notamment
en
Angola.
Les
climats sont aussi un facteur prépondérant dans la sédimentogenèse.
Alors que le paléoclimat est resté essentiellement subéquatorial dans
la
partie
septentrionale
du
Golfe
de
Guinée,
des
climats
arides
et
le
confinement structural permettent le dépôt d'énormes masses salifères au
Gabon.
Cette
sédimentation
qu'on
ne
rencontre
pas
dans
le
Golfe
de
Gascogne
au
même
niveau
est
également
liée
à
lfactivité
de
rides
assismiqucs qui ont dû isoler le bassin Congo-Gabon-Angola.
Un modèle d'évolution comparée des deux golfes est proposé.

26
Major objective of this workiis the comparizon of the sedimentation of
Atlantic
first
openning
stages
in
the
Gulf of Guinea
and
the
Bay
of
Biscay.
Aftel' the remind ot the main oceanographie data avaHable. g'eological
and geophysical,
on
the Gulf of Guinea,
and more precisely,
on Ivory
Coast,
Benue
trough
and
Gabon,
the
study
i5
concentrated
in
Ivory
Coost, on :
-
the Thicmie A driU hole (in the west) which crosses,
on 2700 ID
i. e.. the interval mid-Eocene-Albein .
The borings of Adiake region. in the East. which cross the series
of the Paleocen-Eocene interval.
The
Cretaceous
Tiemie
1 serie
has
been
summsrized
and
studied
particulary for Hs sedimentology.
The
study
i8
concerned
with
the
drill
cuttings.
the
analysis
of
differed diagraphies and their Interpretation in sedimentological 1erms.
Attemps of correlations with other ancient drills allowed to conclude
that,
located
in
the
western
part
of the
coastal basin,
Tiemie
1
hos
enregistred the essential events which occured in the Ivoriun basin.
Particularly, the high accumulation rate of black shales at mid- and
upper Cretaceous ; the influence of fauIts, of which the offsett is at leost
normal.
and
which
are
satellits
of
the
Faille
de
lag'unes,
shows
a
continuous subsidence. Continental margin is peculior, without thereshold,
and no
shoal ;
the influence of Eastern
polarity
of expansion,
marked
towards the west by deposits more and
more marine and cnvironmental
variations allow to show thet
-
The Eocene-Paleocene limit in the Ivory
Coast,
around Adiake is
characterized by :
- a shally and sandy sedimentation with recurrences of plurimetrical
meters of argilaceous and bioclastic lime stone beds (pack stone- wackstone
often shally).
They are often oligotypical Ostracoda rich ; what, overall
of the detrital
charactcr of carbonaceous levels.
expirons
a continentol
and
lagoonal
influence.
interfering
sporalically
with
t rue
marine
influences.
The
Iithostratigraphîc
correlations
between
the
differents
borings,
used
data
of
geochemicAI
of
shales
this
too1
is
remarquable,
but
demands to be developped for the Adiake basin.
In
conclusion.
the
structuro-sedimentary
evolution
of the
Gulf of
Guinea is mainly controled by a double transform
system :
the Açores-
Gibralhlr fractures
zone and the St Paul Romanche fractures zone.
The
margins induced by this conjug"ate transform system evolutcd differently
as soon as the Gondwana fragmentation at terminal Jurassic occurs.
-
The Ivorian margin is controled by the transform actîvity of the
St Paul RomAnchc fractures network.

27
-
In
the
aborted
Denue
margins.
the
high
thermieal
differential
subsidence and the complex structuration of the margin have been blocked
by the Santonian compression.
The
Gabonese margin
i8
the
classical type of divergent accanie
margin with a more complex structuration of the shelf.
Aftel' the saliferous crisis of upper Aptian,
related in one hand, to
the environment reducing and 1 in the other hand, to certain arid phases
of tropical climntes,
the marine environment has more and
more sinked
before the Santonian regression.
The structural setting of Bay of Biscay i5 more quickly presented in
this work.
The sections studies. completed by laboratory analisis (petrography,
biostratigraphy) have been carI"Î.ed out in the Nord Pyrenean zone.
* The sedimentology of anoxie pelîtes of Montory (upper Abian)
shows
they
are
low
escarpment
deposits
and
that
the
more
coarse
intercalations sorne of them calcsI'eous. correspond to deep channels.
The
essential
of
the
harvested
fauna
consists
in
abudant
coral
fragments.
issued from the erosion of reef-systems constituting shoals :
Arbailles, iberic margin.
* The Mendibelza conglomerates appear to be the fill-up deposits of
starving basin
with
chaotic
sedimentation.
The removed elements
(size.
morphometry etc .. )
show
a
removing of shield
and carbonaceous shelf,
ether from Jurassic than Cretaceous.
* The Vraconian-lower Turonian flysch of Bois du Bager are deposits
of lower slope at first,
breccial and with best individualised channel at
the summut of the intervall.
The
probable
existence
of
a
hot
spot
un der
the
continental
lithosphere
at
the
extremity
of
the
Bay
at
the
end
of
the
Albian
regression
has
induced
spilitic
synsedimentary
effusions
which
coolïng
terms (Teschenites) intrude the Turonian flysch, transforming this flysch
in true hornfels.
The
biostratigraphy
study
shows
the
dominance
of benthic forms.
correlative
to
a
poverty
in
planctonic
Foraminifera.
particularly
at
Vraconian. Sorne specimen off weIl conserved Foraminifera are described.
The
essential of the
removed
benthic
foraminferal
cornes
from
the
sha110w
cretaceous
shelf.
differents
environments
of
low
ertergy
(Foraminifera
surrounded
by
micritic
enveloppe
and
associeted
with
Melobesiees AIgae).
The sedimentary
petrography.
shows a
polyphased
diagenesis
with
phases of high
recristallisation and especially an important silicification.
SODe precocious forward diagenetic phases, arc rclatcd to the thermicity
induced notably by the volcanic synspdimentary sub-marine effusions.
ln summary.
the comparizon of the
two Bays,
off Guinea and off
Biscay leads to a comparable model of evolution
the
existence
of
a
double
transform
system
which
conjugate
mouvement is responsible of the creation of induced margins.

28
- the sedimcntory environmcnts even through localy differents, have
known
at
mid-upper
Cretaceous.
comparable
phases
of deposit of hige
series of black shaJes.
Deposition
of such
huge
anoxie series as Montory
(3 km thick)
i5
probably refated with a triple subsidence : structural,
thermie but a1so
halokinetic. due to a mass compensation with an halokinetism which i5 in
the way immediatly North, in the North Pyrenean basin.
Bay
of
Biscay
Cretaceous
paleoclimat es
are
at
least
tropical
(horizontal
zone
of
huge
carbonate
deposition)
and
even
probably
equatorial.
Continental
migration
allows
to
manage
the
de position
of
huge
amounts of carbonates.
In the Gulf of Guinea (s.l.) an halokinetic behaviour of the margin
is
weB
documcnted
and
provokes
the
migration
of
the
depot-center.
particufarly along the Angola margin.
Clîmates are also
responsable for
sedimentogenesis.
Although
paleoclimates
stayed
essentially
equatorial
in
the
septentrional
part
of the
Gulf of Guinea.
arid
climntes
and
structural
reducing allow the deposit of wicJe saliferous masses in Gabon.
This sedimentation absent at a same lev el in the bay of Biscay. is
also related to the activity of the 3sismic ridges which have isolated the
Gabon-Congo-Angola basin.
A compared evolution model of the two Rays is proposed.

29
INTRODUCTION GENERALE
Ce travail est une étude de sédimentologie.
de pétrographie sédimentaire
et de bios tra tigraphie.
Il a pour thème, une contribution à ITétude comparée du golfe de Guinée
et du golfe de Gascoj:!;ne pendant les premiers stades de leur ouverture.
et une approche de Il héritage prerift.
synrift ct post
rift
au
sein de
chacun des deux golfes et donc leur réponse à la divergence des plaques
et la création du plancher océanique.
Compte tenu du matériel disponible, l'étude sera centrée sur la réponse
sédimentaire de ces deux zones, pendant ces premiers stades d'ouverture.
METHODOLOGIE GENERALE
Nous avons utilisé divers outils pour la réalisation du présent travail et
ceux-ci ont varié en fonction des difficultés d'approche que posait chaque
partie du problème.
Une étude bibliographique systématique et thématique a été réalisée sur
l'evolution synrift jusqu'à la
fin de l'ouverture de l'Atlantique Nord et
Sud
et
particulièrement
au
niveau
des
deux
golfes,
l'essentiel
des
documents
m'a
été
fourni
par
le
service
de
la
documentation
de
la
SNEA(P) .
Deux stages pratiques œétudes sédimento]ogiques ont été effectués sur les
sondages d'Adiaké (1983) et Tiemie 1 (1985) à la PETROCI pour illustrer
un exemple d'évolution régionale du bassin côtier ivoirien dans le golfe de
Guinée.
* L'évolution du golfe de Gascogne a été npprochée par des études
sédimentologiques de terrain dans le bassin nord pyrénéen.
L'étude sédimentologique a porté :
1 -
Sur
l'analyse
séquentielle
des
séries
carbonatées
de
faible
profondeur.
2 -
Sur des séries de type anoxiquc (black shales).
3 -
Sur des séries gravitaires de type flysch
L'étude de pétrographie sédimentaire
a porté sur les éléments remames
d'une
part
dans
une
serie carbonatée
de faible
profondeur du
plateau
continental
et
d'autre
part
dans
une
série
silicoclastique
carbonatée
profonde (pente-bassin) avant de comparer leur étude diagénétique.
Pour
l'étude
biostrntigraphique,
nous
avons
recherché
à
partir
des
éléments carbonatés de la marge et remaniés dans les dépôts gravit aires
de type flysch :
1 -
il reconstituer les biotopes du milieu carbonaté de faible profondeur
grâce à l'identification et l'étude des associations faunistiques,
2 -
il reconstituer les environnements ct leurs assemblages en séquences
paysages.

30
Un essai de reconstitution de la marge appuyée sur ces données a permis
de préciser les diffcrents faciès œouverture, de formation de la marge ;
réalisation du système marge-pen te-bassin et de proposer des séquences
d'évolution du pl8teau continental.
En conclusion, l'évolution géodynamique dans les deux golfes est comparée
sous le triple point de vue
évolution structurale syn à post rift
évolution du cadre climatique
évolution des apports sédimentaires
Les
divers
aspects
abordés
composent
les
différents
chapitres
de
ce
mémoire.
METHODE D'ETUDE PRATIQUE
Le caractère gravitaïre des formations au sein desquelles toutes les coupes
ont été exécutées dans les Pyrénées. impose une même méthode d'étude
qu'on peut résumer de la façon suivante :
A -
SUR LE TERRAIN
1 -
Une esquisse générale de l'évolution stratonomique est établie.
2 -
L'analyse de chaque dépôt gravitaire précise :
le rapport matrice éléments
la granulométrie en utilisant la table de GRABAU (Tableau 1)
les
structures
internes
(nature
et
épaisseur
des
intervalles
de
Bouma, variation de ces intervalles, évolution de la matrice etc ..
les structures
et
figurcs
de
base,
chenal,
érosion,
figures
de
charge. bioturbation etc ..
son contenu fossilifère
un échantillonnage, serré ou non en fonction de l'intérêt VIse
l'évolution
dia génétique
perceptible
nature
pétrologique,
cimentation ..•
3 -
La
minute
de
terrain
récapitule
l'évolution
stratononique
et
lithostratigraphique de la coupe.
B -
AU LABORATOIRE
Les analyses ont essentiellement porté sur la pétrographie sédimentaire
1.
Pétrographie des carbonates
Nous avons utilisé d'une
part la terminologie classique ùe FOLK
(1953)
pour caractériser les constituants alloehinliques (leur inventaire complet)
et
orthochimiques
(nature
chimique
du
liant)
et
d'autre
part celle
de
DUNHAM (1962) pour inùiquer l'énergie probable de dépôt (Tableaux 2 et
3).
Quelques
analyses
très
locales
de
eertains
échantillons
ont
pu
êtrc
réalisées dans la mesure de nos moyens : analyses diffractométriques des
fractions
argileuses
aux
rayons
X,
analyse
semi-quantitative
et
cartographies
d'éléments
majeurs
au
mieroscope
électronique à ba1ayag'c
(M.E.B.J.

31
ROCHES MEUBLES
ROCHES CONSOLIDEES
Nature possibles
des éléments
Dimension des
Nom des
Types
Nature
éléments
éléments
Eléments
Eléments
Parti-
du
(STRAKHOV)
prédominants
accessoires
culiers
ciment
100 mm
Brèches
Calcitique
(éléments
siliceux
Galets
Quartz
Cong10
angul)
mérats
Poudingues
do 1omit; que
éléments
ferrug; neux
arr.
_ID mm
Fragments
de roches
Feldspath
Grés felds
Grès
Dathiaues
Graviers
diverses
gros-
Feldspath
5 iers
_
1 mm
> 25 %
Arkoses
Micas
Grès mlcacés
Sables
Quartz
Grès
Alios
Quartzite
Grès calcaire
Grès dolom.
_
0,1 mm
Aleurites
Quartz
Micas
Aleu-
ri tes
_
D,Dl mm
Minéraux
Quartz
argileux
Pas de
Pe lites
Minéraux
terme
Quartz
argileux
Argil ites
généra l
Tableau 1
Classification des roches détritiques d'après GRABAU (1901)

32
ROCHES
.~'.'" "c.U1ll1
roc""
o,oç
.
CAft80NATtU
'"'~
"' .
" ml"nJ.-'
~--;:::""'·,,·~.."·'i·r'-'·-:''':·~~---+---'''',..,·..=-:·:-:<c:'',·'----I
1------;:::;-;-------1
<:Iill.11 'cuio"
'v... ,
,
T"'"
1
T
'
'"'"~
TV"'
M. "
FOU;
'''''..,....... ,
..
....
10011. . .
..........
."
..
n959 1
,f; e.'
"' I."."'... +-...:_....,
'·01 ........
,,,........ ~._ 10,_ '
~_
""fi

. . . . . . . . . . )
..l i
'
1
-
'",.._........ .
.
.. .... t. ~
! ", "
>IUI
" .
,
..

-.1
_ ••.:'~
! ............
~ ;,
""'''>111
h
".

1........
i
,
!
! : r'-"r'-','''-'-''-··'t-cc·-·c·c·c··_-,·_-c-,-=_··..••
i 1--":""''''''--1
, .
f ';
~;
.,
".
tI
'c"""'''.
·1 _'C",.
~
,
1
- : "', ..,L":·'·"c·c··":"'--+_:"'-=':"":':'__I~ .....,,'~..
i~
r
~
~-
, •

.; ,'<1<,
• r--
.. ~ l:
J,' ~ ~ !
f--.-'------"-t--.-.---",',',"-'-'--j ~ 1 .....~,.
-,h i
-.' -
! 1<1
.~ ",.
! i ••"•••
,
(A l
~-
--
......
"'''''10
PACK$fONE
GRAWoI$TONE
:> \\Q'Io
W,t,CkESTOf«
-
........ t.
(B)
<: 1010
MUOSTOI'(I
1 able au 2
ClassiriC'lllion des roC'he" carbonulée" d'après rOlK(196J, A )
el DUNHAM(1962, A).
FOLK
DUNHAM
SEDIMt:NT.
ENERGIE
1;:-
..
\\:~
-
\\ Micrite
Mudstone
\\.fase
' l
R
0'
,-"
~
,
"
FaibLe
,-
%,
"
Mi-cro-
~'
WACKtl'lJNE
"
Vasf:'
R.
"~
~
a
~
"
'J
,"'ab7~euse
FaibLe
modéré
"
~
spar~te
FAC,iCSTCNE
'"
,
"
'>
0
ii-I
",-
0,
R
,
"
8acîe vase,'.l.J::
"
0
""
0 ,
~
0
.SOŒY'·[te
~
fa!; te
..
+
CRAINSTCNE:
of-
Tableau J
rvolulion des sédiments el de l'eneryie en lonetioll de la laille des grains
(modifié de NDA.1984)

33
2. Pétrographie des grès
La mêthode de laboratoire consiste à partir de chartes visuelles,
à
dêterminer le pourcentage d'éléments par rapport à la phase de liaison.
La nRture des éléments de la matrice.
ainsi que celle du ciment et
son
degré
de
cristallinité
sont
ensuite
établis
avant
un
essai
de
nomenclature qui précisera les observations de terrain.
3. Micropaléontologie
a -
D'abord un inventaire complet des microfossiles est dressé,
b
- puis une quantification (Tableau 4) est proposée à l'aide de
certains termes (rares, nombreux. etc.) repris dans le texte.
TERME
eBREV lA TION
SYMBOLE
NOMBRE DE DEBRIS DANS LE
CHAMP DE LA LOUPE
Très rare
-
1
à ra re
TR à R
1 à 3
Assez présent
AN
(j
4 à 12
Abondants
N

12 - 20
Très nombreux
ou
TN
-
) 20
Très abondants
Tableau 4 ; Quulltilicalion e! sigrtilir::ation des symboles utilisés.
c. Des lavages ont permis d 10bserver des formes dëgag·ées à la loupe
binoculaire.
d. Sur certains échantillons, nous avons recherché des Nannofossiles
calcaires au lI,ŒB (études rénlisées à la SNEA(P).
N. B. : Pour les données biostratigraphiques extroites de la
bibliographie, une mise à jour a été faite par R.DELOFFRE, et les
âges absolus ont été calculés à partir du tableau de G.S.ODIN
(1982)

34
Ces études de terrain et de laboratoire ont permis de réunir les divers
critères
(biologique,
dynamique et physico-chimique)
de caractérisation
des milieux
de
dépôt
(tels qu'ils ont été
définis par ELF
AQUITAINE
(1977) (Annexe Al).
Ces différents critères permettront de retracer l'histoire géologique des
sédiments en particulier leur provenance,
leur mode de transport,
leur
environnement
de
dépôt,
et
leurs
transformations
diagénétiques
ce
dernier aspect fi été étudié par coloration d'une partie des plaques par
une solution diluée de sulfonate rouge d'Alizarine.

35
PREMIERE PARTIE: APERCU DE L'EVOLUTION GENERALE DE L'ATLANTIQUE
Depuis
TAYLOR
(1908)
et
WEGENER
(1912).
Phypothèse
du
mobilisme crustal ct de l'ouverture de l'Atlantique a
été petit à petit
conforté et apparaît à présent comme un fait établi.
Les stades d'évolution de l'Atlantique sont devenus des holotypes.
utilisés
:lutant
en
recherche
fondamentale
(par
exemple
sismostrn-
tigraphie,
VAIL
et
ul.
1976) 1
qu'en
recherche
appliquée
(recherche
pétrolière EMERY 1980).
De nombreux chercheurs ont
tenté
de reconstruire l'évolution
de
cet
océan
en
établissant
des
modèles
cinématiques
(BULLARD
et
nI.
1965)
basés
par
exemple
sur
les
notions
de
paléomagnétisme
(FRANCHETEAU 1970, 1983) et de point chaud (MORGAN 1911).
A la suite de ces travaux,
des synthèses et des modèles partiels
ou
généraux
de
plus
en
plus
précis
ont
été
proposés
par
d'autres
auteurs:
KEEN
et
KEEN
(971);
LE
PICHON
et
HAYES
(1971) ;
FRANCHETEAU
et LE PICHON
(1972) ;
MASCLE
(1976)
;
RABINOWITZ
(1976),
DELTEIL
(1977)
;
M.POULET
(1977)
A.PERRODON
(1977),
NEUGEBANE
ct
al.
(1978);
BOiLLOT
(1983)
,1.
SCLATER
et
al.
(1983); JL. DLIVET et al. (1984).
Ces
divers
travaux
ont
abouti
à
la
distînction
de
trois
grands
types de marges
:
divergente (stable),
convergente,
transformante et
ont apporté une meilleure connaissance de l'histoire de l'Atlantique.
On sait aujourd'hui que l'ouverture de l'Atlantique s'est effectuée
de façon épisodique et non synchrone suivant ~es latitudes (figures lA à
ID. Au Nord, le rifting initial plus précoce (EMERY et al,1975) est daté
du Permo-Trias, au moment de la fragmentation de la Pangée; au Sud,
ce rifting est plus tardif et date du Jurassique supérieur (non précisé
sur ces figures).
L'expansion
océanique
atlantique
et
le
début
de
la
séparation
effective des masses continentales date du .Jurassique supérieur au Nord
tandis qutelle débute au Crétacé inférieur au Sud.
Cette séparation a été largement contrôlée par la divergence des
plaques
(EMERY
1975;
E.
BLAREZ
1986),
mais
également
par
les
mouvements
de
translation
pure
le
long
des
failles
transformantes
affectant parfois le rift média-océanique (figures 2A et 2B).
Pendant
et
à
la
suite
de
cette
séparation
crus tale •
des
zones
potentielles de fortes accumulations sédimentaires (EMERY et al .• 1975)
se sont créées.
Cette sédimentation va être soumise à des influences aussi bien de
la tectonique, du climat (fig.3), des variations eustatiques globales, que
de la distribution des courants de fonds.
épisodiquement contrôlée par
les oscillations des
rides
as sismiques ayant
parfois servi,
de barrière
morphologique à la sédimentation (figures 1C, ID et 2B).

36
A
J
-~,
-/,
c
o
rig. 1
5chém8~ des étapes d'expansioll
du pliJl,cher
de l'océan allanlîque
au Jut;~ .... ique moyen(A), au Crétacé
inléJieur(B). au Sénonien(Cl, el
~ j'Acluel(D) d'aplh TAP5CQTT el
Sel AHR. (1979).
-........
E

37
l

Alblen superieur
CENOMANlEN
Albien Inférieur
""eoco m1en
1
\\,.,
\\
'f
- ~-=-
--- "o1-a""
~
.
~
,
;;:
.'f"?J
bu:,,:::'-.JL'-.jit;:;;;.
'-
c./~... ~
..LW J'
.
"
:'C" \\'.1
méritain .~i'., ' wJ'~·
~'''-~"=:'
(=~.:;"= ,;i"'ë-?---~'
·t ,,:r·"Z--~-i·:/:--~~
I~__ mr-=
p . .
,~Bi'''''" WA{,'''I,;----:J-
-
..
CD
-~ ..
c,
~
~ \\':- -=-\\.
.....--
==t"'.,~a~indu -
ij B,',,'Ao,01, --;.il
-<-
r. .....,.
.,.;--
/ /
ufan<ll!~~"
L~
,\\\\0
,.'" 'l'{"
'"
••
/ '
."
COI "CIJu,
t..-" "'O~ll
taOL' '''O~LI: conocron
~S~~:i-:?~-J(-walv\\s-R\\~<};~-~
..
(
• __ a~S~If~dUC;P
--- - . /
... ----',....,----
-r ...u '''~H( c.uocrou.
campanie"
Contacren
limite Cénomanlen.Turonien
r ig. J : Positions relaLÎ\\les des ceÎllturc~
\\
~
.. \\
\\
\\
dimalîques du Nêocomien au
.J
Campani .. n d'près le .. rêcer;h
tl\\lilUll de f . Blosse Pot al.
aill .. i
que les résulLats des campagnes
Geowes dans \\' Atlantique ill
p.C. de GraCÎallski(1986).
'-
,,-
>-
.'
--

39
Mais l'un des facteur~ dominants reste l'apport sédimentaire qui a
permis à des auteurs (WALCOTT. 1972 ; BOILLOT. 1983) de différencier
les
marges
nourries
(sur
lesquelles
la
progradation
sédimentaire
s'effectue vers le large durant toute l'histoire géologique de la marge) et
les marges affamées (où la pro gradation sédimentaire est lente ou nulle).
En fonction de la nature des mouvements tectoniques initiaux qui
les ont créés,
puis de leur évolution.
différents types de plateau,
de
pente et de glacis continentaux ont été définis à l'échelle globale (EMERY
et al.
1975,
figures 4A et 4D.
A.PERRODüN
1977. fig.
5)
ou régional
(C.POMEROL 1977).
Le mécanisme de la formation d'un golfe est également bien connu
et semble étroitement liée à l'évolution des fossés d'effondrement à trois
branches.
En
nous
inspirant
des
données
bibliographiques,
essayons
d!illustrer schématiquement (figures 6A à 6C) l!évolution structurale et
sédimentaire
des
fossés
d'effondrements
(rifts)
à
trois
branches
a
l'origine de l'ouverture atlantique.
Ces
différents
schémas
indiquent
qu'à
partir
de
fossés
d'effondrements
intra-continentaux
à
3
branches
Ri,
R2
et
R3
(fig. 6A), deux cas de figures d'évolution se présentent :
1er cas
: Une expansion du plancher océanique s'effectue le long
de chacune des branches (Ri, R2 et R3), sépare les blocs A E et C et
crée les marges océaniques divergentes Ml,
M2 et M3
(fig.
6E)
ex
:
Atlantique Sud.
2ème cas
Seules
les
branches
Rl
et
R2
évoluent
en
zones
d'accrétion
océanique
tandis
que
R3
reste
fermée
(ou
avortée)
et
constitue une sorte d'aulacogène (fig. 6A).
Les marges 1\\11 et M mixte
vont subir une évolution totalement différente
- la marge 1\\11 est une marge divergente classique.
- la marge M mixte du fuit de l!avortcment de la branche R3 va subir
l'influence
de
l'aulacogène,
en
particulier
l'apport
sédimentaire
au
débouché du rift avorté va être plus important et largement contrôlé par
celui-ci .
C'est ce deuxième caS d'évolution qui aurait très vraisemblablement
donné naissance à la plupart des golfes actuellement connus le long des
marges atlantiques (Golfe de Gascogne, où le rift avorté correspondrait à
l'aulaeogène du fossé nord pyrénéen
; le Golfe de Guinée avec un rift
avorté : le fossé de la Bénoué ; le Golfe du Labrador : la vallée du Rhin
et
ses
rifts
associés
le
Rio
Grande
le
Rift
d'Oslo
le
Rift
d!Athapuscow et de Bathurst (figures 7A et 7B).

40
~
' 0
z
I~
r~
I~ 0
~
-s'
1
~
,
, n
, ,,
", ,
0
, ,
, ,
" ",
0
,,-,
~~~,
~
0
~
,
~.
3
, c0
"
~
~
0
0
, ,
, ~
", ,
, "0,
"
~
c
,
c
0
r. ,,,
~
, ,
"" 0
• ,•
~ c
,
0
~
,
~
~
:<
1
~
0
,
,
"
-< ~
0
,
/
,
,
,
/ .
~..
~~.
'-------~-----------------

"'ER RoucH
1
,
a""OLI
".
1 ,A~AR$
GOLfE 0'''0[''
l _·'O"~"l
,.."'? ~,n ", .
",
t''''ORIE
,R'"
Ct NOUVelle-ECOSSE
• J
.,RI" Ou CO"NEC"CUT
'R'" DE NE""""'"
:{:' , R'"00
<;; ......0
IANe
""'-{1:
.DE
"
,.-
~<:.
".R"CAIBO
:. " .
RH
~.;. \\
Ol'.u.... 'u
~
R'"
DE
sAo LU'~
,.
R" ,
",H Ou ".ao..
Dl RECO.. c.o.\\lO
'M''l 01'. lU.....O.
A
_ _ _ 1
rig.SCarLcs d,"~ rirts mOllLra"l:
A: h~$ cOlin d'eau importants pouvant être liés aUll:
"
points triples au nh.-eau de la Pangea. selo11HAY(1981}
,,
B: LeUT fd'iquellce le 10(1g de'i zones d'ouverLure océanique
,
l,urLouL à l'approche des continents.
B
-'
1 -
J

CLA,'èrJFICATI(i,'Il GENETiQUE DES BJ1SS1NS (A. PERh'O[ii]N, 1':-'
Bassins des aires
staDles O~ intracra
Bassir.s des aires mobiles
toniQu€s,ex.
TCHAO
1
Bassins d1effondrement
Bassins d'avant fassp. et
d'arcs
insulaires
N
1
~
l i € 5 3 des zones de di~ergen
Liés à des accidents
tra~.SVer5es
Mlogeosynçlinal
Fossé:; de t.yn'
" ; ORENDQUE
arcs insuhir'€s
SUSANDIN
A~ec graben ,imo!e, ".
IntracDntirenta~~
MER DU NORD, F[lSSf: OU
". ; CAlIFORNIE
RH IN
r îg. 5: Classification
Avec graben intermédiaire
~vec marges océaniques
gëm'!liqllC des
ex. -: MER ROUGE
e.' . Il'nANA-COTE 0 'IVOIRE
bassins d'après
fOSSE DE LA BENQUE
PERROOON(1977).
- Avec mar~e oréanique
et: GABON,
BRESil, ANGOLA

R
,
1
Plaque A
pl.ù.que B
1
1
2ème cas
-
,
R
....
----
R
Fl.i1que C
M
q
"
"
10A
lOC
"
'"~N
lOB
fig. 6 : Schémas d'évolution possibles
~
R
1
1
d'un rilt:
A. Une masse corllînentale est rrarturéc
Plaque A
PLaque B
suivanl J branches R
R
R
au rHt5;
deuil cas de figures se présentent:
"
.~.
";0
13: l'ou'tlerlure océanique arrecte tou .. les firts
et 3 marges divergentes Ml, M2 et M'
en dérÎvent.
c: Seules les br<lnches R 1 el R2 évoluenl en
marges divclycntes Ml el Ml; Ml
avorte pour donner Ui\\e marge mixte.
~,..
Plaque C

44
Les
différents
cas
de
figures
ct 'évolution
géodynamique
de
ces
bassins
d'effondrement
à trois branches nous permettent
de distinguer
deux types de points triples :
1. Point
triple centripète
:
(figure
SA)

l'expansion
océanique
évolue vers le point triple comme l'ont d'ailleurs fait remarquer DELTEIL
1977. CTITIltTILLOT et al. 1983).
Ex.
- Actuel delta du NIGER
- Jonction entre golfe d'Aden, Mer Rouge et fossés Est africains
2. Point triple centrifuge
(figure SB)
à partir duquel se propage
l'expansion océanique.
Ex.
: Point triple du rifting initial de PAthmtique Sud et probablement
central
Nous
remarquons
par
ailleurs
que
les
rifts
avortés
sont
exclusivement liés au premier cas de fig'ure.
Toutefois. la forme en coude généralement observée dans les golfes
dépend selon COURTILLOT et al. (1983) de l'hétérogénéité des roches de
la zone dite de résistance,
au niveau de laquelle s'opère la séparation
crus tale
finale
et
constituant
le
point
triple
que
nous
avons
baptisé
centripète.
Par
ailleurs,
même
au
niveau
de
la
zone
amincie
constituant
désormais
une
cicatrice
(C.
B URSHFIEL,
1983)
dans
le
continent,
la
tendance à l'ouverture au niveau des zones transformantes (s.s) crée des
bassins
d'extension,
ou
l'pull
a
purt
basins ll •
(J.CROWELL,
1975;
E.BONATTI et al 1984).
Les golfes de Gascogne et de Guinée sont ici comparés du point de
vue structuro-sédimentaire en particulier pendant les premiers stades de
leur ouverture.

45
A
f iy. 8
l~sai de ~l:'hêmilli511ljnn d'un point tri.. l., <:oll\\'clqenl (A)
lx. Actuel delta du
Nigel
B
ri Il- B :! ~"ili ct~ ".chémati'>atÎcm d'un point lIivle diverqent
El(.
Rift
injliill de l'Atlaulique Sud et
Central.


47
DEUXIEME PARTIE
EVOLUTION STRUCTURO-SEDIMENTAIRE DU GOLFE
DE GUINEE
Il.l DONNEES GENERALES
11.1.1. IntroductioIl
Nous avons
signalé
(chapitre
précédent)
que
la
physiographie
actuelle du Golfe de Guinée est caractérisée par un réseau de fractures
océaniques
(transverses
à
la
dorsale
atlantique)
depuis
la
'Zone
de
fractures St PAUL au Nord, jusqu'à Ste HELENE au Sud (fig. 2A).
La création et l'ouverture de ce golfe sont donc étroitement liées
à l'histoire atlantique et les données nouvelles nous permettent d'affirmer
que cette ouverture est faite selon la théorie de l'évolution d!un point
triple
(actuel
delta
du
Niger)
vers
lequel
auraient
convergé
les
ouvertures
de
l'Atlantique
Nord
et
Sud,
et
une
branche
avortée
qui
constituerait l'actuel
aulacogène de
la
Benoué.
La
figure
9 indique la
localisation
géographique
des
différents
bassins
dont
nous
allons
synthétiser l'évolution struturo-sédimentaire.
En retraçant l'histoire géologique régionale de ce golfe, il nous a
été possible de faire ressortir les caractéristiques de son originalité. Nous
envisageons ici, de passer en revue l'ambiance géologique anté-rift (phase
0)
l'évolution
rift-marge
(phases
1
à
4).
Chacune
de
ces
phases est
comparée
à
la
fois
aux
modèles
de
W. W.
HAY
(1981)
et
de
BOILLOT
(1983) .
11.1.2.
Etapes d'évolution du golfe
* Phase O. Stade anté-rift
La
Pangée
comportait
des
cratons
consolidés
depuis
le
Précambrien
et
des
ceintures
orogéniques
ou
zones
de
faiblesse
qui
entourent ceux-ci (fig. 10A).
Avant la fracture du Gondwana au niveau du golfe de Guinée,
le
socle
est
reoté
émergé
du
Précambrien
au
Jurassique
terminal
(429 Ma).
Dans
les
dépressions
épirogéniques
de
ces
ceintures,
les
premiers
dépôts
constituant
les
séries
sédimentaires
continentales
et
lacustres de base datent du Cambrien en Afrique du Sud et du Silurien
au Gabon.
* Phase 1. Rifting continental
La
figure
lOB
indique
que
les
fructurations
continentales
(rifting) convergent vers le point triple (A).
L'oulacogène de la Benoué
étant dans le prolongement structural des zones de fractures