,',,'
'
_r;
f"~
~:'I,....
,'4jJ,~
' l , '
',";
; i.'
~;': ~;~l'r',,):?~~~(:~)"~f''~','~' " : ' ,
, ,~'''''~~\\~~'~~'*1 . :~,j.
, 7
-:;,."
Q.;,
"
Of-.',','"
5, '?$:,:L,'it-.' # $ ,~-'7''''
_, tfrwllbf.,+w,t}ilît1f'ti*h,ittefttièWittttr:... 'mtrm"·t;,."Whii'ltitttbàl' X . 7 't't'd*h*'%1t .tem '*i! 1 :t:
'H'."'t' $,.
!
l'
.<'~.':.i.:'_

i~:

UNIVERSITE
DE
DAKAR
.•
FACULTE DI;S LETTRES ET.. SCIENCES HUMAINES

DEPARTEM.ENT
D'ARABE
.."
,.., f
.. ...

'
..
" .
". r
r ''
.....
-. ."
......

.' .,",,-,
~
',',~
·,' .. r >
·
-
("
! '
i
J
L'ISLAM
L'ISLAM: AU
SENEGAL
"
THE S E -
SE' DE
DOCTORAT DE TROl51EME
CYCLE
Présentée par
El Hadli
Ravane
MBAVE
ANNEE
UN
1975 '. 1976
a,
....,.....
.~.UN
1975 '. 1976
"

WW.'#tti"tie,§ihlititt:fitfsrmWîHtrètKt*ilW'rtt. 'Stl ft ni 'hnitîhri1!:!'O'HiMtfst"tn t:YXid' ''twtiltHtrir....iWH• ..,«lnm..·' .~,' ~;
TABLES DES ~TIERES
,. ,
'j
WlTIERES
~
-=-=-=-
NTRODUCTION •••.
. . •'.•••••••••••••••••••••••••••••.••••••••••
. . . . . . . . . . • . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . page
,1
page. 1 ~
a 12
,:"
REMIERE PARTIE - RAPPEL HISTORIQUE •.••••••••.••••••••••
•.•.•.••••.••••...•.•
13 ~à 125
~APITRE PREMIER: LA PENETRATION DE L'ISLAM EN AFRIQUE.
13 ~à 36
"
AI La vie religieuse en Berbérie
Berb€rie ••.••••••••..••.•
•...•..••.•......
16
"
BI La fondati on
fondation de Kai rouan
Kairouan •..•...••••••.•.••••••
...•........•....•.••.
r;
18
cl
C1 L
~h
';h
..•
.• •
B
b'

L e ~ ar~J~sme en
er er~e ••.••.••••••••••••••
......•...•....••.•.
21
r'
1
!
DI Les luttes doctrinales •.•••..••.•.• ,•••••.•.•.
','"
.
26
1} Le Sunnisme ou les écoles
€coles
juridiques .••••
...••
27
1
Il
2} L'essor du Malékisme
Mal€kisme
•••••.•••....•••.•.•
.............•.•....
29
1
1
1
3} Les facteurs de cet es sor
essor •••••.••••.•
..•.•.•....•'.,.'.
•.'.
32
1
1
tl
4}
~
L'opposition almohade ..... .".•.... ~" ..
Il
.. e,e
a,e
• • •
34
\\APITRE II : LA PENETRATION DE L'ISLAM AU SENEGAL
AUSENEGAL ••••••
~APITRE
••....
37 ~à 45
Î
!:!
AI L'Islam au Sénégal
S€n€gal
( 1 0 30
030 ) • • ••
••.,e •.• • • • • • • ~., .~"•• '. • • • •
41
;,e
. ' .






. ' .




"
i',
i
1
1
!
BI Le Tekrur et son emplac'ement •.•.••••••••••.••
..•.•.•.••......•
42
1
fAPITRE III : LES AGENTS DE PROPAGATION DE LA NOUVELLE FOI
46 ~à 60
AI L'Islam au Ghana (1040} ..•
... ~...................
~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . •
"..
46
BI Lt l s l am
L'Islam au Mal i
Mali (1 050 )
{1050} ••••••••••••••••••••••••
•.•.••.•.•••.••••••.••.•
52
cl L'Islam dans l'Empire 'Wolof
wolof ••
.. '.•••••..•••••••••
..............•..
"
59
fAPITRE IV : LtISLAM
L'ISLAM DANS LES ANCIENNES PROVINCES DE
l,
!,
,
L'EMPIRE WOLOF ••••.•..•.•••••.•.•..•••••.•
••••••..•...•••.•.•..•••••.•
ft
60 A 121
~:
" 60 à 121
AI Le Walo ......................................
•.••••.•...••...••.•.•••••..••••••••••
61
)~~g::t~m:i~~~~~~~,.
"
1
re..,:::~:~~. ~~ .. :~ .....
61
a) Pour une islami s a \\
\\ffecti ve •••.••••••
62
ft
"

.~
--~-"'.;---~--
.~~-
page
BI Le
BILe Cayo r
.
68
1) Fonctions et pouvoirs du Serigne ou
marabout et du Cadi
•••...••...•..••..
••••..••...•.•••.•
69
2) Rapports Ser~gne
Ser~sne - DameI.
Damel. •.•.••.••...•
•.•.••.•••..•
73
Il
"
31
3/ L'atmosph~re
L' atrn.osph~re religieuse ....
.
..•.•.•••....•
81
'
41
4/ Un Etat th~ocratique
théocratique en perspective .••
..•
84
Il
a) La triple alliance
. . . . . . • . • • . . . • • .
.......•.•...••.
84
b) Une entente
entent-e impossible
i.mpossible •..•....••••
•..•....••.•
85
Il
"
51
5/ Lat Dior perd la confiance des Diambour
Diarn.bour
90
61
6/ L'approche d'une
d'ùne fin tragique ••.•....•
••......•
95
1:
elLe Jo 1 0 'f'
lof •••••••••
. . . . . . . . . . ••
" "
'" .. .. ... .
. .
. .
. .
. . . .. ... .
. .
. .
. .
. .. . .. ••••
. . . .
98
DI
D/ Le Baol ...
.
~
103
El
E/ Le Sine ...................................
"
...................................
105
FI Le Saloum
-..
109
l!
GI
01 Le Bouta-Toro
~outa-Toro .•..•..••....•.....••....... .
112
l '
..
H
Etat
'"
.
.
H L
/L ' Etat theocratlque
theocrnt1que du Boundou ..•.•.••...••
..•••.••...••
113
Tl
I/La
IILa Casamance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . .
•.••••••.•••..•..•••.••••••••••
115
il
1j
FNCLUSION
~NCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE: ........•••.•...•
........•••.•...• .
:
121 à
~ 125
~UXIEME PARTIE: L'EVOLUTION DES FORMES D'ISLAMISATION
126
'26 ~è 308
i
1
~APITRE IV : LES CONTEXTES ECONOMIQUE, SOCIAL,
Il
"
1
CULTUREL
et RELIGIEUX . . . . . . • . . . . . . . • • .
126
'26 àà:
182
AI
A/ La monarchie th~ocratique
th€ocratique
du Ndiâmbour •...••
.....•
132
Il
1) Le
rôle
du Ndîâmbour
Ndiâmbour dans la diffu-
sion de l'Is~a~
l'Isla~ ~..
~.. ~. ...•....•....•
138

,. ::v:::. :..111 .. tt(tMWtlt'Kthtt hl
III
page
pa.ge
1-)
1) Thi erno
Thierno Souleyrna.ne
Souleyrnene BAL .;
.~ •••.••••••••
152
fi
2) AlmnmyAbdel
AlmamyAbdel Kader KANE (1778-1806) ..
154
cl L'Etat théocratique de Ndakarou
Ndakârou ••••••••.••
158
lT
1')t
1') .
':islami s at i on
L'islamisation .......................
160
2). Les-·motifs
Les-motifs de la.
le sécession •••••••••.•
163
It
"
3"Y
1r La v.iè 'religieuse
viè' religieuse •••.•.••••••••••••.
172
,
4} L.' êlect:inn
L.'êleetinn du Serigne •.•••••.••••••••
•.•••••.••.•••••
178
1
!
..
fHAPITRE VI : LES GUERRES
GURRRES SAINTES ••.•••.•••••••••••
183 a 231
1
!
1) Essai d'approche ••••.••••.•..•..••••
••••.••••.•.••..••••
183
"
2) Les clauses d'une
dtune guerre sainte ..••..
186
3) Quelques cas particlliers
partichliers .•••••••••••
189
"
4) Les guerre d'El Hadji Omar ..••••.••••
194
5) Les guerre de Maba Diakhou ••••••••.••
.•••••••.••
207-
20T
Tl
"
~) le plan de Maba ..................
212
224
b) la fin de Maba
Mabl3. ....................
...................
!I
6) Les conséquences de cette disparition
225
a) mésententes a.u sein de sa famille
"
225
b) le souvenir de Maba. s'efface .•.•••
228
i.
\\
TT
~HAPITRE VII
LES VOYERS D'ENSEIGNEMENT
Dt ENSEIGNEMENT •••.•••••••
232 ~ 274
AI
AI La vie culturelle ••.•..........••..••.•..
• • . • . . . . . . . . . . • • . . • • . • . .
232
Il
1)
Les sources
.
235
a) sources europ~ennes
europeennes ••••••.••...•••
•••••..••...•••
235
11
If
b) sources arab
radition orale
240
BI
BI Les
...............
242
: l'exeA

.': ~.- -,
':,- " ,..'
" ' , '
..
-
,
' - , ' ,.
"
!"ltH1:' ii'UM5U"Wit",;". Rsr' 'Aa 'wi-'M*in".ft;W*5'M' t,Mtt''f't''SJlIl'illl
IV
page
a) probl~me
problème des sources .•••••.•.••••••
. . . . . . . . . . . . . . .
242
.,
b) le programme d'enseignement
d' ens ei gnement ••.•••••
"
249
,
~ "
Premier cycle •.•.•..•.•.••••.•••
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
251
1)
1) Théologie
Th~ologie (tav1?-îd)
(ta.vl].îd) .••.•.•••..••.•••.••
. . . . . . . . . . . . . . . . . . • .
"
251
2) Enseignement religieux (fiqb) •••••••••
.••••••••
251
Deuxième et troisi~me
troisième cycles •••
Il
•.•
253
1)
1 ) Droit musulman (fi q'h)
(riqb) •••••••••••••••••
. . . . . . . . . . . . . . . . .
253
2)
2) Exég~se
Exégèse coranique' (tafsîr)
(tafstr) •••••••.•••
II
.••••••...•
Il
253
3) Gramma.ire (nalfv)
(nalfw) ••••.•••••••••••••••••
. . • . . . . . . . . . • . . . . • . • . .
253
Hors programme ••.•••.•••••.••••
. . . . . . . . . . . . . . . . .
"
254
1) Poésie
Po€sie
et Belles-Lettres •.••.•.••.••••
•.••.•.•••••.•
254
2) Les disciplines scientifiques ••••.•••.
Il
••••.•••.
254
c) Extinction de l'université
l'universit~ de Pire.
256
2) L'enseignement coranique .••..•.••••.••
Il
. . . . . • . . . . . . . .
"
258
a) Quelques statistiques •.••••••••.•••
261
b) Son fonctionnement •....•••.••••••••
•...•••••••••••••
"
264
c) Les résultats
r~sultats ou l'éducation tradition-
nelle dans les dâra (écoles coraniques)
270
Il
...
HAPITRE VIII:
VIII : LES CONFRERIES RELIGIEUSES ...•••.•...
•..•••.•...
275 àa 298
1) La naisaance
DaisaB.nce de la mystique musulmane
275
"
2) La qâdririya .........................
282
!
3) Le Tijânisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
287
Il
1
Il
,.
a)
Cheikh Ahmed Tijâ.ni (1737-1815) ....
287
'.
i'
,.
~,
b) El Hadji oma~ calife en Afrique

Il
No~re
..~)
(1797
.•.
•••••••••••••••
293
f
i,
f

~!
PAPITRE IX : LA POLITIQUE COLONIALE FACE A L'ISLAM ...
....
...
299 a 308
1) Politique favorable à l'islàm
299
Il
1
l
!
2) Politique hostile à l'islam
.
~
302
~lICLUSIOli
l
fNCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE
.
306 ....
306 a 308
rOISIEME PARTIE
LA PHYSIONOMIE ACTUELLE DE L'ISLAM
Il
AU SENEGAL . . . . . . . . . . . . . .
. .
. •
. .
• .
. .
. .
. .
. .
. .
. •
. . .
309
~APITRE
~
rAPITRE X : REVEIL CULTUREL ET IMPACT DU SOUFISME ..••.
.....
309 ....
309 a 314
!r
1) Une clite intellectuelle . . . . . . . . . . . . . . . •
309
2) Deux tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . •
"
2) Deux tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . •
313
~APITRE XI El HADJI MALICK SY OU LA TENDANCE INTE~LEC­
TUELLE DE L'ISLAM AU SENEGAL ......•......
315 ....
315 a 384
!1i1
AI Jeunesse et ~tudes
Etudes . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . • . . • . . ..
315
1) De l'~cole coranique à la culture de la
terre
.
320
BI La doctrine de travail .....................•.
"
.
325
~I
325
cl Le proselytisme d'El-Hadji Malick SY .....•...
330
Il
1) L'horreur du mysticisme chez El-Hadji
Malick
Mali ck SY
.
335
2) El-Hadji Malick et la soci€t€
soci~t~ de son temps
lt
340
"
3) El Hadji
Radji Malick SY à Dakar ......•.......
......•.......
345,
345. ,"';.
D/
DI L' 0 euvr e. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
lt
350
"
1) El Hadji Malick et les marabouts
.
353
2) Analyse de Kifâya . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . .
"
355
"
a) le portrait du faux marabout
.
396
3~6
b) manquement aux devoirs religieux
.
361
c) rigidité nuisible à l'Islam
.
364
371
d)
d) conseils
conseils a
a u
u x
x
.... : n
Ul.mans
\\ l
,Ulmans ............••.
. . . . . . . . . . . . • • .
e) le devoir d '

••.••
un m~tier
métier
.
"
374
f) Chérifs:
Ch~rifs : fac·.
. d'ali€nation
d'ali~nation
.
380

VI
1
il
1
,
1
~
page
tHAPITRE
tRAPITRE XII
AMADOU BAMBA MBACKE (1853-1927) ou
L'ASPECT MYSTIQUE DE L'ISLAM AU SENEGAL
385
!l
DE SA NAISSANCE A L'AVENEMENT DU
.i
MOURIDISME . . . • . . • • •
. . . . • . . . . • • . • . • . . • • • • • • •
385
AI Jeunesse et ~tudes ...••.... ......••.•..........
385
1) Ahmadou Dnmba l'aspirant (1875-1885) .••.•.
.•..•.
390
BI
BI De la remise en question globale à la quête
d'une voie personnelle ..........•.•.....••••••
..........•.•.....•••••.
394
1) Lecture et retraites •......•.••••..•..••••
•......•.••••..•..••.•
395
2) RGforme
R~forme du systame d'€ducation .••.•.•.•.•.
.••••.•.•••.
397
3) Vie e r r an te 0 ure che r che d'un e fu i te. : • . •. •
401
Cl
cl En quête d'une voie personnelle ..••....••••.•.
..••.•..••••.•.
406
1) Les rapports avec les chefs traditionnels
407
1
1
2) Ahmadou Bamba "un danger public lt
public ••••••••••
414
~i
~I TRENTE ANNEES D'EPREUVES (1895-1925) ...•..•..•..•..•••
...•.....•..•..•••
416
i
1
DI De l'exil au Gabon (1895-1902) ••••.•..••••.•.•
.••..•..••••.••.
416
1) Ahmadou Bamba suspect •...•...•.•..•.•••.•
•...•..•••••.•.•••.•
417
2) Principal motif de l'exil •.•..• ~
•.•..•.' .•..••..•
.•..••.••
419
3) Une condamnation sans dGlit
d&lit .••...•..•.••.
•••...•..•.••.
420
El
El Intermede entre deux exils (1902-1903) •...•...
429
1) Un suspect redoute .......••••........•.•••
431
2) Le Serigne
Seriene s'explique ...•.••....•.••••••.
.•.•.••....•.••••••.
432
3) Vers un nouvel exil ••..•.•...•....•.••...
••..•.•...•.......•...
434
FI L'exil en
Mauritanie (1903-1907) ..•.•.....•.•
436
1
GI
GI Une nouvelle formule : résidences obligatoires
(1907-1927) .•• "· ••.•
. . . . \\ )
(
"
)
"
..
.••••••••••••••••••••
439
.1.
1

'h*dbi·M,ei,ftl'itttet rt1wttêiÙMd '1"
,...---------------------------------------_...,-~.
1
1
1) Residence
R€sidence
obligatoire à Cëeen au Jolof (1907-1912 ... page
440
a,)
a) le goût de la solitude •••••••.••••••••.•••.••.••
•.....•.••..••••.•••.••.••
fi
441
"
b) Des mesures rigoureuses .........................
••.•.••••••••••.•.•••••••
"fi
443
c) :Le
Le Serign.e se SO"UlJlet
soum.et •••••.•••••••••••••••
Il
III
III
III
III
III
III
III
.. """""""""",,"""""",,
.
445
2) Une nouvelle résidence
r€sidence
obligatoire au Baal
(1912-1927)
Il
(1912-1927) ....................................•...
447
III

III
III
III

III
III
III

III
III

III
III
III

III
III
III
III
• •
III
III
III
III
III • • • • •
III
III
III

III
III
III
&
a) L'affaire de Cheikh Ante
Anta ........
.
"
"
448
III

III
III
III
III
III
• • • •
III

III • • • • • • •
III
III

b) Détente
Detente: Le·
Le Serigne est compris
fi
450
III
III
III
III

III
III

III
III
III
III
III
III
III
III
"
3) La mort d'Ahmadou Bamba
.
460
III
III
III
III
III
III
III
III
III III
III

III
III
III

III
III
III
III
• •
III
III
III
III
III
III
Il
4)
4) Les éléments d'une doctrine nouvelle .•.••••••••••••
fi
464
5) Ahmadou Bamba et ses M?urides
~urides : Tentatives de
redressement
.
If
470
III
III
III
III
III
III
III

III

III
III
III
III
III
III
III
III
III

111- • •
III
III
III
• •
III

III
III

III
III

III
III
III
"
rAPITRE XIII
!ES
!.ES ~ND.ANCES
~NDANCES ACTlJELIrES
ACTlJELIES •••••••••
••••.............•.•.•.•.•..•••
480
III
• •
III
• •
III
III
III

III
III

III
III
• • • • • • •
"
AI L'Islam dans les pra.tiques
l~pratiques quotidiennes
Il
quotidiennes .••••••••.•.•.••••••
480
1) Les piliers de l'Islam
fi
l'Islam •••.••.••.••••••••••.•••.••••
480
III
III
III
• • •
III
III
III
III
• •
III
III

III
III
• •
III
III
III
III
III

III
• • •
"
2) L'observance des piliers
ft
piliers
'
.
483
'J'
"
483
Il
a) La prière
483
III
III
III
• •
III
III
III
III

III
III
• • • • • • •
III
• • •
III
• •
III

III
• •
III
III
III
III
III
III
III
III
..... " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " "-' " " " " " " " "
b) La zakât
487
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III

III
III
III
III
III
III
III

III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III

III
III
III
" " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " " "
",:
c) Le jeûne du
du RalT'..adan.
Ratr..adM """"""""""""""" -" " " ",,'. . . . . . ...
488
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III· III
III

III
III III
III
III


III
III
III
III
Il
d) Le pèlerinage à la Mecque
fi
Mecque
~
.
492
• • • •
III

III
III
III
III
III
III

III
III
III
III
III
III

III
BI Tendance à l'innovation ...................................
III
III
III
III
III
III
III

III
III
III
III
III
III
III
III
III
• •
III

III
III
III
III
III
III

III
III

"
495
"
1) La Lâhî:niya
L'M,îniya
.
495
III
• •
III
III

III
III
III

III
III
III

III

III
III

III
III
III

III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III

III
III
III
III
III
"
.
_ . . ._ • . ........
, . " "....
III
li
III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• III
• •
• III
• III
• III
• •

III
• •
• •
III
• •
• •
• • •
a) Innovations
"
497
"
b) L'oeuvre de
.............................
498
III

III
III
III
III

III

III

III
III
III
III
III

III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
III
"

g
H
tn.weristttltHtsès.*
'd
...
**,etdtstst*•• +'#ètM
+'trtl' tt
H '1gb"';
'ritrittft"' "
"'f,'ifktti'dmitb'1it"d",d·'wrid,i's
blpiueti''Pfdwt't'eH' , t'dft rt'tt'MtN,'w"":IttttWnh·,wiftrd
"h$' i'kttZ"tIi'm*ti5'tt'd"md"t#id"Yr '*~"-'n

t
tfi'W
" t
t
tHuee .d"';tt'eiHd' .ri'rif. rt'M'h.
''ttc:Htt'rt'
l
"dt"
\\,
~,~
- VIII -
~t(
"
h
2} Le. Bâ.ye
Bâ,ye F"aliya
raliya ••••••••••••••••• t •
• •
• •
t
• • • • • • • • • • • •
page
501
~~:
i'"
3} La Hamalliya.
Hamalliya . . •
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
•. .
Il
n
503
,{
503
I{
Il
cl Impact de la Culture islamique .........................
11
507
~'
r,
~"
(/
:HAPITRE
:HAPITBE XIV
BILAN ET PERSPECTIVES
r:1
AI Bilan
.......................................
514
l'"
"
514
1
L
1} Le domaine religieux
'1
514
!
514
f
i!
2} Le domaine culturel
"
516
+~;
ft
a} Ecoles coraniques
Il
coraniques
516
"
l
516
\\h;,
b} L'
L '

"
t
.
• ..
"
ense1gnemen
ense1gnement re11g1eux ••••••••••••••••••••
Il
••.•••••••••••••••••
517
Il
BI Perspectives
518
i
"
518
1
1
1)
1} Action commune .................................
Il
..................................
519
l
519
!
"
fi
a} Apropos de la constitution ..................
TI
..................
519
b) Contre le Code de la Famille ................
"
Il
520
),
"
c} Les difficult6s
difficult~s .............................
521
"
~'
2} Initiative
Initiative personnelle •••••••.••••••
•••••••.•.•••• '
.
522
"
a} L'exemple d'El Hadji Ibrahima NIASS ••••••••••
••••••••.•
"
523
Il
CONCLUSION GENERALE
......................
li
......................
525
If
Annexes ..
. ...
. .
. ...
. ..
. .
. .....
. ......
. .
. .
. ............................
. . . . . . . . . . . . t
• • • • • • • • • • • • • • • •
"
528
~
Bibliographie ....... .........
..........................
...........................
"
597
Index des noms propres de personnes, des titres et des ethnies
.ethnies
607
"
,r
Index des noms de lieux, de relig:ons,
re1ig:ons, de confreries ••••.•
625

- IX -
TABLE
DES
ILL U S T RAT ION S
-~-=-=-=-=-=-
-=-=-=-=-=-=-
:ARTES
PAGES
~arte
de migration des etluiies
ethJiies
42-43
:arte de 1 tancien Cs\\yor
67-68
~arte des Etats th~ocratiques
132-133
1
1~arte
,
confr~rique
,
281-282
1
1
J
1
rOTOS
bubou "min~"
109-110
1 "
l.
"t' d
P"
r1vers1 e
e
1re
p"
f1vers1 e
e
257 bis
rmbeau de
rmbeau de }(e.b~
lre.btf. Diekhou
Diekbou
224 bis
~squée Lébou à Dakar
~squée
,
L~bou à
283-284
\\
,
l'ancienne grande mosquée
mosqu~e de Dakar
,
299-300
~ Hadji Malick
~ Hadji
sr
SY
333-334
~ Zâwiya de Dakar
346-347
l·Zâriya deDakar
badou
. dou Bamba
384-385
-1
l1
,
~squee
~squ~e dtAmadou Bamba àà Diourbel
447-448
~squ~e de Touba
~squée de
458-459
:j,:1
fière de Tabaski ~à Dakar
483-484.
~,1,1

. " _",'" ",~, _ ""." :,~;~·;i:..,:·
+itLit*w;d, tritii'ftrrdnwt't',#t@Mt@9ttee',britYfirM ij" "7f"'tlttbiiÎtb' t t't -,
- x -
T R A N SC R l P T ION
TRANSCRIPTION
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-:-=-=-
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-
~;
Les mots arabes y compris les noms propres figurant dans cette ~tude
étude
sont transcrits selon le syst~me
système de la Soci~t~
Société Asiatique de Paris qui parmi tous
est le plus fr~q,uemment
fréquemment utilise
utilisé de nos jours en ce qui concerne la langue arabe.
A rappeler que ce syst~me
système q,ui
qui se vetIt
veut phonétiq,ue
phonétique utilise un seul signe
pour un seul son
En voici l'alphabet
,
.•.J d

.J
e
c
e
.
1
a
r
g
)
f.
.
.
b
.
b
z
....,
f
'-:'"
~
.)
t.:..
t
5
~
t
s
V'"
J
q
cJ
..
~
~
a.
!
~
~
~
k
<J'"
oJ"
.
, 5S.
~
J
,~
~
J
J
1
J
l
.
1}-
1]-
d
C
U-
C
r
m
r
. h
.b
t
r

r
Û
.J
d
j;
~
..A
h
,
~
"..tr
w
J
.J
ô
y
....
ô
Les
vgyelles longues : â
i
1.
û
.
.
v
y..... ct"
!' ,
c~
Ainsi
~LtJI sre.
sra transcr1t
transcr1.t comme sU1t
SU1t : As - ~e.f1
~af1. ~;
,;
~;
••
, }ltt:r .
Al-~azâlî
Al-(:azâlî : ~~l
gl!;.~..H ; Mu1}ammad
Mu1}a.mmad
; Al-A!!{J.arî
Al-A!!~arî ~ "1t.; (
~
J
~
cAs'
,'-
Al-Muwa~~a' U~[l
d.b~~1
.,-
d.b~~1 ; Ibn
:Lm r'~:'~ 1

,
,
,
..- "
-,
,
'
"
• •
J.
'
. - i l l ; ' ... ':':"u'\\
J,
·r'f·j~4.rtir••i'''kzCf "b"6t4i'e4la"dMlrM:'2'1iÜ'h .•ul* vriNii""". tJti""it"t:l'w'eifiidttrhriMIJ'.
dnrim;'"rtft'tUb'èitft'Ytri't'ttt'b'd'rltdbHiibtb,.,drWtt 10ft."&' t' tute ,srit'),
'tv
.•.
' !
u
_
••• _ _ . . . . . _.n
.' • • . •
"
• • • •_ . . . . Il
...
-
l N T R 0 DUC T ION
"Aujourd' hui, l'Islam est à l'ordre du jour,
et c'est son éternité
éternitc que nous de couvrons
découvrons
en nous penchant sur son act~itél!.
act1;!Ùité".
RAYMOND CHARLES
L'EVOLUTION DE L'ISLAM
Eternité
Eternite et a.ctualité,
actualité, voilà ce qui paraît carncteriser la dia-
lectique de l'Islam. Cette religion, la dernière de s trois abrahemiques t
abrahemiques,
constitue l'u.'1
l'u."l des pôles d'attraction dont les arcanes ne cessent de
susciter la curiosité des chercheurs en raison non seulement de sa rapi-
dite
dité d'expansion liée à la.
la simplicité de son t'..ogrue,
t':.ogrue, mais aussi de sa
capacité d'adaptation. Bre f de son uni versa.li
versalité.
Ainsi, depuis plus d'un
dtm siècle l'Islam fait-il l'objet de recher-
ches de beaucoup d'ho~es de lettres, orientalistes, afric~'1istest
afric~"listes, era-
ara-
bisants
bi s ants et autres.
autre s. Maurice
Maurice D3LAFOSS,
DELAFOSs:Œ:, Sir
Sir Tho:nas p.Rr!OLD, Spencer
Spence r TRIMINGHAM,
J. GRZEIffiERG,
GRZENBERG, Jules BREVIE, Paul VJ.ARTY, Marcel CAHDAIRE:
CAHDAIP.E et Vincent MONTEIL
sont at...
a1:. ··
...· ." ";
.....~ de noms qui
qUJ. ont chacun contribue à la cOlli"'laissa.'1ce.
cOlli"'laissa."lce des Noirs
qui confessent l' Isla'D.,
Is1a'!l, ou meux
mieux à la cozq;>réh€:'lsion
cozrpréh€:'lsion
de ce dernier tel
qu'il est pratiqu~ par les Noirs.
Il Y a toutefois lieu de dgnal.er
dgIlaler Clua
Clue la mo~aiq'L"'~
mo:""aiq'L'l~ d'ethnies
d' ethnies vi.vant
vivant
au Sanéga.l
5anégal et confessant l' Islam ~, est
~'est trouwe assez ma:-quee par ses tra-
ditions pour que la presence de l'Islam puisse absorber la diversi té
t~ tant
et~'1ique
et~"lique que raciale, d'où le
la nécessité
n~cessité d'analyses approfondies.

Mi&èè'ùtftfmsi"S.'}'b'r,tb'itt&'t'el\\t&'"trirt 'OtriO' 't,tiher01MtHriEN*·,rSw'· l-rd t''\\t't,t1i'bhefMierMifH.
.2.
·2.
Or, malgré la diversité qui caractérise leurs oeuvre s, le noble
dessein de certeins d'entre
d' entre eux et l'~rUdition avec laquelle ils ont pu
mener
meoer à~ bonnes fins cette difficile entreprise, beaucoup de choses res-
tent à faire. Car l t introduction de li
11 Islam en Afrique noire et particu-
lièrement au Sénégal, qui fa.i t
fait l'objet
l' objet de cette étude, a indéniablement
indeniab1ement
opéré
operé une véritable révolution sociale, économique et oulturellE"
o'.Ù.turellE"
d'tme
d'we
dq
d~ l'autre
part, et un bouleversement des institutions politiques et juridiques!.
juridiques/. No-
..,~ ,
tons que jusqu'ici aucune étude d'ensemble n'est consacrée
consacree à~ ce sujet
hormis celle de Paul MARTY. Or, le travail de l'ancien chef du bureau
,
des Affaires musulmanes est plutôt tm
un tJ:"avail
tJ:."avail de compilation, un recueil

de textes : rapports, études et divers où l'analyse rait
fait 15:::t::VC:J,t
défaut.
Par ailleurs, il faut se garder de considérer toutes les études
consacrées à l'Islam en Afrique noire comme objectives. Il en est qui
sont travesties pour les besoins de la cause. A cet égard il semble
nécessaire de les inventorier et de les classer suivant leur tendance
pr~d.omine.nte.
En effet nous estimons que ces oeuvres dans toute leur variété
se répartissent selon les quatre tendances suivantes :
D'abord une première tendance qui consiste à faire l'inventaire
du matériel documentaire
docu:c:leotaire embrassant les divers aspects de l'Islam au Séné-
Sené-
gal en un IIlOJ:lent
"""",nt donne
donne de l ' h i
h S
i s {
n)
Cette
t t e methode
m€thode
qui semble avoir et~
He

'Ôt"tndt1ndd*,+nh'
Mt--?, h')'" f W':wr,;z+':tt' irM"".f",trwnh rdtt'u cfd 'Nil1-'Q"tPT?
t iiiMo'o6bib'>g tN t
instaurée au cours de la premi~re moitié du XVIIIe si~cle
si~c1e par J-B. LABAT( 1},
1),
a été suivie par J-B.D. DURAND (2) au XIXe si~cle
si~c1e et, au début de ce
siècle,
si~c1e, par d'autres parmi lesquels Paul MARTY (3) qui, outre la richesse
de ses informations, a eu le mérlte
mérite d i' avoir ébauché une analyse somme
toute rudimentaire. L'avantage de cette xœthode
méthode réside plus dans la
connaissance des hommes qui manifestaient ainsi leur foi que dans la
compréhension des véritables
véritables caract~res
cara.ct~res de celle-ci.
Ainsi la recherche des vraies causes expliquant telle ou telle
autre manière
ma.ni~re de se conformer ~ la religion, était-elle
éta.it-e11e reléguée au'
au second
lime
l=Èll.
L'inconvénient majeur inhérent ~ cette ~thode
méthode qui consiste pres-
que à étudier "la
"1a. surface et l'écorce des choses Il, réside dans la tendance
à
~ faire des déductions souvent hâtives et gratuites
gratuites avec toutes les con-
séquences qui peuvent en découler. Déjà
Déj~ Charles MONTEIL, dans une lettre
qu'il adressa. au Commandant GADEN, en 1908, estimant qu' nil
ni1 n 'y a , pré-
scntement, qu'un genre d'étude susceptible d'être utile, c'est JJ3tude
l~tude
aussi profonde que possible, dans tous les sens d'une fraction de popula-
tion (4)llexprimait
(4):'exprimait son emertune de constater le contraire .: "Que peuvent
(1) - Nouvelle
relation
de l'Afrique occidentale. Paris, Guillaume Cave-
lier, 1728. 5 vol.
(2) - Voyage auSénégeJ.,
auSénégal, 1785/86. 2 vol.
(3) - Etudes sur l'Islam au Séné gal,
Sénégal, Paris, Leroux, 1917. 3 vol.
(4)
(4) - l FAN, nO 2 t.X:XX,p.~16.
t.XXX'P.~16.

1
\\
.4.
valoir tous ces ouvrages de synth~se, qu'aucune analyse sérieuse ne sou-
,
tient"?
\\.\\
Ainsi à la lumière des faits, l'on est po.rvenu
parvenu à déceler dans
les travaux de certains , des contres-verites
contres-verités souvent tributaires ou de
1 'empressement ou de la meconnaissance
méconnaissance du milieu. Dans sa thèse sur Ahma.-
dou Bamba, F. DUMONT nous dit : IlPaul
"Paul MARTY estimait que l'Islam
l'Islam. spiri-
spin-
tualiste, ne serait jamais assimile
assimilé convenablement par les Noirs. I l
Il
s'est trompé, comme le remarque justement M. QUESNOT, et l'~volution
l'évolution
s'est faite et elle a eté
été rapide, de surcroît, sans pour autant donner
lieu, comme le craint M.
QUESNOT à une
tme "grossière contre-façon de la
la.
religion (1) Ilil •
Une seconde methode,
méthode, où l'inventaire
l ' inventa.ire des seuls faits passe pour
/
un travail, pour ainsi dire, superflu, est celle qui coneiste
consiste à compiler
/
/
.r
et analyser des oeuvres antérieures ayant traite
traité la question ou, en ter-
minologie des linguistes, à en faire une analyse diachronique. Cette
méthode, comne
conme l'on sten
s'en aperçoit, exige non seulement de vastes connais-
sauces
sances sociologiques, ethnologiques mais aussi et surtout historiques.
Elle requiert également, dans certains cas, de vastes informations linguis-
tiques. Elle a éte,
été, sinon inauguree
inaugurée par M. DELAFOSSE (2), du moins il
semble que ce soit à lui qu'~n
qu' ~n doit le premier ouvrage conçu suivant cette
(1) - DUMONT. Essai sur la pensée religieuse d r Amadou Bamba (Dekar-Abidj
(Dakar-Abidj en
an
N.E.A.
N
1975 p.
(2) - Haut-Sénégal-Ni~er.r,
Haut-Sénegal-Hie:er.r, Maisonnf>1'VP
Ma.l.sonnf>utrp "'+.
"'+ T......
... ,,"'o.
"''''''O
'0'71')
10'7')
~
':)
---,.-
---,-- .-
--

facture. L'Islam noir (1) de Vincent MONTEIL, sans toutefois négliger
negliger
aucun
aucm fait pouvant susciter
susciter la curiosité
curiosite du lecteur, porte les empreintes
de cette tendance. Non loin de nous, Marcel CARDAIRE
CARDAIRE (2) s'inscrit dans
le .même
cadre.
Cette méthode
m€thode
a pour ir.c1nwnient
i.r.e.,nvénient majeur de faire souvent \\me
une
oeuvre d'historien en s' apPUY'ant
s'appuyant trop sur le passé pour expliquer ou
pour rendre compte de la situation actuelle de l'Islam. Cette tendance
'
... t
t
t
'...
,
,.
,
a
ou
ramener a un passe souvent revolu,
,.
a
ou
ramener a un passe souvent revolu, comporte ses propres lacunes
que
MONTEIL a senti assez tôt, d'où l' originalité de son Islam noir.
Ainsi parmi les différentes
dif~rentes perspectives ou les divers points
de vue auxquels se sont placés ceux qui ont étudié l'Islam au Sénégal,
soit directement soit inàirectement,
indirectement, il en est un
m autre qui consiEte
consiae à
anal.yser celui-ci,
celui-ci, non comme une
me religion, une
me civilisation, en un mot,
un·
m· tout complexe, mais à l'aide seulement de quelques rubriques stéréo-
stereo-
typées ou d'hypothèse4à wrifier,
vérifier, conu:ne
comme s'il s'agissait d'une
d'me discipline
scienti fi
fi. que . Une partie de l'oeuvre de DEI..AroSSE
DELAFOSSE ayant trait à ce sujet
ainsi que l'Essai de PsyChologie
Psychologie Politique Coloniale (3) de BREVIE s'ins-
crivent dans ce cadre.
(1) - L'Islam noir, Paris, Seuil, 1971, 420 pp.
(2) - L'Islam.
L'Islam dans le terroir af'ricain,
africain, Bamako, IFAN, l!54,
11.54, 186 PP.
(3) - Islamisme contre "le Naturisme",
Naturismell , Paris, Leroux, 1923, 320 pp.
1---
- - - - -
û~~~~----
-

Mt
têi4k4titt!1I·_.-+ ••'feW51ttdU..c..... . . '
MA"'8-.1&
.ft;
.'. ,,'y
WW"'"".--\\+-
'("t'técHtieu'.* Il,,,,-I'.h,. "dt'nWttYWHthc.&r1
MHY'fttdi, Fttttsirt'tr,<si,tve.Sewtptr't';'1Pht'ttlt;r '5'#'.'
.- ......_. ...-._..--- ,- _.__ ..~....... ".. -.. ,.- ..
.6.
L'avantage de cette méthode est que l'auteur n'étant pas impli-
qué dans son sujet, éChappe
eChappe ~à toutes les emprises de celui-ci. Il s'en
abstrait
abstrait pour mielL'C
mieu."{ le considérer.
considerer. Ce qui n'est pas va.1.able,
valable, au reste,
pour un sujet analogue. Cette façon de voir les choses constitue un.
écran qui empêche de p~néter l'objet de son étude, C'est ainsi que l'un
et l'autre ont essayé de prouver l'imperméabilit~ spirituelle des races
pour dire que les Noirs étaient incapables de croire à l'Islam et que
c '~tai
c' etait seulement par coercition qu'ils l'avaient embrassé.
embrasse. Ainsi ont-ils
soutenu l'existence d'un "antagonisme
Il antagonisme entre l'Islam et les
sociétés
societés
noires n:",
noires"~1', ou en d'autres termes, "l'imperméabilité
1I1'imperméabilite religieuse des races(2)".
races(2)'
aboutir
A quoi voulaient/ ces auteurs mon à démontrer que le 4,ogme de ;'
l'Islam n'était fait que pour un groupe ethnique donné,
donne, en l'occurence
l' occurence
les Arabes.
Enfin, il est me
une tendance qui semble avoir été inaugurée récem-
recem-
ment et qui consiste à considérer à côté des sources traditionnelles,
les principMes
principales oeuvres des musulmans concernes
concernés ayant abordé la question,
rompant ainsi le déséquilibre dû jusqu'ici au crédit
credit accord~
accorde exclusivement
aux seules sources étrangères et parfois aux renseignements simplistes
(1) - DEIAr"OSSE,
DEIAl''OSSE, -Préfa.ce
-Preface d'Islamisme contre le "Naturisme", p. VIII.
(2) - BREVIE.-Islamisme contre le I:Naturisme lt
':Naturisme" ,, Paris, Leroux, 1923,
p. 115 et suiVe
suive
A comparer avec M. De1afosse
Delafosse dans son livre intitulé de l'Animiste
nègre et sa résistance à
'iSlaminsatio
' . slaminsatio n en Afrique occidentale. Paris,
Revue du Monde musulman
"'"
.~

:ï Hbt,J.Wéft ri,+!*di Ftiff'tidèitWtd'tl&hïtàrtf: e' "!tl.', t.deiéi ae1Wàdt3td' ,-'ont '.',.'**rM'cHt''?tuMtn';''M'titeffl'
'.th'er'""
t
. 7•
.7.
fournis par
pa.r des n~ophytes
néophytes qui souvent, bien que pratiquants, ne connais-
sent que les formes extérieures du cUlte. Cette voi~ tracée,
tra.cée, me semble-
t-il, par Vincent MON'IEIL.
MONTEIL. Une partie de son Islam noir en relève (1).
C'est, à peu près, celle que nous suivona
suivons dans cette étude
etude .Elle
.!lll
offre
l'avantage de rendre compte de 1!
l! Islam tel qu'il est vécu par les musul-
mans eux-mêmes. Avec elle les coefficients d'erreur due souvent à
è. des
théories
theories préconçues
preconçues se réduisent
reduisent au minimum. Toutefois, faut-il rappeler
qu'il ne s'agira nullement dans cette étude d'opposer me
tme tendance à
une autre, d'employer une méthode à l'exclusion
1 r exclusion de toute autre. Nous avons
seulement estime
estimé que faire une étude qui n'avait aucun
auctm rapport avec la
réalité concrète qui en est le sujet et l'objet, conduit à des conclusions
hâtives avec toutes les consequences
conséquences que cela comporte. A cet égard, nous
puiserons souvent à ces sources auxquelles on accordait jusqu'ici peu
de prix. Ainsi nous ferons entendre souvent l'écho
l'echo des voix les
plus
autorisées, soit par leur savoir, soit par le pouvoir spirituel qu'elles
incarnent et en vertu dUCJ,ue1
duquel elles exercent une influence bien
profon-
de sur une bonne partie de ceux qui les écoutent
ecoutent ou les lisent.
Naturellement, notre thèse ne pourrait avoir pour but une analyse
exhaustive susceptible de donner un compte rendu complet sur la situation
de l'Islam, vu les limites qui lui sont assignées.
assignees. Toutefois nous ne man-
querons pas de signaler certaines lacunes dues à des erreurs de perepec-
perspec-
tives.
(1) - Voir aussi
in. Bull. IFAN, nO 3
les
les 22 a
a r
r t..
t.. i
e.i
e. ....X
de....
4 1965,
X
de. Vincent MONTEIL
p.
Vincen~ MONTEIL
531-542. \\ . .
1
~I

,
.
','j-_ .•
16Hz '1 j"
,:-mÉsrl1'" tilt ft 'ièih't
tdu.t:,k't±tt,
'6&>1vert' ,.
J
1
f
.8.
Voilà ce qui va solliciter consta..'llII1ent
consta..'IIlII1ent notre attention. Ce qui
ne signifie nullement 'lm.
lm délaissement des autres aspects de la question,
car nous sommes convaincm
convaineu que le problème tel que nous l'envisageons a
des implications trop complexes pour que nous puissions l'appréhender
ici dans tous ses détails. Notre intention est donc de proposer quelques
quelq~s
rénexions en présentant cette étude sur "l 'Islam.
"l' Islam au SénégalIl •
8énégall7.
Avant d'aborder le sujet proprement dit, nous brosserons l'his-
1 'his-
torique de l'islamisation du Sénégal qui s'achèvera aux conversions des
masses au XIXe siècle, pour déboucher
deboucher sur les tendances actuelles de
l'Islam qui constituent la pierre angulaire.
Cette tâche semble difficile pour trois raisons
1°) L'objet de notre étude
etude tel qu'il ressort de l'analyse précé-
dente ne saurait être appréhendé facilement comme
co~ cela peut être le cas
pour d'autres études. Dans la mesure où c'est une méthode en perspective,
le probl~me
problame de doc'Umentation se pose avec a.cuit~. Car
Ca.r l'on est tenu non
seulement de lire tout ce qui est ecrit
écrit sur l'Islam au Sénégal
Sénegal mais aussi
de compulser par la suite toutes les études traitant de façon marginale
des problèmes pouvant avoir quelques rapports avec cet Islam.
En conséquence, nous sommes tenus
tenu; de faire tout au long de cette
étude de nombreuses observations sur les influences réciproques des cro-

yances, par exemple, sur les attitudes des
musulmans face à
~ tout ce
qui
qui. semble ~trenger
~tranger ~a leur religion, sur leur volonté et parfois ou sou-
vent leur velléité
velléit~ de chercher dans les enseignements du Coran
Coren des solu-
tions adequstes
ad~que;tes aux probl~mes
prob1~mes de toutes sortes avec lesquels ils sont
conf'ront~s. Nous devons tout autant éviter de tomber dans le carcan du
formali sme .
2°)
2°} A cette difficulté s'ajoute une autre qui
qui. se situe au niveau
de le.
la collecte de la tradition orale. Une ~tude de ce genre ne saurait
être
@tre menée
men~e à bien si l'on devait
d.evait se limiter au cadre étroit
etroit des documents
~crits. I.e
te recours aux documents oraux s'a-rere,plus
s'a-rere,p1us que nécessaire,
n~cessaire, in-
dispensable.
Cependant, leur collecte pose d' énormes
d'énormes probl~s
problènes dont certains
mérltent
~ri
d'être mentionnés
mentionnes ici.
Parmi les difficultés
dif'f'icult~s que nous avons rencontrées
rencontr~es personnellement
i
.'
au cours des missions de recherche qui nous ont oonduit successivement
.j
successivement
a
R~gions
1
de 1969 à 1914 dans les Régions du Cayor,
Ca.yor, de Sine-Saloum, de Casamance,
!
i
de Diourbel, du Cap-Vert, du Fleuve et du Sénégal
S~n~gal Oriental, nous citerons
!
celles qui se rapportent à
a l'obtention d'une bonne qualité
qualit~ d'information.
1
<
1
Celle-ci est donnée
donn~e parfois par des personnes dont le rang social ou
1~
la situation matérielle ne semblent pas pouvoir cautionner la veracité
wracite
de l'information qu'elles donnent.
::1
donnent.
,'1
(lL----~~~':,:; J
Cl

l'
, "". .' _ _g.n
MW'"
_ . _ ,'\\.or
». ,. w ."" _
'.. 'b< ~"'" ,
"
r
.10.
·10.
Dans bien des cas, la
personne censee pouvuir
pouvoir donner des in-
formations sur 'lm sujet donne
donné est, soit 'lm
un indigent, soit 'lm
un griot ou
parfois un hoIlIC1e
hoIllCle socialement bien vu ou même un marabout.
!es deux premi~res
premières de ces categories d'informateurs rançonnent
souvent le chercheur pour lui donner en contrepartie des renseignements
i;
,;
souvent sujets à caution, pendant que les deux derni~res,
dernières, souvent désin-
téressées,
téressees, demeurent difficilement fcessib1es.
fcessibles.
Toutefois,le desintéressement
desinteressement n'est pas le pendant de l'authenti-
.
CIté
C 1t~ des informations qu'elles donnent et cela pour plusieurs raisons qu'il
:~,.
convient de savoir pour apprecier la nécessité
nécessit~ de l'esprit critique et
d'une analyse approfondie des donnees ainsi recueillies. En effet, ce
personnage peut ne pas être au fait des questions au sujet desquelles
il est sollicite tout comme il peut ressentir quelque apprehension (c'est
souvent le cas) à
~ divulguer la vérite qu'il él.:.:!!:simule en conséquence.
Un manque d'information rend souvent quelques uns d'entre eux
sinon hostiles à~ notre besogne, du moins indifférents. Car ils pensent
que de telles recherches ne sont qU''lme tentative dissimulée
dissimulee d'accéder
à
~ leurs domaines bien gardés.
gardes. Ainsi, 1 'acc~s
l'accès à des documents authentiques
est-il considére comme une appropriation du patrimoine de le'\\%' famille.
Il faut toutefois saisir cette occasion pour rendre hommage aux

,
\\ .
.,,.
genre d' aetivit~s, s'offrent eux"'1l1êmes pour la réussite de telles entre-
prises.
3°) Enfin la ai.:f:fieu1.t6 majeure semble consister il vouloir cntre-
prenare ~ le. :fois l' ~tude d'un enselrib1e de questions dont che.cune devrait
par un Bp~ciali8te.
~ .1
/"-1
i
Ce sont lk autant d'excuses que nous pNs."tons aux lee1:eurs
qui ne manqueront pas de d~ce1er lacunes et imperfections 6 côtlâ des erreurs }\\'
que nous pourrons commettre inconsciemment en rédigeant cette th~se qui
n'a que la m:>deste m'bition d'être une introduction à l'étude de "l'Islam
au S~n~gal". Notre intention aura été de regrouper dans une seule etude
des informations tout autant variees que :fragmentaires pour en faire un
tout qui soit utile à tous.
Avant de terminer cette introduction) nous voudrions adresser
1,'
nos remerciements ~ tous ceux qui ont aidé à l'élaboration de cette thèse,
particulièrement les donateurs de documents, les informateurs et tous nos
collaborateurs. Nous n'oublions pas les deux chauffeurs de l' IFAN, qui
nous ont conduit dans toutes les r~gions du Sénégal : .Mamadou.M8AYEO) ac-
tue1lement admis à la. retraite,et Sa.da BOCOUM, lesquels, durant les mois
passés en brousse, nous sont demeures de précieux auxiliaires .
..

.12.
Nous remercions également MM. Moustapha NDIAYE, à 1 '!FAN,
Oumar BA, aux Archives du Sén~gal., Messieurs Mb~e GUEYE, Thierno DIALlO
et Sékéne Mody CISSOKO du d~partement d'Histoire, le Professeur Yves
MARQUET, chef du département d'Arabe à la fe.cult~ des Lettres de Dakar et
Vincent MONTEIL, ancien directeur de l'Institut fondamental d'Afrique
noire (IFAN) .Jioulf' lui . sommes de beaucoup redevablE.
Nos remerciements vont tout particulièrement au Professeur
Cheikh Anta DIOP que nous avons souvent importuné par des questions et
qui nous a toujours prodigué d'édifiants conseils, à Serigne Lamine DIOP,
directeur des Douanes et ancien directeur de la. sta.tistique pour la docu-
mentation précieuse qu'il a mise à notre disposition et pour~appréciableB
aidœ I!IB.térielles qu'il nous a constaIllIllent apportées.
Nous faisons une I!1ention toutepaeticulière pour notre collègue
et amie, Madame Claudine GERRESCH, chercheur associée relevant de l' a8sis-
tance technique belge à 1 'IFAN, dont la disponibilité ne nous a jamais 1ài.t
défaut.
Enfin nous exprimons toute notre gratitude au Professeur Amar
SAMB, d'abord en sa qualite de directeur de l'IFAN pour l'es aides materielles
qu'il nous a apportées, ensuite en sa qualit€
de notre directeur de th~se
pour avoir accept~ de diriger nos travaux et de nous faire profiter ainsi
de ses expériences.

PREMIERE PARTIE
.13.
RAPPEL HISTORIQUE
CHAPITRE PREMIER
LA PENETRATION De L'ISLAM EN AFRIQUE
o
Notre propos dans ce chapitre est d'indiquer les grandes étapes
de la progression de l'Islam en Afrique. La chronologie, quoique peu cer-
taine, peut aider il situer les éwneœnts essentiels les uns par rapport
aux autres.
En 615 apr~s J.C., la premi~re vague d'émigrants musulmans se
réf'ugia en Abyssinie. Ce t'ut pour la preI!lÎ.Èlre fois qu'un musulman foula
la terre d'Afrique. Deux décennies plus tard, le cali.fe Omar (634-643),
poursuivant l'oeuvre de son prédécesseur, entreprit de no~~lles guerres
victorieuses. Apr~s s'être eI!.\\Pare du puissant empire des Sassanides en
Perse et de la Syrie abandonnée par les Grecs, le no'eau calife crut le
I:lOment favorable pour attaquer l'Egypte, alors province de l'Empire des
Cesars dépendant de Constantinople.
C11__
* ,
~ ~
.
.
t 1
~r-'
(635 )
~- Ibn a1-.H.~, 1 un des generaux qUJ. SOum:Lren
a '-lOI'" J.e
reçut la mission a:,d1:.~
de conquérir l'EBJ:Pte. Il y fit son entrée en
l'an 639/J. C. Sa tâche fut fa.ci1i tee moins par la superiorite ou la déter-
mination de son armée que par les sentiments aigus d'une: aine implacable
que les Coptes (1) nourriss!\\Ïent contre les Grecs (2) qui les écrasaient
(1) - On les nommait Jacobites; C'était les descendants des anciens Egyp-
tiens, ils supportaient tout le poids de la sociéte.
(2) - ns suivaient la religion de l'empereur. En cela ils étaient séparés
des Coptes dans tous les domaines. On les no~ait aussi Melchites,
o'est-à-dire royaux ou ~aux. Ils occup~ient les fonctions mï1i-
+_0';"'00
o~.",;""'~e""".n+;"'P'nl·
~'~,..-:_01-':_••_,..
".p
M
T
T
'lKJ\\D("'r'[;1T
1:'1 _ _ .... _

.14.
de lourds tributs, de vexations et de persécutions.
El-Muqa:wqas (1) qui fut le préfet de l'Ep:ypte centrale et avait
auparavant échangé quelques correspondances avec le Prophète, accepta
de signer, au nom des Coptes, un traité en vertu duquel ces derniers de-
ment aux musulmans une soumission totale I!lOyennant une liberté religieuse
et une proteC!tion sans faille (2).
Ainsi, les victoires successives du commandant de l'armée du Ca-
1ife acculèrent ~rac1ius à l'abandon de l'Ee;ypte comme il l'avait fait
pour la Syrie cinq ans auparavant. La ville d'Alexandrie, jusque-là bien
défendue par Constantinople, devait tomber entre les mains de cAmr qui y
fit son entrée un vendredi, 22 décembre 640(3). Après deux ans de lutte,
l'Egypte fut entièrement soumise à l'Islam. Ce commandant militaire qui
y fut nomme gouverneur eut pour tâche nouvelle dt administrer la plus im-
portante province de l'empire musulman.
En peu de temps, ce gouverneur parvint à reculer jusqu'en Tripoli
les limites de l'empire musulman en Afrique. Mais un evénement·
( 1) - D; origine grecque, il etait ne en Egy:pte et avait beaucoup dl affec-
tion pour les Coptes opprimes. Il offrit à Mahomet plusieurs esclaves
dont lmi.ya qui fut admise au lit au Prophète.
(2) - Ils pl3\\Yaient une redevance annuelle d'un dinar par tête. cf. M.J.J.
MARCEL s Egypte depuis la conquê....e des Arabes jusqu'à la domnation
française, Paris, Firmin Didot frères, 1848, p., 14
(3) - Vendredi, 2 Muharram l'an 20. Ce fut à l'heure de la pri~re solennelle
qu1 il celèbrê. sur la place publique avec ses soldats •
.f.

.15.
fatal
l'assassinat du calife <:Umar en 643, marqua un temps d'arrêt
avec la destitution de c~ ordonné par le calife cU~mân qui le remplaça
c
c
par Abdallah ben Sa d, lequel résolut de prendre une autre direction que
celle de son prédecesseur.
En 655, le calife cU~ :rut assassine plus particulièrement pour
avoir rrocédé ~ des destitutions et des nominations à de hautes fonctions
administratives qu'on qualifia d'injustes. L'étendard de l'insurrection
fut levé et plongea l' eI:1pire dans le chaos.
En 658, cAbdaJ.lah ben SaCd, en sa queJ.ité de gouverneur d'Egypte,
orienta son action vers la Nubie qu'il pénétra, mais dut se contenter
d'un simple traité de paix signé avec le roi. En effet, la résistance que
les conquerants rencontrèrent en Nubie essentiellement peuplée de chrétiens
les incita à de nouvelles perspectives. Ils empruntèrent la voie du desert.
Ainsi 1apremère percée d.e 647/J.C. ayant été sans resultats
~ concluants, cUqba ben Nâfic· entreprit de façon décisive la conquête du
r
Maghreb. n appuya toutes ses forces sur les Ber.bères convertis à l'Islam
qu'il inCOrPOra dans l' ~e composee de dix m11e cavaliers que le calife
MuCâwiya (661-680) venait d.e lui envoyer. Déjà des id.ees religieuses foi-
sonnaient en Berbérie, ce qui allait lui rendre la tâche !!lOins hardie •
./.

f
;.
l'
.16.
"
AI LA VIE RELIGIEUSE EN BERBERIE
1
Avec le Judaïsme et le Christianisme, le monothéisme avait droit
de cite chez les Berbères quand l'Islam fut iI!lplanté pour 1 a première fois
chez eux vers 670. Au reste, les difficultes rencontrées par les conquerants
muSulmllIlS semblaient tenir à des facteurs d'un tout autre ordre.
En effet, la presence au Magrheb des adeptes des religions révé-
lees ne constituait point un serieux obsta~le à la penetration de l'Islam.
Les Juifs qui y seraient arrivés par vagues successives, d'abord en compa-
gnie des Pheniciens, reussirent la conversion de nombreux Berbères à leur
religion. Ainsi d'importantes colonies juives vivaient aux alentours de
l'Atlas et à Tafilalt. Ailleurs, elles constituèrent même de petits Etats
indépendants comme celui de Korora au nord du Touat qui dura jusqu 1au XVe
siècle.
Quant au Christianisme qui passa lui aussi par Carthage au IIe
siècle, son i~act fut encore plus profond. '~ous sommes presque la ~o-
rité dans chaque cité': disait TERTULLIEN (1).
(1) - C'était le plus illustre ecrivain de l'Eglise à Carthage vers la fin
du second siècle. Cf. Carthage par M. Dureau de la Malle in l'Univers,
ou Histoire et description de tous les peuples, p. 54. Voir également
G. MARCAIS. La Berberie musulmane, Aubier, Paris, 1946, p. 35.

.11 .
S'il est difficile d'etab1ir avec precision la date à laquelle les Ber-
bères se furent convertis au christianisme, il est certain que la mère de
Saint-Augustin (1) était une Berbère. La vie religieuse était si intense
que certains historiens comme TERRASSE sont amenés à dire que la Maurita-
nie était entièrement christianisee. Cette affirmation semble difficile à
prouver dl a.utant plus qu'au VIIe siècle les Arabes avaient trouve à l' in-
terieur de ce royaume des regi.ons telles que les montagnes du Rîf et le
Ghomâra peuplees essentiellement d'idolâtres. La survivance de certains
rites paiens chez les Berbères ainsi que leurs pratiques de l'astrologie
et de la magie, de même que les noms COIEle la Kâhina en temoigne.
Un autre obstacle auquel se heurta l'Islam en Berberie au VIIe
.i~èle se situait sur le plan culturel. En effet, la langue latine etait
très rependue en Berberie comme l'ont si bien prouvé l'organisation admi-
nistrative et la vie intellectuelle. Il faut cependant remarquer que la
barrière linguistique 6tait relativement fragile.
Surtout l'absence d'unite nationale que semblait accentuer l'exis-
tence de différents courants idéologiques : Judaïsme, Christianisme
et
idolâtrie, rendait les Berbères impuissants à repousser l'envahisseur.
ctest ainsi qu'il furent subjugu6s successivenent par les Car-
tha,p,nois, les Romains, les Vandales et les By~antins. Les exactions dont
(1) - Il naquit à Tagaste, petite ville de Numidie en 354. Sa mère s'appe-
lait Monique et son père Patrice.
J

:,;,

\\
~
.18.
,
;
~
ils furent victimes les euraient deterndnes à accueillir les conquerants
1
!
musulmans comme des liberateurs. Seul Kusaila, chef de la tribu chretienne
f
des Awraba, puis la Kâ.hina (1), se seraient farouchement opposes, à cette
date, à la conquête.
I
~··,

BI LA FONDATION DE KA.IROU.AN
1
Ayant reussi à soumettre une bonne partie de le Berberie orien-
tale mais redoutant toujours les attaQues inopinees des Byzantins ci. , une
part, et des Berbères du Sahara occidentaJ. réfractaires' à l'Islam, CUqba
edifia un I!Camp militaire':, Qayrawân ou Kairouan, la première ville musul-
mane fondee enAfrique.
La version d'Ibn Kha.l.doûn suggère que la. fnndation de cette cepi-
ta.l.e de l'Ifriqiya avait à'autres raisons que cUqba lui-même, s'adressant
à ses troupes,avait revélees en ces termes
IIQuand un Imam entre en Ifriqiya, les habitants de ce pays se
mettent à: l'abri du àanger en faisant profession de l'Islarl, mais aussi-
tôt que l'Imam se retire, ces gens-la retombent dans l'infidélité. Je suis
donc d'avis, ô Musulmans, de fonder une ville qui puisse servir de cap d'ap-
pui à l'islamisation jtlsqu: à la fin des temps:l (2). Cett.e declaration, si
(1) - Pour plus de détail sur ce personnage, cette devineresse dont l'his-
toire est entourée de beaucoup de légendes, voir Ibn Khaldoûn trad.
de Slnne l, 288, III 192 ; G. }~RCAIS. L~ Berberie musulmQne {p. 34,35
(2) - Histoire des Berbères. Trad. Slane, Paris, Geuthner, 1925 t. l
Ct.·
.•.••••
l(
""
._- ,,,-..~
....,---..-........,.,..-------.....,
j'
.1.
,
r-~
~
.
.

·19.
elle prouve la détermination de cUqba dans la poursuite de l'oeuvre d'is-
lamisation, semble montrer également la nature .àe son ];rosélytisme et les
mesures destinées à le favoriser (1). Ainsi, en vaillant combattant, il
parvint à contrôler tout le littoral et le massif de l'Aurès tout en assu-
rant la protection de la route caravanière reliant l'Egypte à l'Afrique
du Nord.
L'hostilité de quelques chefs berbères à l'égard des Arabes et
vraisemblablement de l'Islam. aussi, amena l'un d'eux, Kusaila, alors musul-
man, aiclé très probablement des Grecs et des Byzantins, soucieux de la
préservation des intérêts sur la côte et à l'intérieur du pqys, à faire
"".
perlr Cuqba dans une embuscade en 683.
'
C est alors que
-
Zuh81r
-
ben Qa.lS
(688-690) qui lui succéda au commandement militaire résolut de briser la
resiltance berbère. Mais Kusaila réussit à l'emporter et gouverna en Ifri-
1
1
1
qiya pendant cinq ans avant d'être tué en 688.
1
!
. ~-
Paraissant à plusieurs égards le continateur de l'oeuvre de •
cUqba ben Nâf'iC , Hassân.b. an-NucmâJl~ plus expert dans l'art militaire
(1) - L'Ifriqiya etait vraisemblablement consideree jusque-là par les
califes de Damas comme un grenier. cUqba estima. que sa tâche consis-
tait à repandre l'Islam chez les Berb~res donc s'y fixer. C'est ainsi
que furent jetées les bases d'une colonisation de peuplement des
Arabes en Berbérie.
./.

.20.
que ses devanciers, isola ses adversaires berbères et combattit les By-
zantins qu'il chassa. définitivement du Mag1:..reb en prenant Carthage en 695,
avant de se retourner contre la Kâhina qui prit la direction des Zenétes
après la oort de Kusai1a.
Après l'avoir tuée, Hassân st occupa de 1 t organisation ad:mi.nistra-
tive du territoire conquis et restaura le calme au Maghreb. Il institua
un système de to1erance essentiellement fondée sur une liberté de confes-
sion, ce qui. permit à ceux des Berbères qui ne voulaient pas se convertir
à l'Islam de payer un tribut annuel pour b~neficier de la protection de
l'Etat. Mais dans l'ensemble, son oeuvre était si révolutionnaire qu'elle
fut considéree par le calife cAbd al-Malik ben Marwân(685-70S)cornme une
tentative de se soustraire à son autorité. Sa destitutiqn fut proclamee (1).
Vers 705, nomme gouverneur d' Ifriqiya par le calife wa.lid l (705-715) ~
MûsâIbn Nu!?ai:r (705-716) se proposa aussitôt de poursuivre l'oeuvre de cUqba.
en imposant l'Islam li toutes les tribus berbères ha.bitant le sud-marocain
jusqu'à l'Atlantique.
(1) - Sur l'ordre du Calife, lIassân fut disgrâciepar Abd al-cAziz ben Marwân,
gouverneur d' Ef!'YPte, dont l' autorite s ' étendait jusqu'à la province
d'Afrique. J;Iassân a.urait étE? un défenseur de la cause" des Alides,
ennemis jures des Omeyya.des.
./.

.21.
cl LE KHARIJISME EN BERBERIE
Les Berbères qui aid~rent cUqba à secouer le joug des Byzantins
furent d€concert€s
par la politique quelque peu racial.e des Arabes ou en
d'autres termes fond€e
sur l'inégalité des races. Cette politique qui rap-
pelait celle que ces conquérants adoptèrent envers les Perses fut à la
base de l'insoumission des Berb~res. Son car~et~re essentiel 'tait la ra-
cherche excessive de gain. Elle eut pour conséquence, entre autres,l'implan-
tation et la diffusion de la doctrine kharijite.
En effet, estimant que les brimades dont ils firent l'objet
tenaient plutôt à des pr€jug€s
raciaux, les Berbères saisirent l'occasion
qui leur fut offerte pour conjuguer leurs ~rces afin de resister à l'in-
vasion arabe. C'est ainsi qu'ils adhérèrent à la nouvelle doctrine
le
kharijisme "apport€
selon Ibn KhaJ.dun, de l'Irak, qui le vit nattre, par
des Arabes venus se réfugier en Ifriqiya" ( 1) pour ~che.pper à la pers€cu-
tion. Ils adoptèrent plus pr€cis€ment
la. branche ibâdite (2),
laquelle,
avec celle des soufrites (3), est demeur€e
jusqu'ici, entre autres filia-
les de la secte, les seules quel' Afrique connaît.
(1) - Hi~ire des Berbères t. I. p. trad. Slane.
(2) - Selon sa doctrine les Musulmans
non-Kharijite ne so~t pas des in-
fidèles comme le veulent les autres tendElnces du Kharijisme.
(3) - Les soufrite professent une doctrine similaire. Ils s' empar~rent de
Sijilmâsa en 771 lI.c. Cf. Ibn al-A~ir; Al Kâ.mi.l, t VI, p., 4 et suiv •
.1.
"..;

·22.
Cette secte, introduite en Ifriqiya probablement au cours de
la dernière décennie qui précéda la chute de la. dynastie omeyyade, cons-
titua.:i.t pour les Berbères une doctrine nationa.il.e. Aussi l'ont-ils fait
-.'.1
,
essaimer le long de la M€diterranée
depuis la Tripolitaine jusqu'au Tifi-
lelt au Maroc. C'est ce qui expliq,ue égaJ..ement que, peu a.:r>rès son implan-
tation en Algérie, il la même période, Ibn ROSTEM, un Persan d'origine qui
en fut le principal agent, après avoir fondé sa capitale, TAHERT, parvint
à se faire nommé Imâm (776-784) et fut a.insi le preI!lÏer imâm de la dynastie
qui portera son non, celle des Rostemides.
Dans son Kitâb al-cIbar, parlant de cette détermination chez les
Berbères à repousser "l'envahisseur", Ibn 1G:laldum met en relief le elimat
d'insécurité dû aux repressions vexatoires qui déterminèrent les victimes,
en l' occurence la race berbère, à se mettre en quêt e de Iroyens pour cimen-
ter une unité nationale, afin de faire face il 1 t agression de l'étranger
1 'histcrien dit ceci : "De nouveaux désordres écla.taient aussitôt dans
i
ce pays; l'insubordination des Berbères, cette plaie de l'Afrique, devient
1
1
i
plus redoutable que jamais, et les 1G:larijites
sous la conduite de leurs
1
chefs, déployèrent encore leur animosité contre l'empire et s'étant réu-
1
1
ni s
en plusieurs corps, i 1 8 s'emparèrent de l'autorité, en proc181!l8llt
1
leurs doctrines hérétiques" (1). Est-il besoin de dire que .le 1G:larij isme
était un mouvement politique et religieux 1 Devenus maîtres du désert
1~
durant près de deux siecles,les Berbères furent presque décimés par les
1,,
(1) - Hienire des Berbères, Trad M.G. Slane, Paris Geuthner, 1925~ I, p., 218
./ .
'l'----....~ -
"..

.23.
Fa.timides qui, s' ~tant rendus maîtres d'Ifriqiya, détruisirent en 909 la
capitale (T.AHERT). Leur succès, dû essentiellement à leur fanatisme into-
lerant eut vraisemblablement des origines aussi bien politiques que religieuse;
La propagation rapide de la. doctrine kharijite sur toute 1 '~tendue
de la Berb~rie depuis le Maghreb oriental jusqu'à l'Atlantique montre à
qu'à des velleites de domination pure et simple.
D'une fierte qui relève de l'insolence et profondement épris
de justice sociale à laquelle ils ne cessaient d'aspirer, les Berbères du-
rent se sentir frustres par les musulmans ara.bes qui les tre.itèrent cOIIlI!le de
Wv
non-musulmans en :l;.es faisant payer des tributs qu'on ne doit prelever que
sur les non-musulmans soumis à~ loi islamique. 4ïnsi,d'autres chefs berbères,
suivant l'exemple d'Ibn Rostem, fondèrent leurs propres Etats. C'est ainsi
que les Banû Midrâr, a.ides des Zenètes, mirent sur pied le royaume de Sijil-
mâsa (Tafilelt actuel) et les Be.nû Qurra de la tribu des Sanhâja, celui de
Tlemcen.
De nos jours, quelques Hâts d'adeptes de la branChe ibâdite de
cette secte vivent encore en Afrique du Nord, au Mzâb 1 en Algerie, dans les
localites du Djebel Nefioussa,en Libye let fi l'île Djerba en Tunisie. On en
i
1
trouve également en Afrique orientale s 13. Zanzibar. Enfin on en trouve en
"
---t

.24.
Arabie orientale, ~ COman qui fut la xœtropo1e de la côte orientale d' Afri-
que jusqu'en 1856 (1).
Sur le plan dogmatique, le Klla.rijisme, tout en constituant un
bloc à part~ a des vues qui rejoignent de pr~s celles du Sunnisme int~gral;.
En effet, pour ce qui est des sources fondamenta.les de la loi musulmane,
c
selon l'orthodoxie, le Consensus (ijmâ ) suivi. du raisonnement par anelo-
gie (qiyâs) vient ap~s le Coran suivi. de la tradition proph~ti.que (Sunna).
Tandis que pour le Kllarijisme, l'opinion personnelle (ra'y) doit se subs-
tituer à l'ijmâC et au qiyâs. Ainsi les sources proprement dites se redui-
sent à deux au lieu de quatre selon les €coles
orthodoxes.
Ainsi, toute école, tout groupe è. part qui ne respecte pas cette
quadripule est dit hérétique. C'est dans cette acception qu'il faut enten-
dre ce terme quand Ibn Klleldoun parlait de "leurs doctrines hérétiques ,: è.
propos des Berb~res.
Pour les Kllarijites, c'est par simples déductions que les sources
de la loi musulmane ont eté fixées à quatre. Or, comme ils se refusaient
(1) - L. MASSIGNON. Annuaire du Monde musulmen'~ Paris, PUF, 1955, p. 41
Cette doctrine aurait compté quelques adeptes chez les Songh8\\Y en
Afrique. C'est ainsi que d'aucuns disent que Sonni Ali-Ber (1464-1492)
fut un kharij i te. Cf. Un aperçu de l'Islam songhay in. Bull. IFAN,
B nO 2, 1972, p. 249, par l'auteur de ces lignes .
.1.

.25.
à ob~ir a.ux tenants du pouvoir, en l'occurence les califes, ils s'emplo-
yèrent ardemment à étudier les textes pour parvenir à mettre sur pied
une doctrine politique ayant des fondements religieux. C'est ainsi qu'ils
font abstraction des deux dernières sources, à savoir le consensus et le
raisonnement par analogie qui, à leurs yeux, sont dues à des circonstances
particulières et auxquelles se referaient souvent ceux qui firent du Cali-
fat l'apanage d'une seule descendance, ct est-à-dire un 6yst~me hereditaire,
alors qu'il deva.it être électif et sans considération d'origine. En cons€-
quence, ils elisaient leurs imâms independants suivent un seul critère :
l'aptitude.
Par ailleurs, ils légitiment d'une part la mise à mort du Calife
dès qu'il demerite en commettant par exemple un pêché grave et, d' autre
part l'élection au califat de tout musulman apte à pr~sider aux destin~es
de 11 communaut~ islamiQue sans aucune consideration de liens de parenté
a.vec le Prophète.
Pour contenir leur assaut et pour aider aussi les Berbères à mieux
connaître l'Islam, le Calife cUmar ben cAbd a.l-cAzîz (717-720) considerant
que la quasi totalité des a.rabes militaires et autres établis en Derbérie
était illettrée et partant non mieux instruite en Isla.m que la. population
autochtone berbère, envoya une dizaine de jurisconsultes en Ifriqiya. Cette
politique culturelle ainsi inaugur~e preluda au triomphe de l'orthodoxie
sur les mouvements herétiques qui, pendant deux siècles, se disputèrent
le Maghreb.
~

DI LES Lur.rrES DOCTRINALES
.26.
Face ~ l'expansion rapide de cette prise de conscience chez les
Ilerbères, le Sunnisme dont le développement aurl'l. ~t2 estompé par l'inter-
mède du Shicisme des Fatimides (909-1171) d'une part, et par l'essaimage
du Kharijisme d'autre part, réapparut par l'intermédiaire du Malékisme,
introduit au Mal?hreb pnr Asad Ibn o.1-Furât (1), un disciple de Malik Ibn
Anas (715-795). Mais le principal agent qui aida. a. la diffusion de cette
doctrine fut cAbd as-S~~nm b. Sacîd at-Tanûhî(776-854) dont l'intellië,ence
lui valut le surnom de Sa.1tnün sous lequel il
est généralement connu. I l
fut disciple d'Ibn al-QâsiM et rédacteur d'al-Mudawwana al-Kubrâ (2). Il
était natif du Kairouan où il exerça les fonctions de cadi molékite.
Toutes 0 es ecoles semblent rivoliscr un moment au Maf,hreb. Sou-
dain, pour des raisons tenant essentiellement a leurs ~stèmes ù'interpré-
tation, elles laissent le champ libre à l'une d'elles: le Ma.l~kisme.
(1) - Il Gtudia cl' nborcl le Hano.fiamc an Irak. a.vnnt d' a.ller r..u Ca.iro confron-
ter ses vues a.vec celles d'Ibn al-Qâsim. Rentre en Ifriqiya., il Be
brouilla avec son collèe:ue du Caire et renonça au Mo.lekisme, laissant
ainsi le champ libre à S~nûn.
(2) -c'est le nom de l'ouvrage issu (le la révision d'al-Asadiya, l"oeuvre
d 7Asad Ibn al-FUrât que celui-ci composa. au cours des s€ences
qu'il
eut avec Ibn al-Qâsim, eu Caire. Ce dernier ayant quelque peu évolué
doos ses idees, lui demanda per la suite de revenir sur certains pointq
ce que Asad refusa. Sal].nûn se rendit au Caire, et sous la dictée du
grand maî:tre. Ibn a.l-Q,âsî:m, il procéda à cette révision de la façon
suivante. Pour chaque question il demandait si l'on s'appuyait sur un
he.dit du ProIlhète ou sur les vues de M"'alik. Le maître lui répondit
parrois : "ceci est simplement mon opinion personnelle';. cr. Al-Madârik
du Cwli cIyrid (oll. 111~9 J.c.)~ Rnbnt, Minist(:rc {les 1\\.ffuires relie;icuses,
1970, t. IV,' p., 49 et sui v •
~.•
,/,,\\
'/'

.27.
1) LE SUNNISME OU LES ECOLES JURIDIQUES
Dès le milieu du VIII e siècle, la nécessité de codifier les
rèp').es de la religion rnlsulmane se fit sentir. L'initiative en venait
dtAbû IJanîfa an-Nucmân (699-767). D'autres savants s'attelèrent à la
tache et parvinrent ~ donner naisssoee ~ des ~eoles juridi~ues qui por~
tèrent leurs noms, les écoles hanafite, malékite, XafiCte et hanbalite,
respectivement d'Abû ~anîfa an-Nucmân (699-767) de Mâlik Ibn Anas (717-795)
de Mu1)a.rnma.d Ibn Idris Xs-~âfici (767-820) et d'Ahmad Ibn Hanbal (780-855).
.
.
n en eriste.it d'autres qui ne survécurent pas aux premiers si~cles de
l'Islam à cause de leur fragilité due principalement à leur tendance ex-
cessive eu rigorisme des traditionnistes ou à la. simplification des ra.-
tionalistes (1).
Les différences entre ces quatre ~coles,appelées improprement
rites, consistent dans l'importance que chacune d1elles accorde aux sour-
ces fondamentales de la loi : le Coran, la Sunna ou tradition prophétique,
l' IjmâC
ou Cdlnsensus des musulmans ~ et le Qiyâs ou raisonnement par ana-
logie. Ces divergences proviennent des interprétations que les chefs d1 eco-
le donnaient dei lois en rapport avec les situations concratee
sur le
(1) - Parmi 8es écoles, celle de ~asan al-Ba~rî (ob. 278) Irak; celle
d'Avzâ î (ob. 737), Syrie, celle de Tavri(ob. 777), Irak, celle de
Batdadî{ob. 883) Irak; celle de D~d a~-~âhirî (ob. 883~Perse.
Rappelons que cette dernière école semble exister jusqu'à nos jours
grâ.ce à l'impulsion que lui donna Ibn Hazm de Cordoue. Elle semble
la plus l iberale de toutes. Quelques aütorit~s almohades tel, le cali-
fe Al-Man~ûr (11841198),s'en r~cb.m.aient
./ .

plan dogmatique, rien n.e les sépare.
.28.
Ainsi l' école hanafite, qui avait souvent recours il la raison et
au bon sens, passe pour être pe..rmi toutes ces ~co1es la plus rationaliste.
Elle a essaimé en Asie centrale, au Pakistan et en Turquie. Elle est ca-
racterisee par le rôle prepond~rant assigne à l'opinion personnelle et
par voie de consequence, l'utilisation limitée de hadit
(1) .
Diam~tralement opposée à l' école hanafite, l' ecole henbalit€
qui proscrit l'usage de la raison représente la tendance conservatrice
par excellence. Ecole 1ittéraliste, elle est dite de hadît
pour le rôle
. -
qu'elle accorde à la tradition prophétique. Elle ne compte'd'adeptes qu'en
Arabie Seoudite où elle a donné naissance au Wahhâbisme (2).
Quant à l'école rdïCite, elle se distingue des autres essentie1-
lement par l'importance qu'elle attache au Consensus des'Médinois, c'est-
a-dire l'accord des savants de la première géneration après le Prophète sur
\\me question juridique donnée. Principalement elle compte ses adeptes en
Egypte, en Indon~sie, au Yemen et en Inde.
(1) - En revanche, elle envisage des problèmes dans un ordre purement spé-
culatif, au lieu de se fonder sur le réel, la vie pratique, comme
par exemple, l'école d' Ibn ~anbal.
(2) - C'est le neo-hanbalisme d'Ibn Toymiya qui donna naissance à cette
tendance qui, en somme, représente le hanbaliste dans son évolution.
'/'

.29.
Enfin, l'école malékite qui reste priviHgiée au Maghreb et en
Afrique Noire, exceptés quelques îlots de kharijites que nous signalerons,
passe aux yeux de certains pour conservatrice. Elle comporte cependant
un facteur très dynamique qu'est la notion de map'laqa. Celle-ci consiste,
en matière de jurisprudence ~ à accorder une large part aux intérêts des
personnes concernées dans la mesure où la nouvelle lcf qui sera ainsi
élaboree demeurera subordonnée aux lois fondamentales susmentionnées. En
aucun cas, il ne doit exister entre elles un quelconque confiit. C'est
ainsi
':u'elle est dite avec l'école ~Cite, école du fiqh , c'est-à-dire
de juri"sprudence, faisant ainsi le contrepoids entre les deux extrêmes
constitueS
par le Hanafisme rationaliste et le Harbalisme littéraliste.
20 ) L'ESSOR DU MALEICISME
?armi les causes qui vraisemblablement présidèrent à l'essor de
l'école malékite, singulièrement au Maghreb et en Afrique Noire, 17 0n doit
mentionner sa souplesse d 7 adaptation, exprimée par M""alik dans la célèbre
phrase lapidaire que voici' 11
ri .dJI f~ ~ W~l r .J.::-" ~,,"
qui signifie littéralement "Là où vous trouvez l'intérêt, il y a la loi
de Dieut7 •
Cette éLOsticité provient de la notion d'avantage (1) que le
(1) - Il s'agit des cas spécifiques au sujet desquels on ne trouve aucun
texte. Pour Môlik on doit considerer le bien ou le mal qu'on en tire,
et selon le coefficient affecté à l'un ou à l'autre, on peut légife-
rer ve.1ablement. Elle est proche de la notion d' istilfsân ou "validité
pour râison d'utilité", reconnue :par les autres écoles .
.J.

.30.
fondateur de l'Gcole comprend dans les sources de lois. De fait, en plus
des sources de loi communes à toutes les quatre Gcoles : le Livre, la
Sunna et le Consensus, l'Gcole mal~kite offre cette particularite de tenir
largement compte de deux facteurs:le consensus des savants de MGdine et
l'intGrêt (maslaha).
En effet, il nous semble que parmi les quatre écoles juridiques
dont nous venons de parler le m&1Gkisme est celle qui, sans devoir beaucoup
au ratione.li sme dl Abû ~onS:fe ~ semble la plus pragmatique. Ce fut en vertu
de ce compromis élabor~ par Mâlik lui-même que les juristes malékites ne
prohibèrent pas, au non de l'Islam, certaines coutumes africaines, quand
bien même elles auraient suscité quelques r~ptilsions chez les juristes des
eutres écoles.
Ainsi, les Berbères pour se sous1JaÏ.re à l'autorité du pouvoir
b
centrn1, favorisèrent la na.issance de tout mouvement œismatique .. Au début
du IXe siècle, ils contribuèrent S 11 éclosion de deux royaumes riva.ux,
l'un le royaume des Aghlabides, a.u coeur de la. Berbérie, l'autre, celui
des Idrissides à l'extrême ouest du Maghreb. La formation de ces royaumes
n' avait fai.t dans une certaine mesure qu' accroi:tre les troubles de tous
ordres avec les guerres qu'ils se livraient entre eux. Durant cette pério-
de la question doctrinale n' ~tait souvent qu'un simple prétexte •
.1.

'. ij
1
.31.
1
n
i
faut noter cependant que 1 '~viction des autres ~coles par le
1
malekisme était effective. Car, ni le Kharijisme, ni 1 'her(sie de I;Iânûm (1)
1
le faux prophète de la tribu des Ghomara, n'avaient assez de consistance
pour gagner l'adhésion des masses berbères.
Un siècle et demi plus tard, précisement vers 1016, la prospérit~
du pays décida Mucizz b. Bâdîs (1016-1062) à se libérer IIde la suzerainete
des Fatimides et ~ répudier les doctrines shi Cites que les peuples d'Ifri- 1
qiya n'avaient acceptées qu'à contre-coeur". Aussitôt dégagé de leur
tutelle, il imposa le rnalékisme à l'exclusion de toute aut.rè école a.ux
habitants d'Ifriqiya.
A cette époque où naquit le mouvement almoravide qui consolida
[ au Maghreb les bases du Malékisrne, deux COur811ts de pensee is1a.mi.que a.Ilaient
se disputer la suppréme.tie au Maghreb extrême : le Sunnisme venant de
(1) -
Vers 93o/J.C. il commença à pre cher une religion nouvelle qu'on
peut considérer comme le résultat des modifications qu'il avait
fë.Ït subir à l'Islam: 2 prières quotidiennes, au lever et au cou-
cher du Soleil, le jeûne du Re.madan reduit aux trois derniers jours
de ce mois, de1J,X jours du mois suivant, le jeudi de chaque semaine
et la matinée de chaque mercredi. Tout manquement à cette prescrip-
tion devait faire l'objet d'une expiation : 6 moutons à donner. Le
pèlerinage à la Mecque annulé etc ..• Il fUt tué par les Berbères
Masmouda, vers 934, mais sa religion Juisurvécut quelque peu.
Cf. R. BASSET, Recherches sur la religion des Berbères, Paris, 1910,
Encyclopédie de l'Islam, nouvelle édition'
.f.

.32.
l'Espagne d'une part t et le Shi cisme des Fatimides qui progressait du
Maghreb central vers l'ouest t d'autre part. Cependant ces derniers durent
bifurquer sur le Caire où ils r~ussirent la fondation d'une nouvelle ca.-
pitale t le Caire, en 969 p.C. ct alun universite Al-Azhar, en 972. Ainsi
le SunnisIDe eut toutes les chances de s'imposer définitivement en Berberie
occidentale dès la fin du Xe siècle.
30 ) J..ES FACTSURS DE CET ESSOR
Parmd les facteurs qui contribu~rent ~ l'éviction des autres
courants de pensee, on peut
mentionner:
a) - La naissance du royaume des Idrissides. Quoique fonde par
un alide en même temps des cendan"tt du Prophète, ce royaume dont l'objet
pouvait être la consolidation de l'unÎté musulmane au Maghreb prepara dans
une le.rge mesure le triomphe du Mal~kis:me en mettant en oeuvre lets moyens
suivants
- lute contre la diffusion du Kharisjisme
r.efus de faire siennes les idees principales du Shicisme
- aspiration ~ l'égelit~ des races arabe et berbère
- oonsolidation de l'unité musulmane par l'institution de l'en-
scignern.ent du Coran et de la langue arabe.
b) - Le pèlerinage ~ la Mecque qui était une occasion pour les
Berbères d' e.couter les savants malekites à Médine.
---._-.
'/'

·33.
c) - L'adéquation de la doctrine malekite avec 1 ' esprit berbère
que rebutait le recours excessif au raisorinement, comme chez les Hanafites
d) - La construction de nombreux couvents (ribâ.~)
- En Ifriqiya les Aghlabides avaient construit Cluelques ribat.
- Au Maghreb extrême, les Idrissides en fondèrent quelques-uns
Clue les Zénétes multiplieront après.
c) - L'intervention directe de l'6tat almoravide qui, interd.isent
la lecture de certains ouvrages de fiqh ou de théologie, alia jta1qu 1 à
autoriser l'autodafé du livre de la Revivification des sciences de la re-
ligion (1) (IQ.ya' cUlûm ad-Dîn) de Ghe.zâJ.i.
C:est ainsi que l'école ~ekite réussit à s'implanter solid.ement
au Maghreb. Cependant le caractère excessif des moyens auxquels les pou-
voirs publics
eurent recours pour l'y consolider suscita une contre-reac-
tion après l 1 accession au pouvoir des opposants du IOCluvement
: les Almohades.
(1) - Ce fait autorisé par le calife aJ.moravide cAlî ben Yûsuf (1106-1142)
eut lieu vers 1106-1111 p.C. Les jurisconsultes dont faisait partie
le Cadi Ibn ~amd.în de Cordoue qui considérait comme infidèle quicon que
s'adonnait à la lecture de ce livre, estimaient que dans celui-ci
Ghazê.li tentait de réhaéiliter le soufisme d'une part et de préconi-
ser l'usage de la logique comme moyen de parvenir à la vérité d'au-
tre part. Or, si le soufisme leur apIlaraissait comme une SOtm!le
d:extravagances, la raison ne pouvait qu'égarer celui qui suit la voie •
./ .

·34.
4°) - L'OPPOSITION ALMOHADE
Avant 1121, Mu1J.amm.ad Ibn Toumert al-Mahdi (1121-1128), un Berbère
de la tribu des Ma~nûda, fondateur du :r.J.ouvenent aiLJIlohade, avait fait un
long s~jour en Orient où il entra en contact avec les grands homnes de
lettres. Déj~ hante par l'idee de changer radicalement les systènes juri-
diques en vigueur en Berb~rie, il étudia auprès de ces grandes figures
tlUSulnanes la méthodologie juridique (u~ûl al-fiqh) qui lui paraissait
être reléguée dans les sytèrnes juridiques, particulièrement celui du
~,
rolckisme gui demeurait privilégi é dans cette partie de l'Afrique et en
r
Espagne. lœ théories
d' Al-Ghazâli, particulièmnent dans Il).yâ' cUlûm ad-Din
des sciences
..
. .
.
(vivi fi cation/ de la religion) excercerent sur lm. une J.nfluence essentJ.elle.
Signalons gue cette oeuvre avedt été brûlée par les e.utori tés o.lmoravides
en riposte aux attaques qualifiées de véhémentes q~e l'auteur avait diri-
~...
gées, principalement dans le chapitre intitulé : Kitâb e.1-cIlm (livre de
r
la science), contre les principes et les autorités rr.al(kites.
Considérant que cet état de choses était à l'origine même de la
sclerose qui caracterisa le droit malékite, Ibn ~ournert désireux de res-
taurer les principes fond~entaux de l'Islam, condamna l'etude même des
c
:rurû
dont il stigmatisait les auteurs et à laquelle il ordonnait de subs-
tituer celle des u~ûl (1). C'est ainsi qu'il créa et entretint un clinat
(1) - Il slagit des bases fondamentales de la religion: le Coran et les
~adî~ opposEes au fUk-ûc,applic~tions pratiques que chaque juriscon-
sulte peut en fai re •
./ .

f'-"c 1ihh?ëttt"w6iitihtriiMb!W'lhr±thô+"'i.1t5fthftbtri"-r'hitst'+ÙHm'sè ~W titr'ibttfd1- ·atHtdd'MWifrrtMiè.W'Wtrii'ttl.''iud6h ft' '"Htrt'6t' 'd' t'kiKi" rit 'HU'1'bifSH'M'Mbf tiUBni'*H" CT If ',.:
~\\\\
l"~~,
.. 35.
de confusion qui lui rut du reste :favorable • utilisant la. léthargie
qui en découla, il se mit à contester publiquement l'autorité des chefs
almoravides en se déplaçant de ville en ville pour inciter les Berbères
à slinsurger contre ce pouvoir qu'il considerait comme abâtardi. Il esti-
mait que le propre de ces livres ~te.it d' éloigner les fiaè1es des verita-
b1es sources de la loi musulmane.
D'aucuns pretendent que la dislocation de l'Empire almoravide
provenait en partie du développement excessif, au sein de l'école maJ.ékite,
de la doctrine d'espèces, c test-à-dire le f'iqh applique • En effet, on
peut constater qu'au nombre des maux qui affligeaient et l'Enpire et le
droit malékite, sous cP~i Ben Yûsuf
(1106-1142) (1), figurait la decrois-
sance
relative de l'effort intellectuel tant en Espagne (alors musulmane)
qu 1 au Maghreb. On notait l'absence de :
- l'interprétation allégorique du ~oran,
- la recherche personnelle du sens de la loi,
tandis que rayonnait une scolastique juridique qui eut deux consequences
essentielles :
a) - L'excès de liberté en matière de jurisprudence. Chaque juris-
consulte pouve.i.t librement donner des fa:twê. sur n'importe quelle question
juridique sans quelque rapport avec sa COI!I.Petence.
(1) - Il fut calife des Almoravides après Youssouf ben Tachfine.
Il était très cultivé et aurait favorise les juristes (fuqah~)
sous son règne.
.f.

.36.
b) - Le retrecisseI!lent de la. casuistique qui mativa, vraisemble.-
blement,la protestation vigoureuse d'Al-Ghazâ!i dans son livre intitule
la Revivification des sciences de la religion; l'auteur s'elevait contre
une certoine conoeption du fiqh chez les malékites, mais sans doute peut-
on estimer qu'il alla. trop loin quand i l considerait que le fiqh suivent
cette école etait sans rapport avec la religion.
Le fiqh malékite s'était réduit à ses yeux à une sorte de gyJllIlas-
tique intellectuelle, alors que la religion est une affaire de coeur. Cette
dernière consideration d'Al Ghazâlî souligne l'orientation du philosophe
qu'il fut) desormais livre aux a.ttraits du soufisme d'une part, et l'anti
pathie des autorités almoravides pour le mysticisme d'autre part.
Cette guerre, tout ideologique à ses débuts, aura engendré une
consequence néfaste qu'aucun affrontement de ce genre n'aura jamais connu
1 l'autodafé de tous les livres traitant du droit musulman selon l'école
: malékite. Le calife Ahd al-t>1ûmin (1094-1162) en aurait fait brûler une
1
quantité en 1160.
Pour certains auteurs, Ibn Tûrnert et ses deux premiers successeurs
cAbd a.l- Mûrnin et Yûsuf se seraient limites à la simple interdiction par
des actes administraits-des peines étaient prévues pour les contrevenants-
de l'utilisation des livres de droit malékite. Selon ces auteurs,le cali-
le
fe Abû Yûsu:f YaCqûb a1-Ma.n~ûr {1184-1198)Jplus rigoriste, aurait ordonne
la destruction de ces ouvrases.

t'''-'''W'-·"W,-Itd"l 't" $#""* wW. . . .'ÛWtfè fN'MW'b" ...ù"'d+'i'
.37.
Parmi les livres proscrits, la Mudawwana. de Sa.lplÛIl (1) ~ le
livre d'Ibn YÛI1uS, la Risâla. d'Ibn Abî Zayd, la Wâdiha d'Ibn ljabtb etc •••
Al-M..9XI'âkuXî (ob. 1227), t~I!1Oin ooulaire, :pr~cise que les 1i-
r
'.;
vres renfermant quelques J:;adit du Prophète ou versets du Coran en etaient
i\\
depoui11~s avant d!être brûlés. C'est ainsi qu'il assista à un tel specta-
c1e à Fez où l'on mettait du feu à des charges de livres (2).
Ces excès commis de part et d'autre par les Almoravides et les
Al~oha.des contribuèrent à la consolidation des bases du malekisne au
Ma~hreb. Ils auront determine d'abord les Mérinides, ensuite leurs succes-
SSlU"S ~ il faire du Malekisme une doctrine d 'Ete.t.
CHAPITRE II
LA PENETRATION DE L'ISLAM AU SENEGAL
L'on a donc vu que c'était sous Mucizz ben Bâdî~ue l'Islam
fut introduit au Séne~al. Mais à cette 6poque, la partie occidentale de
1J
(1)
Cf. supra."p. 26, nO 2, les circonstances de sa redaction.
(2) - Cf. Al-MarrâkuXî, Al MuCjib. (texte arabe p. 201) édite pa.r R.P.A.
OOZY sous le titre the history of the Almohades, Leyden ~ Luchtmans,
1847.
(3) - Cf. supra.,p. 31.
./ .

''''--Mt''W'ffWV't=-''RtWU
s• • 'n'u.m· e- -_'
=-
-
.38.
la Berbérie était, semble-t-il, demeurée i~erméable à l'Islam. C'est
ainsi que l'on situe la conversion d'Abû ~~ammad cAbdallah, alias Tarsina,
le pre:rnier berbère du Sahara occidental à embrasser l'Islam, vers 1020.
Puis, une dizaine d'années plus tard, le chef des Berbères voilGs, un
Zenéga du nom de Yal}.yâ Ibn Ibrâhim,:e futur promoteur du I!lOuvement almo-
ravicle, en compagnie des notables de la tribu Goddâla (1) à laquelle il
appartenait, effectua un pèlerinage à la Mecque. Ce pèlerinage aurai.t eu
lieu en 1035, ou quinze ans plus tard selon al-Bakrî.
Ce saint personnage, offensé par l'indifférence caracteristique
des Berbères musulmans à l'égard de leur religion, se fit un devoir de
chercher un savant Qui pût le seconder dans Sa tâche de repandI€ l'Islam
chez les Berbères et d'instaurer l'orthodoxie surDite dans son terroir.
De retour des Lieux Saints de l'Islam, arriv~ au Maghreb, il se mit à la
recherche d'un docteur malékite et finit par en trouver en la personne de
cAbde~lah Ibn Yâcine al-Jazoulî, dont il fera le directeur spirituel de
ses contribules.
Avec un grand zèle, ils s'attelèrent à leur tâche dès leur arri-
vÉSe. Al-Bakrî, brossant le portrait moral. du jU't"isconsulte dont la rigueur
1"
(1) - Les proches vOJ.sJ.ns du pays des Noirs (As-Sûdân) sont les Bani God-
dâl~ qui occupent le dernier territoire islamise. La ville du Soudan
Je. plus proche êtes Goddâla se nomme Sunghâna •
./ .
l~''''
&L~

.39.
n'avait d'égale que l'insouciance des Berbères Qu'il avait la p~nible
charge de conforner strictement aux enseignp.l!lents du malékisI!le, le dépeint
sous les traits d'un ascète outranci~rement zelé, un puriste 'lui flagellait
ceux de ses adeptes nouvellement convertis qui enfreignaient tant soit peu
le règlement intérieur du Malekisme.
Importun6s, les Berb~res; d'un tempérament l iberaJ., i, accoutum€s
à la rigueur de ces puritains, se montr~rent très violents à ll endroit de
ce petit groupe de fanatiques dont le noyau était constitué par Yal}.yâ et
'."
Ibn Yacine. Ces derniers, sachant que leur méthode de coercition était
>,
demeurée inopérante, se resolurent à les quitter à j a.I'lais. Ils se rendi-
rent au Tekrûr, "sur un llot du Niger (ou du Sénégal) (1}", qui représen
tait l'actuelle île de Tidra en Mauritanie. Ils y auraient construit un
couvent qu'ils nonmèrent "Ribât n (2) et s'y enferm~rent, se vouant aux
actes àe la pure dévotion. Pour Serge ROBERT, l'on ne dispose pas encore
(1) - Encyclopédie de l' Isle.m. Nouvelle éd. Art. Almoravides.
- Pour un d~veloppement ultérieur de cette notion voir l'article assez
bien fouille P. F. de FARIAS : The Almoravide, paru dans le Bullelin
de l' IFAN. nOs 3-4, 1967. Dans un article. 1I..r. NORRIS, soutenant une
thèse contraire, considère le fe.meux Ribât comme legendeire. Les
Idrissides fondèrent les premiers ribât au Marhreb extrême. Les Zé-
nètes qui furent leurs continuateurs en constnisirent plusieurs dont
celui d' IIklu, près de Tezmit, fondé par Wagâg ben Zallu. Ce fut dans
ce ribât qu 'Al~al.lah ben Yâcîn fit ses etudes avant de fonder au
Sénégal celui qui couva le noyau du mouvement almoravide, vers 10381 J . C.
Suivant les plans les ribât remplissaient des fonctions différenciées:
1) - Mosquée pour la prière et l'enseignement comme celui d'Aklou
(couvent simple).
2} - Château-fort toujours d'une forme carree ou rectangulaire avec
deux étages. A chaque angle un observatoire. (couvent fortifié)
L'architecture de ces ribât perpétue l'influence des Byzantins.
On peut admettre que celui du Sénégal, non localise jUStlu' ici, :lài.sait
partie du second type, c'est-à-dire des couvents fortifiés car l'on
sait que les fidèles, avant de le quitter, atteignirent le nombre de
mille selon Ibn Khaldoun. Voir Ibrâhim ijarekât, Al-f.1a.~ribcibra at-
tarih, C~5ablanca, Dâr as-Sulmâ, 1965. T.1.

IMe'M'W'Z 'P'9'• • •"S1lZ'" 'rtS.MJtfflUWWe "wrn '" 'Sm"ff èt 'Morr", "1"1 t_r'pteoWM9ilt t!I'_'bW l'Nb dP?*MfWMtiw# uM'tiibi'M'df'ftf"Stt'·, *!• •neM' '''>'&.'''.
. 40.
de preuves pour prouver l'existence matérielle du Ribât. Car le terme
employé par al-Bakri, ajoute-t-il,peut signifier aussi une assemblée de
personnes (1).
Cependant malgré leur isolement, leur attitude pie1 ,se face aux
Berbères influença profondément les néophytes qui, en Petit; nombre, les
rejoienirent eu couvent et s'associèrent à leurs pratiques. Ce climat de
confiance et d'assurance qui régnait entre maîtres et adeptes favorisa
l'exode des Juddâla en direction du Riçât. Durant ce laps de temps arri-
verent ël.éjà mille Almoravides, ou deux mille selon DELAFOSSE (2).
Il est donc permis d'affirmer Clue si l'Islam n ' avait pas devancé
les promoteurs du I!lOuveI:lent almoravide au Tékrûr, ceux-c.J ne s 'y seraient
peut-être pas refugiés. Mais il est assure que wâr IlïBbe ou wâr NDIAYE,
baptise sous le nom d'Abou Dardâ" (Abû-d-Darda' al-.An~ârî, en souvenir du
1
...
celebre compagnon du Prophète), fut le premier souverain du TekTÛr à se
convertir il l'Islam. Il mourut aux environs de 1040 ,selon Al-I3akrî. Or,
certains historiens disent que ce fut auprès de Hâr DJABE, où "l'Islam
brillait déjà", que les deux hommes cherchaient, non seulement un refuge,
mais aussi une aide en hommes, afin de soumettre les Berbères jusqu'alors
recaJ.citrantés.
(1) - Entretien avec lui à 15 faculté des Lettres de Dakar, le 17 mai 1973.
Il étnit le chef du département d'Histoire de cette faculte.
(2) - Haut-Sénégal-Niger. Paris, Maisonneuve et Larose, 1972, T. II, p., 35 •
.1.

1
.41.
De ces premisses, il est permis de tirer les conclusions suivan-
tes
l'introduction de l'Islam au S6negal est antérieure à la naissance
même du mouvement almoro.vide et d'autre part, des Senégalais (les gens de
Tekrûr) ont marché côte il côte, en 1056, pour briser la resistance des
Ge.ddâla dans le Tagant, avec les Berbères musulmans co:rn:mandes par Lebbi
ou Ibrahima SALt, fils de io7âr DIlIDE (1).
AI - L' ISI.J\\M AU SENEGAL (1030)
L'on pourrait donc situer la p6netration de l'Islam au Sénégal
aux environs de 1030. Vincent MONTEIL, citant l'auteur de Rawç. al-Qirtâs
(1326), dit ceci :';Un énri.r de Fès aurait soumis les gens du T~krûr en 933".
Une telle estimation reculerait la penetration de l'Islam dans ce terroir
d'une centaine d'années, mais cet auteur médiéval semble être seul dans eet
avis. L'immense desert du Tagant et de l'Adrar séparant les deux pays,
était peuple de Berbères et de Noirs encore profondement attaches au culte
paien et hostiles à l'Islam.
Une ~uestion rest~ posee. Qui furent les agents de cette is1nmi~
sation ? Selon toute vraisemblance, les Berbères qui, une fois passés
sous la bannière de l'Islam, se constituèrent en !'is1amisateurs ll armés
et introduisirent ainsi l'Islam dans le Tarant, au sud-est de la Mauritanie;
(1) - DELAOOSSE, op. cit. t. II, 'P. voi~ As-Sacdî, Tarikh as-Sudân
trad. HOUDJ\\S, Maisonneuve, 1961L
.1.

.42.
il s'agissait probablement des Berbères du Nord. Cette marche en direction
du Sud les conduisirent jusqu'à la rive gauche du "Senec;a1" où ils trou-
~rent un accueil inhabituel tant auprès des populations autochtones,
sensibles aux attraits de la foi qu'ils professaient, qu'auprès de la
nature prospère. Il s'aeissait precisement des gens du TékTÛr qui, d'un
tempe rament presque identique a celui des Berbères, c'est-à-dire animes
des mêces sentiments mystiques, ne manquèrent pas de manifester leur joie
à embrasser l'Islam.
Ainsi, sans aucune pretention de conferer à notre hypothèse la
certitude d'un ~~ome, nous rejetons l'idee selon laquelle l'introduction
de l'Islam au Senégal s'opéra par une voie autre que celle de la persua-
sion. D'ailleurs, il ne semble pas qu'il y ait eu un mouvement d' i slami-
sation, dans l'intérieur ou au sud du Tagant, antérieur à celui des Almo-
ravides , aux dates que nous venons d'indiquer.
Toutefois, une relT,arque s'impose. Nous ne voulons pas proclamer
l'absence du sabre dans le développement ulterieur de l'Islam dans ce
pays, ce qui relèverait de la fantaisie, vu les événements historiques
que l'on connaît.
BI - LE TEIœOR ET SON EMPLACEMENT
L'identification precise de l'emplacement du Tekrûr, qui parmi
tous les empires musulmans médiévaux de l'Afrique occidentale semble le
1
.1.

'"id; bd 0"'" tt:,etkt'#f HW '.l6iMttètew H• '., •
'CM'."'X"
t
t
'b·t Mbèh,.~Û*ê ,-, fi'
3
: KW.,o'.
1

dk** t'!! #.": t!t '* ''t' her 4'$t" '*

~
ID
Cl'
'<Il
·C
:'0
rn
'5
: "M
. -'"
: <Il
1
. r..
1
d\\J 1
..-1
,
s
1
~ !
~ 1
~
;.
l';;
j.'
t.:
1
1
c
!uc~
41
C .-"-
III .:J
III
"-
~-:;
-r-
. .JO
-

He t'tsrlrw:/r n.n-b'W'*"'t'
t1J ttt
Xt
"tu H
"W'
.43.
le mo~ns connu, permet'bait de meux se.J.s~r la nature et l'importance des
relations entre les populations autochtones n~gres et les arabo-berb~res
,
venus du Nord. Le neuve Sénégal quiavait donné une situation privilégiée
f
l,
du Tekrûr la capitale, procurait aux populations, toutes proportions gar-
dées, les mêmes avantages que le Nil de l' EllYPte offrait aux Egyptiens.
r
l~
~i·
En effet, c'est une telle fertilité qui y aurait fixé les popu-
lations noires venues de l'Est par va~ues successives. Tout autant c'est
1
elle qui, estimons-nous, aurait déte~né d'autres peuples à chasser les
1
1
ethnies qui y vivaient et qui se seraient dispersées en populations fugi-
f1
t
tives comme semble l'illustrer la cexte de ~Rration ci-contre.
1
,
~.
r'
S'il est rare de voir un géographe ou historien arabe de l'époque
médi~vale qui ne mentionne pas le Tékrûr, i l est aussi vrai que ce voca-
1~
ble désignait sous leur plume, comme cela était de rigueur, une entité
i
géographique ambivalente, aux limites imprécises. Tékrûr était ainsi ••.
f.
"Une dénomination ambulante", s'appliquant ·ta...'ltôt (début du XIe siècle),
"
...
" •
" " 0.1
a une
tAt
t'"
t
rer,~on du Ras-SeneS
, tan 0
pos er~euremen
il
d'identification variable (tantôt de wnlata, tantôt sur le Niser), !!lais
[
'l"
l,
"
toujours islamisé"(~). Or, un pays
li
t s()udanais"
est une expression assez
il
l',1
vague qui n'exclut pas le ~krûr, identifie a une "région du 13as-sétiegal".
il1
f
,
Situant le Tékrûr, .Al-Dakrî dit :"Aussitôt apr~B Sunghâna, entre l'Ouest
. ·1.
(1) - Vincent MONTEIL, l'Islam noir, p., 70.
'/ .

.44.
plus
et la Qibla, sur le Nil se trouve la ville de Tekrûr". Un peu/loin il
poursuit en apportant plus de précisions
"ensuite wâr Jâbe mourut,
en 432 H. (1040 A.D.) . Et les "gens" de Tekrûr sont aujourd'hui musulmans~<1)
Parlant de l'empire du Mali A1-Qalqa~anë.î dit
"coIJlIllU!lGment, on l'appelle
Tekrûr (2).
Quant à Waleta que certains confondent volontairairement avec
Ghanata par suite d'une simple defornation, il ne semble pas avoir été
proche d'aucun fleuve; d'autre part, au XIe ~iècle ce serait Wâr DJ~E
qui aurait islamise des villes relevant du Ghana, pendant que celui ....ci
demeurait réfractaire à l'Islam. Pour ce qui est du "Niger", il faut rap-
peler que. les auteurs arabes qui en ont fait mention le nommaient Nil
de même que le "Sénép;al" (3). Or, celui-ci étant situé au sud du Tagant,
c'est-à-dire presque en contact avec les Juddâla, se révélait le mieux
situé pour abriter le célèbre couvent des Almoravides.
(1) - Vincent MONTEIL, Al-Bakrî (Cordoue, 1068) Routier de l'Afrique blan-
che et noire du nord-ouest. In. Bull. IFAN; B, XXX, 1968, nO 1 p.,39-116
(2) - Op. cit. t.V p., 282
(3) - Les voyareurs portu~ais confondaient le Sénégal avec le Niger d'Héro-
dote. C'est encore tardivement que DELISLE et d'ANVILLE reconnurent
au c1ebut du XVIIe siècle que le Niger et le Sénégal sont deux neuves
absolument différents. C'est ~~nsi que fut indiqué pour la première
fois sur la Mappemonde de DELI8LE de l'~née 1714 que les deux fleu-
ves "sortant de deux lacs voisins sont re'rJrésentes coulant l'un à
l'ouest l'autre à l'est vers la Ni~rite, ~insi que l'avait indiqué
Edrissi". Cf. L1ifriQue centrale de FERD. HOEFER, in Histoire et
description de tous les peuples, t. V, p., 211.
,
\\,
.f.

.45.
Situé sur la rive eauche du S5négal, (voir la carte) le Tékrûr
était séparé du Tafant par une ville appelée Sungnâna dont les principaux
auteurs arabes du Moyen Age ont parlé. Cette ville qui jouxtait le Tékrûr
dont il fut l'une des provinces (1) était distante du Tagant de six lieues
de marche seulement (2). Elle était également peuplée de Noirs et consti-
tuait ainsi une partie du "bili'td as-Sûdân" des auteurs arabes (pays des
Noirs (3).
Les populations autochtones du Tekrûr étaient toutes noires
mandinp"
sonré, peul, lé"bou et sérère ; on y trouvait cependant aussi
quelques ressortissants berbères maures. Cette brève évocation montre que
"le Tekrûr de cette époque était
surtout un agrégat de peuple (4)".
D'autre part, A1-Qalqa~Mdî (5) citant le Masâlik al-Ab~âr, fait
du Tekrûr en même temps un empire et une ca.pit8~e en8'~obée, de même que le
Ghana, le Mali et Sunghâna , par ce même empire. Quoiqu'il en soit, le terme
désigne
ici la région située
sur la riv~ eauche du fleuve Sénégal.
L'Islam s'ttent ainsi ill\\Plend dans ce terroir, il convient d.e voir
maintenant quels étaient les principaux facteurs de sa diffusion au sein des
pcpulations noires.
(1) - rÙ-Qalqalandî-9ubh-al-Ac~â, Caire, ministère de la. Culture s.d.T.v.p.386
(2) - A1-Bakrî.- A1-Mamâlik wa-l-Masâlik. Trad. Monteil, op. cit. p., 41
(3) - Al-Dakrî.- op. cit. p., 41
(4) - Yn:ya WANE.- Les Toucouleurs du Fouta-Toro, Dakar-IFAN, 1969, p., 9
(5) - Al-Qalqa~andî. op. cit .

"'
CHAPITRE
III
.46.
1
1
LES AGENTS DE PROPAGATION DE LA NOUVELLE FOI
\\•1
Lorsque l'IslaI!! fut introduit au S~n~gal) au XIe siË!cle, ce der-
iiiet' 61;ait peuplé essentiellement de Manding, Sarakholé et Wolof, et les
1
gens de Tekrûr qu'il faut se garder de confondre avec les Touuouleur de
nos jours (1). Déjà W""ar DJDE que d'aucuns appellent NDIAYE, est un "nom
soninké". c' est-a-dire sarak..rlOl~. Dans son étude "Le Sénégal" (1865), le
D::Jcteur RICARD ré<lnisant le nombre de ces ethnies a trois dit ceci : "Les
Noirs de la rive gauche peuvent être classés suivant les trois langue!?,
Wolof, Peul et Mandingues (2)".
Désormais une Ë!re nouvelle est inaugurée avec les Sonink~ et les
Manding comme agents de diffusion. Voyons d'abord quelle était la situa-
tion de l'Islam respectivement dans les deux empires a la destinée desquels
celle du Sénégal semblait fort liée.
AI L'ISLAM AU GHANA(1040?)
Dès sa sortie du Ribût, la branche sud du mouvement almoravide
placee sous le conmandement d'Abû Bakr Ibn cUrnar dont le caractère belli-
qUCIL,( inqui(;tait sa'lS cesse les souver3Ï.ns du Ghana, essaya de se rendre
(1) - Vincent MONTEIL, op. cit. P., 70
(2) - Dr. RICJlJ1D.- Le Sénégal. Paris, Chnlaoel Ainé, 1865, p.) 63
./'

.47.
rneître de l'eJ'!lPire du Ghana. Awdaghost tomba entre ses malns en 1054, et
vers 1061, Ghana fut attaqué. Une lutte acharnée d'une quinzaine d'années
,
permit eux Almoravides de s'emparer, en 1076-1077, de Koumbi Se1eh, la
capitale (1). Le Ghana ayant déjà été islamise, cette conquête devait
obéir à des motifs autres que le souci de répandre l'Islam. Selon Al-Bakrî,
une douzt'..ine de mosquées se trouvaient -au Gh8Ila en 1068, mais la popula-
tion noire ~tait d~eurée paienne. Le Tekrûr, rappelons-le, était jusque
là vassel de cet empire, comme d 1 autres Etats. Ainsi l'immensité de l'éten-
due Béoe:;raphique des domaines relevant de lui l' avait rendu de jour en
jour plus vulnerable.
Il ressort de la description qu'Al-Bakrî a faite de cet empire
I:lédiévo.1 combien prospère, que:es musulmans constituaient une bonne partie
de l'aristocratie. L'auteur d'Al-Mamâlik wa-1-Masâlik (1068) louait les
bons eeards du souverain envers les musulmans auxquels etaient dévolues
les hautes fonctions de ministre et de trésorier. Il note la co~étence
et l'intégrité de ces fonctionnaires, ~ualités qu'ils doivent à l'Islam;
cette nouvelle religion leur a apporte, en plus de son ethique universelle,
un bien
très précieux et surprenant: l'écriture.
Cette dernière opera une révolution sociale, économique, culturelle
et spirituelle.
(1) - Bonne1 de r~zières y a effectué des fouilles à partir de 1914 en
vue de l'identification des lieux avec la capitale telle qu' Al-Bakrî
l'avait décrite en 1068. Les conclusions auxquelles i1/nbouti sem-
blent confirmer ses hypothèses.
.1.
;
f

.48.
En effet, aux dimensions fort réduites du cadre social ne com-
prenant que les seuls membres de la tribu, se substitue une société rnu1-
tiethnique, voire multiraciale. Cette métamorphose sociale a consisté
surtout en la désagr~eation de la société traŒtionnelle, consécutive à
10. poussée irrésistible des phénomènes perus avec cette relirr,ion. Dès lors,
les possibilitcs matérielles dont disposait cette communp.uté aussi cohé-
rente que rcsolue à poursuivre la tâche ingrate du prosclytisme desinté-
ressé, s:accroissaient sans cesse.
Devant cette recrudescence, la conversion à l'Islam devint une
tentation il laquelle nul ne saurait rés ister. De même, la pa.uperisation
des animistes confrontes à des problèmes socio-économiques graves, était
une invitation pressante il abjurer le paganisme. Les masses, cependant,
plus attachées à leurs croyances animistes, demeuraient toujours, sinon
hostiles, du moins inaccessibles à de telles abstractions. Encore primi-
tives, comme dans les autres territoires limitrophes où l'Islam n'avait
pas encore pénétré, elles se vouaient exclusivement au culte de leurs
idolcs et de leurs ancêtres, généralement représentés par des animaux con-
sidSrés comme des génies protecteurs. Cette conoeption explique l'existence
pour chaque tribu d' une di vinité propre, laquelle etait incoI:lpl3.rablement
plus pres d'elles que n'importe quelle autrc divinité. Enfin ces masses
grâce à leurs idoles imaeinaient obscurement ur. Dieu Tout-puissant, le
Seul capable de faire du mal et du bien.
1
Ces religions traditionnelles étaient toutes le reflet de modes
1
de vie eux-mêmes tributaires de l'activité quotidienne de cha.cun. Dès lors,
j

t
1
1",
,
les transfoI'll\\ations économiques dues à la diffusion de l'IslR.lIl devaient
"~
progressivement provoquer la disparition de certaines pratiques, a1nS1
que les systemes de pensée qu'elles avaient fait naître.
Une telle évolution est comprehensible, car ces croyances conte-
naient toutes les p;ermes de leur élimination future.
. 'j
Réservées ~ une minorité d'initiés, elles etaient non seulement
i·'·····.~,
extrêmement ritualistes et locales" mais aussi renfermees sur elles-mêI:les
et n'adrnettp~t ni prosélytis~e ni conversions. Face à l'Islam, relieion
incor:parablement superieure et aux caracteres diametralement opposes. on
ne pouvait qu'assister à leur inéluctable extinction.
Ce qui separe le Noir &~i~ste de son frere croyant ne tenait pas
simplement à des consid~rations d'ordre matériel
telles que la represen-
tation fi~ée de la divinité. Certes, l'un et l'autre sentent le b~soin
combien pressant d' adorer un dieu. Mais le premier. incapable de vouer un
culte au Dieu omniprésent, se rêsir,ne à une divinité miniaturisée. Or, ce
t
culte voué à des dieux fi~és constituait une vérit~ble entrave, non seule-
Il
[1
~nt ~u plein épanouissement de la pensee et à l'élaboration d'un systeme
bu en vue de la sauve~arde des intérêts de tous les individus soumis à
son autorite, mais aussi et surtout au bien-être matériel.
En effet, l'animiste s'interdisait à priori, toutes sortes d'acti-
vit~s cODlI:lerciales ou D~tres nécessitant de longs déplacements. Il n'était
.... .....
~
~

.5C.
pas comme le musulman qUl., non seulement avait la possibilité de communi-
quer avec son Dieu là où il irait, mais aussi trouvait toujours un accueil
fraternel auprès de tous ceux qui partageaient avec lui les mêmes senti-
mcnts religieux. Voilà pourquoi les musulmans mandlng et soninké étaient
parvenus il monopC'liser le commerce inter-Etats, l'une des principales acti-
vit6s économiques de l'époque, pour ne pas dire la plus importante.
Ce qui vient d'être dit ne signifie nullement que les fétichistes
ou animistes, si l'on veut, ne se déplaçaient pas sur de lon~es distances,
et moins encore qu'ils ne se solidarisaient pas. D'ai11eurs,la notion de
clan ou de tribu n'imp1ique-t-e11e pas l'idée d'union et d'entraide?
Ainsi en plus du sentiment d'honneur que le Noir éprouve en ma~n­
,tes circonstances, l'ethique
musulmane l'entoure de toutes sortes de
~aranties, le mettant hors d'atteinte des fléaux éconorr~ques. Aussi les
transactioœà l'échelle inter-Etats étaient-elles monopolisées par ceux qui
professaient l'Islam ,<n'âce à leur probité professionnelle.
D'autre part, avec le concours de l'écriture qu~ demeurait l'apa-
na~e exclusif des musulmans, le nouvel adepte apprenait à sortir de sa
solitude, il se rééduquer. A leur propos, Yaya WANE dirait "que le mode de
penser (de l'Islam) lui-même a fait siens les canons de la logique dogma-
tique enseignée par les saintes écriturcs" (1).
(1) - Yaya WANE. op. cit. p. , 185.
1
'/'
.
J
;'
--

.51.
C'est l'avènement de l'Islam des masses qUl a donc inau~e l'ère
des grands empires : Ghana (:lae siècle), Mali (XIVe siècle) et Songhaï
(XVe siècle) (1). Cet émerp.ement a eu pour consequence l'expansion rapide
,
de l'Islam au moment oÙ cette notion était devenue synonyme du 'mieux-être
et de l'honnêtete. Aussi, devant ces données concrètes, la mentalité des
animistes ne pouvait pas demeurer indifférente.
Notons donc qu'après la mise à sac du Ghana, l' heP;emonie almora-
vide se renforça P,râce à l'infrastructure économique dont le p~s dispo-
sait. Cependant l'Islam n'était encore parvenu à toucher qu'une partie de
l'aristocratie, la Cour mise à part.
Devant ce qui s'est passé au sein de ces empires d'une part, et
et en référence à la situation concrète que l'on vit de nos jours d'autre
part, l'on constate, preuves à l'appui, que, 10Tsque Maurice DELAFOSSE
disait qu'il y avait antagonis~e entre l'Islam et les societes noires~
et un peu plus loin que "la civilisation musulmane ne répond ni aux aspi-
rations ni aux besoins des sociétes noires "(2), il a tiré des conclusions
quelque peu hâtives.
De son côté, Jules BBEVIE étant conduit à des conclusions identi-
ques, a commis la même erreur. Pour demontrer la théorie de ·l'impermeabi-
(1) - Cf. El H. Ravanc MBAYE, Un aperçu de l'Islam Sonc,h~, in : Bull.
B. IFAN, nO 2,1972, p.,238.
(2) - Preface de l'Islamisme contre "Naturisnc" au Soudan français de
J. BREVIE, Paris, Leroux, 1923.
./ .
". ..,"'"' -.' ' ...----

!d!ttrwu
.tWYI.
c
$$"1';$.,.'#t' rlre"ti!
ml
'1
.f*e,-Mti
'h't'" -± -Mt
h'
H
ti ( - ff'"
W 'f
!
d
J' f
r ' t
-

.52.
lité religieuse des races", il aboutit il l'idee suivante : les Noirs sont
incapables d'embrasser l'Islam et de s'y conformer sans contrainte. Ainsi,
se fondant particulièrement sur le cas precis des Bambara païens de Segou,
aux prises avec El Hadji Omar, il en tire des consequences ~énérales, dé-
montrant qu'après s'être convertis de force sous la menace du sabre, les
Bambara sont retournes vers leurs pratiques ancestr9.les, dès qu'ils ont
cesse de craindre le rrand conquerant. De telles conclusions sont la suite
lorique de la façon dont le problème a été envisape. Il s'afit donc 1C1
d'une erreur de perspective. Car les visées d'El Hadji Omar etaient aux
yeux de ces neophytes, plutôt politiques que relirieuses.
ni L'ISLAM AU ~.P..LI (1050)
En ce Qui concerne les circonstances ayant marque l'introduction
de l'Islam au Mali, les auteurs semhlent g~rder le mutisme le plus absolu.
Ce qui laisse penser il une penetration par des moyens pacifiques, c'est-à-
dire par l'adhésion libre, cemme ce fut le cas pour le TekTÛr (1). Car,
!~ ç'eut eté pr;.r les an:les CCll1I!1e au Ghana, il a.urait été aise de situer
l'e~nement dans le temps, à l'aide des souvenirs d'affrontements I:lili-
taires que la mémoire de la tradition conserve souvent et assez fidèlement.
les liI:lites de l'i=ense empire mc'Uldine; que les géographes arabes appelaient
(1) - Cf. supra, p. 42,
.;.
.. .......
-

·53.
Melli, étaient définies comme suit par Al-Qa1qaXandî (ob. 1418), citant
l'auteur" d'At Tacrif": "De l'Ouest à l'Est, il s'étend de l'océan Atlanti-
que jusqu: au Bornz, tandis que du Nord au Sud, il va des m'1ntapnes de la
Berbérie jusqu'à la lisière de la forêt tropicale" ( 1) .
L: auteur du Rawd al-I"S. Ctô.r cité par Al-QalqaXandî (2) précise que
Tekrûr qui était "l'une des capitales est une ville située sur le Nil (3)
à proximité de son rivare. Elle est plus prande que la ville de Salé au
Maroc .•. Les commerçants marocains y vendent de la laine et du cuivre en
échanp;e de poudre d'or et de servants (Èadam) -', vraisemblablement un terme
euphémique p0ur désigner les esclaves n~irs.
En ce ~ui concerne son étendue, l'empire englobait, selon l'auteur
de Masâ.lik al-Absar les quatorze provinces sui vantes : Ghana, Zafon,
Taranka, TekTÛr, Sun p-hân a , Bambouck, Zarantabâna, B1trâ, Damora, Zagha,
Gobira, Bragodi, Kao-Kao et Melli (4).
P'3.I'lant de leurs croyances, ce même auteur affirme : "Nombreux
sont ceux des habitants de ce royaume qu~ s'adonnent à la magie (si~r).
Il lui accordent une importance telle que dans les localités habitées par
(1) - Al-QalqaXandî. - op. cit. t.v. p.
182
(2) - Op. cit. t.v. p •. 286
(3) - Il s'agit probablement du Senép-al
(4) - Certains de ces ncms ne sont pas identifiables. La transcription est
6r:a1ement fort douteuse.
./.

t1t ''''il'
PM
.54.
les infidèles, (bilfid al-Kuffér minhum) c1est à l'aide de la magie ,au
sens litteral du terme, qu'ils font la chasse aux élephants (1).
Pour ce qui est du dooaine des transactions, le même auteur note
"Les cauris y servent de monnaie mais son usaGe est licité aux échanges
contre les denrées alimentaires (2), en dehors de quoi c'est l'or qui est
utilisé".
Cet Etat, islamise vraisemblablcl!lent au milieu du XIe siècle, eut
comme premier souvera.in musulman DarnmenCL'U1a Keita qui, après e' être
converti. à 1 'IslM par un Berbère Lemtouna effectua le p'èlerinae;e à La
Mecque (3). L'on situe sa c~nversion vers 1050.
Ce roi des Mandin~ aurait favorise l'Islam dans son Etat ainsi
que ses successeurs, n0tarnment Soundiate. Keita (1230-1235) qui portant la.
puissance
militaire de l'Empire à son apopee, Manse. Oule (1255-1270) qui
fit e~alement le pèlerinage à La Mecque et Sekoura (1285-1300) qui favorisa
la mir,ration et l'établissement durable des commerçants arabes et berbères
(1)
Al-Qalqa~andî, op. cit. t.v. p. 291
(2) - Le sel n'e:tait paG compris. "Il etait si rare clans le royaume, dit
plus haut le même auteur, que son échange contre l'or se faisait à
poids ou quontité ep;ale ,..
v
( )
~
.
3
- Al-QnlCJ.asand~, or. c~t. t.v. p.
293
.. :" .

dans sa capitale, Mali,
.55.
En effet, après sa conversion, Baramendana Keita se serait inspi-
ré QU mod~le dtinté~ration politique de l'Islam si bien qu'il réussit à
étendre son autorité sur les ~uatorze provinces dont nous venons de f~ire
mention. Cette intégration ~olitique fondée sur l'institution d'une sorte
de monarchie héréditaire favorisa l'hégémonie de l'Empire naissant et
servit d'étalon psr la suite aux bâtisseurs d'empires dans l'Ouest afri-
cain (voir l'organisation du pouvoir politique de l'Empire son~ar, celui·
Qes Peul au Macina et peut être aussi celui des Toucouleur Q'EI HaQji Omar).
Un autre facteur qui fadlita cette inté~ation était les richesses
naturelles de l'Empire, particulièrement les pepites Q'or, certes dissemi-
n~e5 dans le pays r.lais monopolisE!es par l'Eta;.. Elles jouèrent un rôle non
néfilip;eable en attir-e.nt de nombreux Arabes et Berbères commerçants surtout,
mais aussi quelques lettres qui, tout en assumant des fonctions administra-
tives, aiderent à la diffusion de l'Islam. Déjà au XIIe siècle un sermon
lu en arabe etait traduit en r.lMQing pa.r un tI.a.linké. d'après KI-ZERBO.
Notons que c'est là l'origine du brassa~e culturel qui aura pour
fruit entre autres la naissance de l'intellifentsia de renommée interna-
tionale dont parle Sekéné Mody CISSOKO (1). En effet, Qes savp~ts noirs de
. (1) - L'intelli~entsia de Tombouctou aux XVe.siècle et XVIe siècle, Bull.
IFAN. , TI 1969. p. 927-953. Voir son ouvra~e qui vient de paraître
sur le même sujet. Tombouctou et l'Empire Songhay, p. 200 sq .
./ .

.56.
cette réeion furent reclames par l'Universite d'Al-Azhar au Moyen Age.
D'autre part, lors de la fameuse conversion du souverain de Djenn~, le
Sultan KOr.'BORO, au XIIe siècle, cc dernier, pour abjurer publi'luernent
l'animisme, r~unit quatre mille deux cents ulemas se trouvant sur son
territoire, comme nous l'a racont€
As-Sacdî. Et enfin Kanka Moussa 1307-
1331) (1) aux libére~ités légendaires d6ployées lors de son pèlerinage il
La Mecque, libéralités qu'Ibn BaHû~a qui effectua un séjour de huit !:lois
/ '
dans le pays (1352-1353 (2) a décrites en ceS termes
';Les Noirs font exactement les prières ~ ils les cel~rent avec
assiduite dans les réunions des fidèles et frappent leurs enfants s'ils
manquent à ces oblieations. Le Vendredi, quicon~ue ne se rend pas de bonne
heure il le. mosquée ne trouve pas une place pour prier, tant la foule est
'\\
grande" (3) .
Un peu plus loin, parlant de l'education relifieuse des enfants,
l'auteur de la celèbre "RiJ;la." en vient à J.)arler de la ferveur des parents
et éducateurs, ce qui touche directement à notre sujet, comme nous le
verrons plus tard. Il dit notr:>.mment : "Ils ont un rrand zele pour appren-
(1)
Sur l;orthorra~he de ce nom, ecrit tantôt Kango, tantôt Kanku, voir
Sekene ~~dy CISSOKO, in : Notes afric. IFAN, nO 4, 1969. pp. 724-952.
(2) - Vincent MONTEIL. L'Isl~m Noir, Paris, Seuil, 1971, p.
71
(3) - J. DREVIE, op. cit. , p. 155.
./ ·

.57.
dre par coeur le sublime Coran. Dans le cas où leurs enft:l.llts font preuve
de négligence à
cet égard, ils leur mettent des entraves aux pieds et
ne les leur ôtent pas qu'ils ne le sachent réciter de mémoîre"(1).
Poursuivant son récit, le célèbre voyageur mentionne des anecdo-
tes mettant en valeur l'atrocité des châtiments corporels d0~t étaient
victimes ces jeunes clèves du bassin nigérien. Ce qui n'est certes, pas
Sans ane.1ogie avec la rigueur dont les i?lèves des écoles coraniques du
Sénégal, voire de l'Afrique noire, ont toujours i?te l'objet, même en
rui1ieu urbain. De part et d'autre, de telles méchancetes sont dues, sinon
à une carence totale de methodes pédagogiQues, du moins à des lacunes fort
accusees de celles-ci.
Ainsi sens même ~agner l'adhésion des masses, l'Islam acquit une
place de choix dans ce pays où la famille régnante était naguère foncière-
ment attachée à ses fétiches. Cependant tout en faisant de l'Islam une
religion d'Etat, les souverains mandinr durent néanmoins faire quelques
concessions à la tradition en acceptant de laisser leurs sujets pratiquer
librement le culte de leur choix. Deux raisons presidaient à cette o,tion
1°) En tenant compte de la situation priviléGiée de l'Empire due
à l'abondance de ses Gisements aurifères, ils estimèrent qu'il n'était
pas une politique de bon aloi de provoquer volontairement leur tarissement.
(1) - J. DREVIE, op. cit.n p. 155.
.; .

1
.58.
Or, ils croyaient par tradition que de tels gisements tariraient dès que
l'Islam serait pratiqué da.'1s le pays où ils se trouvaient. Ainsi Al-Qalqa-
~andî
c
(1) citant l'auteur c1'fJ.t-Ta rîf révèle pourquoi le Ghana, tout en
étant vassal de l'empire du Mali auquel il versait un trihut annuel,
jouissait d'une autonomie politique quasi totale et que son souverain tout
comme celui de Kac-Kac était demeuré infidèle.
2°) Les Empereurs savaient que de fait ils étendaient leur sou-
veraineté sur d'autres Etats mais ils les administraient par l'intermé-
diaire d'un farba, une sorte de ministre résid.ent (2).
Cependant l'Islam finit par s'infiltrer dans de nombreuses ré~ions
P,Tâce aux Scninké et aux Dioula ou Wangara qui s'adonnaient essentiellement
au co=erce sur de. longues d.istances. Ces commerçants professionnels assu-
mèrent ainsi les fonctions de missionnaires en parcourant les pistes con-
duisant aux pays où les migrations adErieures avaient amené les Manding
notamment à se multiplier.
Telles furent les circonstances dans lesquelles l'Islam aurait
reçu une impulsion nouvelle vers le XIIIe siècle après deux siècles de
stagnation. Les ruêmes
activités les menaient jusqu'en Gambie et en Haute-
Casamance où les Manding émigrés s'étaient déjà fixes. Il reste ~ savoir
si ces éwigrants y arrivèrent en musulmans ou non.
(1) - Op. cit ., t. v. p. 292
(2) - VoirKI-ZEIUrlop. cit. p.
./ .
.
....
' . , -

cl - L'ISLAM DANS L'EMPIRE WOLOF
.59.
Une fois Ï!1planté au Sénée:o.l, "l'Islam dont (ln peut dire qu'il
est aussi une religion traditionnelle pour ce palfS" (1 ) fit reculer sans
cesse les limites du fétichisme. Aussi comme au Tekrûr où l'Islam commen-
çait ~ ~a~er les masses, les Mandine, poursuivant leur prosélytisme,
firent connaître cette relir,ion aux gens du Jolof.
Ndiâdiâne NDIAYE (1186-1202) dont on fait l'ancêtre des Wolof et
qui aurait été le fondateur de l' etn;;Jire du Jalof qui comprenait alors le
~clo, le Cayor, le Jolof, le Baol, le Sine, le Saloum et le Tekrûr, se
serait converti entre les mains de ces proselytes occasionnels : les Man-
ding ; poursuivent s a marche, l'Islam finit par être adopté par l' enaem-
ble des chefs de province. relevant de cet emplre. (v)ir la carte).
Avec l'assassinat de l'empereur du Jolof par Kali Tenguella venu
du Diarra (2) à la tête de quelques chefs peul, le Tekrûr s'affranchit de
la s~z~raineté de l'empire des Wolof. Cet événement qui eut lieu vers ••.
suivant l'auteur àu Tnrikh as-[ù~~ (3),en 1549, selon Yoro DIAW,o~ entre
(1) - Anu~ SAND; - L'Islam et l'Histoire du Sénégal, IFAN, Bull. D. nO 3, 1971
(2) - c'est l~. ql,·t Askia Mu1].ammad, empereur de Gao (1493-1528) aurait tué
Tind~le père de Koli, lors d'une carnpar-ne ~n 1511-1512. Cf. DELAFOSS~
op. cit. t. 1, Il, 230.
(3) - Sur les circonstances qUl entour~rent cet événement. Paris, Maison-
neuve, p.
·1.

·60.
1530 et 1550, d'après Jean PoulèP,lle (1), inaugura une ère nouvelle dans
l'histoire politique du Sénegal. Elle eut pour conséquences entre autres,
le démembrement progressif de cet empire.
Profitant de l'anarchie qui réBl'lait au sein de la fanille irnpé-
riale, les autres provinces, suivant l'exemple du Tekrûr, proclamèrent
leur. souveraineté, l'une' après l'autre. Mais ce qui mérite d'être retenu
ici, c'est que la dislocation de cet eopire ne fit que reculer les bnrriè-
res du paganisme au Sénéf,al.
CHAPITRE IV
L'ISLAM DANS LES ANCIENNES PROVINCES DE L'EMPIRE
WOLOF
Voyons donc quelle était, au lendemain de cet événement historique,
la situation de l'Islam respectivement dans les royaumes du Wâlo, du Cayor,
du Jolof, du Baal, du Sine, du Saloum et du Fouta Toro, étant entendu que
si la pratique des religions traditionnelles dominait toujours, il n'en
demeure pas moins vrai que l'Islam avait :oourtant acquis droit de cité, et
avec une très forte proportion au Fouta Toro.
( 1) - Jean DOULEGUE, La Sénéeambie du milieu du XVe siècle au début du
XVIIe ~ièc~e, Paris, 1968, V' 21.
./ .

·61.
A/- LE WALO
situ~ au Nord du Scn6gal, l'ancien royaume du wâlo, peuple essen-
tiellenent de wolofs, constitue une enclave entre le Trarza au Nord, le
Jolof au Sud, le Fauta Toro à l'Est, le Cayor au Sud-Ouest et l'Atlantique-
à l'Ouest. Vassal de l'empire du Jolof jusqu'au XVIIe siècle, il suivit
l'exemple du Cayor en s'affranchissant de la s~zçraineté de l'Empire volof.
L'Islam y fut introduit dès le XIIe siècle. cà da Mosto remarquait, en
1455 "que le Foy Mahométane &tait observéz"( 1).
C'est à partir de cette date que l'aristocratie traditionnelle
aurait rompu avec l'Islam. Cette attitude aura ~te à l'ori~ine des guerres
dont le pays devait être le théâtre jusqu'au XIXe siècle.
En effet, dès 1673, les Arabo-berbères firent irruption dans le
pays pour tenter de conformer le Drak et ses di~itaires aux prescriptions
de la loi musulmane ou de les 6liminer définitivement du pouvoir. Cette
crise consacrait l'entrée du wâlo dans l'histoire.
10) LE WALO TIRAILLE ENTRE L'ISLAM ET LE PAGANISME
Par son voisinaCJ:e immédia.t avec les Arabo-berbères de la Mauritanie
et les perspectives qu'il offrait au commerce colonial, le Wâlo entra dans
r (1) - Alvise de cà da Mosto, Relation des vOYa~eS à la Côte occidentale
d'Afrique (1455-1457) publiée par M. Ch. SCHEFER, Paris, Leroux, 1895 .
./ .

.62.
une phase d'instabilité politique dès le début de la seconde moitié du
XVIIe siècle, qui traduisait les velléités de placer les habitants du
pays sous domination ~tranp:ère (arabo-berbère ou européenne).
a) Pour une islamisation effective.-
En 1673, Nâsir ad-Dîn, un mar9.èout maure, (l.éclench~ au Wâlo le
rouvement appelé commun~ment "la p,uerre des marabouts", couronné
d'un
1
succès éphémère avec la substitution de ces derniers aux chefs traditionels.
Une islar..isation plus llrofonde et plus durable s'en suivit.
Le Brak fut dé-posé et remplacé ?ar un marabout répondant au nom
de Yérim Kodé ~ui prit le titre de Commandeur des Croyants (buur l jullit).
I.e succès ainsi obtenu e.m.ène Boubacar BARRY a îÜre la constatation sui-
vante : "Mais, 1i partir du milieu du XVIIe siècle, i l semble y avoir un
renversement de la situation, du moins une plus p;rende réceptivité du
peuple à l'Islam" (1). Pour expliquer les raisons d'un tel chanp;ement,
il revient à l'idée qu'il a développée ailleurs selon laquelle l'Islam
sert de remp!:Xt aux masses et precise : "Cette mutation est due en l'rende
, partie a l:état d'insécurité et de crise né de l'accentuation de la traite
néll"rière" (2).
(1) - D. n.ô.RRY, Le royaUl!le du Waalo, Paris, ME-.spéro, 1972, p. 137.
(2) - ibid. P. 137.
'/ .

.63.
La pré6minence des marabouts, ainsi promus aux plus hautes fonc-
tions politiques du w"alo au XVIIe siècle, ne devait pas être durable pour
deux raisons essentielles :
- D'une part, l'aristocratie ainsi dépouillée devint
une ennemie
jurée de la nouvelle classe dirigeante.
- D'autre part, les Européens en ::lace cherchaient à renverser
la situation pour la sauve~arde de leurs intérêts commerciaux.
bJ Pour le maintien du paganisme.-
Certes, les chefs traditionnels au pouvoir redoutaient les atta-
ques inopinées des Arabo-berbères de la Mauritanie sur le w"alo dont la
prospérité attirait leur convoitise. Mais ce qui semblait les déterminer
le plus à prendre des distances vis-à-vis de l'Islam, c'était moins un
manque de foi en celui-ci que les jouissances matérielles que les Euro-
péens leur pe~ettaient de goûter. Cela ressort particulièrement d'une
déclaration faite par le Drak Fara Koy DION émerveillé par les produits
manufa.ctu rés: sucre, tabac et V1.n, que ces derniers leur apportaient et
qui, suivant les propos de ce souverain, étaient incomparable~ent supérieurs
aux sën,~, SlU'lr:ara ct tl3.maka produits sur l'lace (1).
(1) - Cf. Vincent MONTEIL, Chroni~ue du Wâlo sénégalais, in Esquisses séné-
f,alais IFA!~-Dakar, 1965. Collection Initiations et etùdes africaines
nOXXI,p.41.
Il serait intéressant de faire une étude sur les conséquences des
liqueurs européennes ou leurs effets sur l'Islam au S6néf-al. Car
nombre de ceux
CJ.ui étaient demeurés lon["temps réfra.ctaires a l ' Is-
lam l'étaient moins par leur inèr6duli~que par les hahitudes a con-
sommer de l'olcool. Ainsi ce sont presque toujours les habitants des
côtes. Cf. infra, p. 226 Le Dour du Sine qui tue Maba. Diakhou et écrit
au Gouverneur pour réclamer du vin reure.

.64.
Ainsi si le W"alo ~tait demeuré musulman après cette révolution,
le processus de.la conquête coloniale, 8l!IOrce au xvtIe siècle, aurai.t
abouti· ~ un échec total.
Voilà ce qu' avait bien compris De Muchins quand il chercha à tout
:prix a amener Yérim Kod\\S, le chef suprême des musulmans, à se désolidari-
ser de ses coreligionnaires. "Le Drak Yêrim Kôdé", rai.t remarquer Iloubacar
!'.ARRY, "rétabli dans ses anciennes préroratives, déclencha une véritable
offensive contre les marabouts, en dehors même de son territoire national" ( 1) •
Ainsi, soutenu par Saint-Louis, U! Brak vint à bout des marabouts
qui, d~s 1677, cessèrent de constituer une menace sérieuse pour le dévelop-
pement du commerce atlantique l'.U W"alo. Par cette trahison, Yérim Kodé
DOrta un rude coup à l'Islam. L'on peut convenir cependant avec Boubacar
DARRY qui estime que sa défection fut "moins le fait d'une certaine hosti-
lité à l'Islam que d' un attachement certain aux marchandises apportées par
le commerce atlantique" (2).
Quoi qu'il en soit, ce bref intermède de guerre marabouti que aura
ete un facteur décisif dans l'orientation qu'allait prendre l'Islam au
Wiùo. A ce propos, l'auteur du "RoyaUIDe du Wa.alo" parle de "courant inverse
de l'Islam eu Waa1o" (3) avant de IIreciser se. pensée en ces termes :
(1) - Op. cit. p. 190
(2) - ibid, p. 153
(3) - ibid,p. 157
.f.

.65.
"L'Islam qui ava.it ~te jusque' là un Islam de cour, IlOnopole des
grands, va être "d.e IJlus en plus rejeté par cette aristocratie qui lui
sera plus ou moins hostile jusqu'à la conquête coloniale, en 1855". Sans
"doute, faut-il ajouter qu'il s'av.ssait mins d'une hostilité que d'une
indifférence.
Cette volte-face semble aV01r été à l'origine de l'adhésion spon-
tanée et massive à l'Islam des classes désheritees au vralo. Ainsi "le
peuple, constamment s:?oli€,
serA. en revanche, de plus en plus sensibilis€
par l'Islam, prêché cette fois ::>acifiquf!~nt par les marabouts, et consti-
tuera ainsi le principal courant d' opposition au rèe;ne des brak" (1).
De coimivence avec les tenants du pouvoir traditionnel au Wâ1o,
les autorités de Saint-Louis, soucieuses des intérêts de la métropole,
réussirent, par le création d' ontae;onismes sociaux au sein desl llâlo-wâlo,
à retarder, plus que partout ailleurs au Sénégal, l'islamisation effecti-
ve des populations. Nous parlerons un peu plus loin des conséquences de ce
retard.
Un si~cle plus tard, après la révolution des Torodo au Fouta Toro,
l'Almamy Abdel Kader après avoir sommé le Brak d'abjurer le paganisme,
envahit le vralo (1786) et contraignit son souverain à se convertir. Cepen-
(1) - B. BARRY. op. cit. p. 137.
./.
.s'--~

.66.
dant cette conversion n' ayant été qu'une simple manoeuvre, le Brak. sut
...
.

Ides .
,
1
retC'UI'Iler dans. ses prat1.ques pa:tenne:.
qu '1.1 eut trouve en
a personne
du Dame1 du Cayor un allié prêt à ~re la guerre pour repousser l'Almamy.
Plus tard, vers 1823, un marabout répute pour sa sainteté, du nom
de Diilé Fâtim THIAM serait venu du Ndiambour où s'était déjà constitué
un Etat théocratique (1), à la tête d'une forte armée pour convertir le
Brak à l'Islam. Mais il n'obtint guère de succès, car les Français durent
intervenir en faveur du Brak et le marabout, après avoir ravagé plusieurs
villages, fut pendu publiquement.
Cependant, ces guerres successives opposant le Brak. à des propa-
gateurs de l'Islam, armés et venus de l'extérieur, furent autant de fer-
ments qui éveillèrent la conscience de ceux qui étaient victimes des exac-
tions de l'aristocratie réfractaire à l'Islam. Ce processus était irréver-
sible, et Boubacar BARRY l'a constaté avec force quand, parlant des victi-
mes de ces abus, il dit qu'ils se 'tournent de plus en plus vers l'Islam,
unique rempart cor.tre l'arbitraire de l'aristocratie traditionnelle"(2).
Et dès lors que cette pri se de cons ci ence fut effective, "l'Islam".
poursuit Boube.car BARRY, "ne sera plus imposé du dehors par une quelconque
(1) - Voir infra, l'Etat théocratique' du Ndiambour, p.
132.
(2) - Boubacar BARRY, -Le royaume du Wâlo du traite de Ngio, en 1819, à la
conquête, en 1855. Bull. IFAN. B. nO 2, 1969'
./ .

.67.
guerre sainte, mais de dedans par ceux-là mêmes quJ., tol~r~s au d~but,
avaient fini par transformer la société en profondeur, en répandant
l'Islam (1).
Telles furent donc les phases successives de l'Islam dans le pays
où naquit, au XIIe siècle, l'ancêtre des Wolof connu sous le surnom de
Ndiâdiâne et qui était bien musulman. Les troubles politiques et sociaux
cons~cutifs à la pr~8ence europ~enne devaient y retarder l'islamisation
effective de toutes les couches de la population jusqu'à la première moi-
tié du XIXe siècle.
En d'autres termes. ces luttes seculaires opposant une masse isla-
misée et brimée &une aristocratie paienne puisant ses forces de l'exté-
rieur, devaient avoir des conséquences singulièrement néfastes sur le dé-
veloppement de la culture islamique du Wâ.lo, malgré sa situation g~ogra­
phique privil~giée duàit de son voisinage avec la Mauritanie d'une part,
et le Fouta Toro de l'autre.
Nous en dégagerions les conséquences au plan culturel, SJ. le carac-
tère de notre étude nous permettait de nous étendre davantage. En tout cas
nous constatons, et non sans a.I:l'rt Ulle, que sur le plan de la production
(1) - Boubacar BARRY, op. cit. p. 40.
.f.

t·"e·
,"
\\,
1 .. A
,

-•
.,
...\\
\\ ,1'"
.......
-"-~ ',- ~
'+"- ~
D f ' O L f J "
0
.,......
0;
.ft;
.... ,........
"
1.4~
l ,
.
1
..... .,...........
.........~;' ~
.~
.
". -
1.,
.•..
"
-
i

LZj

.68.
d' oeUVTes nrabo-islard.ques, le wâlo n'a presque apporté aucune contribu-
tion substantielle.
En revanche, on peut avancer que le W""eJ.o et le Fouta Toro au
SénégeJ. sont les deux contrees où le paganisme avait co~lètement disparu
au XIX siècle. Il s'agissait davantage d'un manque d'atte.chement à l'Islam,
d'une indifférence plutôt qu'une infidélité.
D/-ΠC A y 0 R
Pour ce qui est du ('ayor, compris entre l'embouchure du
SenégeJ.
et 1.. Presqu'île du Cap-Vert, et peuplé essentiellement de Wolof
malgré
quelques loceJ.ités sérères situées au Sud entre Thiès et Bargny, il suffi-
rait de noter que si au lendemain de la dislocation du grand empire, l'a-
ristocratie au ~reJ.o se montrait refradaire il l'IslaIll, ici une grande par-
tie des tenants du pouvoir, même parfois les Damel, professait cette re-
ligion.
Llaction des prosélytes mandin1
qui se déplaçaient d'un territoi-
re
il l'autre, aidait à la diffusion de la loi de Mahomet, mais souvent
ce fut le désir d'accèder au trône, ou de le conserver, qui d6terminait
ces souvercins il se convertir et il témoigner de grands égards eux digni-
taires de l'Islam.
./.

.69.
Déjà, Amary-Ngone-Sobel (1549-1593), le deuxieme Damel du Cayor,
portait un nom musulmen, P.rn.ary (1) n' étant ri en d' autre que la déformation
d'Ahmadou en pa.ss:mt par A:mad:y. Daouda. Ibrahima, Yacine. noms de souve-
rains au Ce;yor à la même époque, sont autant de noms musulmans dont ces
illustres rois se glori~ient.
La situation de l'Islam au Cayor revêtait un caractere quelque
peu singulier par rapport au reste du Sénégal. Grâce au dynamisme de
ses institutions politiques et sociales. le Calfor offrait une atmosphère
particulièrement favorable
au developpement du culte et de la culture is-
lamiques. En d'autres termes. l'Islam y a toujours occupé une place ae
choix notamment
sous l'angle de la diffusion de l'enseignement du Coran
et des principes de l'Islam.
1Q )FONCTIONS ET POUVOI~ DU SERIGNE OU MARABOUT
ET DU CADI
Pour qui veut etudier l'Islam au Sénégal au cours des quatre siè-
cles derniers. les fonctions et les pouvoi~ des I:lfl.rabouts constituaient
la pierre de touche. Le phénomène n'est pas récent. En effet, dans une
, societe en pleine mutation, où le système matrilinéaire était devenu pa-
triarcal avec l'introduction du droit musulman. les personnages chargés de
(1) - Cf. infra., p.216une remarque linguistique relative à la substitution
du r eu d.
.J.

.70.
veiller à l'application de cette nouvelle loi devaient jouer un rôle
éminent.
I.e terme marabout ayant aujourd'hui d.e multiples acceptions, une
mise au point SI impose. Nous entendons par marabout un dignitaire musul-
cau très verse dans les sciences islamiques et dont la conduite est or-
thodoxe, c;est-à-dire conforme aux prescriptions du Coran, et auquel d'au-
tres musulmans se confient pour être instruits dans leur religion.
Ces marabouts etaient 8~néralement des Manding, des ToucouleUl'
et des Wolof. Entre autres fonctions, ils jouaient le rôle de guérisseurs,
faiseurs d'a m l
1}
ettes et maîtres (l' ecole coranique et présidaient égale-
ment aux prières publiques. J. B. LABAT noto.i.t, en 1728, à propos du Co.yor
où déjà l'Islam atteignait les masses : "La plupart des Ma.hométants font
la prière
cinq fois le jour ou de nuit, et le vendredi qui leur tient
de dimanche ils la font sept fois. Nos Sénégallois se contentent de la
faire trois fois au point du jour, il. midi
et au coucher du Soleil".
ft
Il va se.ns dire que ces remarques comportent des erJ!eurs flagrantes
dues essentiellement à la fausseté des informations reçues et à une ex-
cessive généralisation. Mais sa remarque suivante
Ilc'est le marabout
de
chaque village qui a soin d'appeler tout le monde à la Prière:r (1), \\lu!
. /
semble indiquer déjà à cette époque, la celébration publique
des prières
en commun.
(1) - J.B. LABAT, op. cit. Il s'agit du muezzin que l'auteur confond avec
la marabout, t. II, p. 288, 289.

.71.
Pour se faire une idée de la place qU'Q.ccupait l'Islam dans la
société cayorienne vers le XVIIe siècle, le statut des Serigne et Cadi,
deux personnages qui ont profondément marqué l'évolution des institutions
du Cayor, constituerait un precieux élément d'appréciation.
a) Alors que la quasi totalité des fonctions politiques (1) étaient
dévolues à des hommes de castes entièrement ou partiellement tels que le
Die.râf (2) le Die.râf buntu Kêr (3), le Fara Kaba (4). le Faro. sëf (5), le
Farba (6), le Diarga (7), le Gankal (8) etc ••• celles des Serigne et Cadi,
( ')
Voir Pathé DIAGNE, le pouvoir politique tram tionnel en Afrique
occidentale, Paris, Presence africaine, 1967, p. 110 et suiv.
(2) - Diarâf c'était le percepteur principal d'impôts. Vu l'importance de
ses fonctions, il devait être de basse condition sociale, c'est-à-
dire un homme de caste servile.
(3) - Diarâf bunt u Kër "C'est un hOllll'lle de confiance nommé par le Damel
parmi ses propres esclaves pour la gestion de sa maison ... Il est
chargé d'informer celui-ci sur tous les problèmes internes, reçoit et
transmet à son maître les doléances des sujets" Pathé DIAGNE, op. dt.
p.
113
(4) - Faro. Kabo., chef des esclaves de la couronne et esclave lui-~ême.
(5) - Fara sëf "est chef du corps d'Il.rm~e constitué par les esclaves de la
couronne:' Pathé DIAGNE, op. cit. p. 113
(6) - Farba
c'est également un captif de la couronne qui recevait du sou-
verain une localité à administrer.
{7) - Diar~a Il etait un captif et avait la char~e de régler les problèmes
"touchant à la. communauté des Peul, aux domaines fonciers et aux
habitants des localités situées à l'Est".
(8) - Gp..nkal c'est à peu près l' équi valent de gouverneur de région actuel
C'est lui qui cOllll'landait la région de Warak au Ndiambour. De par
sa mère, il était de baœe condition.
./ ·

·72.
/
qui sont essentiellement sacerdotales, n'obéissaient point à de telles
conditions.
b) Alors que l'€tendue
gfographique de la juridiction au sein de
laquelle s'exerçaient ces fonctions limitait forcement les prérogatives
des personnages qui en étaient investis (pouvoir local ou régior.al), les
pouvoirs du cadi s'étendaient sur toute la connunauté du royaume. Le Seri-
gne jouissait à peu près du même prestige.
Ainsi ces dignitaires avaient de grandes possibilites pour accré-
diter davantage auprès des casses les vertus de l'Islam.
c) Les deux personnages €taient
des hOJ:lInes instruits. l a
connnis-
sance
de l'écriture augmentait considérablement leur prestige et rendait
leur iDpact plus profond. Grâce n leurs connaissances, les souverains qui
les redouteient,cherchaient davantage à se les concilier,a l'aube de la
colonisation.
d) Pendant que les chefs traditionnels tenaient toutes leurs forces
du roi gui leur déléruait certains de ses pouvoirs, les fonctions eccl€sias-
~
tiques demeuraient acquises.
--v'
Ainsi de par leur caractère non héréditaire et non limitatif, elles
ét~ent susceptibles d'un d€veloppement pouvant inquiéter sérieusement
le Damel, d'autant plus que ces détenteurs de l'écriture passaient, sinon
./'

.73.
pour des saints, en tout cas pour des hommes éminemment vertueux, selon
l'iJ:lB.Gerie populaire. La naissance, au sein I!lême du royaUI!le du Cayor,
d'Etats théocratiques indépendants (1) en constitue une belle illustration.
D'autre part, si le Serigne pouvait être un homme de caste servile
que les ionctions
aIloblissent, i l en était autrement pour le Cadi. Au
Cayor seul un jaamb'ur (diambour) (2) pouvait être nommé Cadi. Il était
nomné par le Damel qui en faisait un co~seiller et en ~ême temps chef
d'une loca.lité donnée. Ainsi, Ndi akhat é étai t co=ande par un
Cadi, pro-
bablement issu de la f~lle manding des DIAKHATE, très anciennement éta-
blie au Cfrjor ; Madiakhaté Kala (ob. 1902) en fut le dernier et le plus
célèbre.
Tels sont les facteurs qui ont marque de façon indéLébile les
institutions cayoriennes et l'Islam demeura un moyen permettant l'accès
au pouvoir suprême, ou tt:lut au moins, il une situation privilégiée.
20 )RAPPORTS SERIGNE-DAMEL
Les Damel faisaient de plus en ~lus appel au Serigne pour arbitrer
les conflits, alors que cette tâche était confiée auparavant à un conseil
(1) - Cf. infra, l'Etat du Ndiambour pE5et celui de Ndakâru p. 158.
(2) - C1est un membre du Conseil des Notables du Cayor •
./.

·74.
de notables. Ainsi, la destinée du Sén5gal se jouait lors de la substitu-
tion pror,rcssive des lois islamiques aux coutumes ancestrales.
D'autre part. les narabouts e.yent étË les seuls détenteurs de
l'écriture, le poste de secretaire du roi leur était dévolu. Ainsi, de
par leur position privilégiée de maîtres d'école et de censeurs des moeurs
publiques, doubles de secrétaires et conseillers du roi, ils étaient des
Bens redoutables. De même que les populations, les souverains "cherchaient
~ se les conciJi!r'·.
Cependant, la présence du narabout-censeur au sein d'une société
en évolution ou mieux en gestation, ne signifiait nullement une rupture
totale avec les pratiques animistes. Certains mar!:lbouts y avaient même
parfois recours. mais souvent dans la perspective de lutter contre elles,
en decontrant ~ux néophytes que la magie consistait seulement en quelque
artif'Ï.cc manuel.
Tous ceux qu'on appelait marabouts ne se cOI!IP.ortaient pas comme
de bons musulmans. ainsi que nous le verrons. et parei eux se trouvaient
de purs charlatans.
Les marabouts jouaient e,?:o.lement un rôle politique essentiel. Non
seulement ils étaient consultés à l'occasion des élections des dignitaires
./ .

.75.
du royaume, mais prenaient effectivement part aux côtes des notables pour
élire leur candidat. Pour se débarrasser du D(lI!lel Déthie-Maram (1681 -1683) ,
n'a-t-il pas fallu à la Linguère Yacine Boubou, le concours de Ndiaye
SALL
alors Cadi du Cayor ? Ensuite, le Damel Ma-Faly (1683) qui lui suc-
céda, accèda au trône grâce aux soins du même Cadi qui ni.t à mort le
souverain peu après son access~on au trône pour ne s'être pas conforme
aux lois coraniques (1).
On ne saurait assez montrer qu'au Cayor, les marabouts s'etaient
souvent constitués en censeurs et veillaient constamment à la conduite
des Rois auxquels ils ne manquaient pas de faire des remontrances. C'est
ainsi qu'ils s'opposèrent farouchement au Damel Amary-Ngoné-Ndela-Coumba
(1790-1809) à cause des distances que ce dernier avait prises un moment
vis-à-vis des lois islamiques en vigueur.
Les marabouts reprochaient au Damel, indifférence excessive face
aux brigandages des ceddo
ivrognes et pillards. De telles exactions, sous
le couvert du Damel (2), atteignirent leur paroxysme avec l'assassinat
d'un marabout vénéré, un savant dont le souvenir reste encore Bravé dans
la mécoire collective des Cayoriens, Bâye MalâIcine SARR, "martyr de Thiâ-
(1) - Cf. Yoro DIAW, Vie des Damel, in Bull. Corn. études hist. et soc. 1533.
(2) - Cf. Cheikh Anta DIOP, -l'Afrique Noire pré-c loniale, Paris, Présence
Africaine, 1960.
'/'

.76.
rène de (Caareen) (1795) (1). L'indignation était telle que les marabouts
résolurent de deposer le Damel. Redoutant les conséquences politiques pouvant
découler de cette prise de position, ce dernier eut recours a la violence.
La tradition rapporte (2) que le prestige et l'autorité du mara-
bout, Bâye Malâmine SARR, étaient si gra~ds que le Damel songea à l'exiler
ou à le faire tuer. Un envoyé du s:)Uverain aurait invité le I!H:.rabout à
quitter)lequel
refusa. c'est alors qu'un nomme Massamba Fabe fut chargé
d'exécuter la décision du roi. Sous les apparences d'un él~ve, il réussit
a séjourner chez le marabout le temps nécessaire pour gagner sa confiance.
Il l'assassina dans un charnpde manioc attenant à sa maison et s'en alla
à Lambâye informer le Damel, lequel , satisfait, le nOI!lJ:la Fars. Kaba (3).
Comme s'il prevenait l' agravation de la situation ;'faouverain informa tous
les dignitaires du royaume.
Les me.rabouts se donnerent rendez-vous à Thiârène pour presenter
leurs condoléances. De là-bas, ils déciderent de'venger leur collègue et
ami. Seul était absent Maharam MBAClŒ, l'ancêtre d'A:ma.dou Bamba, qui réai
dait eu Jalof et qui fut le condisciple du défunt. Au message que ses pairs
( 1) - Il é'.urait été avec Maharam MBACIŒ (1699). l'ancêtre d'Ahmadou Baroba
p~ les plus renarquables disciples ou amis de Serigne Koki Matar
Ndounbc (1701-1783
)
(2) - Nous avons recueilli ces informations é'.upres de SeriBDe Abdoulaye DIOP
de Ndam, près de Tivaouane, le 5 mai 1974, notre informateur est âgé
de 72 ans environ.
(3) - C'était une fonction ~olitique. Cf. supra, p.71 .
.; .
i ; Jo

• if'
......., •. f t
Mi.

.77.
lui envoY8rent, il répondit qu'il pouvait participer à une guerre sainte,
mais non à un règlement de compte. Les mara.bouts r6so1utent de combattre
le Damel. N'étant pas militairement bien organisés. ils ess'-V~rentune
défaite sanglante devant les ceddo rompus au maniement des armes.Beaucoup
d'entre eux perirent au cours des comba.ts et d'autres furent capturgs. C'est
ainsi que l'intervention de l'Al~amy Abdel Kader du Fouta-Toro fut demandée
pour châtier le souverain cayorien (1).
Un on aprÈ:s, Maharam vint à ThiârÈ!!ne presenter ses condoléances
et demanda au Damel de libérer les prisonniers ou de l'autoriser à les re-
eheter. "Cor, lui dit-il, ils ne sont pas de véritables escleves, les hos-
tilites ne pouvant être eonsidér13es cOIlll!le une guerre sainte"(2). Le Damel
les relacha tous.
Nous ne saurions clore ce volet sans noter que les Damel en genéral
n'étaient pas de bons musulmans, si pour les juger l'on se réferait à leurs
actes. Combien d'entre eux, quoique incontestableoent musulmans, ne s'o.-
donnèrent-ils ~as à la consommation abusive de l'eau-de-vie lorsque le
pouvoir ne leur fut plus conteste ? Dans son "Voyage aU Sénegal (1785-1786)6
(1)
L'Almamy fut fait :prisonnier puis libéré
(2) -
Cf. un poème de Mousse KA, consacre a l'éloge de Sokhna Fati DIA au
Département d' Islemologie à l' IFAN, Fonds Ama.r SAMB •
./.


.78.
J.B.L. DURAND reI:larquait : "Damel et ses sujets professent 10. religion
mahoI:l&tane ; ~is ils la rendent presque méconnaissable par une multitude
de retranchements ou d'additions". Cela signifie qu'ils se comportaient
en mauvais l!lusulmans sans oser cependant rompre avec l'Islam, tellement
les cons0quences d'une telle maladresse pouvaient être d'une extrême gravité.
Pour montrer le degr(. d'observance de la loi coranique au Ca:yor
par les t.enants du pouvoir central. il convient de noter egrù.ement que ces
musulmans en etaient arrives à un point où ils ne pouvaient plus tolérer
la consozmne.tion de l' eau-de-vie. Les contrevenants se voyaient infliger
les peines prévues par le Coren.
Mieux, au début de la seconde moitié du XIXe siècle, constatant
que le D8J1è1. Madiodio consommait ce produit d' importation coloniale, le
Conseil des Notables du Cayor cherchèrent à le déposer en donnant l'ordre
à Samba Maram KRAY, le Diawrine Mboul, d' adresser au Gouverneur FAIDHERBE
une lettre dont voici la teneur
"Les Diambours du Cayor avaient prêté serment sur le Coran (1)
En consequence ils ne sauraient tolérer è-'être commandes par un souverain
qui viole cette loi:. ~our gagner à leur faveur le Gouverneur qui était
soucieux du maintien de la paix dans cette région, ils terminèrent la lettre
(1) - C'est nous qui le soulignons.
'/'

· ..... ',~ ~;
1. .) -'- ,---' ._"-'
qui boi~ ct celui
'.J. . C/~:'~.
j •
tionnel. Sc," peti"_ -':~i ',.3, le Dancl L·."~ -::.ior, aura 'sC '!-'A irêquenter l'école
conduirs;
autant } 1;,
c~re ? si :i.
,~ ":2r l''lffirmativc:, cl'..:'es,;-(;c, :j'Ji ~urait amené Madia-
khaté KA;:;" ! ) \\ cp l
'ccnversi r
---- _._---_._---_._----,._------
f 1 )
- Ar '''". ives -:iL.
1 :::
\\ 2)
.L.
j '
,u.,)!.
L..I.1- acar
bAr:: ~
_~~_?e,·:t Cl'~C S ~~~'[l~:"'" -'·..._·PE:,tr19. ét?_it l t ar."i (';;-c:
Sc,.
ICki
cg.... Issa. S,,
.J
i'~[-: :'Li\\~rr.~::::;tic>L;: l.ui ncus t,r.t. r,té fO'.lr,;:-:'.iEE
le-:
,rri:..
CE.~ sU,j t-'t
..
:~(~ri Crj 8 !1]2.tL.')1.idex li) ~ -:!'.e..r::lb.)ut rC'21 ~[:..::.:t
?:
u'~! s, Sê~.:. 'ws..r- Fetrr..B. ~r' 1"'
~ ccrJ -.rel'·:i ;}~,~:r ~_:: .fDndn:t.eur même de
l :Ets>: ~E: Koki > HB.t~r Nd'-'l.u:t,'·
f:l'é'nêt-')èn;~s 3'·rir:ne Koki, Ndie.ga
Isse.. Ù!CP. Cf. infra, Ir F:t:'lt r-"
N·tic.lue ilu Ndiamtour, p. 132.
(3) - MI\\clFlFC Claudine CERRESCH ['
... r.r
,"r· aT',:r~u hi5~.:.r:1ue de sa vic et ".0
son :)èuvre d&"1s une intro~Il,~tic,r~ 1\\~ 'eJ.'~(: ,::~ C:)LS~\\c:<Se a un livre de :::re.-+:ri-
que du célèbre cndi du C1w~.r ...• "".''l
," l"~ jai'J., Dakar-IFAN pp 7'L
771. Sur son 'lcuvre, voir Al":', r Sn-':l..
,,'lr ie. contribution du SEn~-
g~~ P la littErature d ' ex;.ress1or. ~r'
rGirG ~o 87, IFAN-Df~,
1972
p. 259 et suiv.

.80.
le D~l, le poète commença par ce vers :
" Lat-Dio::, se 'Pique de ferveur religieuse. Est-il sinc~re 'l
N'est-ce pas un simple prétexte pour récupérer le (trône du)
Ca.yor" ? (1)
Ce p~hlet. composé sous les nenaces des autorités de Saint-Louis,
comme le dira le po~te, aurait coûte cher a son auteur ~tli, paraît-il,
menacé de oort. par le D=el, en aurait compose un
autre. Dans ce dernier
poÈ!me, le po~te avait cOl!ll!lencé pur rendre hocma.ge au souverain du Ca.yor
en ces ternes :
"Bonne nouvelle Lat-Dior a fait t rioI!lPher la religion d' Allah.
~ Bl"âce à l'Islam, le Oayor a aujourd'hui ressuscitli"(2).
Ensui te énumérant les victoires du Damel sur la colcrnne française,
il en vint à ridiculiser les officiers de l'armée ennemie avant de dire les
circonstances dans lesquelles il avait composé le pamphlet contre Lat-Dior.
..
.
(1) - "l',. S~d
a.
. fi' d ..
q~
-
"c~
~ 0-!.JJ 1 ·~..ll if ~; ..lI"" 1
-'-U.
a, ad-din Lat-Jôr
A"'n inne. Mâ h=uhû fî gâka Kajôr"
(Mètre be.sît. riI:lé en ru).
'1 ~5 ~)r j ~~ ~ 10,;1 r'
(2) -
"Bulrâ laqad sâ-da din-Allan Lat- .Tlr
Fa uhyiya-l-y!l.W!!l8. bi-l-Islâzn Kajôr"
(M~tre basît, rimé en ru).

.81.
3~)L'AT;VDSPHERE RELIGIEUSE
Dans les assemb16es de notables on faisait constamMent référence
aux lois coraniques, auxquelles les Diambour estimaient avoir la charge
de conformer le Damel (1). A cet ~gard, sous l'anele politico-religieux,
l'histoire du Ce:yor au. XIXe siècle nous fournit une des meilleures illus-
trations.
Après son séjour au Saloum auprès de Maba Dia!:hou, Lat-Dior, ancien
Damel du Cayor, eut un comportement assez surprenant pour un homme de son
rans. Si en 1864 il arriva au Saloum en Damel déchu, Lat-Dior, revenu au
Cayor. en 1869, était selon la tradition et les documents d'Archives, un
vrai Serigne. En tout cas il se serait, aussitôt rentré, mis à prêcher
et aurait converti beaucoup de personnes à Souguère, son ancienne resi-
dence (2). La surprise était si grande que les autorités coloniales de l'é-
poque ne pouvant le prendre au sérieux estil!lB.Ï.ent que c' était siIi!J?lement
pour "se créer des partisans", ma.is constataient avec quelque inquiétude
que "plusieurs indigènes se sont aéjà fait baptiser marabouts" (3).
Ce revïrel!lent amena les DiBJ;lbour i'l accepter Lat-Dior. Le Diavrine
Mboul, Ar.1c.r NIANE, soucieux des int~rêts du Cayor fortement menacé par
(l)
Cf. supra, p !~eUX-là disaient avoir "prêté serment sur le Coran".
(2) - Cf. 13 G
269. Archives du Sénégal.
(3)
Lettre au p;ouverneur du Sénégal, datee du 22 janvier 1869. 13 G 264.
Archives du Sénegal.
.f.

.82.
les successeurs de Maba Diskhou. lesquels auraient conçu un plan d'inva-
sion du Cayor; se déclara favorable il; la nomination, à nouveau, de Lat-Dior
comme Danel du Cayor.
Son second investissement aurait eu lieu sans aucune diffioulté,
sinon la réserve des colonisateurs qui voyaient toujours en lui un disciple
de Maba Diskhou, sentiments que renforçait la ferveur religieuse
de
ce souverain.
Pour mettre sur pied un Etat théocratique dont il rêvait et auquel
semblera~conduire les institutions politiques du Cayor, Lat-Dior se préoc-
cupa d'abord de la conversion des gens du Baal, un royaume semi-paien
voisin du Cayor et !lui parfois etait commandé en même temps par le Demel
du Cayor. Dans la lettre (1) que Lat-Dior adressa au Gouverneur du Sénégal
au sujet de cette attaque imI:linente, i l dit : ..... S'ils (les gens du Baal)
persistent dans leur infidélité, nous les combattons ... Co~ent collaborer
avec quelqu;un qui ne fait que boire du vin, voler et co~ettre tout acte
de brigandage et que par dessus tout il n'a point de religion ancienne,
cOlIlllle vous les Européens, (na~ârâ), ni aucun livre" ?
Le contenu de cette lettre est assez révélateur. Le projet d'un
Empire musulman sénégembien, conçu par Maba Diakhou, semtlait h~~ter Lat-Dior
(1) - Cf. 13 G 258, Archives du Sénégal.
./.

.83.
devenu plus aobitieux. Sachant que seul l'Islam pouvait permettre de rea-
liser, ~ l'éêhelle nationale, une unit~ durable pouvant s'opposer au colo-
nisateur français, Lat-Dior se donna le titre de "Commandeur des Croyants
et protecteur de la religionIl (Amî:r al-mu' minin an-nâsir ad-Din) (1).
De qui provenait cette initiative? Des Diambour, de lui-même ou
de son secrétaire-conseiller, Madiokhate KALA. l'ancien Cadi du Cayor ?
l'Etat des connaissances ne nous permet pas de le dire. Néanmoins l'on
peut observer que les lettres du Damel port~~t ce titre étaient rédigées
par Madiakhate KAtA qui pouvait bien être l'auteur de cette initiati ve.
Plus tard, il s'avéra que l'engagement pris par Lat-Dior de se
mettre au service de l'Isla'!! n 1était, aux yeux des Diambour, qu'un simple
pretexte. Ainsi, après deux ans d'exercice dans ses nouvelles fonctions,
Lat-Dior rut dénonce par le chef du Conseil des Notables du Ce;yor, le Diaw-
nne J.1boul, Amer NIANE. (2) qui, dans une lettre qu' i l adressa au gouver-
neur à Saint-Louis dit que
(1) - 13 G 258, Archives du Sénégal.
(2) - Cl est lu.i <lui l ' avait cautionné quand le gouverneur du Sénégal,
VI> L ':ERE, disait. en 1870, lors de la ca.mpagne électorale pour l'in-
vestiture du Da.'!lel, QU 1 il ne soutiendrait ni la candidature de Ann-
ay Ngoné. ni celle de la Linguère Debbo SC UŒ:O, ni celle de J.1adiodio
mais laisserai t le Cayor se choisir librement un Daoel.
Cf. 13 G 258, Archives du SéneBal.
.f.

.84.
"Quand j'ai appris que Lat-Dior s'était repenti et avait embrasse
l:Islem, j'eus l'idee qu'il améliorerait beaucoup de choses si
on lui confiait 10 pouvoir. Car l'Islam ne cOI:lIllande que de faire
du bien. Voilà pourquoi je l'ai no=e Damel. .. " (1)
40 )UN ErArTHEOCRATIQUE EN PERSPECTIVE
La réinté~ation de Lat-Dior dans la societe cayorienne, après
la mort de Maba Diakhou en 1867 sembl~t être facilitée par la détermina-
tion des dignitaires du royaume à appliquer la loi coranique sur toute
l'etenè.ue de leur juridiction. Cette volonté, tout enJ.uiépargna.nt des
peines que PINE'l'-LAPRADE allait lui infliger après le désastre de 50mb,
ainsi qu'à tous ceux qui avaient assure un commandement militaire
dans
1 t !'.ruée de Ma.ba, l'aurait engaee à gouverner le pays suivent les principes
islamiques. Aussi, le vmo~ueur de Loro, se mit-il à la recherche d'allies.
a) La trinle alliance
Pour l'exécution d'une si difficile tâche, Lat-Dior, en fin poli-
tique doublé d'un stratège, chercha 11 s'assurer d'abord le soutien des
deux chefs religieux les plus puissants du Cayor : Serigne Pire, Boubacar
FPLL, à Saniokhor, et Amadou Cheikhou, un I!IlU"about toucouleur établi à
Kaki et dont l'hostilité envers les colonisateurs était avouée.
(1) - Lettre reçue à Saint-Louis, le l' février 1874 •
./.

·85.
En juillet 1869, Lat-Dior se dirigea sur Pire sans avoir ~révenu
Serigne Pire
Boubacar Penda Yeri FALL. Celui-ci, redoutant l'invasion
de Seniokhor par le conCJ.uËrant, demanda de la poudre a.u commandant de
Thiès (1), qui lui en fit parvenir unç qU8ntité.
Un télégr~e officiel , datC du 9 juillet 1869 (2), révèle qu'au
lendemain, contrairement aux prévisions, Lat-Dior fut bien reçu par le
Seri~e. Après s'être entretenu avec celui-ci de l'objet de son déplacement
l'ancien Demel obtint l'assurance du soutien! indéfectible de son hôte.
Deux
semaines plus tard (3), les deux alliés se seraient dirigés
vers Koki pour y rencontrer le marabout toucouleur, Amadou Cheikhou. Ce
fut la naissance de la triple alliance qui n'aura vécu qu'un teI:IPs assez
court.
b) Une entente impossible
Cette entente, à laquelle les Serigne du Ndiambour n'étaient pas
p$sociés, et qu'ils considéraient avec hostilit~, ne pouvait pas être fruc-
tueuse.
(1) - Cf. le télép,ra.mme officiel, daté du 8 juillet 1869, 13 G 265, Archives
du Sénégal.
(2) - 13 G 266, Archives du Sénégal.
(3) - Cf. le télégr~e officiel, daté du 31 juillet 1869, adressé au gouver-
neur du Sénégal, 13 G 266, Archives du Sénégal •
./ .

·86.
Amadou Cheikhou, l'alliG de Lat-Dior, était mal vu à Koki surtout
par le Sedgne Koki, Samba Amina.ta. alors trop inféodé aux Français (1)
a.uxquels il faisait parvenir beaucoup de ;'correspondances secrètes" sous
la pl'JIUe de Khaly Madiakhaté Kala. Il faut reconnaître que le double jeu
que meno.it à cette époque Madiakhaté Kela, l'illustre ancien cadi du C~or.
n'était pas pour faciliter les choses. Les autorités coloniales, particu-
lière~ent 10 Commandant du poste de Ndiasne. ont suffisamment exploité et
sa sac;acité et ses connaissances de la. langue arabe.
Par ailleurs
les manoeuvres d'intimidation auxquelles le coloni-
,
\\-
sateur eut recours à l'endroit des .Serignes créèrent une atmosphète de
méfiance entre les Serignes du NdilJJlibour eux-mêI!lCs, d'une part, entre-eux
et .Amadou Cheikhou d'autre part. Quoi 'lu 1 i l en soit le choix du Ndiambour
peur cimenter cette unité n'était pas fait délibérément.
En effet, cette province qui présida longtemps aux destinées reli-
gieuses du roya.ume du Damel, outre qu'elle fut l'une des plus prcspères du
(1) - L'une de ses lettres adressées aux autorités coloniales commence par
cc:s termes : "De la part de Serigne Koki Samba Aminata qui se cram-
IJOnne à la 0 orde de Dieu et à celles des Françaïs· .. "(Cf. CorM III 103)
Cf. 13 G 250. Archives du Sénégal. Elle fut reçue à Saint-Louis:

le 22 janvier 1870.
./ .

'~"-'-_._-
--.-~-.-.".---
.87·
SénégoJ., avait un statut particulier lui confiant une autonomie (1) totale
au sein du "royaume.
Cette a1.t:lnonie que renforçait la foi islamique de ses habitants (2)
que
faisait du Ndiambour une terre de refuge. C'est à ce titrdles Français
(1) - A la tête de chacun des villages qui la composaient vtait nomme un
ecclésiastique qui portait le titre de Serigne et percevait la zakât
tous les ans pour subvenir à ses besoins personnels, pendant que le
Damel percevait un impôt foncier par village en plus des amendes
et des prix de sene:.
I.e chef superieur du Ndiambour portait le nom de Cadi, ce qui impli-
que de bonnes connaissances en matière de droit musulman. Le Cadi
Ndiaye SALL aurait été le premier Serigne du Ndiambour. Sous son
règne, les Maure Trarza se seraient battus contre les gens du Ndiam-
bour ; la rencontre eut 1 i€'u à BI'.lfti. près de Mérina$en. Deux ans
plus tard, .Uia Quld Amar Coumba, roi du Trarza, edeVa" le village
de MpaJ.. Les Gens du Ndiam"bour se reunirent à Thinr. non loin de
Nguik, reprirent t~al, mirent les Trarza en déroute et les poursui-
virent jusqu '"au W"ll1o où ils tuèrent le roi Alia et réduisirent beau-
coup de ses soldats en captivité. Ndiaye SALt aurait ét~ déposé en-
suite par le Damel ~1ekhour8dia COUI:lba Diodio (1684-1691).
Ln vie culturelle y était intense
jusqu'au début de la seconde Moitié
du XIXe siècle. FaiClberbe remarquait en 1858 : "Les gens du Nè.iam-
bour sont arrivés par l'islamisme à un état social assez avancé. Il
7' Il. chez eux beaucoup de gens sachant l'arabe". Moniteur du Sénégal
nO 103.
(2) - Se rappeler que les Serigne
avaient fait du Ndiambour un Etat théo-
cratique le rendant ainsi presque indépendant du reste du Cayor.
Cf. infra, p. 132 et suiv.
'/'

arr'
.88.
c.
se montrèrent très durs envers quelques-uns de ;es Serigne, notamment Se-
rigne Niomré (1) et Serigne Nguik (2).
'"
Ce qui fais ait du Ndiambour la rég;ion la plus redoutée par les
autorités coloniales tenait, en-dehors du climat relif,ieux, à la nature
des relations qu' il entretenait avec les Trarz/1.s, farouchement hostiles
'1 la colonisation française. Le général Faidherbe fut anené à l'envahir
après ~voir à plusieurs re~rises, sommé les Serigne de refUser aux Maures
(1) - Le Serigne Niomre était également victime d'intimidation lorsque
Sidie., frère à' Ely, se r€fUgia
druns son villare. Dans une lettre
que le Serir-ne adressa cu Gouverneur de Saint-Louis qui le so~ait
de lui rendre le réfugié, il dit ncte.=ent : "Si le roi des Tr~rzo.,
si l' eror de S&.i.nt-Loüis nous del'landait d' ad.r contrairement à nos
principes, c' est notre sang qu'il nous demande.
"
"Sidiya est un dépôt, et un dépôt ne doit être remis qu'à celui qui
l'a confié" ..
"Quant il V0S menaces de faire telle cu telle chose contre nous, lais-
sez cela, cela vaudra mieux pour vous et DOur nous. Salut".
Cf. Moniteur du SénéB~~. nO 103, du 16 mai 1858.
(2) - Ce fut dans ce village qu'Ely Il vu le jour. Sa mère Ndiëmbët, la reine
du Wâ.lc, chass6e de son Pl'lYs par les Français à cause de son mariage
avec le roi du Trarza Muhened al-Habih, étnit venue s'y refUgier. Elle
dut, pour s'entendre avec les ~utorités colcniales, signer un traité
en 1835, au
terme duquel elle accepta que son fils n'exercerait au-
cune auto ri té dans ce pays"
(le wiÎJ.o). Ely IJarvint cependant à se
faire nommer au wâlo d'0ù il devrait être chasse a son tour en 1855.
Il chercha refuge à Nguik, comme sa mère vingt ans auparavant. Les
troubles qu'il y occasionna amenèrent les autorités de Saint-Louis
ù entreprendre, le 16 décembre 1856, l'expédition de Nguik, comman-
dée par le général FAIDHERBE en personne.
.f.

.89.
10 séjour dans leur pays. Dans une lettre qu'il adressa à Seri"Blle Koki»
i l est dit Ilot=ent : "Je n'ai demandé qu'une chose au NdiaIl!botU:'. c'est
de cha.sser du pays mes ennemis". n s'agissait de ceux qu'il appelait
"les Ceddo d'Ely" (1).
Telle fut l'atmosphère du Ndiemoour lorsque Lat-Dior, précedé du
marabout toucouleur, Amadou Cheikhou, qui souleva les population~ y vint
rechercher des alliances.
Leur plan sera d6joue et les Serir,ne inti~idés. ébranles par le
climat d'insécurité, se désolidarisèrent les uns des autres. Ce fut la fin
d'une hégémonie séculaire. FAIDHERBE aura ea,gné lui qui sut ternir la
gloire tant enviée de cette contrée en recourant à l'utilisation des arees
classiques de la colonisation : intimidation, nomination de nouveaux ser~-
BOe acquis à sa cause au lieu et place des Serigne comme celui de Niomré (2)
qui se refusa à subordonner aux intérêts du colonisateur
ceux de sa reli-
eion. Ce serait nous demander "d'agir contrairement à nos principes", fit-
(~) - C:cst Serigne Louga, l'allié des Français. qui ~~t reconnu comme
Serigne Ndiarnbour. Serip.ne Niomr6 étant tombé en disgrâce.
(~) - Cette lettre est dat6e du 27 novembre le56. Archives du Sénégal.
(3) - Cf. Moniteur du Sénegal roO 103 du mardi 16 mai 1858. compte-rendu
de l'exp~dition sur Nianré.dans le Ndiambour (Cayor) •
.f.

·90.
Instruit par les é?énements du passe, Lat-Dior, pour ne pas être
perdant, chercha à se rapprocher davantaee des Diambour du Cayor dont il
avait sollicité et obtenu la cauti~n. Il prendra de plus en plus ses
distances vis-à-vis d'Amadou Cheikhou, le projet d'alliance tripartie
n'étant pM rée.lisable. En revanche, il semblait de moins en mois hostile
à la présence française. L'on s'achemina vers -un dénouement IIlll.1heureux
pour le DaJ:1el.
5°)LAT-DIOR PERD LA CONFIANCE DES DIAMBOUR
Trois ans se seront écoules depuis son investiture lorsque les
Diambour retirèrent leur confiance ~u Damel. Trds faits majeurs semblent
créer cette situation.
- Le programme présenté par Lat-Dior lors de son élection n'a pas
connu fût-ce un début dl exécution : le Baol s'enlisait davantage dans le
paganisme
- Comme par jalousie, Lat-Dior se ~ntrait manifestement hostile
à la présence. au Cayor, du marabout toucouleur, Amadou Cheikhou, qui béné
ficiait pourtant du soutien du Diawrine Mboul ;
- Lat-Dior cherchait à se rapprocher de plus en plus des Français
qu'ils considéraiect "eomme leur ennemi co~un.
./ .

Désormais, les grands villages du Cayor seront le théâtre d' o:péra-
tions mi litnires opposant le Damel à l'armée l3.u"marabout"
(on l' nppelai t
..
ainsi), l'.madou Cheikhou. Il infligea au Damel une défaite que celui-ci Clua-
lifia même de foudroyante, dans une lettre 'lu 'il adressa a.u gouverneur du
Sénégal (1).
Cette défaite accula Lat-Dior à chercher refur,e à Sougu~re. Le
marabout incendia quelques villages, se retourna sur Koki et en chassa le
Serigne qui se refugia à Mpal d'où, s ' apitoyant sur son sort. i l écrivit
au gouverneur :pour l'informer.
Dans une autre lettre au même destinataire, Lat-Dior s'expliquant
sur les causes de sa défaite devant "le faux prophète, Amadou Cheikhou
l'imposteur" (2) révéla qu'il y avait des dissensions au sein de sa propre
armee, dues à 1& trahison des gens du Ndiambour entraînes par le Diawrine
MbotO. (3), /l.:me.r NItillE, qui voulait venger e.insi la mort de son prédécesseur
et cousin. SBJ:Iba MaJ!llIll KHAY. Il demanda en conséquence à ce que le Gouver-
ncur l'intimidât , soit par une armée cOIIlPrenant notamnent des "soldats
blancs munis de trois canons" (4), soit par une lettre.
(1) -Cf 13 G 258, pièce 165, Archives du Senégal. Cette lettre fut reçue
par le Gouverneur, le 1er a0ût 1874;
.
(2) -Voir 13 G 258, Archives du Sénégal, lettre reçue, le 27 août 1874. C'est
Lat-Dior qui le nomna ainsi.
(3) -Du fait des pouvoirs dont il etait investi, le Diawrine Mboul était
très redouté même par le Damel. Il pouvait à tout moment proclamer
SB déchéance.
(4) -Lettre reçue, le 6 octobre 1874, 13 G 258, Pœchives du Sénégal.
'/'

·92.
Dans le même message, le D8.l:l.el informa. le Gouverneur des tentatives
du Diawrine'de réaliser l'unification des p~s les plus isl~isés de
l'époque: le Foute Toro, le Jolo! et le Rip. Il precisa qu'il y avait
dGjà"envoyé des messages".
A la réception de cette lettre, la réaction du Diawrine ne se fit
pas attendre. Il mit le gouverneur en garde contre son i~Jnixtion dans les
affaires de son pays (1). Le divorce entre Lat-Dior et les Diambcur était
consoIIll!lê. Le Diawrine le révéla dans une de ses lettres. Après avoir rap-
pelé qu' il a.vai.t notl!llG Lat-Dior
à candition "qu ' i l suivrait la loi du
prophète, c' est-à-<Ü.re la reli{"ion qu'il c.v/).it professée", et que celui -ci
n'a pns respecté son engagement, i l dit avoir "envoy6 dire à Amadou Chei-
khou de venir prendre le royaume du Cayor" (2).
Deux rois plus tard, s'étant eperçu que Lat-Dior cherchait à le
nettre en mauvaise intelligence avec les autorités religieuses, Amadou
Cheikhou, tout comme les Dianbour qui sous-tendaient son action, cherchant
à eagner la sympathie d'autres Serigne influents, adressa une lettre à
Serigne Mp,~ èens laquelle il disait notamment: "je t'aime pour l'amour
d' Alle.h, car j'ai appris que tu es un Croyant qui aime les Musulmans .••
Sache que je n'aime pas fa.ire du mal à aucun musulnan.
(1) - Voir, 13 G 258, p. '72, Archives du Sénégal
(2) - Voir 1 D 34, Archives du Sénégal.
./ .

..
.....__~_.............__......-..;.....=====..:::_:::_==.=.:::===~...i!!'_'!ll......._!!'!'-.f!!".!!'!'!'!'''!!!''"----......-~
,
- . - . . .
Mi'
WBt!fW18t '1
1
. '
!
f
. -
.93.
Quant à Lat-Dior et ses partisans (e.hluh) ils sont des mécrp.ants.
Ils font du wnl sur terre en S~ rebellant centre les ordre a de Di0U ct

en causant des dommages aux autres. Voilà pourquoi je lui ai. fait la guerre
et l'ai battu, rrâce RU soutien que Dieu m'a cccord&. Il est du devoir de
tout musulman de le combattre et de rompre définitivement avec lui"( 1).
En ce qui le concerne, Lat-Dior semblait avoir le sentiment d'avoir
cesse d1être le Commandeur des Croyants. Désormais , on ne trouve plus
dans ces correspondances, ni ce glorieuxütre d'Amîr al-mu'minîn, ni non
plus plus Silmakha, le surncm qu'il se serait donné par humilité quand sa
ferveur reliRieuse l'Nmena a faire office de muezzin occasionnel en 1872.
Le titre de Damel reconquit sa place.
Sa situation nouvelle l'acculait de plus en plus à être conscient
de son isolement. Lat-Dior fut condgoné à collaborer avec les Français.
Ainsi, après avoir été défait à plusieurs endroits (2) par le marabout ,
i l lui fut donnée l'occasion de prendre une part active avec Alboury
NDIAYE au combat de Boundou (3), livré à Amadou Cheikhou, aux côtés du
lieutenant-colonel ~EGIN, commendnnt de la colonne du Cayor. Ce fut le
(1) - Lettre reçue, le 11 décembre 1874, Cf. 13 G 258, Archives du Sénégal
(2) - La dernière défaite qu'il essuya devant Amadou Cheikhou eut lieu à
Swokhor. Cf. le télégramme, daté du 31 octobre 1874. 1 D .34. Ar-
chives du Sén~gal.
(3) - Pour plus 'de renseignements sur cette bataille. voir 1 D 34, Archi-
ves du Séne gal •
'/'

J',',
......
+'l'''
11 février 1875, dernier jour d'Amadou Cheikhou, lequel rendit le dernier
s.oupir à SeJnba Sadio, près de Koki •
..
Avec Am~dou Cheikhou disparut l'espoir d'édifier un Etat théocra-
tique dont le Cayor serait la capitale. Les foyers de culture islamique
Pire, Koki et
Mbâkol, entrèrent dans une phase, sinon d'extinction, du
noins de déconposition progressive. Le Damel, ne puisant plus ses forces
du fond du peuple, cOl!lllle par le passé, fut contraint de cOJ:!Poser avec
l'oc~ant français.
Comme s'ils voulaient accélérer le processus de désagrégation de
la machine dont ils furent les pièces ~tresses, les chefs du Cayor,
Demba wêr en particulier, proclamèrent la déchéance du Dame1 (1). Ce fut
la conséquence d'une mésentente dont les causes semblent i~erceptibles.
Est-ce le Dame1 qui les avait tenus à l'écart des affaires de la cour.
qUPJld on sait qu'il signa, à leur insu, le traité de 1879 (2) autorisant
le passage du chemin de fer ? Comment expliquer cette attitude du souverain?
Pourquoi demanda.-t-il l' arbitrage du Coran (3) lorsque ses collaborateurs
(1) - Lettre de Denbe. Wêr SALt au gouverneur de Saint-Louis, 13 G 260 ,Ar-
chives du SGnégal.
(2) - Ce traité rédige, le 10 septembre 1879, par Brière de l'Isle fut sou-
mis il la signature du Damel ~ar Bou el-rvbgdad en présence de Madia-
khaté Kala
et de Ma Seck NOOYE, chef des captifs, qui en étaient
les seuls informes.
(3) - Il préférait rester à Souguère qui fut sa capitale depuis toujours •
.(.

·95.
voulurent lui in~oser Mboul co~e résidence royale ? Autant de questions
dont les réponses pourraient projeter quelque lumière sur ce point sombre
de l'histoire du Cayor.
6°) L'APPROCHE D'UNE FIN TRt.GIQUE
Sans doute parvinrent-ils à contraindre le Damel à dénoncer le
traité après l'avoir signé. Ainsi, dans une lettre (1) qu'il adressa au
Gouverneur Vallon, Lat-Dior disait: "Je n'accepterai jamais le chemin
de fer, roi et mon cheval Mâla...." (2). Le systèoe cayorien, dont les quel-
ques éléments qui restaient s'entre-déchiraient, entra ainsi dwœ sa der-
1'f'W\\.
nière phcse de décomposition. Et/achever un adversaire dont la lucidité
n'avait d1égal que le courage et la témérité, le colonisateur notifia à
Lat-Dior, sa seconde et dernière €XIJulsion
: "Lat-Dior est à jB.l!lais exclu
du Cayor. Samba Laob~, les Di8I!lbour et les captifs de la couronnes' enga-
gent à lui en interdire formellet'lent l'accès" (art. 4 du traité dU 28
août 1883, fait à Bétète).
(1) - Cette lettre fut reçue, le 25 juillet 1882. 13 G 261. Archives du
Sénégal.
(2) - Expliquant le motif de son refus, le D~~el doniel'i~ression d'avoir
6té fléchi par ses collaborateurs : "pl'.rce que je n'étais pas à la
résidence royale a Souguère, Mais à Keur Amadou Yala ... Les chefs du
Cayor refusent ... :t Ce fut en 1881, lorsque les ingénieurs s'étaient
rendus sur le terrain. L' interprète, un nOI!lDË Samba FALL, de Dakar
était rendu responsable du refus du Damel qu'il aurait épouvanté par
son interprétation. Voir, 13 G 260, Archives du Séné~al.
Outre ce refus gui indigna l~s autorités de Saint-Louis, le Damel
Gtait soupçonné d'être en iLtelligence avec Ely, l'ancien roi du
Trarza, r6fu/3Î6 au Nd:i.ambour, qui l'appuyait dv.ns son oP'Position au
passase de la voie ferrée dans son pays.
./.

.96.
Le Damel dechu, comme s:il prévenait une épreuve de force, se mit
il construire un~ tata (,) pour s 'y retrancher et dit "'lU J il ne le quittera
jamais sans guerre".
Samba Yaya FALL (2) rut nomme il sa plAce. Puis Samba Laobe FALL,
le dernier Damel du Cayor, devait, après trois années de règne, connaître
lui-aussi un sort fatal. Il rut exécuté à Tivaouane, le 6 octobre 1886.
Let-Dior qui se réjouit de l'évênel'lent "lequel était pour lui aussi
agréable que le miel sinon plus" en trouva une occasion ?our ténoiBDer
son attachement au gouverneur de Saint-L::>uis dont il se considérait "être
des pertisans et des auxiliaires. Si nous nous sommes brouillés c'est
parce que j'ecoutais les conseils de tecba WÎar, ce méchant esclave ou ceux
de Samba. Laobé, le trattre qui cachait sa haine" (3) .
L'ordre des choses n'éte~t pas réversible. Lat-Dior ne pouvait pas
être Danel pour une troisiè~e fois, ~gré le caractère pitoyable de cette
(1) - Ce tata fut construit à Ndongo, entre Keur Mand01.ll:J.be Khary et Thil-
Dakha. Madior Thioro. chef dE: Nguik""l!larina en infol"!"...a le Gcuverneur
de Saint-Louis per une lettre reçue, le 15 Dai 1886. 13 G 262. Ar-
chives du Sénegal.
(2) - C'éta.it le fils de la lin~ère Debbo, soeur de la ~ère de Lat-Dior,
toutes les deux étaient des filles du Damel Ma-Issa Tende Dior (1832-
1855). Apres huit ~is de règne (janv-août 1883), il rut exilé à
Sa~~t-L::>uis où il se noye dans le fleuve, le 18 octobre 1891.
(3) - Cette lettre dont nous avons donné des extraits, fut reçue, le 15
octobre 1886. Elle rut rédig~ par Khcly Madiakhaté Kala. Voir 1 D
48, Archives du Sén6gal.
.f.

.97.
lettre rédigée sous ae. dictée par celui qui fut durant Drès d Lune vingteine
d'années son secrétaire-conseille~ et le plus illustre Cadi du Cayor de
tous les te~s. Le Cayor sera désormais annexé a le Colonie du Sénégal.
Les Français en avaient décidé ainsi.
Résolu d'affaiblir l'autorité des eeclé~i~~ues et des chefs
traditionnels, le cc·lonisateur décida le IOClrcelleoent du Cayor en six
provinces (1), les sollic:ilations des Diambour pour la nomination d'un
autre Dnmel n'ayant Das été tenues en considération.
Les choses se précipitèrent et,le mercredi 26 octobre 1886, des
troupes indifènes plac6es sous les ordres de Deroba wâr SALL, Ibra Fatime
SARR et Samba LaobéBoury, appuyés par quarante-cinq spahis. commandés par
le capite.ine VALLOIS (2), livrèrent un combat meurtrier à Lat-Dior qui
périt à Dekhlé avec beaucoup de ses guerriers.
La fin tragique de ces chefs ainsi que les mesures prises à l'en-
contre de quelques personnalites relip:ieuses dont Kha.ly Madiakhaté Ke.1a (3)
(1) - La physionomie du Cayor dé~erobré se presentait comme suit
Six provinces à la tête de chacune était nomme un chef :
Saniokhor occidentale
Deroba Wâr SALL
Mboul
Sangonê DIOR
Saniokhor oriental
Mader;uène SAMB
Nguiguis
Biraima Issa
Mbawar
Ibra Fatim SARR
Guet
BOUIlA.l:la SALL
(2) - Voir son rapport sur la bataille de Dekhle, 1D 48, Archives du Sénégal.
(3) - Il lui/b8iifiée l'interdiction de séjourner dans son propre terroir,
Keur Makala. Cf. 1D 48, la lettre de demande de pardm 'lu'il f~t par-
venir aux autorités coloniales. Elle fut reçue, le 15 novembre 1886.
Archives du Sénégal.

aIlres le combat de Dekhlé, po~reD"t un coup rude au développement de
l'Islc.m au Cayor.
Toutefois CD 'relj:lU!que que si le I:lorcellement du royaume qui en
résulta contribua à renforcer les anta~nism~s sociaux, déjà accentués,
l'affaiblissement ou la disparition progressive de la chefferie qui en est
l'une des conséquences, préluda à une période de diffusion rapide de l'I5-
lam au sein des masses.
.
l#
~E:li fut sommairement la physionor.1Ï.e de l'Islam au Cayor.
1
0/- LE JOLOF
En ce qui concerne le Jolo:::, situE au Sud du Fouta Toro et peuple
essentiellement de Peul , il semble qu'au lendemain de la disparition du
grand Empire, l'Islam cessa d'y être pratique, sauf par les Wolof. Il Y a
à peine un siècle et demi, précisément en 1818, ~nLLIEN remarquait
"le Djolof renferme plus de paiens que de MahoI!letans" (1). Cette
situation était surtout favoriséepar la position géographique de cette con-
trée extrêmlmedrliffici1e, d'accès et par l'isolement des peuplades, parti-
culièrement les Peul, qui vivaient repliés sur eux-mêmes. Elle durera. jus-
qu'au milieu de la seconde moitié du XIXc siècle.
En vérité. aucun centre d' enseignenent coronique digne de ce nom
n'y était sienalé, sauf quelques écoles coraniques disséminées et peu
(1) - VoyaGe dans l'intérieur de l'Afrique, Paris, 1820, 2 vol, p. 48.

.99.
importantes. Cette absence quasi totale de vie culturelle islamique, due
très certainement au caractère désolé du terroir explique l'islamisation
..
tardive d~ ses habito.nts, précisement l'iSlement peul qui predominait.
Outre l'indiffcrence de ces Peul à l'éeard de l'Islam à laquelle
s'ajœutait l'austérité, pour ne pas dire l'ingratitude de la nature, les
profondes dissensions au sein de la famille royale, lesquelles se traduisi-
rent par une instabilité politique, constituent autant de facteurs qui
retardèrent l'adhésion de ces peuplades
à l'Islam. Il faut reconnaître
que le système d'otages institu~ , au
XIXe siècle, par le colonisateur,
eut iSgalement un impact considérable sur l'islamisation de ces différentes
contrées. Les fils de chefs ainsi formes devenaient des agents, qui vrai-
semblablement retardaient l'islamisation, du moins la rendaient superfil"
cielle. C'est ainsi qu'il fut demandé à Alboury d'envoyer à Saint-Louis
deux de ses fils comme otages (1).
De telles circonstances ne pouvaient favoriser la naissence de la
la classe maraboutique qui, dès le XVIIe siècle, constitua le facteur essen-
tiel des transformations sociales, politiques et culturelles dans les autres
(1) - Voir Rapport à Monsieur le gouverneur des missionnaires: Yoro DIAW
M2rcure Haram et Silly DIAWARA, auprès d'al-Boury NDIAYE,roi du Jolof
La rencontre entre les missionnaires et Al-Boury eut lieu , du
29 au 31 mai 1889, a Yang-Yang où le Bourba vint les rencontrer.
Le lendemain, i l partit pour Sagata. 1 D 44, Archives du Sén6gal •
./.

·100.
anciennes provinces de l'empire défunt. En effet les prosélytes manding,
maure, ou toucouleur ne purent
y acceder, d'où une ~asse de plus en plus
tourn6e vers l'animisme, sans parler de l'aristocratie. Cette situation
tenait également a l'absence presque totale de vie sedentaire.
Sur ce plan le Jolof constitue un domaine singulier. Faisant état
de sa situation, Vincent MONTEIL, dans un article sur le Djolof et Al-Bouri
NDIAYE (1) donne l'extrait suivant qu 1 i l tire de MARTY (2) : " .•• d'après
Buur-ba Bouna fils d' Al-Bouri NDIAYE (p. 270)
Dans le Djolof, il existe
des Cadis depuis 1872, date de la conversion en Musulmans de quelques chefs
tenant le pouvoir. La confiance m&lquai t il laj plupart des indigènes pour
cette nouvelle mode de justice, dont il~ igsoraient les bases, et ils
etaient froisses de- la voir substituer à la coutume de leur ancêtre:;. (sic)
En effp.t, comme nous venons de. le si~aler> cette infrastructure
culturelle dont le
Gayor avait éte dotee dès le XVIe siècle fit défaut
au pays d'Alboury jusqu'à-la seconde moitié du XIXe siècle. Aussi était-il
logique qu'ils eussent ignoré "cett0 nouvelle J'lode de justice". En reali té,
ce qui froissait les gens du Jolof tenait moins à la nature même de cette
iloi qu'à ce que celle-ci leur avait été apportée par des gens qu'ils consi-
(1) - Bull. IFAN nO 3-4 1966, p. 600
(2) - Etudes sur l'Islam au Sénégal.
./ .

d 'f
. '
!
.101.
déraient comme des étrangers. parce que n'appartenant pas à la même ethnie
qu'eux. Cec~ explique les resistances nationalistes que les propagateurs
de l'Islam rencontraient partout aàlleurs.
Certes les populations autochtones comprenaient jusque-là des
Wolof., mais il faut avouer que ces derniers semblaient être noyés par
les Peul auxquels ils s'identi~iaient facilement par de nombreux traits
llPraux, ce qui explique vraisemblablement le succès d' .Amadou Cheikhou.
En parlant de l'IslaI!l chez les Noirs, MARTY constatait: "La haine
entre ethnies avait longternps retenu l'islamisation", ce qui corrobore
à plus d'un titre les remarques que nous venons de suggérer. Mais pour
donner plus de ~orce à cette constatation, l'auteur la reprend dans une
phrase lapidaire. "Se convertir etait se soumettre à ses ennemis;ô (1).
Ainsi pour in~léchir leur attitude fi l'égard de l'Islam, les
Toucouleur ~irent irruption dans le Jolo~ à deux reprises en vue de l'is-
lamiscr à nouveau. D'abord sous l' JUlIlél.Il1Y Abdel Kader avec un succès ~ort
maigre. Ensuite, AInadou Cheikhou l'envahit et par"!'int à s'y faire procl 60-
mer Bourbe. (1871-1875).
(1) - MARTY, Etudes s6n~galaises. Paris Leroux, s.d. Notons qu'avec AIna,-
dou Cheikhou l'effet de la distanciation était presque nul ; Peul
et Toucouleur étant des cousins.
./.

..6----..........
) "
)
fl:ilÎl
. . .
.102.
c'est sa présence qui aurait, selon toute vraisemblance, transfor-
mé radicalement cette contrée. Nous disons radicalement, car désormais
la justice y etait rendue par un 'juge musulman ou cadi. C'est à lui que
Bouna, fils d'Alboury, faisait allusion comme nous l'avons rapport~. Etait-
ce pour lui rendre hommage ou pour montrer simplement que l'Islam avait
droit de cite dans le Jolof ? L'une des hypothèses n'exclut pas l'autre.
Mois les vis&cs politiques de ce marabout dont l'une des préoccu-
pations essentielles était d'édifier un ensemble musulman sur les ruines
de l'!l.Ilcien empire du Jolof, devaient dresser flrcément devant lui des ad-
versaires anim~s des mêmes ambitions. Alboury NDIAYE, frustré d'être écarté
du "pouvoir que ses ascendants se transmettaient de père en fils, résolut
:0
de contribuer efficacement à la chute de celui qu'on semblait considérer
au Jolof comme un étranger. Sa présence avec ses guerriers à la bataille
de S=be. Sadio où Amadou Cheikhou t:::-o'Qva la mort en témoigne suffisamment (1).
(1) - Noter que depuis 1871, Amadou Cheikhou, tout en guerroye.nt au Cayor,
était le maître du Jo10f. Il y conserva le-~titre de Bourba jusqu'à
sa mort. Alboury NDIAYE qui ne put ainsi avoir accès au trône ne
devint Bourba qu'au lendemain de cette mort. Dès lors, on peut se
faire une id~e des sentiments qu'il nourrissait envers celui qu'il
considErait comme un usurpateur. "Le marabout, dit-il, rr.'a mis dehors
de mon territoire. Je vais au Cayor avec mon armée. n y vient et me
chassa avec Lat-Di~r. Nous demandons aide à la France qui nous ia
accordpe". Voir le rap,ort d' Alboury, roi du Djolof, fait le 27 mars
1883. 1 D 44, Archives du Sénégal. Devenu Bourbe. en 1875, il conserva
le trône jusqu'en 1900, date à laquelle il quitta à Jamais son pays
pour aller IllOurir à rosse, au Niger. Cheikh NDAO, auteur draca.tique
a consacrê à cet êvénement une pièce intitulée "l'exil d'Alboury" •
./.

1t'1t'tW' ' "
Z
'$
iot
d
J
, !
....
, .
e
trVr'Jl"tZJWf!W'?F""'W
"
'T''nif
.103.
Depuis cette date, l'on s'achemina, comme presque ?artout ailleurs
au Sénégal, vers la fin d'une chefferie séculaire, souvent confondue avec
l'Islam. Ainsi, là où le royaume n' est pas démembré> du reste au détriment
de l'Islam, le colonisnteur, pour instituer un ordre politique nouveau,
était amené li y affaiblir sensiblement le pouvoir des chefs.
D/-ΠB A 0 L
I l était une autre contree, bordœpar le Sine et le Saloum au Sud,
le Ferlo à l'Est, 1€
Cayor à l'Ouest, où la densité èe la population serere
était très forte. C~tte ethnie, parmi tcutes celles qui peuplaient les
régions situées en bordure du "Sénégal", était la plus tournée vers l~ani-
msme.
La IJopulation wolof du Bool, quo i 'lu 1 en partie I!lUsulmane, était
portée, du fait Ile son voisinage direct avec les Sérère, il. vivre un syn-
cretisme. Les musulmans fascines Dar les succès que leurs voisins tiraient
des pratiques magico-religieuses, avaient tendance li les imiter, voire à
s'associer IJarfois, aux cultes qu'ils vouaient à leurs divinités. On pe
à
peut donc 1l!aWproprement parler, dire qu' ils étaient musulmans.
Car, contrairement ~ ce qui eut lieu au Cayor, à sa.voir l'ouverture
de cette province aux divers proselytes man(ing, maure, toucouleur, et
./ .

.105.
plus en plus de son voisin déjà ouvert aux divers courants culturels de
l'~poCJ.ue .•
L'on doit se rappeler que pour gagn8r la confiance du Conseil
des Notables du Cayor, Lat-Dior revenant du Saloum, en 1869, leur avait
fait entrevoir les possibilites, voire la nécessité de convertir a l'Islem
les h~bitants encore infidèles du BaoL EtâÏt-ce par conviction religieuse
ou par opportunité ? I l irrporterait de le savoir.
El- =L1è=-~_-,=S_I:...;:.N:....::,E
L'Islac avait Ëgalement pénétre d&~s le Sine, pays s~rère par
excellence. Situ~ entre le Saloum au Sud-est et le Baal, au Nord-ouest,
le Sine s'étend de l'Oc~an jusqu'au Niani ù l'Est, et du Rip au Sud jus-
qu'au Jolof au Nord-est.
Co~~ nous l'avons dit plus haut, l'hostilité des Serère à
l'égard de l'Islem était telle que tout proséJytisme se révélait incapabl~
de les d~tourner de leurs divinitcs. Leur esprit d'intolérance en matière
de foi d'une pP.rt, et la densité de.la forêt qui les protégeait contre tout
envahisseur d'autre part, faisaient que les Serère
ne pouvaient aucunement
souffrir qu'un culte fût rendu il un autre dieu dans leur propre pays.
Or, si "celui qui apporte une religion est contraint de demeurer pour
.1.

·106.
l'enseigner et l'implanter (1)' il est ~vident qu'à ~riori les me~bres
de cette ethnie étaient inco~vertibles. Ni le bien-être matériel des
Dioula, ni le charoe des Maure, ni 11'. l'lYsti:lue Ilresque belliqueuse des
Toucouleur ne pouvaient avoir d'incidence sur leurs croyances.
La seule ethnie ccp able de les transformer, celle qui aura
joué le rôle déterminant dans l'islamisation en pays sér~re sera incon-
testablement les Wolof.
Certes, si les Bour Sine portaient des gris-gris confectionnes
par des serigne wolof souvent attachés à leur cour. ils ne confeseàient
pas pour autant l'Islam. Ils croyaient simplement aux vertus de telles
amulettes, tout comme ils appréciaient les qualités intellectuelles de ces
mêmes personnages qui assuraient leur correspondance en arabe avec les
autorités coloniales notamment. Les nombreuses lettres en arabe conservées
aux Archives dl.. Sén6gal (2) en té=ignent.
Ainsi, c'est par leur contact avec le Wolof que l'Islam commen-
ça à être toléré sur leur sol et même certains de leurs souverains se con-
vertirent a la nouvelle foi. fi. la .fin du XVIe siècle et début du XVIIe
(1) - r. WANE, op. cit.
(2) - Cf. la sous-serie 13 G. 318, correspondance avec les chefs indigènes
notamment Beur Sine (1859-1877)
./ .

• 1Oï •
siècle, les Scrère de ~oal pr0fessaient l'Islam, selon Baltasar BARREIRA
qui notait, en 1606, ,~ propos du royaume du Sine. "Au Sud-est du Dort de
Dali se situe le port de Joala dqJlt les habitants ont leur roi DroDre •••
Ces nègres suivent la loi de Mahomet;: '. '.
A partir de cette remarQue de Barreira on peut tirer deux hypo-
th~ses
- Les Sérère. il. leur arriv~e dans la région après la dislocation.
vers 1550. de l'empire du Jolof. étaient déjà musulmans. Une cinquantaine
d'~~ées ou un peu moins serait insuffisante pour les islamiser, si toute-
fois ils étaient arrivés au Sine en idolâtres. comme on l'admet communément.
- On peut supposer que, lors de la presence sur ces lieux du
voyageur portugais. les Sérère n'y étaient pas encore arrivés. Dès lors.
Joal Douvait être peuplé d'une a~tre ettnie qui très vraisemblablement
serait manding.
De
ces hypothèses, on
peut conclure à la présence effective
de l'Islam à Joal dès le XVIe siècle. Mais les int~rêts qu'offraient les
régions côtières pour les voyageurs européens devaient y cr5er une atmos-
l'hère de moins en moins favorable au développement et même au mnintien de
cette foi. Ainsi. de la tié deur simple. les Sérère auraient été conduite
à l'apostasie sous l'empire de l'hégémonie nilitaire dont ils bénéficèrent
( 1) TI. BARPEIRA. Relation de la Côte d'Afrique et de Guinée du Cap-Vert
à la Sierra-Léone. 1606.
./ .

.108.
grâce au cOr.Jr.lerce d' esclaves (1).
Ces faits semblent indiquer que, au W""alo comme presque partout
ailleurs, la cour et l'aristoc~atie étaient musulnanes. Mais l'organisatio;
sociale étant particulièrement très hiérarchisée chez les Sérère, toute
fusion entre guclawar d'une part> et roturier de l'autre, était impossible.
Ce n'est que récemment, lorsque le Saloum fut islamisé par
Maba Diakhou qui fit de Nioro la capitale religieuse, le bastion de l'Isl~~
dans la région, que le processus dtislarnisation entra dans sa phase irrever
sible. Le dernier Beur Sine Mahecor DIOUF (1924-1969) était nusulman. Il
serait intéressant de noter que si les Sérère sont islamisés, ils ne
demeurent pas noins insensibles au prosélytisme des autres, les Wolofs
seuls faisant exception.
Il ressort de ces constatations que la prétendue hostilité des
Sérère à l'égard de l'Islam, était sinon superficielle, du moins suscep-
tible d'interprétations pour deux raisons :
D'abord cette religion apportait avec elle ses proprœ institu-
tions susceptibles de supplanter celles du pays d'accueil. Or, chez les
Sérère
co=e ailleurs, le pouvoir traditionnel était héréditaire. Redoutant
d'aussi graves conséquences, il était normal qu'ils eussent opposé une ré~
àstance farouche à toute contagion.
(1) - Alexandre Brasseur, dans un mémoire inédit de 1778, présenté par C.
BECKER et V. MARTIN, estimait'l'l't; à 100 le nombre des esclaves vendus
vendus annuellement au port ~tI$lal > au XVIII siècle. Le Beur Sine
aurait été parmi les rois les·~edoutés.

.109.
En second lieu, ~YAnt d~jà conçu leurs propres dieux, ils
ne
savaient que faire d' une foi ~trangère.
oit
Concernant le premier point, ils avaient bien ralson. Car, avec
l'intrusion des Wolof, la seule ethnie islamisfe Qu'ils tolercient parrri
eux, leurs institutions ne s'abâtardirent-elles pas pour ne devenir que de
sioples reflets des institutions wolof et partant musulcans ?
El- LE S A LOU t-1
De son côte, le Saloum avait été isl~sé assez tôt par les
Manding. Au XVIIe siÈcle, le Bour Saloun, le roi, etait d€jà
musulcan.
Francisco de LEMOS COELHO notait dans sa Descripçao da Costa da Guinf en
1864, : ... "Dans les dernières années où je m'y rends au TSaloUJ!l_ï, le roi
~tcit Bixirim, c'est-à-dire une sorte de législateur de Loi de Mafo~"(1)
(1) - Bull. IFAN. B nO 2, 1973, par ~Ulc Isabel de MORAES.
Cette façon d'écrire le nom du prophète tfuh~ad, que l'on ne savait
pas prononcer correctement dp~s les ~ilieux intellectuels européens
du XIIe siècle, notamment à Tolède et à Cordoue, comme le prouvent
les nombreuses variantes telles que MnDhomet, Baphomet, Bafon, etc .•.
montre combien l'on doit être prudent qu~d on lit les oeuvres qui
datent du XIe au XVIIIe siècle se rapportant à l'Islam. Les auteurs
de telles oeuvres connaissent l'Isl~ par le moyen des traductions
faites par les Chrétiens. Or, à cette époque des Croisades., il n'etait
pas exclu que des combats fussent menés également sur le plan idéo-
logique. Le prophète t-luhammad n 1était-il pas considére, dans certaines
des oeuvres de ces siècles cOPme une idole que les musulmans adoraient?
.1.

Un boubou dit "miné" que portaient les autorités politiques
et les guerriers. On en fait usage jusqu'à nos jours.
:;..;,....-_.....__....._llIfj-~
~~:._~·:·~i:i?,
".'
··A·7:':";.-:,.~.:.~~.
: ~.:.::
.:-' ~l~
;.;
...:" - ",
.
t
"'.~'
..... ..f
': ,1
";'
. :,
~
1.'
i'
.. ,
1."
;, i ''
:{
..T~.· t~
of'f'
. , . ~
.. -t~.,.
. ...... '
: Ir,
~l ,.
:.~/ '
' f
-.'
f'
, ~ -, .
tt'
,l,'
J<:~~ .
.... ::.
; .,
r..(~:'
""li,
1 ;,
!"' ..
".
'd
:\\
.: :'
...
..... ",
. ,
:
...
':"".
/':
~! •.~, '
',\\
I;.\\.li--f .~\\:
;,:
,...,.",
'-~.'
..~·?<:?!ri~ "'
..:.' ~
'~:~":" .
.~,,,I
.
.. ,' ',f"J
:.'~.,:
'(,
,
_.~'-
i ..
,.... ..
/
,'-'~
"I&J!",,; ,
',. -;
.....,~
.fi.!;,
I:"~ t'..
\\'-~
J.<'~>~,
,.,
:~-~1
. !'.
.'.
.."/..':
t.;.
.'.
:\\.:"
.; ~ ';' .
-:....
'1'/
:~ .
...
\\.
. "
"
" " , - .
.~ "'''',....._..:...'''''•..-.....'*'~,'7s'......;..~
··~"._·_l(
-"'to. •
•• ;.~'.,\\h.. ~
'1:' _,'"
>."" ...~.(". . . '..... '''''...."
c'""
..-~·.~ ..,_
""' ,;_.,._~;~~,."
~.,~.......
Il en existe plusieurs types suivant les versets coraniques, les
rhiffr~R ou lettres qui remplissent les carrés et les attributS de

.110.
Le même auteur signalait llèxistence a.u sud du pays, du côte
de la Gambie, de nombreuses écoles coraniques groupant souvant une dou-
zaine d'élèves avec
un "bexerin". c'est-a-dire Serigne, !!lOt Wolof
qU1
signif:i.e maître d' ecole. "Tous étudiaient sur des planchettes et apprenant
de nuit à voix ha.ute à la clfœte des faux. Durant le journée, ils qUGtent
au nom de Dieu
Un f~cteur très important a joué un rôle éminent dans l'islami-
sation des Noirs, rôle ~ui mérite d'être rris en exergue à nouveau, noC$
t voulons perler des marabouts. En effet, si le marabout maître d'école cora-
nique parvenait à exercer ses fonctions sous la protection de l'aristocra-
tie et parfois même fi la cour du roi, le Ir.p.rabout dévot ainsi que le con-
fectionneur d'amulettes (1) étaient, eux-aussi, de plus en plus recherchés.
Durant ces siècles troublés, chaque roi cherchait, pour étendre
son dornp.ine en vue de l'accroissement de son potentiel économique, à se
protéger contre. l'envahisseur en quête d'esclaves. Or les armes sien r~vé
(1) - Voici, ci-contre, un des boubou gris-gris ~ue portaient les rois et
les grands chefs traœtionnels, aussi bien les musulmans que les non
musulmans.
Boubou "Mine" - propriété de r·lambodj Malick, dernier Brak
avant la pénétration française au Walo (1840-1855). Se portait pen-
d~nt les batailles ou ~ l'occasion des grands évenements. Il consti-
tue un teI:loignage de la ba.taille de TAR <lui opposa le w"'alo à l'armée
frençaise sous le commandement de Faidherbe. Prêt de Samba Niébé
Ml30DJ de Khoumu".
(Exposition: Témoins des Temps passes, 1966-1967,Musee dynaci~ue,
D~ar).
./ ·

.111.
laient souvent incapab~es. Aussi, rois ou autres puissants, confient en
la vertu des prières et amulettes confectionnees Dar les marabouts, s'en-
tourûÏcnt de ces derniers. A la fOur de ct~Quc roi, souvent paien, vivait
un ou plusieurs marabouts, Qui remplisseient des fonctions, sinon identi-
'lues du moins analof,Ues. SAUVIGNY notcit, lors Ù'" sa cission au Sine Sa-
loUlll : "Le Bour du Snloum, COll1l'le celui du Sine, aujourd 'hui. et COI'1lJ1e la
plupart des souverains fétichistes, av~ient d~~s leur entourage des mara-
bouts musulmans, sortes de chapelains 'lui faisaient la -,rière - Ille Snlam"-
pour eux" (1). Rien ~u' à la cour du Bour SdoUI:l 'J.uara.'1te deux marabouts
se seraient succede dans l!intervelle de trois siècles, de la fin du XVIe
à b
fin du XIXe siècle"(2).
Le m3.rI'.bcut, se cons i «.érant A.Vf'l1t tout comme charge de mi ss ion,
co~e un ·islŒmisateur", soucieux du progrès de sa religion, l'on conçoit
fort bien gu/il ait use de tout son pouvoir pour convertir le souverain.
Une fois devenu musulonn, ce dernier tendait souvent n favoriser cette
religion, ainsi ().ue ses dignitaires. c'est ainsi que beaucoup de chefs de
village étaient des marabouts, ma..'1dÏng en particulier, aussi bien au Cayor
et au Snlouc ~u'ailleurs. Voilà ce Qui explique pour1uoi chez les Noirs
en général, l'Isla.~ atteignit d'abord l'aristocratie avant les masses.
(1) - MJ~TY. Etudes senegalaises, POIis, Leroux s.d. ~. 43 nO 1
(2) - Mertin A. KLEIN. Islam and Imperialism in Senesel. Stanford Univer-
sity Press, 1968.
./ ·

.112.
Au Sine et au Saloum, la conversion des Sérère, une fois amor-
cée, s'est effectuee à un rythme accelerG, si bien ~ue le Rapport sur
les perspectives ~e développeme~ du Sénégal (juillet 1960), annexes, cons-
tetait de~s lu zone sérère
Les Sér~re du Sine et du Salo~ sOnt de
plus en ulus islamisés ,. et "Un sondaGe dans 22 yillfl.~es sérères choisis
au hasdrd donne 67,5 %de musulmans l'lus 27,5 %de catholiques" et ces
const~tetions ne concernent pas les Serère niominka ~ue le rapport dit
entièrement islar.cisés.
G/- LE
FOUTA TORO
Situe tout è fait au Nord et s'étendûnt sur 640 kilomètres de
l'Est à l'Ouest, le Fouta Toro, berceau de l' Isll3.r.J. au Sénégal, a connu
vers le milieu du XVIe siècle, une dynastie dite païenne, ~ui s'y installa
avec Kali Tenguella, comme premier Satigui.
Ses successe~s, généralement hostiles ~ la loi du Coran -un des
Sati~i "interdit l'enseignement coranique sur son territoire"- ne cessè-
rent de soulever le mEcontentement des populations n tel point que les
Toroobe. la classe mar~boutique, en prirent conscience. Dès lors, considé-
rrmt le I!.8intien des Satigui eu pouvoir de..'1S le Fouta co=e une ~nJure
envers l'Islam, les marabouts se résolurent 3 renverser la àynnstie des
Déniyanké qui régnait depuis deux siècles et demi, et envoyèrent certains
.1.

,*.... b
l'
!:, \\
.113.
de leurs enfants en Mauritanie, d'autres auCayor pour y recevoir un ense~-
gnement islamique approfondi afin qu'ils fussent mieux préparés li assumer
le pouvoir.
L'exode ou la fuite des lettrés toucouleur, qui, au XVIIIe
siècle, allaient s'établir ailleurs, notan~ent au C~Y0r ou au Wêlo, peut
ne
sicnifier l'etouffement, et même la né50tion d'une/~ntellectuelle autre-
f)is très intense. L'extinction des foyers ~'enseigne~ent arabo-isl~ques
expli1ue les vagues successives d'étudiants toucouleur qui fréquentèrent
pendant deux siècles les grandes nêdersa du Cayor. ~~is il faut convenir
que ccs émigrants étaient les artisans du renouvee.u culturel que connut
le Cayor, détenteur du flambeau jusqu'au XIXe siècle.
H/- L'E~LT THEOCRATIQUE DU BOUNDOU
On ne saurait être complet si l'on passait sous silence le plus vieil
:tat théocrl'.tiC).uc du si5n~gal : le Bounè.ou.
Au Boundou, siuté à l'Est du Fouta Toro et au Suà-Est du Bakel,
un Etat théocrati'}ue aurait vu le jour vers 1681. Cet Etat fut fondé par un
4
sy suyumm du nom de Malick ~ui aurait fait ses etudes chez les Maure/et à
J
l'université de Pire (1).Un ~ounka Qui l'héberGeait comme narabout lui
(1) - Voir infra~ p. 232 sq
./ .

,,,4.
concéda un domaine il Boundou. Quand il fut établi, il déclencha une guerre
contre les paiens, les soumit et fit du Boundou un royaume théocratique.
Selon Cheikh Moussa KM/ARA, "Malick SY serait arriv1;; au Boundou
en 1107 de l'Hégire (1695-1696). Si cela est vrai", dit-il. "c'était 35 ans
-L·
avant la naissance de sidi el-Mokhtar e~-Kuntî. 43 ans avant celle~ Cheikh
/
Ahmed Tijâr.î:, fonda.teur de la Voie Tijâniya et 33 ans avant celle de l'Al-
mamy Abdel Kader du Fouta" (1).
Ahmady Saada aurait cédé eux Français Semoudébou, en 1845, pour
être nomme alm~ du Boundou sous leur protection. Après lui, ce fut Mou-
hamadou SY, (1852-1854). Amady GAYE (1854-1856) etecfin le dernier almawy.
Boubacar Saada, (1856-1885) connu pour son attachement aux Français aux-
quels il devait sa nomination.
(1) - Op. cit. t.I p. 154.

.115.
I/- LA
~ 1\\ SAM A N C E
En ce Qui concerne la Casamance ~ui est la région la plus méri-
diona:e du Sén8r,al, elle est divisée habituellement en trois parties
1°) Haute-Casamance, constituée par les contrp.cs situées à
l'Est et Que l'on appelle le Fouladou qui est peuplé de Peul islamises à
90 % (1960);
2°) Moyenne-Casamance, située au milieu et peuplée de Manding
(45 %en 1960), de Diola et d'autres minorités eth~iques ;
3°) Basse-Casamance qui représente la partie la plus occidentale
peuplée de Diola notamment.
Pour des raisons tenant à l'oripiDe ethnique des peuples qui
l'habitaient, la Casamance n'était pas vassale de l'Empire ~olof. Les Man-
ding qui y introduisirent l'Islam y seraient arrivés en fugitifs venant du
Soudc~ occidental (1) dès le haut Moyen Age. Musulmans de bonne heure, ils
auraient chassG les porulations fétichistes 0ui habitaient le Fouladou,
probable!'lent c1es Peul du Fouta Djallon. lesquels se réfugièrent dans les
forêts voisines.
(1) - Selon Christicn ROCH, il s'agissait de paits groupes qui venaient du
Mc.cina, du Khasso et du Boundou. Ils nayaient un tribut au royaume
manding et paiœn du Ngabou. A la fin du XVIIIe siècle, naquit la con-
fédération is1amiCiue du Fouta Djallon qui mit fin Èl 1 'hégémonie man-
ding. Voir C. ROCH. Conquêtes et résistances des peuples de Casamance
1850-1920. t.1, p. 187.
./ ·

.116.
En 1869, le Foulado~, peuplé de Peul fétichistes, commandes par
les Manding musulmans, rut le theâtre d'un mouvement d'insurrection dirige
.-
par un Peul, Molo Eggué. de caste inférieure (1), qui prendra le titre de
Alpha Molo. La sedition prenait le caractère d'une guerre civile et pen-
'\\.<
dant que les Mandinr, venp;oôcnt leurs frères massacres par les Peul ins~és.
Fodé Kaba, le chef des Manding, arriva et se livra à des représailles. Ce
fut le début de nombreux combats entre ethnies qu'on nomme improprement
"guerres saintes". Ils eurent pour the âtre la Haute et la Moyenne-Casamance
et durèrent une trentaine d'années.
Aidés des Toucouleur venus du Saloum d' où ils furent chassés.
les Peul, derrière Alpha Molo, s'affranchirent de l'autorité des Manding
abolissant le pouvoir de Fodé Kaba sur le Fouladou. Celui-ci s'installa,
en 1875 dans le Pakao, en Gambie. En 1878. i l envahit le Fogny avant de
passer dans le Kian où il construisit, en 1822, un tata, à Medina.
Apres la mort de Alpha Molo, en 1881, Moussa Molo, l'un de ses
fils, chercha à s'assurer l'appui de la France pour acceder au trône que
lui disputaient son frère aîné et son oncle, Bakary Dè~ba. Aux difficultés
( 1) - Voir une monographie sur le "Fouladou 1904, Haute-Casamance ancien
terroir de Moussa Molo" , 1G 295, Archives du Sénégal. Il aurait perdu
son père à l'âge de quinze ans et se serait rendu auprès de l'Al~
Boubacar Alfaya de Timbo qui le convertit et lui apprit le Coren.
Cf. C. ROCH, op. cit.
'/'

.117 .
qu'il éprouvait pour asseoir son autorité s'ajoutait le mépris qu'avaient
pour lui les Peul libres qui répugnai~nt d'être placés sous l'autorité
d'u.'1 captif (1). Cependant i l atteignit son objectif en donnant son pays
à la France par le traite du 3 novembre 1883. Le Fouladou devint désormais
un protectorat français. La France qui sut mettre il profit cette collabo-
ration avec le chef Firdou, fit entrevoir à ce dernier l~ d~'1ger que re-
présentaient les forces du marabout soninké, Mamedou Lamine DRAME, et l'in-
vita à s'associer à elle pour l'âiminer. Les forces du marabout furent
affaiblies Et Moussa Molo, charge de sa poursuite, ramena sa tête en 1887.
Malgré les fruits de cette cooperation. la France semblait en-
core trÈs disposée à collaborer avec Fodé Kaba dont l'ambition majeure
était d'étendre sa domination sur le Fogny. Le colonisateur soutint l'ac-
tion du chef manding. Mais l'inflexièùité de celui-ci le dressa contre lui,
après le désastre de Sinedian quand il refusa avec fermeté de livrer un
te ses partisa.'1s, -accuse de meurtre
"Jamais je ne livrerai, lui dit-il, des musulmans à des mécre-
ants" (2). C'est ainsi que Moussa Molo reçut l'ordre de l'attaquer.
(1) - Cf. 13 G 376. Archives du Sénégal. D'après C.ROCH, son frÈre qui
s'appelait Malal était d'origine bambara et captive. Affranchi, il
épousa une femme dans la famille de son maître. Voir op. cit.
(2) - Chérif Chamsédine, la ~éographie ne la Casamance, polycopie, p. 29.
C'est l'un des rc.resarabisants d'ici
qui attachent un intérêt par-
ticulier aux disciplines telles que la gcographiE, l'histoire et l'eth-
nologie. Voir son oeuvre au département d'Islamologie à l'IFAN, Fonds
Amar 811MB.
./ ·

.118.
:En 1901, Fode Kaba, devant les armées r~unies de Moussa Molo
et de la France, fut cont~aint de s'enfuir. CharGé de le poursuivre, le
chef des Firdou ne put apporter ~a tête, comme il le fit avec Mrumadou La-
mine DRAME. Son :dls, Ibrahima DOUMBOUYA, qui tentait de provoquer la sé-
dition à Sedhiou fut exilé à Podor, au Fouta Toro, pour dix ans.
>"-
Non satisfait de/situation de chef que le colonisateur ~~ipu-
lait a volonté, Mbusse. Molo songea à rétablir son autorité en violant le
traite en 1883. Et, pour échapper aux poursuites dont il fut l'objet, il
alla se réfugier dans le territoire anglais, après avoir brûlé son tata
de H~dallah (1), se conformant ainsi à cet adage attribué à El Hadji Omar
TALL : "Tout chef 'lui abandonne à jemais brûle".
La France demanda en vain son extradition au Gouverneur anglais.
Telles furent les origines des hostilités qui opposèrent princi-
palement les Manding au Peul. Il serait superflu, de dire qu'elles n'avaient
de guerre sainte que le non, même si leurs auteurs avaient cherché un
:c:oment à leur en donner le caractère. Ainsi, au lieu de contribuer à diffu-
\\
ser l'Islam, elles ralentirent sa progression dans le terroir.
(1) - Voir 13 G 377, Archives du Sénégal.
./ ·

. 119.
De nê~e, si Moussa Malo jugeait Fône Kaba un infidèle, ce der-
nier le confondait s~iemment avec lm apostat. Ainsi pour eombattre, le
chef Firdou sollicita et obtint ~es prières et l'appui moral de Cherif
Mahf'ûi. S' interrolèeant sur son acti f, J~o.r SJ'.MB fait rCI:1lJ.rquer : "Pourtant
.
~
Moussa Molo, qui contribua à l'assassinat de M,~adou Lacine, portait le
titre d'Emir et d'Alpha"( 1). Il devint, Ci san tour, la cible du colonisateur
et dut se réfueier sur le territoire anglais qu'il ne quitta plus jl''''~'l'à
sa IllOrt.
Les guerres de Ibrahima NDIAYE et de Fôd6 SYLLA s!inscrivent
dans le mêne canre. Ce furent des guerres semblables à tous les autres con-
flits. On les qualifie à tort de saintes p~rce que leurs auteurs s'appu-
yaier.t sur des versets du Corl'Ul pour hlU'ranguer leurs partisans, ws ces
citations semblent n'avoir aucun rapport avec la réalité elle-même (2).
Consequemment, le prosélytisme des chérif, telles les familles
de Chérif Younous, de Chérif Mal}fûi et de Cheikh Sidiya, eut un impect
réel sur ces populations.
(1) - L'Islam et l'Histoire du Sénégal: In. Bull. IFAN, nO 3, 1971, p. 479.
(2) - Faire un rapprochement avec Cheikh Hamallah qui se serait fondé sur
le verset 102 de la Sourate IV, pour s'arroger le dEoit de réduire
à deux rakca les prières quotidiennes de quatre rak a. Voir infra, p •.ro~
.f.

.120.
Quoi,!u'avec une population fétichiste plus importarœ, la Basse-
Casamnnce, avec sa partie Nord-Est islamisée. a connu une situation il peu
près identiQue è celle de sa voiSine.
Voici a titre indicatif un tableau (1) '!11i donne une idée
des progrès accomplis par l'Islam en Casamance depuis 1910.
L'un~es conséquences de cette islanisation n été la cohésion
sociale que l'Islam tente d'instaurer'au sein des peuples ou ethnies qui
le profes sent malgré les rivali tés ~stantes. En sapant le regine factice
R E L
l
G I O N
S
(
.
.
.
.
.
(
r€:ei.à.ence
; catholiques
~rostesta:t~ musulmans ; fétichistes;
totaux
~==========;:===:=============:==========:===========:===
========:====;:======
(
( FOf!J1Y
50
5 122
70 714
75 916
( "Oussouy
570
550
12 653
13.675
t
( Fouladou
36
6 700
32 457
39 200
~ Kian
5 561
2 689
8 260
( S6dhiou
82
53
25 617
11 876
37 628
~ Ziguinchor
240
60
916
6 305
8 520
----
(
978
113
43 446
136 694
182 929
(1) - Cf. 1G 343. Mono~raphie de la Casanance. Archives du Sénégal .
.1.

.121.
r des
castes et les barrières qui faisaient ~ue le Diole, particulièrement,
ignorait la notion de solidarité verticale, l'Islam offre à n'importe quel
individu des possibilités de se hisser au plus haut
sommet de la société.
La prcgression rapide de l'islamisation en pays diola en est une confirca-
tion.
Ainsi, des ethnies r.aguère réfractaires à la Loi du Coran, entre
autres les Diola, se convertissent en ~sse si bien que L.V. THOMAS cons-
tetait en 1961, à propos <les Diolo. de la CI".s8!1lance ••• "Le prosélytisme
musulman fut -œl que, cinquante ans plus tard, l'animisme avait perdu 70 %
de ses adeptes •.• " (1).
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE
En instaurant les bases d'une société fond6e sur l'amour réci-
proque et la solidarité, l'Islam fait ainsi disparaître les barrrières que
le paganisme avait non seulement créées, mais aussi entretenues depuis
toujours. Son apport aura été bien lorsque l' éto.t ct' anerchie dans lequel
étaient plongées les diverses contrées du pays aura disparu.
(1) - Voir c1e lui, "Les DioIs. en Basse-Casanance", Dek.ar-_ Afrique -Documents,
nO 51, mai 1960 et "Les Diola, essai d'analyse fonctionnelle", Dakar,
Mémoire, IF~\\N, nO 55, 1959, 2vol.
.f.

.122.
Avec le triomphe de son enseignement transcendant le tribalis-
me et les cout~~es ancestrales la cohésion sociale indispensable à tout
progrès économique, social et culturel s'est trouvee renforcee consécuti-
vemer.t à la .disparition, probablement totale ~es classes et des cestes.
Désormais, en prohibant certaines actirites mercantiles> tel le
commerce d'esclaves, dont beaucoup de chefs traditio~~els tiraient des
profits substantiels, l'Islam tendait, en revanche, à mJ~UX potentialiser
le musul::lElIl, tout co=e l'al.ôlition en France, en 1848, de la tre.it~ né-
grière eut, selon Mba,.ve GUEYE, entre a.utres conséquonces au Sénégal celle
de prouver "la nécessité d'opérer une révolution économique" (1).
Il semble mieux équilibré parce que sous-tendu par une loi
stable, ce qu$ ne signifie point que les disparités sociales ont disparu
avec le substitution de cette loi aux coutumes.
Ces quelques considérations attestées par des témoignages d'ob-
servateurs prouvent que l'Islam des masses chez les Wolofs daterait de bien
avant le XIXe siècle. Déjà, Cà Da MJSTO (1445) et FERNANtEZ (1506) notaient
l'un et l'autre, son expansion au niveau des masses sans que cela signifie
pour autunt que celles-ci avaient pleinement conscience des enseignements
de cette religion.
(1) - Cf. L'esclavage A Saint-Louis et à Gorée du XVIIIe siecle jusqu'à l~
moitié du XIXe siècle, Faculté des Lettres, Dakar, 1962, p. 98 .
. f.

.121.
Plus près d, nous, au début du XVIIIe siècle, J-B. LABAT (1728),
parlant de. l'observance stricte de la pr10r~, telle qu'il l'avait obser-
vSe chez les vlolof, disait Œ1 substance, que, ni 1123 COJ:::I_J.ij:1ies> n:' les
f f' •

t 1
f '
",
... '
l' ~ ,,'
" .
. ,
Il
a _,ll '-"s ne pOUVE.len
eu::"
alrc
ocme vcre Û;J. '- l ~ H ..rer
.in. prlere.
pour"
suivit en disant \\1 qu" 1 se cûntenten-c de se retirer un peu il l'écard"(1).
Dans le même ol'drc d'idé2s, l'Il'.lteur, jJoursuivMt ses observations
rernargu~it : " ... Pour revenir a nos Senceallois, ils fOJt leur c~rème
avec r0eulerit~ ct quoique n'ay&~t point n crain~xe la sévérité avec la-
quelle on punit dans l'Empire du Turc et des autres Princes Mahométans.
l'infraction il.e ce précepte Il •
Cette remarque fondée sur l'observation directe des sujets et
non point sur de simples ~éductions comme l'aura fait J. BREVIE, dans son
livre, Islami sr::e contre "Ne.tnrisme" au Svudan :rn.'1çais, scrùble confirmer
l'absence de toute contrainte en mati~~e de croyance, che7. les musulmans
du SénéGal. Les conclusions de L-V. THOM~S (1961) n'ont fait que co~robor~r
l'idée selon la~uelle toutes CGS conversions se ~ont opéréc3 sous l'empire
de la seule persunsion.
Frappé
par Id. conviction de ces musulmp.Ds. FER"lANDi:":Z reprend
la même idée en ces termes: "Ils se 1;,- .. 0nt d'eux-mêmes à l'observa" '.'-
(1) - Op. cit. t.II p. 290
./ ·

.124.
de ce jeûne, d'une manière qu~ fait honte à bien des Chrétiens, quelque
chaleur qu'il fasse et quelque travail qu' ils ~.nt il. soutenir, ils ne
boivent ni ne mangent qu'après le Soleil couché P •
De ces remarques, on peut tirer ur. certain nombre d' enseigne-
ments. En premier lieu, notons que l'absence de toute mention faisant res-
sortir le portrait moral de ces musulrrŒms semble signifier qu'ils ne rete-
naient des enseisnements de leur religion que le seul aspect relatif au
culte, alors que les domaines sociaux et économiques sont loin d'etre né-
gli~eables. Ensuite, le negro-africain, tout en se sentant attiré irrésis-
tiblement par l'1sl8O, éprouve quelques difficultés à mettre en pratique
nombre de ses enseignements. S'il admet volontiers son système ~hiérarchie
sociale, il est néanmoins rebute
par l'égalitarisme islamique. Le système
juridique I:lllsulmarl, quoique bien élaboré, fit longtemps hésiter alternati-
vement rois et sujets. Mais cela semble lié aux contextes précis où les
conditions matérielles d'existence étaient des plus difficiles.
Ces données n' échappèrent vrai sel!!blablement pas à ceux qui
s'étaient donné pour mission de rendre cette loi plus attractive en inau-
gurant de nouvelles méthodes d'approche en rapport avec la situation concrè-
te des masses concernees. C'est en cela" peut-être, que résidera leur
mérite, même si leurs oeuvres ne seront pas toutes couronnees de succès .
.;.

.125.
Au demeurant, "L'Islam étant senti" comme moins étranger, plus africain,
de
plus ;'nationaliste" que le christianisme" ( 1), le processus /ces conversions
tel Que nous l'avons esquissé était devenu irréversible.
Enfin nous convenons avec d'autres, comme cela ressort de cette
analyse, que l'adhésion libre des mnsses à l'Islam tient essentiellement
au fait que cette religion ne leur a. jamais été imposée du dehors.
(1) - V. MONTEIL op. cit. p. 64.

.126.
DEUXIEME PARTIE
L' EVOLUTION DES FORMES Dl ISLAMISATIon (Chapitre V)
LES CONTEXTES ECONOMIQUE, SOCIAL, CULTUREL ET RELIGIEUX
Devant la preeminence des marabouts, parvenus à jouer sur le plan
politique des rôles de nature à bouleverser l'ordre établi, les masses ne
tardèrent pas à se soumettre à. eux, seuls sensibles à leurs maux, afin de
se soustraire aux brimades et aux brigandages d'une aristocratie paienne
ou presumée telle. "Sous la protection du roi, pendant les périodes de
troubles sociaux", dit Cheikh Anta DIOP qui poursuit, "les Nobles peuvent
même se livrer à des pillages plus ou moins discrets à l'intérieur du
territoire national contre leis paysans pauvres, les Ba-de-lo (1)".
Ainsi grâce- à l'autorité dont ces marabouts etaient investis par
les rois d'une part, et au pouvoir de persuasion
qu'ils détenaient auprès
des masses d'autre part, ils devenaient, à n'en point douter, un important
facteur de changement. I~constituaient une jonction entre les gens socia-
1
ilement bien en vue : les ceddo (2) et ceux qui, depuis fort longtemps,
étaient demeurés les victimes de toutes sortes d'injustices sociales:
Iles baadoolo.
(1) - L'Afrique noire pré-coloniale. Paris, Presence africaine, 1960 p.
(2) - Ces ceddo étaient comme les mercenaires de nos jours. Ils se met-
taient au service de celui qui les payait le mieux. Ils ne vivaient
que du pillage pour la plupart. Aussi, étaient-ils ~néralement d'une
moralité très basse.
.f.

.127.
Ces derniers, dès lors qu'ils trouvèrent en l'Islam un facteur
III,
de promotion sociale. n'hésitèrent point à l'embrasser. En effet le baa-
doolo devient l'égal du ceddo au ~egard de la loi islamique. Par ailleurs,
cette religion leur offrit les possibilites de se soustraire aux exa~tions
de toutes sortes, grâce aux connaissances de l' écriture auxquelles ils
eurent accès.
La rapidité de la conversion des masses a eu pour motif essentiel,
l'atrocité de la conation à laquelle les institutions sociales et politi-
ques de l'époque les avaient rédui~. Un be.adoolo pouvait, à tout moment,
être dépouillé de ses biens sans aucune possibilité de recours tout comme
il pouvait être réduit en esclavage, vendu ou mis à mort pour simple in-
solvabilité.
Certes, il Y eut d'autres facteurs qui accélèrèrent le processus
de cette mutation. Mais en dernière analyse, il ressort que ce :rut pour
des raisons fondamentalement politiques que l'Islam, eprès avoir atteint
depuis longtemps la classe dirigeante, attira irrés_stiblement les masses.
En effet, le brassage culturel consécutif aux nécessités de la ne écono-
mique et les exi~ e'nces de la vie politique ont rendu impérieuse la pré-
sence, à la cour du roi, des lettrés lesquels étaient tous des musulmans
à cette époque.
Ces dépositaires de l'écriture qui assumaient les fonctions de
secrétaires auprès des rois. devinrent. par la force des choses. des
.;.

.128.
conseillers auxquels les souverains confieront par la suite la charge
de rendre la justice. Ils devinrent des cadis: c'était la plus importante
fonction dans les villes islamisées'd'alors.
Désormais, comme était appliquée la loi coranique, le baadoolo
trouva en l'Islam un rempart derrière lequel il put s'abriter. Dès lors
qu'il cessa d'être écrasé, il sympathisa avec cette religion à laquelle
s'opposaient toujours pourtant ses croyances ancestrales.
cette islamisation à la base de laquelle on trouve une personna-
lité symbolisant la religion elle-même et prefigurant le marabout qui uti-
lisera le moyen de la confrerie pour répandre les enseignements islamiques.
explique fort bien l'attachement de
ces musulmans en général aux a.spects
extérieurs de l'Islam.
Ces personnages, à la base du changement radi cal operé au ni vea.u
du peuple. devinrent parfois si puissants que certains d'entre eux réso-
lurent de bâ.tir dt;3 toutes pièces des Etats théocratiqu.es où seule la loi
du Coran serait appliquée.
Aussi le bouleversement des structures traditionnelles de la
société qui se produisit à partir de 1850
aura-t-il été surtout
l'oeuvre
des marabouts que maintes circonstances placèrent sur la scène politique
au service des rois.
'/'

.129.
Ce redressement opéré sur le plan social eut pour corollaire un
changement de. la situation économique. Autrement dit, les baadoolo, une
fois convertis à l'Islam, bénéficiant ainsi de la protection de la loi
coranique, cessèrent d'être les seules forces de production aux dépens
desquelles vivaient les ceddo qui, eux,tiraient les sources de leurs
revenus des services rendus au roi ou des pillages souvent autorisés par
ce dernier.
Au Fouta et à Ndakâ"&"U. les idées cOlllI:lençaient à bouillonner tout
COIlllllC au Ndiâmbour et à Pire où se manifestait déjà une vive ardeur de
sentiments religieux. Ainsi face à une conjoncture économique difficile
et à l'absence de tout système juridique codifié autre que celui de l' Is-
lam, devant une situation caractérisée surtout par les exactions du pou-
voir central et des ceddo. et les incursion~ des Maures. les masses ne
découvrirent pas une autre issue que de se convertir à l'Islam.
Ce tut dans ce contexte
nouveau, tant des points de vue social.
économique et culturel qœ religieux. qœ l'Islam cou:œnça à se répandre
avec rapidité.
Mais assez tôt, ces autorités religieuses qui se faisaient l'obli-
gation de protéger leurs prosélytes, sentirent la nécessité d'apporter
quelques correctifs à la manière dont lesnéophytes entendaient pratiquer
l'Islam. Ceux-là qui, par intérêt et souvent sans aucune conviction,
.f.

.130.
€taient
entr€s
de plein-pied dans ce domaine, sans aucune initiation.
'" Chez. les uns. se manifestait une tiédeur voire une apostasie pendant que
les autres s' accrochaient il un f6rmalisme obstin€.
Cette nonchalance que
côtoyait une ferveur religieuse aveugle, à quoi s'ajoutait la pr€sence
française considér6e comme un obstacle au progrès de l'Islam, d€terminè-
rent ceux des dignitaires de la religion de Muhammad conscients de l' abâ-
tardissement des principes de cette foi, sinon à entreprendre de nouvelles
formes d' islamisation du moins à apporter quelques modifications d1lns les
1anciennes formes. Ainsi stinaugura une ère nouvelle d'islamisation.
Loin de s' effectuer tout pacifiquement, le prosélytisme fut un
peu partout et pendant plusieurs decennies, un proselytisme arm€.
De la
partie la plus occidentale du Fauta Toro jusqu'à la partie la plus orien-
tale de la Falémé. au Nord. l'ensemble du C~or et du Djolof au centre.
et du Sine jusqu'en CasanaIlce en passant par le Saloum au Sud. les mare.-
bouts guerriers. comme s'ils vengaient les iniquités dont leurs coreli-
gïonnaires furent victimes passaient il l'offensive en vainqueurs, contre
païens et particulièrement. contre ceux dl entre eux qui détenaient encore
le pouvoir. Fort de cele.. nous ne saurions dire que l'épée n'a pas aid€.
tant soit peu. à la diffusion de l'Islam au Sénégal. C'est assez évident.
Cependant nous admettons aussi volontiers que ce ne sont pas les guerres
qui ont entraîné les masses dans le sillage de l'Islam. mais plutôt la
persuas ion.
.f.

.131.
La. phase guerrière due à la ferveur religieuse des partisans de
la jihâd, aura été estompée par la pénétration coloniale. En effet dès
que les Français eurent réussi à prendre possession des villes importantes.
ils commençèrent à imposer leurs lois pour dominer dcs querelles qui na-
guère les laissaient indifférents. Ainsi pour \\Ici viliser" les gens. ils
imposèrent leurs opinions. ce qui eut des incidences tantôt favorables
au développement de l r Islam. tantôt nuisibles et à l'Islam et aux musulmans.
Cependant. au sein de ce climat culturel et social qui développait
de plus en plus les centres d'enseignement, d' une part. fa'<crisait le
séjour voire l'établissement définitif de lettrés étrangers. d'autre part.
était en gestation. un groupe de savants auquel sera dévolue la lourde
tâche d'approfondir la formation spirituelle de l'homme par le biais de
l'explication méthodique des enseignements islamiques. Avec eux. l'Islam
au
Sénégal aura revêtu. au seuil du XXe siècle. un aspect tout à fait
nouveau sans toutefois tenir en rien à l' "innovation". Car l'impact du
soufisme maghrébin et oriental deviendra de plus en plU! considérable.
D'une manière générale. le prosélytisme musulman qui a tl"anchi
deux des trois étapes que voilà. avait réalisé de nets proarès. Cependant
l'islamisation culturelle en profondeur restait encore à accomplir. Aussi.
les masses étant ainsi entraînées dans le
sillage de l'Islam. convien-
dra-t-il de donner un bref aperçu sur les différentes méthodes pédagogiques
et autres. employées en vue de les y maintenir.
./.

.132.
A cet Ê!gard on constatera que, pour la vulgarisation de la doc-
trine islamique, les prédicateurs itinérants ont joue un rôle important.
Cependant avec la crÊ!ation d'écoles coraniques où l'on dispensait l'en-
seignement religieux, leur rôle sembla être relégué au second plan.
L'enseignement devenait collectif.
Aussi avant d' entrer dans le vif du sujet, faut-il dire quelques
[mots sur le principal foyer d'enseignement qui servit de base de départ
\\ pour ainsi dire, à la diffusion de la loi coranique au Sénégal : l'Eta:t.
théocratique du Ndiâmbour.
Rappelons qu'à proprement parler, cet Etat ne fut, à côté de
l'ancien empire du Tékrur, qu'une base secondaire d'islamisation, une
étape, mais somme toute importante. L'originalité du rôle efficient qu'il
joua aura été, comme le montrera l'analyse, l'approfondissement de l'en-
a«i gcement religieux. L'on llrocédera ensui te à l'analyse du développement
de cette doctrine en dehors du Ndiâmbour : au Fouta Toro et à Nciàkaa.xu
particulièrement.
On constate de prime abord que malgré une islamisation fort loin-
taine, le SénÊ!gal n'a pu être. à l'instar des autres Etats de la Boucle du


.133.
Niger. un terrain favorable à la naissance de vastes Empires. Le replie-
ment des familles princières sur elles-mêmes et l'impossibi1it€
d'€tendre
leur domination al:<
delà d'une ai re géographique d'une ce rtaine étendue.
expliquerait en partie ce 1llOrcellement du pouvoir à l'intérieur du pays.
Mais dès qu'on pousse l'analyse. on s'aperçoit que la cause fon-
damentale qui se trouve à la base de l'existence dl une moeaique d'Etats.
les uns à côt€
des autres. et dont nul n' est capable d'imposer sa domna-
tion aux autres, cette cause, serait. selon toute vraisemblance, d'ordre
linguistique et économique.
La prospérité économque qui semble le facteur déterminant a per-
mis la naissance des grands Empires médiévaux de l' Olle st africain, grâce
à:Je. force militaire notsmment qu'il procure au pouvoir central, d'une part,
et aux possibilités de nouer des relations avec d'autres Etats, d'autre
part.
Après la dislocation. vers le XVIe siècle t de l'Empire wolof.
l'Islam cessa de figurer au premier plan des préoccupations des tenants
du pouvoir politique dans les dif~rentes régions où cette religion était
pratiquée. Cette constatation amène, à juste titre. à penser que les
causes profondes qui ont présidé à l'effondrement de cet Empire. étaient
religieuses. Autrement dit. une application abusive des préceptes islami-
ques, due en partie à l'ignorance, en partie à la cupudi té qu'engendrait
.f.

.134.
l'accumulation des biens entre les mains d'une catégorie sociale, sans
qui
grande conviction religieuse profonde, mais 1détenai t les rênes du pouvoir
central, avait fini par commun.iquer~u.'1 sentiment de dégoût, voire d'anti-
pathie à des sujets ou des fidèles qui ne comprenaient de cette religion
que les formes extérieures.
Il fa.ut signaler brièvement qu'au Sénégal, l'Islam de Cour n'avait
pa.s la même physionomie que dans les Empires de la Boucle du Niger, par
exemple, où le souverain était lui-même musulman, ce qui contribuait à
faciliter les conversions. Au Sénégal, le souverain préférait garder ses
distances pour être toujours aPP1.1Yé par la classe dirigeante. Il se gar-
doit cependant de prendre une mesure pouvant ouvertement porter préjudice
aux musulmans. Peut-être la principale raison qui dictait cette prudence
était-elle le nombre sans cesse grandissant des membres de l'aristocratie
gegnés par la religion de HuI}a.mmad (1) .
~
~
ldl
Compte tenu de cela. on est autorisé à soutenirJque/r~sidaient
les conditions nécessaires à l'équilibre politique garant de la survie
de ces petits Ete.ts.
Cette situation dura, un peu partout, notamment au Cayor, jus-
qu'au moment où, au XVIIIe siècle, w:e volte-face dut se produire.
En effet, aux regards du musulman de qui on exigeait un lourd tri-
but au nom de l'Islam, cette religion apparut à nouveau comme un sauveur.
(1) - A titre d'illustration, nous renvoyons, supra, p. 61 sq.
J.

.135.
un protecteur contre la puissance arbitraire du paren au pouvoir. Ce fut
le début des conversions massives que d' aucuns placent au seuil du xr:xe
siècle, oeuvre patiente de quelques honmes et parfois de quelques familles,
aristocratiques pour la plupart.
Pour comprendre cette
prise de conscience qui constitua l'élé-
ment moteur du changement radical qui s'opère au sein des populations du
Cayor du XVIIIe siècle dans le domaine religieux, i l importe de conside-
rer les rapports entre les marabouts ou les familles sacerdotales et les
autorités de fait.
Entre le Damel et les autorités religieuses dont certains s'éri-
geaient parfois en censeurs de moeurs, au nom de leur foi, existaient
trois types de rapports dépendant de la proximite ou de l'éloignement
plus ou moins grand de leur résidence. Ainsi on peut classer ceux qu'on
appelait les marabouts ou serigne en trois catégories :
/
1°) Les marabouts totalement soumis au Damel de qui ils tenaient leur
charge. Il s'agissait de serigne Ndiobb, serigne Ng~
et serigne Pire.
Outre ces serigne, le Cayor, sans le Ndiâmbour et le Mbâkol, n'avait pas
de serigoe. Il Y avait des mara.bouts 'lu 'on appelait serigne làmb dont les
fonctions étaient plus politiques que religieuses.
Plus tard, être serigne Pire deviendra une fonction religieuse
indiscutable grnce au serigne Pire Demba HaaeU J )fils de Amar FALL, qui
(l) - Cf. infra, l'Université de Pire, p. 244. s'l, 290.
./ ·

.136.
fonda. la célèbre ecole de Pire, puis serigne Tayba egalement.
/
2°) Les marabouts qui observaient la loi coranique et voulaient con1crmer
les autres, entre autres le Damel et ses Kangam, aux prescriptions de
cette loi. Parmi ces marabouts, certains habitaient le Ndiâmbour : serl-
gne Koki, serigne Louga, serigne Ndâm, serigne Kayit, serigne Nguik, se-
rigne Ndiagourey, etc.
Ils consideraient les paiens ou
ceddo comme des infidèles qu'il
fallait combattre, car ils consommaient la chnir d'animaux non égorgés
rituellement, ne faisaient aucune distinction entre la chair d'un animal
dont 10. viande peut être consommee et celle dont la ::onsommation est pro-
hibee, buvaient du vin et s'appropriaient illégalement les biens d'autrui.
Ces serign~ du Ndiâmbour qui s'opposaient ainsi au Da~l eurent
l'occasion de lui declarer la guerre lorsque le savant et saint personna-
ge connu sous le nom de Bâye Malâmine SARR fut tue par le Fara Kaba Ma.ssam-
ba Fabe sur l'ordre du Damel Amery Ngoné Ndèla (1790-1809).
On peut dire que le Damel ne sous-estimait pas leur force mili-
taire. En tous cas lorsqu'il eut appris qu'ils etaient en route vers Bar-
jal, sa capita.Je, il alla se refugier à Pire (1) que tout le monde respec-
(1) - Voir l'Université de Pire, pp. 244.
.f.

.137.
tait, pour ne pas avoir à les combattre. Me.is le combat fut inévitable
car ils marchèrent contre lui. La rencontre fatale eut lieu fi Thiakh-Rève
où presque tous les serigne trouvèrent la mort.
3°) Des marabouts qui ne prêtaient guère attention à ce qui se passait
/ ' à la cour du DameI. L'indifférence de ces serigne dont la plupart habi-
taient le Mbâkol serait due au fait que ces derniers n'étaient en rien
redevables au souverain. d" une part, contrairement a.ux serigne làmb qui
étaient choisis par le Damel, comme nous venons de le voir. D'autre part,
moins instruits en l'Islam, mais plus soucieux de la diffusion de l'en-
seignement du Coran l~~ marabouts du Ndiâmbour, la censure des moeurs et
la rectitude de conduite des hommes les préoccupaient peu, d'où leur
isolement. Pour ces raisons, cette catégorie de serigne ne faisait
pas
cause commune avec les autres.
Telle
est la classification qui s'appuie notamment sur une en-
quête d'ensemble que nous avons effectuée dans les différentes regions
du pays. Elle a l'avantage de permettre de mieux appréhender l'Islam dans
ses prolongements et en rapport avec les facteurs qui ont le plus marqué
son développement de leur empreinte.
Ce fut l'école de Mbâkol qui en constitua la force centrifuge et
dont sont issues pratiquement les méthodes de l'enseignement du Coran. Le
repliement sur eux-m5mes de ses serignE- a concouru à l'extinction progres-
si ve de cette école. I.e peu de cas accordé à l'enseignement islamique fut
également un facteur qui a tout autant contribué à sa disparition <1) .
(1) - Cf. infra, l'enseignement coranique. p. 259 et suiv.
'/'

.138.
Comme prelude à cette suprématie de l'Islam qui s'exprima politi-
quement par l'affaiblissement du pouvoir central traditionnel au bénéfice
d'une aristocratie religieuse, les serigne du Ndiimbour, soucieux de pro-
pager "la foi" islamique par l'enseignement se muèrent d'abord en politi-
qUES afin de donner à leur action plus de chance de succès.
C'est ainsi qutils parvinrent, à force de détermination, à donner
naissance à une monarchie theocratique, laquelle fécondera à son tour, si
l'on approfondit l'analyse du processus de la formation des Etats theocra-
tiques, celle de Ndakaar:u (1), du Fouta (2) respectivement vers 1776 et
1795.
A la différence de l'Etat théocratique du Boundou, la naissance
de celui du Ndiâmbour dont le village de Koki fut la capitale, est rela-
tivement recente. Il aurait vu le jour vraisemblablement entre 1750 et 1760.
Situe à l'extrême limite nord-est du Cayor dont il faisait partie,
et constituant une sorte d'enclave entre le Wâlo au Nord-Est, et le Djolof
à l'Est et (lU Sud-Est, le Cayor à l'Ouest et Sud-Ouest, le Ndiâmbour(3~nt
la capitale religieuse, Koki, fut fondée par Matar Ndoumbê DIOP qui la
(1) - Voir l'Etat de Ndakaa.r
p. '51
(2) - Voir l'Etat du Fouta p. I~ 9
d'histoire
On lira avec beaucoup d' int~rêt le memoire de maîtrise /Sur le Ndi8l!l-
vour présenté par ~doune GUEYE, Université de Dakar, 1974

_--------------------============;;;;;;;;;;;;;;;...................,..l'J-'"..........-n.l1':··,.
.139.
baptisa ainsi en souvenir de Koki-Mba.akol, son village d'origine, était
depuis le MJyen .Age un foyer de culture islamique. C'était grâce à sa
position géographique qui faisait de lui une province-carrefour favorable
aux échanges culturels, aux migrations et au brassage des populations.
On parle souvent, et improprement du reste, de l'Etat de Koki.
Peut-être est-ce grâce au rôle prepondérant que ce village joua. dans la
propagation de la foi i Il1ami que • En réalité Koki n'a été que la capitale
de l'Etat, le foyer de bouillo=ement d'idées, dont nous parlerons des
consequences politiques et des incidences culturelles sur le développement
de l'Islam au Sénégal, vers la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe
siècle.
L'Etat se constitua dès le milieu du XVIIe siècle sous l'impulsion
de Mater Ndeumbé DIOP, l'un des plus célèbres lettres wolof de son temps,
dent le grand-père, Ayib Wount DIOP s'était converti à l'Islam renonçant
ainsi à ses fonctions politiques de Gankal (1)
(1) - C'ét2Ït le sous-jaraaf Ndiâmbour, l'adjoint au Gouverneur, charge de
l'agriculture, dirions-nous à peu près aujourd'hui. Les locaJ.ités
de NdlJ.8.I!l et de Warak étaient place€6
sous son â,utorité directe. Il
r-
ne s'agissait à p10prement parler d'une ccn~er~icn. Ils étaient pres-
1
que tous des musulmans mais qui assumaient d~ fonctions politiques
aJ.ors incomp atibles avec la foi. C'était par purisme qu1un musulman
rel:'usait de telles fonctions. De nos jours. on les comparerait à
ces nombreux musulmans, souvent commerçants. qui r~llolvent de ne plus
exercer leur métier une fois qu'ils ont accompli l'obligation du pè-
ler:nage à la Mecque car, ces métie~~ tels qu'ils les voient consti-
tuent des sources de revenus illicit~es.. Sur les fonctions politiques
au Cayor, voir supra. "p. 71.
.f.

.140.
Cette famille Diop, anciennement princière au Ndiâmbour, aurait
i=igré au Cayor venant du Fouta Toro. Peut-être était-ce cette origine
peul; ou tout au plus cette provenànce, qui expliquait son attachement
à l'Islam. ttQuoi: qu'il en soit, ils sont arrivés dans ce pays, déja isla-
Faisant remonter leur origine plus loin encore, Cheikh Anta DIOP
dit qu'll on en trouve toutefois en Nubie d'une façon certaine". Cette hypo-
thèse est expliquée par une carte de migration que l'auteur donne dans
le même manuel (1).
La conversion à l'Islam d'un personnage socialement si bien vu,
dont l'exemple sera suivi par d'autres, au cours du même siècle, explique
en partie la disparition soudaine du pouvoir traditionnel. Aux Damel,
1 Teigne. Bourba et Brak se
substituèrent progressh'ement des serigp.e qui
1
1tentèrent d'allier les deux pouvoirs mais souvent sans succès.
Inutile de dire que le Ndiâmbour était un foyer d'intenses e.ctivi-
tés culturelles. Partout, on trouvait des écoles d'enseignement et d'éduca-
tion. Aussi peut-on dire que la recherche ,
la science islamique s'entend,
eteit considérée là à juste titre comme partie intégrante de l'Islam
Comme tout Etat désireux de survivre, le Ndiâmbour sentit assez
tôt la nécessité de nCll)er des relations avec ses voisins notSIllment ceux
(1) - L'Afrique noire pré-coloniale. Op. cit. p. 172 .
./

.141.
d'entre eux favorables à l'Islam. Ces relations dont la nature reflète
les préoccupations de ces hommes d'Etat, sont révélatrices de la concep-
tion de l'Islam au Ndiâmbour. En d'autres termes, l'analyse de ces rela-
tions dans leurs différents aspects permet de voir ne serait-ce qu'en
profil, le modèle du musulman ou le musulman modèle tel qu' ils le conce-
vaient.
Ainsi entre les Eta.ts du Fouta et du NdElÀfr"":'\\ qu' on pourrait con-
sidérer comme des prolongements de celui du Ndiâmbour, des liens solides
se tissèrent, lesquels trouvèrent leur expression dans l'envoi de prosé-
lytes pour islamiser les Lébou, d'une part et l'accueil d'étudiants venant
du Fouta pour s'instruire, d'autre part.
v~-~
'f
liais ce qui mérite surtout d'être souligné, et c'est/ce qui dis-
tinguait le plus les musulmans de cette province du grand Cayor, de ceux
des autres provinces. est non tant la foi ou la pratique des devoirs ceno-
niques que la conception du ll'usulman. A vrai dire, cette prise de distance
des serigne du Ndiâmbour ne s'explique que par leur mépris devant la
façon de pratiquer l'Islam chez les autres ; le Damel et ses suivants.
Ils se figuraient que si un musulman se permettait de consommer volontiefi
la chair d'un &.imal prohibé, ou de prendre de force les biens d'autrui,
il cessait d'être musulman. Ainsi les Damel et leur Kangam qui ne vivaient
- que de cela, étaient, pour eux des non-musulmans.
Telles sont les bases du mouvement d' éducation développé au Ndiâm-
beur dès le XVIIIe siècle.
1

.142.
Ce puritanisme qui rappelle un peu le ~arijisme constitua la pier-
re de touche· d'agissement qui aboutiront aux affrontements sanglants dont
nous venons de faire mention.
En effet, on peut soutenir que l'évolution du mouvement, ébauchée
du vivant de Matar Ndoumbé, n'atteindra son par"'xysme qu'avec l'interven-
tion militaire de l'Almamy Abdel Kader KANE du Fouta, en faveur des seri-
gne du Ndiâmbour en guerre contre le Damel Amaxy Ngoné Kdèla (1790-1809).
De ces constatations précédentes, on voit que ce qui faisait la
puissance du Ndiâmbour c'était une aristocratie dans sa presque totalité
musulmane représentée par les serigne. Se substituant peu à peu aux
ced-
dos, ils parvinrent à occuper les premieres places de la hiérarchie socia-
le dans chaque localité. Ainsi proliférèrent les serigne au Ndiâmbour :
serigne Koki, serigne Louga, serigne Ndâme, serigne Kayit, serigne Nguik,
serigne Ndiagourey ••• autant de localités constituant partie intégrante
du royaume du Damel mais où l'autorité du serigne était quasi-absolue.
Les rapports de dépendance du serigne vis-à-vis du Damel se si-
tuaient exclusivement sur le plan économique. Chaque serigne devait obli-
gatoirement verser au Damel des redevances sur toutes les recettes y com-
....tait
pris les zâkat et les produits des récoltes. La loiliacite si bien qu'au-
cun serigne, à ce que nous sachions, n'eut ose s'y opposer.
Cette prépondérance des serigne du Ndiâmbour qui, faut-il le rappe-
1er, n'avaient rien de commun avec ceux du Cayor. au sens étroit du terme,

.143.
n'eut en rien fa.it évoluer, ou mieux, changer la situation de la. province
si autour de Matar Ndoumbé ne s 1 étaient trouves des hommes comme le grand
père du Damel La.t-Dior, le Bër Get, Saaxe1vo.r Fat 'la. DIOP qui renonça au
trône après s' être converti à l'Islam entre les mains de Matar Ndoumbé.
Ainsi, est-on forcément tenté d' entrevoir le profil de Saaxewar
Fatma à travers les tentatives d' lmification du Ndiâmbour entreprise:! par
celui qui eut le mérite d'être le pionnier des bâtisseurs d'Eta.ts théocra-
tiques au Sénégal du XVIIIe siècle : Matar Ndoumbe.
MATAR NDOUMBE
-=-=-;;-;;-=-=-
( 1701-17[J3)
Il convient de dire quelques mots sur l' homme qui sortit Kaki de
l'oubli: Matar Ndoumbé DIOP. (Prénom déformé de l'arabe M'lJ!l1;itr, un des
surnoms du prophète Muhammad).
Matar était le fils de Samba Ayib DIOP et de Ndoumbé ••• Il naquit,
selon sa propre autographie, en 1701 : "moi, Cheikh Matar Ndoumbé DIOP de
KOki, j'ai achevé la copie de ce livre, le vendredi 3 du 7° mois lunaire
(Rajab) en l'an 1138 de l'Hégire (1725J.C), dans la cl:ambre de mon ami
Muhammad FALL connu sous le surnom de Demba FAL1(1)fils de Muhammad FALL,
l'illustre grand maître de Fiqh (f'UrûC) et de lexicographie (al-luga).
(1) - Cf. infra, p. 250.
./ ·

·144.
Mon Dieu pardonne à mes maîtres et à Muhammad Sfllllba TEIAM, fils de Ibrahi-
ma qui m'a. appris ce livre:1 • ( 1)
Serigne Kaki ajouta que :!Matar Ndoumbé fut celui qw. amena le
1premier la grammaire arabe au Sénégal et qu'auparavant on se limitait
1 au fiqh seulement.
1 l-
n est probable que Samba Ayib, le père de Matar Ndoumbé s~ né
non-musulman, c'est-à-dire en une période se
situant avant la conversion
tardive de Ayib Wount à l'Islam. Quoi qu'il en soit, Matar fut destiné
dès son très jeune âge aux fonctions sacerdotales. Ainsi, après avoir
~ ~
étudié dans le C~or, à Koki-Mbâkol précisément, où sa famille résidait,
i l alla se perfectionner au Fouta auprès de l'érudit toucouleur l4assamba
THIAM. Il avait déjà d'après serigne Kaki M:.)Uha:nmad Debbo (2) étudié même
l'Abrégé de Shaykh Kha.lil. Ce dernier n'a toutefois pas précisé, ni les
disciplines qu'il y étudia, ni la durée de son séjour.
Autour de Massamba THIAM se trouvèrent, outre Matar Ndoumbé,
Bâye Malêmine SARR et Maharam MBAKE, arrière grand-père d'Ahmadou Bamba.
Ce fut pour tous les trois l'occasion de nouer les liens dlune amitié durable~)
(t) - Ce document nous l'avons trouvé entre les mains de serigne Koki Mu-
hammad Debbo, à Koki, qui a précisé que Deroba FALL dont il est ques-
tion dans ce texte, était serigne Pire à cette epoque-là et que Matar
Ndoumbé revenait de la Mauritanie où, apr1!s le Fouta, il alla étudier
les disciplines qui n'étaient pas enseignées au Cayor, la grammaire
en particulier.
(2) - Entretien que nous avons eu avec lui le 511lAi 1974 à Kaki .
(3) - Cf. supra, pp. 75,76.
./'

.145.
"Du Fouta. il se rendit chez les Maures avant de regegner son
terroir. Et· serigne Koki de :préciser
He' est avant l' arrivée à Koki. sur
le chemin de retour, qu'il fit un bref séjour à Pire-Saniakhor où il rédi-
gea un important livre". En verité, selon l'autographie de Ma.tar Ndoumbé,
il ne s'agissait que d'un manuscrit qu'il recopia. Car nous avons lu tout
au bas de la feuille. touj ours ave c la même écriture et le même style
"Mon Dieu, :pardonne à mes maîtres et à MuhSllllllad Samba THIAM, fils de
Ibrahima THI.M~ qui m'a appris ce livre."
Il est significatif de s'interroger sur les raisons du séjour
de Matar Ndo;nnbé à Pire-Saniakhor avant de se rendre auprès de sa famille
à Koki-Mb~ol alors qu'il venait de passer quelques années à l'étraneer.
D'aucuns, entre autres serigne Koki, soutiennent que c'était par courtoi-
sie seulement car les Fall de Pire étaient de ses parents. Mais si l'on
sait qu'une école fonctionnait déjà à Pire, on peut penser que c'était
pour parfaire ses connaissances qu'il s' y fixa quelque temps. Néanmoins
le futur serigne Koki pouvait selon toute vraisemblance, se rendre à Pire
pour un tout autre motif. Car dans son a.utographie dont nous avons fait
mention plus haut, il parla de Demba FALL qui fut alors serigne Pire en
tant qu'ami seulement. ce qui semble écarter l'existence entre eux des
rapports de maître à élève.
Ce séjour pourrait bien avoir eu lieu avant le voyage d'études que
Matar entreprit pour le Fouta et la Mauritanie. Car il était âgé de vingt-
./.

.146.
cinq ans seulement. Or il serait difficile d'admettre qu'il eût pu termi-
ner ses études tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays en un temps si
bref.
Ce dent on ne peut douter, c'est qu'il fut un grand lettré. Selon
serigne Koki, il comptait parmi ses disciples: serigne Pire Mâmour Asta
KANE (1), Balla pâté qui fut serigne Lëppé (Mbâkol) et celui qui sere. plus
tard le premier A.lma.my du Foute. : Abdel Kader KANE (2).
cependant ce qui constituait chez. lui un trait caractéristique,
c'était son intransigeance en matière d'observance de la loi corarique.
Savant, pieux et membre d'une famille aristocratique, Matar Ndoum-
bé refuse, au nom de sa religion, d'accepte~ la situation dont étaient
victimes nombre de ses égaux, constamment écrasés sous le poids de lourdes
prestations. Il refusa d'obéir à la volonté d'un ministre du roi. Et, re-
doutant un conflit armé entre le serigne, d'un côté, et les soldats, de
l'autre, le Damel, Meissa Tenda "éjji
(1719-1748) (3), fils de Latsoukabé
FALL, préféra l'éloigner en lui donnant un fief à l'extrême limite de son
territoire entre Wamket le Jolof.
(1) - Voir infra, p. 246
(2) - cf. infra, p. 154.
(3)
Il disait: "bup sërin jooy,
bup doxandèèm jooy", ce qui signifie
il ne fe.ut point faire du mal à un marabout ou à un étranger. D'au-
cuns le considèrent encore comme le Damel le plus humanitaire de tous.
c'est le erand père du Damel Lat-Dior par sa m~re.Voir infra, La vie
culturel où une liste des serigne Pire est donnfe à titre indicatif
p. 243 sq.
.f.

.147.
Son éloignement par le Damel qui lui donna toute l'étendue de
l'actuel Koki, ne signifia pour lui qu'un fait heureux. Le climat d'impié-
té qui régnait au Ca.yor et
qui contrastait de beaucoup avec celui du
Ndiâmbour, ne fit que lui faciliter la creation d'un Etat essentiellement
musulman au sein même du royaume du Dazœl.
Une fois bien constitue, l'Etat du Nüiâmbour qui connaissait un
climat culturel favorable à l'étude du Coran, attira à lui nombre de let-
trés venus de toutes les autres provinces tels les toucouleurs, pour y
enseigner et pour y étudier le Coran et quelCJ.ues rudiments du fiqh.
C 'e B t
l'ère de l'ouverture à l'extérieur sous-tendue par la proSperité
relative et la. sécurité qui f~.isaient défaut aux autres provinces ou royau-
mes. Ce fut ainsi que se nouèrent des relations qui ne cessèrent de se
consolider, particulièrement avec le Fouta Toro et presque au même moment
avec Ndakaaru .
Pour mieux comprendre la. nature des relations entre le Ndiâmbour
et le Fouta, il convient de considérer les raisons de cette intervention
que d'aucuns qualifient "d'i!!!périaliste:'. Elle se précise de plus en plus
grâce aux travaux de recherche menés dans ce domaine.
L'Almamy nourrissait-il l'ambition de reculer les limites de son
royaume lorsqu'il marcha contre le Cayor 3. la tête de son importante armée?
Vraisemblablement non. On pourrait même dire qu'il était intervenu malgré
lui. En tout cas, son geste ne découlait pas de sa propre initia.tive comme

.148.
en témdgne assez éloquemment le document dont nous donnons ici la traduc-
tion. Il s'agit d'une lettre que serigne Kaki Ahmadou Fâ-Khoudjia, succes-
seur et fils aîne de ~atar Ndoumbe, fit parvenir à l'Almamy lui demandant
d'intervenir militairement à ses côtes. En voici la traduction (1) :
"Au nom de Dieu. le Clément, le Misericordieux. Qu'Allah répande
amplel!ent le salut et la paix sur notre maître Muhammad. Louanges; à Dieu
le seul éternel."
"De la part de Habiboulaye fils de Matar DIOP à celui què Dieu a
honoré pour avoir donne la foi et la piété, notre juste et vénérable Imam.
le bienfaiteur Abdel Qâdir. Que Dieu lui donne plus de force et lui accorde
Son assistance. Il
"Nous nous adressons à toi pour implorer le secours de Dieu, le
tien et celui de tes adeptes. Il
Après ces mots en prose en guise d'introduction. l'auteur de la
lettre. conformement à une tradition qui venait d'avoir ici son droit de
cité, s'exprime en poésie. Voici ce qu'il dit :
d ..~...
"0 toi qui co:mma:ndes l' armée ~lp. jihâd, réponds à l'appel d'un
homme dont le coeur est affligé de chagrin;
o toi qui as relevé l' édi fice de la religion pour l'amour d'Allah
Toi qui es le pilier de la religion du pays et le médecin
L'édifice que constitue notre pays s'apprête à s'eff'ondrer
Viens apporter une aide triomphale qui fasse trembler.
~
Si l~ jihèd est l'une des plus importantes obligations
Celle-ci a. de surcroît,un caractère beaucoup plus impérieux.
(1) - Voir le texte arabe dans l'annexe. j. j) D.
1

Si l'on doit se soumettre aut~t à l'aut~rit€ de son maître qu'à
celle de son Prophète.
Et si le serviteur du serviteur doit obéisso.nce tout comme son
maître
Je ne te déchargerais point de
cette obliga.tion de te soumettre
à mon autorité.
Qœ Dieu nous apporte son secours et une victoire prochaine. n
n/- L'ETAT THEOCRATIQUE DU FOurA TORO
-=-:-:-z-=-;-:-:-=-=-:-;-=_=_=_:_
Ce ru.t en 1776, qu'une révolution ayant comme promoteur un mara-
bout Toroodo du nom de Thierno Souleymane BÂL, déposa le dernier Satigui.
Désormais. une r~publique théocratique était née avec, à sa tête, un A1ma-
my nanti des pouvoi:œ spirituel et temporel. Ce régime des Almamy. comme
l'on a coutume de l'appeler, disparaîtra en 1881. à la suite de l'annexion
4~""~
du Fouta par les coloni;.ï.Ii"tei français.
Trois motifs principaux se trouvaient à la base de cette révolution:
motifs d'oràre religieux, social et politico-économique.
Les Satigui qui régnèrent sur le Fouta étaient pour le. plupart
hostiles à l'Islam. Certains d'entre eux auraient €té
croyants mais non
sans tiédeur. car l'emprise du mi:œu et les exigences du pouvoir politique
les empêchaient de manifester leur foi. Cette hostilité à l'Islam. qui
fit dresser contre eux les musulmans dont le noyau se constitua autour de

.150.
Thierno Souleyma.ne B1tL. aura. pour conséquence directe le renversement
de cette dynastie.
Sur le plan social, les Toucouleurs, qui formaient l'€H;ment
c~yant et autochtone se sentaient léses par l'occupant peul. Ces derniers,
venus de l'Est et nourris de prejugés sociaux. se consideraient supérieurs
aux Toucouleurs. Les antagonismes sociaux qui décotùèrent de cette situa-
tian amenèrent ceux-ci à prendre conscience et des frustrations dont ils
étaient victimes et des forces dont ils disposaient pour repousser ces
injustices.
Par ailleurs. les gens du Fouta, l'élément peul et toucouleur
co~ris, étaient soumis à de rudes conditions d'existence par les Maures
au profit desquels ils,' pa;,. aient annuellement de leurs moyens de subsis-
/
tance, des impôts que ne pouvait guère supporter qu'un pays économiquement
prospère. Parfois ces impôts qu'on prélevait de force consistaient soit
en denrées ou en bêtes, soit en hommes, et souvent au nom de l'Islam.
Ainsi devant lutter contre un ennemi à l'intérieur et un autre à
l'extérieur, le promoteur de cette révolution qui voulut secouer le joug
des D€niyanke
d'une part, et des Maures d'autre part, ne put obtenir qu'un
succès limite.
Cette révolution réussit quand même. Les Brakna se virent contraints
d'opérer sur une autre province plus à l'Est. au Khasso precisément, où
./ .

---------------------_.... .-
.151 •
ils firent de terribles exactions. En 1886, les chefs de Guidimakha
adressèrent- au commandant de Bakel une pétition protestant contre les
empiètements des Maures dont ils étaient les victimes. Dans la même lettre,
ils faisaient état également des lourds tributs que le destinataire de la
lettre exigeait d'eux alors qu'ils venaient de connaître une année de
sécheresse et que de jour en jour leurs esclaves s'enruyaient.
Decrivant la précarité de leur condition de vie et mettant l'ac-
cent sur leur dénuement, ils poursuivaient en disant qu'il leur était
impossible de s'acquitter de telles dîmes.
Mais ce qui est intéressant et mérite d'être signalé ici, c'est
que les Maures. dit la lettre, Ildétruiss.ient leurs cases chaque fois
qu'ils ne pouvaient pas payer les tributs qu'ils leur demandaient de
payer (1)"
Telle ~it généralement la situation de toutes ces peuplades qui
avoisinaient le pays des Maures depuis le walo obstinément convoité par
les TrlU'za jusqu'à Bakel où les Brakna. mis au défi par 1,1IAJ.mamy". diri-
gèrent leur rançonnement.
Ce fut au cours de semblables hostilités armées que ces Maures
Brakna firent périr cet illustre marabout qui fit de l'Islam une religion
(1l - cf. Archives nationales du Sénégal, 15 G 68.
./ .

· '52.
d'Etat au Fouta Toro. Cepandant la lutte continua, car conscients de
l'exploitation économique et de la condition d'infériorité dans laquelle
les Maures les avaient placés, les Toucouleurs décidèrent de mettre fin
aux empiètements de leurs voisins ennemis.
Cependant, avant de mourir, Thierno Souleymane BAL avait fixé les
critères selon lesquels le Fouta devrait, pour que la révolution continuât,
se chosir un guide. En voici l'essentiel tiré de Cheikh Moussa KAMARA (1)
10) THIERNO SOULEW~ B~ (ob. 1778)
"Après s'être établi il Kobillo, Thierno Souleymane BAL parcourut
le pays (Fouta Toro} pour exhorter les gens. Il leur reco=andait notam-
ment de choisir parmi leurs lettrés un Imâm (guide} afin de se dégager
du joug des DéniYanké et des Maures qui percevaient sur chaque tête dtha-
bitant du Fouta une cnme bi-annuelle que nul ne pouvait supporter.
Il leur disait : "Qui patiente triomphe':.
-4 1
Quand s'approcha le combat au cour; duquel i l périt, il s' adressa, poursuit
Cheikh Moussa KAMAF.A, il. l'assemblée des musulmans en ces termes : "Je ne
sais pas si je mourrai au cours de ce combat ou non. Au cas où je meurs,
Je vous recommande de vous conformer aux directives suivantes pour élire
un Imâm :
a) Choisissez un homme savant, pieux et honnête qui n'accapare
pas les richesses de ce bas monde pour son profit personnel ou pour celui
de ses enfants.
(1) - op. cit, folio 274, T.1.

-'9'*'. &j$Gd#4.il
.153.
b) Détrônez tout lmâm dont vous voyez la fortune s' accrottre et
confisquez l'ensemble de ses biens,
c) Combattez-le et expulsez-le, s'il s'entête;
d) Veillez bien à ce que l'imâmat ne soit pas transformé en une
royautê hêreœtaire où seuls les fils succèdent à leurs pères;
e) L'imâm peut être choisi dans n'importe quelle tribu;
f) Choisissez toujours un homme savant et travailleur;
g) Une faudra jamais limiter le choix à we seule et même tribu;
h) Fondez-vous toujours sur le critère de l'aptitude".
Voilà sous une forme embryonnaire. ce qu'on pourrait appeler, un
abrêgé de Code musulman de l'investiture. Conme l'on s'en aperçoit, l'au-
teur a beaucoup insistê sur l'abnégation et le savoir, en un mot sur
l'aptitude en tant que condition sine qua non de l'éléction à l'imâmat.
En effet, fort de l'expérience qu'il aval t vécue sous les Déniyanké et,
connaissant parfaitement les motifs de l'ingérence des Maures Brakna qui
considéraient son pays comme une source intarissable d'esclaves, il sa-
vait combien les hommes étaient faibles devant la tentation des richesses
matérielles.
Mais ce qui est plus significatif dans cette déc1aration, c'est
vraisemblab1ement l' esprit dEmocratique dont i l rait preuve. Car, un autre
guide si estimé par ses coreligionnaires, se serait arrogé volontiers le
droit de léguer à sa descendance la charge de conduire la destinée de son
peuple, quand bien même elle n'aurait pas eu les qualités requises.

.154.
2°) ALMAMY ABDEL KADER !CANE
( 1778-1806)
Ainsi. si les Jù.mamy avaient pour denominateur commun la. charge
de presider aux destinees de leur peuple exclusivement à la lumière de
la loi divine, le Fouta. refusa toutefois aux autres Jù.mamy qu'.A:bdel Kader,
le glorieux titre ci' Amîr al-mû' minîn (Commandeur des Croyants), comme
si celui-ci /levait être la marque distinctive devant honorer 8~ul lp. grand
Almamy. Car, il "aura davantage été un défenseur des croyants qu'un sou-
verain, dira Ye3'a WANE (1). Il
En effet, la ferveur religieuse et l'étendue du savoir de l'Almamy
n' avaient d'égal que son nationalisme. Ainsi au moment où i l intervenai.t
rapidement au W"alo pour conformer le Brak à la loi du Coran puis au Djolof
et au Ce3'or pour soumettre les souverains afin de délivrer. de part et
d'autre. ses co~ligi.onnaires des exactions du pouvoir paien, i l dut
également intervenir militairement pour débarrasser les populations du
Fouta Toro de l'état de sujétion, apparemment légitimé, auquel les Maures
les avaient reduits.
/
Ne dans le Djolof. l'Almamy Abdel Kader KANE faisait partie de la
pléiade de lettrés dont s'honore encore le village de Pire qui abritait
la fameuse "université" du moyen âge. Rappelons toutefois qu'avant son
arrivêe à Pire, il étudia d ' abord au centre de Koki auprès de serigne
Koki Matar Ndoumbé DrOp (1701-1783), fondateur de l'Etat théocratique
(1) -op. cit. p.
1

.155.
de Koki, 'lm devait l'envoyer à: Pire à: cause d'un sérieux obstacle lin-
guistique à la comprehension entre le maître et son elève, l'un parlant
le ....olof et 11 autre le poular.
A l'instar d'autres illustres savants du Fouta Toro et du Cayor,
lliY"ant "fait leurs. bumanites lt dans cette célèbre '\\miversit€",
il étudia
à Pire le droit musulman (al-f'iqb) et s 'y serait initié à la. grammaire
arabe (an-nah.... ) (1).
Parmi ses maîtres, i l faut citer Khâli serigne Pire
Demba qw.
aurait enseigné
serigne Koki Ms.tar Ndoumbé.
Cependant toujours confronté quoiqu'à un degré moindre au même
problème, car vraisemblablement seul son nouveau maître parlait le poular,
l'AJ.mamy dut se résoudre il. floancbir cet obstacle durent son séjour pro-
longé dans le pays ....olof. Ayant appris il. parler le ....olof qu' i l comprenait
assez bien par la suite, i l rejoignit à Koki (2) son maître qui devait
lm enseigner la grammaire avant de l'initier aux sciences ésotériques.
Une fois bien versé dans les sciences exotériques
wa-l-bâ~in),Abdel Kader KANE prit le chemin du Fouta-Toro.
Pour terminer avec l'Almamy, il convient de mentienner brièvement
ses preoccupations qui reflètent bien sa loyauté et sa probité, mais
( 1) - La grammaire n r aurai t pas encore été ensei@7lée dans le pays des
Wolof quand l',Al1llaI!JY fréquentait 1 'Université de Pire. Pour plus
de précisions, cf. Supra, p.144 et infra, p. 250·
(2) - Moussa KAMARA,op. cit. tU.p. 282.

. '56.
surtout le désintéressement exemplaire dont parlait Thierno Souleymane
BAL, tel que l'a si bien noté PETION
dans son discours sur la traite
des l'loirs. en ces termes : HL' Alm6llV, roi des Peuls, a refusé les présents
de la Compagnie, pros crit la traite de ses sujets, interdit le passage
des caravanes ".
L' tme de s conséquences du règne de s AJ.mamy aura été le développe-
ment des sciences sacrées au détriment de celles dites profanes . Sur
ce phu, l'abondance et la perfection, somme toute relo.ti ves, des oeuvres
des lettrés toucouleurs n'avaient d'égal
que l'estime dont jouissaient
ces derniers particulièrement chez les Wolofs. L'exégèse (at-tafsîr), la
tradition (al-~adî:lJ et la biographie du prophète
(as-sîra), la juris-
prudence (e1-fiqh) et la grammaire (fl."l-nap.w) étaient considérées comme
des sciences commtmes pour ainsi dire.
Ne pouvant nous étendre davantage sur ces considérations en raison du
caractère limité de cette étude. nous renvoyons à la thèse très fournie
d ' Amar S1IMB, sur la Littérature Arahophone au Sénégal (l),qui demeure
incontestablement la meilleure illustration de cette littérature dans
toutes ses variétés. La version arabe de cette thèse vient d' être achevée
par l'auteur et compte déjà deux éditions au ronéo, ce qui offre l'avan-
(,) - Amar SAMB, Contribution du S~négal à la Littérature d'Expression
Arabe. Mémoire nO 87 Dakar - l FA N,'972,554 pp .
./ .

.157.
tage de :permettre au lecteur d'avoir accès aux textes originaux. Par
ailleurs. la salle des Manuscrita du Département dl Isla.mologie à l' IFAN
offre des spécimens assez représentatifs de cette production.
Sous cet angle. on peut considérer la presence des Peul
au
Fouta Toro comme un puissant facteur de régression. Car aucune trace de
civilisation musulmane. à ce que nous sachions. D'y est décelée malgré
une islamisation qui daterait du X e siècle.
Un autre aspect mérite d'être souligné : il se ra:pporte à la re-
ligion des Peul • maîtres du Fouta pendant plus de deux siècles et demis.
Leur fétichisme ne fut aucunement adopté par leurs sujets toucouleur •
Ni dans leurs moeurs. ni dans leur mentalité. les Toucouleur
ne
gardent l'empreinte de telles pratiques animistes ou polythéistes.
Au contraire. chez les Manding ou les Soninké. par exemple. la
survivance de croyances et coutumes païennes. à côté des idôles et de
constitue
la aeience occulte / un té~ignagc irréfutable dl lm passé idolâ.tre. En
tout CEE
la présence des Peuls pendant trois siècles au Fouta. si elle
n'a pas réussi à imposer le culte païen aux autochtones. ~ du moins
affecté la situation privilégiée de foyer de culture islamique qu'avait
le Fouta depuis des siècles. Avec le déplacement au Ndiâmbour de ce foyer,
le Fouta devait perdre le leadership des p~s musulmans de la. Sénégambie
.f.

.tijlŒplU·"'WVlQW'illi.7'=;ycmwcyz,zr=Jt«iV
. 158.
en laissant le fifllllbeau 1i Koki, capitale religieuse et culturelle du
Ndiâmbour. Ll oeuvre d'islamisation entreprise au cours de cette phase
nouvelle aura ceci de particulier que c'était une islamisation culturelle.
Outre Je Fouta-Toro, il faut citer l'Etat théocratique de Ndaka.a-
111
parmi les plus importantes directions de cette islamisation.
C/- L'ETAT THEOCRATIQUE DE NDAKAROU
Les limites de cette région étaient comprises entre la baie de
Benn et le village de Yoff. Elle était peuplée exclusivement de Lébou
qui "sont, nous dit Cheikh Anta DIOP, \\ID groupe intermédiaire entre les
Wolofs et les Sérères. Ils sont plus proches de ces derniers dont ils
portent les noms ethniques: Diagne, Faye, Ngom etc •.. ils ont la m~me
tradition et pratiquent les mêmes libations (1)".
Ils seraient venus du Fouta en passant par le Djolof où ils se
fixèrent longtemps pour le quitter après l'éclatement au XVIe siècle, de
(1) - Afrique noire pré-coloniale, Paris, présence africaine, 1960, p. 56 •
. .1.

.159.
l'Empire volof'. A la. recherche d'UJ;I.8 terre promise> ils longèrent la
mer, l'Océan Atlantique, et s'établirent aux environs de Diandère et Kayar
peuplés par des Manding. Ils les combattirent et essaimèrent jusqu1 au
Cap-Vert. La presqu'île était également peuplée de la même ethnie manding.
Désormais les Lébou occupèrent difinitivement tout le littoral
allant de Ke;ya.r à Ngaparu en contournant le Cap Manuel.
Cette f'orêt extrêmement dense qu'ils ha.bitaient, les incitèrent
fort probablement à se livrer aux pratiques animistes. En effet> ils
semblent avec les Sérère , leurs plus proches parents, les plus enclins
au culte des esprits parmi toutes les populations qui peuplaient l'empire
défunt. Mais les idôles que les Manding auraient laissées dans la région
qUI:md ils en furent chasses ne manquèrent certainement pas de renf'orcer
le sentiment religieux de ces nouveaux ha.bitants.
Il serait int~ressant que les anthropologues culturels abordent
l'e.tude ~taillée des composantes d'un xall\\b chez les Lébou et les Sérères,
pour les comparer ensuite avec ceux des autres. Car aucun document archéo-
logique n' est venu jusqu'ici prouver que ces Lébou étaient idolâtres bien
avant leur établissement dans cette région. Or, le. routé de leur migration
ainsi que les différentes étapes sont supposées assez œn connues.
Cette population animiste, comme tant d'autres, vi vai t de la cul-
ture des terres et s'adonnait entièrement à la pêche. Contrairement à ce

rr=lrH)'a,~
.160.
que l'on trouvait presqœ partout aiIeurs, son organisation sociale n'était
po.5 hiérarchisée. Elle ignorait le syst~me des ces"tes sur lequel ~tait
fond~e la soci~te cayorienne en particulier dont elle dépendait.
'0) L' l S LAM l S A T ION
L'introduction de l'Islam dans cette r~gion daterait du milieu
du XVIIIe siècle (1), si l'on consid~re comme admioe Ilhypoth~se selon
laquelle les Lébou auraient renié leur foi musulmane d~s qu'ils commen-
) c~rent à essaimer vers le Cap-Vert. D~s lors, ces Lébou, convertis de
? !fraî:che date et partant sans passé paien lointain, pouvaient cieux que
)
les autres s'adapter .avec souplesse ~ cette situation nouvelle de la
pénetration de cette foi monothéiste dans leur contrée.
Le passé de la presqu t île étant moins connu que celui des autres
anciennes provinces du royaume du Cayor, il serait difficile d'apporter
des précisions sur les propagateurs de l'Islam chez les Lébou. Il semble-
rait en tout cas que ce serait l'oeuvre d'un nommé Massamba DIOP origi-
naire du Cayor. Quoi qu'il en soit, l'adhésion de la population fut spon-
tanée. Cet
homme était-il apparenté aux Diop du Ndiâmbour qui viendront
y prendre les rênes du pouvoir 'l Il est difficile de r~pondre par 1 t affir-
Ill8.tive et même par la négative. Car on ne connaît que tr~s peu ~s eir-
constances qui entouraient cet événement.
(1) - cf. Histoire moderne du Cap-Vert par f..-. \\'::"D:"~.
cette da:';.Q c:onnée par cet autour n' est pas bonne. L' Islam était chez
les Lébou. au Cap Vert déjà au milieu du XVIIe siècle. Voir infra p.234
1

t id
t'"
f
.161.
Pendent ce temps la. volonté d'imposer la foi musulmane au Sén~-
gal. a.u Cayor et au Fouta notamment restait le souci majeur de tous les
marabouts. Car à cette periode, le pouvoir politique cherchait plus que
jamais à discréditer le clergé musulman. nEt comme ils sont souvent de
sang noble, donc imbus de la même fierté que le reste de l'aristocratie.
il n'est pas rare qu'ils prêchent la désobéissance civile, exactement
cOlllll1e saint Paul prêchait contre le culte de l'empereur" (,)
Ainsi les tenants du pouvoir central n'hesitaient pas à sévir
durement contre ceux qu'ils considéraient comme facteurs de désordre alors
qu'eux-mêmes ignoraient leur devoir de contribuer à l'établissement de
l'ordre. L'assassinat de Bâye Malâmine SARR
suffit à donner une idée
de la tension qui régnait au Cayor entre les deux pouvoirs spirituel d'un
côté, et temporel de l'autre (2), tension qui affectait la situation
politico-religieuse.
Cet événement, fatal au clergé qui presque unanimement considé-
rait les actes offensants du Damel comme un affront à l'Islam, eut pour
conséquencf,entr'
~utre~a dispersion de ces ~cclésiatiques dans le pays.
(1) - C.A. Diop. op. cit. p. 55
(2) - cf. Supra, p.75
./.

• If!
tri
It,G ~tV;, ... H
""'P""
'"'pt
. 11)2.
Vu ;;0$ un angle pl us restreint, c' est ce que Cheikh Anta DIOP appelle
l' "exode des marabouts de la vill~ de Koki ... vers la. pre s'lu 1île du Cap
vert" (1), lequel ajoute : n c ' est dans ces circonstances que les mara-
bouts de Kaki ont été persécutés et qu'ils ont dû faire cause comm'lme
avec les !ebou de Dakar".
Ce massacre consacra la victoire des tenants du pouvoir politi-
que sur les marabouts qui se sentant assez
puissants, cherchèrent à
imposer leurs lois
dans la cité. Le Damel ne pouvant guère s'accommoder
d'une telle situation qui le discréditait devant ses sujets en majorité
.4
musulman. et usa de la force, peut-être moins par cruauté que par souci
de maintenir son autorité (2).
Les Lébou
qui suivaient de très près l'évolution de la situation
politico-religieuse au Cayor, durent être horrifiés par les agissements
du Damel qui. outre les assassinats et emprisonnements de marabouts, ven-
da.it ses propres sujets aux négriers trafiquant sur la côte. Par ailleurs,
considérant les mesures at:roces que ce souverain avait prises à l'encon-
tre de ces dignitaires de l'Islam, les Lébou, Dial Diop, qui sera élu
premier chef de l'Etat de Ndakaaru, à leur tête, résolurent de porter
(1) - Op. cit. p. 55
(2) - Pour plus de
détails sur cette question, voir supra, p. 75
./ .

.163.
secours à ces lettrés ~tifs en les accueillant en leur province.
Cette prise de position manifestement ouverte des Œbou. qui de
tout temps s' étaient plaint des injustices dont ils étaient victimes.
devait aboutir à une secession. En effet. on peut dire que les Lébou
cherchèrent la moindre occasion pour sé dégager de la domination du Cayor
tout comme ce dernier l'avait tait avec le Djolot. deux siacles auparavant.
2°) LES MOTIFS DE LA
SE CESSION
La creation de ce nouvel Etat théocratique semble donc liée au
massacre dont les marabouts du Cayor. particulièrement Bâye Malâmne SARR
furent victimes sous le Damel Amary Ngoné Ndèla Coumba (1790-1809).
Cependant la f'e:nne volonté de sécession des Lébou d'avec le Ce;yor. pro-
vient d'autres causes plus immédiates. Ces causes flont d'abord d'ordre
IIÙlitaire, puis d'ordre économique et religieux.
Anterieurement à l'exode caractérisé des marabouts vers NdakalU'U.
avaient afflué des hommes de toutes sortes, séduits ou par la prospérite
de la région, ou par la paix relative qui y régnait ou par l'atmosphère
religieuse qui attira même des lettrés du Fouta Toro. Nombre d'entre eux.
après s'être intégré à la population. jouirent des mêmes considérations
que les notables.
./ ·

.164.
Parmi ces hommes, nes et o.yant grandi au Cayor, se distinguait
un nommé Dial DIOP qui serait venu. du Guet (1), coeur du Cayor. Suivant
une autre version, il serait né da."lS le Cap Vert même où son père Mas-
samba DIOP venu du Cayor aurait été bien traité par les Lébou. Ce per-
sonnage d' une bravoure militaire exceptionnelle, imbu de la même fierté
que le Damel et ses Kangam et connaissant parfaitement la situation po-
litique du Cayor, alors propice à une dislocation, prit la tête de la
rebellion que Il armée cayorienne se montra impuissarrte à juguler. Les
opérations militaires eurent pour théâtre un vaste terrain situé à l'en-
trée de la ville de Rufisque. du côté de Sangalkam et se soldèrent par
un échec pour les Cayoriens.
!"&gré ces déboires. le Damel continuait à sous-estimer la valeur
militaire des rebelles : Dial DIOP et ses partisans. Ainsi, au lieu de
reconnaître leur indépendance, attendait-il l'occasion de prouver aux
Lébou la supériorité de son armée sur la leur.
Un état d'armée, une atmosphère belliqueuse et tendue régneront
entre les deux territoires jusqu'à l'av è1ement de Birima Fatma TI:lIOUB
(1809-1832) qui concevra, pour enrayer cette situation, le projet d'enva-
hir Ndakaaru. Il dirigera une armée colossale vers la presqu 1 île. en 1829.
Informé des intentions du souverain cayorien, Matar DIOP (1815-1830)
(1) - AArchives nationales du Sénégal 158 362 p. 12
/

!"~mlmIlCUlrwllD.œim• •l!::i:lI:iil_IIII"_II'__iii'
. _
....
, . _ '1......y ·..tlf
a4!m'CjiiMB·l,rmrllf!DUlu,!,tljndkâ5'R%d",t'. P.
-
""-~
.165.
se r1!solut à fortifier la capitale : Dakar. Deux lignes de fortification
seront ainsi établies; l'une d'elles, la première, sera construite aux
limites immédiates de la capitalc, précisement à l'emplacement de l' ac-
tuel1e1~ï~ Sy. La seconde en sera distante dl environ 4 kilomètres.
Les su::cès militaires remportés par les Lébou au cours de ces
engagements, scellèrent défini ti vement leur sécession d'avec le Cayor.
Dial DIOP, qui s'était signc.lé sens cesse par sa vaillance et s/\\ strate-
gie durant ces affrontements, fut désigné comme chef du nouvel Etat. Il
prit le titre de Serin (serigne) Ndakaaru.
Cette appellation qui faisait eon apparition pour la première
fois dans cette région, est sicnificatÏ":-e et mérite quelques considéra-
tions. si ce titre rappelle jusqu'alors celui que portaient encore au
Ndiâmbour les chefs è.e villaGe, auctO c~ef d'Etat ne l'avait porté.
Dans les autres royau-:'.es wolof, les souverains, mêmes musul:mans,
portaient ou bien des titres profanes tels q1.:e Beur-ba, Beur, Beur, Brak,
Damel ou Teigne (1), ou bien des titres purement ara.bes co=.e ~ (A1-!mâm).
( 1) - Tels sont les titres que portaient les souverains dans les diffé-
rents royaumes du Sénégal
Au Djolof
Bour-ba
au Sine
Bour Sine
Au Saloum
Beur Saloum
au walo
Brak
Au Cayor
Damel
au Baal
Teigne
Ils ont tous disparu peu à peu avec la colonisation française qui
sapa les bases du pouvoir traditionnel. Le dernier à disparaître
fut le Bour Sine avec la mort de Beur Sine fi.t:.hécor DIOUF (1924-1969)
cf. supra. p.108.
Quant au titre de serin (serigne) il su~siste encore de nos jours.
Cf. toutefois infra, p. 234.

=
.166.
Lorsqu'au XVIIe siècle, \\ID marabout originaire du Fouta Toro
accèda e.u trône du Cayor, i l subst!tue. au titre de Demel, celui de Cadi
qui fut dès lors considéré comme le titre le plus élevé il conférer à \\ID
haut personnage musulman.
Ne se sentant plus en rien redeva.bles à ces traditions, les di-
goi taires de ce je\\IDe Etat lébou avaient choisi, pour désigner leur Chef,
une appellation susceptible de traduire leurs préoccupations religieuses.
En effet, le terme serin (serigne) reflète la dignité spirituelle des
fonctions du souverain, ce qui ne signifie pas que le côté matériel soit
délaissé. Au demeurant cet homme qui alliait les vertus d'\\ID chef spiri-
tuel en même temps que celles dt un chef miEtaire était tout désigné pour
tenir entre ses mains la destinée de l'Etat naissant afin de le modeler
il son image. Ainsi naquit sur les rives du paganisme, un Etat théocratique.
Cet Etat était électif tel que le voulait le Calife Omar qui,
agonisatlt, recommandait encore une procédure d'élection à un niveau
restreint pour la àésisnation du futur calife. Tout près de nous, Thierno
SouleymDne BAL qui souhaitaï. t l'instaurer au Fouta Toro y exhortait
ses compagnons, alors qu'il éta.it mourant (1). Il s'agissait en somme
d'une institution où, le roi, par serment, prenait solennellement engage-
ment de présider aux destinées de
ses sujets en conformité avec les lois
du Coran. Ce qui signifie qu'on le jugeait donc censé pouvoir puiser ju-
dicieusement dans le Livre Saint, selon sa convenance
(1) - cf. supra, p. 152.

.167.
Si les circonstances de la naissance de cet Etat nous sont assez
bien connues. la date de la proclam~tion de son indépendance demeure en-
core très imprécise. Les documents officiels des Archives nationales
laissent croire que ce fut tantôt avant 1800, tantôt entre 1800 et 1817.
En tout cas, certains papiers font état de l'achat
d'un terrain au Cap
Vert dont les deux parties contractantes étaient le Cheve.lier de Bourlers
d'un côté, et le Damel Birima Fatim Penda (1777-1790), de l'autre, qui
eut lieu en 1787. Ce qui peut signifier qu'à cette date Ndaka.a.ru dépen-
dait encore politiquement du Cayor.
Par ailleurs, en 1818, le Gouverneur SCHMALTZ constatait non sans
déception et pessimisme, que les Lébou étaient décidés à faire table rase
de tous les engagements que les Damel avaient pris envers la France au
sujet de la presqu'île du Cap Vert.
En effet, pour bâtir leur Etat, les wbou durent dénoncer tous
les traites passés antérieurement entre les Français et le DamEl et rela-
tifs à Ndakaaru. c'est &cette situation nouvelle que fait allusion le
Gouverneur SCHMALTZ quand il écrit au Ministre des Colonies : "La pres-
qu'île ne dépend plus du Damel et tout l'appareil diplomatique est à
reprendre et cela ne semble pas facile (1) "
(1) - Cité par VEDAT, Histoire moderne du Cap-Vert, in. La presqu'île du
Cap-Vert, Dakar, l F A N, 1945.
./ ·

l'f.·
" ,
.168.
ParlllÏ. les traites ainsi dénonces, le premier qui datait de 1679.
cedait à la Compagnie du Senegal upe cinquantaine de lieues de côtes.
Plus tard, un traite avait eté sig':le, le 9 avril 1764. par le Damel
Ma,ajoor Diro Yaasin Isa (1763-1766). traite au terme duquel Dakar etait
cede à la. France, représentee par le Gouverneur de Goree PONCET de la
RIVIERE. Pour atteindre tous leurs objectifs, les autorités coloniales
amenèrent le lIlême Damel il signer, l'année sui vante, en sa résidence même.
il. Mboul, un autre traite cedant tout 1lI1e territoire situé entre la mer
et une ligne approximative allant du ruisseau de Mbao à la baie de yor;l (1)
Cependant avant même la denonciation de fait de ces traites, les
autorités françaises qui avaient pour mission de négocier avec les chefs
indigènes avaient constate la caducité de tels accords, nonobstant les
tentati ves d'intimidation auxquelles elles eurent souvent recours en
pareilles circonstances.
Ainsi, le colonel SCHMALTZ qui reçut la délicate mission de réoc-
cuper le Sénégal (2), sut ne pas considerer outre mesure ses instructions
relatives à la. situa.tion jurié'..ique de la presqu'île ; aLe Cap-Vert et
les terres voisines, depuis le. pointe des deux Mamelles jusqu1 au Cap
Bernard, furent cedees en toute propriete à la. France par deux traites
(1) - Assane BEeK, Dakar, Métropole Ouest-africaine, IFA.>ij-DAl{AR 1970.
Mémoire n O 85 p. 274.
(2)
Apres le Congres de Vienne (1814-1815) qui inaugura ~~ nouvel ordre
politique européen et consacra le partage pur et simple de l'Afrique
entre les puissances européennes. Toutes les occupations coloniales
furent ainsi légalisées.

.169.
passés en 1163 et 1165 entre le roi du Cayor et le Gouverneur du Senégal ll •
En 1825. son successeur. le Baron ROGER prendra nettement position et
osera écrire : "La presqu'île du Cap-Vert n'appartient pas de fait au roi
de France. quoique d' anciens traites semblent lui donner des droits sur
cette partie littoral africain comme sur plusieurs autres ..• Ce premier
point de vue abandonné. on pourrait essayer de faire avec les chefs indi-
gènes de nouveaux arrangements ( 1) n •
La dénonciation de ces accords n'inquiétait pas seul le représen-
tant de la France. Le manque de do ci l ité de ses nouveaux interlocuteurs
qui y ajoutaient une ferme volonté de gérer personnellement leurs propres
biens. sell'blait l' obstacle majeur sur lequel allait buter l' Administra-
teur de la colonie. -Le Baron ROGER ne cachait pas ses appréhensions
quand. dans sa lettre au commandant de Goree datée du 25 novembre 1825 •

il écrivit : "... il faudrait d'ailleurs employer la force et chasser
la population actuelle, aussi i l y aurait dans cette entreprise in justi-
ce et danger. Encore faudrait-il après tout cela se tenir dans un état
de défense peu favorable à des commencements de culture".
Cette lucidité qu'eut le Baron ROGER, dicta à la France sa poli-
tique dans cette colonie. Or. étant donné que la Métropole ne pouvait
savoir ce qui se passait outre-mer. que par les rapports et corresI-ondan-
ces officiels. il allait de soi que l'angle de vision de leur représentant
(1) - cf. A. SECK. op. cit . • p; 216
./ ·

...
"
.170.
devait constituer le plus souvent un facteur d!!terrninant. Le Baron ROGER
et ses successeurs, soucieux de tenter en tout premier lieu une coloni-
sation agricole sur la terre de Ndakaaru, prêchèrent la. mod!!ration pour
y parvenir. Autrement dit, ils re connurent tacitement l'ind!!pendance des
Iilbou vis-à-vis du Cayor d'abord, et ensuite à l' !!gard de la. France.
Quant aux motifs d'ordre !!conomique de la sécession, il convient
de rappeler qu'à l' e;poque de cette rupture, Dakar devenait de plus en
plus un centre commercial il!lportant, non seulement à cause de l'impor-
tance accrue du trafic des esclaves mais aussi en raison des droits que
les Français payaient sur les exportations des marchandises. Ces taxes
dont la moiti!! appartenait au D!lJllel. devaient, selon les Lébou, leur
revenir et leur assUrer lm mieux-être.
Cette ind!!pendance perrnit par ailleurs au che f de la presqu 1île
du Cap-Vert, Dial DIOP, de mettre fin aux pillages et aux brigandages
que les ceddo. circulant librement entre Daltar et la capitale du Cayor.
commettaient chez les Iilbou. Ces exactions étaient d'autant plus répré-
hensibles que ltle meurtre, le vol et le. fraude rr, selon M:Jnseigneur TRUFFET.
étaient presque incon.:'lues dans la presqu 1île du Cap-Vert (1). Or c' était
(1) - Lettre à l'Archevêque àu Diocèse de Chambéry. Da.1tar. le 30 novembre
1847 ..
Faure, Histoire de la l'resqu' ne du Cap Vert et des origines de
Dakar, Paris. Larose, 1914, pp. 92-93.
,1.

·171.
aussi pour lutter contre les causes de telles dégradations que les L~bou
avaient institu~ une théocratie indépendante du Cayor. Ils s'expliquaient
ainsi: :'Afin de maintenir la moralité et 10. discipline chez tous, il
fut décide que le gouvernement serait base sur les lois du Coran, lequel
est un véritable code (1) " •
Désormais, c'~tait le chef du nouvel Etat qUl bénéficiait de la
totalit~ des redevances, taxes et coutumes annuelles. Les Français de-
vaient lui verser entre autres un droit de péage dont le montant était
fixé à 1,50 franc par tête de boeuf (2). Ainsi, une prosperite, quoique
toute relative, fa.vorable à la vie culturelle et religieuse, etait nee.
Dans les domaines religieux et culturel, les Lebou virent leurs
voeux exaucés, puisqu'ils s'étaient dégagés de la tutelle de ceux qu'ils
considéraient comme des paiens. Au demeurant, leur situation ne semble
pas sans analogie avec celle des Toorobé sous l'empire des Déniyanko'bé au
Fouta Toro. De part et d'autre, les musulmans en arri v~rent à un point
où ils ne purent plus souffrir l'irréligiosité insolente des tenants du
pouvoir central.
Il est toutefois significatif de noter qu'au lendemain de cette
.
,
...
yers
J.ndependance, affillerent
Dakar de nombreux savants chassés du Cayor,
(1) - A-P, ANGRAND. Les Lébou (DAKAR), La Maison du Livre sid. p.56.
(2) - Bulletin administratif de Gorée, p. 12

.172.
comme nous l'avons signalé plus haut fi propos de l'Etat de Koki. Leur
présence j oua un rôle détermin ant pour le devenir religieux de ces Lébou
dont une bonne partie était demeuree jusque-l~ foncièrement fétichiste.
c'est ce qui explique d'aiJSurs que certains restent perpetuellement ti-
railles entre une foi monothéiste et des croyances animistes ( 1) •
3°) LA VIE RELIGIEUSE
cette rupture d'avec le Cayor permit donc aux gens de Dakar de
vivre intensément leur foi sans craindre une profanation ou une violation
du Texte sacré. de s' ecquitter librement de leurs obligations religieuses
et de se tourner davantage vers l'étude et l'enseignement du Coran et
l'Islam.
L'on doit fi Monseigneur Benoît TRUFFET. évêque de Callipolis. un
témoignage assez éloquent parce que rendant parfaitement compte du degre
de religiosité de s Lébou au lendemain de leur indépendance. D' une longue
lettre qu'il adresse., le 30 nOVID-ebre 1847. à l' Archevôque du Diocèse de
Chambéry d ' où il venait. nous donnerons quelQues extraits.
L'af'fluence des marabouts du Cayor vers Dakar où ils venaient
se réfugier, avait largement co~tribué au développement rapide de petites
écoles coraniques(2)comme l'a si remarluablement noté Monseigneur TRUFFET
en ces termes : !lEt depuis que la presqu'île du Cap Vert a formé un royau-
( 1) - Cf. infra. l'action de Limâmou Laye, :p.
(2) - Paul MARTY en a recen,é5en 1912, •.•... dont celle que dirigeait, Sou-
leymane MBAYE. le
père de l'auteur de ces lignes!fMARTY. op. cit.
t.
p.
.f.

·173.
me théocratique et indépendant qui a pour
capitale NdektarU où je
réside actuellement, c'est la République ou le Royaume des marabouts,
le roi et tous les chefs sont marabouts, tous les pères de famille in-
fluents sont marabouts. Ils passent la moitié de leur vie à lire l'Alco-
ran, à en réciter les prières, à en faire les cérémonies ... (1).
Par ailleurs, ce fut la ferveur religieuse des Lébou, fidèles
il l'orthodoxie, qui provoqua la déposition du se cond serin de Dakar.
Celui-ci, accusé de ne pas suivre la loi, rut chassé par Elimane DIOL,
son cousin. Il se réfugia au village de Yofi d'où. menacé de mort pour
son acte, i l partit pour Rufisque. lieu de décès en 1830. Relatant l' évé-
nement, Monseigneur TRUFFET notait: "En 1830, le roi Massar DIOP (2)
essaya d'ajouter il l'Alcoran quelques rêveries qu'on traita de changement:
il fut déposé et la guerre ci vile éclata. Les partisans du roi déchu
succombèrent sous les efforts du roi actuel Elimane (3) Il •
Un autre serin rut également déposé plus tard. Il sr agissait de
Thiemo DIOP, auquel les Lébou reprochaient d' avoir commis la. même faute
(1) - Lettre du 30 novembre 1847. FAURE op. cit.
(2) - Il s'agit de Matâr DIOP (1815-1830) fils de Dial DIOP (1795-1815),
fondateur de la république théocratique lébou en 1795. Il avait
succédé à son père comme second serin de Dakar.
(3) - A.P. ANGRAND,op. cit. p. 78.
./ .

PTd.,
- ,', ~

C"i>'i>:Tt'e. lm!,!.
f6itd ,g H:rl
. '.
'b #
1
.174.
que Ivratar DIOP.
Ces accusa.tions d'hérésie témoignent de façon assez éloquen-œ de
la vigueur de l'Islam dans le Cap Vert et à Dakar, et aussi que le Coran
y était étudié et bien connu, de même que l'arabe.
Il existe une autre version selon laquelle la dEposition de serin
Ndakearu Mato.!' DIOP aurait été le résulta.t des manoeuvres des autorités
coloniales. Comme elles 'VOyaient leurs intérêts menacés de jour en jour
par le règne de ce chef, elles cherchaient la moindre occasion pour pro-
voquer sa chute.
Or, en 1830, un marabout fugitif du nom de Ndiaga Issa Dièye DIOP,
originaire de Koki, recherché par ces mêmes autorités pour avoir pris
une part active à la guerre sainte proclamée au VÎalo pallHJéme THIAM,
Ndaka.aru
lui aussi originaire du Ndi âmb our • arriva à
1
et demanda asile au
chef de l' 'Etat.
Au su de la nouvelle, les auto ri tés française alors éteblies à
Gorée. redoutaient tant le vaillent marabout qu'elles dépêchèrent un
émissaire auprès du sexigne-président de la république du Cap Vert, pour
le sommer d'extrader ou d'expulser son hôte. En réponse, ce dernier cons-
cient de ses rel!:i>onsabili té~, répliqua comme suit: "Je ne peux ni chasser
ni livrer
un malheureux qui vient se mettre sous la protection de mon
pays; car cela est inhJlllain et a.:mtraire aux préceptes de notre religion (,) Il.
(1) - A.P. ANGRAND, op. cit. p. 78.
1

.1'(5.
Cette attitude du chef de l'Etat vexa le commandant de Gorée et
par delà lui le gouverneur du Sénégal et les aurait détermine; il provo-
quer sa déchéance. Ils se seraient immiscé dans les affaires politiques
de l'Etat et auraient fait élire Elimaoe DIOL (1830-1852)qui semblait
leur être favorable (1).
Selon la version officielle réservée dans les documents d'archi-
ves. ces autorités abandonnèrent l'affaire pour d'autres raisons. Ainsi
dans la mémoire inédit de Monsérat (2), on relève le passage suivent :
"YAGAYSSA { i l s'agit de Ndiaga Issa_i qui avait soulevé le peuple et
était le seul moteur de cette affaire, échappa à toutes les poursuites;
il alla se mettre sous la protection du chef de la république de Dakar
près de l'île de Gorée.
"Monsieur le gouverneur du Sénégal le fit réclamer à ce chef par
Monsieur le commandant particulier de Gorée. le chef de la république de
Dakar, se refUsa formellement de le livrer aux français. Des raisons po-
litiques et commerciales engagèrent Monsieur le gouverneur BROU, d'aben-
donner cette affaire, qui d'alleurs n'eût pu faire arrêter le marabout
YAGAYSSA. qui jouissait d'une trop grande influence sur ces peuplades
de mahometants (3) Il •
(1) - cf. C.A. DIOP, op; cit, pp. 56,57.
(2) - Mémoire inédit de lv"JOnsérat sur l'Histoire du Nord du Sénégal de 1819
à 1839,publié et commenté par Boubacar BARRY. Bull.B. IFAN,no1,1970.
(3) - A.P.ANGRAND,op. cit. p. 78.
./.

· h *'
.176.
Ce qui laisserait supposer l'intervention plus ou moins directe
des autorités coloniales dacs cette affaire, c'est principalement l'élec-
tion d'un chef qui portait un a.utre nom de famille que Diop. Or. comme
1 'histoire en a témoigné, ce fut l'unique cas pendant une centaine d' a,n-
nées au cours desquelles près d'Ulle di:z.aine de serin se sont succédé sur
le trône.
De toute Ill'Uliere, après 1857, année au cours de laquelle la
France occupa défini ti vement la presqu' île du Cap Vert, la désignation
du seriii était presque laissée entièrement à la discrétion du gouverne-
ment colonial.
Parmi les exemples qui illustrent combien les chefs de Nddtaa.ru .
prirent conscience de leurs responsabilités d'hommes bâtisseurs d'Etat,
or. peut mentionner celui du traité passé entre eux et la Fracce au sujet
des naufrages dans les environs du Cap Vert.
Le
traité comportait 9 points dont l'avant-dernier stipulait
que désormais les nouveaux chefs de Ndakaaru
seraient responsables de
tous les vols opérés par les indigènes sur les bâtiments qui échoueraient
sur la côte, not8Jlllllent dans la baie de Yoff. Un traité similaire avait
/
déjà ét€.i;t
signé par le Damel au sujet des navires qui naufrageraient
depuis Gandible jusqu'à Dakar. Les Lébou, alors même qu'ils allaient
tirer beaucoup d' a.vantages de cet accord puisqu' il leur faisait concession

.177 .
de la moitié de la cargaison des navires échoues et abandonnés, refusè-
rent de signer ledit accord à moins que les autorités coloniales n'acceptas-
lent dl amender l'article 8 ou de décidEr
son annulation pure et simple.
Signalons surtout ici que les signataires de cet accord, parmi
d'autres, étaient trois du côté lébou, c'est-à-dire en plus du chef de
l'Etat, l'Imâm et le Cadi(~).Vraisemblable!llent.ce qui multipliait davanta-
ge les difficultés que les autorités coloniales rencontraient au cours
des négociations, provenait essentiellement, au contraire du Cayor où le
Damel décidait seul selon sa propre volonte, de ce que , dans le nouvel
Etat. cette décision exigeait un concensus et d.evait rester conforme à
la loi coranique. Car il ne faut pas perdre de vue cette volonté dl ins-
taurer un Etat théocratique, laquelle explique bien souvent le durcisse-
ment des Lébou dans leurs rapports avec les autorités c~orienne6 ou
françaises.
-Certains qualifièrent cet Etat de républicain à cause de quelques
innovations caractéristiques qu'on y trouvait, mais ils négligeaient
(1) - Oe sont les mêmes personnages qu'on trouvait partout dans l'ancienne
sénégambie musulmane, investis des fonctions religieuses. Cf. infra,
p. 240 et 244.
(2) - Op. cit. ,p. 56.
.J.

·n8.
république1à où " le seul code en vigueur est le Coran (,). poursuit
l'auteur de ';Nations N~gre6 et Culture" qui. par ailleurs. note : "On
concevrait mal, en effet. une république où la même famille r~gne de
père cn fils, depuis son origine jusqu'à nos jours lt. c'est-à-dire où
le pouvoir est héréditaire.
Par aiIeurs,cette appellation montre ce qu'il y a de hâtif dans
les conclusions de ces auteurs pour ne pas dire de superficiel. Cet Etat
bâti par les Lébou était donc uœ théocratie dynastique ou n une monarchie
théocratique" où les pouvoirs spirituel ct temporel étaient réunis entre
les mains du seul chef de l'Etat appelé Serin (serigne) ou Ilimân défor-
mé de l'ara.be al-Imâm, le guide avec un contenu plutôt spirituel.
40 ) L ' ELECTION DU SERIGNE
La prestation de serment devait avoir lieu au cours de la cérémo-
nie d'intronisation, organisée après les élections. Ces dernières se dé-
roulaient de la façon sui vante
Après la mort ou la destitution d'un Serin (serigne), chaque chef
( ,) - La loi coranique est une émanation divine qui tram:ende nécessaire-
ment la volonté des hommes. Or, une république est une chose publi-
/lue. Il est toutefois une accep1lion
plus générale telle que celle
donnée par J.J. ROUSSEAU tl.ans le Q::mtrat social : "JI appelle donc
république tout Etat régi par des lois". lequel précise : "... tout gou-
vernement guidé par la volonté générale. qui est la loi ..• alors
la. monarchie elle-même est république". (Le Robert) .
./ .

nt.
WeFHE'-
.179.
de famille se devait de réunir les siens et de recueillir leurs avis. Une
fois faite cette consultation, les chefs se réunissaient pour ~lire le
chef de l'Etat.Après l'élection, on' prévenait ce dernier du jour fixé pour
la céréronie d'investiture. Elle avait lieu généralement aux limites du
village résidentiel, à
l'endroit où l'on célebrait les prières des deux
Fêtes de la Rupture et du Sacrifice. precisement sur des dunes qui servaient
elors de lieu de prières à l'occasion des grands événements. Ces dunes
étaient situees approximativement à l'emplacement compris aujourd'hui entre
les rues Walmy et Tolbiac et allant de la rue Grasland jusqu'à l'Avenue
Faidherbe (1).
Il faut noter que pour s'y rendre. les personnes habilitées à
remplir cet office emportaient avec elles un pagne blanc. un Coran, du mil.
du niébé et du poisson. Inutile de commenter l'emploi de ces aliments. On
trouve ce symbolisme un peu partout en Afrique. même dans l'Egypte ancienne,
avec seulement un choix différent de graines selon l'alimentation de base.
Si la presence de ces produits de la terre et de la mer dans cette cérémonie
mérite d'être soulignee. c'est qu'elle prouve que le paganisme demeurait
même dans le sacré. Du reste. c'est une tradition qui persiste encore de nos 6.' LL'-\\
Lorsque les participants étaient arrivés
sur les lieux et avaient
termine leurs préparatifs. il leur restait l'acte solennel. Ils plaçaient le
pagne blanc sur la tête du Serin puis posaient le Coran au-dessus et
(1) - Ces précisions nous ont été fournies/le 12 février 1976, par M. El H.
Ismaila GUEYE. Ndèye Jaambur de Ndakaaru qui supervise la phase finale
de la ceremonie d'investiture. laquelle se déroule chez lui. Nous lui
exprimcas ici toute not~e gratitude pour sa disponibilité.
son ob-
jectivité et la clarté de son exposé.
.J.

.180.
disaient : "Après Dieu et le Prophète, c'est.... le Seriii le premiertl •
Ils prêtaient ainsi serment de fidélité.
A son tour, le Serin prenait, après serment, l'engagement de se
conformer en toutes choses à la :Wi coranique.
Voilà comment se d€roulai t la première phase de la céremonie
d'investiture, celle à laquelle tout le monde etait associé.
Tous T::."enaient le cher:rin du retour revenant avec l'élu, la tête
toujours couverte par le pagne blanc que les chefs continuaient à tenir.
Le Serin était conduit dans une maison ou devait se dérouler la seconde
phase de l'investiture, celle qu'on pouvait quali fier de traditionnelle.
L'élu y passait trois jours entiers au cours desquels a.vaient lieu quel-
ques cérémonies païennes auxquelles seuls les electeurs pouvaient assister.
Au terme de cette brève retraite, la population revenait chercher
l'élu pour l'accompagner chez lui. Cette sorte de défilé populaire mar-
quait le commencement de la phase finale de l'événement. L'allégresse
s ' installait partout, car le Serin' devait nourrir toute la population
pendant 8 jours. On ferait face à la vie réelle.
Plus tard, le temps vint séparer les pouvoirs du serin. Alors
il revint au grand Imâm, directeur du culte, qui par consequent, parta-
.f.

·181.
geait avec le serif'i le pouvoir spirituel, la charge de conformer ce der-
nier à la loi du Coran. Lorsque le futur serin
avai t prêté serment
de fidélité a.ux lois du Livre Sacré: ce n'était plus le peuple qui prê-
tait serment de fidélité au Serin... , la cérémonie d'intronisation pro-
prement !lite cOl!lIllençait par les paroles sacrementclles que l'Imâm pronon-
çait avant d'apposer le Coran sur la tête de l'élu. Le serigne devenait
ainsi le chef suprême de l'Etat placé en totalité sous sa juridiction.
Il conservait
ce titre aussi longtemps qu'il respectait son engagement.
"
.,.
Une fois elu, le ser~n
aidé par une puissance matérielle et
morale relativement considérable. s' employa.it dans la mesure de toute sa
disponibilité. à assurer à son peuple la sécurité et le mieux-être. Tout
manquecent de sa part apparaissait comme une infraction aux lois coraniques.
Mais peu à peu, cette institution perdit de sa valeur sans que
le temps réuSsît à la détruire. C'est ainsi qu'eut lieu récemment en 1970,
l'intronisation de l'actuel l'Grand Serigne". Une connaissance approfon-
die de la religion islamique ayant c~:::sé d'être une condition sine qua
non pour être nommé Seri r:;
, il ni est pas besoin de s' étendre davantage
pour dire que cette charge a perdu dG sa valeur religieuse, Cela signi-
fie-t-il que cette république cessa d' exister a.u lendemain de l' occupa-
tion effective de Dekar par les Français. le 25 mai 1875? Nous laissons
aux autres le soin d'apprécier ceci à la lumière des faits .
./ .

, ' !'j ,~'.'J
!r-tll > !.
'el ;.:..,
1
f
'M' ""YCP'V W'b
.182.
!ks auteurs semblent perèlre de vue, il importe de mettre ceci
en exergue, l'acquit principal de la rupture d'avec le Cayor : l'intérêt
des Lébou envers l'épanouissement de l ' Isle.m qui trouva chez eux un
terrein très favorable.
Ceci provoqua, entre autres conséquences, l'immigration des Tou-
coulews, notamment, qui, dès leur arrivée, se trouvèrent intégrés dans
la société lébou. Nombre d'entre eux, &ccéd~rent même, comme les immi-
grants venus plus tôt du Cayor, à des rangs privilégiés. Ceci rut à la
base du nombre SBIlS Gesse grandissant des écoles coraniques et des ora-
toires.
Cependant la' nouvelle foi
n' évinça pa.s im:nediatement le féti-
chisme des Lêbou, même s'il s'était toujours limité à dcs pratiques fort
réduites, en comparaison des Sérere
ou des Mandine,_

.183.
CHAPITREVl
-=-=-=-
LES GUERRES SAINTES
Parler des formes d'islamisation et de la diffusion de la foi
islarùque au S~négal sans ~entionner les guerres dites saintes, serait
commettre une erreur de perspective. Malick SY, souleymane BAL, Almamy
Abdoul, El Hadj i Omar, Maba. Diakhou, Iloit au Boundou, au Fouta-Toro, au
Macina, au Saloum, au Jolo1', au Cayor et il Bakel, des pr~dicateurs aides
de leurs armees ont parcouru le pays en tout sens en vue de répandre et
de consolider la foi islamique.
Notre propos ici, n'est cependant pas de faire un expos~ sur
le caractère evenementiel de ces guerres ; nous tenterons seulement de sus-
citer Quelquesreflexions sur les motifs probables de ces guerres ainsi que
sur les repercussions qu'on pourrait inscrire, soit à leur actif, soit à
leur pas si f •
t.--
L; jihâd est l'une des questions th~oloeiques qui ont auscité
depuis toujours de nombreuses controverses entre théologiens, légistes et
exégètes. Quel est son statut dans l'Islam: obligation individuelle ou
comnunaUaire? Les avis sont partages.
.f.

.184.
En vérité, on peut considérer que les sourates révélées au
Proph~te durant la période dite mecquoise ,ordonnent la patience, la
résienation et la tolérance, et qu'à Médine. quond la jeune communauté
musulmane disposa d'une armée assez nombreuse, la révélation prit aussi-
tôt un autre caractère. Il apparut que désorDais le mal provenant des in-
fidèles devllÏ t être rendu en mal, pour ainsi dire.
~
,...
. . .
1
Et pendant que les Khar~J~te! vont jusqu'à faire ~ ~jihaa
,
un sixième pilier de l'Islam, les Shiite considèrent qu'il n'est pas légi-
time d'utiliser de tels procédés durent la période dite de clandestinité,
laquelle s'achèvera è la fin des temps avec l'apparition de l'Imam caché:
le Mahdi attendu.
Entre ces deux extrêmes, se trouvent les partisans de la ten-
dance ln plus représentative, celle du sunnisme intégral. Il s'agit de
ceux qui se réclament de l'une des quatre écoles' juridiques : le Hanafisme.
le Malékisme, le ShâfiCtame et la Hanbalisme.
Encore faut-il rappeler l'existence au sein même de cette ten-
dance, et cela va de soi, de différences de points de vue notoires, dues
au fait qu'en dehors même des oppoStions apparentes entre versets mecquois
et médinois, lesquelles oppositions traduisent plutôt une évolution, d'au-
tres oppoStions semblent exister au sein même des sourates de la seconde
périOde.
J.

.185
En effet, pendant Qu'il est dit (1) :
"Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au Jour dernier,
Qui n'interdisent ras ce que Dieu et Son messa~er ont interdit,
et ceux des r,ens du Livre qui ne se donnent pas comme religion
la religion de la vérité jusqu'à ce Qu'ils versent la capita-
tion sur le revenu des mc..ins ; et qu'ils se fassent petits",
et plus loin dans la même sourate (2) :
"0 Prophète, lutte contre les mécréants et les hypocrites, et
sois rude pour eux, cependal'lt que la Géhenne est leur refuge.
Et quel mauvais devenir" 1
et ailleurs (3) :
"On vous a. pres crit le combat. Il vous est cependant d€sagréa-
ble ... "
dens cette dernière sourate il est hautement proclamé (4):
"Pas de contraite en religion. Car le bon chemin se distingue
de l t errance .•. "
Or, si les versets relatifs s l'utilisation de la contrainte,
IJOur répandre l'Islam sont
aussi nom~reux qu'explicites, il est tout
autant vrai qu 1 ils sont révél· s dans un contexte très precis qu 1 il ne faut
II
jamais perdre de vue. De surC:Toît, le verset'. de la scurate la un caractère
(1) - Cf. Harnidullah, le Saint Cora~)IX, 29 pp. 244, 245.
(2) - ibid, IX p. 253
(3) - ibid, II, 215 p. 42.
(4) - ibid, II, 256, p. 53.
.1.

_ ..-""..----W1- .,.., "", - --'* ' , -~-_
!
'
, .
.186.
~n6ral que n'ont pas les autres versets contextuels.Dès lors, ~riger
le recours à la contrainte, ou la guerre sainte, en un point du dogme
peut paraître excessif.
Dans le contexte africain, precisément au dix neuvième si~cle,
cette question e pris des proportions telles Que nous jup.eons nécessaire
de lui consacrer un chapitre.
2°) Les clauses d'une guerre sainte
Pour être qualifiée de sainte, une guerre ne doit pas être
livrée avant que les conditions suivantes ne soient remplies
a) d'abord, i l faut inviter l' ennem fi se convertir. Au ces où
il s'obstine dans son erreur,
b) on le somme de peyer une capitation. S'il se récuse,
c) c'est l' ultimatum avec la déclaration de guerre ouverte.
doit
Toujours est-il Qu'on/être sûr que la déclaration de guerre est
parvenue à destination avant d'accomplir un quelconQue acte.belliqueux. On
commet une faute grave, si l'on ne respecte pas ces normes.
Nous estimons que c'est dans ce cadre que s'inscrivirent les
guerres de Souleymane ~L, celles qui l'opposèrent aux Déniyanké et au Brak
./ .

l"il
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -....~H
'1~' r
~SK~~~~J'"
p "til·nO:.Îi.H:. . . . .
...;. . . - _ . .
. . - - - - - . .. . . ,
'11'
Mf'Pl4'ii'iA •
. '87.
du w'àlc. Quant à celles qu'il livra ~ux Brakna d'une part, et au Damel
du Cayor, de l'autre, elles ne sauraient en aucun cas recevoir le quclifi-
hL
catif de "saintes". Car. en vérité, il/s'agissait pas de combats entre
musulmens et infidèles. Ce qui ne signifie pes que ces euerres n'étaient
pas tout de I!'Zoe légitimes.
Souvent, une guerre dite sainte n'est en réalité qu'un regle-
ment de compte entreàeux chefs hostiles, l'un à l'autre, les deux, musul-
mans ou l'un d'entre eux seulement. Mais c'est fréque~ent l'ingérence
d'une eut re force qui enveni!:le les choses. Tel fut le cas de guerres entre
Bâkar Doumbouya. et Alpha Molo (1) qui prendront une tOWlltU"(
plus meu.--
trière encore avec leurs fils et successeurs : Fôdé Kaba et Moussa Molo.
En effet, après analyse il s'avère que ces guerres 'lu 'on dit
saintes et qui eurent lieu en Afrique occidentale au cours du dix-neuvième
sièèle, n'avaient pas toutes les mêmes F~tivations et partent les mêmes
finalités. Dès lors, s'impose un essai de classement permettant de les
r6pertorier suivant leur caractère, dans des rubriques distinctes.
De fait l'opération paraît simple. Elle comporte cependant quel-
ques difficultés. Car, une guerre d'El Had,ii Omar, par exemple, peut pré-
(,) - Deux antagonistes œ.nding et Firdou. Voir Casemance, pp. , 16 et sui v.
'/'

• , B8.
scntcr plusieurs caractères. Au début, le ~~Jâhid fait la guerre aux
païens qu'il entend soumettre à sa religion. Puis intervle~t~e autre
force musulmane en faveur de ses protégés paiens qui lanc~ toutes ses
forces pour les sauver et se substitue progressivement à eux dans le con-
flit. Finalement, se trouvent face à face, deux armées musulmanes dont
chacun considère l'autre comme infidèle. Parfois, dans ce différend entre
musulmans. une force non musulmane s'ingère pour protéger l'un des partis.
Le conflit prend d'autres dimensions. Ce fut le cas d~s Fre.."lçais avec El
Hadj i ÛIllB.r.
Vu cette complexité, nous nous bornerons à axer notre analyse
sur les Peul et les Mandingue, tous les mujâkid, excepté Mamadou Lamine,
furent des Toucouleur. Musulmans de la premère heure, les Toucouleur, au
tempérament guerrier, s'assignaient la tâche de convertir les autres à
l'Isla'Il ou de les reconvertir chaque fois que leur foi leur apparaissait
plus ou moins attiédie, quand bien même ils se trouvaient placés ~us la
juridiction d'un
autre souverain.
'1r
Cependant la prolixit6 de ces guerres tenait ~ plusieurs fac-
teurs
social, politique et religieux notamment.
En effet, la hiérarchisation de nos sociétés. renforcée par
le récime des castes qui est demeuré un défi à l 'ép:alitarne islamique •
.f.

.189.
constituait un frein au développement de l'enseignement du Coran. L'ordre
établi ne favorisant que l'aristocr~tie, les tenants du pouvoir savaient
qu'avec la diffusion de la loi coraniqu~, une telle institution était
appelée à disparaître.
De leur côté, les gens des castes serviles a1nS1 que les pay-
Sans, las des vexations dont iB étaient l'objet, sc résolvaient à enpager
une lutte armée dès 'lU' ils avaient trouve un élément ca"[lablc de cannliser
toutes leurs forces en vue de les libérer du jous de leurs "rnc.îtres". Or,
, ils estimèrent que cet ~16I:lent catalyseur, l'Islam le leur offrait, d'où
les conversions massives mais parfois superficielles parce que dues seule-
~ent aux besoins de la cause.
Ainsi, le roturier qui embrassait l'Islam avait la conscience
de devoir être au moins tra.ité avec les mêmes €r;ards
que l' aristocratflil'.
sinon plus. Dès lors, la diffusion 0'une telle doctrine, constituait,
aux yeux des tenants de l' autorité quand bien même qu'ils fussent ade!ltes
de la mêl".e foi, une menaae:_contre leur pouvoir. D'où leur l'.ttitude malveil-
lante à l'égard des propagateurs d'une telle idéolQgie qu'ils ne réussis-
saient pas 2i se ~ concilier.
3°) Quelques cas particuliers
Au S3né~al les guerres qui ~rirent un caractère religieux sont
nombreuses. Elles peuvent se diviser en plusieurs catégories suivant. les
'/'

.190.
\\\\\\
m:>tifs. a:/utre celle qui opposa les musulmans aux ceddo du Cayor au XVIIe
\\
siècle (1) ct celle déclenchée per les Toucouleur pour secouer le joug
des Déniankobé d'une rart et se dégap,cr de l'empire des Maures d'autre
part (2), l'une des plus anciennes serait celle des marabouts ~ Koki con-
tre le pouvoir traditionnel du Cayor (3).
Vers ln. fin du XVIIIe siècle les musulmans du Sénée;al avaient
de la communaute musulmane une conception assez différente de celle qu'en
auront bien plus tard les générations à venir quand l'établissement des
Français et ln diffusion des confréries musulmanes deviendront une réalité.
D'un bout à l'autre du r8Ys les llIusulmBns, aux prises avec l' ;;tranger
maure ou français ou avec les non-musulmans, demandaient et obtenaient
l'assistance inconditionnelle de leurs coreligionnaires vivant sous l~
juridiction d'autres chefs.
El Hadji Omar TALL. quoique plus llK)dere, eut ér:alement recours
de
au même procédé avec la. différence que c'était pour luils e défendre, l'ar-
me classique des colonisateurs français ayant éte, chaque fois que leur
politique était nise en question, de jeter le discrédit sur la personne
qui leur causait de tels embarras (4).
(1) - Cf. »lus bas· ce CJ.U 'on a baptise de ('Ucrre des marabouts contre les
paiens et qui en réalité n'était qu'un coup de force, p . .:;,
(2) - Voir l'Etat théocratique du Foute-Toro, p. 149
(3) - Voir l'Etat théocratique du Ndiambour, p. 132
(4) - Voir ci-contre l'une des circulaires uülisees à cette fin •
.1.

.191.
A titre d'illustration nous reproduisons ici ~eux vers en arabe
que le colonisnteur avait fait composer pour atteindre El Hadji Omar dans
son honneur. Des érrJssaires séneealeis dont Bou e1-~Dr.dad ( 1826-1880),
jouissant alors de beaucoup d ',aud±ence aU:;Jrès des populations du Fouta
Toro notamment,etaient charces de cette operation.
"El Hadji n accoll'P1i le pe1erin!ll1'c à Ln Mecque pour obtenir
une di cmité, des fer.lllles et de lEI. fortune.
Il a chanp,e la tradition que le Prophète avait etab1ie
En alléguant qu'il fait une euerre sainte" (1)
Et vrAisemblablement c ' était leur efficacité qui accula El Ha-
dji Omar li parler de guerre sainte, sous peine èe perdre la Cause.
Ainsi dans une lon~e lettre (2) qu'il adressa aux habitants
è.e Saint-Louis, lesquels semblaient êtreaciluis li la cause française, i l
di t not=ent :
( 1) Voici les vers en arabe
(2) - Ci-contre le texte intégral.
de cette lettre conservee aux Archives
du Sénégal.
./ ·

·192.
Des documents ecrits conserves jusqu'ici nous renseignent
assez bien sur les méthodes de sensibilisation utilisées par les marabouts
qui entreprenaient une guerre sainte. Les populations ~uxquelles ils
s' adressaienta:ysnt meni festé à plus d'une fois leur profond attachement
à l'Islao, la meilleure manière de les mobiliser etait de leur montrer
que l'Islam était en péril. En verite, ils luttaient non pas tant pour
avoir une liberté de pratiquer la religion à laquelle ils avaient adhéré
que de vouloir imposer leur conviction religieuse aux autres. Dès lors,
si l'on se plaçait à un point de vue stricteoent islamique, il serait
difficile, voire impossible, d'admettre de telles allegations.
Dans une lettre adressée à l' ~Uma.rny Abdel Kader du Fouta (1778-
1806) en 1797 ~ar le Serigne de Koki. Amadou Fâ-Khoudia (1). celui-ci
utilisa le terme jihâd qui allait donner aux hostilites un caractère à cent
pour cent relicieux. Cependant on pouvait noter que l'auteur de la lèttre
semblait oublier que si la religion etait elle~ême menacée. il n'avait
pas à dire à l'Almarny dont il implorait le recours:
t'Répondez a notre appel car notre Dère fut ton maître".
Parfois des difficultés causees par ses prorres coreligionnaires
amenaient des chefs musulmans à recourir à l'utilisation qu'on pourrait
(1) - Cf. L'Etat théocratique de Kaki. supra. p.132.
./ .

.. +-
.. _ , . _ , . , _..~ .. ~. ',.' " ..... ,n.'.':'''''·
't'
t
,1
l M
. 193.
qualifier d 1abusive du terme jihâd. Et si El Hadji Omar en combattant les
Peul du Macina d'Ahmadou
Ahmadou se retrancha ~ nouveau derrière le rem-
part de cette expression, et si Maba Dia.lthou dont les intentions étaient
de bâtir une théocro.tie dont les ::.imites géographiques s'étendraient du
Fouta au Nord jusqu 1 en Cas BEance au Sud, si tous les deux firent de vGri-
tables guerres saintes en un moment donné ::le leur vie, i l serait absurde
de donner un tel qualificatif aux guerres d'Alpha ~~lo, de Moussa Melo ou
de Fode Kaba.
'f
Ainsi apparaît-il que les I!lOuvements dits guerres saintes sont
de deux sortes :
- De véritables puerres saintes où les conditions sont scrupu-
leusement respectées.
- De simples luttes armées qui n'ont de guerre sante que le
nom.
Les guerres d'El Hadji O~-ar et celles de Maba Diakhou sont celles
qui peuvent illustrer la première catégorie. Cependant coa~e les guerres
d'El lIa.dji Omar ont eu pour théâtre des régions pour la plupart hors du
Sénégal, nous nous étendrons -davantage sur celles de Maba .
.;.

....... 3_ .~.z. Q..
'M'i
.194.
4°) LES GUERRES D'EL HADJI Ot-'lAR
Investi en Orient de la noble ~ss~on d'être le colife de
Cheikh Ahmed Tijâni en Afrique noire, El Hadji Omar se sentit d~sormais"le
devoir de reculer les barrières du fétichi3me. Pour retourner dans son
pays, il accomplit un lon~ voyage et séjourna sept ans à Sokoto, au Nif':é-
ria, 0':1 il repondit le wird qu'il dEtenait. Il entreprit peu après une
campagne contre la Qâœriya qui, selon lui, se montrait excessivement tolé-
rante il. l'égard de l' animisoe.
En verité sa ci.ssion fut double: répo.ndre le wir(l. de l'ordre
et diffuser davanta~e l'Islam. El Hadji sillonna tout le pays. En 1847,
i l fut l'objet de vives ovations il. Saint-L::lUis oil la population musulmane
lui réserva un accueil trioI!1phal. Il rassura CAILLE, alors Gouverneur par
intelim en lui faisant part de sa volonté de rétablir la paix et la sécuri-
té au profit des commerçants et des voyageurs et d'aider à la compréhension
mutuelle entre les races et ethnies.
Ce p~riple le conduisit au Fouta-Toro oil il rendit visite à
l'AlI!lamy Mahmodou a Mboumb, la. capitale., Le même ann~e, en 1847, suivi de
nombreux te.libés, i l se rendit à Bokel puis au Boundou. En 1848, il se serait
rendu au Saloum et. y aurait rencontré Maba Diakhou qui déjà devenait célèbre •
.f.

....
.195
El Hadji Omar se fixa à Dinmlir5ye, au Fouta Djallon, dans urIe
forteresse qu'il construisit. Le roi de T~~ba, inquiet, l'attaqua. Le con-
quérant cssièpeale royaume pend~~t six mois et le pilla. Vers 1850, il d6-
ci~a de mener une opération militaire extérieure. Il se dirigea vers Gadia-
ra, attaqua. Mclthana, situé entre Médine et Bakel. Puis i l charr:ea Alpha
Oumar BAYLA de piller Médine et Bakel, deux villes où les intGrêts du
COII'.merce françois étaient très importants. Sur la même lancée il s'empara
du Kaarta et du Bambouk ainsi que d'autres petits Etats avant d'aller s' é-
tablir à Nioro~ sa capitale où il devait soutenir un& lutte aeharnée contre
les Massassi.
De là El Hadji Omar eut l'idée d'attaquer l'Etat b~bara de
Séeou. En traversant le Khasso, il livra un combat à Sa.:nballa, li allié des
Français du Khasso, lequel se réfugia dans le fort de Médine.
Face ~ cette serie de victoires r~litaires qui eurent pour con-
sequences immédiates des conversions massives, les colonisateurs redoutant
la recrudescence des forces militaires du conquerant pensèrent à désorgani-
ser son arœe. De nombreux moyens furent utilises pour y parvenir :
- Garantir aux chefs toucouleur une protection qui leur permet-
trait de ne pa.s se faire enrôler de force.
- Assurer leur soutien aux non-musulmans pour leur permettre
de conserver leurs croyances et leur prestip,e.
.f.

.... ._-_....
Il
;
(
-~ .[..~,.. , "
'-·1'.";.1·"_"
.,
.196.
- Faire entrevoir aux ~ens aises les pers~ectives heureuses de
l'établissement colonial.
- Jeter le discrédit sur lui par le moyen de circulaires (1).
El Hadji Omar devint, en 1857, le maître incontesté de tout
le b~~sin du Bafin~, du Khasso et du Kaarta. Mais (comme par miracle) ses
forces durent s'incliner devant lec canons français qui, en cette même
année, l' oblip.:èrent li abandonner Médine. Il était parvenu li mettre le
siè~e devant le fort de cette ville, co~dé alors par Paul Holle. Fai-
dherbe intervint et leva le siège, obli~eant ainsi El Hadji Omar à s'ins-
taller à Guémou dont s'empara le colonisateur en 1859, la résistance farou-
che des soldats d'El Hadji étant vaine devant la supériorité de l'armement
adverse.
L'objectif qu'El Hadji Omar cherchait à atteindre n'était pas
simplement la conversion des populations. Il visait éGalement as' assurer
le controle de la rép,ion aurifère du Bambouk afin de pouvoir entretenir
une armée de métier qu'il constitua. Se considerant comme maître de ces
contrées, il s'arrofea le droit de percevoir des taxes, de lever des im-
pôts sur toutes les march~ldises qui transitaient sur cette terre. Le co-
lonisateur lui-même n'était pas exempt du paiement de ces droits.
(1) - Le texte ci-contre est l'une de ces circulaires. Voir en annexe la
traduction françaiaetirée du Moniteur.
.f.

,.
t'
.191.
Dès lors, sa présence dans ce pays pouvait se révéler gênante
pour les Français, d'autant plus que les chefs locaux se contentaient
encore de quelques modestes SOI!lOes d'e.rgent pour se porter r,o.rants du dé-
roulement normal du commerce colonial.
Ainsi 8pr~s le désastre de Guémou, en 1859, Faidherbe réussit
à faire sip;oer il El Hadji Omar, l'année suivante, un traité par lequel
ce dernier prit l'enrap;ement <le renoncer à jamais il la conquête du Séné col.
La défaite qu'El Hadji Omar avait inflip:~ au 1-1a.cina lui permit
de pénétrer dans le Semu, pays peuplé de Bambara essentielleoent anil!lÏ.stes.
De nouvelles perspectives s'ouvrirent et, d~sormais, il se tourna vers
l'Est en compensation de l'Ouest auquel il avait renonc~.
La tentative était ardue, car il se heurta à la résistance
obstinéoent farouche de l'armée musulma.'1e du Macina.
El Hadji Omar y entre en vainqueur, le 10 mars 1861, Ali Mazon
DIARRA, le roi du Sép;ou luioyant livré trois combats avant de s'enfuir.
Ahmadou, fils d'El Hadji Omar
y fut installé comme f\\ouverneur et obli~ea
Ba Labbo, le commandant de l'armée du Macina, à se retirer •
./'

1Pt't1t1fri'D8"ersMdYiiPw1ïhW\\'WmUriY"f' IbN
."1\\
'h'!
1
t
H .. "
T
""Z

i
t t Hri $;
M I p / !;!
i
'
.198.
Depuis cette date, Pbmadou CISSE, le roi du Macina ressentit
de plus en plus la présence toucouleur dans le Sépou comme un danger
pe~étuel pour son royaume. Il dut lui opposer une force militaire mais
l'armée toucouleur eut raison de la sienne. HamdEülah (1), sa capitale,
fut occupée en juin 1862.
Ce n'est pes le colonisateur qui s'in~ère mais une autre force
locale. Tel tut précisément le ces de l'opposition entre El Hadji Omar
et les Bambara du Kaarta et du Ségou, de même 'lue les Peul du Macina.
Le célebre conquérant voulant convertir r. l'Islam tous les pays,
entreprit des expéditions militaires victorieuses qui le conduisirent en
pays bambara. Les Bambara encore paiens, quoiqu'alliés au roi musulman du
Macina, Ahm~lou J\\hnadou, devaient, selon El Hadji Oumar, se convertir réél-
\\lement à l'Islam ou périr par les armes. Après la défaite des Bambara et
(1) - Il est à noter que suivant l~ tradition, El Hadji Omar, au moœent
de sortir de Hamdallah, avait invoque la malédiction de Dieu sur
cette ville :
- Que cette ville ne soit plus habitée
- Que les nommes CISSE ne soient plus chefs du Macina
- Que les nommes DIARRA ne soient plus rois de Ségou.
Entretiens que nous avons eus avec Thierno ~.ountaea TALL, arrière-
pait-fils d'El Hadji Omar, residant à Dakar (12 juillet 1976) .
./ .

.199.
la découverte de leurs idoles à Ségou, le roi du Macina, musulman convain-
cu, essaye. en va.in d'expliquer au Mujâhid toucouleur qu'il n'était pes
responsable de cette situation, et que les Bambara lui avaient affirmé
s'être convertis il. l'Islam. Pour El Haè.ji Omar, l\\hm.a.dou Ahmadou, musulman
hypocrite. avait offert son soutien aux non-musulmans.
Ainsi, l'on s'aperçoit que le problème de la guerre sainte au
très co~lexe, ne saurait être traite sans pr~dence. Signalons
en passent un livre assez important qUl rend compte des vues d'El Radji
Omar et d'Ahmadou Ahmadou du Macina il travers deux lettres qu 1 ils échanp;è-
"Mâ
c.
(
"
rent, et qui porte le nom de
Waqa. ,;
ce qui s'est passe entre El Hadji
Omar et Ahmadou Ahmadou du l~cina).
Rappelons un fait très important qui rendit à El Hadji Omar
la tâche difficile, aussi bien au Fouta Tbro qu'à l'extérieur: les
l!lB.rabouts qui s'étaient installés partout au Fout a , au Cayor, au Soudan,
à Koki, à Ndakaaru et en ~muritanie d'où ils essaimaient il. l'époque où il
commença son prosélytisme, appartenaient tous a la confrérie qâdiriya plus
ou moins rivale de celle du conquérant toucouleur (1).
(1) - A?ropos des rivalités entre El Hadji Omar et Bekkai, cf. DEFONT et
COPPOLANI. Les confréries relisieuses musulmanes. Alp,er. A. Jourdain,
1897, Il. 284.
.J.

.200.
Pour s'en convaincre, il n'est que de se référer aux ju~ements
dont El Hadji Oma.r fut l'objet de la part des chefs de cette confrérie.
Entre a.utres jugements que Cheikh Moussu Kfi}UŒA ~ ins0rCs n~ns son ouvrn~c
sur le jihiid, voici celui de Cheikh Sacè. Abîh, tiré de son livre Conseils
désintéresses à tous (Nasihaal-câmma
wa-l-gâssa). Parlant de ceux qui
ont pris les armes pour combattre les Français, il en vient à citer son
frère Cheikh l-lâ '-1- cAync:yn, puis El Hadj i Omar à propos de qU:l'il dit:
"Parmi eux, El Hadji Omar è.u Fouta. Il était un savant, un ascète, nuteur
de précieux ouvrages de rrystique. Il brandit les arees Drétendant faire
respecter la loi divine en combatt~~t ceux qui refusaient de se soumettre
à l'Islam, afin que triomphe la religion".
Par ài.lleurs, dans le chapitre l <lU' il a intitule "ceux qui
m'ont demande de les aider B. faire la guerre sainte" (1) du même ouvra~e
consacré il cette question, Cheikh Moussu KA.vlARA condanme sévèrement tous
ceux qui, a commencer pl'.r El Hadji Omar> ont déclenché un tel mouvement.
Leur unique finalité, dit-il c'est de devenir chef.
Passant à l'énumération de ceux qui l'avaient sol1Cité pour faire
la ~erre aux Français, il cite
(1) - Le ~uscrit se trouve au Département d'Islamo10~ie de l'IFAN. Fonds
Muusea Kamara. Voir le catalogue è.es manuscrits nO XX, IFAN, 1966 .
./ ·

.201.
- "El Hadji Malick SY, l ' ascète de Ti vaouane;
Cheikh Mahfûz wa11u Abba, fils de Cheikh Muhammad Fâde1;
"
1
-
Mon neveu
Soulé Samba DIOM. n
Cet O\\lvr~, tout cOl:1llle le Fatwa d'Amadou Bamba de 1910, semble
avoir été r6dip:(: peut-être sous la dictée des autorités coloniales afin
de les aider dans leur tâche de colonisation. Il
est surprenant de voir
El Hadji Malick SY chercher un partenaire pour entreprendre la guerre
sainte> vu le caractère pacifique notoire de son prosélytisme.
El Hadj i Omar s'en prenait souvent au manque de ferveur reli-
p,ieuse des adeptes, et même des chefs de la confrérie qâdiriya, dû à la
tiédeur de leur foi, qui se manifestait par un excès de tolérance à l'é-
~ard des pratiques ancestrales. Il considerait avec mécontentement de
telles attitudes, car il y voyait le prelude d'une rupture avec l' ortho-
d.oxie instaurée par le Prophète qu'il avait reçu pour mission de faire
respecter.
Face fi une situation aussi angoisslUlte, le martyr du Déguimbéré
nous révé1e dans son livre, "Les Lances" que daz'ls la nuit de Dimanche au
c
Lundi, 20 pû-1-Qa da, 1261 de l'Hegire (1845), il reçut l'ordre de faire
la guerre sainte. Ce fut, dit-il, "une voix céleste qui, s'adressant à
!lOi, me disait : Tu es a1:.torise à faire le jihâd dans le sentier de Dieu"
(I.'d.inta fi-1-jihâd. fî sabî1 Allah).
1

.202.
peut
Dès lors on /estimer que les raisons qui mirent aux prises l'ar-
IDée poule et l'armée toucouleur sont multiples
- Ln rancune entre aèeptes des confreries qaèiritc et tijâne.
- Le sentiment de supériorité que les Peul nourrissent envers
les Toucouleur.
- La volonté de puissance chez El Hadji Omar qUl se traduisait
par son expan"ionnisme.
- I.e fait qu'El Hadji Omar semblait assimiler les Peul aux in-
fidèles ou tout au moins les considerer comme de mauvais musulmans.
- Le fait de considérer comme licite la réduction en esclavage
de leurs femmes et enfants et le pillage de leurs biens alors qu'ils con-
fessent l'Islam.
- La correspondance échangee entre les deux chefs : El Hadji
Omar d'une part et Ahmadou Ahmadou de l'autre, demeure un precieux tcmoi-
gnage à ce sujet (1) et nous dispense d'entrer dans les discussions théo-
lo~ques auxquelles se livrèrent les deux entagonistes.
L'armée peul qui se livrait it une course de vitesse pour pren-
dre possession des villages évacues par les Bambara vaincus, se heurta aux
soldats d'El Hndji Omar. Dans un climat de confusion total, l'antagonisme
(1) - Voir 1 'histoire inédite d'El Hadji Omar en arabe par Thierno Mounta-
ga TALL, 700 pa~es manuscrites env. DAKAR.
./ ·

."~, B~
Il.bbifè '
'" 't t1
..
''9' f'"
.203.
qui opposait les deux camps ne pouvait que s'accroître. El Hadji Omar les
combattit, non parce qu'ils voulaient étendre leur pouvoir sur ce domaine
1
abandonné, mais parce qu'ils assuraient leur aide aux infidèles, au lieu
,
de les cOlI'battre.
i
\\
El Hadji Omar prit_le premier
l'initiative et parvint à occu-
per le Macina. L'insubordination manifeste des Peul lui rendit pénible l'ad-
~nistration d'un Empire aussi vaste que celui dont il venait d'être l'artisan,
et qui, peuplé de si nombreuses peuplades dont la soumission n'était qu' appa-
rente. n' o.llait pas survivre à son fondateur.
Les lÎI!lÎtes de l'Empire naissant s'étendaient jusqu'à Tombouctou
d'où venait Alpha Oumar, l'un des cOI!llUandants I!lÏ.litaires de l'armée toucouleur,
quand il fut tue dans une embuscade alors qu' il regagnait Hamdallah. Son
armée fut également massacrée par les Peul dont le soulèvement couvrait toute
l'6tendue du royaume.
El Hadji Omar et son armée furent encerclés, sans vivres, dans la
capitale. Ayant pressenti le .dénouement traeique de cette situation, il ré-
salut de mener une opération-suicide. Ce devrait être le désastre et la fin
d'une vie ch~~gée d'exploits.
n trouva la. mort dans des circonstances obscurelil.Certains disent
qu'El Hadji Omar n'est pas mort, qu'il a simplement disparu, et comme Jésus,
.f.

reviendre. r~tablir l'ordre avant la fin des tell'!J?s. Cette version est eta-
yée par le. tradition.
Ceux qui admettent sa IllOrt sont divisés selon Clu 1 ils légiti-
mèrent son action ou la condamnèrent sans r~serve. Ces derniers disent
qu'il s'est suicidé dans la grotte en faisant exploser les dépôts de muni-
tions Cluand i l fut réduit au désespoir. Un fait est indéniable: El Hadji
Omar trouva. la mort dans la p;rotte de Del!UÎmbéré il Bandiagara.
Dans une note, rédip:ce en 1864, par un nommé Souleymane 5Y,
relative aux circonstances du décès d'El Hadji Omar, il est fait état d'un ~
canon Clue les soldats de celui-ci auraient trouve à l'entree d'une ville
qu' ils voulaient occuper et, l'ayant mal utilise, ils provoCluèrent une
explos: on qui "extermina é!es milliers d'hommes dans l'armée d' .A1adji Ou-
marou ; ce dernier en était tue ainsi que son cheval et un petit nombre
de ses sujets ont pu seuls être sauves de cette cOl!llllOtion violente" (1).
Cette note réè~pée sous la dictee de cinCl hommes, tous partisans
d'El Hc.dji Omar, mentionne les points fondamentaux Clue les gens du ~.a.cina
reprochèrent à celui-ci. En voici l'essentiel:
(1) - Cf. La note en arabe ainsi la traduction en français dans l'annexe.
Archives du 5énepal, 1G 29. L'auteur se rendait à la Mecque pour le
pèlerineee. Il était originaire de DAKAR.
./.

'dl
ttM, , '1.

&
t
1:
.205.
~ El Hadji Omar qu'ils considéraient comme imP~ ne se contentait
pas du prélèvement du cinCluième du butin (1).
- Parmi ses soldats, il en est qui rlu~rvent Doint les ob1iga-
tions divines, particulièrement les prières quotidiennes (2).
- L'armée d'El Hadji pille les oiens d'autres musulmans sur ses
ordres (3).
La disparition soudaine d'El Hadji Omar à un moment où l'on s'y
attendait le moins eut deux consequences essentielles :
- D'abord l'Empire qu'il venait de bâtir n'eut pas la chance
de lui survivre en raison d'une nart de son immensite (4) et d'autre part
de l'absence d'un chef !louvant dominer la situation créée par sa IWrt.
Ensuite, cet événement etant considéré comme une défaite de
l'Ordre <].u'i1 voulait substituer à son rival, la Qâdiriya, inaugura une ère
(1) - Il s'arit d'un point de droit musulman. Les 4/5 du butin reviennent
è ceux qui ont participe aux operations militaires, soit directement
comme les combattants, soit indirectement tels ceux qui sont chargés
d'autres tâches relatives
au
cmnbat. Quant au cinQuième Qui re-
présente la j1art qui reve.nait au Proph€te
Muhammad, i l revient à l'imâm
qui remplit les fonctions de chefs de la communauté. Il peut s'appeler
calife, cadi ou autre. Les p.ens du Saloum, adversaires de Maba Diakhou,
fci.sci.ent des reproches ooalogues il. celui-ci au sujet de la zakât. L'Al-
mamy ne se serait, paraît-il pas contenté de prélever le 1/10 des pro-
duits de ln récolte.
(2)
Faire un parallèle avec Maba Diakhou qui pour obtenir une b-:mne armée
dut to1erer les manquements à certainesob1ir,ations canoniques.
(3) - Les biens ainsi pillés en temps d'hostilités doivent être rendus si
l'adversaire, musulman, se rend. De même ses enfants ne doivent pas être
réduits en esc1avap,e.
(4) - Il s'étendait de 'Ibmbouctou au Bembouk faisant ainsi 1000 km d'un bout
il l'autre.
./.

1tM'11'i"'ètfn~tUHN"»d

t
t,
Ut . . ft
Uu "it )
.206.
"d 1 a.posta.sie". Les tenants de le Qâdiriye, après avoir fait p~rir El Hadji
Omer, se mirent à reconqu~rir le terrain perdu. Ainsi s'instaura un climat
favorable à l'apostasie, qui, par la suite. connut une expansion rapide (1).
En cons~quence. les successeurs d'El Hadji Omar, faute de pou-
voir r~duire les forces qui s'opposèrent à eux durent s'acco~der d'une
situation de fait. Dès lors on peut considérer que le rétablissement de
l'Ordre tij âni dans ses droits acquis n' ~tait pas absent des préoccupations
de Maba Diakhou, ce dernier, vu l'envergure de son entreprise. était recon-
nu comme le véritable successeur spirituel d'El Hadji Omar, du moins
comme l'un des plus grends continuateurs de son oeuvre d'islamisation.
(1) - Jules BREVIE, dans son essai de psycholorie politique coloniale,
intitulé : -Islamisme contre "Naturisme" au Soudan franOais-. S' e$t
étendu longuement sur ce sujet. Cf. supra, Introduction. p. 5-6.

'50') LES Gu'ÉRRES DE ,,~tBA DIfJŒOU
(1861-1867) ~
Lr on t, dit que Mab" Die.khou avai t co::.~\\.i. i", llroj et de réaliser
un vaste Empire cr.:)obant llense:nble des region::::ll.ii constituaient l' s.n-
cienne Sénéganbie (1).
Maba ';i.dmou fit son ,:,;,tree dans l'histoire en tuant le roi
Djérébn (2) en 1861 au nom de l'Islar.• A sn place, il se fit nommer Aloamy
et devint ainsi le naître incontes~f du Rip. Ce succès nilitaire décida
le nouveau chef à soneer à l'extention de sn juridiction.
Les convcrsions massives à l'Islarr. qui s'o,érèrent aussitôt
lui facilitèrent la tâche. Mais l;l~nacy dut sc heurter a un autre écueil
quand il voulut étendre son pouvoir dans le Saloue alors protégé par la
France qui Y avait en perspective des intérêts c8MPcrciaux assez inportants.
(1) - Sens doute, s'a~issait-il a'une Senég~bie n'enGlobant que le Sené-
~al et la Gambie. Sinon les li8ites de la Séne~eobie dépassaient de
l)::D.uCOUP celles dont cn parle t'.c nos jours. P.'fEZAC, dCJIlS son ESQuisse
Générale de l'Afrique (edit. èe 1837, Paris Arthurs Bertrand). Cit§
: o.r j\\ned§e T!.RDIEU dl1.Ils sn Sénégru:ibie in l'Uni vers ou Histoire et
clescription de tous les J?euples :
'L' ·::xtrénité ::ccidcnte.le de la
zone qui s' r.tend au sud du 83harB, j(cpuis 1" acea-.') .htlantique jusqu'
au Dar-Four. caractérisée ~ar 18s âeux grands fleuves du Sénégal et
de le Grnbie. en a tiré le non de S~néga~~ie ...
Ainsi, notait A.
TARDIEU, le cours supérieur du Niger; è l'est, du côté èu T€krour
ou Souden; au nord, le :pays des .Arabes Me.ures; et e.u sud, la Guinee
dénoD~n~tion qui, suivant M. d\\AVEZAC, reste uniquement applicable
e.ux côtes du r:olfe depuis le cap des Palnes jusqu 1 au fom de le. baie
de Biaf'ra : telles sont les liIDites qu,Ion peut marquer il la Sén~g8I:lbie·'.
./ .

.208.
En conclu2llt un accord avec la France, il obtint le soutien
des marabouts du SalO\\lI:l et l'appui secret de la France qui vit en Maba
un marabout sans aucune visée politique pouvant susciter des appréhensions.
V.acodou FALL, ex-Damel du Ce;yor, déposé. en 1861, par les Français qui
le remplacèrent par MadOdio. alla chercher refuge auprès de Maba et fit
ainsi partie de l'armée de l'1IJ.maI::lv. Maba prit Kahone et y plaça Macodou.
lequel grisé par le pouvoir retrouvé, se remit à boire de l'eau-de-vie.
Maba l'en chassa en 1862. Il alla se réfugier dans le Sine où il mourut
en juin 1863.
Durant la période de 1861-1864 la rigueur de Maba etait telle
qu'il ne pouvait souffrir le mal de voir un des éléments cOl!I,Posant son
anlee s: adonner à là consol!Il:lB.tion de l' eau-de-vie. Ainsi, il inf'ligea aux
contrevenants les peines corporelles prévues par la loi musulmane. Cela
autorise quelques considérations :
10 ) L'AJ.marJy n'avait point encore conçu son projet de bâtir un
vaste El!!pire.
2°) Son armée n'etait pas assez bien constituée pour lui per-
cettre d'entreprendre des conquêtes il!I,Portantes.
30 ) Il bénéficiait encore de l'appui des Français qui demeuraient
indifférents tant que Maba n'en voulait qu'aux infidèles gagnés par l'ivro-
~erie. c'est-a-dire les ceddo.
Dès 1864, la pensée de Maba arr~va à un stade d'évolution qu'il
il!I,Porte de deterciner. Désormais sa conception de l'Islac transcendait la
situation réelle des musuloans de son terroir.

.209.
Sans dout,;:, l'élément nouveau qui explique cette l!lUto.tion brus-
que fut l' arri vée chez lui> en 1864, de Lat-Dior chassé du C~or par les
Français qui, après la défaite du Damel devant Pinet LAPRADE, le 12 janvier
1864, à Loro. lui notifierent son expulsion du Cayor (1).
Maba, quoique soutenu par ses partis611s était è. court de braves
soldats. Car il savait que vaille que vaille, les Français. en vertu des
traites qu'ils lui faisaient signer. allaient se heurter a lui. L'arrivée
soudaiœ du Damel déchu ne pouvait que lui être bénéfique. L'un et 1 r Coutre
cherchaient un partenaire. L'ex-Damel pour recouvrer son trône. l'.Alna.my
pour répandre l'Islam.
1>' ~ ..-
L't.1I:la:rny en conformit6 ~ enseicnements de sa religion exigea
la soumission de son illustre hôte (2).
ce dernier était accompagne de Demba-w"ar SALL, son conseiller,
de Youe;a-Faly-Ar(lJ!l-Bakar DIENG, chef des ceddo du C~or et
d'autres. L'on
(1) - Lc.t-Dior, o1ora Damel du Cayor depuis deux ans. refusa de ratifier
les traités conclus avec son prédécesseur, ~~diodio. Après son expul-
sion ce dernier fut no~é Darnel ~ nouveau.
(2) - Il dem?~da à l'ex-Dacel de se faire raser la tête avant que des pour-
parlers ne fussent encages entre eux. D'aucuns parlent de conversion.
Mais ils senblent perdre de vue 'lue Lat-Dior est bien ne nusull!l8Il
et aurait fréquenté l' ecole corl3Dique à Langhar. En outre le fait de
se raser la tête n'est pas en rapport a.vec la validité d'une conver-
sion. C'est simplement une preuve matérielle de soumission .
./.

a estimé lCeffectif de leurs deux armées il 7000 hocmes (1).
Pour déjouer les projets de l'.tlmaoy qui devenait redoutable
dorénavant, Faidherbe déclare. être dispose à l'aider s' il voulait s'en
tenir stri ctement aux combe.ts contre les ceddo. Son autorité sur tout le
Saloum était reconnue par le colonisateur qui, à force de faire des conces-
sions au ~about, lui donna une audiencc fort accrue auprès des cosses.
Lt Alma.m;y, fort de ln recrudescence de ses forces, inaugura une
nouvelle politique. Dans le domaine des relations extérieures, il noua
avec des marabouts d'autres provinces : dont le Cayor : Souleymane SY (2)
au Cap-Vert, Makhète GAYE il Niakoulourab (Rufisque) et Songho, le fils
du Seriene de TaJ.ôa- au Saniakhor. Et il n'était pas rare que ses éI!lissaires
fUssent arrêtés en cours de route.
Ce chanr,ccent, s'il ne fUt pas l'une des conséquences directes
de l'alliance conclue entre Maba et Lat-Dior, coincide en tout cas o.vec
l'arrivéc dans le Rip du Damel dont la déchéance venait d'être proclamee
par les autorites coloniales.
(1) - Cf. KELETIGUI. memoire de maîtrise sur Maba. Dakar, 1971.
(2) - C'est lui qui est l'auteur d'une note en arabe sur les circonstances
du décès d'El Hadji Omar. Il ln rédil!ee, en 186!i, alors qu'il se ren-
dait il La Mecque pour le pèlerinage. Cf. Annexe. Archives du Sénégal.
./ .

- - - - - - - ,.._..•...~-_.--
211
A cette date, Maba fut le marabout le plus redouté de tous
cline Ces c.utorit~s de Saint-Louis. Ainsi pour enrayer la prop;ression de
son I:lOuvement> ces autorités eurent recours aux prodécés classiques :
1°) Pinet-LAPRADE lui fit sifSIler un traité en décembre 1864
en' vertu duquel le Jolof, le Sine, le Baol et le Ca:yor étaient des pro-
prietes inviolables d'autres chefs qu'il fallait respecter.
2°) Tentative de reduire l'influence directe du marllbout en
empêchant d'autres chefs ou perso=alités importants de se convertir à
l'Islam : les dispositions favorables a l'Islam de Bour Sine Coumba
Ndoff~ne, les inquiétaient.
3°) Créer et entretenir un climat de confusion au sein même
des disciples de l' Almamy.
4°) Dress-er d'autres chefs contre lui, notamment les marabouts
du Ndi=bour : le Serif'lle de Koki. Samba ilminata, le Serigne de louga,
Mbagnik 10, rendirent compte au Gouverneur de Saint-Louis de leur action
en direction àe Me.ba qui "s'enfuit;; ( 1) .
Sens doute, l'Alm~ se rendit-il compte de telles manoeuvres.
Aussi ne considerait-il pas le traité comme un engagement inviolable.
(1) - Cf. 13 G 257 Archives du Sénégal, lettre reçue le 20 novembre 1866.
Pinet-LAPRADE venait d'infliger ~ Maba une défaite à Malta, près de
Kehone où il détruisit le tata que Maba y avait construit. C'était
le 24 novembre 1864. Quatre jours ~lus tard pendnnt que l'armée de
Mabc se :repliait en direction de Nioro. la Colo~ lui livra une ba-
taille I!:e~rière ~ Pe.tbébadiane (Paos-Koto).
C'est apres cette défaite que Maba entreprit la construction de son
tata à Nioro èIont i l ne reste plus de trace.
.;.

·212.
\\
LE PLAN DE MABA
1
,
,
La cor~espondance en arabe conservee aux Archives du SéneRal
et rédieée par Maba de sa propre main constitue un précieux recours pour
la connaissance des intentions de l' AJ.:marrr:I sur son invasion du Jolof, la-
Çluelle fut sans conteste l'une de ses plus audacieuses entreprises.
Au mois de mai 1865. Maba Diakhou dirip;ea sur le Jolof une
armée comoandee par Lat-Dior et co~renant entre autres
- Le Serigne de Koki, Balla-Sokhna DIOP
- YOUBIl.-Faly DIENG, chef des ceddo du C~or
- et probablement Sll.llIb-Ma.ram Khay. le Diawrine Mboul demission-
ne.ire.
Avant sa d€fection.
le Bourba du Jolof réussit il les reppusser
et il les e.ssiefrer dans leur tata. Soudain Maba penétra brusquement et mit en
déroute le Bourba qui alla se réfugier au Waalo.
La nouvelle de cette invasion dut être connue à Saint-Louis
grâce au message du Seri/7,Ile de Koki Sa.mba Aminata (1). Cependant les auto-
rites de Saint-Louis redoutant de mener le cOl!1bat sur deux fronts agirent
avec prudence ; le Lem-Toro, chef du Fouta et le roi des Maure Trarza •
(1) - Elle est datee du 26 juillet 1865.
./ .

.213.
tous les deux hostiles aux Français, soutenaient Maba. La
seule tento.tive osée par le Gouverneur fut l'envoi à Maba d'une lettre
datée du 13 août 1865 qu'il dicta è Bou-el-Mo/èhdad et dans laquelle il dit
"JI ai appris que tu as envahi le Jolof, ce qui me surprend beaucoup car
le traité que tu o.vais signé en décembre dernier te faisait obligation de
respecter le droit de tes pairs. Il
"Je te deI:l8:rlde de me dire pourquoi tu n'as pas tenu à ta. proœsse .• "
Dans une lettre d'une rare longueur, Maba révèle les rotifs de
cette invasion :
aLes [:,ens du Jolof captivent des hOI!ll7les libres et les vendent et
leur enlèvent leurs chevaux pour razzier le Saloun .
.."..
Ainsi ils tuent ou réduisent j l'esclavage tous les l!lUsulmms
qui veulent revenir chez roi. JI ai envoyé trois nessaBers au
Bour du Jolof qui les laissa faire toujours. Voile pourquoi
je suis venu ici."
"Par ailleurs. je te fais savoJ.r que ni le Jolof, ni le Sine.
ni le Baol ne t'appartiennent. S'ils sont ta
propriété,enpêche donc les
doI!:I!lages indescriptibles que les non-musulmans causent aux musulmans."
"Ne m'envoie plus de messager au sujet des non-musulmans.
Ne teI:lêle point de cette affaire. CE'.r je ne m'immisce pas dans les affoi-
res du Cayor que je considere COl!lllle ta possession."
"Si tu surestima; la puissance de ton armée. sache que l'armée
de Dieu est plus forte que la tienne." (1)
(1) - Voir Annexe. Archives du SénéBaJ..
.f.

_.._.--_
If'
..•-----
üt M' .t!'K' "
!
f t t
.214.
Pendant que le C~uverneur PINET-LAPRADE cherchait à agir par
personnes interposées, Maba envoya cherc1Er des armes jusqu'au Fouta.
Ge
~ face il l'imminence d'une intervention de l'armée coloniale,
il sentit la nécessité de creer les conditions d'une unite politique. Sa
présence au Jolof qu'il envahit, en juin 1865. avait entraîné un mouvement
contre la présence française dans le pays. Des manifestations eurent lieu
tant au Fouta-Toro qu'en Mauritanie. chez les Trarza bien entendu. Ce fut
pour Maba le momeat favorable pour nouer des relations. Il adressa une
lettre (1) au LaI!l-Toro. chef du Fouta et une autre au roi des Trarza pour
lui demander une assistance militaire.
Dans la lettre qu' i l adressa. aa Lam-Toro, i l fit reIIlé'.rquer qu' il
était originaire de Guédo (2) au Fouta-Toro, et dit :
"Lam-Toro, je t'envoie ce messaGer pour te del!lBl1der de répondre
à l'appel de Dieu. Je demande aux gens du Fouta qui ont quelque chose
(e.rme) à vendre de me le vendre pour aider au triomphe de la religion.
Dieu aidera celui qui l'aide. Quiconque possède quelque chose qui puisse
servir n'a qu'à le mettre au service de la reli~ion : chevaux, ânes ou cha-
mcaux pouvant porter des charn:es .•• Il
"Grâce 9. Dieu, è vos prières et il celles des musulmans, je suis
installé au Jolof".
(1) - Voir la lettre en arabe dans l'ennexe. Cf. supra, p. 212 sq.
(2) - Cor.:me El Hadj i Omar TALL d'ailleurs qui le dit tout au début de cer-
tains de ses poèmes.

.215.
L'enjeu etait ~rand et la France qui red0utait de lutter sur
plusieurs fronts ~rit le devant en attaquant ~~ba au moment où l'inonda-
tion du Fleuve Séneeal empêchait et les Toucouleur et les Maure d'apporter
secours à leur allié. Ce fut l'expédition du Rip de novembre 1865.
Une colonne composee de 4000 fantassins et de 2000 cavaliers
quitta Dakar, le 11 novembre 1865. Arrivee, elle livra à Maba. plusieurs
combats, et aurait incendi~ plus de trente villap,es pleins de récoltes (1).
Maka, le villape de Maba, situé à deux kilomètres de Kaolack. fut pris
ép:aler.lent sous le feu. Il faut noter que le roi du Jolof et son armée ainsi
que d'autres guerriers du Cayor, du Baol. du Sine et même du wâlo luttèrent
contre l'AlrJB.I:tY (2).
Sans doute, l'intention de Maba était-elle d'annexer les pro-
~nces avoisinantes du Saloum telles que le Jolof, le Baol, et peut-être
le Sine, en vue de bâtir un e~ire séne~amhien à l'imaee de celui d'El Hadji
Omar, son maître. Pour mettre i'i exécution son projet, i l avait commence par
occuper une IJartie du Jolnf, en prenant '-larkhokh (3). la capitale du royaume.
(1) - Cf. Moniteur du Sénégal et dépendances du 5 décembre 1865.
(2) - Il s'agissait probablement, sauf pour le Sine, des soldats repuliers.
(3) - Cf. Le télégramme du 25 août 1865, du commandant de Nguiguis au Gou-
verneur du S6ner;al il Saint-Louis suivant lequel l>faba se serait trouvé
le 14 août de cette année, à Warkhokh. 13 G 271, Archives du Sénée;al •
.f.

_ _ _ _ •
11
.216.
Il" la baptisa Médina, en souvenir de Médine, ville où émi~ra
le Prophète Muhammad (1). Cette occupation suscita beaucoup de craintes
chez les populations, non seulement du Jolof mais aussi du Cayor, qui, après
une longue p6riode de trouble, venaient à peine de voir le calme s'établir
chez elles. Ainsi, poùr éviter d'entrer dans le conflit, ils dénoncèrent
Maba en demandant aux autorités coloniales de les protéger contre "l' enva-
hisseur" que fut l' Almamy.
(1) - Il convient de remarquer la substitution phonolo~ique fréquente en
wolof du phoneme d par un r, ce qUl a donne Mérina au lieu de Médina.
En voici d'autres exemples
- Diawrine - Diawdine = Haute fonction politique au Cayor
- Sarax
- Sadax
= aumônes
- Seere
- Seede
= témoip,ner
- Amari Np:one - Amady Ngoné = -nC,m de Damel
- Thiawri
- Tiawdi
= sorte d'amulette
- Me=
. - Memad (contraction en wolof de Mohamed).
- Amar - Amad( cpnnaction
en 'Wolof de Ahmad).
Il convient de noter que Médine -portait le nom p~en de Yatrib et
quand le Prophète y émï,e::rB en l'an 622fJ-C, il la baptisa ainsi. Son
exemple était bien sui vi au Sénégal. Il y a un villap;e baptisé ainsi
à Dakar, il Rufisque, au Khasso, une ville où se trouvait le fameux
fort devant lequel El Hadji O=r mit le sièp:e en 1857. Dans le Kian,
en Casamance, il Y en a aussi une autre où Fodé Kaba construisit un
tata. Nombre de marabouts le firent à telle enseip,ne que c'est deve-
nu une tradition. El Hadji Ibrahima NIASS, le marabout de Kaolack a
donniS le même nom au villan;e qu'il a fondé et habité jusqu'à sa mort,
à Kaolack. Récemment, un marabout dénomm6 El Hadji Ibrnhima SAlCHO a
baptisé de nOm de M6dinatoul mounawvlC.r, le village qu t il vient de
fonder, il y a cinq ans, au campement de Nr,ékokh, non loin de Popen-
~ine. Il veut en faire un bastion de l'Islam dans la région. Chaque
annee il y orj!anise un rassemblement de fidèles avec une pompe
qui sort de l'ordinaire, il une date qui coinci de avec la fête de la
Pentecôte.
.j.

.217 .
Dans une lettre reçue il Saint-Louis, le 19 août 1866, adressée
au ppuvemeur, un ~rend marahout du Ndiambour, Abdoulo.ye SEYE fils de Gala-
ye SEYE, faisait écho des plaintes des ~ens du Ndiambour en ces termes :
"Je vous fais savoir que les habitants de Mbâkol par peur: sont partis avec
".
"
. . . . .
Maba qui s'est fache contre eux, je vous demande de m'a~der, car Maba amene
ma famille et je n'espère d'aide que de vous. Vous nous aviez aides contre
les ~laure et les ceddo du Cayor et du Baol. C'est ce qui qui me fait encore
espérer votre secours (1).
Une lettre (2) de Serigne Pire, Boubacar Penda FALL, adressee
au Gouverneur, PINET-LAPRADE., fait aussi etat de l'arriv~e de Maba dans:'
le Ceyor.
"Maba a pétletre dans tlotre pays, le mardi après-midi. Informe
de cela, j'ai dépêche, le lendemain mercredi, un messager au commandant
de Thiès. Puis je suis resté chez moi, à Pire. Comme Maba pro~ressait vers
nous, j'ai pris la d8cision d'aller au Sine en cornpap,nie de Oumer DIOP. Mais
au cours de ln route, nous avons appris 'lu 1 il était déjà D. quelquE:' distance
de Pire.
0Umar DIOP a quitt€,vers
minuit,pour se rendre à Thiès. Pendant
que j'étcis pris d'effroi, l'envoye de Maba est venu me so=er de le suivre
avec toute ma famille, si je voulais que la mort !!le soit épar~née.
(1) - Voir 13 G 257, pièce 79, Archives du S5né~al.
(2) - ~3 G 257, Archives du Sénegal. Voir l'original en arabe dans l'annexe.

·218.
Tout le Saniokhor est allé se réfugier à l'Ouest par peur de
Maba. Quent à moi et ma famille, sommes restés R cause de la maison de
IËu, la grande mosquée de vendredi. Comme l'ennemi s ' approchait de moi,
j'ai eu peur. Pour le tromper, je lui ai tenu un beau langap-e. Cela a fait
dire fi ÛI.1JJll'.r DIOP et à quelques habitants du Saniokhor que Boubacar FALL
a trahi IJ\\.PRADE. C'est parce quJ·H.s i:l' envient les faveurs que IJ\\.PRJ\\DE m'a
accordÉies. Je jure devant Dieu que je ne trahirai jamais LAPRADE et s'il
me demandait aujourd' hui de combattre Maba ou de participer à une guerre
dans les profondeurs des mers ou à la Mecque, je le ferai. Ses préoccupa-
tions sont les miennes. Des envieux cherchent à me mettre en mauvaise in-
telligence avec lui. Ils ne font que mentir
tout ce qu'ils racontent
est faux. NÉianmoins, je renouvelle mes excuses à LAPRADE et le sU1Piie de
donner une suite réconfortable à cette lettre.
Cl est de la pert de Serigne Pire à LAPRADE, Gouverneur de Saint-
1Duis. Sll.1utations".
Si cette lettre donne une idée de la puissance de Maba qui, après
avoir envahi le Jolof, pénétra dans le coeur du Cayor, elle montre é~alement
que le Serigne pire était quelque peu redouté de tous. Maba, tout comme le
colonisateur, cherchait ~ s'assurer son soutien. De même, cinq ans plus
tord,
Lat-Dior, pretendant au trône du Cayor, aura reussi à l' avdr à ses
./ .

côtés. Mais son université et même son village ont payé cher cette colla-
boration, suscitée par ses convictions religieuses (1).
ra correspondance qu'a laissée Maba semble montrer que l'Al-·~.
mamy observa strictement les clauses de la ~lerre sainte dont nous avons
perlé plus haut. I l adressa au Bourbe. Jolof une lettre pour l'inviter à
se convertir à l'Islam. Il fit état également des ~injustices commises
par le Bourba et ses sujets qui dépouillèrent Lat-Dior, Billa Sokhna et
Youga Fcly" (2).
(1) - Cf. infra, P.257.
(2) - Ce fut probablement lors de l'invasion du Jolof r>o.r Meba qu'accompa-
gnaient ceux-là dont il défend les intérêts. Autrement, il serait dif-
ficile de déterminer les circonstances de l'objet de cette plàinte.

.220.
L'objectif du colonisateur semblait devoir être atteint lors-
que, foisant écho de sa lettre ou de l'opposition des chefs du Cayor,
J\\mar NIAHE, le Diawrine ,
adressa au Gouverneur de Saint-Louis une
plainte (1) contre Mabll qui avait envahi' le Jolof en emportant 687 persoones.
Fort dU soutien dont son action El. bénéficié au dehors, Maba le
nouveau chef du Jolof, sembla. plus convaincu 11 poursuivre le combat et à
proteger les fugitifs qui déja lui assurèent le succès au Jolof. Les auto-
rités de Saint-rouis, pour affaiblir la puissance de la jeune armée de
Maba, cherch~rent en vain à isoler ceux qui en constituaient le noyau en
les rendant responsables des représailles et razzias dont se plaignaient
les cens. La fermet~ de Me.ba atteignit son plus haut point quand dans une
lettre au Gouverneur du Sénégal il dit
"Salutations li vous les chretiens et juifs. Par l ' a.r:our de
Dieu et a son Envoye je réponds Rentiment il. votre lettre ... "
Ne m'envoyez plus de lettre après celle-ci. M::li Muhama.d.ou BA je.
jure par Dieu que je ne fais du mal à personnè sauf il celui qui
porte prejudice aux musulmans. Je ne crains personne. Je m'en
remets li Dieu et 8 son Prophète."
Dans cette lettre (2) comme dans d'autres, Maba repousse les
accusations portees sur Lat-Dior et ses compaé1lons devenus les piliers
(1) - Lettre reçue li Saint-louis, le 14 novembre 1866.
(2) - Lettre reçue fi Saint-louis
probablement en 1864.
./.

·221.
de son armée. En effet, c'est l'objectif qui semblait justifier cette
attitude. L'enjeu était si important qu'il fallait innover quelque peu.
Effectivement son souci était de constituer une armée pouvant
combattre vaillB.IIll:lent pour la cause qu' il défendait. Dès lors les mesures
qu'il prenait à l'encontre de ceux qui s'adonnaient à la consommation de
l'eau-de-vie 1'urent adoucies comme par miracle. Maba ne voyait plus la
question comme en 1862, quand i l chassa Macodou, son allié et ex-Damel,
pour son goût prononcé pour le vin.
~L

Désormais, i l tolérait des non-musulmans qui "f'eptaient de lUJ.
être lrtileft ceux·l.à qu'il aurait chassés, ou tués auparavant. Mieux, il
les protégeait contre les musulmans en les assimilant, selon ses propres
termes, à des ~mm!, ou c:Œnts (1).
En effet, Maba était persuadé que pour constituer un Etat, il
était nécessaire de créer un équilibre social même relatif. Il prit des
mesures contre tous ceux qui vendaient leurs esclaves "peul ou sérère"
selon ses termes. Ils ne devaient plus être
maltraités. Et Maba d'évoquer
en leur faveur un r:adi"l: du Prophète :
ItQui
fr
.
"
conque
appe un.client s'expliquera le Jour du Jugement.
(1) - Il s'agit d'un Don-musulman, souvent adepte d'une religion rév6lée
qui vit dans une terre d'Islam en s'acquittant des obligations aux-
quelles sa situation le soumet.
./ .

1
.222.
1
Cette réfome sociale devait enlever il. certaines cc.stes leurs
1
privilèees ancestraux. Peut-être. Maba osa-t-il en arriver jusque là parce
que son armée était presque entièrement constituée par des sens de castes
serviles. En tout cas nombre de ceux ~ui constituaient son entourage irnmé-
diat étaient issus des castes serviles.
Cette mesure qui ~contenta beaucoup les :marabouts du Saloum
qui sIen plaignirent par des lettres adressées au Commandant FLIZE, semble
expliquer le fait que Maba, malgré ses tâches rnilitaires, à quoi s' aj outait
la faiblesse relative de son niveau d'instruction en arabe, rédiseait lui-
même toute sa correspondace, pendant que les autres chefs de son ranr,
s'atta.chaient
un ou plusieurs secrétaires.
~~ba eut-il pro c 6 d 6
à cette réfome faute de n'avoir
pas benéficie du soutien des :marabouts et lettrés, ou bien ces derniers lui
avaient-ils re:f'u.se leur soutien pour avoir été frustres de leur "droit?"
La. question mérite d'être approfondie.
Sans doute, Mabe evait-il l'idee de faire de son Etat le bastion
de l'Islam au Senégal, voire dans l'Ouest
africain, comme le lui aurait
sur:~eré El Hadji Omar Cluand il se rendit dans le Badibou, en 1848. Quoi-
qu'il en fut, l'invasion de 1865 lui permit de mettre sur pied un Etat
relativement bien structuré.
.J.

\\i
1
·223.
i\\
Il,organisa la justice en nommant des cadis. El Hadji Abdoul~e
NIASSE (1), père de feu El Hadj i Ibrahima NIASSE, ainsi que Momar Anta
Sali, père d'Amadou Bamba(2) y auraient assume tous les deux les fonctions
de cadi. La. justice sociale etait demeurée l'une des préoccupations essen-
tielles des chefs. Et toujours Cl est un cadi qu'on nommait et qu'on appe-
lait COl!lI!lUIlement Alcaty, au Cayor particulièrement.
Un autre personnage origina.ire, du terroir qui vraisemblablement
aida le plus l'Allll8tlY lors de son installation au SalOUJ:l, fut Makhtar Kala
DRAME. C'est lui qui donna à Maba le village situé près de Nioro et qui
porte le nom de Keur Maba( 3). En chef I:landingue jouissant d'une autorité
digne de respect, i l sut exercer une influence grandissante sur les Man-
(1) - Il était or~g~naire du Jolof. Il naquit à Béli, vers 1809. Il vint
assez tôt se fixer au SRlOQ~ d'où il partit, en 1890, pour le pèle-
rinage è la Mecque. Après son retour, il se brouilla avec Elimane BA
et dut s'expatrier en Gambie. El Hadji Mp~ick SY aurait plaidé sa
cause et son retour eut lieu en 1910, date à laquelle il se fixa dé-
fini ti vement 11 Kaolack.
(2) - Il fut, en plus de ses fonctions de cadi, charge de l'education des
enfants de l'Almamy. Il était lui-aussi originaire du Jolof, qu'il
quitto. pour le Baol. En 1865, lorsque Maba se rendit maître du Jolof,
i l contraignit des familles à aller se fixer dans son Etat. Toute la
famille d'Amadou Bamba. résidant alors au Baol oriental en t'cisait
partie. Mebo.autoriso. le précepteur de ses enfants à regagner le Bacl
selon Serigne Bachirou Op. cit. p3VC'est ce qui explique la mort à
Porokhane, près de Nioro capitale de Maba, de la mère d'Amadou Barnba
et également la naissance de Cheikh Anta MBACKE dans ce même village.,
Voir infra ~fune déposition d'Amadou Bamba faite devant la justice.
Vraisemblablement c'est ce que Serigne Bachirou MBACKE n'a pu pardon-
ner è Maba qu'il juge sévèrement dans son livre consacré à son père.
(3) - La tradition fait tenir à Makhtar Kala DR.\\ME les propos suivants lors-
qu ri l accueillit Mabà : "Tu es venu avec 40 personnes ; j'ai fait
confectionne 40 cases pour votre hébergement 11 •
./ .

.224.
dingues en faveur de l' Alca.my. Partisan du calme, i l ni est pas exclu
'lu 'il ait largement contribué au rétablissement de la paix au SalOUI!\\
après tant d'années de chevauchées.
LA FIN DE MABA
De nombreux succès ~litaires permir~nt la naissance et le
développement d'un
Etat qui, toutes proportions gardées, ressembla li
llEmpire d'El Hadji CIl'lr. On y trouvait la I:lême rigueur dans l'observance
des enségneI:lents du Coran. Maba tout autant qu'El Hadji Omar dut vers la
fin de sa vie recourir à la force pour punir 11 acte d' insullordination
rnani festée par certains marabouts appartenant souvent il une ethnie autre
que la sienne. Llagré8at d'etlmies : mandingue, sarakolé, peul; sérère
et wolof qui peuplaient son Etat n'était pas pour lui faciliter la tâche.
Ce$ difficultés inhérentes à toute~ organisationi de ce genre
amenèrent Maba à réduire ses opérations ~litaires. Dèsormais,seul le
royaume du Bour Sine l'inquiétait cutre mesure. I l était non seulement irre-
ductible mais menaçait l' integration politique que Maba voulait réaliser.
Une rencontre avec le Sine eut lieu, le 23 avril 1867. à Marout.
en faveur de Maba qui après avoir incendie quelques villages, se retira.
Devant cette menace perpetuelle, le Bour Sine obtint des autorites de Goree
l'envoi de beaucoup dl ermes pour prevenir une éventuelle attaque de Maba.
ainsi
s'assurant/sur ce dernier un avantage décisif
.....~

224 bis
LE TOMBEAU DE l-f.ABA DIAIŒOU
-:-=-:::-
Il se trouve précisément entre les villages de Fandân,
à l'Ouest, de Thiounoun, â l'Est, et de Somb, au Sud-Est. On y a
élevé, il Y a une vinc::rtaine d'années, une construction três modeste,
réalisée, sur un rectangle de 4 mètres sur 2m,2D, d'une hauteur de
2 mètres, couverte d'un toit en tôles ondulées, grâce aux soins
de quelques musulmans du Sine habitant les villaqes voisins, sous la
direction de l'imâm de Fandân, Serigne Abdou KANDJI.
Ces renseignements nous les avons recueillis aupr~s
de quatre .vieilles femmes du village que nous avons rencontrées non
loin du tombeau, le 8 avril1972,à13h 30. Elles avaient particip(!
aux travaux de construction en puisant de l'eau, nous ont-elles con-
.
.
fié.
Ce
dans lequel se trouve ce tombeau qui se perd très facilement dans
la brousse et dont Ion n' a ~ pris, jusqu'ici,
aucun soin.

V~rs l~ 16 juillet. Mnbu pénétra dans le Sine. Le Beur SineJ
informe )alerta son année. Le 18 juillet, un grand combat eut JEu. Il commen-
ça 3 5 heures du matin et dura jusqu r à 6 heures de l' après-midi (1) > en
faveur du Sine. A 10. tombée du jour on trouva sur le champ de bataille, au
village de Somb situe entre Diakhao et Marou1!?)un cadavre étendu sur une
natte et quatre peaux de moutons. Il avait reçu une balle aux reins. Tout
le monde pensa que c'était Maba Diakhou. Le Beur Sine, après avoir recueil-
li des témoignages de plusieurs personnes qui avaient vecu longtemps au
SaloUlll, lesquels attestèr(;:nt que c'était Maba, lui coupa la tête et une
jambe ~u'il envoya à Joal d'où elles devaient être acheminées vers Gorée (3).
6°) LES CONSEQUENCES DE CETTE DISPP~ITION
Maba trouva la mort alors que son oeuvre d'islamisation par le
moyen des armes venait à peine de commencer. ft~nsi. comme El Hadji Omar,
nul ne pouvelt, faute d'une forte audience auprès des disciples, achever
son oeuvre.
a) M6sententes aU~Bein de sa facille
Des tendances diverses se créèrent et faillirent mettre en cause
ce que l' J\\1memy put réeliser.
(1) - Voir Moniteur cité du 6 août 1867, p. 605
(2) -
Voir ci-contre son tombeau.
(3) - Cf. Moniteur du 20 août 1867, p. 614.
./'

.226.
- lîa:rour Ndary (1), son jeune frère, aUQuel Lat-Dior se joignit,
pour se brouiller a.vec lui cinq mois plus tard, était ù la tête de la ten-
dance la plus forte. Son intention était de poursuivre la lutte arm6e
contre le Sine pour venger le mort de son frère.
- l-fakhtnr Kala., li la tête des Manding partisans de la paix, di-
rig~t la tendance opposée à celle de Marnour Nd~. et dut lui livrer que1-
ques cOI;lbats.
- Saér Maty, le fils aîné de Maba s'opposait aux deux autres
et s'étant montré très peu conciliant avec les Français, il dut SI expatrier
en Gambie où il mourut ~près evoir essuyé plusieurs défaites devant l'armée
de son oncle appuyée par les grands disciples de Meba.
- Un autre prétendant était le Bour Sine, Bakar Thilas. Dans
une lettre qu'il adressa au Gouverneur, il réc1~ les possessions de Maba
n.. , puis, j 1 ai tué Hamaba (2) et l'armée qui l' accompagnGit fut décinée.
Aujourd'hui vous devez venir pour que j'entre en possession de ce que Hamaba
a laissé derrière lui. c' est-il-dire Badibu'i (3).
(1) - De son vrai nol'! Mahmûd, aurait été plus instruit Clue Mo.ba. Il aurait
achevé ses études en Mauritanie.
(2) - H~a et Hamme sont deux formes abrégées du Muhammad usitees chez
les Toucouleur. Dans cette lettre il denande du vin rouge.
(3) - La lettre est en arabe; elle fut reçue à Saint-Louis, le 28 octobre
1867. Voir Archives du Sénégal, 13 G 318. Correspondance avec les
chefs indig~nes (1859-1877).
'/'

l ,
, .', 1
vcrncur, le Bour Sine, nourrissent l'espoir de gouverner en uêm~ temps sur
le Saloum qu'il "rendait 1!rosIl0ré, è.isait -lU'U avait "donné au Sine de la
prcsnérité et de la paix et en avait interdit l'acc~s aux Maure, pendant
que le Coyor. le Baol et le Saloum étaient dévast8s".
Dans une autre let.tre, le Bour Sine rév6lait qu'on lui avait
laissé espérer être élu à la fois sur le Baal, le Sine et le Saloum et que
c'est en fonction de cette promesse qu'il s'etait propos~ de faire la guerre
à Maba (2).
Le royaume du Sine semble donc avoir très largement contribue
à l'échec de Maba Diakhou, s'il n'en constitue pas la base et la colonisa-
tion lui est en cela. de beaucoup redevable.
Ce fut le rôle déterminent qu'il joua. d'une part pour réaliser
ses voeux expansionnistes. tout comme Maba le voulait de son côté. d'autre
part Dour les intérêts des autorités coloniales qui. pour estomper la pro-
gression de l'Islam dans la région, laquelle s'identifiait avec l'avance de
Maèa, durent recourir à la méthode classique : intervention par personne
(1' - Archives àu Sénégal 13 G 318 correspondance avec les chefs indigènes
(1859-1877) p. 41. lettre reçue, le 1er mars 1864. Cette lettre fait
etat
de la pr6sence de Lat-Dior auSine.
(2) - Lettre reçue, le 12 décembre 1864, par le Gouverneur. Sans doute est-
ce la l'une des raisons, qui expliquent les distances du Sine vis-a-vis
de l'islam. Toujours est-il que cette tenue ~ l'écart des courants de
pensee islamique était voulue par le colonisateur. C'ctait un contre-
poids nécessaire en faveur de la colonisation. Voir infra. au sujet
des tournées d' Amadou Bamba. p .~J -/ Malgre les faveurs qu 1elle accordait
aux tenants des religions ancestrales pour le maintien d'un conflit
qu'elle sut habilement entretenir entre institutions musulmanes et la
coutume.

.22ô.
interDoséc. Ce Qui perMit aux Fr~çais de èominer entièrement le Sénég~~ (1).
b) Le souvenir de Mate s'efface
Ainsi le disparition soudaine de Maba Diakhou ne pouvait être
que fe.tale n l'Islam.
Assez curieusement on assiste à l'effaceoent rapide du souvenir
de Mabe, dû sEIns doute à deux facteurs :
- D'abord, la mésentente Qui s'instaura au sein de sa grande
r fe..mille (ses enfp~ts (2), ses disciples et ses collaborateurs), était si
( 1)
Cf. supra, le royaume du Wâlo, Il. 61 BQ.
(2)
Notrns C}u'Abdou Bit, frère de Maba, aurait ote mis .~ mort par Mn.r.nur
Ndary avec qui il eut quelQue è.ifféren~. Cf. Archives du Sénégal.
Un tél[gramme dat6 du 20 mai 1869, pi~ce 134, 13 G 264 en~it 6cho.
Pour mettre a mort l'un de ses adversaires musul~nns, la tradition
rp.pporte eue MI".mour Nd'lry aVé'.it consulté un consensus lU 1 il rcuni t
à cette fin et au
sein duquel figurait El Harlji J"bdoulaye NIASS de
Kaolack. Il légitima la peine capitale par r6férence è certains ~as­
or.ges è.e l'Abrég15 du gay!! Hn.l.îl relatifs au verset 9 de la sourate xtIx
'lui dit ceci : "Et si deux /iroupes de crcyants se combattent, Blors,
fr~tes l~ ~aix entre eux. Puis, si l'un d'eux se rebelle contre l'autre,
alors, combattez celui ':ui se rebelle, jusqu'à c~ Qu'il s'incline devent
l'ordre de Dieu (Le Seint CorlID M. HfJ.!IDULLAH,
édit. Beyrouth, s.
OZC~~, 1973. ~~. 685-686). Cette mort devait avoir de lourdes conséQuen-
ces : de nombreuses personnes périrent au. cours des chevauchées Qui
suivirent, des nosQuées et des villages furent incendiés pour réprimer
la. rebellion. Redoutp.nt le pire, un narl".bout du Saloum no=6 Ibrahima.,
fils de Muhammad Sacrd tenta unt.: r(;ccnciliatir.n. I l eut l'idée de réunir
un consensus assez repr[sentatif, et à cet effet, il rédigea une ~itre
dont il a.dressa une copie aux personn}~ités suivantes :
- Muh~ad Bousso, fils de Muh~ad Bousso, oncle d'Amdou Bamba;
- Muhtar SY, fils de Derobe SY, oncle d'El Hadji Malick SY;
- r-labJl:ûd FALL, fils de A.l-:tmed FJ'.LL;
Ahmad, fils de cA'iXa MBACKE.
Voici l'essentiel du document:
- Exaltation des vertus de r0conciliRtion de frères en discorde
illustrée ~ar des verts du Coran et hadîts du Prophète dont celui-ci : ·Deux
musulmans <lui s' entretuent, iront tous les deux en Enfer".
- Si vous voulez la paix, vous les gens cÙ Cayor , nous les habitents
du Saloum sommes prêts a n0US entendre Flvec vous.
f
- Si vous ne nous faites pas confiance, c'est parce que Baran CISSE,
1
votre enneni, est de chez nous.
Il en existe une cODie ù la sp~le des manuscrits de l'Institut
l
islamique de Dakar. Elle a été offerte par Amadou Aliounc CISSE de
Diâmal. Nous lui exprimons ici toute notre gratitude.
!
i

'r.. ,a,*"
.229.
serieuse qu'elle affaiblit les forces de chaque partie. Ce désordre affai-
blissant amenà le Sine, dont le disparu avait sous estiMe la puissance, à
songer à réaliser ses ambitions, ce qui exposa de nouve~u les partisans
èe Maba a des guerres auxquelles ils n'etaient point assez bien prépares.
- Le se.cond 1àcteur qui contribua il faire oublier Mo.bn et qui
serait l'une des conséquences de la Mesentente entre ses partisans, est
sans doute le!ait que, contraireMent ~ El Hadji Omar, l'P~mamy dut, à
un moment donné, délaisser la diffusion du wird de la confrerie tijâne dont
il était le pôle dans ces régions. L'absence de liens fraternels et de
foyers de culture islwC],ue renforçant la cohésion entre les disciples,
ne ?ouvait être que préjudiciable a.ux néophytes sans guide que furent
les adeptes de Meba. _
Peut-être, faut-il aussi tenir largement compte des mesures
prises par les autorités françaises à l'encontre des partisans de l'Almamy.
Pour les mettre dans une situation insu:g;x>Ita.ble, PINEI'-LAPRADE, alors
Gouverneur du SenéF)al, refusa à Lat-Dior et à tous ceux !lui avaient asslme
des fonctions de co~andants militaires dans l'armée de l'Alm~ le droit
de bénéficier de la Mesure d'amnistie générale prise en faveur des parti-
sans de Maba.
./ .

----,--~,.,_;:_;r,·,"Y'
. '
d
ilooil
( !
"
't "
• - ?"
!
" . ,
'ri
d!
,or\\·", "; Va
.230.
Les roti vations de ces !5Uerres sont, nous l'avons vu, nombreuses
et complexes. En e;énéral, pour les grands islamisateurs, les preLd.ères
~erres sont souvent des jihâd. Nous pensons à une partie de celles de
Souleymane ML, de l' Allllallt'f Abdel Kader. d'El Hadj i Omar, de Maba Diakhou.
de Amadou Cheikhou et de Diilé Fatim THIAM. D'autres sont les manifesta-
tions de rivalités entre ethnies ou des règlements de compte. Ainsi elles
n'ont de jihâd que l'allure que prennent les hostilités. Ce rut le cas
des guerres de Alpha !-bIC'. de Bakar OOUMBOYA, de Moussa Molo. de Fôdé Kaba.
Quant a celles de Mamadou Lamine. qu t Abdoulaye BATHILY considère cOllUlle
une résistance anti-impérialiste (1). il semble assez délicat de les classer.
vu l'extrême complexité de son entreprise.
En d~finitive. on peut dire que ces guerres consituaient des
protestations contre la domination coloniale, une résist~~ce face aux exac-
tions arbitraires des puissants, et même une revanche contre eux. Ainsi,
de ~art ct d'autre, elles ont beaucoup contribué, parfois indirectement,
à répr.nè.re les enseignements coraniques. A cet égard, i l convient de voir
dans quelle mesure elles ont influé sur la destinée de l'Islam au Sénégal.
D'une manière gén~rale, nous pouvons affirr.J.er que sauf en Casa-
J:lllnce, toutes ces guerres eurent initialement un caractère saint.
(1) - Con~rence -débats, donnée à l'Université de Dakar. Cf. Notes afri-
caines, Dakar, IFA.~. nO 125, 1910.
.f.

.231.
Consacrant ainsi la superiorite des lUUsulnans, elles ont suscite une cons-
cience nouvelle chez les peuples jusque-là refractaires à la loi du Coran.
Au moment où les populations, parfois grâce à la vertu du sabre
eurent
toutes pris conscience des vertus des principes libérateurs de
l'Islam, qui constituent un défit permanent aux institutions traditionnelles,
une force militaire sup~rieure fit son apparition. Feir,nnnt de jouer à l'ar-
bitre, elle parvint à s'interposer habilement au sein même des forces en
présence. Redoutant les conséquences du d~s6Quilibre qui commençait à deve-
nir pour elle une source d'inquiétude, elle fondit sur ces vaillants hommes
en les faisant perir l'un après l'autre: Maba Diakhou (1867), Amadou Chei-
khou (1875), Mamadou Lamine (1887) et Fôde Kaba (1901).
Cependant, parr~lèlement, une autre force. de nature spirituelle,
prencit une ampleur de plus en plus considerable : les foyers d'enseignement.

·232.
CHAPITRE
VII
LES FOYERS D'ENSEIGNEMENT
AI LA. VIE CULTURELLE
Ainsi qu'il ressort de la description esquissée de l'univers
reli~ieux du négro~africnin, celui-ci devenu plus que jamais conscient
de son ethnocentrisme, situation qui procédait de l'absence de cadre favo-
rable nu développement d' autre culture ~:~;~.{·que celle, rudimertJ.i rc, qUl
le façonnait depuis toujours, chercha à tirer profit de la situation nou-
1velle qu'allait engendrer l'introduction de l'écriture dans ce cadre précis.
1Le. culture islamique véhiculée par cette écriture étant parvenue à toucher
les mass~s, l'homme africain entrait ainsi dans une phase de mutation.
En effet, pendant que la catégorie de marabouts confectionneurs
d'amulettes qui perpétuaient le tradition continuait· è chercher la vie
paisible à l'ombre des rois, celle des lettrés soucieux de progres se fai-
sait un devoir d'instruire ses coreligionnaires en créant des foyers d'en-
seignement coranil"J.ue d'abord, théologique ensuite. L'armature de cette
vie culturelle intense devait modifier profondément la. destinée du I:IUsu1man
négro-africain. Cheikh Ante DIOP le constatait avec force en ces termes :
" Les religions africaines plus ou moins oubliées se sclérosaient,
se vidaient de leur contenu spirituel, de leur ancienne méta-
./ .

·233.
physiQue. Ce fatras de formes vides qui restaient n'étaient
plus de taille à ri valisa!' avec l'Islam" (1).
"Cette pace laissée vacante par un animisme en faillite" (2)
(est l'un des facteurs essentiels qui expliquent le succès de la nouvelle
foi, qui s'est traduit selon S. M. CISSOKO par "l'implantation dé fini tive
fde l'Islam comme valeur africa.ine dans le Soudan néf.'érien. L'Islam, ajoute
Ut-il. cessa d'être un el€ment
€tranger"
(3). Pour cieux preciser l' inté-
gration de l'Islam dans cette soci8té africaine, il dit qu'il lia modelé
la vie des habitants... tout reflète la culture islamique depuis la manière
de s' habiller jusqu'aux pensées les plus personnelles" (4).
Dans la zone soudano-sahélienne, la situation était presque
identique. Cependant malgr~ les nombreux travaux de recherche dont l'Islam
a déjà été l'objet, on a semblé admettre jusQu'ici que son rayonnement
s'était limité, vers le XVIIe siècle aux régions situées dans le Nord du
pays. Ainsi. son introduction au Cap-Vert, chez les Ikbou, serait fort
(1) - Cheikh Ante. DIOP, op. cit. p.
(2) -L.V. THOMAS et R. LUNEAU, La terre africaine et ses reliRions, Paris,
Larousse, 1974, p. 313.
(3) - S.M. CISSOKO, Tombouctou et l'Empire sonf,hay, Dakar-Abidjan, N.E.A.
1975. p. 188.
(4) - ibid. p. 194.
./ .

·234.
la
tardive et ne daterait. selon ces études, que de/seconde moitié du XVIIIe
siècle. De m&me. la petite côte, peuplée essentiellement de Sér8re, aurait
connu l'Islam très tardivement, si biên que l'on ne reconnaît musulman,
parei les Bour Sine, que le 43e Bour Sine Ama Diouf FAYE. (1825-1853), comme
si l'Islam venait à peine de faire son entrée au Sine.
J
Faisons simplement remarquer que cette erreur de perspective, est
due au fait que l'on a semblé délibérément se limiter aux documents récents,
datant de mins de deux siècles. Or, pour mieux connaître ce passt:, l'on
ne saurait nullement se passer de la mise à contribution des ouvrages dont
certains remontent au XV siècle, et qui sont largement utilisés par les
auteurS duXVIIIe siècle.
Une utilisation judicieuse de ces anciennes sources écrites, dues
à des témoins oculaires, permettrait de mettre en question nombre d'hypo-
thèses considérées jusqu'ici comme presque certaines. Ainsi, le règne,
au Cap-Vert. au milieu du XVIIe siècle, d'un souverain Lébou, musulman,
portant le titre d'Amîr (prince, roi), prouve que l'Islam avait '.Jien anté-
rieurement pénétré dans cette région, mais aussi et surtout que les insti-
tutions politiquee et sociales des Lébou avaient été profondément marquées
par l'Islam. Tout autant, la présence de l'Islam au Sine, au milieu du
XVIIe siècle. est confirmée dans ces mêmes documents. "Joal était peuplé
de musuJ.ma.ns", notait l'un d'entre eux.
./'

.235.
En ce qui concerne l'existence attestée de lieux de culte et
de foyers de culture islamiques dans '-cette partie m&ridiona.le du S€négal
d' autrefois. l'on peut se reporter utilement aux sources suivantes :
1f LES SOURCES
a) Sources européennes
Au Sénée:al. contrairement à ce que d'aucuns ont avancé, il y
avait déjà au XVI e siècle des mosquées et des centres d'enseignement 1S-
lamique. L'existence d~ tels foyers de culture islamique étant étroitement
liée au de&ré d'islamisation. il va de soi que leur nombre devait être
fort réduit. Outre les centres du Fouta Toro et de Koki ainsi que le. célè-
bre médersa ou universite de Pire. la tradition semble avoir tout oublié.
Cependant les rapports de mission rédigés par des explorateurs européens
ont heureusement comblé ces défaillances. C'est ainsi qu'ils font état
d'une vie culturelle intense dans la région méridionale du Sénégal.
Parmi les auteurs européens auxquels a.l1t1Sion vient d'être fai-
te
• l'on peut citer. outre le vénitien Alvise da
cà da MOSTO (1455).
dont l'oeuvre occupe la première place dans l'ordre
chronologique. Valen-
tin FERNANDES qui notait, en 1506, lors de son voyage e.u Sine" Les Bar-
bacij s (1) sont très noirs et suivent le. secte de Mahomet".
(1) - Description de la Côte occidentale d'Afrique (1506-1510). trad. T.
MONOD, R. MAUNY et T. da MaTA, Bissau. 1951, p. 29. Ce terme ne si-
gnifie pas seulement le Bour Sine. mais il désignait en même temps
les he.bitants du royaume sérère.
.f.

.236.
Le Capitaine André Alvares d! Almada (, 594) a laissé un impor-
tont ouvrage où
abondent d' intéreSflantes remarques (1).
Mettant l'accent sur la vie culturelle dans une région "située
sur la rive nord du fleuve" (G8I!Ibie) il note la présence d'un nombre im-
pressionnant de '"relip:ieux bixirins". Ce vocable qui signifie Serigne, au
sens étroit, c'est-à-dire mara.bouts, sous la plume d'a.utres auteurs du
XVIe siècle. semble prendre ici l'acception simple de musulmans. Poursuivant
son récit, il ajoute qu'il Y existaient "de nombreuses maisons de cette
religion::. ce qui pouvait être vraisemblableœnt des mosquées.
En ce qui concerne les centres d'enseignement, l'auteur men-
tionne "trois grandes' maisons principales ... " ces religieux et ceux qui
étudient pour l'être y demeurent". Cela rappelle le régime d' internat
r,6nGralisé au Sénégal jusqu'au ::aXe siècle. De nos jours, quelques rares
centres en perpétuent le scuvenir. Alvares d'Almada fait d'intéressantes
remarques: "Le principal de ces religieux est appelé Alemane" (2). c'est-
à-dire Imam, ce qui n'est Das loin de la prononciation wolof de ce terme
ilimaElll. Il signale également l'existence des fonctions de cadi : "Ces
( ,) - Traité succint sur les rivières d.e Guinée, du Cap-Vert, depuis le
Sénégal jusqu'au fleuve Sainte-Anne. (Tratados breve dos Rios de Guinée.
Lisbonne, 1946).
(2) - Il est intéressant de noter qu'en dehors du pays wolof, le chef de la
communauté musulmane 'Portait toujours le titre d' Im!l.lll, prononcé dif-
féremment suivent les reeions. Les Wolof quant à eux le nommaient,
soit cadi"prononce Khaly. soit un IIIOt wolof; serigne.
'

.237.
cacises sent maigres et débilités par les jeûnes et l'ubstinonce et ne
mangent rien qui ne soit tué de la main d lun religieux".
Un autre explorateur O. DAPPER eut le mérite de ne s'être pas
limité aux côtes ou aux grands villages bordant les fieuves( 1). Son ouvra-
ge datant de 1668; traduit du flamnnd relnte l'existence "il. une lieu de
Rifrisko ... une ville ou village appelé Emdoen et lieu de résidence de
certain cc ltte
appelé Amarbulebu" (2).
A la même époque que DAPPER, Francisco de LEMOS COELHO (3)
écrivait: ;;Les Jalofos sont tous mahoI:létNls et, de ce fait malaisœ à
convertir;; Il s' aeissait des Wolof. En parlfU'lt du Saloum i l notait : "Le
roi était Bijrim, c'est-à-dire une sorte de liSgislateur de la loi de Maforna."'4)
(1) - Naukeuri~
Beschrijvinge der Afrikaensdle Gewesten, Amsterdam, 1668.
(2) - La. traduction en français existe en microfilm nux Archives du Sén~aàl,
Mf 73. Guy THILMANS fait remarquer que le passage suivant est omis
dans la traduction fra.nçaise. "L~bou nobles et islamisés:;. Ce qui
reculerait fort bien la date de l'islamisation des Lébou.
(3) - DescriPftao da costa de Guinée (deux versions
: 1669 et 1684, don-
nent toutes deux la situation vers 1660-1665).
(4) - A propos de cette orthographe, voir supra, p. 109, nO 1 .
.J.

: .":::';;:7;'~f'm::::"" c' r~::7':::::::~~2:: """"'''::::=-'é'"'':'/', '="''''~;:''N'1';ffl'''''''''l
.238.
1
Décrivant la vie -religieuse au nord du Fleuve Gambie i l dit
1[,
"Ils ont leurs lettrés de la Loi. appelés bexerins et leur docteur ou
:
• e'...'....~"~-
évêque, appelés todigués". Ce dernier"'désignait les cadi (1). S'agissant
l-
des élèves i l ajoutait: "Les jeunes-gens ont pour rituel. aussilongeemps
qu'i~ font leurs études de bexerins. de subsister
d'aumônes. Il n'y a
pas de bexerim qui n'ait avec lui dix ou douze jeunes-gens, auxquels il
enseigne à lire et à écrire, faisant tout cela sur des planchettes et
apprenant de nuit
à voix bien haute à la clarté des feux. Durant la jour-
née, ils quêtent au nom de Dieu •.. "
Voilà des détails très intéressants sur l'organisation de
l'enseignement aux XVI et XVIIe siècles dans l'Ouest africain. Nous avons
appris ailleurs que l'on n'étudiait presque jamais pendant la journée.
Les cours fonctionnaient comme suit : le matin de 4 heures à 6 heures et
le soir de 7 heures à 10 heures (2). Ainsi deux occupations ordinaires se
partagaient la journée :
!-les travaux champêtres pour les deux tiers de la journée.
- quête d'aumônes. la fin de l' e;?rès-midi.
(1) - Alvares d'Almada l'avait noté comme suit: cacises. Ailleurs on le
trouve cazices. C'est l'alquier des Français ou l'alcaty des Wolof.
Les difrérences sont dues à la prononciation difficile de la lettre
~ qui est la caractéristique principale de la langue arabe.
(2) - cr. La Sénl:lgaI!lbie par Amédée TARDIEU. Coll. l'Univers, Paris, Firmin
DIDOT, 1847.
./.

".'#"
- , '
btrih"'l
4
1j"c#"J'V'Rws·
'I: " ,
'''';'P'\\
J\\insi 1.'1. 'luêtc d' a.umônes rcvût!Ùont une oir:nific(\\tion Il\\Ynti(lUC
qu 'on a semblé perdre de vue. Tout comme les études étaient un· sacerdoce
pour l'élève, la quête d'aumônes était un rituel qu'il devait accomplir
chaque jour. Effectivement en dehors de toutes considerations elle
a un
aspect positif. La pauvreté ne faisait-elle pas partie des vertus de l'é-
glise catholique ?
On doit Ggalement mentionner l'ouvrage de Mungo-Park (1795) (1).
Cet explorateur paraît, il. en juger par les détails intéressants qu'il a
consignés dans son ouvrage, avoir été très attentif à la présence de l'Is-
lem. Il établit \\l.'1 rapport de cause à effet entre la large diffusion de l'ensei-
ll1lement du Coran et la propagation de l'Islo.m en mettant particulièrement
l'accent rour l'intérêt que revêtait l'enseignement du Coran pour tous ces
noirs.
Voici ce qu'il a observé au Boundou : "Ils ne connaissent point
la persecution religieuse, et ils n'ont pas besoin de la connaître; car
la secte de Il.ahomet s'étend dans leur p~s par des moyens bien plus effice.-
ces" (2). S'il n'a pas précis é la nature de ces moyens. i l a toutefois
~vêlé que tout le monde fréquentait l! ecole coranique aussi bien les
ousulmans que les non-musulmsns.
(1) - Voyage dans l'intérieur de l'Afrique (1795-1797), Paris, DENTU, l'an
VIII.
(2) - Op. cit. p. 92
.f.

!1 l, ':'T~~f~""~~~''''·~~-,~~~'~, (:""'.':~"'.:1"""r;""!\\'I"',~J:·~~r-U~](?t'ZP;r:v
o f '
-.J "'~
\\ "
* 1_±'
",
-,
.240.
Telles sont les trois categories d'ecclesiastiques qui existaient
genéralement dans les pays soudano-saheliens. Quelques différences pouvaient
néanmoins exister comme l'a. si bien reJ:lll.rque CISSC1t:l, dans une adInhoable
description de la vie intellectuelle au Soudan nigerien, aux XVe et XVIe
siècles: "La doctrine etait vecue, dit-il selon le degré d'islamisation
et d'instruction des fidèles. Dans les villes. les cadi veillaient à l'or-
thodoxie des pratiques religieuses conformement 11 la doctrine I!1B.lekite" (1).
Ainsi chacun de ces ecelésiastiques avait des fonctions,bien
définies
- l'Imam dirigeait les prières,
- le cadi rendait la justice,
- le serigne' enseignait à l'ecole.
b) Sources arabes et traditions orales
Il est bien dommage que les geographes arabes dont les oeuvres
permis de reconstituer l'histoire africaine médievale ne se soient
pas rendus au Sénep,al. Etant peu intéresses par les cours d'eau à ca.use de
la torpeur qui leur avait enlevé la première place dans les mers. ils por-
tèrent leur intérêt sur les régions aurifères. Ainsi, comme nous l'avons
déjà signoJ.é, le Sénégal ne fait l'objet d'aucune mention dans leurs écrits,
si ce n'est à propos de l'emplacement du Tékrur d'une part et du ribat qui
(1) - Op. cit. p. 189.
~!
.f.
~;~.'.':,.'l~,

·241.
couve. le noyau du l!lOuvetlent almoravide de l'autre. Dès lors, seuls les
écrits des Européens demeurent des ~él!lOigoaees exclusifs indispensables.
S'agissant des autochtones, et bien que l'arabe fût demeuré
longtemps la. seule langue écrite au SénéBal , les détenteurs de l ' écriture
s~ refusaient à mettre leur savoir au service d'une occupation qu'ils
considéraient COIllIIle profane, sinon prohibée. Les écIÏts des arabisants
senégo.l.ais des siècles passés, marabouts pour la plupart, ne portent que
sur les points touchant directement au culte ou à la littérature pure, la
poèsie par exemple.
Les seuls documents dignes de ce nom sont dus à un marabout
toucouleur, Cheikh Moussa KAMARA, (1864- 1943) de Genguel. Dans l'ouvrage
le plus important intitule : "Zuhûr al-basâtÛl fi tarîh as-sawâdÛ1 ou Fleurs
des jardins sur 1 'histoire des noirs" ( 1), :il a consacré une page à la célè-
bre université de Pire.
L'on doit à Chérif Chamsedine de la Casamance un ouvrage sur
l'histoire du peuplement de la Basse-Casamance (2).
(1) - L'ouvrage, inédit, se trouve au département d'IslB.tlOlogie à l'IFAN.
Fonds Muusa ICAMARA. Il est en deux volumes qui totalisent environ
1800 pages.
(2) - L'auteur vit à Dâroul Kh~ri, non loin de Diouloulou, en Casamance.
Cf. supra, p. "7, nO 2.
./ .

·242.
Pour donner une idée sur les foyers d'enseignement islamique
au XVIIIe siècle, nous illustrons not~e propos avec l'Université de Pire.
BI LES CENTRES D'ENSEIGNEMENT
1°) ENSEIGNEMmlT RELIGIEUX : L'EXEMPLE DE L'UNIVERSITE DE PIRE
al - Problème des sources
Malgré l'incertitude qui entoure encore l'existence de cette
ancienne institution de Pire, nous estimons, vu son impact dans l'histoire
de l'OUest african, que des recherches laborieuses, systématiquement or-
ganisées. sont à entreprendre. Elles permettraient l'exhumation d'une
masse de connaissances sur la culture islamique et son influence sur les
insituiions politiques-et religieuses de l'ancienne Sénégambie.
Certes, l'entreprise est hardie. mais 1 ~aute.-de l' entrepren-
dre, la connaissance des populations de ces régions demeurera forcément
.
l't
d'
t
t
qlue...
. .
~ ~
. 11
~ncomp e e,
au an
plus 1 e negro-e.fr~caJ.n para~t etre essent~e ement
re1j;ieux. Ajoutons que la difficulté de cette tâche ne la rend pas irréali-
sable. La mémoire collective des ceyoriens, encore fidèle en ce qUJ. se
rapporte aux institutions dont nous venons de parler. complétée par les
documents d' archives, notes et rapports de mission. peut se révéler un
facteur déterminant pour la reconstitution de ce passé •
.1.

.243.
Situe dans le Cayor, à 100 kilomètres au Nord-Est de Dakar,
le village de Pire qui abrita cette vieille institution était considere
#'.
cornne un lieu sacré et a suscite depuis quelques années un vif intérêt
da."lS les miJ:èux intellectuels attentifs à la vie culturelle isla.z:ri.que au
Sénégal. Cependant le nombre des documents écrits relatifs à ce haut lieu
de culture contraste avec la tradition orale très vivace qui en perpétue
le souvenlr.
Le plus ancien document écrit relatif à l'Université de Pire
que nous avons entre les mains est cette lettre adressée au Gouverneur
du Sénégal par le dernier recteur de cette Université, Boubacar Pende. Yeri (1):
"Ùluenges à Dieu l'Unique. Salut le plus complet de la part de Seykou Pire
Boubacar Penda Eri et son frère Yoro
Sadio au Gouverneur .
Cette lettre a pour but de l'informer que ce pays S : appelait
le Saniokhor, dont le cOl!II!landement était place entre les mains de mes
aieux et de mes parents, jusqu'à nous.
Premier cadi Oulna.r FALL, Demba FALL, Yoro FALL, Malamine Penda.,
M:Jctar Bineta, Boubakar Amîna, Moctar Cadi, Mamadou Aissata, Moctar Anta
Np:oné et Boubacar, i:i présent ainsi que son frère Demba Dior Pire.
(1) - Voir 1 D 48, Archives du Sénégal, lettre datée ou arrivée à destina-
tion, le 10 octobre 1886.
'/'

.244.
Les nominations du chef dans le Saniokhor dépendaient du roi
du C~or et de ses Die.re.f ; à présent si le pays est à toi, fais pour
les nominctions co~ autrefois, c'est-à-dire choisis dans notre famille,
car notre père Moctar Ante. Ngone était l' alcaty et Boubacar était le Se-
rie;oe Pire. Ainsi ce qui est préférable pour nous, crest que tu fassCg
comme par le passe, afin que nous vivions en bonne amitié, ce qui serait
impossible si un homme qui est étranger venait è. nous commander".
Cette lettre présente beaucoup d'intérêt. Elle trahit les in-
quiétudes de l'irréductible Serigne Pire qu'on venérait autant qu'on le
redoutait. On connait ses bonnes relations avec les Damel. Or, voulant
en finir avec ces derniers les François venaient d' exécuter, quatre jours
auparavant, Samba Laobé. le dernier Da.rn.el (1) et, deux semaines après
cette lettre, Lat-Dior subit le l!lême sort (2).
Par ailleurs, 18. g€néalogie
des Serigne ainsi éta.blie semble
la plus correcte, toutes les autres recueillies jusqu'ici étant incohérentes
et trop longues. Elle confirme en outre l'hypothèse émise plus haut, rele.-
tive à la distribution des charges religieuses. Son père assumaient les
t
1
fonctions de cadi de Saniokhor, s'occupant ainsi de la justice, lui, celles
1

i
de Serigne Pire qui consistaient à diriger l'école et le culte.
1
1
·!
(1) - Le 6 octobre à Tivaouane '886.
t
(2) - Le 26 octobre à Dékhlé
1886.
·~
1
\\
./ .

'~l'ë,j"''f:,..,~'W1'''~I'!''''I''F'''~r.;p~'~::'If''':';"''-'1]?:'~'1Jr'I''·~J 1'0- 1 II
\\
. ' ; - '
~ .ir~;~;r:;i"" ~ ~...~ .....~~l,.......... "'«,>'•• ~'l!l ,..i:it ,)ii;\\.ih'kr~;,:tltWt'i'hA~:r~dl~ "~"'V1,:~")"l!t~kW~1
~\\'~"'~-"f':'1f!"'d;'.{.""'UJ~,lltl~4~,;."ca"".~".w~"~ .....J"""_1OI~"""""'-~''''·
-~,.
.245.
,
Par ailleurs, Cheikh Moussa KAMARA a tait mention de cette
Universite.
Voici ce qu'il en dit :
"Son maître s'appelait Serigne Pire Deroba, sa mère, Khary LOUM,
est originaire du Fouta. Son père s'appelait Cadi Ramat FALL,
fils de Diegui Modi (nom de sa I:lère) originaire du Fouta. Son
père (de Hamat), Pête Kolu. est le fils de Mandessète, fils
du Damel kme.r:r Ngone Sobel, fils de Dethiefou NdioBOu.
C'est ce pâté Koly qui se convertit (à l'Islam) et alla SI ins-
truire au Fouta jusqu'à son mariage avec Diegui Môdi dont il eut Ramât
Diégui.. Celui-ci epousa une teI!lllle du Fouta, nommee Khary !.OUM et obtint
de l'union DeI:lba Khary qui est Serigne Pire Demba FALL (1). auprès de qui
vinrent étudier les sciences, l'~ Abdcul et d'autres gens du Fouta.
n comptait une trentaine d' elèves provenant du Fouta et du Baun dou" (2).
Le souvenir de cette universite n'est pas efface dans la memoire
des gens du Fouta, vu le rôle important joué au Fouta par nombre de ceux
qui Y avcient fait leurs études. On Y detient encore les listes des deux
ou trois générations qui s'y etaient rendues pour étudier.
(1) - Vers 1125, il ~tait le recteur de cette université de Pire. Cf. supra,
l'Etat théocratique du Ndiambour" p. 132.
(2)
Il fait remerquer avoir été informe à: son village même,
Ganguel,
le jeudi, 21 juin 1922. L' informateur, un nommé Abdoul Kho.dir. est
descendant de Serigne Pire, Demba FALL. Mais la rédaction du passage
est datée de 1926. Voir op. cit. T.1 i4303 et 312 .
.f.

.246.
1
l
Une tradition rédigée en wolof avec des caractères arabes, re-
1
cueillie en 1969 par Madame Lucie COLVIN. donne une généalogie des Seri-
\\
ene Pire depuis le fondateur de 1; école. En voici l'essentiel : "C' est
Ar!lar FALL qui est le fondateur de Pire. Apres lui ce fut Demba FALL, puis
Yoro Asta l'CANE, puis Makhtar Binete. KANE, puis Malamine Penda, puis Makhtar
Khaly, puis Ma.I!lOurAsta Déguène, puis Yoro Asta !CANE, puis, Yoro Sadio,
puis Boubacar Pende. Yéri, puis Makhtar Anta Ngoné, puis Demba Dior, puis
Hamet Penda. puis Makhtar Ngoné, puis Makhtar Ndiouga.
Apres cette énumération. l'auteur précise que !le 'est toujours
du Damel que le Serigne tenait son autorité, d' une part et que les premiers
qui peuplaient le village ne s'appelaient pas FALL, dl autre part. Les FALL,
poursuit-il, les avaient trouvés sur place. Déthiéfou Ndiogou est leur aieul,
i l fut un Lamane du Cayor. C' est le pere Amari Ngoné Sobel qui est le père
de Me.ndésète, qui est le père de Koly Mandésete, qui est le pere de Makhtar
Pathé, qui est le père de Amar FALL qui vint de Dimar (Fouta Toro). Le
Damel lui donna un terrain pour habiter. Comme i l était un Toucouleur qui
ne comprenait pas le wolof, i l retourna au Fouta après trois ans au cours
desquels il fonda l'école. Quinze ans après. l'un de ses fils. Demba FALL
revint continuer l'oeuvre.
,/
Une autre note rédigée par M. CISSE (1), à partir d' une tradi-
tion recueillie, fait remonter la fondation de l'Université de Pire au
(1) - Etudiant en licence d'histoire~ Faculte des Lettres Dakar. Sens date.
t
1.
i1.

XVIIIe siècle.en précisant que "Amer FALL obtint du Damel Amary Ngoné
l.Ul endroit où i l pouvait 6' insta.ller1'. Cette Université ne date pas du
XVIIIe siècle, cornee le dit cette note, encore moins de la fin du siècle
le Damel A:!nEJry N80né qui aurait concedé à Amar FALL, le fondateur, l'en-
droit où fut construit le village. n' accéda au pouvoir qu 1en 1790. La note
contient d'autres détails qu~ ne rejoignent pas, sur plusieurs points, les
donnees de 10. tro.dition, mais i l serait prémature dl incriminer l'un ou
l'autre.
Dans une autre note sur l'Universite de Pire, due à l'auteur
de ces lignes, datée de 1972, il est fait mention des circonstances qui
entourèrent l'èxtinction de cette Université, de même que son emplacement
a été précisé.
Outre ces documents oraux et écrits, il existe aux Archives
du Sénégal une intéressante lettre du Serigne Pire Boubacar Penda Yeri FALL
au Gouverneur du Sénégal (1), à côté d'autres correspondances axées sur
les relations du dernier Serigne Boubacar ï'ALL avec Lat-Dior. Des recher-
ches plus approndies seraient à entreprendre pour donner à cette question
fondamedale la ~éritable dimension qu'elle revêtait, au XVIIIe siècle par-
tioulièrement.
(1) - Reçue le 10 octobre 1886. 1D 48, Campagne du Cayor, Archives du Sénégal.
./.

.248.
Une mission d'enquête et de reconna~ssance du terrain que nous
1 Bvons effectuée à Pire, le 25&1972. en compagnie d'une équipe de cher-
cheurs de l ' IFAN, comprenant MM. Cyr DESCAMPS et Guy THILMANS (1), sur
l'initiative du professeur A:m!3:r SAMB (2), nous a permis d'avoir plus de
précisions sur cette ancienne 6cole de hautes etudes islamiques dont il
ne reste plus que le souvenir.
Sa fondation remontait au cours de la seconde moitié du XVIIe
siècle et probablement au dernier quart, car DAPPER (3) qui visita les
lieux en 1668, n'en a pas fait mention, alors que Mo.lick SY qui fonda le
Boundou en 1695 y a fait ses etudes. Elle fut fondée par un nommé Amar FALL
dont le grand-père était l'arriere-petit-fils du Damel Amar,y-Ngoné-Sobel
FALL (1549-1595). Sa-mère était une toucouleur du Fouta-Toro.
L'école connut assez tôt un vif succes et attira beaucoup d'é-
tudiants venant des autres royaumes de la Sénégambie, particulièrement
(1) - Ils sont respectivement le chef du depertement de Préhistoire et
d'Anthropolog,ie culturelle. L'auteur de ces licnes était alors le
chef du dép~~ement d'Islamologie du même établissement.
(2) - Le Directeur de l'IFAN depuis 1971-
(3) - Op. cit. Cf. supra. p.2~7.
'/'

du Fouta--'l'orq. On cite parmi eux Malick SY (1), le fondateur du Boundou,
Thierno Souleymane BAL (ob. 177B), l' AllllP.JDY Abael Ke.aer (1778-1808) ainsi
que AMoul Karim du Fouta Djallon (2) qui :initia El Rà.dji Omar à la Voie
tijâniya.
D'autres Gtudionts en provenance des régions lointaines, depuis
la Gambie jusqu tau Boundou, s 'y donnaient rendez-vous pour compléter et
parfaire leur formation arabo-islamique.
Selon toute vraisemblance, ce serait au sein de cette Universi-
té que se serait ourdi le complot qui renversa les Dénia.oke détenteurs du
pouvoir :politique au Fouta Toro depuis l'avènement de Koly Tenguella, au
Début du XVIe siècle.
b) Le Programme d'Enseignement
L'on ne conna.ît pas precisément les di fférentes matières que
comportP..it le prograIllnle a' enseie:nement ae cette école. Nous savons cepen-
dant que l'exeBese coranique (tafsîr) et le droit musulman (fiqh) y occu-
(1) - Voir Capitaine ROUX, Notice historique sur le p~s de Boundou, 1885.
1 G 7B, Archives du S~n~f(al.
(2) - Cf. MOussa Kt~RA> op. cit. t.l p. 262 et 270, Dakar, IFAN, Cahier
nO 2, Fonds Moussa K.AMABA
./ .

.250.
paient une place de choix. Une note infrapaginale que Matar Ndoumbe DIOP (,)
rédigea lors de son sejour dans cette école, vers 1725, suggère que la
grammaire (na1?:w) y était également enseignée~)Quant il la théologie (taw~îd).
figurant mêce dans les prograIlll!les les plus rudimentaires, i l va de soi
qu'elle y occupait la place qui lui était assignée.
Ni par son infrastructure, ni par son ~rogra.I!Dlle, encore moins
1
l'Darles qualites intellectuelles de son corps enseignant, l'universite de
Pire ne saurait rivaliser avec celle de Tombouctou ou la mosquée de Sankore.
Le climat n 'y etait pas pour autant moins propice au développement de l'en-
seignement, en quoi résidait le secret de son succès. En effet, grâce à
l'ecole et à son vénerable recteur, Demba FAU (1725) le village de Pire
avait le statut d'un sanctuaire. Tout coupable qui y cherchait refuge échap-
pait aux poursuites, même à celles du Damel. Sans doute, est-ce ce climat
qui y attira tous ceux qui, de par leurs convictions religieuses, aspi-
leur
raient à instaurer la loi islaDique dans/propre terroir.
!
Parmi ceux qui ont étudié à Pire, SaCid TALL, le père d'El Hadji
Omar. Quant au martyr de Déguimbere, i l s 'y serait rendu par deux fois,
mais i l n'est pas etabli qu'il y etudia.
(1) - C'est le fondateur de l'Etat théocratique du Ndiambour. Cf. supra, p.143
(2) - Cf. 5.lifra. p. 144.
./ ·

.251.
c' etait là l'essentiel du programme connu. Quant aux ouvra~s
de base dont nous donnons ci -après une analyse succinte, ils etaient pres-
que identiques à ceux qu'on utilisait dans les universites du bassin né-
ecrien (1). Suivant l'objectif qu'il se fixait, l'~tudiant pouvait s'arrê-
ter à mi-chemin. Cependant ceux qui se destinaient aux fonctions ecclesias-
tiques telles que : Imâm, Cadi ou Professeur, ils devaient franchir ce
seuil et entamer les études secondaires et superieures. Ces trois phases
successives correspondent à la division arbitraire mais très approximative
que nous proposons ainsi
Premier cycle
a) Aqsâl'l ad-Dîn ; un court traité d.e théologie. Auteur
anonyme.
b) As-Sanûsî
un opuscule sur la théologie
sur les attributs de Dieu et sur les fonde-
ments de la foi.
Auteur algérien (ob. 1489/ J. C)
2°) Enseignement reliPieux ( fiqh)
a) Al-AMan
-.
quelques notions sur la pureté légale et un
aperçu Bên€ral
sur la prière. Auteur dlg€rien.
b) Al-cAXmâwî: quelques notions sur la pureté légale, un
aperçu général sur la prière et un chapitre
sur le ,jeûne du Ramadan. A
• " .
1 .,..L._
ute~ B~ge~%eR'~à{-----
, . \\
(1)- Cf. S.M. CISSOKO, op. cit. p. 207 et suiv.

.252.
c
.-
c ) Al- Awfl
Quelques remarques assez vagues sur 10. prière.
Auteur anonyme.
li) Ibn cAXir: un opuscule en vers comprenant un conàensé àe
théologie, un aperçu général sur la rrière,
sur la zakât, sur le jeûne, sur le vèlerinaee
à la Mecque et quelques considéra.tions sur le
soufisme. Auteur marocain.
e) Al-Muqaddima al-'1zz ~a : sur la pureté légale, la vrière,
la Znlât,le jeûne, le pèlerinage à la Mecque,
le mariage, la succession. Auteur egyptien
(ob. 1532/ J .C.)
d) La Risilla d' al-Q.ayrawânî: : un traité assez détaillé sur
la vureté légale, la vrière, la zakê.t, le
mariage, les transactions, le té:moignage, la
succession, les activités blamâbles. Auteur
tunisien.
Les deux ouvrages suivants qui c6~lètent a.ujourd'hui la série
n'étaient pas disponibles. Ils ne font que reprendre les mêmes thèmes.
g) Ibn !luXd : sur la pureté légale, la prière, la zakât,
le jeûne, et le pèlerinage à la Mecque (en
vers) Auteur égyptien.
i
i!
1
1
}
'/'
o-
r

.253.
h) Ashal al-Masâlik : sur la puret~ l~gale. la prière. la
zakât. le jeûne, le pèlerinage à 1e. Mecque
(en vers) Auteur egyJ:'tien.
Deuxième et troisième cycles
1°) DROIT MUSULMAN (fiqh)
a) l'Abrége de Cheikh Khalil : traité complet au droit
:nusulman. Auteur égrotien (ob. 1374/ J. C. ) .
b) ~fo. d'Ibn cÂ~i~ : traité de droit musulman à l'usage
c/a.s
juristes (en vers) Auteur andalou (ob. 1426/ J.C)
2°) EXEGESE CORANIQUE
(tafsrr )
Le livre complet en ?lusieurs séances qui s'échelonnent
sur des oois.
- Le
c~ntaire d' ~-Sâwî ~tait le seul utilisé. Auteum égyp-
tiens (ob. 1459 et 1505/J.C).
a) Al-Ajurrûmiya
trait6 succint de gramm.e.i.re. Auteur
berbère (ob. 1323 / J . C. ) .
b) M~a al-Icrâb. : ~ê~s thèmes que le précedent (en
vers) Auteur Irakien
(ob. 1122 / J. C. )
c) Lâmiya al-afcê.l : sur la ItOrphologie
. (en
vers). Auteur andalou (ob. 1274 / J.C.) •
./ .

.254.
d) Al-Alfiya d'Ibn Mâlick : Cours complet de grammaire
(en vers). Auteur andalou (ob. 1274/J.c.).
HORS PROGPJlMr.lE.
10) POESIE ET BELLES-LETTRES
C A . . . .
....
..
a) Al-Mu allaqat : les sept poemes choisis de la poes~e
anteislamique.
b) Maq~Û'ad'Ibn Duraid (en vers) Auteur irakien (ob. 9231 JC.)
c) Dâliya. d'Al-yûsi Auteur berbère (ob. 1691 1J.C.)
d) Les seances de Hariri. Auteur irakien (ob. 1122/J.c.)
2°) LES DISCIPLINES SCIENTIFIQUES
a) La metriQue (carûÇl.)
Al-~azrajî : traite en vers.
b) La rhétoriQue (be;yÊin)
Al-Javhar al-maknÛIl: traite en vers
c) La. logique (Illat}tiq)
Matn as-sullam : traité en vers
d) La. méthodologie juridique (~Ûl)
Al-Waraqât : traite en prose.
REMARQUES:
Ce programme suscite quelques remarques. On peut noter l'absen-
ce des disciplines scientifiques telles que le calcul
et l'astronomie,
/

·255.
d'une :Jarl et la tradition du Prophète (hadit),de l'autre. Les premeres
.
-
étaient considerees comme profanes tandis que la dernière n'apparaissait
pas co~e une discipline en soi.
La methode d'enseignement était fondée comme à l'école corani-
que, sur la meoorisation. Les cours du maître, donnes mot-à-mot pour tou-
tes les disciplines, ne faisaient pas l'objet de discussions. Par ailleurs,
outre l'autorité du maître, l'utilisation exclusive d'un seuJ. manuel
presentait de nombreux inconvénients surtout pour la formation de l'esprit
critique. Il en résulta un formalisme qui aurait pu être assoupli dans
l'intérêt de l'Islam.
Ainsi plus les centres d'enseignement se multipliaient moins
on avait
la possibilite de se dégager de l'enprise de cette rigidité.
Une production littéraire tout aussi pauvre que dépourvue d'originalité
en est le plus éloquente illustration. Ne sachant pas faire la distinction
entre la culture, même islani:;tue, et le culte prop'rement dit, l'on El. déli-
bérement soumis celle -là à l'austérite de celui-ci.
Quant à la durée des études, il convient de rappeler que pour
achever les trois cycles, l'étudiant moyen passait au moins une vingtaine
d'années. Les leçons étaient individuelles ~ tous les niveaux. Neanmoins
.f.

.256.
tous les étudiants avaient la possibilité d'assister ~ n'importe quel
cours. Celui-ci durait ~néraleI!lent, pour la matinée de 9 heures à 1 heu-
re, et peur l'apr~s-I!lÏdi de 3 heures à 5 heures.
De nos jours, il n'y a presque aucun changement notoire si ce
n'est le raccourcissement de lu durée des études et le délaissement pro-
gressif des anciens manuels au 'Profit des connaissances simples de la
langue parlee. Toutefois, dans les campagnes, le divorce n' est pas si accen-
tué, au Fouta Toro en particulier.
Cette identité presque parfaite des programmes d'enseignement
dans toutes les écoles est un reflet de l'impact de cette Universite de
Pire sur la diffusion de l'enseignement islamique dans la Sénegambie.
c) Extinction de l'universi~è de Pire
De cette Université, nous l'avons dejà dit, i l ne reste plus
rien. pas même des vestiges. "L' edifice, nous confia Serigne Ababacar FALL.
l'actuel Imâm de la grande mo~quée de Pire, nomme depuis 1918 (1). a éte
consume par le feu. il y a une centaine d'annees environ, lorsque les
Français, en état d'hostilité avec Serigne Boubacar Pende Yeri FALL, qui
(1) - L'entretien que nous avons eu avec lui, le 25 mai 1972. à Pire.
Il était assisté de Ousseynou FALL, l'actuel Serigne Pire, âgé de
45 ans environ.
'/'

·257.
en fut le dernier recteur. incendièrent tout le village. Toutefois. pour-
suit l'I~. aucun des livres n'a été brûlé. Car ayant pressenti le da,n-
ger, le Serigne fit creuser une fosse et les y enterra tous. Le poids
total faisait environ cinq quintaux ; ils étaient rangés dans des sacs de
coton" .
L'événe~ent auquel il fait allusion eut effectivement lieu
au début de la seconde moitié du XIXe siècle. Le Serigne Pire. Boubacar
Penda. après avoir demandé et obtenu des armes du comcandant du Cercle de
Thiès (,) pour défendre le Saniokhor contre une éventuelle invasion de
Lat-Dior, accueillit amicalement l'ancien D~el qui venait de regagner
le Cayor (2). Instruit par celui-ci de son intention de recouvrer son
trône. le Serigne entra en parfaite intelligence avec lui et mit à sa
disposition la poudre qu'il avait reçue et co~t l'imprudence dtacco~a-
guer son hôte dans sa tournée de propagande (3). Pour ne pas être pris
au dépourvu. le colonisateur incendia le village (4) mettant ainsi fin
è une existence glorieuse.
(1) - Cf. Télégra=e officiel du Co=andant de Thiès au Gouverneur du
Sénégal. daté du 8 juillet 1869. 13 G 265, Archives du Sénégal.
(2) - Cf. supra. p. 85.
(3)
Sur le rapproche~ent de Lat-Dior et de Serigne Pire, voir 13 G 266.
(4) - Voir le télégramme officiel, daté du 5 ~ai 1869, sur l'incendie de
Pire.
./ .

LldL.
257 bis
L'auteur s'appuyant sur le tronc d'arbre matêriali-
sant l'endroit où sont enfouis les livres de l'ancienne Universit!
de Pire, incendiée, en mai 1869, par le colonisateur français.
L'emplacement présumé des locaux de cette célêbre
médersa est à vingt mètres en face.
Ce portail en tôles ondulées donne sur la cour de
la mosquée, construite aprês la reconstruction du village, il y a
environ une centaine d'années;
Cliché ~. DESCAMPS, IFAN.

...... c
.258.
L'emplacement du sepulcre où sont j anches les nombreux volumes
renfermant une somme considerable de connaissances que les illustres sa-
vnnts de Pire léguaient à la prostêrité, est oatérialisé par un tronc
d'arbre (1), haut de cinquante centinÈlres, plante à moins de dix mètres ë.e
la porte prineipale de la grande oosquee, en dur, vieille d. 'une centaine
d'années et située à une trentaine de mètres, à l'Est de l'emplacement
présume de l'Universite. La route principale du village serait trace sur
une pc.rtie des ruines. Sur l'autre partie , i l fut construit une maison
appartenant à la famille de Serigne Pire (2).
2°) L'ENSEIGNEMENT CORANIQUE
Encore plus r€pandue,
l'école coranique connut un développement
dont l'ampleur devait être l'une des causes essentielles de la régression,
du moins de le. sta.gnation de l'enseignement islo.mique. Pour mieux compren-
dre le mécanisme de cette dialectique, il conviendrait de considerer les
facteurs qui présidaient à la naissance et au développement des ecoles
COI IIlIiques •
Les études coraniques ne visaient pas seulement un objectif
religieux, elles avaient aussi une fonction sociale. Dans certaines régions
(1) - Voir la photo~ ci-contre,
(2) - Cf. El Hadji Ravane MBAYE, contribution à l'étude de l'Islam au Sé-
négal, Dakar, Faculté des Lettres, 1973, p. 38
./.

-:""'"'"'~'~f"'!,'"PWP""_-------------"""-""""""------------
.259.
de la Sénégambie tous les enfants, musulmans et non-musulmans, allaient
à l'école coranique. On apprenait ainsi non pas la langue mais l'écriture
seulement pour les besoins des différentes activités quotiâennes. De telles
écoles, sans perdre leur caractère religieux, tendaient à se multiplier.
Ainsi, tout en etant un sacerdoce, diriger une école coranique était une
profession réservée à la caste des lettrés. Parallèlement, trois pères
de famille sur dix faisaient office de maître amateur en marge de leurs
occupations quotidiennnes.
Par conviction religieuse, le maître d'école professionnel
estimait qu'il devait se nourrir d'aumônes ou de dons, car l'enseignement
du Coran était assimilé au culte, d'où le refus de nombreux maîtres d'iicole
coranique d'accepter_un salaire quelconque.
Comme le prouve le caractère rudimentaire des écoles coraniques,
c'est souvent au cours de ses pérégrinations qu'un maître d'école itinérant
découvrait une 10c!Üité où il
B:luhaitait s'établir pour y exercer son
lliltier.
Si sa réputation de "Ka.89" (1) était confirmée, l'ouverture d'une
( 1) On appelle a.insi celui qui connaît l'ensemble du Coran par coeur. Tandis
que le terme "foore" désigne seulement le lettre. Au cas où ce dernier
sait réciter le Livre Sacré, de mémoire, on l'appelle "!Caa:S-focre".
-,
.f.
1
i
i

.260.
école ne lui posait aucune difficulté: les habitants venaient d'eux-
I:lêmes lui confier leurs enfants comme talibés. En pareil cas, l'école
commençait avec un effectif déjàèonsidérable. Dans le cas contraire, le
Serigne (marabout) tentait un essui qu'il ne réussissait pas toujours.
En Ce qui concerne le nombre des enfants scolarisés, il convient
de reœrquer que près de 70 % des parents de castes nobles envoyaient
leurs enfants au dâra (l'école coranique) à des distances allant jusqu'il
300 kilomètres. Avec l'aide matérielle des parents d'61èves, on entrepre-
noit lu construction d'une école proprement dite: un internat que les
élèves ne qui1leront qu'après avoir appris le Coran par coeur, sans même
une permission pour rendre visite aux parents, ni à qui que ce soit.
D'ailleurs, il était d'usage, quand un père conduisait son
enfant auprès du Serigne, de dire à celui-ci : "Je ne vous demande que~
le Coran ou un cadavre", c'est-à-dire: je ne veux plus voir ce garçon
tant <lU' il n'aura pas pu ré citer le Coran de memoire, il moins que la mort
ne l' enlève ~ vous me remettrez alors son cadavre. Ce principe d'internat
était scrupuleusenent respecté par presque toutes les farnilles de caste
noble.
Généralement, c'était à sept ans que les parents amenaient
l'enfant au dâra. Il y restait parfois jusqu'à l'âge de 35 ou 40 ans .
.J.

.261.
Ceci n ' était valable que pour le sexe mas culin, les filles ayant été
astreintes aux tra.vaux du ménage, sauf environ 3 %d'entre elles, souvent
filles des Serigne.
Pour donner une idée plus précise du nombre d'enfants qui, il
y a 15 ans, fl'equentaient l'école coraniQue, nous insérons ici quelques
to.blea.ux du sondage démographique de 1960-61, realisé par le directeur
de la Statistique du Sénégal.
a) Quelques statistiques
"Si nous admettons que la population scolarisable est composée
d'enfants âgés de 6 ~ 13 ans, nous obtenons un effectif voisin de 575.000
soit 18.5 %de la population totale.
Sur ce total, 110.000 environ fréquentent l'école publique ou
privée, 66.000 l'école coranique, et 398.000 ne sont pas scolarises du tout.
La proportion des scolarisés, dans les écoles autres que corani-
ques, s'établissait lors de l'enquête 1960-61 ~ 23, 47 %pour les gerçons
et il. 14,21 %pour les filles; dans les écoles coraniques, elle était de
16,96 %pour les garçons et 5,27 %pour les filles.
'/'

·262.
Si nous incluons dans la population scolarisable les enfants
de 5 ans, le même sondage indique 9,83 %des enfants senegalais frequen-
tant l'école coranique, dont 7,50 %pour les garçons et 2,33 %pour les
filles.
I.e Ta.blea.u 1 ci-dessous donne les principaux resultats de 1 'enquête.( 1).
TABLEAU 1 : Frequentation scolaire, population africaine (effectif en milliers
Effectif
Non scola-: vont à
autre
sans
f~e
.
total
.
rises
:l'ec. Cor;
ecole
:reponse
.
.
..
..
..
------------------------------------------------------------------------_.
G A R C O N S
5 ans
56,2
52,0
0,3
3,6
0,3
6 ans
51,4
40,7
8,4
1,9
0,4
7 ans
56,2
34,0
10,6
11 ,5
0,1
8 ans
45,9
25,2
8,6
11 ,9
0,2
9 ans
35,2
18,9
5,7
10,6
o
10 ans
31,8
16,0
5.9
9,8
o
11 ans
28,5
15.3
3,8
9,3
0,1
12 ans
27,4
14,0
4,4
8,2
o
13 ans
26.0
14,3
3,9
7,8
Total:6-13 ans
302.4
178 ,4
51,3
71,0
0,8
F I L
L E S
5 ans
56,7
54,5
1,7
0,2
0.3
6 pns
51,2
45,9
3,4
1 ,7
0.2
7 ans
49,1
38 ,6
3,0
7,4
0.1
8 ans
41,0
31,9
2,3
6,7
o
9 ans
32,5
24,8
1,7
5,8
0.2
10 ans
28,2
21,4
1,4
5,4
0,1
11 ans
22,3
17 > 1
0,9
4,1
0,1
12 ans
26,3
20,7
1 .1
4,4
0,1
13 ans
22,4
18,7
0,6
3,3
0,2
Total: 6-13 ans
273,0
219,1
1,44
39,0
2,4
( 1) - Voir les autres tableaux dans l'annexe.

.263.
Quant aux familles de castes serviles. leurs enfants avaient
pour devoir d' apDrendre les métiers de leurs parents. ou pouvaient vaga-
bonder parce que ne devant rien apprendre à cet âge. De surcroît. dans
leur situation difficile. elles ne pouvaient se Dasser de l'aide. si
l!IÏ.nime fût-elle. Clue leurs enfants pouvaient leur apporter.
Sous cet angle. nous pouvons diviser ces castes serviles en
trois catégories
a) D'abord les familles qui se résolvaient à envoyer leurs
enfants à l'internat pour QuelClues c.nnees seulement. Il s 1agissait souvent
des griots.
b ) Ensuite les fe.m:illes dont les enfants fréquentaient l'éco-
le à titre d'externes seulement : les enfants rentraient chaque soir chez
eux parce qu'astreints à de multiples petites tâches domestiques.
Cependant. les unes et les autres retiraient leurs enfants
des ecoles dès qu'ils étaient susceptibles de pouvoir accomplir certains
travaux quotidiens.
c) Enfin. les familles qui n'envoyaient pas du tout leurs
enfants à l'école coranique. toujours pour les rai sons évoqué as plus haut
c'6taient les Lawbé.
.f.

.264.
b) Son fonctionnement
En ce llui concerne le fonctionnement de l'école. rappelons
d'abord 'lue le Serigne ne percevait aucun salaire. Il vivait de subsides
'lui lui parvenaient soit de l'intérieur du village, soit du dehors sous
fOI'l:les de cadeaux ou parfoi s à titre de hadiya. (dons 'lue l'on 0 ffre à un
peu
saint personnage en vue d'obtenir un/de sa baraka)(1)car i l parvenait
souvent à éclipser par ses connaissances et par ses vertus tous les mara.-
bouts principaux du territoire. Il possédait un ou plusieurs champs ou
ses élèves travaillaient le jour. Le problène de nourriture ne se posait
donc pas a ce niveau.
Quant aux élèves (tâlibé) grands ou petits. ils vivaient de
la 9,uête d'aumônes. On les libérait aux heures des repas de la journée.
rareœnt la nuit> pour chercher de la nourriture de porte en porte.
Les etudes proprement dites se séparaient en deux séances
nocturnes : la deuxième et la cinquième des six parties de la nuit. Elles
se récitaient à voix haute, autour d'un feu et sous la surveillance du
Serip;ne ou parfois du surveillant (un élève-maître). chaque élève ~ant
sa planchette devant soi.
Du point de vue p&iagogiql1e
, il faut noter que la rléthode
la plus appréciée était le châtiment corporel ; on ligotait un tâlibé à
(1) - Cf. infra. l'attitude d'El Hadji Malick SY face à de telles pratiques
p.
'/'

.265.
la meiSOD ou aux champs, on l'étendait nu, à même le sol, sous le soleil
brûlant, on pinç ait son doi gt ou un organe entre les deux morceaux de
pu
bois pour le punir de n'avoir plI.slréciter une leçon à temps. Combien de
llllÛtres d'écoles, de pères de familles ou de ligrands marabouts li n'ont
pas de cicatrice partout sur le corps. souvenir de séjour à l'école cora-
nque ? Sortir de l'école le corps indemne, voila ce qu'~n considerait
comme miracle. Les a.trocités que décrivait Ibn Bat1ïû~a au Mali, en 1953,
ont donc pénétré solidement au Sénégal.
Pour faciliter la tâche, le SeriVle avait parfois recours il
l'usage de l'kiis'' (1), mais celui-ci se révélait de toute l!lllIliere ineffi-
cace avec certains élèves à l'intelligence faible.
Quant il l'enseigneI!lent proprement dit,
signalons que c' était
toujours le Serigne, ou à défaut, un élève-mai:tre. Q.ui écrivoi t la leçon
sur la planchette de l'Gcolier. Ce dernier ne devait toucher la plume
(}t1''lme fais terminie la. récitation du premier quart du Coran, ce qui repor-
tait
l'apprentissage de l'ecriture à la septième année après l'entrée
dans l'école. La prononciation n'avait aucune importance si bien que les
phonèmes suivants leur paraissaient comme les différentes graphies d'une
cême s a:m.ante :
JO
' , ; '
'cr' j , J, ~
(1) - Il s'agit d'un ou de plusieurs versets du Coral qui ont la vertu de
rendre fidèle la mémoire. Le Serigne en ecrit sur une planchette
que le tâlibé lave avec l'eau potable pour l'absorber un mercredi
ma.tin à j eÛll .
.J.

.266.
Les dialectes du pays, dons toute leur diversité ne conna.issant que le
phonème, morqua.ient une forte tendance à assimiler tous les autres pho-
nèmes a ce dernier.
D'ordinaire, l'élève qui pessait Quinze ans à l'école devait
pouvoir réciter le Coran par coeur (1). Mai savant d' en arriver là, i l
en terminait d'abord l'étude sur la planchette; une première fois en
commençant par les sourates les plus courtes et partant les plus faciles
à retenir et une seconde fois en sens inverse, c'est-à-dire la sourate un
à la sourante cent quatorze. Il prenait alors des leçons plus longues
(1) - "Mcrintenant, m'a confié, en 1972, Sericne El Hadji Malick DIOP de
Saint-Louis, six ou sept ans nous suffisent pour apprendre à réciter
de mémoire le Coran en entier il. un garçon". Ce SeriGlle "Ke.an-foore"
dirige il. Saint-Louis une école orir,infle : les tâlibes âges d'une
vinctaine d' années savent rédiGer en arabe tout en étant des "Kaan".
Leur prononciation est d'une netteté qui surprendrait bien des gens
dont l'arabe est la langue mat ernelle. Le Serigne lui-même est
versé en arabe, est poète et auteur de la biographie d'un lettre
Saint-Louisien .. Signalons encore que tous ses élèves ont appris à
lire et à ecrire le français, certains d'entre eux sont même titu-
laires du C.E.P.E.
Un autre Serip.ne, .Amadou Sakhir Ul, tenant son dâra à Koki, nous
tint à peu près les mêmes propos, en janvier 1969 : "A l'âge de
13 ou 14· ans, le tâlibé s:t:;t réciter le Coran en entier de memoire".
"lleffectif de l'école", a.)outa-t-il", est pres de 200 élèves".
En cinq ans l'effectif a considérablement augmenté. (500 en 1969)
Après le Coran, l'élève peut suivre un enseignement théologique
rudimentaire que le maître se refuse il. développer " ce serait au
détriment des études coraniques", m'a-t-il confié, le 5 mai 1974 •
.J.

-,
L
"H
- i
"
Q.H.f-'Ht
-;.
.... 'Ac'
t t ' e " p " h
5
h- .'
rl d
f
."
. p'
Mt
.267.
selon ses capacitês et allait du huitième jusQu'à la moitié d'une partie.
Il devait passer un temps beaucoup plus court pour entamer la troisième
et ultime étape.
L'etudiant Qui parvenait à ce stade, trouvait à sa disposition
un é1ement appreciab1e dont le concours lui facilitait grandement le. tâche
le livre de werm dont nous avons fait mention plus haut. Ce manuel, conçu
D. l'usage de l' etudiant dont la langue ma.ternel1e nI est pas l'arabe, ame-
nuise toute une gamme de difficultés
graphie particulière, répetitions,
versets semblables, flexions, etc... Le manuel cOI:Iplet est aussi volumi-
neux Que le Coran. Il en existe cependant des resumes par genre. Ainsi
l'etudiant se heurtant à une di ffi culte QuelconQue, la surmonte grâce à
ce manuel pratiQue. -
Ordinairement. P0ur Quitter l'internat. l'étudiant devait
réciter par coeur l'ensemble du Coran devant un auditoire constitue à
cet effet. S'il reussissait l'épreuve. le Serigne le 1iberait et le fai-
sait accompagner jusQue chez lui où i l recevait un aocueil chaleureux.
Aussitôt inforoes de son arrivee, les parents. afin de lui
faire subir de nouvelles epreuves, rassemblaient une assistance d'experts
J.

·268.
en la watière (1). Le village informé. tous les intéressés et les curieux
se rueient vers l' endroi t choisi pour le déroulement de cette épreuve
nocturne qui durait jusqu'à l'aube. Après le dîncr, l'étudiant, sous les
re{!a.rds attentifs, se mettait à réciter en faisant des allées et venues.
S'il
lui arrivait de buter pendant la récitation nul ne s'empressait de
le remettre sur le chemin. Au point du jour. i l arri v8.Ï t à la cent quator-
zi8me sourate (2). Alors la cerémonie relirieuse cedait la place aux fastes.
Généralement on donnait au r..a.rabout un esclave en p:uise de salaire globel
pour l'oeuvre admirable accomplie.
(1)- L'auteur de ces lignes a eu l'honn8ur d'être invité à faire partie,
en juin 1976, d'un jury du l!l8ne genre.
(2) - Un Serirne ori~ineire de G~~diole> âCé de soix~1te dix-sept ans et
f
résidant actuelle~ent au SalOQ~ où il exerce les fonctions de maître
d'école coranique, nous a confie que depuis le Qéb~t de son ensei-
gnement du Coren, 99 de ses tâlibcs ont pu réciter le Livre Saint
de IJeIJoi re.
Nous voudrion3.faire ici quel~ues remarques d'ordre linf,Uistique.
J\\±,rès cette Fl:'e=ri.i?re lecture, on dit: "We.cce.::!o.". ce qui sie;nifie
littéraleD.€:nt
: il cst descenil.u. L'~"leJ.J'3e diachronique de ce terme
est révélatrice. En effet. pour dire qu'u:; elihre a. achevé ses études
coraniques, on dit en walof "wé'.cce..na", terme <lui sir:nifie descendre.
Or, chez les wolof on considère la 114e et la dernière sourate comme
le début. Le vocable "vacca" (descendre) paraît ainsi impropre, car
en' réalité puisq1.4,~ l '01 COI'll!lrr.J',pS'-î- le bas on dev2.Ït utiliser le verbe
"yeek", c' est-à-ch re ronter. Ainsi Quand l' êlE:v2 atteint le so=et,
on dit '.'yeekna" à le place de "wacca~e:t. L'exp::-c:::sion ne peut être
corrœcte que si l'on suppose Qu'à l'ori~ine. apr~s être parvenu au
sommet, c'est-à-dire è le sourate 1, leQuelle se trouve au faîte de
de.l'édifice, suivant cette conception wolof, l'élève devait faire
u~e deuxieme fois le m5mc trejet, mais en sens inverse. Ainsi, arrivé
eu point le plus 'bes d'où i l etait parti tout eu début, i l peut dire
Ir
" ( " .
d)
h '
"
~accanea.
Je su~s desceû u • Deux
ypoth~3es sont poss~bles :
1°) ou bien on co~ençait les études per le sommet, c'est-à-dire
à rartir de la Sourate II (le vache), et on de~cendait purement et
sir:rplement.
2°) ou bien on montait, pour descenère apr~s. Alors l'achèvement
proprement dit d€.os
etudes du Coran n'intervenût qu'après le deuxième
t01Jr, contrairement il ce que l'on adwet cOllll!lunement •
./ .

·269.
En l'honneur de ce tâlibé fortune, on cforeeait des beauf's
qu' offraient parents et notables. Tous les villa~es :;?criphériques prenaient
pert aux festivités qui duraient souvent une semaine.
En effet, l' 6tuGinnt qui ne parvenait pas, faute d'une memoire
fiQèle ou à cause d'un 1uelconQue autre handicap, à subir l'épreuve avec
succès, demeurait cond~~ Po rester ~uasi éternellement à l'ecole. Les
vétérans atteignaient parfois la quarantaine. Son sentiment d 'honneur ne
lui permettait pas de s'en aJ.ler, car il aurait déshonore ainsi sa faci.lle
qui attendait impatieIIlI:lent son retour triomphal.
En pareil cas, il etait contraire à l'usage, généraJ.ement res-
pectc, d.o quitter l'école pour travailler ou même pour apprendre les
sciences reli~ieuses. Voilà l'une des principaJ.es lacunes de l'organisation
de l'enseignement de cette c'Poque et, qui retardera énormément le è.évelop-
pement des sciences arabo-musulcanes proprement dites, aussi longtemps
que cet ttat d'esprit presida aux destinées des Senégrlais.
En effet, le Coran considéré comme sacra-saint, en général,
nul ne pouvait être autorisé à apprendre à connaître ses devoirs reli-
gieux tant qu' il n' evait pas assimlé pratiquement le Corail c' est-a-dire
l'avoir BU pa.r coeur. L'infortuné vétéran n'avait le droit ni de se marier,
1ni d'a.pprendre les sciences, ni de quitter l'école. Il était condamne à
./ .

------' -------_..._~...........
.270.
demeurEr oisif) en se muant en laawe.o.nkat. Ws lors ne perdtüt - il pas son
temps à l'ecole coranique?
Voilà en bref ce qu'Qn peut inscrire au passif de l'enseigne-
ment du Coran. Cependant les lacunes que voilà etaient dues moins à
l'enseignement du Coran proprement dit qu 1à l'etat d' esprit qui régnait
il cette époque-là. Pour s'en convaincre, i l suffit de jeter un coup d'oeil
sur c~ qu'on pourrait inscrire à son actif.
e) Ses r€sultats
ou l!éducation traditionnelle
dans les Daru (Ecoles coraniques)
Après ces considerations relatives à l'or~anisation de l'en-
i>,
seignement du Coran au XIXe siècle, on peut s'interroger sur l'opportunite
de Ct;t enseignement, c'est-à-dire sur son cpport positif poUJ:' la formation
de l'individu et pour la diffusion de l'Islam.
Il ve. sans dire que l'étude du Coran en tant que tel visait
un objectif exclusivement relir;ieux. Ce sort des preoccupations de cet
ordre qui présidaient à l'envoi au d.âra des enfants d.e tous âges pour
apprendre le Saint Coran. Il faut noter que les résultats obtenus étaient
souvent insuffisants, car parents et maîtres avaient une conception par-
tioulière de la chose. Ce qui importait c'était moins l'acquisition des
connaissances que l'accomplissement de l'acte q~ consistait simplement à
,f.

·271.
envoyer l'enfant à l'école coranique. Ils esti~ient s'acquitter ainsi
d'une obliBation divine. Cette conception r!Ystique était à la base de
l'ankylose relative de la pensée musulmane de l'époque médiévale.
Les résultats apparaissent dans plusieurs do~nes
intel1ec-
tuel, économique, moral et social.
- Sur le plan intellectuel, sipnalons que l'apprentissage du
Coran a développé chez les tâlïbes une mélJ!Oire qui parfois sort de l'or-
dinaire. En effet, les résultats de cet exercice de mémorisation par
excellence durant plusieurs années, s'avèrent prodieieux. L'enfant qui y
U~r
aurait/soumis et qui s'en tire avec succès, parvient facilement è. savoir
par coeur n'importe quel texte. Combien d'élèves n'ont-ils pas appris de
~moire quelques milliers de vers arabes entre la poésie antéislamique
cOl!lIIle les Mucallaqâ.t et les ouvrages de vulgarisaticn tels les mille trois
cents vers de TulJ.fa-l-Uukkâm (<h1oitI!lusulI!lan), les mille vers d'Ibn Malick
(gre.mmai.re arabe) ? Quant aux poèmes de deux cents à quatre cents vers.
il n'est pas besoin de chercher loin pour trouver quelqu'un qui-puisse
les réciter par coeur.
De plus, au cours de son séjour au dâra, le tâlibé apprend
un idiome particulier af"in de pouvoir communiQuer avec ses collègues sans
être compris des autres personnes. C'est ep.alement pour eux l'occasion
d'apprendre toute une littérature remplie de sagesses afférentes à la vie
./ .

'.-.~l.'i<'r:<'
_~~;;;u=::~~-~u
~.
,""..,
:.•, ••• ')' ; _ _. - _
..
. .
_""."".,..,.
"'"z",.._".=
'"'.
S::l'SllAia,tl:'l$r.:J•••
=nr.:;;::I\\!..e~..$!l!tir."'.-
" . , .. "
',;~~. l'
,,_~..~ 'L ",,,. ,., .f,
.272.
du dâra. Il acquiert aussi une memoire auditive qu~ lui rend d'éminents
services.
Pour ce qu~ est de l'intelligence ou de la pensée discursive,
il f~ut reconnaître que l'univers au sein duquel l'élève evoluait ne
favorisait guère son développement. Ainsi, en dehors des quelques"mêcanis-
œs de réflexion" ou "réflexes" <lue 1 r enfant apprend au cours de son sejour
Ci l'école coranique, leSQuels sont du reste insignifiants parce que trop
rudimentaires, rien ne contribue à soustraire son intelligence aUX menaces
d'atrophie.
- Cependant le tâlibe n la pas seulement pour devoir d'étudier
et de se soumettre à la discipline. Facteur économique d'un rendement ap-
preciable, les tâlibes êxaient astrëints. comne nous l'avons vu,
à s'occu-
per du ou des cha.m;ps du Serip;ne pour lui assurer ses moyens de subsistance.
De surcroît, le tfilibê se procure, sous la pression de la nê-
cessitê, un petit champ à lui pour ses propres besoins, notamment celui
de s'assurer les repas quotidiens. A cet êeard chacun des tâlibés se
L
ch*it une marraine ou "yaay u daara" qui lui conserve les reliefs des
repas et reçoit quotidiennement une ~erbe de bois à brûler. Au roment de
la récolte ils donnent tout ou partie, des produits du petit champ en ques-
tion. Donc par nécessité ce tâli~e devient laborieux et prévoyant •
./.

.273.
Rarement l'enrant qui grandit hors de cette atmosphère accepte
de foire de tels sacrifices. Cette productivite demeure donc une caracté-
ristique des tâlibés C],ui constituent dans leur ensemble une Inam d'oeuvre
appréciable.
- Un autre aspect non moins significatif se situe dans le
domaine moral. En effet, prépare, dans une nmbiance toute particulière,
à endurer toutes sortes de souffrances. le tâlibé è qui le tendre dimat
du foyer fait défaut dès son plus jeune âge. qui ne I:lB.D.ge jamais à sa
faim et ne porte Que des lambeaux en fait de vêtement. aC'luiert une maî-
trise de soi qu~ lui permet de subir avec patience tout malheur suscep-
tible de lui arriver.
- Enfin pour ce qu~ concerne le côté social de cette microso-
ciété fo=em,ent hiérarchisée. vivant dans un internat où les élèves-maîtres
ont le droi-t le plus absolu de ravir aux tâlibés les repas 'lUI ils se pro-
curent par la quête. ces derniers. vu la rigoureuse discipline du dâra.
aC'luièrent par le. force des choses l'esprit de solidarite et le sens de
la responsabilité lorsqu'ils deviennent élèves-maîtres.
Une promotion sociale est assurée au tâlibé dès que son séjour
au dâra auro. été couronne de succès. Maintes jeunes filles lui sont propo-
./.

1
. ,
il';!
&'1
.,
U
.274.
sees en mariage particulièrement par les parents proches. Il peut devenir
un chef d'école, voire un marabout parmi d'autres. Desormais. il parti ci-
pe aux réunions des notables et est consulté dans les affaires intéressant
la vie du village.
Tels sont les divers avantages que l'école coranique offrait
à ceux qui la fréquentaient. Ces ressortissants atteignaient un statut
socisJ. très enviable et l'école coranique qui avait le privilège de les
former acquhait très bien un atini.t irré:5istible.
En effet, dès que l'on connaît le Coran var coeur. les plus
belles perspectives s'offrent de devenir ~rand imâm ou cadi même. sans
avoir entièrement termin6 ses etudes sous l'enseignement religieux d'un
maître.

,~<E '1 t., C... _:... ' .'
,~.;,"" ,..,'"'IOo.r_
-"l~
~." ..~ .:..._
~,
"
.-
_
' - . _ - _ . . . , '""
---~
,,'-.--.l.-
,
' ..,.,
, ,'~, ".,., ~..
.2ï5.
CHAPITRE
VIII
LES CONFRERIES RELIGIEUSES
1°) LA NAISSANCE DE LA MYSTIQUE MUSUL.I>.1ANE
Entre autres
facteurs de diffusion de la foi islamique au Séné-
gal, il faut mentionner les confréries religieuses musulmanes. Celles-ci
ne sont que la cristallisation des idées mystiques dont les origines loin-
taines remontent au vivant même du Prophète de l'Islam- Que Dieu répande
sur lui le salut et la paix. En effet, les premières sourates révélées à
La Mecque prêchaient une foi en l'unicité de Dieu, d'une part, et le re-
noncement au monde d'autre part
'Vous vous efforcerez vers les vanites
de ce monde ; mais Allah veut ce qui est au-delà" (Coran, VIII, 68).
Mais en réalité le renoncement aux biens terrestres ne consti-
tuait pas le but exclusif de la prédication de Mub EUllJ'!lad.Aussi à Médine,
lorsque la communauté naissante eut édifié solidement ses assises, la rigueur
de la prédication mecquoise avait-elle été atténuée. Après l'invitation au
renoncement au monde, c'est l'exhortation à la conquête de ce dernier sans
que cela
signifiât nullement le délaissement du premier but poursuivi :
"Parmi. ce qu'Allah t'a donné, recherche la Demeure Dernière. N'oublie pas
ta part de la [VieJ immédiate". (Coran, XXVIII, 71) (1).
(1) -BLAr.HEBE
Regis, Le Coran. Paris, Maisonneuve et Larose, 1972 .
./ .

.276.
Cependant dès la première générlltion du vivant du Prophète Mu-
hl1lllr.lad -Que Dieu répande sur lui le salut et la paix- les musulmans. grâce
aux butins ramassés lors des conquêtes, eurent tendance a n~gliger l'en-
seignement du Coran axé sur les désintéressements à l'égard des choses de
ce bas monde. Ils semblaient plutôt attirés par les intérêts d'ici-bas. rom-
pant ainsi l'équilibre prêché par le Coran.
La première réaction manifestement hostile à ce relâchement
provient de l'un des compagnons de l'Envoyé d' Allâh. un nommé Abû Darr
al-Gifârî. sous le calife cU!:rnân (643-655) il propos de l'interprétation
qu'il donna du verset 94 de la sourate IX
"0 vous qui croyez 1 LsachezJ
que beaucoup de grands prêtres
~uifs-Ï et de moinesL-chrétiens-Ï dépouillent abusivement les gens de
leurs biens et les écartent de la vcie de Dieu.
Annonce à ceux qui thésaurisent or et argent sans dépenser pour
la cause de Dieu. un châtinent douloureux" (1).
I.e compagnon du Prophète. qui constatait non sans angoisse la
métamorphose de la jeune co=unauté, ajouta : "L'avertissement est dirigé
contre eux et contre nous". c'est-A-dire les religieux Ilvides ~~notre reli-
gion comme les autres dont le souci majeur était d'amasser les biens ter-
restres à leur profit personnel.
(1) - Si Boubakeur Hamza. le Coran, traduction nouvelle et commentaires.
Paris. Fayard- Denoël. 1972, 2 tomes.

·277 .
Ce point d'exégèse souleva de vives protestations du côté des
tenants du pouvoir et valut il son auteur de sévères réprobations. Cependant
loin d'être étouffée entièrement, cette idee poursuivit son chemin et peu
à peu se constituèrent des groupements épars qui donnèrent naissance au
soufisI::e.
Leur enseignement consistait en une tentative de
se soustraire
progressivement aux attraits de l'aspect materiel.de la vie par le moyen
de m~ditations et de recueillement. L'homme, à ferce de cultiver ainsi
son âme, finit par se dégager entièrement de l'empire matériel. Il s'élève
ainsi spirituellement ve:rs le Divin, et graduellement, parvient à l'absorp-
tion de son être dans l'Existence de l'Etre, la seule réelle. C'est alors
seulement qu'il parvint à s'effacer devant la Bonté divine et obtenir en
co~ensation la félicite de l'Au-delà.
L'on pourrait donc tenter un essai de définition en disant que
le soufisme est une tendance vers l'Etre, doublée d'un détachement absolu
envers les liens terrestres grâce à la méditation, et la récitation du Coran,
et de litanies spéciales.
Finalement, les soufis, malgré la réprobation à leur égard, cons-
tituèrent une doctrine originale unissant tous ceux qui sentaient !::deux le
besoin d'échapper aux conditions de leur existence matérielle. Quoiqu'il ne
./.

".SI"
l '
,
·h . . . · '
.' "
ir.
td';
itl
, "
.278.
s'agît pas là d'une théologie particulière, on a pu toutefois, avec le
temps, dg celer une démarcation assez nette entre ce que l'on ap,elle
con:munement le soufisme ou mystique musulmane. et l'orthodoxie musulmane.
En effet, se reclam4nt presque tous de 'c Ali , cousin et gendre
du Prophète, qui aurait tenu de ce dernier la science ésotérique du Coran,
les souris tout comme les giCites s'adonnent volontiers ii l'usage du ta 'vil
ou interprétation allégorique du Coran. Selon eux, le commentaire litte-
raire se heurte à de nombreux obstacles. Autrement dit, le procédé des
légistes ne saurait nullement résoudre l'ensemble des problèmes possibles des
musulmans sur les pans temporel et spirituel. D'autres vdent dans leur
atti tude "une syncréti sme théosophique" bien souligné par Sno1k HURGRONJE
fIC 1est. .. par son mysticisme que l'Islam a trouvé le I!loyen de s'élever
à une hauteur d'où il peut voir plus bin que son propre horizon, aroitement
liI!1ité .. , Il a en lui quelque chose d' interreligional ... fi ( 1) •
Par ailleurs, l'intégration de nouveaux éléments étrangers à la
pensée musulI!lane provenant notau~ent de l'heritaGe greco-latin et de la
~stique chrétienne, donnait aux soufis une conception du monde qui sem-
blait ne r~en tenir à l'Islam tel qu'il était enseigné par le Prophète.
D'un point de vue monothéiste, certains d'entre eux paraissaient associer
(1) - Cf. L. MASSIGNON. Essai
sur les origines du lexique technique de la
mystique musulmane, Paris, Vrin, 1968, p. 15 .
.f.

4;
t

I l
.279.
autres
au IEu uni<J.ue d'autres divinités et certains /ressortaient d'une certaine
deificationde la nature.
Ainsi le clivage entre orthodoxes et soufis devient de plus
en plus net et l'attitude des chefs temporels à l'égard des derniers de
plus en plus intolérante. Nombre de soufis durent se sacrifier à la survie
de cette doctrine ésoteri<J.ue aux scandales souvent meurtriers.
Car les pe-.rtisans du sens exotéri<J.ue qui avaient recueilli les
suffrages voya.ient dans le développement de la ~stique un danger r~el
pour l'Islam. L'adepte imbu de ses théories, substituerait volontiers,
estimaient-ils, la méditation aux obligations canoni<J.ues, à force d'inter-
préter d'une manière allégori<J.ue le Livre Sacr~.
La méfiance suscitée de part et d'autre par l'attitude de cha-
cune des deux parties, avait conduit certains mystiques à assouplir leur
position. Or entre les uns, accusés de vouloir abésser la morele de l'Islam
au plus bas <1egré imaginable, et les autres, exposés au risque de mettre
cette religion hors de la portée du musulman l'lOyen, naquit un soufisme mo-
dGré que l'Islam orthodoxe devait intégrer en son sein pour y~puiser sa mo-
./ .

.280.
rale pratique et ses oraisons". Ainsi un Gazâlî (1) habile à concilier ces
deux antagonistes, l'Islam sunnite et le mystique musulmane, fit s'incliner
devant lui les légistes les plus hostiles à la Ir\\Ystique musulmane, tels
Ibn al-Jawzî(2~, Ibn Taymiya (3) et Ibn Qayyim (4), tous docteurs hanba-
lites, avec qCe que cette appellation rappelle de rigoureux et d'austère.
En définitive, on peut résumer les deux tendances qui s'affron-
tèrent comme suit: les ~âhirites, au sens large, ou partis~s du sens
exotérique, juristes. théologiens et l~gistes veulent une religion pratiquée
( 1) - Abû Hê..rnid Muhammad al-Oazâlî (1058-11") fut un mutakallim, un lllYsti-
que et un philosophe renommé. Il reçut d'abord une éducation mystique
~vant d'entreprendre les études du fiqh et de la science du Kalâm.
Il tenta habilement de réconcilier la philosophie et la religion.
Avant de mener une vie méditati ve, il vécut un moment dans le doute.
Ce qui fit de lui un pr~curseur de Descartes. Tiraillé longtemps entre
la philosophie et la mystique. il finit oer rpJLlier définitivement
cette dernières. Far,mi ses principales oeuvres notons:
1°) Ihyâ'C ulûm ad-Dîn (Ré~fication des sciences de la religion).
2~) Son autobiogro.phie intitulée 111-MunQid min a(!-I)a1~(le sauveur
de l'errance).
-
Il fut pour Averroès ce que fut Rousseau pour Voltaire
La lettre
il Rousseau de ce dernier rappelle "TIO'.hâfut at-Tahâfut" d'Averroès en
réponse à son Tahâfut al-Falâsifa, qui ~enifeste sa répugnance pour
les choses de l'esprit qui est le résultat de cette tentative de récon-
ciliation de l'Islam officiel avec le soufisme qu'il entreprit et réussit.
(2) - Né è. Bagdad, cAbd o.r-Ratlmân Ibn o.l-Jewzî ("'6-1200) fut un grand juris-
te hanbalite, orateur et historien.
(3) - AJ;lJ.llD.d Ibn Ta.yniya (1263-1328) fut u."l er.ri.nent juriste hanbalite doublé
dlun philosophe logicien. Il Il beaucoup écrit. On lui doit."entre autre~
la Réfutation des Lo~iciens (Ar-Raddcalâ-l-Mantiqiyyîn)et "les sen-
tences ", le Caire. 19' 1, 5 vol.

(4) - Ibn Qayyim al-Jawziya (1291-1350). juriste hanbalite distingué et
disciple dl Ibn Taymiy<,.•
'/'

.281.
suivant l'enseignement du Coran et de le Sunna, conformement à une inter-
prêtation littérale, d'où un ~âhirisme (1). Pour eux, le fidèle n'est pas
tenu de dépasser le texte. Il suffit de dire, par exemple, Dieu est Un
et d'en demeurer convaincu.
t
Par contre, pour les bâtinites ou partisans du sens caché, le
"1
,
dessèchement, voire l'attiédissement de la fQi musulmane est imputable
•!
aux théories de ces théologiens et juristes qui, au lieu d'aller à l'essen-
\\
tiel, se can tonnent dans une attitude fiBée et astreiGDent ainsi les
autres a les imiter. Cette attitude ne devrait constituer en réalité, aux
yeux des bâtinites, que la première ét~pe ~ franchir avant d'entamer celle
qui conduit à l'Etre Suprême. Il ne suffit donc pas pour eux de proclamer
à voix haute que Dieu est Un ; il faut aussi une intériorisation de cette
Unicité. En d' autres termes, il faut vivre intensement cette profession de foi.
Avec l'évolution. ce soufisme modéré, assez bien vu par les
.!autorites de fait, donna naissance s son tour à ce que l'on appelle les
confreries religieuses. Il ne saurait être question d'effectuer ici l'in-
vcntaire exhaustif des confreries religieuses existantes encore moins une
analyse approfondie de leur doctrine. Nous nous bornerons, à mentionner
(1) - Au sens étroit, ce terme désiGDe une école juridique fondee par Ibn
Hazm (994-1064), le célèbre savant andalou. Sa doctrine a consisté
éssentiellement à proscrire le recours à l'interprétation idéologique
des textes: Coran et ~ad!t. Son eco1e est considéree par certains
comme la cinquième école juridique sunnite .
.f.

-
--~~
50gh~
Wi1 Tilâniyya d4ipil'ndant de TÎvaouane
Podor
~
Cl
-:"
fJ· Ti)âniyya outonom.. Où d"p~ndanl d.. 1'(' -
~
ra HI1~r. ~LQO
léri..ur
A Qodiriyyo aulonom.. ou dci'pil'ndant de l't ,-
"
()
léril:·ur
...
Horifondé C
"-
(} SjÈo~G' de la I-\\ouridi)/yo: Touba
~
c
Air.. d. la Lélhiniyyco: Voff
~
....
Hamalliyyo: Mali<:oundo
...
Routeos principales
Chemin de frr
o
50
tOO 1(:"
,

,
1

",JM A L 1
~
u
o
PO R T.SE
E P.

l~e~1
seulement celles qu'on peut considerer comme agents de diffusion de la
foi islamiQue au Sénégal au cours du siècle dernier : 10. Qâdiriya et la
..
Tijâniya.
2°) LA QjJ.DIRIYA
La Qâdiriya est parmi les confrériès orientales, la plus connue
et la plus répandue en Afrique. Cette confrérie porte le nom de son fonda-
teur, Sîdî cAbd al-Qadir al-Jîlî qui naquit, en 1079, à Jîl, en Mésopotamie,
et mourut, en 1166, à Bagdad, loù son mausolee constitue un célèbre
lieu de pèlerinaee.
Comme dans certaines confréries, le but poursuivi est l'Epéan-
tissement de l'humain dans le divin par des ~~uvements du corps tels que
hochement de la tête, balancement des mains il. une cadence qui jette le
sujet dans un état d'âme particulier presque semblable fi un évanouissement.
La Qâ.d.iriya comptait de nombreux adeptes au 'Io'.J.at, en Algérie, chez les
Magîla et les Kounta.
A la fin du XVe siècle, Muhammad Ibn cAbd Al-Karim al-Magîlî (1L
le célèbre savant du Touat, qui comptait parni ses disciples Sîdi PJ:mad
al-Bekkâi al-Kountî, la fit connaître au Soudan central chez les Songhai
et en pays Haoussa.
(1) - Cf. El Hadj i Ravane MBAYE, Reponses d' Al-lIJatîlî aux questions de l'As-
kia Muh&:llllad, Bull. IFAN nO 2, 1972, pp. 237-267, traduction et an.'lO-
tations.
./ .

.283.
Deux siècles plus tard, les Kounta l'introduisirent en Maurita-
nie où deux grands maîtres de l'ordre, Cheikh Muh~~ad al-Fâdil(1780-1869)
qui donnera son nom à la branche Fâdiliyya après s'être soustrait à l'au-
toritG des Kounta, et Cheikh Sîdiya-l-Kabîr (1780-1869) devaient prcndr0
le rclai. Initi&s par Sidi Muhtar al-Kountî (1724-1811), ils dépouillèrent
la confrérie de certains de ses rites orientaux.
Les familles de ces deux maîtres introduisirent le Qâdiriya
au Sénégal. D'aucuns affirment 'lue ce serait Alpha Ibrahima, un Peul du
Fouta Dj allon Qui aurait introduit cet Ordre au Sénéi;al, au XVIIIe siècle.
Quo~u'il en soit, lR diffusion de la confrérie à l'intêrieur du Sénégal
fut l'occasion pour les chefs religieux oaures, d'effectuer de fréQuentes
tournées dans ce pays, soit pour recueillir des aumônes, soit en vue de
répendre la foi !!IUsulmane.
Ainsi grâce aux progrès
enregistrés dans la conversion à l'Is-
lo.m, les marabouts maures itinérants vinrent. s'établir dans le pays. Et ce
fut pour eux l'occasion de multiplier le nombre de leurs adeptes. Cheikh
Sacd Abîh et Cheikh Sîdiya Bêba étaient influents (1). La majorité des
affiliés, pa.rticw.ièrement chez les Wolof et Toucouleur, se réclamaient
d'eux. Un des leurs, Chérif HaJ:lfûi eut en mïreu diola dens la Basse Casamance
(1) - Abû Nucmân, grand-père de Sîdî Lamine KOUNTA et de Sidi Y8hya KOUNTA, le
calife actuel de la branche des KOUNTA installés au Sénégal, épousa
une Wolof du Cayor et mourut /lU Sénégal même, en '840 .
.f.

tg •. ,,'pi1t'1t! Ut
b'
"Ode
'te&t
,h
UM
"++i=
l '
. . . , .
'# ,.
' I f
..'ri' ':hw',
'1
............,.),
.'_0_'.' _.__
,
,
_ •• ··_..·'
.'0 •.•_.
._._.• ,-..• __ ...• _·r_. __ ··
La premiêre mosqu~e construite en 1910 par les Lêbou à Dakar. Elle est dit(
mosqu~e des Qnd1r~ à la m~moire de G~e1kh Sidiy.a.

·284.
une action fort considérable. Sen fils, Chérif Cha.msédine, homme de science
et d'action. y exerce une influence non moins importante.
~u Cap-Vert. les Lébou d'obedience qâdirite se réclamaient
de ce marabout que tut Cheikh Sîdiya Bâbakb.1924),protecteur d'Amadou
Bamba. Pour mieux asseoir leur autorité spirituelle, les ~rands ~arabouts
faisaient construire des mosquées où ils nommaient personnellement l'Imâm.
Ainsi toutes les décisions importantes afférentes à la vie religieuse
au
devant venir de la mosquge. il va. sans dire Clue l'autorité due lmerabout
se trouve notablement renforcée. C'est ainsi que les Lébou de Dakar cons-
truis5rent, en 1910, la prerni~re mosquée en ciment dans la capitale après
celle du vendredi et la nommèrent MosCluée de Cheikh Sîdiya (Voir photO)'1).
Une crise interne, qui se produit habituellement au sein de
toute les confréries peur des causes souvent politiques. a entraîné une
grande autonomie chez les uns et les autres.
Signalons Clue la confrérie Qâdirite possède deux sortes de li-
tanies pour ses affiliés
a) Ceux qu'on appelle "les pauvres", c' est-à-dit-e la masse des
adeptes JUBés incapables d'ascension après initiation, récitent cent soi-
xante-cinq fois après chaque prière rituelle
- Il n'y a de Dieu qu'Allâh.
( 1) - Cf. infra 1 p. 14 +- \\a-1A
./ .

·285.
b) Qur~t aux adeptes instruits ou susceptibles de connaître
rièu, leurs litanies consistent, après chacune des cinq prières quotidien-
nes, à réciter les formules suivantes
- Je demande à Dieu parèon
cent fois
- Gloire à Dieu
cent fois
- V~n Dieu, repands Ton salut sur notre Maître Muhammad sur
se. Famille et ses compagnons ; cent fois
)~ d..
- I l n 'y il. 15ieu qu'Allâh
; cent fois .
.J'
Cette confrerie a assisté impuissante au rétrécissement de son
champ d'action qui s'est traduit par la diminution quantitative, voi~qua-
litative èu nombre de ses adeptes au Sénégal, depuis l'~vènement de la
Tijâniya, vers le milieu du XIXe siècle. Cette situation semble
être due
il deux facteurs.
D'ebord l'absence du Sénégal d'un siège reli~ieux pouvant ser-
vir de pôle d'attraction. Certes, les Kounta, de Ndiessâne constituent
un pivot autour duquel c;ravit ent des adeptes de 10. Confrérie, mais leur
impact est très limité du fait de la barrière p.thnique qui les sépare quel-
que peu des ~rolof. Leur situation est semblable à celle d'El Hadji ÜI!1ar
en pc;(s bombara. Son autoritG, après Ewoir été bien établie • devait faire
l'objet de vives contestations après sa mort. t'indifférence accentuœdu
./ .

.286.
milieu humain ambiant d'ici n'est que le reflet de ce qui se passait à
Ségou ct au Macina où le mujâhid était considéré comme étranger.
Le second facteur de cette rér,ression üendrait ~ la naissance
du Mouridisme largement répandu dans la rfgion.
En so=e. à en ju,::;er par la situation d'aujourd'hui. on peut
soutenir
que cette confrérie est sentie comme un peu étrangère. Elle
attire depuis une dizcine d'années une certaine jeunesse passionnée de la
musique, du fait de l'utilisation. aubo~isée par les chefs de la confré-
rie, de certains instruments tels que le grand tambour appelé tabe.la.
La tijâniye. ct le Mouridisme gagnent dk terrain a son détriment.

.281.
3°) LE
T l JAN I S M E
a) Cheikh Ahmed Tijâni (1131-1815)
Cette voie, le plus répandue de nos jours au SénéGal pama
toutes les confréries mystiques, fut fondée à Fez au Maroc où le fonQateur,
Cheikh Al".Ill.ed Tij fuli, émiera tout jeune avec ses T'llrents.
Né à cAin Mahdi, en Algérie vers 1131, Ahmed Tij âni, après
l'école coranique, étudia les sciences islamiques et se distin~a rapide-
ment par l'étendue de son savoir.
L'éduca.tion Qu'il reçut, tout comme le milieu au sein duquel
il ~randit, le destin2rent à la vie mystique. Il s'affilia à la Balwatiya,
à 10. sâdiliya puis à la Q,âdiriya.. Cette dernière, quoique provenant d'Orient
était très répandue en Afrique du Nord COlllI!le elle le sera plus tard en
Afrique noire et particulièrement au Sénegal.
Il vit le jour au moment où le soufisme oriental n'était pas
encore dépouillé de certains rites qui, certes lui è.o=aient toute son ori-
!
1 ônalité, mais l'encombraient outre mesure.
Aux yeux de certains, la Qâdiriya
1
,
1paraissait i'i Ahmed Tijâni trop cOI!JIlliquée pour pouvoir être popularisee
l comme il se devait. Aussi entendit-il simplifier quelques-uns de ses rites.
\\ Vraisemblablement, elle
exerça
sur lui plus d' attrait que, les autres con-
freries.
.;.

·288.
Malgre ses dispositions, il n'y parvint pas, car au même moment
une confrerie nouvelle dont il allait être le fondateur devait voir le
jour. Ce fut au cours de ses perer,rinations qu'il aurait reçu l'ordre, en
1781, de fonder sa propre confrerie, de n~ plus r~citer aucun autre vird
et de se de~aeer entièrement de l'autorité spirituelle de tous les maîtres
hormis le Prophète Muhammad (Que le Salut et le. paix soient sur lui)
qui
lui fit cette révélation.
Contrairement à ceux de la QâdiriY8, les wird de la Tijâniya
sont communs à tous les adeptes. Aussi passe-t-elle pour être la plus
1exe~te de mystères et la plus dépouillee des confreries (1). Cependant
elle connaît le même phenomène ~ue les autres confreries, c'est-à-dire
l'existence de certains dikr reservés aux seuls adeptes capables de pro-
gresser sur le chemin de la connaissance du Seigneur.
Le vird obligatoire pour tous consiste à réciter une fois toutes
les vingt-quatre heures chacune des formules suivantes :
- AstaSfiru-l-lâh,
- JlJ.lâbumma salli calAsayyidinâ Muhammad wa sallim
- Lâ ilahâ illa-l-lâh
En outre, tous les adeptes doivent réciter en commun la va~îfa
tme fois ou deux fois toutes les vingt-quatre heures :
(1) - Il est interdit aux adeptes tijâoi de faire des retraites spirituelles
./.

.289.
30 fois "Que fieu l'Immense. l'Unique. le Vivant, l'Eternel, pardonne".
50 fois "Salat al-fâtih" (le. priere de celui qui a ouvert)
100 fois "Lâ Hâta illa-l-lah" (la profession de foi)
12 fois Il Jawhare. l-Kamâl" (Perle de la perfection).
y
Après le pèlerinage aux Lieux Saints de l'Islam, l\\hma.d Tijâni
s'instaJ.la définitivement à FEZ où vint lui rendre visite si"di Muhammad
al-lJâfiz, un Maure de la tribu des Ida-Du-Ali. Le fondateur de l'Ordre
lui conféra le grade de Muqaddam en vue de permettre une large diffusion
de la confrérie en ~~uritanie et dans les pays soudano-sahéliens.
Muhammad al-Hâfiz devait mourir en 1830, I!1!llS auparava.'1t toute
sa tribu s'était affiliée à cette Voie nouvelle qui essaima vers le Sénégal.
aux environs de 1825.
Des hostilités, sournoises au début, puis ouvertes,les opposèrent
aux dissidents de Tijâjna qui assiegerent cAïn Mahdî, le village natal de
Cheikh AhI:led Tijâni. Ils durent les COMbattre aux côtés des Hâchim, la
tribu de l'Emir Abdel Kader. Au cours de ces combats, ~ammad al-Kabh
trouva la mort. Son jeune frère lui succeda à la direction de l'Ordre, sur
les conseils de leur précepteur SîdÏ Tamâsini.
./ ·

·290.
Il est significatif de noter qu'à cette époque l'Ordre sem-
blait déjà se diviser en deux branches: l'une algérienne. l'autre maro-
caine. Si l~ammad as-Sagir. le nouveau chef de la confrérie eut l'idee
. .
de propager la doctrine en envoyant dans le Sahara, au Soudan et jusqu'à
l'extrême-ouest de la Mauritanie, chez les Trarza ou Drecisément les Idaw
cali (Ida ou Ali), des propagateurs du ,,-ird. La confrérie connut alors un
développement tel qu'elle fut sollicitée par Abdel Kader qui luttait contre
l'occupation française en Algérie.
Pour éviter de connaître le même sort que son grand-fière qui
fut victime de telles chevauchées. ~luhammad as-~agir refusa l'alliance
avec l'Emir Abdel Kader. Celui-ci, se sentant froisse du refus qu'on lui
opposa, profita d'une trève
avec les Français pour mettre le siège devant
cAïn Mahdî, en 1838. Après 9 mois de résistance. sidi Muhammad s'enfuit
en direction de Laghouat bénéficiant ainsi d'une protection de la France.
à laquelle il témoigna sa fidélité jusqu'à sa mort. en 1853. Il confia la
direction de l'Ordre à sidi Muhammad. fils de Tamâsînî.
Ce siège mis devant le village natal de Cheikh Ahmed Tijâni
eut deux consequences essentielles :
1C ) Les deux confreries. après avoir entretenu de très bonnes
relations d'assistance mutuelle aussi bien en temps de guerre qu'en temps
.f.

.2Y1.
de paix, devinrent à partir de cet évenement (183é-1839) des rivales, voire.
des ennemies.
2°) Ln confrerie naissante fut dès lors la cible de ceux qu~
la considéreront comme responsable de l'occupation française en Algérie,
en raison d'une part, de ses bonnes dispositions envers l'occupant et
d'autre part, de son opposition au mouvement de résistance que dirigeait
l'Emir Abdel Kader.
Le climat de mefience qm. ne cessa de se développer entre les
deux Ordres depuis cette date, prit des proportions considerables grâce
à l'écho qu'il trouvera dans les milieux des lettrés. Ce fut la naissance
d'un thème nouveau. Sous l'empire de la passion, les ressemblances doctri-
nales entre les deux Ordres cédèrent le pas aux considérations d'ordre
matériel. Comme toujours, à force de vouloir vaincre son adversaire, du
concret on s'achemine vers l'abstrait. C'est ainsi qu'une littérature abon-
dante ayant pour thème principal la critique de l'oeuvre de Cheikh Ahmed
Tijâni vit le jour et se développa aU gré des circonstances.
ïous
Ne pouvant nous étendre daventa~e sur ce sujet, nous contente-
rons de mentionner seulement que cette prise de position Qui eut reoours à
l'arme littéraire n'a pas laissé indifférents les marabouts du Sénégal.
On en trouve certains qui n' ont rien écrit mais qui se sont essayé dans ce
.J.

·292.
genre de IDterature; d'autre~ qui se distinguèrent grâce au volume de
leurs oeuvres mais aussi eu ton qu'ils donnent à leurs écrits.
Mentionnons les noms les plus célèbres
El Hadji Malick SY, El Hadji Abdoulaye NIASS et ses deux fils
Khalifa et El Hadji Ibrahima.
Comme le développement de l'Islam dans les p~s soudano-se.héliens
était lié à celui des confréries mystiqu8s, toute atteinte portée à ceIes-
ci devait avoir des répercussions sur celui-là. Ainsi l'hostilité du Tija-
nislllC" a la colonisation devait, malgrél"attitude favorable de sidi Mvham
mad ~-$agir (1801-1853) envers la France, susciter les appréhensions du
colonisateur •
Le Tijânisme qui essaima partout se trouva c () i n c é
Co. "r~
l!",
entre deux éléments hostiles: la Qâdiriya et la France, expliqu~ les
difficultés énormes auxquelles seront confrontes les propagateurs du vird
de cet Ordxe. et notamment El Hadji Omar TALL (1797-1864).
Il n'est pas exclu de voir dans cette volonté du calife de
porter son effort vers l'extérieur le r~sultat ou, tout au moins, la menace
d lune asphyxie. Ainsi, le Tij ênisme tel qu' il fut compris par le colonisa-
teur ne pouvait que lui être opposé. Cette conception en fait un facteur
d'iSlamisation, particulièrement efficace en Afrique noire. Mieux, tous
./ .

.293.
les chefs de tribu ou de clan ou tout personnage important hostile à l'éta-
blissement français l'utilisait pour s'opposer à la colonisation." Ce fut le
cas d'El Hadji Omar, de Maba Diakhou et d'Ahmadou Cheikhou. Les autorités
coloniales affirmaient que les Tijânes nourrissent un sentiment d'antipa-
thie à l' égard de la cause française (1).
b) El Hadji Omar TALL calife en Afrique noire (1797-1864)
El Hadji Omsr qui introduisit la Tijâniya au Sénégal naquit à
Halvâr, au Fouta Toro, en 1797. Son père Sacîd Ibn CU!mân lui apprit le
Coran qu'il aurait récité en entier dès son jeune âge, à douze ans. Ses
biographes déclarent qu'avant la trentaine, ce grand propagateur de l'Islam
termina les études du troisième cycle et se mit à la recherche d'une voie
mystique. Il s'affilia· à la ~alvatiya avant de se retourner vers la Tijâniya.
Ce fut probablement à cette époque qu'il se rendit auprès de cAbd
al-Karim Ibn Ahmed, un grand lettre du Fouta Djallon (2) chez qui i l serait
resté un an et quelques moia. Ce fut ce savant qui initia le célèbre Mujâhid
à la Voie Tijâniya, vers 1825 (3). En:>uite, dans l'intention de se rendre
aux lieux Saints de l'Islam, ils se mirent en route, cais le maître atteint
d'une maladie, ne put poursuivre le voyage et dut retourner au Fouta Djallon.
(1) - Cf. Les causes de l'exil d'Amadou Bamba, infra, p.4/? s,
(2) - Voir supra, p. 249.
(3) - Cette date fort douteuse semble être communément admise. Or. en 1826
(12Îf2 H.) El Hadji Omar qui ne séjourna è. Médine que trois ans, s'y
trouvait déjà
. Cf. Son ouvrage inédit : "SUYÛf as-Sacîda" •
.f.

·294.
El Ha.dji Omar poursuivit le voyage et parvint à faire le pèlerina-
ge à la Mecque, en 1826. Il trouva à t-1édine le Calife Sidi Mulfammad al-Gâlî
qui le nO!!lllla calife de la Confrerie en Afrique noire en ces termes : "Tu
n'es pas un simple muqaddam. mais un des califes du !:fey~" (1), c' est-a-dire
Cheikh Ahmad at-Tijânî.
Voici les diverses chaînes par lesquelles El Hadji Omar se ratta-
che au fondateur de la Tijâniya.
CHEIKH AHMED AT·TIJ1tNI
1) El Hadj CAli Harâzim
1) Muhammad al-Hâfiz
.
.
1) l-fuhamnd al-Gâlî
2) Muhammad al-Gâlî
2) Mawlûd FALL
2) Mawlûd FALL
3) cAbd al-Karîm
3) cAb al-Karim
3) cAb al-Karîm
4) El Hadj cUmar
4) El Hadj cUmar
4) El Hadj cUmar
A la différence de nombreux chefs de la confrérie tijâni, El
( Hadji choisit le moyen des armes pour. diffuser son wird.
El Hadji Malick SY ainsi que nombreux autres marabouts utiliseront
le moyen de l'enseignement et de la confrérie pour répandre la religion.
(1) - Cf. El Hadji Omar al-Fûti dans son ouvrage intitul~ " Les Lances".

.295.
4°)
CONSID:EB.ATroHl GEN#LES
p~~ les consequences du dévelcppement de la mlfstique au
SenéGal, il en est qui relèvent du domaine intellectuel, d'autres qu~
appartiennent aux domeines économique et social.
Les guerres saintes avaient préparé le terrain aux confréries
religieuses. Déjà la Voie qâdiriya était demeurée longtemps la seule
confrerie pratiquee au Sénégal. Au Foute-Toro, à Koki et à Ndr.kaaru, les
autorittls musulmanes étaient dans leur grande
majorité affiliées à cette
voie.
L'a~~ésion des masses rehaussait le prestige du marabout en
augmentant de plus en plus sa puissance matérielle et morale. Cependant
comme les vrais maîtres de la confrérie se trcuvent hors du pays, celui-
ci n'est qu'un représentant local et ses préorogatives se trouvent ainsi
très limitées. Sa dépendance nuit souvent au développement de sa personnalité
et même dans les questions d'ordre purement juridique, on le voit répudier,
à priori, tout point de vue contraire à celui de son maître, fût-il un illettrÉ
Cette sujétion engendre un etat d'esprit naif dont les inciden-
ces sur la vie intellectuelle étaient des plus fâcheuses. Sans vouldr an-
ticiper, nous disons que cet esprit de clan, qui reflète une realité révolue,
.f.

donnera naissance à l'insidieux phénomene de ce qu'il est convenu d'aDpe-
1er "le meraboutisme" ,et qu'El-Hadji Malick SY de Tivaouane, l'une des
grandes figures de l'Islam a'\\l Senegal, dénoncera avec une verve vehemente
dans son livre "Kifâya ar-Râgibîn" (1).
Sur un autre plan, cette dépendance permettra souvent à certains
d'exploiter économiquement leurs adeptes.
Dans ce domaine, comme tout est venu au Sénégal par l'intermf-
diaire de la Mauritanie, les maîtres d'ici, après avoir secoué le joug des
autorités traditionnelles et soumis ceux qui refusaient de se convertir.
se soumettent eux-mêmes de bon gré aux maîtres de là-bas.
Il est une autre conséquence capitale relevant du domaine
intellectuel : après que les affiliations aux ordres religieux eurent
pris une telle importance, les gens avaient tendance, fi cause de leur
attachement aux préceptes des confréries, à releguer au second plan leur
devoirs tanoniques. Aussi, la vie religieuse se limitait-elle au cadre
étroit de la confrerie, au point qu'un musulman qui n'était pas adepte
,
'de la Voie passait a leurs yeux pour un non musulman, quelles que soient
les confréries.
(1) - Un exe~laire microfilmé du manuscrit sc trouve à l'IFAN dans le Fonds
R~ar SfJŒ. Voir El Hadji Malick SY, infra, où nous en donnons une
analyse détaillée. p.~Sf et suiv.
.f.

·297.
Cette situation semble être due au fait suivant: l'adepte une
fois acquis a la confrerie pratiquement le jour même de sa conversion. est
pr~s en charge par BGO m a î t r e
dignitaire jaloux
de son prestige.
iliui parle exclusivement du guide spirituel de la confrerie et de la
supériorité de celle-ci. Si le néophyte sait lire et écrire. on lui appreod
les ouvrages de la confrerie, alors qu'il ignore presque tote1ement sa
religion, à. pnrt quelques éléments rudimentaires de l'enseignement prati-
que religieux.
Cela signifie-t-il qu'on developpe un sentiment de haine, un
esprit de rivalité chez ces nouveaux élèves? Certains faits concrets
semblent pouvoir l'établir.
Plus grave encore. le disciple placé dans une telle atmosphère.
ne se nourrit que de la ter~nologie des mystiques et des sentiments pré-
cites. En toute situation, il essayera de raisonner à l'aide des termes
conventionnels dont l'ambiguité n'a d'égale Que la confusion qu'ils sèment
dans l'esprit du non initié. Ainsi dans ces milieux on aime souvent à. repé-
1
u
V
oJv
....
v
"
ter la fameuse expression:
Man lam yakun lahû say!! fœ-sayi;;an say!!uh
(Celui qui n'a pas de maître devient l'élève de Satan).
Dès lors on comprend l'attitude de l'adepte vis-à-vis du musul-
man non affilié. L'assistance sociale dont heneficie le prosélyte
(donc
une question psychologique) contitue, de con côté, un veritable levain •
./'

·298.
L'évolution de cette situation en enr,endre une autre encore
IPlus néfaste :le clivage au niveau des maîtres eux-mêmes. Les bonnes
1
relations entretenues jadis entre eux se déteriorent progressivement pour
dégénerer ea bravades, menaces, vexations et parfois en conflits permanents
Que l'on cultive en se les transmettant, telles des reliques, de père en fils.
Ces considerations ne sir,nifient nullement Que les confreries
n'ont rien apporté de positif à l'Islam. En effet, si les devoirs canoni-
~ues ont pour fonction principale la purification de l'âme du croyant pour
.
lui permettre de se rendre davantage agréable à son seigneur, le mérite de
,.
1
,
conditionner le milieu afin de permettre la meilleure exécution de ces
obligations est à inscrire à l'actif des confreries.

·29') .
CHAPITRE
IX
L\\ POLITIQUE COLONIALE FACE A LtISLAM
L'une des consequences des euerres "saintes". de l'expansion
de l'enseignement et du prosélytisme actif des I:lBI'abouts aura été. vers
la fin du XIXe siècle et le début du XXe, la proeression irréverSIble
de l'Islam au Sénép,al. Cette progression porta un rude coup à la société
fétichiste déjà vùlnerable. Celle-ci peu
à peu désagrégee, commençait
à disparaître.
Ce trioJlIPhe de l'Islam sur le fétichisme. fut une source de
1profondes inquiétudes pour le colonisateur qui voyait dans un tel desé-
quilibre un danger réel, une menace pour ses propres intérêts. Ainsi à
la politique coloniale pro-musulma..'le inaugurée dès le début de la deuxième
moitié du XIXe siècle, par le GOuverneur FAIDHERBE. se substitua une po-
litique anti-musulmane.
1°)Politique favorable à l'Islam
En effet, le colonisateur avait estime qu:'il fallait. pour
assurer sa domination, renforcer le pouvoir de l'Islam "qui constitue de
toute évidence un progrès réel" (1), en accordant aux musulmans certains
(1) - Alain QUELLIEN, la politique musulmane dans l'Afrique occidentale
française, Paris. Larase. 1910. pp. 222-223 .
./ .

tf'fI}
f'
....
",
' d
·,·:,;tîiW%er5'hO'·j
IrP

La vieille grande mosquée de Dakar construite en 1884


·300.
avantages auxquels len non-musulmans, en l'occurence les fétichistes dont
"la justice '"
0. une tendance naturelle à être vague, incertaine et ar-
bitraire" (1), ne pouvaient pretendre. Cll.r le musulman
dé,jà rep;i par une
loi, celle du Coran qui "precise, généralise et fixe la coutume .•• rend
possible l'evolution du droit et tire profit de ce qui est acquis" (2),
est plus facile
à gouverner que le non-musulman.
Dès lors que le Œouvernement voyait en Islnm une reliGion qUl
l'aidait dans ses tâches, il n'hésita pas à faciliter la diffusion de ses
principes par les noyens les plus sûrs. Une grande mosquée fut bâtie à
Saint-louis, en 1848, sous l'é,gide du gouvernement français qui continuait
à verser des indemnités annuelles pour son entretien, et une autre à
Dakar, en 1885 (2). Il s'agit de la plus vièlle mosquée construite à Dakar
(voir photo). De mêne, une nédersa, construite à Saint-louis, formait
des cadis. Cependant, si l'institution de cette médersa repondait aux
voeux des musulmans, il n'en demeure pas moins qu'elle servait beaucoup
plus les intérêts des Français. L'enseignement y était dispense par des
instituteurs français soit issus de l'Ecole des Lan~es Orientales de
Paris, soit venus d'Algérie. Ainsi le colonisateur obtint, grâce à cette
institution, des résultats appréciables. Néanmoins les musulmans en ont
tiré un profit assez considérable sur le plan administraitf et dans le do-
(1) - ibid. pp. 222-223
(2) - Elle est située à la rue Blanchot anele rue Carnot et sert depuis
lors pour la prière de vendredi.
./ .

naine de la maîtrise de la langue arabe.
Ainsi le gouvernement, non seulement se faisait un devoir
a1aider au maintien des écoles corani~ues, mais aussi s'appliquait à y
développer un enseignement toujours neilleur. En effet, aux yeux de cer-
tains d'entre-eux, l' enseigngement corani~ue était " le seul mode d' ins-
truction et d'éducation que nous trouvons dans l'Afrique occidentale" (1).
Ainsi, toute ouverture d'école devint, il. un moment donné, subordonnée à
une autorisation que seuls pouvaient obtenir les maîtres Qui subissaient
avec succès les épreuves des tests d'aptitude.
Parallèlement, le décret du 20 mai 1857 créa également à
Saint-Louis un tribunal spécial qui quelque teI!Ips après, portera le nom
de Tribunal Musulman. Ce Tribunal, placé sous la juridiction d'un cadi,
tranchait, selon la Loi musulmane et conformément à l'école malékite, toutes
les questions relatives au mariage, à la donation, à la succession au
testament .. , Désormais la connaissance parfaite du fiqh, ou droit I!IUSul-
(1) - Eugène MAGE. Voyage dans le Soudan occidental, Paris, Hachette, 1872,
p. 303. Sur l" importance accordée il. l'enseignement du Coran chez les
Africains, voir supra, p.259.
'/ .

.302.
I:llID, pouvait donner lieu à un emploi administrai f
(1).
Cette politique qui prévalut jusqu'au début du XXe siècle
favoris a-t-elle en partie le développement de l'Islam? Les diverses me-
sures prises au début de ce siècle par les autorités administratives en
vue de freiner la marche ascendante de cette religion, semblent en temoi-
gner.
20 )Politigue hostile à l'Islam
"Il faut
avouer que la colonisation, pour sauver ses
intérêts materiels, n'hésitait pas!mêler le sacre à l'impur, à saper la
base même de la pensee isl8J!Ùque authentique, favorable par essence au
progrès de la science, de la technique et de 1 'économie"(2).
1 (1) - Voici la. liste des Cadis qui se sol± succédé(au Tribunal Musulman de
Saint-Louis depuis sa création en1857.
1°) Harnat Ndiaye HANNE
(1813-1879) duree de fonction 22 ans
2°) Ndiaye SARR
(1822-1903) duree de fonction 24 ans
3°) Becaye BA
(1857-1911) durée de fonction
8 ans
4°) Souleymane SECK
( 1874-1941)
"
"
"
2 ans
5°) Aynina BECK
(1870-1941 )
"
"
"
20 ans
6°) El Hadji Ngary NDIAYE
(1875-1960)
"
"
Il
19 ans
7°) Amadou Ndiaye Mabèye
(18~2-1917)
"
li
"
14 ans
8°) Amad Sarr Ndiaye SARR
(1855-1930)
"
;,
Il
13 ans
9°) Amadou Niaye HANNE
(1865-1935)
"
"
"
5 ans
10°) Moussa DIOP
(1871-196<;)
H
Il
Il
'.',
.
30 ans
"0) Moctar SAMB
(1 R93-
)
"
"
Il
1
(2) - Amar SAMB, L'Islam et l'Histoire du Senegal, Bull. B. IFAN, nO 3
1971, p. 480.
.f.

• \\11\\,
Déjà en plein dix-neuvième siècle, du temps de FAIDHERBE, cette
po1iti~ue favorable commençait à susciter ~ue1~ues appréhensions de la
part des autorités administratives, voire des militaires. Dans son "voyage
,lmw le Soudun occidentale", E. MAGE avait émis le jugement sui vunt ~ui
dictera la façon d' agir face ii l'Islam ; "La plupart des maux de l' Afri~ue
viennent de l'Islamisme. Ni dans nos colonies actuelles, ni dans celles
~u' on fondera plus tard, même ~uand il se présente sous les dehors les
plus séduisants comme cela arrive parfois au Sénégal, jamais dans aucune
circonstance on ne doit l'encourager. Le combattre ouvertement Gerait peut-
lUI'-
être un mal, l'encourager en esibeaucoup plus grand" (1).
\\
Il n'est pas besoin de dire ~ue ces lignes étaient écrites par
quelqu'un qui avait le pressentiment de voir un jour l'Islam porter un
r coup fatal à la colonisation.
Devant une telle poussee de l'Islam due principalement à l'action
militante de quelques grands marabouts pour la plupart hostiles à la cause
française, il va de soi que l'inquiétude des autorités administratives
devait amener ces dernières à prendre des mesures afin de renverser cette
situation.
(1) - Eugène MAGE, op. cit. p. 302.
.f.

cette politique, que nous qualifierions d'enti-musulmane, fut inaugurée
par la circulaire de 1911 (2) du gouverneur CLOZEL rcdicéc par J. BREVIE
qui fut le Directeur des Affaires Politiques et Administrateur à Dakar.
Elle instituait un "régime de surveillance administrdi ve des marabouts 11
et comportait notamment les points suivants :
- Recensement des marabouts pour connaître leur moralité et
leurs sentiments à l'égard de la France.
- Limitation de leurs déplacements pour enrayer leur prosély-
tisme : désormais, tout =rabout devait obligatoire'Oent être muni d'un
laisser-passer pour se déplacer.
- Pour toute construction de mosquée ou d'école coran~que, il
faut autorisation délivrée par les autorités administratives.
Ainsi cette politique consistait d'abord à entraver le dévelop-
pement de l'Islam et ensuite à accorder eux fétichistes et à tous ceux
qui le voulaient les garenties nccessaires pour leur permettre de sc aé-
gager entièrement de l'autorité de l'Islam.
A s'en tenir aux rapports des a~nistrateurs de l'époque,
chargés de mettre en application les instructions de la circulaire, cette
(1) - Le décret du 10 novembre 1903 supprime
la juridiction spéciale
pour les musulmans. Celui du 23 mai 1905 rétablit les tribunaux musul-
mans.
(2) - Cf. J.BREVIE, op. cit. p. 257.
./ .

.305.
tentative se révéla efficace. Dès que les oarabouts ne circulaient plus
comme auparavant, les appréhensions du colonisateur se dissipèrent. Pour
parer l'inefficacité relative des mesures sur certains points, Robert
Affil~UD, qui fut le chef de la section des Affaires Musulmanes à Dakar,
préconiscit encore l'intervention du colonisateur français en ces teI'l!les
"En sapant le pouvoir des grands marabouts, nous dégagerons
l'avenir de chaque peuplade" (1).
Mais cette politique ne cherchait pas seulement à priver l'Islam
de sa force et à empêcher sa diffusion croissp~te. Pour combler ce fossé
qui risquait d'être le même pour longtemps encore, rompre ce déséquilibre
entre l'Islam et le fétichisme, déséquilibre si nuisible au colonisateur,
celui_ci se résolut à introduire dans le programme de, ses écoles, l'ensei-
gneœnt de la législation coutumière. Cet enseigneoent, dans le but de
servir d'appui au fétichisme face à l'Islam, était destiné à une élite
dont le nombre devait contrebalancer les sortants de la médersa de Saint-
Louis qui fonctionnait encore. Rappelons que cette élite comprenait les
fils
de chefs parmi lesquels l'occupant choisissait ses représŒrtabtphefs
de canton et commandant de cercle, et désignait également des juges féti-
chiites, des commis, des interprétes. Au sein de cette nouvelle situation,
(1) - R. ARNAUD, l'Islam et la politique musulmane française en Afrique
occidentale française, Paris, Comité de l'Afrique française, 1912, p.134
.f.

· JU(,.
le gouvernement n'exigeait plus de connaître la langue arabe pour préten-
dre à une fonction administrative i~ortante.
Cependant loin de parvenir aux résultats escomptés, le coloni-
sateur SI aperçut que la tâche paraissait beaucoup plus complexe qu'il ne
l'nvait pensé. En effet, désireux d'opposer l'Islam au fétichisme, il
lui échappa que l'unité de la religion de Mw:ammad (Que Dieu réponde sur
lui le salut et la paix), manquait au fétichisme -improprement appelé ainsi
alors qu'il en existe plusieurs, comme l'ont si bien prouvé les récentes
études ethnologiques et d'autres consacrées aux religions africaines-.
Les premiers gouverneurs eurent vraisemblablement l' intuitien de cette
pluralité .Ce qui e.
une tendance naturelle à être vague, incerto.i.ne
et arbitraire"(1} ne se rapportait è. rien d'autre.
CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE
Certes, à la fin du dix-neuviène siècle, l'islamisation du
Sénégal éto.i.t loin d'être achevée. Cependant les résultats obtenus grâce
aux nouvelles formes d'islamisation, inaugurées vers 1850, prouvaient
bien que dlénorme~ progrès avaient été accomplis durant la seconde moitié
du XIXe siècle.
(1) - Alain QUELLIEN, op. cit. pp. 222 223.
.J.

·307.
En effet, grâce à l'evolution des formes d'islamisation, les
haines seculaires entre tribus voisines qui disputaient souvent d'atroces
guerres fi'aticides, avaient en grande partie disparu. L' Islam cessa d'être
1 pour les
beadoolo
un sil!lple Iernpart derri~re lequel on s'abrite; c'etait
l aussi un I!X>yen de promotion ssds.1e, une source de paix.
De surcroît, l' evolution des moyens dont disposaient les pre-
dicateurs, permettait la conversion de nouveeux prosélytes à la forte per-
sonnalité religieuse. Ainsi l'Islam revêtait pour le nouvel adepte un
caractère original parce que repétri et dégagé des artifices qui l'encom-
braient depuis fort longteI:IPs.
Cet Islam assimilé puis repense cessa d'être considéré conme
une religion étrangère, d'où les adhésions massives de ceux qui etaient
demeurés jusque-là foncièrement animistes : les Sérère et les Diola. Dé-
sonnais, le fétichisme leur apparut comme une depersonnalisation de l'homme.
Au demeurant, COI1ll!le va nous le démontrer le chapitre suivant,
la tâche des islamisateurs, loin de s'achever avec les conversions massives,
devenait de plus en plus ardue. Car suivant la logique interne du dévelop-
pement de l'enseignement et des pratiques islamiques, de nouveaux facteurs
de corruption furent engendrés.
./ .

l'tinsi, si aux yeux des colonisateurs fro.uçais, l'Islam avait
eccoopli d'énormes progrès au point de les inquiéter constammènt, El Hadji
l/.alick SY et Amadou Bamba dont se récl8.l!laient la quasi totalité des adep-
tes de l'Islam au Sénégal, éprouvaient par contre. co~e senblent le té-
!!Digner leurs oeuvres, écrites notaI!lI!lent (1), une profonde appréhension.
Ils s:aperçurent assez tôt que la pîèté du nombre de musulmans qu'ils
avaient la charge d'instruire en I~lam, co=ençait à s'altérer donnant
ainsi lieu à des abus propres à jeter le discrédit sur l'Islam.
Pour freiner ces tendances aussi nuisibles à l'Islam qu'aux
musulmans, chacune de ces deux personnalités se f ....-e.ya un chemin en mettant
au point une pédagogie appropriée
au cadre géopolitique au sein duquel
son action devait s'exercer.
Ainsi nul n'a rrueux rendu cocp~e du degré d'obaervance des
devoirs religieux et des caractères de cette aociété musulmane en mutation,
et agit en oonséquence. Il convient donc d'accorder une large part à l'étude
de leur milieu, de leur vie et de leurs oeuvres, afin de mieux comprendre
la physionomie actuelle de l'Islam au Sénégal depuis le dernier quart du
XIXe siècle jusqu'à nos jours.
(1) - Cf. Infra, pql~irculeire et lettres d'Anadou B~ba, d'une part, et
l'EI.alyae
de l'oeuvre de critique socio-religieuse : ki1'~a ar-Râ-
Bibin
d'El Hadji Malick SY, d'autre part, p3t.ret suiv.

TRüI8IEME
.30<).
P~lITIE
LA PHYSIONOMIE ACTUELLE DE l'ISLAM AU
SENEGAL
CHAPITRE X
REVEIL CULTUREL ET IMPACT DU SOUFISME
10 )Une Elite intellectuelle.
L'une des conséquences directes de ce cli~at culturel aura
été la formation d'une pléiade de savants lesquels ont contribue à leur
tour à la diffusion de la Loi coranique et la culture arabo-mustùJ:ne.ne au
Sénégal. Cette élite intellectuelle musulmene illustre de manière éloquente
l'arabisation assez poussée au cours du siecle dernier.
Grâce à l'émulation qui régnait parmi ces savants. nombre
d'oeuvres littéraires, dues à des SeneGalais, virent le jour à la fin
du XIXe siècle. Ces oeuvres, d'une facture élevee, constituent le meilleur
téIll:)ignQ.Be de l'état des co=aissances de cette longue, mis à: part quelques
deux ou trois vers composés à: l'occasion d'une joute Doetique (1) par
Amadou Bamba oil au premier hémistiche en arabe, venait s 1ajouter un autre
en wolof.
(1) - En guise de réponse~ à: un poème du même genre que son anœn maître.
Mndiakhaté Kala, lui avait envoyé pour flétrir l'attitude que le se-
rigne avait prise vis-à-vis de lui. Il lui reprochait ses distances.
Dans sa réponse, celui -ci, sur un ton pitoyable. fait état de la
fragilité de sa senté qui est la principal' cause de son isolement •
./ .

t1 (*"lff,*'~""""'--~
.
W l
1J..... ltt'W·,Hl:tl.
t!±"'t-+M('·;~ i''''''
·bit
t ·
. 310.
En effet, à cette fpoque, le lettre n'avait d'autres fonctions
que l'enseignement. Aussitôt qu'il avait termine ses etudes, l'etudiant,
reRagnait son propre terroir pour diriger une ecole, soit pour son
pro-
pre compte, soit pour celui de son professeur. Toutefois le programme
d'"ll,e 6cole, loin d'être complet, ne comprenait qu'\\lIb discipline princi-
pale et quelqu~mati~res secondaires. En d'Butres tellneS, chaque maître
etait specialiste d'une discinline donnfe. Aussi après avoir termine
le programme du second cycle, l'étudiant pour se specialiser, se rendait-
il auprès d'un erand maître et entamait, pour ainsi dire, les études du
troisième cycle qui consistaient ~ approfondi~ ses connaissances dans
la discipline chdSie.
Ainsi on trouvait d'éminents jurisconsultes cc~naissant à
peine les rudiments de la eI'a:t!lI!laire arabe. En pareil cas, afin de pallier
!l'inconv6nient qui résultait de l'i[':llorance totale de telle discipline,
par exemple, certains ~aîtres s'estimaient devoir envoyer ailleurs leurs
étudiants (1) qui s'avéraient ca-pables d' en assi~iler quelques notions.
l'
D'autres, pour diverses raisons, se refusaient à accorder une telle per-
"
!
(1) - Ceux-ci étaient attaches à leurs maîtres depuis l'école coranique
et lui devaient une obeissance absolue. Seul l'étudiant itinerant
avait ln liberté de choisir ses maîtres. Mais il lui fallait subve-
nir aux frais de ses études, ce que seuls les enfants des f~lles
'";
ais~spouvaient faire
.j.

·~11 .
.,l'
mission (1). Il s'~ssait à'un simple cours et initiation. Car nomrreux
étaient les jurisconsultes notoirement connus qui ne savaient même ptlS
enseigner l' P.jurrfuni.ya (2), le premier livre de 8I"ammaire arabe.
Cet état d'esprit a eu des répercussions sur le plan àe la
production littéraire , rares sont les jurisconsultes qui ont laisse des
écrits. Or jusqu'à une époque, le fiQh fut la discipline favorite des
Séné~alais. Par contre, la plupart de ceux qui ont excellé en grammaire
ont lér:uê d'importants tre.it1?s dans leur
spécialité ou tout au moins éta-
lé leur talent en po~sie en chantant 18 bio("!'B.phie du Prophète ou sur
les autres thèmes (3).
Cependant a côté de ceux-ci d'autres maîtres, presque tous
po1yve1ents, marquèrent leur époque de leur sceau; ils constituèrent
vers la fin du siècle dernier une intelli8entsia Qui rappelle celle de
Tombouctou du XVIIe siècle (4). Ne pouvant nous livrer è une longue énumo-
(1) - Faut-il rappeler que l'élève etait ccnsiè.eré comme une s0urce è.e re-
venus pour son maître. Et pour 1ér:itimer cette subordination, pour ne
pas dire cette eJQ10itation, l'on évoquait souvent quelques versets
coraniques et des ~adi!
auxquels
on faisait dire souvent ce que
l'on voulait, et parfois de simples sentences puisées dans les ouvra-
ges des soufis qui ont une conception toute particulière des rapports
entre l'enseignant
et l'enseigné.
(2) - Cf. supra, p.
253.
(3) - Pour les divers
thèmes, cf. Amar SJ'J.œ, memoire nO 87, Dakar-IFAN
534, P&ges
(4) - Cf. S.M. CISSOKO, Tombouctou et l'Empire Songhay, Dakar-Abidian,
N.E.A, 1975, p. 197 et suiv.
./ .

.312.
ration, nous nous contentons
de mentionner ici quelques noms
El Hadji
Madior CISSE (ob. 1889), jurisconsulte et chantre du Prophète
on lui
doit tm ouvrage volumineux de droit malékite. Mor Kiloudia Coumba, (ob. 1890)
grammairien et lexicologue; il est l'auteur de la grammaire de l'arabe
èlassique qui, parmi toutes celles qui sont dues aux S~négalais, demeure
la plus usitée au Sénégal. Ils moururent tous les deux avant la quaran-
taine. Ahmed NDIAYE Ï".abèye (ob. 1917) jurisconsulte, auteur d'tm Traité
de succession. Madiakhaté Kala (ob. 1902) jurisconsulte, poète et ~étri-
cien , auteur de l'un des deux traités métriques les plus usités au séné-
gal au point qui ils ont réussi à se substituer à ceux provenant des pays
arabes (1) , Mbacke BOUSSO (ob.
)jurisconsulte et astronome. Il a
écrit de nonibreux traités d'astronome. Amadou Bamba. (1853-1927) chantre
du Prophète, jurisconsulte et grammairien. El Hadji Malick SY (1853-1922)
chantre et biographe du Prophète, jurisconsulte, métricien, lexicologue
et critique social. Ils tnt tous les deux auteurs d' innombrables manuels.
Signalons cependant que quelle qué fût la variété des disciplines qu'ils
étUdiaient. celles-ci ne revêtaient à leurs yeux tme signification que
dans la mesure où elles permettaient d'accéder à l'intelligence de la Loi
du Coran. Les oeuvres qu'ils laissèrent ainsi que les disciplines dites
profanes auxquelles ils n'accordaient que peu d'intérêt, en sont les meil-
leurs témoiBIlages.
(1) - Voir Claudine GERRESCH, le livre de Métrique "Mube;yyin al-Ilkâl';
du Cadi Madiakhaté Kala, Introduction historique, texte arabe, tra-
duction et glossaire, Bull. B. nO 4, 1974, DAKAR-IFAN. Cf. Supra, p.79
.J.

.313.
A noter que si cette variété n'a. pas donné lieu à une opposi-
tion, elle a. toutefois enrendré un clivage bien net. Suivont la tendance
predominante de chacun
de ces lettres. on peut les classer en deux cat6-
BOries, représentées par les deux personnalites qui ont le plus influencé
la destinée du musulman sénépalais et qui, à ce titre, méritent de faire
l'objet d'une etude approfondie : El. Hadji Malick SY et Amadou Bamba.
n ne consistera pas à établir un simple parallèle. Nous se-
rions incomplet, si cette analyse ne débouchait pas sur les similitudes
entres les deux maîtres, El. Hadji Malick SY et Amadou Bamba MBACICE, et
ensuite sur une vue générale de l'Islam au Sénégal.
En effet, au-delà des divergences apparentes qui ne tiennent
qu'aux méthodes pédagogiques, l'oeuvre ecrite d'El Hadji ~ SY et celle
d'Amadou Bamba prouvent incontestablement que ces deux éminentes personna-
lités poursuivaient au fond le même but. Pas plus que l'approche I!Vstique
du fondateur du Mouridi sme , l'approche scientifique d'El Hadji Malick SY
ne constitue, selon ce maître, une fin en soi.
Sous cet angle, les exhortations à l'étude des sciences islami-
ques qu'il a prônees, tout comme le soufisme considere co=.e la voie royale
.f.

__......
......._ ......
__...
_
j.~""l·_".""""
~
_
~'
.;.,;,-:;;;;;:=_~~
.314.
par Amadou Bamba, lequel dénonça. avec vigueur toute tentative de substitu-
tion des litanies de la confrérie aux oblipations canoniques imposées par
le Coran avaient le I:lême obj ectif. Pour le premier, il semble que les
devoirs religieux, loin de se limiter au cadre de la siI!lple observance du
culte, englobent tous les aspects de l t existence du fidèle et que "chacun
sera jugé d'après son oeuvrel!. Le second tout en paraissant plus pointil-
leux sous certains aspects, nuance ce jugement qui procède de la rigueur
coranique : "Tout le wnde ne saurait avoir la même responsabilité;;.
Se rangeant du côté des jurisconsultes, El Hadji Malick. en
condaImlant le taqlîd, c'est-à-dire l ' imitation aveugle en ma.tière de reli-
gion que l'exilé du Gabon admet volontiers, estime "qu'imiter en toute
chose c'est COllmlettre un péchél! (1). Aucun ousulman ne peut donc, selon
lui, se dispenser de l'obligation d'apprendre à connaître ses propres
devoirs religieux.
Après avoir retracé leur vie et analysé leurs oeuvres, il con-
viendra de mettre l'accent sur les différences et les similitudes de leurs
ensei@1ements .
( ,) - Cf. ir:r ra. l'analyse de son oeuvre de critiques socio-religieuse, p. 3 {~
./ .

.315.
CHAPITRE XI
EL HADJI MALICK SY (1853-1922)
ou
LA TENDANCE INTELLECTUELLE DE L'ISLAM AU
SENEGAL
Il ne serait pas vain. pour etudier la personnalite d'El Hadji
Malick SY. de brosser le ta.bleau de sa jeunesse afin de mieux ressortir
les différents facteurs qui ont joue un rôle determinant dans sa vie. Un
pareil mode d'approche qui permettra d'eclairer la partie ia plus inconnue
de la vie d'El Hadji Malick SY. aura une utilite certaine. D'abord. il
permettra de voir l'homme evoluer dans un milieu social qui determina en
bonne partie l'orientation de presque toute sa carrière pour deboucher
ensuite sur la comprehension de sa pensee. Cette dimension sociologique
est comme une arme à double tranchant. Elle demystifie tout autant qu' elle
humanise. C' est cette tendance finaliste qui nous guidera dans le choix
arbitraire des temps forts.
Af-JEUNESSE ET ETUDES
Malick SY est ne à Gâya. village situe sur la rive gauche du
neuve senégal. au nord de Dagana. vers 1853. Son père. Ousmane SY qui
aurait ete assassine par des bergers peuls dans le Jolof. quelques mois
avant la naissance de cet enfant. etait un Toucouleur appartenant au clan
des Sissibe souyoUIllllla du Fouta-Toro.
Ses ascendants auraient quitte leur village d'origine. situe
non loin de Podor" pour s'etablir dans le village de Sine au Jolo:f' d'oil
.f.

.316.
l'etudiant que fut Ousmane SY partit à la recherche d'un manuel de gram-
maire arabe presque introuvable. Ses périgrinations le conduisirent à
Gâya qui avait, nous dit-on, la réputation d'être un des foyers de culture
arabo-musulmane, ce qui pour nous est sujet à caution. Car l'appellation
1
foyer de culture nous semble trop forte d'autant que nos informateurs
t
s'accordent à dire que seul s 'y trouvait COIllIlle lettré digne de ce nom
1
Thierno Malick
SOW auprès de qui l'étudiant itinérant étudia le manuel
en question.
Ce fut dans ces conditions qu'on donna à OUSLlfu,e SY la main
d ' une veuve wolof du W"'alo nommée Fâ-wade WELE. r~e.is Ous?ar-e 8Y ne devait
pas tarder à retourner dans son village au Jolof' laissa:.'lt sa femme enceinte
de quelques mois.
S'estimant largement redevable à son o?2tre, il è.cm.:;nda à son
épouse avant son départ, de donner son nom à l' enfe.~t qui allait naître si
c'était un garçon et de lui apprendre le Co::-c.'1 qU/?.:ld il aurait l'âge de
cOIlllllencer à llapprendre. Ainsi l'unique enfa'1t Ü:SU è-e cc second mariage
de Fâ-wa.de, devait porter le nom de celui qui fut le d0rnier maître de
son père : Thierno Malick SOW.
Après sa naissance l'orphelin tout COIl1!lle la veuve furent pris
en charge par Alpha Ma-Yoro WELE, frère de cette de:l:":lière. Appartenant à
une famille très peu nombreuse mais d'une piéte exemplaire, il remit l'en-
.J.

-
fent à Thierno Malick auprès de qui celui-ci aurait appris le tout ou le
lui
preI:Ù.er quart du saint Coran, avant de le reprendre plus tard pourJ ensei-
\\
gIler les rudioents du fiqh islaI!lÎque. En tout cas, Malick se rendit à Sou-
yo~1~our
1
,
completer ou parfaire ses etudes coraniques.
L'adolescent co~ença à se signoler par son intelligence precoce.
Ce que la tradition semple expliquer par les pratiques de dévotion auxquelles
se livrait sa mère qui, de surcroît, saisissait toutes les occasions pour
1
faire parvenir à El Hadj i Omar TALL des dons à titre de hadiyas. en échange
1
,
.
desquels elle recevait des prières.
~,,
Ces liens qui existaient entre El Hadji Omar et les parents ma-
ternels de Ioalick Sy depassaient vraisemblablEment le cadre de la faJ.'Ùlle
d'Alpha Ma-Yoro WELE. Car si ce dernier fait partie du contingent de six
personnes, preleve sur differents points du village - à raison de deux
po.r point- lequel contingent allait renforcer l'a=ee du conquerant. i l
n'en demeure pas IllOins que l'initiative dlune pareille action ne venait
pas dl Alpha Ma-Yoro lui""I!lême. Elle venait des notables du village. Dl ail-
leurs, Alpha Ma-Yoro aurait éte le plus jeune des six.
Ce serait par le truchement de ces "soldats" que le rird de la
Tijâniyya se serait introduit au wâlo precisement.et chez les Wolofs dlune
manière generale. L'on doit toutefois se garder de generaliser, car il
semblerait, après les enquêtes, que quelques traces du même vird auraient ete
( 1) - Localite situee non loin de Podor, au Fouta-Toro .
.J.

te'
".
'WSŒblT
.318.
trouvées à Saint-Louis à la même période. La question que l'on devrait se
poser il cet égard serait celle-ci : celui qui aurait introduit le rird
à Saint-Louis le tenait-il d'El Hadji Omar ou directement de la l-1auritanie
au même titre que celui-ci ?
Si cette dernière hypothèse se confirmait après vérification.
il faudrait revoir tout ce qui a été dit jusqu' i ci concernant l'introduc-
tion en p~s wolof du wird tij âne. Par ailleurs. l'action d'El Hadj i Omar
dans cette direction n' aurait-elle pas été sous-tendue par une 1erspective
de rivalité avec un autre dignitaire tijâne qui aurait porté comme lui.
le nom de TaU. Une vieille mosquée de Saint-Louis portait le nom de Siely
TALL. en souvenir de ce lllarabout toucouleur.
Avant de quitter El Hadji Omar pour retourner à G~a. Alfa Mâ-
Yoro, le plus jeune. aurait été désigné par le conquérant comme chef du
groupe des six. Ainsi auréolé. i l sera entouré de respect. voire de véné-
ration. I l n' était pourtant pas un grand lettre (1) ni le che f des notables
du vil1a~.
Les infortunes que connut Fâ-wade WELE furent allégées lors de
son troisième mariage avec le nommé Môdou Ibra. propriétaire d'un ChalllP im-
(1) - Serigne Oumar NIANG nous a dit à Gâ;ra, le 3 avril 1974. qu'il détient
un livre écrit par Alfa Ma-Yoro "WELE. recopié par El Hadji Meli.ck
SY, sens aucune autre précision.
./ .

Id+- ''ri
......_
......._!.~'_!
..._w,......_~-----
.319.
mense et fertile situé à une distance de cinq kilomètres ,environ
au sud-
est du village connu sous le nom de Ngambou-thile.
Plus tard. le champ transformé en domaine abrita pour quelques
dizaines d'années la modeste famille qui s'adonnait essentiellement à la
culture de la terre.
Mais i l faut signaler qu'assez tôt lv'JB.1ick SY eut l'intuition
de sa mission et. qu'à l'instar de ceux de ses pairs destinés à de telles
fonctions. i l effectua de fréquents déplacements à la recherche du savoir.
C'est ainsi qu:'il alla s'instruire un peu partout. cormne nous allons le
voir. Mais auparavant. il avait terminé ses études cora:liques au Fouta il
l'âge,semble-t-il,de dix huit ans.
Vers 1871. sur ses modestes ressources de maître d' i§cole corani-
que et les revenus agricoles de ses parents, il entreprit l'étude des
sciences islamiques proprement dites.
A rappeler qu'à cette époque de solides etudes islamiques néces-
sitaient de longs déplacements. Car rares étaient les lettrés qui savaient
enseigner plus d'une discipline. Hais ces voyages que le jeune étudient
effectua eurent d'heureux effets: ils furent pour lui l'occasion de con-
nartre les différentes peuplades habitant les régions où son prosélytisme
allait devoir s' exercer. Il apprit à connaître la. mentalité des gens. leU:>$-
./ .

.320.
croyances, leur mode de vie, voire les peJ.nes auxquelles ils étaient
constamment confrontés.
les études du premier cycle, une fois achevées, il entama celles
du second cycle (1) et dut pour les compléter, se rendre dans plusieurs
locolités du Cayor notamment au Gandiol et au Ndiâmbour. Il étudia égale-
ment à Saint-louis, au Fouta-Tcl'O et en Mauritanie chez les Trarza, les
Ida-ou Ali qui lui confirmèrent le wird tij âne qu'il avait reçu de son
oncle Alfa Ma-Yoro WELE en même temps que le titre de Muqo.ddam (2). En
douze ans, l r étudiant, alOl'S à peine âgé de trente ans, termina les pro-
grammes des premier, second et troisième cycles.
1°) DE L'ECOLE CORANIQUE A LA CULTURE DE LA TERRE
Ayant senti la vocation de se consacrer à l'enseignement, comme
tout étudiant de l' (§poque qui terminait ses études. Malick résolut, dès
son retour, de fonder à Saint-Louis une école où l'enseignement du Coran
allait de pairf avec celui des sciences. Mais devant l'indifférence des
gens, due ou à des préjugés ethniques ou à la concurrence dl autres mara-
bouts-enseignants. sui vant les informateurs, l'expérience se révéla inf'ruc-
tueuse.
(1) - Cf. supra p. 253 sq.
(2)
C'est un ecclésiastique qui est habilité à conférer le wird tijâne •
./ .

.321.
A cette date, on lui avait déjà donné la main d'une saint-loui-
sienne nommeeRokh~a NDIAYE qui était d'une piété qui rappelle, toutes
proportions gardées, celle de Maryam dont parle largement le Coran. La
jeune femme se maria assez tard, nous dit-on> car constamment vou€e
à la
d€votion,
elle n' attirait guère les hOlDllles de sa géneration. Il lui fallut
un époux cOI1lllle Malick SY.
De ce manage, contracte à Saint-Louis où résidait Malick, furent
issus quelques enfants. Mais accablé peut-être par les difficultés maté-
rielles, hanté en tout cas par le souci de ne point dépendre dl autrui,
il retourna à la terre quittant momentanément la ville de Saint-Louis où
un homme comme lui ne pouvait subvenir à ses besoins et à ceux de sa fa-
mille qu' aux dépens des autres.
Face à l'échec de l'expérience de l'école coranique qui connut
un insuccès décourageant, la seule activité pouvant permettre à un homme
de son genre de gagner honnêtement sa vie, Nalick Ile d~eida à ne plus
compter que sur le fruit de sa sueur. le travail devint dès lors pour lui
une eenetification.
Il ne pouvait agir autrement, car il ne fais ait pas partie de
ceux des enfants des notables saint-louisiens qui, avec quelques connais-
sances rudimentaires du français, pouvaient offrir leurs services à l' Ad-
ministration coloniale en servant, par exemple, au Tribunal musulman de
./ ·

·3~2.
Saint-Louis comme Cadi, Greffier ou Commis.
C'est ainsi qu'il serait retourné. vers 1886, à Ngambou-thilé,
au vralo,emmenant sa felIlIDe et ses deux enfants: Ahmad, l'ai:n€
(1883-1916)
et Bàbacar (1885-1957) qui deviendra son calife (1922-1957). Ils y trou-
verent Fâ-Wade WELE et v€curent
auprès d'elle quelques deux ou trois années
relativement prospères. Certains de ses enfants y virent le jour.
Il convient de signaler que pendant son long séjour à Saint-kluis,
Malick bénéficia très largement de l'assistance matérielle et morale de
celui qu'on pouvait considérer cozmne son protecteur: Massamba Diéry DIENG,
lequel faisait partie de ceux qu'on appelait "hozmnes de Dieu". Il se disait
l'ami du Coran; il n'était pas très savant mais aimait les lettrés et,
étant socialement bien vu, il:leur apportait inconditionnellement son con-
cours et les protég!:)ait chaque fois que le besoin s'en faisait sentir. Il
comptait aussi des amis parmi. les autorités coloniales de l'époque résidant
à SaiDt-Louis.
Ce notable saint-Iouisien qui hébergea Malick SY à Saint-kluis
avait guidé ses pas en lui indiquant des lettrés auprès de q\\l.l i l devait
se rendre pO'U%' parf'aire ses connaissances. Mieux, il fit venir à Saint-Louis,
à ses propres frais. le celèbre exégète Mâr Eirâma DIAKHATE (1) de Ndiâbâli
(1) - Un gouverneur de Saint-Louis l' B.urait :rait venir è.:'-:.'3 cette ville pour
juger un cas litigieux.
./ .

.323.
à l'intention de N'click SY et d'Amadou NDIAYE Mâbèye qui, tous les deux,
allaient devenir ses beaux-fils. Entre autres conseils qu'il leur do:-...nait,
.'
voici celui-ci : 1fEfforcez-vous de terminer vos études avant de vous
marier. li Ce qui laisse supposer donc que Malick aurait terminé ses études
P-
avant 1883, date à laquelle,onlsait avec certitude, naquit son premier
enfant.
Ce personnage qui comptait Malick, son protégé, parmi ses mai:-
tres, lui donna la main d'une de ses filles; Yacine DIENG. L'union aurait
donné trois fois des jumeaux et deux autres naissances toutes les deux
des filles lesquelles ont seules survécu à leur père.
~Tous ne sommes pas très fixés sur la. date de ce mariage qui en
tout état de cause était le second que Malick contracta. Il eut lieu waî-
sembla.blement après le pèlerinage à La Mecque, c' est-a-dire vers 1891.
Car les raisons qui auraient déterminé El Hadji Malick SY à quitter Saint-
Louis pour aller s'installer aU Ca:yor, à Ndiarndé plus précisément, ont
quelque rapport avec sa vie conjugale lors de son séjour chez Mc.ssamba
Diéry DIENG.
Malick, que ce mécène honorait tout autant qu'il le protégeait,
fit figure de saint homme avant même d'avoir trente ans. A l'instar des
Gens (1), il aimait la solitude. Ses préoccupations quotidiennes se con-
(1) - Il s'agit des souris. Ils se nommaient ainsi préférant garder l'ano-
nymat.

.324.
centraient sur la :ecture du Coran. les études et le dikr(:) autant de ca.rac~
téristiques qui contribuèrent il lui faire conférer l'appellation de "l'é-
tranger" dans certains milieux saint-louisiens.
Ce retour aux sources tut donc bénéfique pour Malick SY. Les
travaux des champs que dirigeait un nOIlllllé Samba Souna avaient permis une
récolte très abondante laquelle, vendue, offrit il Malick la possibilité
d'effectuer le pèlerinage il La Mecque: un événement majeur qui marqua
un tournant dans sa vie.
2°) LE PELERINAGE A LA MECQUE
Age de trente-cinq ans, Malick quitte le Sér.éSa1 pour s'acquitter
de l'obligation du pèlerinage aux Lieux saints è.e l'Islam. L'événement,
qu'il data lui-même, eut lieu en 1889 "l' a:mee où t:O\\ll'ut Faidherbe", selon
ses propres termes. Il accomplit ses devoirs de pèlerin dl:-"ls les mêmes
conditions que les autres.
Inutile de dire que s'il était arrivé à La ~~cque en retard tel
que le veut la légende populaire, du reste assez ancrée dans certains ell-
prits, il ne serait pas affecte El Hadj, rieux il r..e se serait pas acquitté
d'un tel devoir.
L'importance de cette légende ainsi que tous les poèmes en wolof
composes de son vivent, dès son reto\\ll', en vue de co=lbo::-er l'événement.
(1) - Il s'agit d'invocations rythmees f~écialement composées aux fins de
provoquer souvent l'extase chez l'adepte. Le terme signifie litté-
ralement mention.
1

.325.
est de montrer à qt~el degre de la hiérarchie sociale
il:rut prolllU.
Désormais, il ne devait plus souffrir des préjugés d'ethnie. Ce
n ' était plus ';le Toucouleur ni le W"alo-wâlo!: et moins encore "l'étmDger"
aU'.:".:ol on accordait peu de prix malgré son savoir, sa probite et sa fer-
veur religieuse. De tels préjugés qui exigeaient auparavant qu'il fût
issu d'une fwlle socialement très bien vue pour pouvoir prétendre aux
considerations do:lt jouissaient les autres, etaient devenus inefficaces.
i l convient de signaler qu'à la difference de nombre de mara-
bouts qui effectuèrent le pèlerinage
à La Mecque à cette epoque, El Hadj
Malick SY ne :P:lSsa en
Orient que le temps necessaire à l'accomplissement
j des rites.
B/- LA DOCTRINE DE TRAVAIL
A peine se fut-il fixé à Saint-Iouis, après le retour des Lieux
saints,q'l'il CO:lçut l'idee d'effectuer un periple aussi long que celui
qui l' avait condlr!.t chez les Trarza quand il était étudiant. Après le w"alo
où il fit 1L"l bref sejour, i l alla à Bathiâs, village non loin de Sakal,
puis à Keur Bâ:'î SA:'L, près de Rao, à Keur Kala. SEYE, à MelÎnale d'où i l
se rendit à N-:a'll";1è.~. I.e marabout itinérant sembla se résoudre à mettre
fin à ce périple cc.:- SC::l séjour à Ndiarndé dura sept ans pendant 1esquele
il parvint à y cO.'lstituer une communauté rurale typiquement originale :
les populations è.es villages avoisinants cultivaient ensemble un immense
ch8lllJ? pour le œ.9.!'aOout et recevaient en contrepartie un enseignement isla-
mique. Après la récolte, tout nécessiteux ~ant participé aux travaux
./.

.326.
recevait sa part pour sa propre subsistance et celle de sa famille. Aussi
d' autres indigents habitant
assez loin ne tardèrent-ils pas à venir peu-
pler la contrée .
i l est intéressant de savoir d' où vint à El Hadji
Malick l'idée
de quitter Saint-Louis où son prestige ne cessait de s'accroître depuis
son retour de La Mecque. L'on a déjà avancé à maintes reprises le souci
majeur de répandre l'enseieJlement islamique par l'implantation un peu
partout de nouvelles écoles coraniques et du :riqh, ma.::'s la réa'1.i·~c est
plUS complexe.
:En effet, on est de prime abord tenté e.e S;)'..:,:~:::·il·C;: 2. cette pre-
mière idee qui" en verité, contribue, comme tant d'autres, il v.ous empêcher
d'apprécier les faits à leur juste valeur.
(l.,
Ndiarndé était une école et le marbout ne I-C1~ynit se séparer de
j
ses quelques élèves qui l'accompagnaient partout. I:3.i~ Cl est le besoin de
subsistance qui semble avoir a.vant tout acculé le t'l~,ra";;:;·,:t à aller s'y
installer.
C' est ce qui ressort en tout cas de la relation que nous a faite
un marabout (1) de Saint-1.ouis. un petit-neveu de Ma.ssc.~,:':la Diéry.
(1) - Ce fut au cours d'une enquête que nous avons effectu~e à Saint-Louis
auprès de la famille qui hébergea El Hadji Malice. SY dans cette ville.
Nous e1ffir~!llQni_f.gi .toute notre gratitude à serigne El Hadji Mâmoune
NDIAYWÇpe~rtnneveR~~e Massamba Diery, pour les precieux renseignements
qu'il nous a donnés. Des qualités dignes d'éloges ont permis à ce lettre
averti et bien connu pour sa modestie et son abnéz~tion, de se mettre
à notre disposition, deux jours durant (1 et 2 avril 1974), alternant
informations et démonstrations. Nous lui savons ég~cment gré pour les
documents rares qu'il a bien voulu nous prêtés.
'/ .

.327.
"El Hadji Malick", m'a t-il dit, !Idemanda un jour à ma mère Anta DIENG (')
tous deux
alors qu'ils se trouvaient Tivaoune : "Sokhna Anta, sais-tu pourquoi
je suis allé à Ndiarndé"~ Ma mère ~ant répondu par la négative, i l pour-
suivit: "J'étais allé ure fois chez un boutiquier!> Sé\\:'nt-Louia pour cher-
cher des bougies à crédit. Le boutiquier refusa après avoir accepté. Arri-
vé à la maison, je me mis à raconter l'affaire aux autres; or, Baye Massam-
ba Diéry, informé, Je ne savais comment, remit ua franc à un disciple qui
alla aaheter le paquet de bougies pour
moi . "
"Pendant la nuit, je me mis à réfléchir sur ma situation sociale
et aboutis à la conclusion suivante
"Baye Massamba Diéry m'héberge avec
ma femme et se fait l'obligation de payer mes dettes. Je dois le quitter
pour essayer de gagner ma vie avec le travail de la terre. Voilà", con-
clut-il", le pourquoi de mon installation à Ndiarndé. n
Telles sont les raisons qui le déterminèrent à aller s' installer
dans ce terroir. Elles se confondent essentiellement avec celles qui l' ame-
nèrent à Ngambou-thilé
la recherche de quoi subvenir honnêtement, c'est-
à-dire sans mendier sous une forme pltIS ou moins déguisée, aux besoins
de sa famille.
Ce séjour prolongé ~ Ndiarndé permit le rayonnement, à travers
les diff'érentes contrées du pays, du succès que le marabout ne cessait de
(1)
Elle était la soeur consanguine de l'une des épouses d'El Hadji Ma,-
lick SY et fille de son protecteur Massamba Diéry DIENG .
./.

.328.
remporter sur le plan spirituel mais aussi dans le domaine temporel, car
l'expérience de la communauté agricole de Ndiarndé fut une réussite écla-
tante.
Cependant, malgré le succès de cette tentative, l'idée de partir
lui revint à l'esprit. Ie maître, tout en ayant l'oeil sur sa communauté,
prit son bâton pour Tivaouane où il finit par se fixer il partir de 1902.
Les raisons de quitter à jamais Ndiarnde n'étaient pas comme
les autres, d'ordre économique, social et culturel. Dans cette mesure,
elles sont révélatrices de la sollicitude avec laquelle Massamba Diéry
entourait El Hadji Malick SY, mais aussi et surtout révélatrices de l'at-
titude modérée et prudente de ce dernier è. l'égard des prcblèmes touchant
,
0.-
dL
près ou de loin/la politique coloniale de l'époque.
L'on sait que l'Administration coloniale usait de plusieurs
moyens pour gagner les marabouts locaux. Ce procédé ne donnait pas tou-
jours satisfaction d'où le recours parfois à la force brutale.
Ce fut dans un tel contexte qu'El Hadji Malick SY aurait quitté
définitivement Ndiarndé pour Tivaouane. Dans quelles circonstances? Voici
une relation que nous rapporte El Hadji Mêmoune NDIAYE qui la tenait de
son oncle
Bâmé DIENG, fils de Massamba Diéry DIENG (1).
(1) - Entretiens que nous avons eus avec lui à Saint-Louis les 1 et 2 avril
1974.
.J.

.329.
"Mon père", dit-il", avait un anu français nomme Ga.spard PECARilSR,
qui servait au Bureau politique. Un jour, i l vint lui faire la confidence
suivante: "Il va être decide l'arrestation de Samba Laobe Penda (1),
d'Ahmadou Bamba et d'El Hadji Malick SY."
"Aussitôt après, mon père envoya quelqu'un auprès d'El Hadji
Malick SY à Ndiarnde l'invitant à regagner Saint-Louis d'urgence, ce
qu'il fit le jour rtême ou le lendemain.;!
"Les Français':, lui fit-il", n'aiment pas un marabout qui a beau-
coup de talibes ou qui échappe à leurs regards. Retire-toi de Ndiarnde
et choisis une autre résidence entre Dakar et Saint-Louis pourvu qu'elle
soit à proximité de la voie ferrée."
Voilà pourquoi El Hadji Malick, auquel l'expérience de Ndiarnde
donnait pourtant beaucoup de satisfaction ,dut se résoudre à aller il Tiva.-
ouane pour ne pas vivre en mauvaise intelligence avec les autorit€s
colo-
niales.
(1) - Il fut Bourba Jolo!. Il etait frère d'Alboury NDIAYE avec qui il
ne s'entendait point. Sa dureté lui valut d'être exilé au Gabon
en même temps qu'Ahmadou Bamba
'/'

.330.
c/- LE PROSELYTISME D'EL HADJI MALICK 8Y
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-~-=-=-=-=-=-=-=-
La,phase active du prosélytisme d'El Hadji Malick 8Y ne commença,
comme vient de le suggérer l'analyse de ses différentes activites, que
vers 1890, au lendemain de son pèlerinage à La Mecque. Ce
fut le Cayor
qu'il cboisit pour centre de diffusion de son enseignement, le choix
étant très certa.inement lié à la recherche de la subsistance pour ainsi
dire. I.e succès qu'il obtint dans ce pays où i l n' avait pas beaucoup
d'attaches semble être dû à deux facteurs.
D'aborà, sa réputation d'homme de Dieu le fit apparaître rapidement
comœ une personnalité sans égale, dès son retour de La Mecque. Le second
facteur serait que le Cayor, choisi a:omme centre de diffusion ou IIÈux
comme point de départ de son prosélytisme. ne comptait à cette époque
aucUD
personnage musulman de grande envergure. Une telle situation peut
être comprise grâce au tableau de la situation de l'Islam au Cayor que
nous avons brossé plus haut-·
Telles furent les raisons qui firent qu'il parvint dès son ins-
. f 1~
tallation au Cayor à éclipser les marabouts du terro~r. Il s 'y trouvait
très certainement des marabouts dont le savoir égalait le sien mais qui,
ne s'étant pas rapproches de la masse des musulmans pour leur, apprendre
leur religion, étaient considéres, BOUS l'effet de la distanciation, comme
Cl)
Voir sn biographie intitulee
"L'Inconnu de la Nation",
....
que son petit-fils, Cheikh Ahmed Tijane 8Y, lui a consacree. Cet ouvrage ecrit en
arabe, outre son caracllère biographique, a €té
surtout pour le biographe une oc-
casion d'étaler son génie pour la 'création artistique, dans le domaine des belles-
lettres précisément. Ainsi, les évocations poétiques
tout comme les réminiscences
Core:ma.ques
donnant lieu parfois à des divagations y abondent. Madiakhate Kala qui
a beaucoup influencé l'auteur y occupe nne place de choix.

.331.
des êtrangers. A la différence d'El Hadji Malick, ils étaient, dans leur
presque totalité, issus des familles aristocratiques.ou entretenaient
d'~troites relations avec elles.
Peut être, était-ce là ce qui limitait l'influence qu'ils etaient
censés pouvoir exercer sur les autres musulmans. Ces derniers les consi-
déraient plus proches des chefs traditionnels , dont ils légitimaient
! les agissements, que dIeux-mêmes. Aussi était-il extrêmement difficile
à un marabout d'avoir une grande audience auprès des fidèles s'il se rat-
. tachait à une famille aristocratique. Seul Ahmadou Bamba MB.'\\CKE dont on
connaît assez les raisons du succes, échappa à cette règle.
L'origine ethnique des grands marabouts actuels en constitue la
",-

meilleure illustration. Ils sont pour la. plupart descendants des Ceddo
notoirement co~nus.
Devant les résultats positifs a.uxquels pouvaient parvenir ceux
qui s'abritaient à l'ombre de l'Islam, on considerait l'Islam COllDlle un
facteur de securité et d'émancipation. Désormais, dans l'exercice de leurs
fonctions, les Cadis ne légitimèrent point les exactions des Ceddo. Et,
des lors que tout musulman, quelle que soit sa caste d'origine, pouvait
prétendre, grâce è. ses connaissances islamiques, aUX plus hautes
fonctions
sa.cerd-:rt·'Ùes, jouant ainsi un rôle politique certain; l'édifice de la
société traditionnelle était entré dans une phased :écroulement. Ce fut en
'/'

.332.
tout oas le commencement du démembrement progressif qui donna naissance
à ce que l'on appelle l'Islam maraboutique au Sénégal.
Au moment de son arrivée dans le Cayor, simple professeur doublé
d'un propagateur du wird de la confrerie tij âniyya li laquelle i l s'était
affilié tout jeune, El Hadji Malick etait loin de vivre dans une opulence
qu'il n'a d'ailleurs jamais connue. Grâce au rayonnement de son enseigne-
ment, il compta parmi ses élèves nombre des plus grands lettrés du Cayor
où di vers facteurs avaient rendu les esprits assez réceptifs à son message.
La pédagogie d'El Hadji Malick ou les procédes auxquels il eut
recours pour éduquer la masse des fidèles, contribuèrent très largement
à la création de telles dispositOns intellectuelles. En effet, sa forma-
tion l'avait prédisposé li allier deux choses qui jusque-là constituaient
deux domaines différents sinon incomIEtibles, cOIlll!le ils le restèrent pres-
que partout ailleurs. Il s 1 agissait d'assurer l'enseignement islamique
et les tâches inhérentes aux fonctions de guide spirituel.
Tandis qu'Ahmadou Bamba
s'attelait, comme nous le verrons plus
bas, w.ùevoir de donner à ses talibés une éducation spirituelle, et qu'au
Fouta-Toro, il Saint-Louis ou dans les différentes localités du Cayor, les
etudes etaient jugées comme étant le moyen le plus valable pour instruire
un fidèle en Islam, El Hadji Malick SY tenta une expérience qu'il réussit.
Il voulut faire en sorte que ses fidèles, sans se contenter de l'imitation
aveugle parce qu'étant au fait des enseignements coraniques, ne tournassent
'/ .

.JJ 1.
pas le dos à la confrérie dont les rites, identiques à plusieurs égards
à ceux des religions traditionnelles, ne feraient que renforcer la cohésion
entre les adeptes.
Mais à y regarder de plus près, on se sent autorisé à dire que ce
grand maître accordait plus de prix à l'enseignement qu'à l'autre domaine.
C'est ce qui l'amena à multiplier la création des centres d'enseignement
dont i l dirigeait personnellement le plus important.
Ainsi, à Ndiarndé comme ailleurs, l'enseignement du maître ne
cessait jamais. Des régions les plus lointaines venaient de nombreux
étudiants pour suivre ses cours. Assurant lui-même le cours supérieur
second et troisième_cycles (1), il confiait le reste à des élèves-maîtres
qui poursuivaient encore leurs études sous sa direction.
Ce fut durant cette période que s'affirma le génie fécond d'El-
Hadji Malick. Cependant il convient de remarquer Clue le maître n'était
encore à cette époque que le théoricien de la Tijâniya, le biographe
du Prophète ou le vulgarisateur de l'enseignement coranique. Son oeuvre
de critique sociale où le génie satirique a. tr611sii:";'.lI'é El Hadji Malick
dans ses dernières années, n' avait pas encore vu le jour. Dans cette oeuvre,
( 1) - A ces deux niveaux le maitre devait faire u~ couxs magistral pour
ainsi dire. Tandis qu'au premier cycle, c'était le mot-à-mot ; l'é-
lève devait répéter chaque mot après le I:lI1ître .
.f.

· '
ei!~_·j
b
l b
....
MW'
..
nid
..'IL.!!I! ,.'
tLHadji Malick avec deux de ses enfants dans une rue de TivaouaneJen 19H
"

.334.
apparaissent une amertl:m.9 et une VJ.sJ.on très sombre d'une catégorie dé-
terminée de personnes.
Cette oeuvre géniale fera date dans l'histoire des lettres arabes
au Sénégal et son influence aura été déterminante.
Ainsi. par son enseignement, El Hadji Malick a essentiellement
contribué à I~pandre l'Islam. Il avait installé ses anciens étudiants
dans les localités éloignées de Ti vaouane, soit avec le titre de ~tre
d'école ou celui de muqqadam, l'un devant s'occuper de l'instruction,
l'autre de l' éducation spirituelle; soit avec les deux à la fois. Voilà
ce qui lui permit d'enlever aux rites tout ce qui était superficiel et .
tendait par conséquent à mystifier l'initié. Son oeuvre s'inscrivait,
peut-on dire, dans la lignée de Gazâlî.
El Hadji Malick I!IÏ t ainsi
au point une pédagogie intégrée, la-
quelle fut à la base du succès grandissant que connut cette école où la.
complémentarité des deux domaines : la science et le soufisme, est encore
manifeste. I l fallait, pensait El Hadji lvI.alick, donner au soufisme une
dose suffisante de science et inversement, afin de les humaniser. Une
telle attitude reflétait chez lui, l 'horreur que pouvait engendrer un
soufisme excessif(1).
Avant lllêxœ d'aborder l'analyse de l'oeuvre d'El Hadji Malick SY,
(1) - Pour mieux faire le rapprochement, voir supra. la conception de
Gaz1lî, pp. 279,280.
.
~
.f.

. Il',
il .importe d..: dir..: Quelques nots sur l'horret:.r <J.u'un tel sOl.lfisClC inspi-
rait à celui qui acclimata la Tijâniya au Sénégal.
1°) L'HORREUR DU MYSTICISNIE CHI; EL BP.DJI HA.LICY:
Aux yeux des autorités aXcarites (1), les soufis, sans être cons-
tamment en contradiction flagrante avec le Texte sacré, abusent de leur
interprétation allégorique ou ta'wîl que l'orthodoxe sur~,~te rejette prin-
cipalernent parce qu'ils entendent placer leur dikr nu centre des preoccu-
pations du musulnan, alors que l'Islan officiel l'énerve cette place aux
devoirs canoniques.
Fort des données que nous avons puisée3 dens l ' ceUVl'e mêl!le d'El
Hadji Malick SY, i l nous paraît extrêmer:.ent édifient de faire état de ses
appréhensions devent les tendances du soufisme. En effet, El Hadji
(1) - Abu-l-~asan al-Ai carî (8T3-935) fut ~Ctazilite jusqu'à l'âge de
quarante ans. Il sc brouilla avec son rrl8.S::tre d-Jubba' i et devint
le plus ardent défenseur du sunnisr:.e intéhrcl. Il créa la science
di te de Kalâxl sunni t qui devait servir d' ~rr:e aux eXcarites contre
les partisans des sectes. Il cO!'!Ptera pard se: ..... ~: :':"es des célé-
brités telles 'lue al-Bâqilâni, al-Is?arîWini, cJ.-Qulsyrî (l'auteur
de le. célèbre Risâla qui porte son nom), e.l-Jl<.7B.ynî, surno=é Imam
o.l-Raraoayn et auteur d'un oUVl'age célèbre sur la néthodoloÔe juri-
diqùe : "Kitë:b e.l-Waraqât fï usûl aJ.-fiqh". Al-<hziili fit partie de
ses disciples. C'est à luF~evint le nérite d'avoir le plus contribue
par ses écrits au triomphe de l'AXcarisme. Pendant que l'Ecole Kaficite
dans sa totalité y avait adhéré, les partisans du Hanafisme lui préférai-
ent le Maturidisme rati~!il~iste. Quand aux Hanbalites, :partisans du Sal-
fisne (conservatisme), 71ui étaient demeures hostiles. Ibn Tumert, le
fondateur du l!lOuve:rn.ent alI!lohade, contribuera à ~on trioI:IPhe en Afrique.
./ .

.:>3C.
Malick, homme de Dieu et même som, comme les gens aiment à le dire,
n'avait rien 'de commun avec les souris orientaux ou nord-africains.
Instruit des événements qui se produisirent au début de l'Islam,
entre musulmans partisans du commentaire littéral (tafsir) du Texte sa-
cre et ceux de l'interprétation allégorique (1), événements qui donnèrent
naissance aux différentes sectes islamiques et plus tard au ~sticisme
musulman (2), l'auteur du "Kifâya" entendait se limiter au ca.dre du droit
constitutionnel qui, selon la Sunna doit régir tous les actes du musulman.
Car, à ses yeux, si les uns, capables par leur savoir d'interpréter les
versets du Coran, pouvaient revêtir la robe
du soufi, il était des musul-
mans qui ne savaient que faire du soufisme. Populariser une telle doctri-
ne, lui paraissait favoriser le désordre au sein de l'Islam. En effet,
\\ les recommandations divines cesseraient d'être essentielles aux yeux des
\\
'néophytes, vu les attraits exercés par les rites mystiques sur leur âme .'
Pour faire respecter la doctrine fondamentale de l'Islam, El Hadji
Malick tenta, grâce à son réalisme, de barrer la route aux théories mys-
tiques dans lesquelles certains avaient tendance à se laisser absorber.
(,) - C'était la principale a.rme de ceux qui par leur extrêmisme étaient
victimes de l'intolérance de la doctrine officielle de l'Islam. Les
Soufis, les Shi Cites , les Frères de la pureté ainsi que nombre de
rationalistes, tout en demeurant des musulmans, s'écartaient quelque
peu de Sur.nisme .GoLüiber Y voyait l'influence du néoplatonisme.
(2) - La première confrérie organisée a vu le jour à Bagdad, au début du
XIIe siec~. Elle porte le nom de Qâdiriya dérivée du nom de son
fondateur
Abd al-Qâdir aJ.-Jili; (1079-1166) Cf.
supra. p.282
.f.

.33'1.
C'est ainsi qu'il invita certains de ses pairs à "dispenser un enseigce-
ment isle.mique orthodoxe afin de rendre à l' Islam sa pureté, en le déga-
geant des axtifices qui l'entourent de toute part"( 1).
Ce souci de :f"uir les extrêmes. est l'une des constantes de la
pensée d'El Hadji Malick SY. Se fondant sur la fameuse tradition du Pro-
phète qui enseignait à ses fidèles la modération en toute
chose, même
en matière de culte, il s'empêchait de s'arroger le droit d'imposer à ses
adeptes ce qui n'était point pour eux une obligation.
Cette conception lui imposa un choix. Il opta pour être le guide
éclairé de ceux qui avaient besoin de la lumière: les non-éclairés, c'est
à-dire les masses. Ce fut cette option, qui du reste ne l'e~êcha point
de faire partie des "Gens", qui lui assigna la place qu' i l occupa avec
fierté. Voilà ce qui semble expliquer l'absence, dans l'oeuvre d'El f.a.dji
Malick SY, du subjectivisme et de nombreuses divagations caractérisques
des soufis.
S'adressant à l'un d'eux, il disait: " Quitte tes retraites spi-
rituelles pour être au courant des maux qui accablent tes disciples, si-
non tu risques de ne plus
pouvoir lever les accusations dont tu fais
d, .... l t b' t"
C
1
·l/les. t
" . . .
.
.
.
eJB.
0
Je
.
es paro es, l
aural
adressees a Ahma.dou Ba.mba 'lUl v.l.Salt
(l) - Cf. Kifâya op. dt. manuscrit du Département d'Islamologie lie
1'1 FAN.
'/ .

un objectif quelque peu différent, par plusieurs points, du sien. Cer-
tains passages de l'oeuvre de l'exilé du Gabon, notamment ses poèmes,
nous autorisent à croire qu'étant le seul rempart derrière lequel pou-
vaient s'abriter nombre de chefs traditionnels ainsi que les membres de
l'aristocratie, dépouillés par l'occupant frsnçais, dont i l faisait lui-
même partie, .Ahz:ladou Bamba vécut un ooment où i l se préoccupa surtout
1d'avoir une masse de fidèles prêts à mourir, des soldats pour ainsi dire.
\\, Aussi, n' éprouva-t-il pas le besoin de les former intellectuellement.
\\ C'est en cela. que sa pédagogie différait fondamentalement de celle d'El
Hadji to1a.lick qui visait un autre objectif conforme à la conception de
l'occupation coloniale.
Après cette ]:"emarque, il importe de rappeler qu'à cette époque,
nous l'avons déjà dit, i l n'existait pas de position intermédiaire entre
les primcipales tendances mystique
et scientifique •
El Hadji Malick SY, proooteur de la doctrine scientifique, enten-
dit mener le combat sur plusieurs fronts. D'ur.e prtrt, i l multiplia les
écoles, prona les vertus des sciences tsnt dans ses écrits que dans ses
seI'l!lOns. D'autre part, il consacra à l'enseignement la plupart de son
temps. De surcroît, i l attaqua ou repoussa les critiques qui semblaient
porter atteinte à sa doctrine. Sur un ton qui trahissait souvent son amer-
t~e, voire son inquiétUde, toujours en vue d'enra;y-er, dès le départ,
le phénomène de ce qu'il est convenu d'appeler le marabou:bisme (1). Voici
(1) - Cf. infra, pp.
./.

.11'1.
un extrait de ce qu'il disait :
'Y
/
"Une époque où les gens ont tenèance à délaisser la Sunna
Une époque où l'on considère l'enseignement de la
science
comme un mal;
Une êpoque où les gens n'ont dl autres propos que de vanter les
confréries auxquelles ils se sont affiliés ou de se livrer à de
vaines discussions.
ns considèrent 1 'honorable science comme un obstacle.
Qu'ils sachent que le pernicieux obstacle c'est l'ignorance.
Qu'ils sachent que toute voie ~stique est une vanité. si elle
s'écarte des recommandations du Prophète.
Pire, j'ai vu des gens noirs et blancs conspirer pour dénigrer
la science. Voilà une pure perte (1)"
En étant arrivé là, El Hadji Ma.liclt lance en ces termes un appel
solennel mais pathétique en direction de la ~unesse de son êpoque :
"0 jeunesse de cette époque, je t' innte à ressusciter la reli-
gion par l'étude des sciences. Rêponds présente."
I.e caractère ~néral de son oeun-e reflète assez bien et sa con-
ception et ses préoccupations. Il ressort de 11 analyse sommaire que nous
(1) - El Hadji Malick SY. le Diwân, Tunis, Imprimerie indigène, 1914, pp.
305-306.
./'

.340.
avons faite, qu'è ses yeux le mysticisme devient ce qu'il y a de pire en
Islam pour le mUsulman incapable de comprendre le langage des soufi. Car il
force d'interprétations, on prend de plus en plus ses distances vis-à-vis
de l'Islam tel que le Prophète l'enseignait. S'adonner au soufisme pouvait
signifier donc se comporter en mauvais musulman sinon en hérétique.
2°) EL HADJI MALICK SY E'!.' LA SOCIETE DE SON TEMPS
,1
1
t
,
En ce qui concerne l'armature sociale de l'Islam au Sénégal. il
1
1
faut d r abord noter que la nikessité de profonds changements à la fois dans
les n:oeurs et dans l'organisation sociale. hanta l'esprit d'·El Hadji Ma:tick SY.
principalement durant la dernière décennie de sa vie. Il était persuadé que
les progrès de l'Islam étaient subordonnee aux résultats obtenus dans ce
,
domaine. A en juger par son oeuvre globale, on s' aperçoit que le décalage
i~,
chronologique entre son oeuvre de vulgarisation de l'enseignement islamique
1.
;
et celle de critique socio-religieuse reflète fort bien cette évolution de
la pensée de l'auteur de "Kif~a".
Ce livre demeure à bien des égards celui qui nous renseigne le
mieux sur la mentalite des musulmans de l'époque qui vit naître ce précieux
document. Sans doute, son auteur apparaît-il le mieux placé pour brosser un
tableau aussi fidèle et complet que sombre des différentes activités vers
lesquelles se sentaient attirés irrésistiblement certains musulmans. qu'il
"'", ....
qualifiait d'egoîstes.

.341.
En effet> le désordre tel que l'auteur de "Kifâya" en souligna.
maintes fois les divers aspects, avait gagné toutes les contrées du pays
aussi bien les campagnes que les grandes villes. Les dâra d'antan, les
écoles d'enseignement théologique, dispersées, les sièges des confréries
religieuses étaient IIl(rce1es en pEtites communautes secondaires consécutive-
ment à la naissance d'une c1assepseu'l:Jbourg@oise , classe que l'on qualifie
souvent de maraboutique.
Se rendant compte que la montée d'une semblable classe à l'esprit
stérile
entraverait la marche ascendante de l'Islam dans son pays, El Hadji
Malick SY sembla renier le ~sticisme. Toutefois i l ne blâma
pas le mysti-
cisme en soi, mais dénonçait nettement l'usage qu'on en faisait, ainsi que
les abus effrénés et les comportements impies à l'égard des préceptes cora-
niques qui en d€coulaient.
~sormais, le cadre où s'exerçait sa critique,
prit des dimensions plus vastes encore.
L: auteur de "Kif'"aya" eut là l'occasion de combattre résolument
l'esprit de fatalisme de la société musulmane, dont profitaient certains
homoes qui subordonnaient tout à leur intérêt personnel. A cet égard, il
convient de rappeler que, pour El Hadji Malick Sy, l'Islam, était loin d'être
synomyme de l' arabisme. le premier étant une croyance, le second une manière
de croire, dirons-nous. Ses réactions étaient suscitées surtout par la
propagation excessive d'innombrables facteurs d'aliénation sous le couvért
de la religion.
.f.

Ainsi au sein des tra.."ls formations sociales. l'oeuvre d ' El B.adj i
!v'J8lick 8Y a joué un rôle éminemment important. Elle aurait pu mieux faire.
Mais, hélas, les plaies sociales qu'elle a dénoncées, comme tant d'autres,
semblent bénéficier d'un puissant soutien chez ceux qui ;Ir trouvent leur
compte.
De fait, les critiques d'El Hadji Malick SY ne s'adressaient pas
exclusivement aux dits marabouts. Les faiseurs ~'amulettes , appelés impro-
prement marabouts, firent aussi l'objet de ses attaques. Le vieil animisme
Caché au fond de leur âme , nombre de musulmans sénégalais. quoique fort
imprégnés des principes islamiques. etaient corrompus par des croyances incom-
patibles avec cette religion : précisément des superstitions que les con-
fectionneurs et les vendeurs d'amulettes exploitaient largement, comme ils
continuent à le faire èncore de nos jours.
S'adressant à ces conjureurs de sort en même temps qu'à ceux
qui ajoutaient foi aux "vertus" de leurs oeuvres, El Hadji Ma.JX:k SY dit
dans une longue lettre
ouverte (1) :
"Loua."lges à Allah seul. Qu'il répande le salut sur le dernier
des Proph~tes. Ensuite. voici une recommandation suscitée par
le dire du Prophète -Que le salut et la paix soient sur lui :
(1) - Cf. Moussa KAMARA, op. cit. t.I, folio 56 •
.f.

·343.
"En matière de relie:ion, i l faut do=er des conseils dêsinteresses
-Pour qui, ô Envoyé d'Allah ? Lui dit-on- Pour Dieu et Bon Envoye ainsi que
. -"
-,
.
.
pour les autor~tes musulmanes et les masees' 1 f~t-~l.
De la part du pauvre serviteur, El Hadji I>'.alick Sy -Que Dieu le
mette sur la meilleure voie- à l'intention de l'ensemble des Frères. Que le
salut, la miséricorde de Dieu et Sa bénediction soient sur vous.
Mes frères, je vous conseille de vous éloigner de trois LPersonnesj
a) Celle qui vous garantit le Paradis ;
b) Celle Qui pretend pouvoir guerir votre maladie.
Car le Paradis et la guerison sont entre les mains de Dieu. L'homme
ne peut que solliciter par des prières et inviter les autres a en faire autant.
Agir autrement n'est que de la présomption.
c) Celle Qui, pendant une epidémie, vient vous dire : "Si vous ne
portez pas la chose d'un tel ou si vous ne recitez pas la pri~re d'un tel,
L-le malheur vous frappera_/" Ou bien elle vous dit de sacrifier un animal
ou de marier vos filles sans que le mari ne verse de dot. Ce qui est préju-
diciable à celui qui n'a pas de quoi SUPPolterles frais de preparatifs
L-dU mariage_7. Ou bien i l vous dit : "le papier vient des Lieux Saints de
L'Islam.
'/'

Tout cela n'est que mensonge, tromperie et mystification.
Celui qui veut se préserver du mal n'aura qu'à recourir aux
versets coraniques ou aux invocations du Prophète •. ,
r-t
l~is ce que je/saurai Jama~s assez vous faire éviter c'est un
mot que les générations passées vous ont légué et qui consiste à dire qu'un
tel est un IDan66Ur d'hommes. Quand quelqu'un meurt, au lieu de dire que ses
jours sontmrminés, vous dites: ce sont ceux qu'on désigne par le mot
L-précité_/ qui ont mis fin à ses jours. Or seuls disent cela ceux qui ne
veulent point avoir la paix de l' âme dans l'Au-delà. Car au jour du Jugement,
on ne dira pas "je croyais" et à plus forte ra.ison "je conjecturais". Si
demain vous ne pouTiez répondre a.u Seigneur que par "je croyais ", voire
"je conjecturais", il est certain que ce serait la damnation. Car ce dont
il s'agit, même si c'est réel, nous n'en n'avons aucune preuve c'est pour-
quoi nous devons nous taire. Dieu a dit :" et VO'1S dites
de votre bouche ee
dont vous n'avez nulle connaissance. Vous comptez cela pour bénin..'c,alors que
devant Allah, c'est immense". (Coran XXIV, 15).
Abordant ainsi le dernier point de son discours, il en vient à
parler d'une superstition qui avait de solides et profondes attaches dans le
vieux fond de croyances négra-africaines que l'Islam n'était pas encore par-
venu jusque-là à extirper : le fait de dire ou de croire que certaines gens
sont'mangeurs d'hommes.
./.

Par delà ce mal ~ue l'ho~e fait sans scrupule, à son prochain.
le théologien de Tivaouane a décelé une velleité inconsciente de limiter la
volonte de Dieu. Car à partir du moment où l'homme acquie1tla toute-puissance
de mettre fin aux jours d'autrui. Dieu cesse d'être omnipotent.
Le ton de cette lettre amorce déjà celui de l'oeuvre de critique
socio-religieuse d'El Hadji Malick SY.
En reprenant, pour leur donner une dimension particulière, les
problÈmes souleves dans cette lettre, l'auteur reitèrera et amplifiera les
attaques contre les marabouts qui, abusant de la crédulite des autres.
celle de leurs disciples en particulier, vont jusqu'à leur promettre le
Paradis en échange
de quelques dons.
3°) EL HADJI MALICK SY A DAKAR
Une fois installé à Tivaouane, El Hadji Malick qui s'assigna les
~ssions de diffuser et d'enseigner l'Islan, résolut de se rendre auCap-Vert.
Il arr~va à Dakar où l'atmosphère religieuse était de nature à lui imposer
un séjour prolongé. Tout comme El Hadj i Omar <lui arriva en un Foute. Toro
entièrcI!lcnt. "qadirise:' le futur fondateur de la Zâwiya de Dakar, éprouva a
ses débuts quelques difficultés pour intégrer ses coreligionnaires l6bou
'/'

·346.
entièrement dévoues aux marabouts maures qui déjà avaient largement propagé
le wird de la Qêdiriya au sein de cette population de pêcheurs qui vivait
paisiblement entre les champs et les rivages accidentes de la mer.
Leur rèligiosité n'avait d'égale que leur générosité qui attirait
de plus en plus les étrangers: Maures, Toucouleurs, Cayoriens et autres.
Ainsi les difficultes que rencontra. au début El Hadj i Malick, ne pouvaient
durer qu'un temps relativement court.
Du fait de sa qualité de chef dans la hiérarchie tijâr.i, il
s'était assigné la mission de diffUser le wird de cette confrerie parmi
les Lébou. Sa nouvelle situation rappelait encore une fois toutes propor-
tions gardées, celle d'El Hadj i Omar au Fouta Toro après son retour du
pèlerinage à La Mecque. Le milieu lui était sinon hostile, du moins indi~­
rent. La présence souvent durable de marabouts maures d'obédience qndirite
qui venaient récolter en plus des zakât, des dons de toutes sortes, allait
créer un climat d'antagonisme entre
les deux wird. "Mais grâce à sa bonté
et a S0n profond respect pour l'homme, disent quelques Lebou qui connurent
El Hadji Malick SY·, celui-ci finit par se faire intégrer. Mieux, il varvint
pror.:ressivement a supplanter tous les autres".
Les Procédés auxquels il eut recours consistaient, d'une part,à
tenir des sé~ces de causeries religieuses dans le lieu de réunions des
.1.

,,' -
.J
La Z:lwiya d'El Hadji Ma11ekSY Gonstruite.à Dakar, vers 1914. Elle est s1t/
l'actuelle avenue du Président'LaJlIine Gueye angle rue Thiers.
/
',.
, ,

netables, ct d'autre part à rendre des visites personnelles aux différents
chefs de faT~lle. C'est ainsi ~u'il gar,Pa la confiance des L6bou. Certains
d'entre eux Qui s'~taient âSjà affiliés à la Qâdiriy~ s'abandonn~re~pour
le nouveau wird. Le plus distingue parmi eux s'appelait Abd.ôulaye NDOUR (1),
lequel l'hébergea CI,ans sa propre maison où l'on devait peu après,;;;enager
une
peri.te mosqu8e pour la récitation de la wazîfa (2)
Son appel ayant reçu un écho favorable"ses adeptes prirent
d'eux-mêmes l'initiative d'engaGer des pourparlers avec un nommé Alassane
SENE et obtinrent de lui le terrain où est bâtie la Zâwiya. Mais à leur
Brande surprise, El Hadji Malick refusa la cession gratuite et en paya un
prix symbolique (3). L'implantation de cette Zâwiya, construite d'abord en
(1) - Sa maison était située dans l'ancien quartier appelé Khok. a l'empla-
cement actuel du ministÈre de l'In~érieur. El Hadji Malick 6pousera
sa veuve. Maroe Anta SALL. Son fils, El Hadji bbussa NDOUR (ob. 1974)
fut nommé adjoint à l'imâm de la Zâwiya, en 1923, puis titularisé en
1948.
(2) - Les Lébou demeurés qâdirites lui avaient refuse l'autorisation de
tenir des seances de wazîfa dans leur unique mosquée. (Voir photo).
Ses partisans réagirent ainsi.
(3) - c'est presque une tradition du Prophète, lequel refusa d'accepter sans p~r,
le
chameau qu 1Abû Bâ:kr. son compagnon, lui donnait lors de l' Hésire.
De même, ù leur arrivée à Médine. le terrain qui lui était orfert ne
fut accepté que dans les mêmes conditions.
./ .

·3bS .
pl~~ches, constitu~ le facteur le plus d~terminant dans l'orientation Que
prendra l'Islam chez les Lebou. Il confia la fonction de fixer les heures
des prières 3 SouleYmane
MBAYE. après l'avoir exercé et avoir contrôlé sa
coopétence pendant des années (1).
Face à l'accroissement du nombre de ses adeptes dont certains
sGjourn~rent
renonçaient à la Qâdiriya, les maure
qui
1
chez les Lébou durent se
resourdre à dispenser à qui le voulait le wird nouveau qui allait concurren-
cer le leur. " Ils ne pouvaient pas s'opposer à El Hadji Malick", nous dit
El Hadji Amadou DIOP Makhtar.", car les qualites humaines de celui -ci leur
faisaient défaut" (2).
Pour parvenir aux résultats qu'il avait obtenus, celui...,ei avait
créG une animation à laquelle ces musulcans n'étaient guère accoutumes. Des
séjours répétés dont certains duraient près d'un moi~'~, lui offraient l'oc-
Q~ion de co=émorer avec ses adeptes la naissance du Prophète. ;'Je l'ai vu".
(1) - Il assuna cette fonction jusqu'à sa mort survenue dans la nuit de samedi
14 au dicanche 15 mai 1948. Il fit l'appel à la prière de ciXâ, (21 h.)
à la Zâwiya, ave~t de ren~re le dernier s0upir cinq heures après. Sa
maison était situee face à celle d'El Hadji Malick SY, dans l'actuelle
rue de Denain à l'anele de la rue Jules Ferry.
(2) - Entretien que nous avons eu avec lui, le 14 octobre 1976. à la Zâwiya
de Dakar. Il fut ~anni ceux qui ont participé. du vivant du grand
Se~~e, aux travaux de la Zâviya.
./ .

nous cGnfic El Iledj i Makhtar GUEYE, "par deux foi s célébrer, au milieu de
la ZâwiyD., cette fête. rA.on père, El Hadji }1taye GUEYE et Thierno Baba LY
chantaient la biographie du Prophète." (1).
Après la première guerre monèiale, ses déplacements qui deve-
naient de plus en plus rares, cessarent avec l'infirmité de. cécité dont il
fut atteint. Cela lui donna n&anmoins l'occasion d'entreprendre la rédaction
de son oeuvre monumentale : "Kifà:"a ar-m:gibîn" qui offre l'avantae;e
4 'être 'un résumé de toute sa pensée, tout en 0tant une peinture fidèle de
la société sénégalaise musulmane de son époque, voire de tous les jours.
Il y développe les problèmes qui suscitaient.en lui de grandes inquiétudes
au point d'avoir déjà fait l'objet d'une circulaire.
Les documents auxquels nous avons {li accès concernant la vie et
l'oeuvre d'El Hadji Malick 2Y ne nous pcr.oettent pas de préciser les circons-
tances de la rédaction de cette oeuvre. On sait néanmoins, grâce à un passage
de celle-ci, 'lu' en 1921, un an avant le. mort de l'auteur, cet ouvrage n'était
pas encore achevé. Nous savons d'ailleurs
~u'à cette époque sa santé se
detériorait de plus en plu~ et qu'il se faisait assister de quelques uns de
ses anciens élèves, notamment Alioune GUEn et Alioune DIOP, qui furent de
ses auxiliaires les plus immédiats.
La. naladie qui l'emporia,le
27 juin 1922,
ne lui laissa pas
le te~s d'assurer la diffusion de cette oeuvre. Sans doute est-ce là une
des autres raisons qui réduit considérablement l'impact que celle-ci aurait
dû r.voir.
(1) - Entretien avec lui,le ,4 octobre 1976~ Dakar.

l' It
D/-L10EUVRE
Son oeuvre, d'une variet6 et d'u.'1e profondeur qu~ surprennent
est encore inédite, sauf un recueil publié à Tunis, en 1914. Celui-ci
cornr,rend •.outre un traité de pédagogie classique de 450 vers environ, un
tro.it~ de succession en vers, une metriquc en vers, une bio/l.rl\\phü: (lU Pro-
phètede 700 vers environ, des poèmes sur la Tijâniyuet sur des thèmes
divers. La :plus grande partie de son oeuvre constituée par une défense de
la Tijâniya. intitulée 71IFRltM AL-MUNKIR AL-JJ.:N!" d'environ 290 pages d'une
calli.:;raphie serrée, et une autre pour la religion, lli"1 :peu moins volumineuse,
intitulée "IaFAYA AR MGIB!N" qui totalise environ 228 pages de la même
écriture que la précédente (1 )
Cependant beaucou~ de ses oeuvres semblent être gardées hors
de la portee des chercheurs. Des ouvrages qu'on ne connaît que de nom, ainsi
que la correspondace de ce grand marabout, sans doute tds révélatrice de
sa personnalité scientifique, ainsi que ses manuscrits, demeurent
(1) - L1interêt que présente cette oeuvre pour l~s ~énérations à venir n'est
pas discutable. Elle semble être le reflet le plus fidèle de la societe
musulmane sénegalaise de la première moitié du XXe siècle.

.351.
encore cachés dans 1 ' obscurité des malles (1).
Par voie de conséquence, El Hadji Malick SY et dl autres marabouts
survivent
d' ailleurs
1
maintenant plus par leur influence que par leurs oeuvres.
Pour s'en convaincre, il n'est que de considérer les credules,
pour ne pas dire les fanatiques spoliés par ceux qui, armés de toutes
les ruses, leur expliquent faussement l'oeuvre de celui qui s'est employé
non sans véhémence parfois à les dénoncer. Dès lors on s'aperçoit que
l'auteur de "KIFAYA" ne vit par son oeuvre qu'aux yeux d'une minorité
d'hommes de science.
D'autre part. nous constatons que quatre idées-force
se dégagent
des activités de Malick SY, lesquelles pourraient se résumer comme suit:
8.) Un musulmen authentique se doit de s' assurer les :noyens maté-
riels de sa survie par sa propre sueur.
b) Assurer des fonctions sacerdotales. n'est pas ïncoI:1Patlble avec
les travaux manuels.
c) En matière de foi et du culte ce ne sont point les hommes.
"ondoYû.l1ts et divers". qu' il ff.ut imiter; chacun doit apprendre à connaî-
----- --- _._----------------------
(,) - Nous espérons toutefois que grâce à la clairvoyance de certains mem-
bres de sa famille, d'aussi précieux documents paraîtront bientôt
au grand jour comme certains autres ont eu l'a~bilité, de nous com-
muniquer des documents du oême genre. Nous sommes redevabl"
à l'un
d'entre eux, Cheikh Ahmed Tidiane SY, qui nous a beaucoup aidé dans
ce domaine. Nous lui exprimons ici toute notre gratitudc.

.352.
tre les enseignements islamiques et s'y tenir strictement.
d) Il faut chercher à s'entendre avec les autorités de fait
dans la mesure où, pour accomplir les devoirs religieux, cette entente
est nécessaire (1).
Dans le domaine de la pensée politique, on peut dire que Sl.
l'appui
Ahmadou Bamba trouvait! auprès des chefs traditionnels déchus, qui.
au demeurant, trouvaient leur compte dans la réussite du Cheikh, de même,
rien n'empêche de croire que les autorités de l'a~nistration coloniale
exerçèrent, par t:ersonne interposée. une influence déterminante sur la
pensge politique d'El Hadji Malick SY . OUtre les intimida.tioœ de toutes
sortes dont il fUt l'objet à Saint-Louis notamment, ües visites inopinées,
pour ne pas dire des· perquisitions. lui étaient rendues par les agents
de l'administration chl'l.rgés de sa sur.. eillance. D'aucuns disent que Ti va-
ouane
était un lieu de résidence forcée pour lui, tout COIllllle le sera
Diourbel pour Amadou Bamba à partir de 1912.
Ce qui nous autorise à souligner ces différents aspects économique,
social, culturel et politique de la pensée de Malick SY avant même d'abor-
der llanalyse de son oeuvre doctrinale c'est, à L'en pas
douter, son
action ~'ltiforme qui trouvera son expression la plus complète dans son
dernier livre écrit a p r e s
la première guerre mondin.le. Nous en
donnons ici de larges extraits> commentes au fil du texte.
(1) - Voir Kifara, p. 219. C'est par cette idée qu'il termine cet ouvrage.
'/'

\\ , \\
1V)
EL W'.DJI HALI CK SI ET LES MARABOUTS
Ces déviations des lois islamiques ne se cantonneront pas qu'eu
sein du ~buridisme. Presque partout ailleurs, on assistait à une profanation
de l'Islam quoiqu'ù un degré relativem8nt moindre. Ainsi pour briser
ces
entraves tendant à paralyser ce qu'il y avait de dynamique dans les pratiques
religieuses, El Hadji Malick SY, en observateur averti, soucieux de faire
triompher les tendances sociales et morales de la confrerie tijâniya. s'e~­
ploya à dénoncer avec une rigueur inhabitu~lle, les intrigues dont les mara-
bouts passaien't pour les principaux auteurs, pour reprendre ses propres termes.
En effet, ces tendances de la Tijêniye que d'aucuns comparent à une
"cristallisation des aspirations des musulmans évolutionnistes se rebellant
contre la hiérarchie sacerdotale des grands marabouts cupides"(1), caracteri-
saient, faut-il le dire, le pragmatisme d'El Hadji Malick SY qui réagit en
mettant à nu "la fourberie des marabouts" dont un bon nombre n'etait que des
"mystificateurs tl, ainsi qu 1 i l les quali fui t .
Ainsi, après la phase d'islamisation s'annonçait une nouvelle pé-
riode de lutte ouverte contre les musulmans de mauvaise foi qui travestissaient
les lois islamiques par ignorance ou volontairement. Dégager la religion de
Mul?ammad des artifices dont la paraient des hommes qui la subordonnaient à
leurs ambitions personnelles, voilà ce qui préoccupa El Hadji Malick SY au
COurs de la
dernière décennie de sa vie.
(1) - J.L. MONTEZER, l'Afrique et l'Islam, Dakar, G.I.A., 1939,94 p.
'/'

.354.
Ses méthodes devaient naturellement différer de celles d'Ahmadou
13amba. Car, contrairement à ce dernier, pour l'auteur
du Kifâya ar-Râgibîn,
les marabouts restaient les vrais responsables d'une telle léthargie reli-
gieuse. Or aussi longtemps qu'une telle situation durerait, l'I@am, ainsi
métamorphose, pourrait jouer pleinement son rôle tant sur les plans social
et éconOmique que culturel.
Le tableau qu'il peignit des moeurs de la classe mara,boutique de
son époque est extrêmement révélateur pour qui veut comprendre la conception
malikienne de l'Islam d'une part, et les tendances actuelles de l'Islam au
Senégal, d'autre part.
La naissance d'une telle classe ou caste n'a rien d'étonnant, si
telles
l'on considère que dans leur très forte majorité, les confreries,
1 qu'on
les comprend souvent invitent leurs adeptes au désoeuvrement. Car, à l'exem-
1
pie des "pauvres", nombre d'entre elles prônent le détachement total des
choses d'ici-bas, d'où la répugnance de certains pour le travail manuel.
La notion de tawakkuJ., mal comprise, peut d'ailleurs conduire il une situa-
tion pire.
Le caractère de notre étude ne nous permet pas de nous y €tcndre
davantage et nous incline à ne donner que les grandes lignes du sombre ta-
bleau qu'El Hadji Malick SY, indigné, a brossé à propos des marabouts •
.1.

.355.
Parmi les enseignements qui semblent présider à la naissance et au
développement de cette caste, figure cette parole que l'on attribue a~ Pro-
phète : "Cel:.ti qui t'apprend une seule
lettre est ton seigneur". Les inter-
prétations dont elle a fait l'objet, outre qu'elles ont gravement entravé la
diffusion de l'Islam tel qu'il est enseign6 par~ Coran et la Sunna, semblent
hypothéquer dangereusement l'avenir de tous ceux qui, soucieux de connaître
leur religion, estiment devoir se confier à ur. marabout.
Cc personnage étant l'un des pièces maîtresses de la société musul-
mane au Sénégal, El Hadji Malick SY convient avec d'autres qu'il en existe
de faux et d 1 authentiques. La question est de savoir comment reconnaître ces
derniers dans la multitude innombrables des premiers.
Apr~s les formules
traditionnelles de louange à Dieu et
d'hommage au Prophète Muhammad -que Dieu lui accorde le salut et la paix-,
il dit :
"Voici quelques fragments utiles et suffisants qu~ embrassent
tout, réunis par El Hadji Malick, fils de OUsmane .• "
Après avoir évoqué deux versets du Coran et un J::ladÎ'~ du Prophète
qui l'ont déterminé à entreprendre la rédaction de cet ouvrage, il donne
le titre trps suggestif de celui-ci: "Je l'ai intitule "Suffisance" pour
ceux qui veulent se guider vers Dieu et réprobation des innovatè11rs (l'li
ajoutent ~ l'Islam ce qui n'a aucun rapport avec lui' [ Tl en vient ensuite

·356.
il. esquisser un plan de douze chapitres qUl ne refl~tent cependant pas tout
le contenu de l'ouvrage.
Dès le début de cette 0euvre de critique socio-religieuse, l'au-
teur. après avoir prôné. à la manière des salafites, le retour aux sources,
introduit la question du maraboutisme par ce verset coranique (rII. 73)
qu'il a bien voulu mettre en exerg,ue ; "Il n' appartient pas 11 un mortel
auquel Allah donne l'Ecriture. l'Illumi~ation (hukm) et la Prophétie, de
servlteurs
~
dire ensuite aux hommes : Soyez des
1
pour moi et non pour Allab 1
Soyez des lu.-.i~;:·es selon ce que vous savez de
l'Ecriture et selon ce que vous étudiez"
Ainsi sans suivr€
étroitement le plan qu'il a annonce dans son
introduction, il donne libre cours à son inspiration, reprenant toujours
les mêmes
opinions pour les développer
avec plus de virulence. Potrr donner
une idee de cette progression, nous indiquerons au fur et à mesure le nume-
ro qUl renvoie il. la page où l'idee est développée dans le manuscrit.
Face aux rivalités qui. dans les milieux marabout ique s , prenaient
de plus en plus dt ampleur, El Hadj i Hali ck SY. préci se que le. valeur d'un
maxabout tient à
des facteurs d'ordre intellectuel. moral et spirituel et
non point au nombre, si iopressionnant qu'il ptlÎsse être, de ses adeptes.
.f .
ï;
,

.357.
c'est ainsi qu'il fait remarquer tout au début de cet ouvrage que la calom-
nie et l'esprit de parti sont deux facteurs essentiels de division. La gra-
vité de la situation qui en result:
. l'incline à dévoiler, avec une vi-
gueur qu'on dirait inhabituelle, le':'isage de ce personnage en ces termes
p •7. "Il faut eviter de jeter J. e discredit sur une autorite reH-
gieuse en se fondant uniquement sur ce que disent d'elle ses détracteurs
et sens l'avoir rencontrée au prealable. Car tu peux l'accuser à tort, et
tu auras alors le péché d'un brigand pour avoir fait dévier les fidèles de
la voie tracée par le prophète Muhammad".
P.10, "Celui qui pense qu'avoir beaucoup d'adeptes est le sigEle
d'être agree par Dieu, se trompe.
Attention à la compagnie d'un ignorant prétentieux et d'un savant
qui ne suit pas l'exemple du Prophète. Les soufis non lettres sont bernes
par satan qui leur laisse entrevoir les possibilites
avantageux pour donner
une 'd
e
t
uca 'kon
" t
spkrk uel le aux -ames.,. "
r-ctte tendance à substituer llaccessoire à l'essentiel, a eu pour
,
fr' .
, ....
consequences entre autres celle d'accorder plus de prkx aux con
erkes qu a
la religion. L'auteur entendait dénoncer ainsi les abus des propagandes à
caractère mystique qui incitent parfois les fidèles à sous-estimer les pres-
criptions coraniques.
/

.358.
P. 40 "Toute confrérie qu~ ne se conforme pas aux données de la
religion est vaine. "
Pour lui, ces marabouts qui passent pour de bons guides ne font
qu'abuser de la crédulité de leurs adeptes. Mieux, par vanité et par pré-
somption, ils les empêchent de s'instruire convenablement en Islam.
"Des personnages dominés par la passion se disent marabouts et
trompent les gens par des ruses. Ils réussisent à se faire obéir par les
novices animés d'une volonté de suivre la bonne voie, d'être en rapport av€:
les vr~s marabouts. Ils leur font croire q1i 1ils leur doivent obéissance en
toute chose. C'est ainsi, qu'ils parvie=ent à se faire glorifier comme
Dieu. Un inspiré de Dieu, bien au fait de son enseignement, se comporterait
autrement l; •
P. 33 1\\ L'un des plus grands malheurs de notre temps, c'est l'ap-
parition de ceux qui se dis~nt marabouts et qui n'ont même pas les mérites
qu 1 ont les masses. 11
" Le maître se doit d'apprendre à ses adeptes qu'ils doivent la
considération à tout maître digne de ce nom et que respecter le musulman
est un devoir".
"Les vrais imposteurs sont les imâm qui égarent, surtout ceux
d'entre eux qui se disent soufi ou marabout. De nos jours, ils sont très
nombreux. 11
"Les imposteurs sont les maîtres qui égarent les disciples surtout
ceux d'entre eux qui se disent souri ou marabout. Il

_ _ _~B""""\\o;;'WoiI'
1:. L.:..
.359.
" Ils flattent leur amour-propre et leur tiennent des raisonnements
aussi pernicieux que fallacieux': Ils les amènent ainsi, à force de travestir
la vérité, à avoir une vision déformée de l'Islam. Ce procédé met l'adepte,
et c'est là le danger réel et permanent, hors d'état de comprendre les en-
seignements de sa religion. El Hadji Malick lui dicte l'attitude à prendre
P. 37
"Garde-toi de suivre celui qui n'a pas ces qualités; i l
est plutôt agent de satan."
Ce qui l' inmigne surtout c'est que cette attitude du marabout
trahit manifestement un souverain mépris pour le disciple. Il y voit th~ piè-
trp. moyen de parvenir à la satisfaction des seules ambitions personnelles.
Pour masquer leur manque d'aptitude qui se gBneralise progressi-
vement, ils en viennent à falsifier la notion de califat en lui donnant un
contenu particulièrement révélateur de l'état d'esprit de telles personnes.
Mais ce qui est plus grave, souligne l'auteur, c'est que la no-
tion même de piété (taqwâ) s'en trouve profondement affectée, pour ne pas
dire qu'elle perd toute sa signification. (1)
Cette importante chose, est devenue un spectacle à rlre, un jouet
des enfants ou l'amusement .d8 Satan. Ils en ont fait comme des biens maté -
riels qu'on hérite de père en fils. Ainsi, quand quelqu'un meurt, on asseoit
son fils à sa place, qu'il soit petit ou grand. On considère le (fils) comme
=about. Voilà un mal général..
(l)-C'est le seul critère admis par Dieu pour juger de l'aptitude individuelle
ou de la supériorité d J un croyant par rapport à un autre. "Le pluS noble
(1'entre nom; CGt le plus pieux".

.~profondissant ses observations il poursuit l'énumération des
prétextes utilises dont la pratique très courante dans de tels milieux,
outre qu!elle cause le dépouillement de l'adepte, n'encourage point l'homme
à crEer les conditions materielles d'une existence heureuse. C'est ici que
la rigueur morale d'El Hadji Malick se montre extrêmement virulente à l'~-
gard de celui qui nOn seulement s'approprie les biens d'autrui mais lui
enlève toute sa dignité d'homme en l'asserv~ssant telle une bête de somme
"De nos jours la religion est vendue à un prix exhorbitant. Pen-
dent que toutes les autres marchandises sont vendues à des prix raisonna-
bles ; celui qui vend la religion demande ce qu'il veut. Car le plus sou-
vent il ne la vend qu'après avoir l:iYstifie l'acheteur.
Ainsi i l lui extirpe tout ce qu'il a entre les mains sans même
lui laisser de quoi subvenir à ses besoins nécessaires. si l'acheteur
en
question n'a pas de fortune, il lui fait obligation de travailler pour lui
en se l'attachant comme un serviteur durant toute sa vie. Il
Ses moyens perfides lui assurent souvent la satisfaction de ses
besoins. C'est pc,~ cele que l'euteur le peint sous les traits d'un escroc.
P. 78 " De surcroît, pour déposséder les gens, ils ont inventé
cette expression
les biens du disciple reviennert de droi t ~ son maître
(marabout). Ils semblent ignorer qu:avant qu'on puisse parler de bien ou de
propriété certains droits ou devoirs doivent être preleves de ces biens
tels que
: la nourriture des deux parents et de la famille, le paiement des
dettes, ainsi que l'impôt légal qu'on remet aux ayants-droit citfs dans le
Coran. "
.;.

.v.,
b) Manquements aux devoir~ __ • -.. èUX
Il les rend egalement respons~les dans une large mesure des man-
quements aux devoirs religieux car au lieu de se conformer aux enseignements
du Coran et de la Sunna, ils leur substituent volontiers ce qui ne repose que
sur leur caprice. Cette tendance à rechercher des facilites revêt plusieurs
aspects qui se rapportent à des points de droit musulman.
"Il
en est de même qui se refusent à distinguer entre la licite
et le prohibe et affichent une impudence effrontee."
P. 46 " Des autorités en matière d'Islam qui habitent cette con-
t "....
ree ou nous
'
V1. vons. ".
epousent plus de quatre femmes, a
ors l
que '
t
c es
proh'b'" "
~ e.
P. 56 "Dans notre pays il en est, dit-on, qui soutiennent la
1iceité du mariage d'une repudiee. contracté av~~t le terme légal des trois
mois. Sa prohibition est connue de tous les musulmans versés en droit isla-
mique. '1
P. 58 "Les musulmans sont unanimes sur l' infidélite de celui qui
ne s'interdit pas ce que Dieu a prohibe, tels le meurtre, les boissons al-
cooliques et l'adultere, alors qu'il est bien instruit de cette prohibition."
P. 62/63 "Il est un autre mal fort repandu
; la réunion d 'hom-
mes et de feromes pour chanter et réciter ensemble le nom de Dieu à haute voix
or, aucune voix rep~obatrice ne s'êl~ve contre cela. Or l'on sait qu'il est
même interdit à la ferome de faire l'appel à la prière ou de réciter à haute
voix en faisant celle-ci même du fond d'une chambre. Les savants admettent
à 1 'unanimité cette interdiction".

Il f'::L Uil Ilild. qui relèv<.: <.t'un
llul.r<.: ürdr<.: ct :..;u1' lC4.ud l' (LuL'~ur'
insiste avec force. Il s'agit du témoignage à un mortel, en l'occurrence le
marabout, dlune soumission qu'on ne doit qu'à Dieu, le Créateur.
P. 66 "Parmi les innovations qui datent de nos jours da:1S notre
pa;ys, cette 'fiid Ca.
blâmcllle qu'aucune autorité religieuse ne soutient
de
le fait se s'incliner ou /s 1 agenouiller sur les mains des maîtres ou des ma-
rabouts alors que le Coran dit clairement que seul Dieu doit faire l'objet
de prosternation.
Par contre, baiser les mains et les pie ds est licite".
P. 70
"Cheikh Ahmed Tij anî parle de l'infidélité de celui qui
se prosternera devant lui pour le saluer. Il lui enjoignait de prononcer à
nouveau le
Témoignage et de renouveler son contrat de mariage."
Certaines déviations qui seIDfulent résulter d'une interprétation
tendancieuse des données de la religion, consistent à vouloir philosopher
avec celles-ci, comme s'il ne tenait qu'aux musulmans de les modifier à leur
guise.
l'
'20" Il est des musulmans qui n'accordent à la pratique des
obligations divines que très peu
de prix. Ils disent souvent que c'est seu-
leoent un moyen de penser à Dieu dont on peut se passer dès que cet objeciif
que
est atteint. Ils ne savent peut-être pas/cela est plus grave que commettre
l'adultère et voler."
Ce manquement aux obligations canoniques est manifeste en ce qui
concerne l'aumône légale (zakât) et la prière du vendredi.

r
08 ,;
f'l"
d
t
....
.......
bea coun
_r.~_,_
1Tn è.r-~~ __ 2D.UX
e no ·re
ecps cons~s ',le a J.al!'e
.. U
.'-~
'J~3
"
d'aumô:les
sans s'acquitter de la zakât en la donnant aux ayants-droit'.
P. 176 "La celébration de la prière du vendredi est une obliga-
tion dans les villes et villages. Doivent s'acquitter de ce devoir même les
. , .
.... h
"
prisonniers musulmans, Sl l enneml ne les en empec e pas.
L'auteur y voit une fausse compréhension des principes de l'Islam
influence
et une influence néfaste des confreries religieuses, laquelle,/provient
de
l'ambiguïté de la terrninologie des II{'{stiques, propre à " égarer le non spécia-
liste.
P. 121 "On dit qu'un saint peut atteindre un grade où il est dis-
pensé des obligations. C'est un non sens. Ce qu'il faut dire c'est qu'il
peut, et il n'est pas le seul, être dispensé des peines qui accompagnent cer-
taines pratiques."
" D'ailleurs, toute affirmation qui procède d'un jugement non con-
forme aux lois islamiques est vaine. Ainsi est égaré celui qui prétend être
en communion avec Dieu ou aVOlr accès à des connaissances particulières au
point de ne plus être assujetti aux lois islamiques existantes."
P. 122 " Ce sont les libertaires qui fondèrent la secte dite
Ibahiya qui sont à l'origine de cette tendance pour avoir interprété fausse-
nent le terme yaq1n qui signifie certitude, dans le verset du Coran qui dit :
"Et adore ton Seigneur jusqu'à ce que vienne à toi la certitude"
"Les exégètes admettent à l 'unanimité que le terme yaqin dans ce
verset signifie la mort." (1)
- Cf. infra p. 468, ce qu'en dit Amadou Bamba, lequel lève les accusations gra-
ves portées contre lui concernant Cheikh Th~A,~F~~~,TUT~~~~~=-~~~~~~~~------------

·364.
c.e.lq
se traduit par une surestimation de l'accessoire au mepris de
l'essentiel.
c) Une rigidite nuisible à l'Islam
Se conforoant à la tradition du Prophète, El Hadji
~Wlick prêcha
avec vigueur de fUir les extrêmes. Ainsi tout comme il dénonça les tendances
à la facilite, il s'oppos~ delibérement à celles qui allaient en sens in-
verse. Ce serait rétrecir le domaine le l'Islam quedie~endrr, trop rigides
,les preceptes suivant son pro'Pre~ goût~ Le r.larabout est libre
de s'imposer
une discipline rigoureuse mais nia pas à y conformer qui que ce soit. c'est
contraire aux principes de cette religion.
P. 187 "Si cette religiàm obéissait aux seuls critères de bon
sens on en inférerâit qu'on ne doit pas aller plus loin que le législateur.
Mais elle est plutôt une religion basée sur la jurispruwmce, la déduction
et le raisonnement par analogie."
p
133
"Une autorite religieuse quelconque n'a pas le droit
d'imposer ses vues aux autres musulŒans, si elles ne sont issues que de son
effort personnel."
A tit~e d'illustration, il cite l'exemple de la Basroala (le
pre-
~er verset de la Fâti~a) qui ne cesse de susciter des controverses par-
ticulièrement au Sénégal.
La lire à haute vo~x ou à voix basse, dit-il en substance. ou
l'omettre une bonne fois, c'est la même chose. La validité d'une prière faite
./ .

convenablement ne saurait en aucun cas être affectée. Il donne l'exemple de
Malick Ibn Anas, le
fcndateur de l'école malékite
"qui, dit-il, l'omettait
purement et simplement".
Dans le même "orère d' ièêes > il aborde des points de
divergence
relatifs à la prière, à l'aumône lêgale (la zakât )et au jeûne du Ramadan ..
Quant au premier point, il soulève la question de la prononciation souvent
défecùueuse de certains phctlèmes
ou I:lots du Conran.
P. 161/162
Prononciation incorrecte du Coran dans la prière.
"Ce sujet a suscité beaucoup de controverses. Certains fidèles
refusent de faire leurs prières derrière un imam qui n'est pas de leur ten-
dance. Or tout musulman est tenu de penser du bien de son prochain, c'est-à
dire d'estimer que ct est Dieu qui aBré~/les actes et exauce les prières. Il
M,D'ailleurs le Prophète avait dit : "Quand un non-arabe prononce
ma.l dans sa lecture du Coran, Dieu ne lui en tient pas rigueur". L'essentiel
ct est que la. défoI'I:lB.tion n'entraîne pas un contre-sens volontaire. Il
P. 16, "Que cela ne soit pas une invit1l.tion à la. fo.cili té; chacun
doit s'efforcer à prononcer correctement.
"Ce qu 1 il faut surtout éviter, c'est d' acculer les gens peu ins-
..
truits en matière d' Islam, à abandonner 'la prière en leur disant, par exem-
ple, que leurs prièrES ne sont valables que st ils prononcent correctement."
.1.

·~b.
Il s'élève contre ceux qui proclament la nullité de telles prières
et aborde un autre aspect : la ]!osition des bras au cours de la prière.
Pour entamer la question de la. zakât, i l fait d'abord preuve
d'esprit critique en soulignant la nécessité de la jurisprudence,
sans la-
quelle l'Islam risque de perdre sa souplesse d'adaptation. (1)
~ 193'~es produits agricoles sur lesquelles on doit prélever
la zakât. D'aucuns semblent confondre Jawz (qui est une noix semblable à
celle du coco) avec de l'arachide et en viennent à exclure celle-ci des pro-
.
"
duits agricoles ~mposables.
Les progrès de la jurisprudence en ce qm concerne la monnaie
imposable vieneent corroborer son point de vue.
P. 203
"On note une divergence de points de vue en ce qui con-
cerne la m:mnaie imposable. Une monnaie en papier eu en métal autre que l'or
c
.v
ou l'argent n'est pas imposable, avait dit
Allay~s
répondant à une
question qui lui était posée sur ce sujet.
(1) Il convient de remarquer qu'au Sénégal, on ne comprenait pas les ara-
chides dons les produits agricoles sur lesquels on doit prélever la zakât
après
récolte. El Hadji Malick refusant de se conformer aux textes en vi-
gueur estima que suivant l'esprit de la Loi Coranique, ce produit etait im-
Iposable. Aussitôt deux tendances se dessinèrent. Celle qui s'opposait à lui
let dont les chefs étaient au Saloum,
consulta. un savant marocain qui lui
[donna gain de cause. Après quelques correspondances avec El Hadji Malick,
Isur cette question, le
mufti
fit un nouveau fat~a déclarant imposable les
larachides Gt dit qu'il
n'e.vnit pas ét6 suffisamment informé. L'auteur du
Kifâya avait inféré qu'elles étaient imposables car elles constituaient des
I.. ~,


ucnrees al~menta~res conservables.
.f.

.361'.
Or la magorité des malékites admet ~ue c'est plutôt la valeur
que la nature de la monnaie qu' il faut considérer. Ainsi une monnaie en
cuivre ou en fer est imposable au même titre que celle du métal
précieux.
A propos du jeûne du Ramadan, il insiste sur l'obligation Qui
incombe aux musulmans de pénétrer l'esprit du Coran au lieu de se limiter
à lô1'écorce". Ce ~ui suscita en lui cette renarque c'est sans
doute
la compréhension 1ittérule du hadît du Prophète relatif à la parution de la
lune au début et à la fin du mois de Ramadan, iequel dit ceci
"Jeûnez après l'avoir vu (il s'agit du croissant au début du mois)
et cessez de jeûner après l'avoir vue (la nouvelle lune après un mois de
A
) "
careme .
En effet, l'apparition de la lune au début et à: la fin du mois
de mamadan est l'une des sources de désordre que connait tout le monde musul-
man depuis plus d'un millénaire. L'inconvénient majeur qui en résulte se tra-
duit par la création fortuite de deux tendances opposées qui célèbrent par-
fois une seule et même fâte musulmane à un ou deux jours d'intervalle. Pour
écarter toutes possibilités de division entre les musulmans, les autorités
religieusŒont eu à envisager la solution qui consiste à recourir à l'utili-
,
sation des calculs astronoroi~ues. Ce que leurs opposants ne devaient pas man-
quer de dCinoncer con::me n' ~tant pas conforme à l'esprit de l'Islam.
"
YA
Deux savants de l'eco1e malekite : As-Subki et Az-Zarkas~
s'appuyant sur un verset corani~ue
donnent une autre interyrétation du
~ad~ et concluent à la validité du jeûne suiv~~t des indications fournies ••
./ .

.366.
c
par les calculs astrono~ques. Dans son livre intitule
Umda a1-JlJ:lk.âm,
Ibn Daqiq a1~cIa,
une autorité distinguée de l'école ShâfiCite, soutient
Que si ces calculs affirment la présence de la lune, non observable à l'oeil,
on doit nécessairement s'y conformer. Il precise que la vision n'est que
l'un des moyens par lesquels on peut se rendre compte de la
parution de la
lune. (1).
Peut-on utiliser les instruments scientifiques pour l'observation?
Peut-on se contenter des informations provenant d'une autre localité et
transmses seulement par une dépêche, par exemple ? Voilà autent de questions
sur lesquelles il jette quelque lumière.
P. 206. Des conditions du co=encement du jeûne du Ramadan
"Assez cwi=usement: des gens qui passent pour des savants nient la
validite du jeûne commencé suivent des informations provenant des services
" "
a
fi
telegraphl.ques.
" I~semblent confondre deux choses: vision à l'oeil et information.
S'agissant de la première, il faut deux personnes ou plus qui témoignent avoir
vu le croissant. Quant à la seconde. une seule personne peut suffire. L' in-
formation par les moyens de communication relève de cet ordre-ci. Il
P. 207. "D'aucuns semblent mettre en cause l'instrument même ou
parfois son inventeur, alors que c'est le résultat obtenu qui est important.
(1) - Ceux qui ne sont pas de cet avis s'appuient sur ce ~adît du Prophète:
"Nous sommes une communauté analphabète qui ne sait ni lire ni calculer".
La tendance adverse leur oppose le verset suivant: "C'est lui qui a
envoyé chez les incultes un prophète issu d'eux qui leur récite ses
versets) les purifie, leur enseigne le livre et la sagésse bien qu'ils
aient été antérieurement dans une évidente aberration".
(LXII, 2. Traduction de Si Boubakeur Hamza, op. cit.l.
./.

.:ib9.
Seul le non expérimp.nté s'oppose à ce qu'admettent les connaisseurs surtout
.
,
d~
' 1
. .,
51 un conscnsus s est
cGage ~n
cur SCln .
./
" Par ailleurs, si l'on avait laissé cette religion comme elle
etait du vivant du Prophète, elle ne nous serait certainement pas parvenue.
Aussi, ne faudrait-il pas que l'on tente de tout ramener au hadit du Prophè-
te qui dit: [;Touteinnovation est un ccarGment" ••. Il Y a lieu de conside-
rer les avantages indéniables qui proviennent d'une innovation quelconque.
D'ailleurs, le Prophète l'a si bien dit dans un autre hadit qui dit en subs-
.
-
tance : "Quiconque trace une bonne voie en sera doublement récompensé Il •
L'attitude des lettres et marabouts lui semble dictée par une
paresse d'esprit, du moins par une étroitesse de vue. Et cOID?te tenu de la
gravité des conséquences qui peuvent en résulter, il s'élève contre cette
tendance à Ill. léthargie aussi contraignante que nuisible à l' 1slar:J..
P. 210."C'Gst un devoir pour les musulmans de SG livrer à des
investigations pour s'informer de la parution du croissant du Ramadan. Car
ils
sont impérativement tenus
de connaître, pour le jeûne, le premier jour
de ce mois. Les ima~ et les cadis se doivent de mettre sur pied une ou des
commissions chargees de les informer de la parution de la lune pour la pé-
riode du jeûne. Au cas où ces autorités ne veilleraient pas bien à cela, il
incomberait ù chaque I:'lusulman le devoir d'y veiller personnellement. "
Cette volonté, manifeste chez El HaQji Malick, de rendre à l'1s-
lem sa souplesse originelle ,hautement proclamfe par le Ceran ct par la Sunna,
l'inclina à considérer la jurisprudence rendue
dans les conditions requises
./ .

.370.
comme la voie royale menant à une pratique et à une com);lréhension saines
de l'Islam.
c'est à ce titre qu'on le voit y recourir toutes les fois que
cela est nécessaire. à telle ense~gne qu'on pourrait la considerer comme
la pierre angùlaire de son système.
P.215. "L'enseignement du Coran moyennant un salaire. Dieu a dit
dans le Coran : "Ne vendez pas mes versets contre un prix bas H •
De nos jours on s'accorde à considerer comme aurotise l'enseignement du
Coran ou du fiqh islamique moyennant un salaire pour les preserver de tous
risques de disparition. "
P. 216. "De même, un imam. tout cOlllllle un mue zzin, a le droit de
prendre un saJaire pour les offices qu'il dirige."
"DI autre
part. les autori tes religieuses ne sont pas tenues de
rigueur si elles fréquentent les autorités de fait (hommes politiques), si
de telles frequentations sont dans l'intérêt de l'Islam."
Dans cette analyse de la classe ou plus précisement de la caste
maraboutique, El Hadji Malick a abouti à la conclusion suivante: les déno-
minateurs communs entre les marabouts de ce temps, ce sont l'ignorance, la
ruse, la vanité, l 'oisivité , la cupidité, la mystification et la jalousie.
Le phénomène est loin de lui paraître cependant comme un fait social qu'au-
cune mesure ne saurait enrayer. Pour le réformateur de Tivaouane, il s'agit
./.

.371.
d'un simple mal guérissable. C'est à ce titre qu'il préconise deux types
de remède: l'instruction et le travail.
d) Conseils aux musulmans
Dans cette peinture des moeurs et des
comportements antiislami-
ques, El Hadji Malick accorde une part considérable aux disciples souvent
abusés par leur marabout. Ils acceptent volontiers la situation à laquelle
a
les /réduitS cet ecclésiastique, 'et qui
consist~ à les considérer comme
des irresponsables devant Dieu. Cette conception teintée de mysticisme est
manifestement en contradiction avec les données coraniques suivant lesquelles
tout le monde est responsable de ses actes.
Ainsi, l'auteur ne s'est~il pas limité à la dénonciation des
faux marabouts. Il apprend aux autres musulmans qu'ils sont non seulement
responsables au même titre que lui. mais aussi tenus de reconnaître le vrai
marabout de celui qui ne fait qu'en affecter les aire. Cela implique d'une
part, une instruction saine et d' autre part une conduite loyale envers tous
les autres chefs religieux.
P. 34. "C'est un devoir pour tout musulman de ne pas obéir aux
ordres d'un maître (cheikh) visant à créer de la haine, de l'envie, de l'or-
gueil ou à diviser les croyants. Il doit aimer chaque musulman et détester
tout infidèle, respecter toutes les confréries conformes à la loi islamique
'/'

.3'(2.
et assister aux cours des sevants, même si son maître le lui interdisait.
Car l'ignoranc.e gagne de plus en plus du terrain."
Il exige de connaître les critères selon lesquels tout disciple
peut être à même d'apprécier la conduite de son marabout. I l donne d'abord
quelques unes des conditions requises pour que ce dernier assume ses fonc-
tions. Au cas cù ses actes et ses ~aroles ne sont pas conformes à llensei-
gnement du Coran, le disciple doit se soustraire à son autorité.
P. 35. "Ne peuvent assumer des fonctions de guides spirituels que
ceux qui sont bien instruits des questioIl:> islamiques".
P. 36. "Nul ne peut être maître sans être suffisamment versé dans
toutes les sciences islamiques. Avant de soigner les autres, il faut se
soigner soi-même".
p.l..2."Cclui 'lui veut devenir maître-éducateur doit bannir l'uti-
lisation d'un langage ~li dé~asse la compréhension de ceux qui l'écoutent.
C'est une source de perversion"
(1).
(1) - I l fait sans doute allusion E'.U goût prononcé de certains marabouts
pour l'utilisation d'un langage ou dlune langue qu'ils comprennent
à peine pour en tirer p~fit. Ils ne font qu'entretenir l'ignorance
et la naiveté de ceux qui les ecoutent au lieu de les instruire.
C'est à/titre qu'il aurait mis?l'index un
c~rtain nombre d'ouvrages
~stiques et d'autres,fruits de l'imagination de quelques auteurs.
Voir Annexe II.
./ ·

---------------
-
-
.~'ï3.
p.44/45."Quand un maître s'aperçoit de l'aptitude de son disciple
à assumer les fonctions d'éducateur, il doit l'~ confirmer. Mais de nos
,
jours on constate un revirement. On vJit des gens prétendre
être maîtres
sans avoir reçu la moindre initiation. Et ~our sa renommée personnelle et
pour l:accroissement du nombre de ses disciples, le marabout abuse des possi-
bilités que lui offrent son ignorance et celle de 'ceux qui l'écoutent".
Cette réaction contre la tendance de la dépersonnalisation de
l'adepte est constante dans la pensée du fondateur de la zâwiya de Dakar.
Sans cesse il met le disciple en garde contre la fourberie de tels personna-
ges. Il lui apprend que ce n'est point une charge héréditaire. Elle est
acquise, c'est-à-dire se trouve à la portée de tous ceux qui connaissent
sérieusement les principes de cette religion.
le
disciple doit ainsi pouvoir faire un choix parmi les marabouts
suivant les critères énumérés ci-dessus. Il évitera ainsi d'être victime
du conformisme.
P.53. "Ne vous instruisez pas auprès d'un orgueilleux, d'un inno-
vateur ou d'un conformiste, c'est-à-dire celui imite serVilement, (taqlid),
en se plaçant sous l'autorité d'un jugement donné sans se soucier de la
compétence de celui qui l'a rendu ou de son opportunité. C'est une attitude
généralement blâmable·
du fait même de l'indifférence religieuse qui en
résulte."
.1.

f
r~;,i\\i-\\"l~,......:i»J';~il".~~:~~;;>'''I.,\\.- •. r:!~, .....,.:.~\\".~....
t
.374.
"
,
Au cas 'où il s'avère difficile de trouver un marabout remplissant
les conditions requises, El Hadji Malick conseille au disciple d'apprendre
à se guider tout seul.
P.172. "Un livre peut-il remplacer le maître 7
Il existe trois types de maître
- maître-enseignant,
- maître-éducateur,
- maître-guide spirituel.
1°) - Le maître-enseignant peut être remplacé par des livres
pour un homme intelligent et sachant bien utiliser les livres.
2°) - On peut substituer également au maître-éducateur la com-
pagnie d'un homme religieux, intelligent et prompt à donner des conseils
désintéresses.
3°) - Quant au maître-guide spirituel, on peut se contenter sim-
plement de le rencontrer périodâ.~uement."
e) Le devoir d'exercer un métier
Pour améliorer cette situation> El Hadji Malick estime devoir
insister sur la nécessité pour chaque musulman, marabout ou disciple,
d'exercer un métier. Selon lui le désoeuvrement qli caractérise certains
milieux n'est pas l'un des moindres facteurs qui acculent certaines personnes
intéressées è interpréter faussement les textes islamiques. L'occasion lui
./ .

.375.
est ainsi donnee d'exalter les vertus du travail (1).
P.217 .'''Travaillez pour avoir de quo~ subvenir il vos besoins.
Ne vivez jamais aux depens des autres".
P. 77. "Dieu m'a gratifie d'une chose
je n'ai jamais mangé un re-
pas provenant d'un homme qui extorque aux gens leurs biens au nom de la
religion, les mystifie ou fait d'eux des domestiques à vie. Ceux-là qui
dépouillent les gens et qui n'hesitent pas à utiliser leur mauvaise langue
à l'encontre de ceux qu~ ne satisfont.
pas à leurs sollicitations. Il
Le socialisme islamique fonde sur la fraternite et sur la repar-
tition équitable des richesses entre les membres de la comm~~auté souffre
beaucoup des disparités' sociales, surtout si elles sont engendrées au nom
de l'Islam et par des personnes qui passent pour des autorités de cette re-
ligion. Ainsi, sans transiger, l'auteur passe à la dénonciation de tous les
subterfuges utilises par les marabouts comme moyens de ravir aux musulmans
leurs biens. Parmi ces prétextes habiles, il cite le ~wlud, ou chants reli-
gieux, organises pour commemorer la naissance du Prophète.
(1) - Sur l'exemple qu'il a donné d'allier le travail, pour les besoins
de sa
famille. et les fonctions religieuses qui lui etaient confiees, voir
supra. p. 321 et suiv.
.f.

.376.
liCes gens organisent souvent de grands chants religieux (mawlid
kabîr) comme prétexte. Dans une telle occasion au lieu d'inèlquer le bien
auquel il faut se tenir, ou le mal dont il faut s'éloigner, ils poursuivent
d'autres buts. Autant que faire se peut, l'on doit éviter de manger les
repas qu'ils offrent. Car si les gens leur donnent leurs biens c'est simple-
ment parce qu'ilS les croient vertueux, sinon ils ne leur don.'leraient rien.
On sait que celui qui vend sa religion contre les jouissances de ce bas
monde est pire que celui dont les apparences ne peuvent tromper personne."
Une autre forme aussi déguisée consiste à donner l'appellation
de hadiya (A) aux biens que l'on ravit à leurs propriétaires au nom de
l'Islam. Pour les appeler par leur propre nom, El Hadji Malick dit que
c' est du veritable pot- de· vin. I l se réfère au fondateur de la confrérie
tijâniya pour mieux dissuader les confreries de tels abus.
P.79. IlUn autre mal très repandu de nos jours est le pot-de-vin
(ruXwal qu'on appelle aujourd'hui don (hadiyal. C'est un veritable pot-de-vin.
On avait demande à Cheikh Ahmad Tijâni pourquoi il n'acceptait pas de hadiya
alors que le Prophète en accept~. Il repondit en disant: le hadiya etait
alors un hadiya. Aujourd'hui il est devenu un pot-de-vin pour deux raisons ":
p.8a. "Le Calife Omar n'acceptait pas les hadiya qui provenaient
des travailleurs. S'il lui arrivait d'en accepter c'etait pour les remettre
( 1) - Cl est un don fait à un personnage religieux censé
détenir la baraka
ou le pri~ège de prononcer des prières que Dieu exauce •
.f.

·377.
au tr~sor public. On lui fit remarquer un jour que le Prophète acceptait
des hadiya , i l précisa qu'avec lui c'étaient des hadiya, mais avec eux
c' étaient des pots-de-vin."
"De nos JOurs, on voit des gens qui se disent marabouts embellir
leurs propos pour duper le donateur de hadiyo.. Ils lui font des promesses
mensongères en lui faisant aacroixe à l'acquisition de la baraka, de la
gloire et d'une bonne rencmmée. Puisqu'ils utilisent le moyen d'abuser de
la crédulité des gens, ils sont pires que les brigands qui dépossèdent les
gens de 1Ï.~ force."
Il donne deux cas où le hadiya est licite.
Cette situation explique que l'imagerie populaire glorifie sou-
vent un homme apparemment respectable qui, au lieu de travailler, préfère
vivre aux dépens des autres, partioulièrement ses coreligionnaires.
"On a dit il un homme vénéré qu'un tel a abandonné sen métier et
queDieu lui assure toujours sa subsistance et que cela lui a permis de lui
rendre davantage le culte. L'homme répond : il arrive à celui-1à de manger
du pain ou autre chose illicitement".
"Le Prophète ne disait-il pas : "Le meilleur d'entJ:e vous n'est
pas celui qui délaisse ce bas monde pour l'autre monde, ni celui qui délais-
se l'Au-delà pour ce bas monde. C'est plutôt celui qui travaille pour ga.gner
.
de quoi subvenir honnêtement à ses besqbs et qui s'acquitte des ob1igations
.f.

·378.
divines. Ne soyez pas un fardeau sur le dos des Eens. L'homme le plus heu-
sur
reux est celui qui renéchit/ce bas IlIOnde. L'homme le plus malheureu-' est
celui que ce bas monde détourne de l'Au-delà."
Il constate avec force que la religion n'a pas pour mission de
creer les c)nditions de ce que d'aucuns appellent l'exploitation de l'homme
par l'homme, encore moins de legitimer une telle injustice.
P.89. l'Dieu a dit: "La religion c'est pour Moi. N'en faites pas
un moyen pour une autre fin."
"Tous les Prophètes exerçaient un ou deux metiers. Notre Prophè-
te tout comme 1"oise etait un berger. Il disait egalement : "Dieu aime le
Croyant qui exerce un metier".
D'ailleurs c'est ce qui explique que Dieu ait designé nommément
les beneficiaires des aumônes legales au lieu d'en laisser le soin à ceux
qui, par cupidité, pourraient detourner de pareils biens à leur pro fi t
~ersonnel.
p.185. "On doit remettre la zakât ou l'aumSne legale à ses ayants-
droit. Car celui qui ne respecte pas cette condition est semblable à celui
qui se refuse à la donner. Les hadit en parlent ainsi. Or, certains de nos
compatriotes prennent l'habitude de la remettre à un proprietaire terrien
./ .

!pr:~~~""jilil>lï)!ll'..- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
.379.
pour qu' elle tienne lieu
du tribut qu'ils lui doivent. De même,
il en est qui la remettent à leur pere, ou frère ou aux marabouts, alors que
le verset ne les comprend pas ~armi les ayants-droit. On voit parfois des
gens qui franchissement une distance de plus de quarante-huit kilomètres
pour les donner à qui leur plaît pendant que le non transfel1; est une condi-
tion bien connUe ."
Peur enrayer cette situation désesperante, l'auteur préconise
une seule solution, le travail. Exercer un métier pour gagner honnêtement
sa vie est un devoir indi viduel, proclaJûe El Hadj i Malick.
"Mieux vaut se nourrir du salaire 'lu 'on perçoit en jouant de la
nûte ou du tambour que d'abuser ainsi de la crédulité des fidèles".
Enfin il fait remarquer que la misere est un fléau dont il faut
proteger le croyant. Mais hélas!
P. 72. "Parmi les maladies répandues qu' aucun médecin ne soigne
le fait de ravir aux gens leurs biens au nom de la religion. Il
en est
qui affectent l'apparence des ~stiques pour soutirer aux gens leurs biens.
Il leur arrive de se procurer des marchandises avec les mêmes facilités
alors que c1est de l'hypocrisie. Les biens acquis de cette manière sont pro-
. . . ,
Il
h~bés.
./ .

'~;~";'111'------------------'--~-~~~~~~~------~----
.380.
f) Cherifs
facteurs d'aliénation
Tout au long de cet ouvrage l'auteur ne cache point son indigna-
tion de voir la crédulité des croyants exploi tee impitoyablement par ceux
qui, tout au moins, devaient tenter de les soustraire à la situation lamenta-
ble dans laquelle l'ignorance et la confiance qu'ils ont en ces derniers
les retiennent. Plus qu'une crédulité, c' est du fanatisme 'lu 1il Si agit. Car
ils se laissent berner d'une part, par ceux qui se disent chérif ou descen-
dants du Prophète. et d'autre part. par ceux qui leur promettent le Paradis.
p.8a "On dirait qu'ils n'ont pas lu le Coran où Dieu proclame plus
d'une fois que seul Lui peut guider dans le droit chemin. Dès lors, comment
peut-on oser garantir à quelqu'un 11 accès au Paradis. Et pourtant ils avan-
cent des arguments, lesquels. assez curieusement. ne se trouvent ni dans le
Coran, ni dans lea l:adt~
du Prophète".
P. 86."Dl autre part l'appartenance aux descendants du Prophète
ne doit jamais inciter persomle à ne pas s'acquitter de ses devoirs surtout
envers Dieu. Les descendants du Prophète se doivent de s'éloigner de tout ce
qui est blâmable."
"Ce qui p,"ut c(.)nduire au Paradis ce n'est point la lignée chéri-
tienne: être descendant du Prophète Mul,lammad. "Clais plutôt ce que Dieu a
solennellement proclamé dans le Coran: la piété (at-taqwâ)."
./ .

g) Conseils aux marabouts
Pour sortir de cette situation, le marabout, estime l'auteur,
doit s'amender sévèrement, s'autocritiquer sérieusement.
P. 45. "Cel'.li qui est acculé è. affecter des a~rs de marabout doit
faire son examen critique. S'il estime avoir rempli les conditions confor-
mement aux directives que nous avons indiquées plus haut, il lui est permis
de donner des conseils désintéressés à qui il veut. Dans le cas contraire
son devoir c'est d'aller apprendre et de ne plus jouer le rôle de marabout,
sinon il ne sera pas épargné des conséquences de tels actes."
Les maux qu'il ne cesse de dénoncer se mani festent également
sous une autre forme. Profitant de la naïveté des gens, des spécialistes
présum~s des sciences occultes confectionnent et vendent facilement des
amulettes
ou des formules à réciter, lesquelles sont censées posséder cer-
taines vertus charismatiques ( , ) •
P.92.
"On voit aujourd'hui ceux qui se disent détenteurs des
sciences cachées et qui ignorent que c'est la science des maUVa1ses gens,
vendent ce qu'on appelle les noms de Dieu en exigeant en contrepartie des
sommes d'argent. Or, comme toujours, on ne doit communiquer
ces noms qu'à
ceux qui se sont purifié l'âme et à cette condition seulement. Autrement,
l'acheteur peut les utiliser à des fins illicites."
(1) - De te]sugens perturbent le recueillement des fidèles à l'occasion des
prières solennelles de vendredi par ce genre de réclame.
Ces abus sunposent deux choses :
1°) Ce~~-là qui se livrent dans l'enceinte des mcequéas à~~eille
activité considerée cocme une profanation de tels lieux et dont certains
d'entre eux prétendent être des parents d'El Hadji Malick SY affichent
une ignorance totale de l'oeuvre de celui-ci, laquelle constitue une
somme de critiques acerbes à leur endroit.
2°) Manque 'èl' éducation islamique chez 10. masse des fidèles encore
irrésistibles à de tels appats.

.
MF
."..,.
fi
'P. . . .
.382.
"Cela conduit à commettre le péché qu'on appelle associationnisme
discret qui selon Cheikh Ahmad Tijâni provient de l'utilisation de tels
noms soit pour nu~re à quelqu'un ou pour éloigner le mal et la pauvreté,
soit pour obtenir de la fortune ou Dour la satisfaction d'autres besoins.
~
Les jurisconsultes sont unanimes sur son illidlté".
Sur ce point précis, il considère qu'il est légitime de faire
une mise au point concernant le port du gris-gris.
P.97. Le port d'amulettes ou de gris-gris (tama'îm):
"Le port d'amulettes ou gris-gris avec l'intention qu 1 elles pro-
curent d'elles-mêmes les avantages attendus est prohibé1. Si par contre,
on les considère comme de simples moyens il ne serait pas interdit de
les
roIb:!r. C'est d'ailleurs une façon de se remettre à Dieu ou à une invitation
à le faire".
Telles sont les grandes idées qu'El Hadji Malick a développees
dans cette oeuvre sur un ton très véhement. Elles embrassent s~ pensee mili-
tante dans lesdomaines social, culturel et religieux. Il considère cn tout
premier lieu que les théories en elles-mêmes ne valent que dans la mesure
où elles donnent des résultats positifs.
Aussi, l'exaltation du travail dont les fruits ne profitent pas
t:il
au travailleur lui- même ,lui paraî~ non-sens. Au nom de ce principe, il
s'élève contre toutes les tentatives du marabout tendant à asservir ses adeptes .
.f.

'. Iliimfl_--------------..---...-iiiiiiiiiii---iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiïiiiiïiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii-l
,:;~
.383.
Dans le domaine purement religieux sa pensée trahit son souci
constant de préserver le musulman de toutes les formes d'aliénation possibles.
Il l'arme contre l'envahisseur qu'il appelle faux-marabouts ou chérif, en
lui apprenant que tout ce qu'on a dit :vour le frustrer n'est que litterature.
Enfin sur le plan intellectuel proprement dit, El Hadji Malick
insiste sur l'obligation qui incombe à tout musulman de s'instruire afin
de pouvoir s'acquitter convenablement de ses devoirs et de se dégager de
l'emprise de toute mystification.
Ces idées, il les a développées dans un style d'une grande limpi-
dité, qui ignore les contours des phrases périodiques et les répétions mono-
~es trahissant, les uns et les autres, l'hésitation, du moins le manque de
détermination.
Voilà comment El Hadji Malick SY dénonçait ce phénomène aux
aepects multiples qu'est le maraboutisme, et qu'il entendait enrayer. Toute-
fois il convient de signaler que son oeuvre n'a peut-être pas eu l'influen-
ce escomptée. Seule une infime partie du public lettré la connaît, vraisem-
blablement à cause du caractere agressif, mais combien légitime, des idées
qu'elle renferme, et du peu d' intérêt qu'avaient les marabouts à répandre
cette cp!tre (1).
(1) - Jusqu'ici elle est mise en veilleuse au profit de la biographie du
Prophète intitulée "L'or pur", laquelle constitue sans conteste un
excellent moyen pour ceux qui veulent soutirer aux sympathisal'lts leurs
biens au nom de l'amour de l'envoyé d'Allah. Pour s'en convaincre il
suffirait d'assister à une des manifestations de ce genre. Elles off~ent
aux organisateurs <;t aux autres l'occasion de faire ce qu'ils veulent
a'Q. nom de l'Islam.
./ .

• ~AI"
Dans quelle mesure ces invitations à la loyaut~. à l'honnêtet~.
ont-elles ete entendues ? Les chapitres suivants essaieront de repondre
à cette question.
Ces considerations permettent d'apprecier les dimensions sociale,
intellectuelle
et morale de la pensee de ce grand penseur double d'un
humaniste que fut El Hadji Malick.
La seconde tendance dite rolfstiquejopposée à la sienne,a eu comme
chef
Amadou Bamba NEACKE dont il convient ae retracer la vie, analyser
l'oeuvre afin d' être à même de mesurer son impact sur les musulmans au
Senégal et ailleurs.

CHAPITRE XII
.385 •
. AEMADOU BAMBA l-JBACIΠ(1853-19~m
ou
L'ASPECT MYSTIQUE DE l'ISLAM AU SENEGAL.
l - DE SA NAISSANCE A L'AVENEMENT DU MOURIDISME.
A) JEUNESSE ET ETUDES
Ahmadou Bamba, fils de Morner (1) Anta Sali , serait né vers 1853
(1270 H.) au village de Mbacke-Bacl, un fief que son arrière grand-père
Ma-Aram (2) MBACKE aurait reçu du Damel-Teigne Amary Ngoné Ndéla (1790-1810).
Sa mère Diara Bousso s' appelait Maryam, nom auquel Ahmadou Bamba ajoutera
l'expression "Diâra-t-Allah" qui signifie "vouée au service de Dieu", en
souvenir, peut-être, de Maryao (Sainte Marie, mère de Jésus) dont la sain-
teté fait l'objet de nombreuses et longues citations dans le Coran (3)
Compté parmi les illustres lettrés du Bacl à son époque, Momar
Anta Sali devait occuper d'importantes fonctions soeiales et mêlJle politi-
ques. De siI!lPle maître d'école, i l devint cadi de son village, puis con-
( 1) - Momar est une des multiples formes wolofisées de Muhammad.
(2) - Ma est également une autre forme wolofisée, mais abrégée, de Muham-
mad. Il peut être suivi du nom de la mère de la personne qui porte
ce nom. ~..a.-Aram, c'est Muhammad fils de Aram,comme Ma-Isa signifie
Muhammd fils de Isa. Parfois c'est le nom de fomille du père de la
personne qui le suit. Dans ce cas, on ne les sépare pas. Madiakhaté,
c'est Muhammad DIAKHATE. Maba, c'est Muh=d' BA. Maba Diakhou,
c'est Muhammad BA, fils de Diakhou. Ce procédé linguistique très
économique était très utilisé dans le Cayor notamment sous les
Daoel. Voici d'autres fo:rmes : Mët, Mëdu, Mëdun Meat, MOédi, Mé6dë,
Meor, Momar, Momat, Memadu.
(3) - cf. Le Saint Coran de M. Hamidullah; III, 36 et sv. ; IV, 156, 157
171; V, 57,116 ; XIX, 16 et sv. ; XXI, 91; XXII, 50 ; LXVI,12 •
./.

·386.
seiller et secrétaire du Souverain. fonctions qu'il cumulait. vers la fin
de se. carrière. avec celles de cadi des royaumes du Cayor et du Baol.
Mais divers antagonismes lui enlevèrent une bonne partie de ces charges.
Ainsi, contrairement à El Hadji Malick sr. le fils de Momar Anta
Sali naquit et grandit au sein d'une famille aisée. Cette situation privi-
légiÉé semble expliquer qu'Ahmadou Bomba n'ait pas rencontre les mêmes
difficultes matérielles qu'El-Hadji Malick SY. sans doute parce que son
père, d'une classe sociale relativement élevée, s'occupa personnellement
de ses études.
Son père le ccnfia, dès l'année de son sevrage, nous dit son bio-
graphe, Serigne Bachir MBACKE (1) qui affirme avoir reçu cette precision
de la bouche même d'Ahl!ladou Bamba, à son oncle paternel Tarsir MBACKE Ndoum-
bé lequel fut en même temps son grand-père oncle maternel. Ce dernier se
trouvait alors a.u
Jolot, où il finit ses jours; il dirigea lui-même
l'éducation du jeùIle élève, jusqu'à l'âge d'apprendre le Coran
et le dis-
ciple doué, récita le Livre saint avant la mort de son ma.i:tre.
Un autre savant et oncle maternel du jeune élève, Muhammad Bousso,
JluB connu BOUS le llurnOI1 de Serigne Hbacké Bousso, reçut la charge de
s'occuper de celui-ci. Peu de temps après, le désordre et le pillage :ré gnè-
rent dans le Jolot avec l'arrivée de Maba Dialthou et de son armée, en 1865(2).
(1) - ilinan al-Baqî, p. 38
(2) - cf. supra, p.212.
./ .

.38'7.
Ainsi,Ahmadou Bamba, son maître ainsi que la quasi totalité de la popu-
lation musulmane du Jolof et du Bool étaient amenés de force au Saloum
par le Tafsir conquerant. devenu depuis 1861, le chef inconteftélu Rip,
Mabo. Diakhou (1).
Pendant le séjour IlU Saloum, la charge d'instruire le jeune é~'ft
Nvint à un cousin de 1-bmar Anta Sali. du côte de sa mÈ!re, connu sous le
nom de Samba-touco1.Ùeur KA qui aurait introduit pour la première fois le
wird de la confrérie Qâdiriya au sein de la famille le tenant directe-
ment de la famille de Cheikh Sidiya de la Mauritanie (2). Il lui ensei-
gna la Risâla d'Al-Qayrawânî sur le fiqh et probablement le Traité de
SanûsS: sur la théologie. Son père, qui regagna le village natal sur
r
• •
1
1 autonsatlon de Maba, le r~ppela du Saloum un an après et, déchargé
/
mmentanément de ses fonctions, s'employa en personne il. parfaire son
ins-
truction d'abord, son éducation spirituelle ensuite. Ahmadou BGJliba reçut
l'initiation à la Qâdiriya.
Pour des raisoz:.a inconnues, Mamar Anta Sali n'autorisa jamais
son fils à s'instruire ailleurs qu'auprès de ses propres parents. Ainsi,
de son vivant • .Ahmadou Bamba n'osa même pas évoquer un séjour chez les
Maures, comme le pratiquaient d'autres élèves dont les possibilités ma-
térielles et> parfois, le rang social des parents permettaient un voyage
prolongé en Mauritanie.
( 1) - cf. p. 20'7.
(2) - Minan al-Bâqî, l pp. 158, 159.
J.

.:-=-:a:_==,....,....._-_.
. 388.
Selon toute vraisemblance, .Ahmadou Bamba eut Madiakhaté Kala
co=e dernier professeur. Celui-ci lui apprit la métrique, discipline
dans laquelle excellait l'ancien cadi supérieur du ~8iY'or et du Baal et
qui lui attirait de nombreux élèves. :En effet, a i est après avoir appris
cette discipline auprès de lui que Momar Anta Sali. lui envoya son fils,
AhIDadou B8l!iba, poUr qu' il suivî:t les cours de ce grand maître qui ensei-
gnait toutes les sciences, dont la grammaire et la rhétorique suivant
les méthodes appropriées qu' il avait lui -même mises au point (1).
Telles étaient les différentes personnaJ.ités qui s'occupèrent
successivement de la formation d'Ahmadou Bamba. A l'exception du dernier
qui, certes, influença le Serigne, ses maîtres faisaient tous parti&
de ceux quI on appelle "hommes de Dieu", et dont les prilleipales occupations
étaient de prier, de lire, d'écrire et d'enseigner le Coran; un temps
(1)
Pour ce qui est de la grammaire, le livre en arabe-wolof, qu'il
avait rédigé à cette fin existe toujours. Il apprend d'me part,
la syntaxe (anaJ.yse des mots, des propositions ... ) et dl autre part
la morphologie, la formation des mots à partir des racines trilitè-
res ou quadrilitères ... ) Un exemplaire très bien calligraphié et
offert par serigne Mor Mbaye CISSE de Diourbel se trouve au Dépar-
teaent d'Islaoologie à l'IFAN. Cette néthode offre pour les Wolo-
phones des avantages auxql.°els une cethode arabe ne saurait préten-
dre .
.f.

.389.
réduit était consacré aux travaux champêtres en vue d'assurer la subsis-
tance de la famille.
Dans ses écrits, Ahmadou B~ba citera p~j ses maîtres, un Mau-
re de la tribu DB,Ymân, M~ammdan ben Mil].8.lIlDaQni. Celui-ci aurait été
un illustre savant qui venait près de Pe.tar où se trouvait l'école de
Momar Anta Sali, non point pour enseigner, mais pour collecter, auprès
de ses esclaves (1), l'argent et diverses acquisitions.
Par ailleurs, tout porté à s'instruire, il déployait d'énormes
efforts qui surprenaient son entourage. Ainsi, s'il ne retenait pas fa-
cHeUlent ses leçons, i l les oubliait difficilement une fois qu'il les
avaient assimilées. Ce fut à ce prix qu'encore adolescent, il termina
ses études. D'après certains, il n'aurait pas encore atteint sa vingtième
année.
( 1) - Rappelons que nOl!lbre de Maure
lettrés qui assuraient leurs ser-
vices aux souverains recevaient souvent, à titre de récompense,
soit un fief, soit un nombre important d'esclaves. Telle était
généralement l'origine des villages qui, comme waddân au Ndiâmbour,
portent des noms maure.
./.

·390.
1°)AHMADOU BAMBA L'ASPIRANT (1875 - 1885)
si le type de formation que reçut Ahmadou Bamba à l'école corani-
que et dans les madrasas de ses différents maîtres ne le destinait pas
au soufisme. on peut soutenir que l'ambiance dans laquelle l'élève gran-
dit, ajoutée aux influences di verses que ses maîtres excercèrent sur lui,
ne pouvait le laisser indilférent au genre de vie que ces hommes menaient
paisiblement au fond de leurs habitations ou dans la solitude des champs
de manioc. Ils affectaient tous une indifference caractéristique à l'é-
gard de tout ce qui était étranger à le~ occupations ordinaires. Aussi
devait-on constater qu 1à peine âgé d'une vingtaine d' annees, Ahmadou
Bamba
presentait un comportement peu commun chez les jeunes de son âge.
A force de mener une vie solitaire, et toujours occupé par les ouvrages
mystiques tels qu'Al-Hikam d'Ibn cAta.'Allah (1). ceux d'Al-Gazâlî(2) et
.
.
d'Al-Yadâlî (3), il passait aux yeux des autres pour 'Wl fou.
(1) - C'etait un soufi
arabe, l' 'Wl des piliers de la confrerie lfadaJ.L
I l etait l'un des principaux adversaires du grand hambalite Thn
T~miya. Il mourut le 21 novembre 1309 au Caire. Son ouvrage dont il est
question ici a fait l'objet de nombreux commentaires et traductions
dont une en turc
et une autre en malais.
Voir EDoyclopédie de l'Islam en arabe. TI, p
240.
(2) - Voir infra, p. 465.
(3) - Voir
Masâlik, p.
J.

.391.
Son père, qui l'observait de très près, le détourna de cette
existence contemplative et réussit à lui imposer sa volonté. Cela ne
dura cependant qu'un moment et le je1.l1le Ahmadou Eamba causa à son père
d'autres inquietudes.
Une intelligence precoce permit à Ahmadou Bamba de méditer l' ex-
f!périence mystique de son maître, Al-Gazâlî. En effet, une retraite qui
dura une dizaine d' années avait amené l'auteur de la ré vi vi fi cation des
sciences de la religion, cinq siècles avant Descartes, à exprimer un
doute méthodique qui lui valut de vehements reproches de la part des
l ' a l ' t
'
t
~
., 1 ultérieur.,s.-.( 1
1
t
eg
lS es de son epoque e
memes des sJ.ec esf. -rés vo.-.-
es p us au 0-
risées de l'école malékite en Afrique du Nord notamment le considéraient
comme 1.l1l danger pour l'Islam d'où l'auto--ùafé de son oeuvre,autorisé
par les tenants du pouvoir de la dynastie almoravide.
Les fruits i~diats de ses retraites successives auront été
( l'éclectisme qu'il opera et par le truchement duquel i l exerça beaucoup
/
d'influences sur ses lecteurs. Son souci constant de fuir
les excès
l'amena à faire du soufisme quelque chose qui, au lieu de demeurer l' apa-
nage d:une catégorie bien déterminée d'initiés, était accessible à tous.
C'est cette popularisation du soufisme, qui :rut à la base de son explUl-
sion rapide il travers le monde musulman.
.1.

·392.
L'attitude de M:Jmar Anta Sali face il. son fils traduisait une
volonté d'abriter l'Islam derrière des fortifications d'une sorte de
protectionnisme culturel, voire idéologique. Généralement tous les grands
maîtres d'école de cette époque limitaient les lectures de leurs élèves
à des ouvrages dignes d'être lus, tout en exerçant un
contrôle sévère
sur eux par peur de les voir fascinés par des details seduisants, mais
souvent fort peu orthodoxes. Il existait a~ns~ 'CIl certain nombre d' ou-
vrages
mis il. l'index et dont la lecture etait pros crite ( 1) .
En effet, outre les infiuences de ses maîtres, un autre facteur
non moins important poussait Ahmadou Bamba il. manifester sa répugnance
envers le genre de vie d'autrui. Il s' agissait du contexte politique
de l'époque. Durant la periode de 1875 il. 1885, les colonialistes français
s'acharnaient à faire dispa.raître à jamais le pouvoir traditionnel au
sénegal. Or, l'apparition des marabouts sur la scène politique depuis
quelques décennies avait fait de l'Islam un rempart derrière lequel
tout
souverain de chu pouvait s'abriter.
Par ailleurs, d' autres motifs pourraient expliquer l' attitude
d'Almadou Bemba : convaincu de ce que les chefs traditionnels, en s'atta-
chant quelques personnalités musulmanes, ne faisaient que servir leurs
(1) - Voir la liste d'ouvrages mis il. l'index qu'on attribue il. El Hadj
Malick SY "Annexe II,
./ .

.393.
propres intérêts, i l demanda à son père de garder ses distances vis-à-vis
de ces chefs. Mieux, il le somma de se faire décharger de ses fonctions
de cadi dl abord et de ne plus mettre les pieds dans la Cour du Damel
Lat-Dior (1862-1882) sous peine dltme rupture familiale définitive.
Le père était évidemment fort embarrassé par la décision que son
fils allait prendre, s'il ne se conformait pas à ses injonctions. Cet
adolescent, sage certes, maispeu expérimenté, ne savait pas ou ne cher-
chait pas à savoir qu'une telle résolution pouvait avoir de graves consé-
quences politiques et religieuses surtout. sur l'avenir de 11 Islam dans
le terroir.
En effet. l'on se rappelle que Lat-Dior se serait converti ou
soumis entre les mains de Me.ba Diakhou, à Nioro. A la suite de son retour
au Cayor, après la mort de son maître, en 1867, il se serait confié à
Momar Anta Sali qui se distinguait tant par ses connaissances de l'Islam
que par sa vénérabilité. Il fit de lui son directeur de conscience. son
conseiller sur les affaires juridiques et religieuses.
Plus tard, le souverain étant parvenu, grâce aux conseils de son
nouveau maître. à mieux gouverner son royaume, lui demanda de quitter
e/,
son village pour êlir/domi.eile dans un fief qu'il lui offrit à cet effet,
,t-.
tout près de sa résidence à Thi1makha.
.f.

.394.
Ainsi, dans le village de Patar, Momar Anta Sali rendait la jus-
tice en présence du souverain, notamment sur les cas litigieux; il diri-
geait également une école que fréquentait Ahmadou Bamba, contestataire
éminent dont le père, trouble, cherchait sans cesse à découvrir les
mati vations .
Très absorbe dès son jeune âge par des lectures d'ouvrages soulis,
i l subit tout particulièrement l'inn....:ence d'Al-Gazâlî: et de Muha.mma.d
al-Yadâlî. Cependant tout en poursui vent ses expériences personnelles,
i l pratiquait le wird de la Qâéfriya qu'il avait reçu de son père. Aussi
se sentait-il tiraillé entre deux conceptions du soufisme: celle d'Al-
Gazâlî , plutôt libérale qu'il cherchait absolument à penétrer, et celle
de cAb d-al-Qâdir al-Jilâ.''ll.
B) DE LA REMISE EN Q.!FSTION GLOBALE A LA r'"31'E
D'UNE VOIE P3RSONNELLE
Après la IlIOrt de Mo~r Anta Sali, en 1883, Ahmadou Bamba assura
l'intérim de celui-ci à la direction de l'école pendant une année. Absor-
bé il cette époque par ses pratiques dl imitation du soufisme sans maître.
pour msi dire, Ahmadou B2'=':>a ne pouvait plus se soustraire aux attraits
irrésistibles de la lecture et des oéditations.
cette mort a. donc marqué lli'1 tou..'nant décisif dans la vie d'.Ahma-
dou Bamba. Contraint depuis toujours par un père exigeant, le jelme étu-
.J.

.395.
diant se sentit émancipé et il mena désormais son action dans trois ~-
rections principales.
1°) La lecture d'ouvrages mystiques, assortie de retraites pro-
longées.
2°) Le. reforme indispensable du système dl education.
3°) L'errance en quête d'un guide spirituel.
10) LECTURE ET BETRAITES
S'agissant de la lecture et des retraites, il faut noter que
(c'était une tradition déjà, dans les centres d'enseignement
et chez
1
\\ les grands lettrés, de les limiter pour les jeunes, car elles exerçaient
i
\\souvent des actions, sinon néfastes, du moins négatives sur eux. Elles
les détournaient de leur but ou les amenaient il douter de certaines choses
consider€es
genéralement comme certaines. Parfois elles les incitaient
même à se rebeller contre l'ordre spirituel établi.
Peut-être est-ce à la suite des pxéoccupations initiales du
futur serigne Bemba que ses hagiographes suggèrent qu' il s' initie lui-
même à "1a Voie des gens" par le truchement des livres et grâce aux
exercices auxquels il se livrait inlassablement. Ses lectures et retrai-
tes avaient trouvé en lui un écho si profond qu'il résolut de mener une
vie errante. A l'instar des soufis,il aspira:::'t
"à une existence de
morli fication et de zêle". Cependant avant d' aborder cette phase, Ahmadou
'/.

re·t •
. 396.
Bamba dut, com.'ne tout autre graz:j souri, se faire initier par une per-
sonnalité déjà confirmée dans le wird. C'est une règle à laquelle il n 1 a
point fait exception, à ce que nous sachions.
Ainsi les appréhensions de Momar Anta Sali se confirmèrent rapi-
dement après sa mort. En effet, Ô. force de recueillement, de méditations
et de lecture d'ouvrages étrangers à la tradition, voire suspects aux
yeux de certains. l'étt:.die.nt découv:"it que, malgré son âge ,il pouvait
accéder aux conna::ssances Ir.;:(stiques sans auclID peril, car le soufisme,
selon la définition qu'en a'lait donnœ lt-.m de ses maîtr$ à penser, Al-
Ge.zâlî dans s.m lin'e intitulé Al-munqid cin ad-Dai!:'
(1): "l'introspec-
-
. .
tion méthodique èe l ' eX9~ri:n(,;;.-~z.tion religieuse et de ses résultats chez
le croyant qui le pratiqu~ll, loin d'ê'~re l'<:~a_:_E"ge d'U::e race, d'une
classe d'âge ou d'~~ lang~e, P0~~~:t bien satisfaire les tendances de
n'il:Iporte quel he::..'!!':!. Les ré::::ultats Ilu:;;:quels (;;:,outirent s~s expériences
personnelles cOl:lfirm~re:l.t :es '\\"',,::'lS (2).
Ce ::.euil f~"?:'_cti, J:l:::-.s.è.O".l Pa~'ba, sill- 0. 1 8.bouti~
à de plus con-
vaincantes ré~lisQ~io~3,e~~~~ èSlib6rC~e~t d~~s la seconde phase, la
plus détermin8Jl~e et la pJ.'l13 dGlicé.~e, mais a-:s3i la plus hasardeuse,
puisqu 1 elle engase:J.i t le c:'}s"i-in- d' u:l peuple.
(1) - Cité per L. MASSIGNON d::.."1S SO;l I1Essai sur les origines du lexique
techniqye de la 17Jstique I:1usulm~e."
(2- - Il dira plus tard corr~e pour vanter les m~rites de sa confrérie :
Il ne faudra j =ai G que mon a:;>partenance aux peuples _noirs t'empêche
d'accepter mes viles car ~ mirceur
de la peau ne signifie ~ ~il:lllis
la sottise.
'/ .

~......
~_~ __~~~~~~-~------"J"j="._=","',
......z...,""."\\
1 ;;,~!;~1~.~ ,
.397.
Ce saint homme fut influencé, moins par le contexte économique,
social et politique évoqué précédemment que par ses lointains maîtres
à penser arabes. Aussi le vit-on mu
par des idées forces qui accordaient
peu de prix aux exigences matérielles du mi:œu. Il sut cepeudant tout
en étant sur la lignée
des anciens. des étrangers, imprimer d'un sceau
relati vement original la doctrine qui sera issue, trois décennies plus
tard, de telles expériences.
grâce li
Dès lors, il faut reconnaitre qu IA.':1madou Bamba réussit 1 sa tena-
cité et grâoe fi sa persévérence, à briser partiellement un mythe qui a
joué un râle déterminant dans 11 expansion des confreries religieuses mu-
sulmanes. Cependant, il faudra attendre 1912 pour assister à la naissance
du Mouridisme, consécration de cet acte. C'est dans cette perspective
que lIon doit envisager l'etude de la confrerie mouride qui se présente
comme prolongement des confréries orientales et nord-africaines, et comme
création douée de sm originalité propre.
2°) REFORME DU SYSTEME D'EDUCATION
Pour ce qui est de la réforme des structures dont il conçut le
projet. il s'aperçut que son application dépassait largement ses capaci-
t~8 personnelles.
(
Il partit d'une observation directe. La grande majorité des mu-
sulmans et particulièrement ceux qui le vénéraient du vivant de son père,
.J.

.398.
était incapable de comprendre l'Islam par le biais de l'enseigoement
traditionnel~ à l'exception d'une minorité. Par ailleurs, même si l'en-
'seigncment ainsi conçu leur était accessible, scs exigences s'opposaient
au tY];le dt éducation qu'il voulait expérimenter.
Dès lors, une nouvelle orientation s'imposa. Il commença à sen-
sibiliser son entourage immédiat et l'informa des bases de la pédagogie
nouvellc, Cette armature formée, le maître, "de concert avec ses assis-
tant~, rompit avec le système d'éduquer les bommes qu test l'enseignement
(
prat~que par le moyen des livres", nous dit Muhammad Lamine DIOP (1).
Ainsi ,confiant dans les progrès obtenus grâce à la nouvelle mé-
thode d'éducation et considerant l' incompatibilité des deux systèmes,
le maître donna l'ordre de fermer provisoirement l t école de son pere, de
ne plus enseigoer selon une ~tbode désuète.
I.e serigne se serait établi alors à son village Dar-as-Salam qu'il
fonda en 18S'K 1305 H.). Ce fut dans ce village paisible, implanté au mi-
lieu des terres arides du Baol qu'il aurait reçu l'ordre d'éduquer ses
disciples suivant la méthode epirituelle qui devait s'adresser directe-
ment au coeur (2).
(1) - Op. cit; pp. 21.22
(2) - cf. serigne Bachir MBACKE, op. cit. 55 et suivantes •
.J.

.399.
Cependant., avec la division de travail dont il jeta les bases,
on peut penser qu'il y a.vait un autre motif qui présidait à ce changement
tout autant brusque que profond. Si l'on sait que le début du XIXe siècle
a connu des conversions
massives a.u
Sénégal, on peut se figurer facile-
ment que deux éléments défavorables à 'Une bonne comprehension de l'Islam
rendraient au serigne la tâche pénible.
/
- D'abord. le fanatisme ou la foi aveugle. L'Islam s'étant pré-
senté comme tm sauveur aux yeux des masses longtemps brimées par les ceddo.
il était normal que les adhésions s)ontanées, sinon irréfléchies, d'une
bonne partie de ces masses suscitèrent de sérieux problèmes d'éducation
dont le serigne était conscient.
/
- Par ailleurs. l'Islam ainsi mal compris avait provoqué 'Un peu
partout un désoeuvrement consécutif à l'engouement des néophytes pour
de
les apparences attractives fla foi nouvelle.
L'analyse de cette situation contraignante amena Ahmadou Bamba
aux conclusions suivantes: le système classique d'éducation ne convient
pas aux masses, d'autre part, l'élevation de l'esprit
ne convenant pas
à tous. i l faut que :les h~It!Iles, constitMs dMS leur Œ,2'aIlde IDajorite par les
masses. s' occupent des travaux champêtres pour se nourrir et apporter
une partie des fruits de leur labeur, sous forme de hadiya, à ceux qui
les dispensent de leurs autres obligations canoniques .
.f.

.400.
Telles sont les origines de la hiérarchisation de la société
l!IOuride. Cheikh Ibra FALL. que d'aucuns prennent pour l'auteur de la
division du travail au sein du Mouridisme n'a fait que mettre en prati-
que les vues du maître.
Cette remarque est confirmee par le serigne lui-même dans ses
écrits. Pour ce qui est de la réforme en cours. il convient de remarquer
que les choses étant m€ts,xnorphosées,
ceux ltarmi ses disciples qui en-
seignaient encore durent abandonner l'enseignement pour rejoindre le
serigne dans la voie inaugurée. Au professeur se substitua l'homme saint
qui portait désoI'lllEl.is une robe de soufi. Ainsi son prosélytisme. encore
à ses débuts, entrait dans sa phase active.
Après avoir assis les bases d'une doctrine nouvelle, et mis au
défi ses détracteurs avec une verve
inhabituelle, Ahmadou Bamba acquit
la réputation d'un homme exceptionnel. Ainsi sans faire cas des griefs
dont il était l'objet, il résolut d'aller de l'avant en rayant de son
programme l'enseignement. Dès lors la nouvelle institution revêtait un
caractère tout particulier. Les gens accouraient de toutes parts. avec
zèle, pour se soumettre au serigne.
Cependant le maî:tre s'aperçut rapidement que ses adaptes n'étaient
pas tous aptes à recevoir une initiation 1!Vstique. La fermeture des écoles
pouvait donc être préjudiciable à l'entreprise. Aussi pour combler ces
,J.

.401.
lacunes, crea-t-il un dâra, école de type dassique qu'il confia à seri-
gp.e Houhammad Bousso à Touba. Celui-ci fut charge d' instruire en Islam
ceux dont l'aptitude à recevoir une initiation spirituelle ne semblait
pas certaine. Le centre ne tarda pas à voir le jour.
Aussitôt que cette dichotomie fut opérée, le serigne emigra au
Djolof pour s'occuper personnellement de la formation mystique - enten-
dons une mystique popularisée - des autres adeptes. Car, disait-il en
substance, la fonction de maître d'ecole (al-mudarris) consiste seulement
li inculquer à ses élèves les connaissances qu'il avait lui-même reçues.
Quand au maître spirituel (al-murabbî), au lieu de viser à instruire
l'homme. son objectif consiste plut3t à creer en lui les conditions op-
timales d'épanouissement et d'harmonie, à l'éduquer, le rendre apte à
plaire à son Seigneur.
Ayant bouleverse la conception traditionnelle, il était normal
qu'Ahmadou Bamba quittât momentanément le cadre etroit de son terroir
pour chercher les bases de la doctrine qui s'ébauchait. I l mena une vie
errante qui le conduisit au-delà zœme des frontières du Sénégal.
3°) VIE ERRANTE OU RECHERCHE D'UN GUIDE
La periode d'errance dont on ne peut préciser la date, commença.
Elle se serait inaugurée vers 1885.
.f.

=
.402.
C'est ainsi qu'il entra dans cette phase, la dernière de celles
que nous avons appelées les trois directions de son action. Etait-ce
pour briser un mythe ? Il aboutit en tout cas, sinon à une im;passe, tout
au moins à un di lemme.
Le serigne se livra à une longue péreerinction en quête d'un foyer
spirituel à la manière des lIGens". Son objectif était alors la ville
de Saint-louis où vivait un nommé El. Hadji Ousmane KAMARA, plus connu
sous le nom de As KAMARA (ob. 1889), un disciple de Cheikh Sidiya. Ahma-
dou Bomba le fr6quenta beaucoup et séjourna longtemps auprès de lui.
N'étant pas satisfait, il le quitta et poursuivit le chemin qui
le conduisit chez les Trarza à Boutilimit, en Mauritanie.
Selon la tradition, 1 t aspirant que fut Ahmadou Bamba y aurait
été invité à retourner sur ses pas "car, lui dit-on, tu as la.issé ton
maître derrière toi ". Ainsi, de nouveau chez As KAMARA, il se confia à
lui en se confessant. Ce dernier lui dit :
"Il Y a quatre étapes sur notre chemin, je suis en train de
franchir la seconde. Je pouvais bien aller à la troisième, mais j t ai
préféré rester ici. Quant à toi, tu parviendras au degré où je suis après
J:lB. mort(1) Mais je te mets en garde. Si tu franchis cette étape et entres
dans le. troisième, tu éprouveras toutes les peines qu'avaient rencontrées
( 1) - Il mourut le 22 septembre 1889; date à laquelle l' amirà. Vallon fut
élu députe à Saint-louis du Sénégal. Archives du Sénégal.
,/,

.403.
les Prophètes (1)." Ainsi, fait remarquer la tradition, Ahmadou Bamba
fut
arrêt~ pour être exilé au Gabon le jour où il entra dans cette
troiœme ~tai?e.
Ahmadou Bamba semblait n'être pas conv~ncu. Il délaissa ce
maître en tout cas Ii sans satisfaction", nous dit serigoe Bachir (2),
avec l'intention d' aJ.ler s'abreuver à la source même que fut la famille
de Cheikh Sidiya en Mauritanie. A son arrivée celui-ci était déjà mort,
mais son second successeur, Baba Cheikh Sidiya Bâba (1869-1924) s'occupa
de lui dans la fameuse zâwiya de Boutilimit; à sa grande surprise, Ahma-
dou Bamba manifesta, avec discrétion du reste, son insfl.tisfaction. Par
la suite, son comportement à l' ~gard du Cheikh révéla une rupture du
moins un dégagement momentané de son autorité. Contrairement aUX autres
aspirants, Ahmadou Bamba ne cherchait point a étendre son pouvoir &tIr
d'autres disciples, c'est-a-dire se faire un Cheikh; il aspirait à la
vérité, l'à arriver" selon l'expression s0ufi. Ainsi son s~jour auprès
de la famille qâdiri en Mauritanie semblait ne l r avoir pas enrichi.
D'ailleurs, au grand ~tonnement de tous, il adressa une lettre
au Cheikh dans laquelle il lui dit n' être pas ~?n disciple. Il serait
dangereux cependant de vouloir s'en tenir à une compréhension étroite,
car la suite de la lettre paraît montrer que c'était t:Z1core dans l'ambiance
(1) - Informations recueillies à Saint-Iouis, le 2 avril 1974, aUkr~s
d'Ahmadou Bassirou, un petit-fils de As KAMARA.
(2) - op. cit, p. 158.
./ .

se
.404.
mystique que le serigne se trouvait. En effet, i l dit en substance
"ce serait dépendre de qœlqu 'un, autre que Dieu, ce dont je n' ai pas
le droit:'.
Cette rupture brusque et momentanée offrit à Ahmadou Bamba l'oc-
v
casion de se faire initier dans une autre confrerie : la Sâ~liyya. Son
objectif étant demeure le même, il n' obti nt
pas de satisfaction et dut
ainsi s'affilier à une troisième et dernière : la Tijâniyya. Ce fut le
désespoir, ou peut-être la certitude. Car le serigne se rendit dès lors
parfaitement compte qu'il ne pouvait plus compter sur personne.
Cette expérience amère et décevante que le serigne dut faire
durant son sejour en Mauritanie augmenta considérablement les infloonces
qu'eJ\\eZ'ç a i tsur lui Al-~azâlî (1058-1111) par l'intermédiaire de son
1 oeuvr... , particulièrement al-Munqi~ min ad-DalëJ. et Ihyi' cUlÜm ad-Diiï .
Outre que le c~lèbre antagoniste d'Averroès connut un moment de doute
méthodique qui ferait de lui un precurseur de l'auteur du Discours de
la Méthode, on pourrait voir en Ahmadou Bamba, toutes proportions gardées,
1
: un second al-Gazâlî.
Cependant à la différence du maître qui a su
en un moment datlA6
se soustraire entièrement au soufisme avant de lui consacrer la dernière
partie de sa vie, Ahmadou Bamba à quelque ni veau que se trouva l' évolu-
tion de sa pensée, était demeuré constamment dans le cadre du soufisme .
.f.

_ - - - - - - - - - -.....----~WiloI--iillilIIIl:;;l;ji;j2C;"iIilI'"'llIt'1II8.1lIiIll'.iII"llIjM--.tœH
p"%W 1'Z=m'sw'·'C53Œ"·U= mJ~
_.
. .•. ._IIl'lIl'mr
_
...
..,.,
.405.
Peut-être. lui faisait-il dGtaut la. connaissance des doctrines rationa-
listes de l'Islam. On peut en tout cas panser à la discipline dont
- ~? ./'
nous avons parlG plus haut, laquelle consistait en la mise;' <indeX d'un
certain nombre d'ouvrages jugés préjudiciables pour leur libéralisme
en matière de pensee.
Cela n'a toute fois pas empêché le serigne de se réi'Grer constam-
ment à l' auto:-ité de ses maîtres. Mieux. il dit expressément :
Ii~s maîtres sont cAbd al-Qâdir al - Jîlî
Sâgili: et Cheikh Ahmad at-Tijânî. li
Pour expliquer ces incessantes mu':; ations. l'un de ses hagiogra-
phes dit qu'il avait franchi l'étape de ce qu'on appelle en termes mys-
tiques tltahqîq" que nous traduisons par "connaissance objective" laquelle
est le propre domaine de la loi islamique. Cette entrée soudaine dans
tme autre étape, celle de le. tahaqquqIl qui est l'opposée de l'autre et
qui relève ainsi de la mystique. disposait l'aspirant à tout branler. Voi-
là ce qui peut expliquer la volonte obstinee du serie;ne de se soustraire
si brusquement à toute autorité.
On ne connaît pas cependant de façon prGcise le wird qu'il pra-
tiquait pendant cette periode de crise intGrieure. Etait-ce la Qâdiriyya
qu'il reçut par forma;l.isme, comme le dit son fils et biographe? La lettre
adressée à Cheikh Siâ.iye. et sa fréquentation p~t]:" la suite des autres
.f.

.406.
digJlitaires des confreries "rivales" incitent à souscrire à .l'avis coo-
traire. On
d-:it à serigne Bachir la précision suivante : "il les !l. pra-
tiques successivement et non en même temps comme on serait tente de le
croire, car ils seraient alors des facteurs de dispersion (1)". La. ques-
tion mérite d'être posee, car à cette epoque le Mouridisme n'avait pas
vu le jour. Or, si l'on pense au cas de Cheikh Ahmed at-Tijimî (1737-1815)
qui pouvait inspirer au se:ir-ne son attitude, on s'a.perçoit que dès 10.
rupture avec ses maîtres consommee, il fonda sa confrerie : la Tijôniyya
que
et proclama/le Prophète MuhWlllla.d - que le sr.lut et ln paix soient nI' lui
~ui avait fait
obligation de rompre avec tous ses maîtres (2).
c) EN QUETE D' UNE VOIE PERSONNELLE
I l est certain que le fondateur de la confrerie senegalaise est
reste une vingtaine d' annees sans proclamer la naissance de celle-ci, qui
interviendra seulement, comme nous le verrons ulterieurement, en 1912.
Les affiliations successives d' Ahmadou B~ba. à ces differentes
confreries qui fourniront les bases de sa Tariqa, pouvaient egalement
être dues à l'influence qu'exerça sur lui Cheikh Sidiya, lequel conférait
d' autres wirds que la Qâdiriyya, dont le vird tijênî. Telles etaient
les grandes idees qui. pendant une dizaine d'annees (1885-1895). hantaient
l'esprit de cet eternel insatisfait.
(1) - op. cit. T. l p. 175
(2) - Ahmadou Bamba aurait vu le Prophète au cours du mois de Rama.dan de
l'annee 1894 (1313 H.) cf. serigne Ba.chir MBACKF, op. cit, T.I,p.173
.f.

·407.
'0) SES RAPPORTS AVEC LES CHEFS TRADITIONNELS
Parvenu au stade de maturité. il se rebella contre toutes les
autorités. Cette attitude inquiéta, comme nous l'avons dit plus haut,
en tout premier lieu les marabouts et les lettrés au nombre desquels fi-
guraient. outre son père, des chefs religieux et des cadis. De leur côté,
les chefs traditionnels n'étaient pas épargnés.
Malgré son BJ!lOur pour les lettré s qui l'estimaient et qu 1il trai-
tait avec beaucoup d' égards, Ahmadou Bamba aurait vu se dresser contre
lui nombre de ces derniers. L'analyse des causes de cette di vergence
suffirait pour rendre compte du climat politico-rsligieux
qui régnait
principalement dans les provinces du Ca,vor, du Bool et du Jolof, sa
terre d'élection. lieu de naissance et d' épanouissement du Mouridisme
Ces savants lui reprochaient deux choses: d'une part, sa volonté
de substituer une méthode d'éducation conçue de toutes pièces à l'ensei-
gnement officiel, d'autre part, son opposition à la validité de quelques
sentences rendues par des cadis du royaume.
S'agissant du premier cas, les lettrés déclaraient publiquement
qu'Ahmadou Bamba ne fais ait qu'égarer ses disciples, car "il n'existe.
disaient-ils, à notre connaissance, aucune voie pouvant conduire a.u Para-
dis autre que la voie officielle". A leurs yeux, le maître flattait sim-
./ .

* f-' d,Ir j? tO t; f 'W
.408.
plement la credulite de ses adeptes. Cette prise de position hostile fi-
nit par d€génerer
en conflit ouvert dont les consequences furent très
lourdes pour les Mourides. Serigne Bachir fait même etat de quelques
incendies de maisons appartenant il ces derniers (1).
Une phase de cette bataille se situait dans le domaine des lettres
propreI:lent dit où la plume servait d'arme pour vaincre l'adversaire. Ainsi
nombre d/ecrits des marabouts de l'epoque reflètent cette situation. Ahma-
dou BaI!lba utilisera la même arme pour les combattre (2). Pour ce qui est
de son refus de reconnaître la vo.lidi té de certains jugements et fatwa (3).
rendus par des jurisconsultes sur des questions qui leur avaient été sou-
mises par les autorités traditionnelles, nous considerons ici lm cas qui
paraît le plus iI:lPortant et qui, nous semble-t-il, constituait la genèse
même de l ' affai re •
\\
Lorsqu' .Ahmadou Cheikhou BA (4) fut tué à la bataille de Samba Sadio
qu'il livra à Lat-Dior et il Al-Bou.."Y NDIAYE. soutenus militairement par
les Français. nombre de ses partisans furent réduits en esclavage et leurs
biens saisis et partagés entre les vainqueurs. Avant de proceder au par-
tage de ce butin. ces chefs, musulmans, et partant régis par le. loi corani-
que. hesitèrent longtemps de peur de meconter.~er le peuple. Mais suivant
(1) - op. cit. T.I p. 81
(2) - cf. Masâlik al-Jinân pp. 36.37.79 • . op. cit.
(3) - Consultation juridique que donne un mufti, lequel est un jurisconsul-
te habilite à trancher sur les questioI:.'l controversees du d..""Oit ou de
la théologie.
(4) - cf. supra. pp. 93.94.
./ .

_''bmm"œe'7§'l-:Œi J'
d"'SM
.409 .
. une consultation donn~e par le cadi Madiakhat~ Kala, consult€
à ce sujet,
les vainqueurs se partagèrent le butin comme ils le voulaient.
Plus tard, l'occasion d'exprimer son opposition à cette sentence
sera donnée à Ahmadou Bemba qui, on se le rappelle, comptait le cadi par-
mi ses professeurs. Il SO\\l~ la question quelques temps après la conver-
sion entre ses mains d' un ancien Dame1 du Cayor, Macodou FALL atlprès de
qui il jouissait de beaucotlp d'égards.
If
Soucieux: d' épurer les moeurs corrompue s, il demanda au souverain
de faire rendre à leurs propriétaires tous les biens ainsi appropri~s.
IICar, lui dit-il, les vaincus étaient bien musulmans, ils priaient, jeû-
naient et prononçaient le credo, ajoute serigne Bachir, d'où l'il1iceité
-
de telles pratiques".
Tels furent les débuts d' me longue m~sentente entre Ahmadou Bamba
et Madiakhat~ Kala. Ce cadi, bless~ dans son honneur, aurait utilisé
beaucoup de lllOyens pour discréditer le serigne aux: yeux: du souverain. Il
Y aurait finalement réussi, car les lettres qu'il parvint 8 sensibiliser
usèrent d'autres procédés souvent brutaux: tels
qu'incendies des cases
de certains adeptes pour sauvegarder leurs intérêts personnels.
Par ailleurs, le Serigne connut d'autres déboires. Le souverain
qui suscita le méconteutement de son entourage illllllédiat, dont les lettr~s
·f.

·410.
attachés à la Cour, dut recourir à un subterfuge pour échapper à l'embar-
ras. Il invita le serigne à se présenter à la Cour. sinon pour le confon-
dre, du =ins pour le confronter aux autres savants, ses adversaires.
Dans sa réponse au roi, Ahmadou Ba.mba exprima un refus catégorique et
dit : "Ce n'est point par
orgueil que je me refuse à venir. encore moins
par peur d'être confronté aux savants. Le vrai motif est que ce n'est pas
moi qui dois me déplacer (1) n .
Cette volonté de puissance permit au serigne de s'imposer tant
aux faibles qu'aux forts. Peut-être.~e rendait-il compte que cette aris-
tocratie. à laquelle il appartenait du reste. ne représentait plus rien
depuis qu'elle était entrée dans la phase de décomposition finale dont
le processus tut accéléré par la. presence française dans cette contrée.
D'autre part. les marabouts et lettrés> acquis il la cause des souverains
déchus. auxquels on les assimilait. avaient perdu la confiance des sujets.
Ce tut dans ce contexte socio-politique. favorable à l'expansion
de la doctrine d' Ahmadou Bamba, que ce dernier inspira le plus de confian-
ce à tous ceux qui se sentaient menacés dans leurs intérêts matériels sur-
tout. par l'intrusion èos autorités coloniales françaises dans leur terri-
toire et leur i.Inmixtion dans leurs propres affaires. Ils vinrent tour à
tour se confier à lui et certains dl entre eux par :eonviction ou par inté-
rêt
embrassèrent même sa doctrine.
(1) - cf. Minan cité, T.l • p. 70.
./ .

.411.
En tout cas, le contexte religieux de l'époque amt entraîné un
nOI!lbre de souverains à se convertir à llIslam et à se comporter, plus ou
moins, en bons musulI!lans. Certains d'entre eux pensaient qu'en se faisant
disciples du serigne, ils allaient retrouver leur trône ou échapper aux
poursuites dont ils furent l'objet. D'autres conaiàérent l'attitude d'Ah-
madou Bamba envers ce qui était étranger à l'Islam ou défavorable à son
développement. estimaient que le serigne combattait ces Français qui les
avaient priws de leur pouvoir. Voilà ce qui explique le regroupement des
chefs ou anciens chefs tradifunnelll autour du serigne. parmi eux l'on
doit mentionner en particulier l' ex-Damel Birima FALL, sui vi de Bour Saloum.
guédel MBODJ. du Teigne Tanor FALL, du Damel Lat-Dior et du Bourba Djolof,
Alboury NDIAYE; tous ont cherché la protection ou tout au moins l' allian-
ce auprès du serigr.e.
I l est certain que le serigne n'a jamais promis son aide incondi-
tionnelle à quelque souverain que ce fût. Ainsi. à Lat-Dior qui vint le
trouver à Dârou-Mâman (Dar-al-Mann~) avec l'idée de combattre les Fran-
çais. le serigne après avoir obtenu sa soumission, lui fit obligation
d'abord de se conformer strictement aux enseignements islamiques.
Rappelons
que ce fut après la mort de Maba. (1867) (1) quand
Lat-Dior SP. rendit à nouveau dans le Rip dans l'espoir de trouver. auprès
de Saer MatY • fils aîné de Maba, une armée dont le conoours l ui permettrait
(1) - cf.
13 G 318. Archives du Sénégal.
.f.

_ - - - - - - - - - - - - - - - - .
C f. - -..................."""'="""'''''''"....'''''....
Sl''''-''''SlAiBl'l''''--'"'EI
.....
1.21!!._œz
.:s:5!!!!.U~.'!"!
..
•.'!"!
.. '!'.!!I2~•.~_-
"'~""
.412.
de réaliser son ambition: recouvrer son trône au Cayor, la situation
!lui pr~valait àNioro, capitale de Maba. le désillusionna. L'autoriœ
de Saer Maty était fort contest€e
à Nioro par la majorité des disciples
de son père, dont Barân CISSE. Il ne restait plus au Damel déchu que de
rebrousser chemin et de changer de tactique. C'est ce qu'il fit en allant
desespérément s'assurer le soutien d' .Ahmadou Cheikhou (1), qu'on a appelé
Mahdi pour la fureur qu' i l d~chaîna dans le Ndia.mbour. mais aussi dans
le Cayor. Lat-Dior qui avait ~cu aupres de MElba l'expérience de la puis-
sance mystique qui soutenait l'action guerrière du marabout et "qui avait
compris, fait remarquer Cheikh Tidiane SY, la force d'attraction de l'i-
déologie musulmane, surtout lorsqu'elle s' exprime sur la forme de la
guerre sai:l.te. va essayer. à la mort du marabout d ' exploiter toutes les
alliances que ce dernier avait contractees. Le plus puissant alliê de
Maba, à cette {ipoque, était, sans aucun doute Ahmadou Chaikhou (2)".
L'ex-Damel vint rencontrer ce marabout que la presence française
sur cette terre importunait gre.ndement et dont les préoccupations majeures
etaient l'organisation de son armee afin de poursuivre l'oeuvre d'islaci-
sation pour laquelle Maba s'était rallié à lui. Lat-Dior se présenta devant
lui et lui fit part de ses desseins. Leurs objectifs premiers €tent
les
mêmes, les deux hommes se mirent d' accord sur une stratégie globale
sou-
lever les populations, province par province, piller systematiquement tous
(1) - Voir
supra, p. 84 sq.
(2) - La Confr~rie siSnegalaise des Mo uri de s , Paris, Présence africaine
1969 p. 95.

:,:,~~':~1fj~'''M!lIll'J;.*-------------------''''''''-'''---''''-------------
.413.
ceux qui refuseraient de s'adjoindre à eux, pUJ.S livrer une guerre sans
merci aux populations qui demeureraient solidaires des français. Une iden-
tité de vues sur ce plan d'opérations d€termina
le marabout à comme~cer
par la mise en sac de quelques villages du Nm ê.mbour tout en poursuivant
S8 marche vers le C~or. D€jà,
en 1869. serigne [oki, acquis à la cause
française, vit ses hOlll!!les attaqués, certains d'entre eux amen€s
en capti-
vit~ et leurs biens pillés.
Ainsi une atmosphère d' insécurité totale :rut c~€e dans le p~s.
Les ravages n'€pargtlaient
pas les cultures. Le spectacle des champs dé-
vastés ou incendiés renforçait davantage le sent~t de misère chez ces
peuplades sans protection. Mais cela ne devait pas durer, car Lat-Dior
dont l'objectif rinal était de retrouver son trône chercha le soutien
de l'aristocratie et :finit par ne plus s'entendre avec Ahmadou Cheikhou.
Ce désaccord les cond~à une rupture totale puis à une série de batailles
où l'ex-Damel essuya de nombreuses défaites. Les Français qui semblaient
garder une neutralité face à ces hostilités. s'inquiétèrent de la supé-
riorité du marabout et durent intervenir pour que Lat-Dior pût venir à
bout de celui-ci, et le tua à Samba Sadio, en 1875.
Plus tard, harcelé par ceux qui lui avaient a.pporté le soutien
nécessaire pour tuer le marabout. il alla, au comble du d~sespoir, se
présenter à une autre figure de l'Islam Ahmadou Bamba. A sa grande sur-
prise. le serigtle dont il entendait parler et qu'il croyait prêt à raire
.f.

,'M"g"
e
~~:lIMm"g;;tM2 IS.
, ' 1 :,
/0"
.414.
la guerre aux colonialistes lui donna une leçon que le Damel ~tait ~n-
capable de comprendre. n lui dit notamment :
"pour lIÉux dominer ce monde et ses hommes, je ne trouve pas de
meilleures solutions que de lui tourner le dos. Tu lais seras ainsi aux
nouvea.ux maîtres Iles FrançaisJ le soin de le gouverner car ils semblent
si forts que rien ne peut leur r~sister, à moins que Dieu ne le veuille.
Je suis sûr que si 'bu parvenais à te lib~rer de tes soldats, à t' Gloigner
de tes armes et de tes chevaux, tu trouverais en compensation quelque
chose de zr.eilleur et tu te reposerais bien comme le fit ton frère Matar
DIOP (, P' .
2°) AHMADOU BAMBA, "UN DANGER PUBLIC"
Voilà par quel procede ~adou Bamba parvint à désarmer ces hommes
qui entendaient poursuivre à tout prix les combats contre un occupant
"si fort". Ce fut ~gaJ.ement la même tactique qu'il poursuivit pour rendre
sa voie seduisante et pacifique.
Face aux attraits de ce soufisme popularis~, les adeptes désireux
d'atteindre
de recevoir une initiation ~stique susceptible de leur permettre/le plus
haut sommet possible nth~sit~ent pas à se décharger de leurs obligations
sociales pour aller rejoindre le serigne. L'affl1!ence devint telle que
(1) - Ce dernier fut, ajoute serigne Bachir. parmi les premiers disciples
du serigne. cf. op. cit, T. 1. p. 77.
./ .

.415.
les autorités françaises, les yeux constamment fixés sur ce marabout aux
liens des plus évidents avec les familles des anciens souverains, 5' in-
quiét~rent fort.
Les rapports provenant des autorités adr:ù.nistratives établies dans
les différentes régions et ayant pour chcrge, entre autres, celle de veil-
ler aux activités d'Ahmadou Bamba et de ses disciples, étaient tous de
nature à jeter le discrédit sur le serigne. LesKactes de vandalisme~aux­
quels se livraient ses disciples lui étaient personnellement imputés.
Dès lors les autorités françaises qui suivaient de près la progres-
sion d'Ahmadou Bamba à l'intérieur du pays COl!ll!le à l'extérieur, et l' aug-
mentation considérable du nombre de ses adeptes, estimèrent qu'une résis-
tance de grande envergure contre l'occupation était en gestation. La re-
cherche d'alliance des souverains déchus, la soumission entre les mains
du serigne de nombre de ceddo relevant de la haute aristocratie étaient
autant de facteurs qui venaient confirmer les appréhensions de l'occupant.
Dès lors, ces autorités coloniales qui estimaient avoir sapé les bases
du pouvoir traditionnel, virent en Ahmadou Bamba un homme dont les ambi-
tions étaient de bâtir, sur les ruines des royaumes défunts. un empire
musulman
à l'image de celui d' El Hadji Omar TALL ou de Samory TOURE, voire
celui que tentait naguère d'édifier l'Almamy du Rip, Maba Diakhou. Pour
mettre un terme à cette situation des mesures rigoureuses furent préconisées.
'/'

.416.
Ir - TRENTE ANNEES D'EPREUVES (1895-1925)
DI L'EXIL AU GABON (1895-1902)
En 1895, les autorités coloniales semblaient trouver le champ
libre pour étendre une domination presque totale au Sénégal, notamment
dons la région du Cayor, connue pour son agitation perpétuelle. Les chefs
traditionnels hostiles à la colonisation étaient déchus, leurs forces ré-
duites à l'impuissance et les territoires où s'exerçaient leuzspouvoirs
démembres.
Cependant leur quiétude devai. t à nouveau être dérangée, car
dans les régions voisines. au Bacl et au Jolof particulièrement, les dé-
placements du marabout du Bacl, Amadou Bamba, étaient considérés comme
des manoeuvres visant, sinon à semer le trouble, du moins à organiser une
coalition contre l'occupant.
Une effervescence inaccoutumée dont Amadou Bamba était rendu
responsable devait motiver le recours à des moyens d'intimidation parfois
très sévères.
Dans un rapport daté du 10 juillet 1895 et adresse au Directeur
des Affaires Politiques par M. LECLERC. l'Administrateur du Cercle de
Saint-Louis. il est fait état d'armes et de munitions qu'aurait reçues
Amadou Bamba "dont les talibés. en 1891,' avaient déjà commence à prêcher
Nous remerc i.ons M. Oumar BA. Archivista aux Archives du Sénégal, qui nous
a facilité l'accès a de rares documents particulièrement sur Amadou Bamba.
./.

.._--------------.....iiiiiiO----==============::===:n!lla.~'-
;' ',0'''''''''--
.417.
la guerre sainte dans le Baol, le Cayor et Ndiâ.mbour (1)".
Qu'Amadou Bamba ait, à cette p~riode. prêch~ la d~50b~issance
aux autorités coloniales, c'est un f'ait. Car lui-mêI!le le reconnaîtra en
envoyant. en 1912. Cheikh Mbacké Bousso auprès du Gouverneur de Saint-
IDuis pour lui dire qu'il ne le fera plus (2). Mais aller jusqu'à prêcher
la guerre sainte voilà ce qui peut sembler une vie d'esprit.
1/ Amadou IJamba suspect
L'atIli.....,phère politico-religieuse de l'~poque, inquiétante
pour les colonisateurs, était à la base de telles appr€hensions.
Au Daol
oil l'enseisnement d'Amadou Bamba était suivi scrupuleusement. tous les
moyens étaient e~loyés pour prévenir le déclenchement des hostilités.
Les rapports laissaient supposer que les chefs influents du
Cayor avaient fait cause commune a.vec le marabout, soit pour recouvrer
leur trône perdu, soit pour contribuer à la déf'aite de leurs ennemis : les
Français, soit pour le triomphe de l'Islam, vers lequel certains
d'entre
eux se sentaient attirés. Cette situation était d'autant plus préoccupante
que le Teisne du Baol, Thieyacine FALL, pourtant loyal envers les Français,
se souciait peu de l'influence grandissante a'!u::ladou Deroba.. Ce qui l'in-
(1) - Voir le rapport en annexe.. I.2
(2) - Voir la lettre datée du 11 octobre 1912 et adressée au COIl'JI!landant
du Cercle du Daol à Diourbel. Dossier d' .AmAdou 13amba., Archives du
Sénégal.

. 418.
téressait, disent les rapports, c'était l'eau-de-vie, si bien que tout
en deroeurantle souverain, il ne gouverne.i.t plus. Ainsi les autorités
de Saint-Louis pensaient qu'Amadou Bamba guettait une occasion propice
pour l'évincer et imposer une dictature musulmane dans la région.
Cela semblait confirmer une éventuelle mobilisation des adeptes
du Serigne à son moindre appel. Effectivement , huit années après la fon-
dation de Touba, le marabout vint élire domioile dans le Jo10f, en mars
1895, en raison de la réceptivité particulière de ses habitants à son en-
seigl:41lent. mais aussi et surtout à cause de sa situation de carrefour
entre les di fférentes régions du pays. Il Y fonda un village qu'il baptisa
Mbacké-Jo10f.
Au mois de juillet de la mêne année le Bourba du Jo10f, Samba
Laobé ~enda ('), puis son frère Alboury NDIAYE vinrent se soumettre au
Serigne. Outre ces chefs, Amadou Bamba comptait également sur les familles
DIOP et 10
qui détenaient les rênes du pouvoir. Ainsi le Serigne de Koki,
le Serigne de Louga, deux dignitaires très puissants du terroir lui étaient
dévoués.
En tout ca.s, pour prendre des mesures énergiques à son encontre,
un certain nombre de chefs d'accusation étaient retenus contre lui (2).
(1) - rl sera, comme le Serigne, exile au Gabon. Cf. supra, p.
329.
(2) - Voir le rapport en annexe ~ I. 4.
'/ .

~'~:".?fJ.i1tj_
...
-
rrin
cd·"" ŒJ5 11f
.419.
- D'abord la mobilisation des masses sur ses injonctions. reut-
être, ce qui rendait Amadou Bembo. si redouté était-ce le fait qu'à la
différence du marabout toucouleur, Amadou Cheikhou, qui tirait toute sa
force de ses alliances avec les autres marabouts, Amadou Bamba possédait
aux yeux des Français "une véritable armée de tiédos ". comm.e allait le
constater l'Administrateur du Cercle de Saint-Louis dans un rapport daté
du 15 août 1895. qu'il a.dressa au Gouverneur du S6nGgal pour demander le.
déportation dl Amadou Bamba au Gabon '1).
- Par oilleurs. le choix par .AI!1adou Bamba, "à l'extrême est
du Baoln. d' lm emplacement devant servir plus tard de capitale il. la con-
frérie naissante: Touba, inquiéta fort, les autorités coloniales. Ce choix
était dicté selon elles. par des raisons stratégiques. La proximité du
territoire angle.is offrait a.u marabout des possibilités d' échapper aux
poursuites, au cas où il en
serait l'objet.
2/ Le principal motif de l'exil
Parmi les chefs dl accusation retenus contre Amadou Bamba. il
faut mentionner son affiliation il. la confrérie tijâne (2) qui. suivant le
rapport cité plus haut, "colllPorte les prédications de guerre religieuse".
~s soulèvezœnts déclenchés par des marabouts tous affiliés à la Tijâniya
Maba Diakhou dans le Rip, ABadou Cheikhou dans le Jolof et au Cayor. Mama-
( ,) - Voir le rapport en annexe • 1.3·
(2) - Voir lettre du gouverneur du Sénégal au ministre des colonies en
annexe, I,6.
.;.

s - *
.420.
dou Lomine DRAME au Boundou et à Bakel et Se.I'lba DIADtJlA au Foute. Toro,
confirI:lLrient davantage les autorités de Saint-Louis dans leur manière de
voir. Aussi la soumission apparente d' iu:ladou Bamba nI étai.t pour elles
q,u 'un subterfuge.
Dans une lettre (1) que le Gouverneur général de l' A.O.F. adres-
sera au marabout maure, Cheikh Sidiya. croître et protecteur d' A=dou
Be.mba. i l apparaît que cette affiliation à la confrérie de la Tijâniya
était le motif principal q,ui e.mena. le Conseil Privé à prendre la mesure
de déportation. La situation paraissait si grave et la. mesure à prendre
si urgente que les autorités de Saint-Louis estimèrent que le recours aux
~yens classiques qui consistaient a combattre l'adversaire par personne
interposée risquait de leur être préjudiciable.
En effet. Cl est en usant de cette tactique qu 1 elles avaient
fait tuer Me.ba Diakhou (1867). à Somb par le Bour du Sine Coumba Ndoffène
DIOUF, Acadou Cheikhou (1875), à Sa.I!lba Sadio, par Lat-Dior et Alboury
NDIAYE, MaI!Ia.d.ou Lamine (1587) par Moussa Molo, etc ••.
3/ Une condamnation sans délit
La mesure que dictait la circonstance était d'un autre ordre.
(1) - La lettre est datee de Saint-Louis. le 27 janvier 1896. Voir i~:f'ra .
pp. 426,427.
'/'

·421.
Le Gouverneur général de l'A.O.F., instruit des rapports prove-
nant des administrateurs de cercles résolut de faire arrêter Amadou Bamba.
Le Gouverneur
du Sénégal ,LECLERC, se rendit à Touba accompagné du résident
du Jolof, l'interprète Fara Biram LO, et fit part au Serigne de l'objet
de son déplacement. Celui-ci accepta de se rendre, le 10 aDût 1895 au
lever du soleil.
Décrivant les circonstances de son arrestation
dans un livre
qu'il intitul.a "Jazë:'iIs-iakkür" (La récompense du reconnaissant), Amadou
Bamba dit
t1Je me trouvais au pays du Djolof où je reçus une lettre du
Gouverneur de Saint-Louis, avec lequel j 1 avais ce différend selon la vo-
lonté de Dieu. Je trouvai son t1ministre", qui investit avec son armée
cette maison consacrée à l'enseignement et à la science. c'était le soir
du samedi, 4 ?af'ar 1313 "( 1) •
Dans sa séance du 9 septembre 1895, le Conseil Prive
devant
lequel fut traduit Amadou Bamba approuva à l' unanimité les conclusions
(1) - Cette date donnée par Amadou Bamba en annee hégirienne ne correspond
pas à celle donnée par le Gouverneur LECLERC dans un rapport sur
l'arrestation du marabout. Selon lui le Serigne s'est rendu, le
10 août 1895 au soleil levant. Cf annexe. Cf'. V. MONTEIL
Esquisses sénégalaises.
./'

·422.
du rapport du Directeur des Affaires Politiques demandant la déportation
au Gabon du marabout, considéré comme un dWlger public et sous l'action
duquel MIllET (1) porta le jugem=nt suivant :
:OIl existe une espèce de secte recrutée parmi les vagabonds.
exploiteurs de la cha.Iité publique et danger perpétuel pour les braves gens.
IlJaffectent des accès d'attaques de nerfs et toutes les maladies, insul-
tent publiquement le chef du village, le Bour et même le Gouverneur. Ils
ont un marabout à leur tête, mais les gens censés font valoir qu'ils
insultent Dieu, et tous n'ont qu'un dessein, c'est de les voir expulser ...
Nous ne pouvons tolérer une secte qui ne reconnaît pour chef que Dieutl (2).
ce jusement assez sevère pouvait traduire une réalité observable
et i l n'est pas exclu que les vagabonds dont il est question tussent des
adeptes du Serigne. Mais ce que l'auteur semble ignorer c'est qu'en pareil-
les circonstances les gens agissaient de la sorte de leur propre chef et
que ces actes de vandalisme étaient l'un des facteurs qui déterminèrent
le Serigne à dénoncer plus d'une fois ces pratiques que l'Islam réprouve
fort bien.
ASsez curieusement aucun délit n'a été retenu contre le Serigne.
I.e conseil a estimé devoir le déporter simplement parce que sa presence
dans le pays occasionnait b~aucoup d'agi.tations .. ". .. Si l'on a pu relever
(1) - Il fut l'aide de camp du Gouverneur de Saint-wuis.
(2) - Archives du S6négal 1D 48 cité par C.T. SY op. cit .
./ .

.423.
contre Amadou Bamba aucun fait de predication de guerre sainte bien évident)
son attitude, ses agissements et surtout ceux de ses principaux élèves
sont ~ tous points suspectstt • (1)
L'idee qu t Amadou Bamba détenait des armes et des munitions dont
font justement etat certains rapports officiels semble avoir été suscitee
par les métaphores dont i l usait volontiers dans ses poèmes et que les
interprètes prirent. sans doute) au pied de la lettre.
Le poème le plus caractéristique à cet égard est celui qu'il
a composé pour stigmatiser et jeter l'anathème sur les Français qu'il
appelait n8.ljârân, c' efb-à-dire chrétiens. Ainsi dans ce poème d'une cin-
quantai~e de vers, commencé comme suit:
'IVOUS
qui. par égarement, croyez en la Trinité,"
J.e xe'ète dit qu'il a. des fusils, des lances et des flèches pour se défen-
dre. Plus loin il explique le contenu méta.phorique de ces termes :
HI-.1es fusils.................. sont le Coran.
Quant aux lances c' est la tradition du Prophète."
En date du 16 septembre 1895. une lettre du Gouverneur du Séné-
gal devait informer le Ministre des Colonies des mesures prises (2) au
(1) - Registre des Actes du Conseil Pri~, année 1895 nO 16 p. 253.
Archives du Sénégal. Cité par V. MONTEIL, EEquisses sénégalaises
IFAN. DAKAR 1966 p. 164.
(2) - Cf. annexe, I,6.

• _elS 'lm
,Mtf'''d''i10'T "=-=m''iUW' N fi
.424.
cours de ce Conseil, entre autres l' embarquerent prochain du marabout,
le 21 septembre, dans un paquebot il. destination de Libreville. La. lettre
fait également état d'une pension de 50 francs qu'Ahmadou Bamba devait
percevoir durant son séjour au Gabon.
Voilà donc il. quelle~ extrémité~ en arriva sa situation. La.
conb'érie mouride avnit virtuellement vu le jour il l 'heure où Amadou
P
co.-
...
Bamba "tel/une chevre entre les griffes des fauves ou un rossignol entre
1
les lIl!l.ins des jeunes enfants", pour reprendre l'expression de Madiakhaté
KALA, l'ancien cadi du Cayor et l'un des professeurs d'Amadou Bamba,
s'embarqua, pour sept ans, (1895-1902), vers une destina.tion inconnue •••
le Gab:m (1).
Conscient du vide que son absence allait créer, pour autant que
la doctrine qu'il venait de mettre au point demeurait encore confuse dans
l'esprit même des plus avertis parmi ses ta.libés, le Serigne prit soin
de confier des tâches precises il. ses proches collaborateurs avant de
s'embarquer. Ce fut une amorœ ~ la division de travail qui se precisera
plus nettement avec le développement de la confrerie. C'est ainsi que les
personnes dont les noms suivent reçurent chacune une fonction specifique
- Ibra Fati MBACIŒ, fut chargé de veiller sur Je. famille;
- Momar Diarra l-IBACIŒ :fUt chargé de tâches anoJ.ogues auxquelles
s'ajoutait le devoir d'enseigner;
( 1) - A signaler qu'après Illême l'embarquement aucun membre de sa famille
ne connaissait sa destination. Cheikh Ibra FALL e. dû déployer beau-
coup d'effort il. Saint-louis pour le savoir.
.1.

'.J'
'.',
.425.
Cheikh Anta MBACKE devait s'occuper de ceux qui n' etaient
aptes qu'aux travaux champêtres;
- Mbacke Bousso reçut la éharge d'assurer la formation intellec-
tuelle de ceux qui voulaient s' instruire.
Ils étaient tous des frères du Serigne sauf ce dernier qui etait son
cousin.
D'aucuns s'appuyant sur ces recommandations que le Serigne donna
il ses cheikh estixœnt qu 1Amadou Be.mba accorda une part très considérable
au travail manuel au point de faire du Mouridisme une sorte de communisme
où les considerations d' ordre matériel prim:nt sur tout (1). Peut-être.
le Serigne etait-il un communiste sans le savoir. En tout cas parmi les
raisons qui l'amenèrent à accorder au travail manuel une telle importanct
figure celle quiproœ~dait de la situation de desoeuvrem:nt caracteristi-
que des milieux peuples par les ceddo. Sachant qu'une éducation ne pouvait
se faire au ni veau des lllD.sses sans la discipline. il conçut l'idee de
cette division de travail. Ainsi, tous les esprits sont occupés, ou bien
par le travail ou bien par les études.
(1) - Cf. infra. sur les origines éventuelles de cette division d~travail
p. Voir aussi ure étùde
de Abdoulaye WADE
Annales de la Faculte
de droit, Uni versité de Dakar 1969 > publi~ sous forme d'articles
dans le Dakar-Matin du 6/10/1969 et suiv.
Il est intéressant de faire une comparaison avec l'étude d'OBRIEN
sur la colonisation agricole chez les mourides .
./.

.426.
Quelques mcis plus tard, s' expliquant sur les raisons qui l' a-
vaient amene à prendre cette mesure à l'encontre d'Ahmadou Bamba, le
Gouverneur général de l'A.O.F. adressa à Cheikh Sidiya. une lettre assez
revélatrice. Cette correspondance conservee eux Archives nationales du
Sénegal (1) et qui eut pour destinataire celui qui :fut à la fois l!llÛtre
et "protecteur" d' Ahme.dou Bamba, confirme fort bien notre hypothèse.
La teneur de cette lettre outre qu'elle donne une idée precise
sur la surveillance rigoureuse dont les marabouts tij ânes étaient l'objet
rontre. également ccmbien il etait comprerœttant pour un marabout tij âne
d'avoir ,des adeptes. Les perquisitions opérées au domicile d'El Hadji
Malick SY. à Saint-Louis. !l.vant le point du jour. afin de verifier Si il
organisait au non des séances de wazifa (2), en constituent d'éloquents
témoignages.
Vu l'importance de cette lettre nous la reproduisons ici in ex-
tenso
: ·Inspecteur géneral des Colonies, Gouverneur général de l 'Afri-
que Occidentale Française
...
a
Cheikh Sidiya Den Mollamed Cheikh Sidia salut le plus complet.
(1) - Direction des Affaires politiques. Lettres arabes (1895-1896), 13
G. 40. Archi ve s du Sénégal .
(2) - C'est la réunion en cercle de plusieurs adeptes pour réciter ensem-
-.ble . et à haute voix le gikr de l'aube et du crépuscule, chez les
Tijânes.
.f.

Su
..1:-:,w:';!f.1!lIl""--.------------
.~27.
"J'ai bien reçu la lettre que tu m'as ecrite au sujet de Mohamo-
dou Bamba. ce marabout que tu as ( ... 1 mot) lorsqu'il était
de "tes :fidèles talibés, et n'avait d'autres préoccupations que
la prière et les aumônes, avait grandement change de disposi-
tions depuis quelques années. Il avait eu le tort d'adopter
les doctrines tijânes dont les adeptes au Sénégal
ne nous ont
jamais été rattachés. En outre, il préparait comme j'en ai eu
la preuve entre les mains, un mouvement contre nous (1) de con-
cert avec Samba Laobé PendE!., Bourbe. Djolof. Voilà pourquoi j'ai
été obligé de sévir contre lui et de l'envoyer au Gabon, en
compagnie de son complice Samba Laobe Pende. Je regrette d'avoir
été obligé de prendre cette mesure de rigueur parce que je ne
voudrais que la paix avec tout le monde, mais surtout avec les
marabouts qui ont pu se dire tes élèves.
"t'attitude de Mohamadou Be.nil:>a ne change en rien mon opinion sur
ton compte • Je sais que tu es ami de notre cause et que. je
puis être assuré de ton dévouement comme tu peux de ton côté
compter sur moi.
lIComme c'est la première fois que nous sommes en relation, je
veux que tu en gardes les souvenirs, et je t'envoie un manteau
à titre de cadeau personnel. Il
Saint-Louis, le 27 janvier 1896.
(1) - C'est nous qui souJ.ignons.

.428.
Mais devant le fait accompli Cheikh Sidiya ne pouvait que s'ac-
cOllll:lOder de la décision ainsi prise. Pour le ménager et pour s'assurer son
amitié et partant ses services, le Gouverneur, tout comme ses prédécesseurs,
lui faisait de nombreuses concessions. Ainsi, en dehors des présents qu'il
lui envoyait, et il n'était pas le seul destinataire de tels cadeaux, on
délivrait
3 ses talibés)chargés de collecter des aumônes aupr~s de ses
adeptes wolofs ~es laisse~asser pendant que les autres marabouts, eux-
mêmes> ne pouvaient pas se déplacer d' une province à une autre sans courir
le risque d'aller en prison ou de pa;yer une fate amende.
Un autre Cheikh maure, a.mJ., lui aussi, des autorités fr:ençaises
établies à Saint-louis, était le vénérable Cheikh Sadibou. Comme le maître
d'Ahmadou Bamba, il bénéficiait de concessions analogues en compensation
de services rendus. Voici à titre d'exemple, une lettre de recommandation
délivrée à l'un de ses collecteurs d'aumônes au Sénégal:
"Ie Gouverneur du S€néga.l
et dépendances recommande d'une façon
toute particuli~re à la bienveillance des chefs du Cayor, du
Baal, du Sine Saloum, du Rip et à tous les chefs du Sénégal,
RASSOUL, Taleb de Cheikh Saadi-Bou, notre fidèle ami, les prie
de lui faire bon accueil et de l'aider en tout au cours de ce
voyage (1) Il
D Saint-Louis, le 15 janvier 1894.
( 1) - Archives du Sénégal, lettres de :recommandation a.uprès des souverains
délivrces par les autorités françaises aux Cheikh maure. 13
G 40.

.._ - - - - - - - - -..."...
,.' ...
W.....'...'...
l f
..
T . . .
'P....ôIO'FalTI5IK'7I11'ii:ll'r.n-
·.,."
.....
yu,n...
• ..
'
_
l'ialP."4""
.429.
Fi - INTERMEDE ENTRE DEUX EXILS (1902-1903)
L'année 1902 tire il sa fin ; Amadou Bamba aura passé sept ans
et demi au Gabon. Les autorités coloniales n'ayant vu aucun acte belli-
queux pouvant confirmer les appréhensions qui les avaient amenées il pren-
dre, en 1895, la décision de l'interner dans une île loin de son pa;ys,
décidèrent de mettre fin il cette situation.
Amadou Bamba qui aura su mettre è. contribution ce séjour au
Gabon, et redigea. comme i l le dit dans la preface de l'ouvrage qu'il com-
posa en souvenir de cet événement ou en ".igne de reconnaissance envers
le Seigneur", deux ouvrages importants. l' un en prose, l'autre en poésie,
intitull!s tous les del,lX Introduction il •..
Dans la préface, il t'ait allusion à de nombreux bienfaits qu'il
s ' interdit de révéler et dont Dieu le gratifia pendant l'exil.
Pendant que Cheikh Sidiya usait de tout son prestige pour obte-
nir le retour de 1 t exilé, Cheikh Ibra FALL( H:ommerçant et disciple du
marabout, offrait des garanties pour atteindre le même objectif. En 1901,
le Commissaire général du Congo français avait transmil avec avis favora-
ble "une demande de grâce" d'Amadou Bamba. I.e samedi 8 novembre 1902, le
Serigne. dans sa huitième année de b6Ill:lissement. devait il nouveau fouler
le sol de ses ancêtres.
(1) - Une branche du Mouridisme portera son nom. Il aurait eté considéré
par le Serip;ne comme son dis.ciple numero un. En retour le grand mina-
.
~
ret de la mosquée de Touba rtrte son nom.
.1.

.430.
Après avoir été retenu onZe jours à Saint-Louis sur l' ordXe du
Gouverneur du Sénégal qui le reçut dans son bureau pour sonder ses inten-
tions avant de le libérer, le Serigne regagna le Baol. Il fit halte à
Dar-as-Salâm et à Touba, deux villages qu'il avait fondés et se rendit
par la. suite à Dar al-Mannân (Darou Marnane).
Inutile de dire que ce retour d'exil avait fort rehausse la
gloire du Serigne et marquait le début d '1IDe ère nouvelle dans la vie
dl Amadou Bemba. De partout des adeptes, enthousiasmes, venaient le voir.
Cette ruée sans précédent. cette cohorte de proselytes mus. sinon par \\Dl
zèle religieux, du moins par quelque force irrésistible. inquiéta les
autorités de Saint-Louis qui faisaient observer de près les événements.
A peine le Serigne venait-il de séjourner cinq mois dans son
propre terroir, le Baol, que l'on parla à nouveau de son éloignement.
Dans \\Dle lettre confidentielle, datée du 1er avril 1903 et
adressée au Gouverneur du ~négal. l'Administrateur le FILIATBE. Comman-
dant du Cercle du Sine-Saloum. après avoir préconisé des mesures à prendre
à l'encontre de Il cet individu" [Amadou Bamba.J qu'il fallait "mettre dans
l'impossibilité de nuire ll • faisait les remarques suivantes : "n y a lieu
d'arrêter les progrès de l'islamisme. Le Sérère n'a pas besoin de devenir
musulman ; actuellement i l est mania.ble et travailleur ; le jour où i l
sera musulman il ne sera ni l'un ni l'autre."
./.

.431.
Ln reponse du Gouverneur semble montrer que cette situation
confuse était créee et entretenue par des hOlll!lles du genre de l'auteur de
cette lettre. Et, ne voulant pas entrer de nouveau en conflit avec le
Serigne, le Gouverneur lui dit : "il convient de laisser à ce marabout
toute liberté d'action. Il serait, en effet, de mauvaise politique, dans
un pays à peu près totalement soumis à l'influence de l'Islam, de vouloir
endiguer l'Islamisme; et nous devons nous garder d'entrer en lutte avec
l
.
Ul. "
11 Un suspect redouté
Un lOOis plus tc.rd. pendant qu'.llI:J.ad.ou Bamba se rendait dans les
diff€rentes
localités du Baal pour être à même d'apprécier personnellement
le travail accompli pendant son absence, une autre lettre. datée du 1er
mai 1903 et adressée par l'AdministrJ"';cur de Thiès au Gouverneur du Sené-
gal suggérait en ces termes le bannissement, pour une seconde fois, du
serigne : "au sujet de l'attitude du marabout Ahmadou ~ba, dont la puis-
sance dans le p~s devient un réel danger, de-'1s la crainte d'une surprise,
je crois qu'il serait prudent de prendre dès maintenant les mesures néces-
saires pour l'éloigner de la région. Il
A partir de cette date. Aoadou Bamba fut incapable de s'occuper
de ses disciples en raison des mesures d'intimidation préconisées par les
a1.4torités locales à son égard. Les chefs traditionnels, chargés de veiller
.1.

.432.
sur lui, osent cozmnettre l'im~dence de le convoquer pour l'humilier, ce
à quoi i l se refusa toujours . Pendant ce temps, ses frères et. grands
disciples, par peur de le voir prendre à nouveau le chemin de l'exil,
se mirent à prêcher 1: ordre et 11 obéissance. Ils faillirent entrer en
mauvaise intelligence avec le Serigne qui refusait. de sat.isfaire à leurs
injonctions. Mais les rapports, 1ett.res et. té1égre.mmes qui arriment à
Saint-louis le concernant devaient décider le Gouverneur à l'éloigner de
son p~6 pour une deuxième fois.
Pourtant Amadou
Bamba, comme 6' il était mu p lU' une '901ont.é
de paix, avait rédigé à Diourbel, le 19 mai 1903, une lettre à ses disci-
ples et une autre a.u Gouverneur du Sénégal. Dans la première lettre, il
déclarait avoir convenu avec le cozmnandant du Cercle du Baal qu'il ne
ferait rien qui puisse lui déplaire et que celui-ci ne ferait jamais tort
à l'Islam.
2/ Le Serigne s' explique
Dans une deuxième lettre
qui fait état d'une lettre du
Gouverneur, reçue le même jour, Amadou Bamba en s' expliquant sur les rai-
sons de son pretendu refus de se rendre auprès des autorités administra-
tives, révèle que son état de sante est lamentable: " ... après quelques
(1) -
.f.

.433.
kilomètres de marche, j 1 ai seoti une fatigue indescriptible. Je ne pouvais
plus marcher ni même monter il. cheval. ce qui m' ioquiète profondement. fi
liEn vérite depuis que je suis rentre du Gabon le changement de
climat a produit beaucoup d'effets sur mon organisme. De surcroît, durant
les sept années et demie que j'ai passeesau Geboo, il ne m'etait pas loisi-
ble de marcher. Je restais assis dans une chambre. Voilà pourquoi, quand
j'ai quitte Saiot-Lo·.;is pour me rendre chez moi, je n'ai pu y arriver
qu'après deux moi::. Car après chaque kilomè:re de marche, je tombais malade
pour longtemps. Je Cissimulais cela aux gens. Telle est la raison qui m'a
amene aujourd'hui il. vous envoyer mon frère Cheikh Anta et mon cousin
Mbacke Bousso qui peuvent en tout parler en 1l:0Il nom .•. "
Pour lever les accusations portees sur lui par le COllllllSlldant de
Thiès qui dit l'avoir convoque sans que le Serigne ne se soit presente,
Amadou Bsmba poursuit en ces termes
nC'est de la caJ..omnie, car je n'ai pas vu jusqu'ici ni message
ni messager provenant de lui. Vous pouvez l'interroger il. ce sujet. COIlD'llent
pourrais-je avoir un tel com~~::-tement pendant que mes maîtres m'ont appris
les !J:adi~ du Prophète M'~ relatifs au devoir d'obtempérer aux ordres
du chef (Sultan)? .. (1).
Amadou Bamba estimant être pris ainsi que ses frères et proches collabora-
teurs dans un engrenage de mensonges, eut l'idee de se defendre en envoyant
( 1) - Cf. Dossier d'Amadou Bamba. Archives 'lu sénégal.
.;.

·434.
au Gouverneur du Sénégal des lettres l'une après l'autre pour s'expliquer
sur les accusati:ms portées contre lui.
Le ton de ces lettres conservees aux Archives du Sénégal, déno-
te cependant une docilité de sa part. Ainsi. dans celle qu'il adressa.
le 3 juin 1903. au Gouverneur. il dit notamment
t1 • • • Sachez
Monsieur le Gouverneur que si je ne suis pas venu à
Saint-Louis. ce n'est pas pour rien. Je ne veux que la paix... (1).
Je vous demande de ne point croire ceux qui disent du mal sur Iroi; i l n ''1
a pas de contradiction entre mes paroles et mes actes. Je vous ai pardonné
vous et vos collaborateurs •.. !;
3/ Vers un nouvel exil
Ces paroles ne produisirent pas sur le Gouverneur l'effet atten-
du. Car. pour ce dernier. elles n'étaient pas confirmées par les actes du
Serigne. Dès lors. i l décida de l'éloigner à nouveau pour les motifs suivants:
- Refus de traiter avec Mbakhane DIOP. chef du Bool oriental
qui s'était rendu à Touba-Mbacké, le 17 avril 1903. pour donner des ordres.
Le Serigne estimant que les difficultés qu'il rencontrait provenaient du
fait qu'il ne traitait pas directement avec les autorités coloniales. avait
fait dire au chef du Baol qu'il ne voulait plus avoir affaire qu'avec le
Gouverneur gGnéral.
(1) - Cf. Dossier d'Amadou Bamba. Archives du Sénégal.
./ .

.435.
- Refus de se présenter chez l'Administrateur, Commandant du
Cercle de Thiès, qui l'avait fait convoquer, le 7 ma.i 1903.
- Refus de se rendre à Saint-Louis sur convocation du Gouverneur
général
10 ) le 12 mai, par un envoyé specï al de Cheikh Si diya.
2°) le 28 mai, par un courrier spécial.
Le Gouverneur avait ordonne le recours aux moyens militaires
pour arrêter .Amadou Bamba, lequel se rendit, le 15 juin, à l 'Administra-
teur Allys, à Diourbel.
A
Le lendemain, 16, sous l'escorte d'un interprète, Fara Biram LO,
d'un garde régional, Socé SOWet de Cheikhouna, l'envoyé special de Cheikh
Sidiya, i l se dirigea vers Saint-Louis. Pour ne pas attirer les regards
sur lui, on le traita "en hOIllllle libre et non en prisonnierll •
ce f\\It il ce moment même que le Resident de Diourbel a.vait fait
propager le bruit de la fui te d' .Amadou Bamba en Gambie.
A son arrivée à Saint-Louis, le Gouverneur le reçut, le 17 et
lui fit part de sa décision de l'interner dans une Ze.wiya de Cheikh Sidiya,
en Mauritanie. Le Cheikh maure devrait recevoir quelques jours plus tard,
des instructions du Gouverneur qui consistaient en le. surveillance du
marabout de façon à l'empêcher de communiquer "avec les gens du Baol ou
.f.

.436.
autres provinces du Sénégal (1) "
1
FI L'EXIL EN MAURITANIE (1903-1907)
Le 23 juin 1903, Amadou Bamba prit le fluvial qui le conduisit
à Dagana. sous l'escorte de Fara Biram 10 (2).
'pas
Ce second exil ne suscita /autant d'agitations au sein de la fa-
mille du marabout que le premier. Neanmoins les colonisateurs estimèrent
devoir assigner une résidence obligatoire aux principaux chefs de la fa-
mille notamment aux deux frères du Serigne : Cheikh Anta et Ibra Fati, les-
quels semblaient avoir des velléités d'aller se fixer au Jolof. terre de
leurs ancêtres oille Serigne avait été arrêté en 1895.
Ce serait sur ce chemin vers la Mauritanie qu'Amadou BSlllba aurait
vu le Prophète (3). Cette vision marqua. le commencement d'une nouvelle
étape dans la vie du Serigne. Car désormais, il ne se considéra plus comme
disciple d'aucun maître, hormis le Prophète. Cette assurance se traduira
aussitôt dans son comportement vis-à-vis de son maître : Cheikh Sidiya (4).
(1) - Rapport du Gouverneur général de l'A.O.F. au ministre des Colonies,
daté de Saint-Louis, le 19 juin 1903. Archives du Sénégal. Voir la
lettre du Gouverneur à Cheikh Sidiy'a. en annexe, I.7.
(2) - Cheikhouna, le disciple de Cheikh Sidiya, qui devait accompagner l'exi-
lé jusqu'au Cheikh maure, avait manqué le bateau.
(3) - Muhammad Lamine DIOP, Irwa' an-N'adîm, manuscrit IFAN. p. 132 et suiv.
(4) - Pour plus de détail, cf. supra pp. 405,406.
.1.

.437.
Sn mauri tanie, on lui assigna don~ une residence forcée auprès
de Cheikh Sidiya, 1'00 des plus grands hommes de confiance de la France
en Mauritanie.
Cet éloignement, contrairement au premier exil, ne causa pas
de peines affreuses à Amadou Bamba pour deux raisons essentielles :
D'abord le milieu culturel favorable aux études lui permit
dt approfondir ses connaissances mais a.ussi de composer des poèmes panégy-
riques en si!lJl.e de reconnaissance envers Dieu. L'un de ses biographes et
disciples, Muhammad Lamine DIOP de Dagana, évalue à une dizaine le nombre
de poèœs com;posés durant cette période (1) •
La seconde raison qui lui rendit agreable ce sejour, était le
milieu humain. En effet, le Serigne se trouva. au sein de la famille de son
maître et protecteur, Cheikh Sidiya. Dès lors il n'aurait su faire l'objet
d' une surveillance extrêmement rigoureuse conformement aux instructions
données par le Gouverneur.
Vraisemblablement, si Cheikh Sidiya accepta d'exercer sur Amadou
Bamba une surveillance aussi rigoureuse que celle qu'on lui demandait d'exer-
cer sur lui, ce fut pour soustraire ce dernier aux brimades dont il était
(1) - Cf Irw~'an-Nadim, manuscrit Departement d'Islamologie, IFAN. et Amar
SAMB, Essai sur la Contribution du Sénegal à la Litterature d'Ex-
pression arabe, Dakar - IFAN, 1972 p. 438.
.f.
MO
i*'
If·
* "! p, ,PMI' .:YUPh'".tM "".Al*,#A.

» if*""
.. Gl u;
Pi"'· j,
dU

·438
l' obj et depuis pl us de dix ans. Et c'est dans cette optique qu'il convient
de voir son d6sir ardent, quelques ann€es
auparavant, d'obtenir des auto-
rit~s françaises le retour de l'exilê, moyennant lequel il offrait des
garanties. Ayant ainsi mis en jeu tout le poids de son prestige, Cheikh
Sidiya pouvait profond€ment
marquer la. pens€e
d'Amadou Bemba. En tou$: cas
le Serigne l'entourait d'un respect profond.
Voilà ce qui explique la paix quasi totale que l' exil€
a connue
en Mauritanie. D'ailleurs, ce sera lui-même qui €crira
pour .::e plaindre
du nombre trop important de personnes qui quittaient le S€n€gal
pour lui
rendre visite.Dans une lettre qu'il adressa au Gouverneur ~nêral, i l
dit entres autres choses ;
':Ma1heureusement, des hoIlllllCs du wâlo, du Bool et du Cayor passent
en masse le neuve, pril';lcipalement par Dagana, pour venir jusqu1ici. Je
viens demander à votre bienveillante autorité de les empêcher de quitter
ainsi leurs p~s pour €migrer
tempora iremeI± vers moi" (1).
Des mesures furent prises pour répondre aux voeux du marabout.
Un contrôle fut instaure pour permettre l'enregistrement des noms de ceux
qui désiraient se rendre auprès du Serigne. C'est ainsi que le rapport du
premier trimestre de 1905 de Ti vaouane faisait état du dêplacement de Faty
Drop et de Aissatou SEYE, toutes les deux épouses du Serigne, pour le re-
(1) - Voir cette lettre en français, signée d'Amadou Ben Muhammad et dat€e
de
Soueb el-Ma, en novembre 1904. Cf. Dossier
d' .AI!!adou B~a, Ar-
chi ves du Sénégal.
./ .

.439.
joindre dans le Ganar. en mai 1904. Ces mêmes contrôles devaient révéler
aussi "qu'Amadou Bamba demandait è. ses mourides de fortes sOlIllIles d'ar-
gent .. , (1) "'mars 1905) et que Cheikh Ibra FALL demandait une autorisation
"pour envoyer du mil au Serigne à l'occasion du Ramadan (octobre 1906)".
GI UNE NOUVELLE FORMULE
RESIDENCES OBLIGATOIRES (1907-1927)
Espérant que son attitude pouvait plaider en sa faveur pour
l'obtention d'une autorisation de revenir au Sénégal. il fit adresser par
Cheikh Sidiya une demande dans ce sens è. THEVENIAUT. Commandant du cercle
du Trarza qui transmit. le 6 mars 1907. avec avis favorable au Commissaire
du Gouvernement général en Mauritanie. lequel transmit à son tour è. Saint-
Louis. Le Gouverneur •fort des événements qui se produisirent lors du retour
d'Amadou Bamba du Gabon. résolut d'autoriser le retour de ce dernier mais
de lui assigner une résidence forcée. L'Administrateur du Cercle de Louga.
chargé de prospecter un emplacement qui répondrait
aux critères fixés
par le Gouverneur. fit la proposition sui vante ;
"En réponse à vos lettres du 10 et 13 avril relatives au choix
d'une résidence pour le Cheikh .Amadou Bamba qui vient d'être autorisé à
revenir au Sénégal. j'ai l 'honneur de vous soumettre la proposition d' em-
placement ci-dessous. conforme aux dË!sirs exprimés dans les lettres préci-
téea. L'emplacement est choisi de concert avec Bouna NDIAYE qui assurera
la surveillance discrète du marabout et de son entourage"(2).
(1) - Cf. Dossier d'Amadou Bamba. Jl.rchives du Sénégal.
(2) - Archives du sénégal. lettre de l'administrateur de Louga au Gouvemeur
du Sénégal. datée du 16 avril 19,97. Dossier
d'Amadou .Bamba .
.1.

.440.
1°) RESIDENCE OBLIGATOIRE A CEEEN AU JaLap (1907-1912)
Ainsi un emplacement de 4 km 2 fut choisi il. Cëeen, dans le Jolof.
entre Louga et Yang-Yang à 35 lm de ce dernier. Auparavant. Cheikh Thioro,
cadi supérieur de Louga et frère du serigne. a.vait accepté d'offrir aux
autorités toutes les garanties qui lui seraient deoandées.
Cependant on peut estÏI!ler que ce n'était pas là le facteur
décisif qui avait fait s'incliner les autorités devant cette exigence. Si
l'on sait que. déjà en 1903. Arladou avait fait état de son très mauTais
état de santé, lequel était consécutif. à son long interneoent au Gabon
où i l n'avait pas de possibilité de se dêplacer souvent et qu'en Maurita-
nie, en plus des conditions défavorables de séjour dans une localité caré-
ce.geuse et malsaine où il avait dû habiter et qui ont n 'I! i 1à sa senté,
il appara.i:t évident que des raisons de santé pouvaient expliquer
fort
bien cette précipitation à créer de toutes pièces les conditions de retour
d'~dou Bacba. Dès lors, il ne serait pas difficile d'apprécier les con-
séquences de cet état de choses sur la vie de la confrérie naissante.
En effet, la précarité de la santé d'Acadou Bamba peut expliquer
très justement les hésitations des autorités de Saint-Louis qui redoutaient
la I:IOrt du Serigne en exil. Les souvenirs de la mort en exil de l'.Alma.I:w
SaLlOry TOURE, en 1900, au Gabon où il avait rejoint .Aca.dou Bamba ne seu-
raient être absents de leurs preoccupations. Ainsi, qu'Amadou Bamba ait
été détenu après, au Gabon ou simplement gardé à vue, il
ne devrait plus
.f.

.441.
connaître les rudes conditions d'existence que ~nt celle de la période
1895-1902 passée au Gabon. La liberté, quoique relative, qu'il a connue
en Mauritanie et à laquelle devrait s'ajouter celle de sa nouvelle rési-
dence de Cëeen, en téooignent suffisaœent.
Il faut signaler cependant que le comportement du Serigne sem-
blait noter sinon la œme docilité dont nous avons fait état en analysant
ses lettres, du !!lOins une volonté quelque peu flexible.
a) le goût de la solitude
Une fois installé dans cette nouvelle résidence, il adressa une
lettre au Gouverneur pour lui deI!lallder d'empêcher les gens de venir le
voir. Peut-être redoutait-il que ces visites lui portassent préjudice. Et,
en les dénonçant de son propre cbef', i l pouvait attirer sur lui, le moins
possible, les soupçons de ceux qui le surveillaient, lui et ses adeptes.
L'attitude insolite d'Amadou Bamba n'a rien de surprenant si
l'on sait qu'il était allé jusqu'à douter de la sincérité de certains par-
mi ceux qui se disaient ses fidèles. Une circulaire qu'il rédigea , fit
multiplier et distribuer dès son établissement dans sa nouvelle résidence
de Cëeen en fait foi.
De surcroît, i l adressa au Gouverneur du Sénégal une lettre (1)
(1) - lettre trans!!Ùse au Gouverneur par l'Administrateur de Icuga. le 2
Août 1Q07. Dossier d'J\\ma.dou Bamba, Archives du Sénégal.
'/'

.442.
denonçant ceux qui extorquaient dés a\\llllÔnes en son nom.
Dans une autre lettre r@iative au même sujet, llmadou Bamba par-
lait . "
de faux talibes et des trompeurs qui font des mouvements ••• (1 )" •
Sans doute, s'était-il aperçu qu'on le rendait responsable des troUbles
de toutes sortes occasionnéS~ par ceux qui se réclamaient de lui, utili-
sant ainsi sa personnalité comme bouclier (2).
Cependant les autorités de Saint-Louis accroissaient leur visi-
lence pour ne pas être prises au ~ourvu pa.r le serisne.
Le même document (3) qui fait etat des noms des chefs tradition-
nels présents aux côtes d'A!Iledou Bamba à Cëeen, sisnale que ce dernier
''pratiquait lm nouveau wird qui lui est personnel".
( 1) - Lettre transmise au Gouverneur par l'Administrateur de Louga, le
3 octobre 1907.
(2)
Il lJ'agissait principalement des anciens ceddo, du Baol notamment,
qui ne pouvaient plus se livrer aux actes de vandalisme comme sous
les Damel et Teigne. C'est ce qui grossit très rapidement le nombre
des "adeptes" du Serigne. Parmi les chefs et anciens chefs tradition-
nel qui l'avaient rejoint à Cëeen figuraient notamment
- Birahim Codou Maram. du Guet, frère de Lat-Dior;
- Amadou Makhourédja du Guet, frère de Lat-Dior;
- Mbar Dior Sigua du Mboul (Damel Samba Laobé);
- Manel FALL, ex-che r de canton, démissionnaire;
- Biram Bigue DIENG, ex-chef de Ndoundol, revoqué;
- Maba Ava du Saloum, frère de Saër MatY, fils de Ma.ba;
- Serigne Bamba du Saloum, oousin de Birame CISSE, ex-chef du Saloum.
(3) - n est daté de Louga, 25 septembre 1907, de l'Administrateur du Cer-
cle au Gouverneur général.
./ .

·443.
~s disciples arfiue.i.ent de toute part avec des hadiyas. ~s
maures qui venaient en chercher ne pouvaient pas manquer au rendez-vous,
aucune mesure rigoureuse n'ayant été encore prise à l'encontre des visi-
teurs. Ainsi, à l'occasion de la Tabaski de 1909, notait,-on parmi les
bôtes du marabout, Fadilou (1) et Talibouya, respectivement neveu et fils
du grand marabout maure, Cheikh Sadibou. Au même moment, Cheikh Ibra FALL,
alors commerçant à Ndande, adressa une lettre au Gouverneur du sénégal.
pour demander qu'Amadou Bamba 1'ût libére Il
il Y a 3 ans, écrivit-il,
je ne l'ai pas vu.".
~~.
Seulement les dons que le marabout recevait de ses talibés, vi-
\\
,
siteurs, à titre de hadiya, étaient d'une importance telle que les autori-
tt
tes de Saint-Louis firent procéder à des enquê1Œ
pour savoir s'ils
étaient librement consentis. Cette circonspection préludait à une mesure
1.
tout iIllminente.
i
1i
b) Des mesures rigoureuses
Amadou Bamba fut invité à se rendre à Koki (2) distant de sa
résidence d'une trentaine de kilomètres. Revenu trois jours après, i l
(1) - Ce fut lui qui dirigea, le 3 janvier 1909, la prière de Tabaski à
laquelle assistèrent 150 Wolof et 50 Maures ; Amadou Bamba était
indisposti quelques jours auparavant. Une fille de l'ancien Damel
Samba Laobe FALL, nommée Lalla FALL veDant de Ndande, accompagnée
de 8 ~ersonnes , offrit a.u marabout 8 pagnes de "cawali Il •
(2) - Ce tut le 7 mars 1909 par Roux, l'Inspecteur des Affaires Aàministratives •
'/'

.444.
dec1ara "avoir pris l'engaaement de ne plus recevoir le public qui vient
lui faire visite (,) Il •
Pour se conformer a l'engo.gexœnt ainsi pris t lequel stipulait
entre autres points que le Serigne etait tenu de :
- taire déguerpir les cases sauf' une vingtaine t sa bafraque non
coçrise i
- Fermer l'école qu'il dirigeait;
- ne plus recevoir une personne non munie d'un laisser-passer
délivré par l'Administration;
- taire tout pour que les gens ne viennent plus le voir.
Ces mesures acceptées par Amadou Bamba ne devaient pas tarder
à l'incommoder. Dans une lettre qu'il adressa au Commandant du cercle de
Louge. (2). il demanda. A ce qu'une douzaine de ses talibés fussent autori-
sés
a aller cultiver son champ étant donné que ceux qui lui apportaient
des dons n' €t.aient
plus autori sé s à le taire.
Si les agitations des indigènes dictaient la rigueur des mesures
prises à l'encontre d' Amadou Bamba en suscitant tout autant de re:Daxions (3)
( ,) - Voir le texte rédigé en a.rabe par Amadou Bamba.. en Annexe.
(2) - Voir le texte en arabe en Arabe.
(3) - Voir en Annexe une partie du rapport du COllllllandant de Dagana a.u Gou-
verneur du SEn15gal à ce sujet.
./.

sur la. confrerie naissante. le sort :pitoyable du serigne suscitait beau-
coup de compassion au sein de sa :ramille. En effet. pendant que ses tr~res.
Amadou Diâra dit !>bœr Diâre.. Ibra Fati et Cheikh Anta. cherchaient à le
1
soWl.traire à cette situation inconfortable en sollicitant auprès du Gouver-
neur du SGnGgal son "retour dans son pays natal, le Baol (1)) son autre
\\
fr~re. Cheikh 'lhioro, redoutant le pire
'" je crois qu'il sera déporte
encore. ecrivit-il. s' il habite dans le Baolll • s ' opposait il cette demande (2).
Laquelle de ces d~marches opposées rencontrait-elle l'agr~ment
de l'intéressé? Il semble difficile de le dire. L'oeuvre écrite du Seri-
gne. datant de cette periode d'épreuves,serait révélatrice. Nous estimons
qu'en dehors de quelques lettres qu'il rédigea lui-même, ses scribes ayant
Eté tenus à l'écart loin de lui, il nI est pas facile de trouver un document
pouvant permettre de mesurer l'~volution de sa pensée intime il cette date.
c) Le Serigne se soumet
Tout au plus, faut-il rappeler qu' il demanda sans l'obtenir une
auœnce du Gouverneur du Sénégal par une lettre (3) dont le porteur était
son fils aînÉi, Mouhs.madou Moustapha.
(1) - Voir en :Annexe la lettre datée du 1er mai 1909.
(2) - Voir en Annexe la lettre datée du 1er mai 1909 (voir le dossier d'A-
madou Bamba. Archives du SénÉisa.J.).
(3) - Lettre en arabe du 22 novembre 1909 avec traduction par Cheikh Thioro.
Voir Annexe.
./.
UMA;;
(It1PA-41.P ."',;"":4UI#&.

.446.
D'autre part, un important document date de cette période et
traduit en français (nous avons cherché en vain l'original) est un recours
somme
toute inesti.mBhle •
Dans ce dOQument, intitul.é Fetoua (1) d.'Amad.ou Bamba, l'auteur
plaidant la cause française en ces termes : "Convaincu qu'aucun peuple,
si puissant qu t i l soit, ne peut se mesurer avec le gouvernement français,
ni même le contrarier .•. Je suis décidé à adresser, sommairement par écrit,
quelques conseils à mes frères musulmans, afin qu'ils ne soient pas en-
tre.i:nh dans des guerres (2)", semble totalement desarmé.
Nous devons toutefois nous garder de conclure à uœ volte-face
brusque de l' exi.l~ du Gabon. Car i l semblerait-c' est le ton du Fatwa et
les thèmes abordes qui nous autorisent il penser ains"!:. que le Serigne ait
rédigé ce Fatwa dans des circonstances qui rappellent celles dans lequel-
les se trouvait,
Madiakhate Kala qUBlld i l c0I!!P0sa sa f~use ode pour
railler Lat-Dior et vanter la supériorité des Français dans le domaine
militaire (3).
Par ailleurs, ce Fatwii qui rappelle à plusieurs égards la DOtion
de soutien que les notables de Saint-rouis avaient rédigé â la demande des
(1) - Cf. supra, la définition de ce terme, p. 35
(2) - Traduction de l'Interprète Principal hors classe, Bou El Mogdad,
Saint-rouis, le 29 décembre 1910.
(3) - Cf. supra, p. 80.
.f.

.447.
Français aux prises avec El Hadji Omar. €tait
surtout destin€
aux Maures
du Sahara alors hostiles à l'occupation française.
Désormais. Amadou Bembo. étant considere comme acquis à la cause
française, de nouvelles mesures durent être envisagees. Les envoy€s
des
chefs maures devaient,l être soumis au même titre que les autres, à l ' obli-
gation de se munir d'un laisser-passer pour se rendre auprès du Serigne.
Cl est ainsi que des neveux de 1 'honorable Cheikh Sadibou qui naguère sil-
lonnaient librement le territoire de long en large. étaient recherches (1)
pour avoir manqué à cette obligation.
2°) UNE NOUVELLE RESIDENCE OBLIGATOIRE AU BAOL (1912-1927)
Comme pour recompenser Amadou Ba:nba, le Gouverneur du Sénégal
d€cida
de satisfaire à la demande souvent formul€e
par ses frères laquelle
répondait vraisemblablement aux désirs de celui-ci : le transférer au Bacl.
Mais en r6alit6 la mesure était dictée par un motif de tout autre ordre.
"
J'ai envisagé, écrivit le Gouverneur COR (2). la possibili-
té d'atteindre Amadou Bembo. dans le prestige dont il jouit et que son iso-
lement semble favoriser, en le d~pla.çe.nt à Thieyaine et ;:.e mettant en rési-
(1) - Bouna, le Chef du Jolof.était chargé de cette mission (novembre 1911).
Archives du S6négal. dossier d'Amadou Ba:nba.
(2) - lettre adressée. le 27 novembre 1911. au Gouverneur g~éral de l'A.O.F•
.f.


l'.""'"
.449.
6to.it poursuivi pour avoir commis un délit de droit commun en se déclarant
devant l'autorité judiciaire, être né à Rufisque, (1) alors que les faits
~to.blis prouvaient le contraire.
Il a fallu une grande personnalité COI!ll!lf! William PONTY, les cir-
constances aidant, pour que l'affaire fût étouffée. Le Gouverneur général
estima qu'il fallait beaucoup d'habileté, car Amadou Bamba étSt disciple
de Cheikh Sidiya, le protagoniste de l'action française au Nord du Sénégal.
et que le dou"ble jeu, était dangereux. De surcroît, envoyer Cheikh Ante.
en exil ou en prison ne ferait qu'a.ccroître son crédit (2).
Le procédé assez habile auquel eut recours le colonisateur con-
sista à recueillir les dépositions d'Amadou Bamba et de son frère, Cheikh
Thioro, d'après lesquelles leur frère, Cheikh Anta, était bien né à Poro-
khane (Rip) (3).
Le séjour à Diourbel ne semblait pas susciter trop de suspicion
contre le Serigne. Et s'il ne Be considérait comme un prisonnier tant la sur-
(1) - Vers 1871. Le jugement date de 30 novembre 1911. Dossier
d'Amadou
Bamba, Archives du Sénégal.
(2)
C'est le cas d'Amadou Bamba qui e. permis de tirer cette conclusion.
(3) - Cf. Le Dossier d' Amadou ~amba 1911. Archives du Sénégal.
.f.

.450.
veillance dont il fut l'objet était stricte, il convient de noter que
dorénavant, il chercha volontiers à se réconcilier les autorités coloniales.
Une lettre du Gouverneur du Sénégal (1) fait etat de l' arri vée chez le
Gouverneur de deux envoyés du serigne
Mbacké Bousso et Cheikh Thioro
pour expriœr les regrets du marabout
d'avoir fait dire ou agir ses tali-
béa pour du mal. et que désormais i l leur dira de faire du bien.
b) Détente
le Serigne est compris
Lefl conditions de détente semblaient être réalisées. Amadou
Bamba qu'une interprétation faussée ou volontairement tendacieuse des poè-
m=s , avait rendu perpétuellemeut victime d ' iniquités des plus barbares,
eut la chance d'être compris par l'esprit perspicace de PONTY. Dans une
lettre qu'il adressa, en date du 8 novembre 1912, au Gouverneur du Sénégal,
PONTY dit notamment : " .•. Le vocable imagé et symbolique et toujours absent
dont se servent, avec une recherche laborieusement étudiée, les musulmans
engagés dans ce qu'ils appellent une voie, doit, sans doute, retenir notre
attention, mais je ne pense pas qu'il faille toujours le prendre en mau-
vaise part ou, du moins, en exo.gérer la portée .•• Il (2)
L'Èlre des brimaC::::J. semblait révolue. Si le grand souf'Ï. iranien,
al-fjallaj (887-922), faute d' être compris quand il lança sa célèbre outran-
(1) - Elle est datée de Saint-louis,du 11 octobre 1912,et adressée au
COI!llllB.ndant du cercle du Bacl à Diourbel.
(2) - Dossier
d'Amadou Damba, Archives du Sénégal •
.f.
$P •. li t.PIi ,....;r.!6 .4tu AIIMI>;u.'44l.,#-iV
4H9··. t'4iRJ tlJj!.}~iNi'·,1 .fiAt ,1,)•..IJ&;'I.1A4(4&:';&$,;1{

·451. .
ce Ana-l-:;taqq (Je sms Dieu) (1) dut subir la peine de mort après huit ans
et sept mois d'emprisonnement, par contre, Amadou Bemba eut la fortune
d'être compris après 7 ans et huit mois de ban:issement. c'est ainsi que
désormais il put concentrer toute son e.ttention sur l'organisation commu-
nautaire de ses adeptes. Allait-il être banni à nouveau? Il n'en avait
suère le pressentiment. Aussi, adressa-t-il au Gouverneur une lettre lui
demandant de lui "faire construire à Diourbel une maison (2rl •
Cela n' empêoha pas que, ne pouvant résister à la nostalgie, on
le voit souvent solliciter l'autorisation de se rendre à Mbacké, De.rou et
Touba pour rendre visite à ses parents (3).
S'étant aperçu qu'au moment même où la détente s'instaurait,
quelques éléments turbulents se mettaient à semer le désordre, Amadou
Bamba résolut de les dénoncer en adressant à tous ses disciples une circu-
laire ainsi commencée
"A ceux qui savent que l'auteur de ces li~s est un croyant,
un musulman, un homme qui dirige sa conduite d'après le Coran, la Tradition
( 1) -"En se contemplant dans l'Ame de l'âme, l'âme devient la contemplée da
celle-ci, et celle-ci articule en son lieu et place : EGO SUM DEUS".
C'.est ainsi qu'Henri CORBIN explique le processus au terme duquel
~laj s'identifia volontiers à Dieu.
Cf. son Histoire de la phUosophie islamique, p. 150.
(2) - La traduction de la lettre est datée de Saint-Louis, 9 février 1913.
Archives du Sénégal.
(3) - Télégramme du Commandant de Diourbel au Gouverneur du Sénégal, daté
du 27 juin 1913. Archives du Sénégal.
./ .

.452.
et l' Unanimité des docteurs ni est pas de lui et ne se ratta.che pas il lui.
Non. i l n'est aucunement de lui ••. (1)11.
Pour tirer profit de cette détente. le colonisateur. de son côté,
obtint l'approbation d'Amadou Bamba pour l'ouverture. à Mbacke. d'une éco-
le française aux frais du Serigne (2).
Cette attitude qui inspira beaucoup de confiance aux autorités
administra.tives. fut considerée comme une preuve du loyalisme de la part
d'Amadou Bamba .. Pour le récompenser, il fut décidé la suppression de l' 0-
bligation d'une autorisation prealable pour rendre visite au Serigne (3).
Cette mesure permit à J\\ma.dou Bemba d'organiser avec un eclat par-
ticulier la ceremonie de la commemoration de la naissance du fropbète (Ii).
Par ailleurs, l'affaire de Cheikh Anta devait connaître un dénoue-
mem(5);U fut "appelé à Dakar pour cOl!l.:'t':aître. le 16 mai L-1914_7 devant
le tribunal de première instance à l'effet d'entendre annuler le jugement
supplétif c.!.ui le faisait naître à Rufisque. Il
(1) - Arrivée à Saint-louis. le 14 février 1914, Archives du Sénégal.
(2) - cr. Rapport sur Amadou Bamba de Diourbel. date du 10 février 1913.
Parmi les élèves qui rréquent~r~nt cette école figuraient : Mamadou
Moustapha, Mamadou Falilou. Massamba MBACIŒ. tous fils du Serigne.
On notait également Momar Diâra. frère du Serigne et Mbacke Pousso,
son cousin.
(3) - Lettre du Gouverneur du senégal. COR. du 31 décembre 1.2.13. au Cocman-
dant de Diourbel.
(4) - Ce fut dans la nuit du 8 au. 9 février 1914. 3000 fidèles y assistaient.
(5) - Il connaîtra l'exil cepe~dant comme son frère. " ... au Soudan, à Ségou
d'où i l n'est revenu qu'en 1935. après l'intervention du député Galan-
dou DIOUF". C.A DIOP. op. cit •• P. 60.
'/'

Amadou Bamba)fondateur du Mouridisme.Photo prise vers 1914 dans sa
résidence â'Diourbel

.I.!=~. '!;Ii ••
J
"
• . •
Recensement nominatif du village
d'Ahmadou Bamba à DIO U R BEL
1er juillet 1914
Total = ~76 hts.
enfants de - de
enfants de + de
Chef
8 ans
8 ans
de
hOlllllles
felllllles
"tdal
carre
garçons
filles
garçons
filles
Cheikh
Amadou
0
41
6
8
0
4
60
Bamba
Mariama
AMAR
, Fati
COURA
Fati
DIArT
Fati
DIENG
Anta
DIOP
Falo
DIOP
Fati
DIOP
Fatoumata
DIOP
Mariama
DIOP
MBène
DIOP
Rokhaya,
DIOP
Sokhna
FALL
Tako
FALL
Anta
GADIAGA
Bator
KlIOillm.
Sokhna
KANI
Fati
10
Ata
MBACKE
1
Fati
MBACKE
1
Fatima
~1I'ACKE
Anta
MBAYE
Khary
MB..i\\.YE
Rokhaya
MBAYE
Sokhna
MBAYE
Fa
l.ffiODJ
1
Fatma
MUNDAW
Aminata
NDIAYE
!
Coumba
NDIAYE
1
Fati
NDIAYE
Sokhna
NDIAYE
Diomo
NIANE
Sadio
NIA.NE
Sokhna
NIJI..NG
Aissatou
SECK
Dioumb
BEeK
Wo1imata
SECK
Diodo
BENE
Fati
SEYE
Sokhna
SYLLA
Fati
,
Tl'·J{Q
,
1
1
Dieynaba
1
1
TOURE
!
1

·453.
A partir de cette date, Amadou Bamba, nonobstant une santé dété-
ri oree , connut une vie assez paisible. I l vivait presque retiré. Dans sa
concession, i l était le«seul adulte mâle))e.u milieu de ses 41 femmes et la
enfants suivant le recensement de 1914 (1). (Voir tableau ci-contre).
Installé définitivement dans la ville de Diourbel,
le Seri{Çle
conçut le projet d'y construire une très belle mosquée, laquelle :rut d~sor-
mais le trait d'union entre lui et ses disciples. Sa situation n'était
pas sans quelque analogie avec celle de Cheikh Hamallab : le Serigne s'in-
terdi sait de célébrer la prière du vendredi qui pourtant est une obliga-
tion à tout musulman avec quelques exceptions (2), tandis que Cheikh Hamal-
lab, lui, pratiquera la prière abrégée (3) réservée seulement à ceux qui
sont aux prises avec l'ennemi en temps de guerre.
A en croire la traë4:;i,"'l,'\\le projet de l'édification de cette IllOS-
quée aurait été conçu par les autorités coloniales qui entendaient
inspi-
rer ainsi plus de confiance aux adeptes du serigne. Ces derniers, voyant
, .
(1)- Diourbel, le 1er juillet 1914. L'agglomération d'Amadou Bamba comp-
tait 200 personnes, le 25 octobre 1913. A ce dernier recensement, le
nombre des habitants s ' élevait à 576.
(2) - Infra, p. les successeurs du serigne l=. célébreront aussitôt après
sa mort.
(3) - i l se fondait sur le verset 102 de la sourate IV. Voir la thèse de
Alioune TRAORE sur Cheikh Hamallah, 1975. Dakar.
./ .

·454.
Amadou Bamba s'adonner à une entreprise d'une telle envergure et pour la
première fois, pensèrent qu i il n' entendait plus s'opposer aux autorit~s
de fait. c'était dans la même optique qu'on lui avait fait construire une
maison dans cette ville. trM:>n prédecesseur. fit le Commandant de Diourbel
dans un rapport confidentiel (1), lui demanda lorsqu'il tut autorisé de
s' etablir sur le plateau de Diourbel de faire construire une maison en
pierre pour bien marquer son consentement de s'etablir là définitivement;
une telle maison fUt construite comme par enchantement. n
C'etait là une tactique qui visait à dissimuler le caractère
contraignant de l'établissement du Serigne dans cette contrée. I l ne sem-
ble pas que If objecti fait eté manqué, car peu nombreux sont encore ceux
qui savent que le marabout était, durant les quinze années de son séjour
à Diourbel, en résidence forcée.
En outre, le rapport fait état de souci du Serigne de s'entendre
avec les autorités eoloniales : Il Ahmadou Bamba durent ces deux ans s'est
eœ:t:r:6
soucieux d'obéir à nos ordres et d' exécuter nos instructions. Il
IlNous Jui avons demandé en février L-1915..]
200 recrues qu'il
nous a données malgré le mécontentement et l'opposition de ses Cheikhs.
I l a aussi favorise le recrutement dans le cercle de Tivaouane, de sorte
qu'il se trouve une troupe d'environ 400 tirailleurs mourides instruits
( 1) - Archives du Sénégal. Rapport sur Ahmadou Bamba et ses Mourides, fait
à Diourbel, le 22 octobre 1915.
./ .

dans les c8.ll!ps de Fréjus et sur laquelle le Ministre de la Guerre porte
les appréciations les plus élogieuses auprès de M. le Gouverneur c..énéral."
Considérent ce geste d'Amadou Bamba comme ll."le "contribution ~
l'effort de guerre de la France (1914-1918) (1), le Gouverneur f.t décer-
ner au Serigne le Diplôme et la Croix de Chevalier de la Légion d' Honneur (2).
Amadou Bamba qui déclara "être honoré de cette ma.rque de faveur" accepta
le Diplôme et dit que "ses principes religie.x s'opposaient à". ce qu'il
portât la Croix de la Légion d' Honneur (3) TI •
Le Serigne pensait très certainement
à". améliorer de plus en plus
les
ses rapports avec /colonisateurs mais ce qui semblait le préoccuper davan-
tage c'était la déviation de la masse de ses adeptes (4). Aussi, consa.-
cra.-t-il les premières années de détente à Diourbel au redressement de cette
situation. créée vraisemblablement par ses longues absences (5). Sans
(1) - Cf. F. DUHONT, la pensée religieuse d'Amadou Bamba, fondateur du lIlOU-
ridisme sénégalais, Dakar-Abidjan, N.E.A. 1975. P. 80
(2) - Le décret fut pris le 9 octobre 1918.
(3) - Cf. Lettre du Commandant du Baol au Gouverneur du Sénégal, datée du
14 janvier 10 19 et celle de ce dernier au Gouverneur général de
l'A.O.F. du 31 janvier 1918. Dossier
d'Amadou Bamba, Archives du
Sénégal.
(4) - Cf. infre,p.470eqen quoi consistait cette déviation.
(5) - Pour avoir une idée ];Clô
pr~cise sur les moyens mis en oeuvre par
le Serigne pour atteindre eet objecti:f c:f. in:tra. p.474.
J.

.456.
doute, craignait-il 1 ' apparition. au sein même de la confrérie. des ten-
dances plus. ou moins prononcées suivant les tempéraments des cheikhs, ce
qui aurait été consécutif
à l'absence d'un
pôle unique d'attraction.
Les temps ~ant joué cn sa faveur, Amadou Bamba ne devait pas
tarder à voir se réaliser son désir de fow.er le sol de Touba. Car le colo-
nisateur estimait que :
Il. "
En cloîtrant le marabout... nous augmentons sa puissance,
en faisons un Dieu ... co
Il • • •
Amadou Bamba visible restera toujours vénéré pour sa sain-
teté, mais redeviendra le simple mortel semblable à tous et perdra sa qua-
lité de "surhomme
(1)."
Cependant, comme s' ils étaient dupes, les lIIOurides, à la vue
du serigne prenant le train pour aller répondre au Gouverneur général, le
27 mars 1921, empêchèrent le tra.in de quitter la gare et lancèrent des
pierres aux autorités administratives (2).
Amadou Bamba, de par ses bonnes relations avec les Français,
obtenait facilement désormais l'autorisation d'aller à Touba. C'est ainsi
(1) - Voir lettre du 16 août 1919 du COllll!lSIldant de Diourbel au Gouverneur
du Sénégal.
(2) - Il a fallu prendre la voiture de Cheikh Anta jusqu'à 3 km pour pren-
dre le train. Le 1er avril, Amadou Bamba rentra à Diourbel.
Archives du Sénégal.
.;.

·457.
qu'il demanda et obtint une permission de s'y rendre pour régler la. suc-
cession de son frère décédé. Momar Diâra. La seule chose qu'on lui refu-
sait c'était l'établissement définitif à Tbuba. Il lui fUt accordée l'au-
torisation d'y effectuer un séjour de 1 à 2 mois (1).
Cependant l'état de santé du Serigne devait l'empêcher de tirer
profit de ces nouvelles dispositions. L'âge. les tourments de toutes sor-
tes qui l'accablaient depuis très longtemps l'amenèrent à adresser au
Gouverneur du Sénégal 'Une lettre assez révélatrice de son état de santé.
Dans cette lettre (2) qu'il rédigea après s'être rendu à Thiès
pour saluer au passage le Gouverneur général, il demandait à ce que les
autorités qui voulaient le voir désormais, viennent jusqu'à sa résidence
de Diourbel. car il ét ait trop malade.
"
Son état de santé. constatait le CollllllSndant de Diourbel. ins-
pire de vives inquiétudes à son entourage ..• J'ai constaté mi-même qu'A-
madou Bamba décline beaucoup depuis trois mois et ne se sout.ient qu'en
absorbant force e..~ .ncir .•• "
(1) - Cf. Lettres du 10 mars 1920, 26 mars 1921, 31 mars 1921 respective-
ment de l'Administrateur en Chef, du Gouverneur du Sénégal et du
Gouvemeur général d' l'A.O.F. ll.usujet d'une visite à Touba d'Amadou
Bamba. Voir lettre du 7
juillet d'Amadou Bamba et celle du Gouver-
neur du Sénégal au Gouverneur général.
.,
(2) -
Elle se trouve dans la chemise de l'année 1923 du dossier d' .Amadou
Bamba, Archives du Sénégal.
./ .

·456.
Sans cesse attentive à l' €tat
de sant€
du Serigne, les autorit6s
coloniales, considerant que la mosquee de Diourbel €tait
le seul endroit
où les fidèles pouvaient voir le marabout, et sachant qu'il s 'y produisait
souvent de violentes bousculades, toutes les fois que celui-ci s t y rendait
pour lll. prière, conçurent le projet de reo.liser une passerelle souterraine
reliant le minaret de la IlIOsquée à la maison du Serigne (1) pour parer à
toutes €ventualites.
Désormais, le Serigne sentit s'approcher la fin d'une longue et
p€nible
vie. Ce qui ne l'empêcha toutefois pas de concevoir le projet
de construction d'une grande mosquée à Touba.
L'idee de r~o.liser à Tauba cette oeuvre pie, laquelle servirait
de pôle d'attraction qui pourrait le symbolî~~après sa mort, se precisà
dans son esprit au point de le henter. En effet, dans une lettre de demande
d'autorisation qu'il adressa Il.U Gouverneur du Sen€gal,
Camille MAILLET, le
Serigne, après des paroles €logieuses
par lesquelles il rend,1:;
hommage à
la France envers laquelle il dit se devoir d'être reconnaissant pour les
conditions de paix durablç , '.l.u'elle créa dans le pays, exprimait le desir
de "construire une grande mosquee à Tauba, I:Ja terre natale et celle de mes
a!eux ... r; A le. fin de la demande» il dit qu'une telle entreprise est "su-
bordonn€e
à votre autorisation que j'espère obtenir. Mieux, je suis sûr
qu 1elle me sera accordée. Car nous connaissons votre estime pour l'Islam
et votre soutien pour ceux qui le confessent ..• (2)"
(1) - Lettre du Gouverneur du Sénegal à l'Administrateur de Diourbel,
datee du 14 moi 1925. Dossier d'Ahmadou Bamba, Archives du SenegaL
(2) - Cf. Infra , sur le. prière du vendredi chez les l:1Ourides, p. t.t i 1-
./,

La grande mosquée de Touba fondée en 1930 par
Mamadou Moustapha,
fils et successeur d'Amadou
Barnba. Le fondateur du Mouridisme sollicita au-
prés des autorités coloniales l'autorisation de
la construire laquelle lui fut toujours refusée.
Son mausolée qui fait l'objet de pêlerinaqe pé-
riodique se trouve à l'intérieur.

.459.
Par cette lettre Al:ladou Bamba révéla que cette msquée, a.
l'etat de projet, primait sur celle de Diourbel déjà achevée. Mais la
situation qui prévalait (peut-être faisait-il allusion à sa situation de
semi-détenu), exigeait une telle déœrche, c'est-à-dire différer l'édifi-
cation de la. mosquée de Touba (1).
Contrai reIllent à son attente, l'autorisation lui fut refusée.
I.e projet dut être abandonn~ momentanément. Cependant
:ç;lariser les
activités de ses mourides autour d'un tel sanctuaire était devenu COI!lllle
une idée fixe chez knadou Bamba. Pour y parvenir, i l conçut, en 1926, l ' i-
dée de cOI:llll~morer à Tauba la naissance du Prophète. On lui opposa à nou-
veau un refus à la demande d'autorisation qu'il formula.
le
Les autorités coloniales eurent/pressenti~ent que cette manï-
f'estation ne serait rien d'autre 'lu'lm.e tentative dissimulée de fonder
la mosqué~ou de rassembler à l'emplacementoù elle devrait être bâtie,
les I!la.tériaux nécessaires à sa construction.
Quelques années plus tard, lorsque les autorites coloniales
se furent rendues compte que le mouvement ne présentait plus un danp;er
pour elles, cette autorisation fut accordée.
(1) - cette lettre, r~dir,ée le.2 JumQd~ l, 1344 H, fut enregistrée sous
le num~ro 5048 du 25 novembre 1925. Voir annexe. Par ailleurs, après
l'entretien qu' Aznto.dou B8.l!lba eut avec le Gouverneur général qui le
convoqua à Dcltar, celui -ci, dans une lettre confidentielle qu' il
adressa, le 31 mars 1921, eu Gouverneur du Sénégal, s'etait rontre
ferce dans cette décision qu' il allait prendre : "... Il est bien
entendu que ces déplacements d'Amadou B8.l!lba ne sont pas un achemi-
nement vers une réinstallB:ti::m il Toube.. Se. résidence reste fixée à
Diourbel, et c' est Diourbel que lui (lU son entourage doivent !!lettre
à exécution leurs projets grandioses de mosquée et de contructions
diverses". Voir annexe '!III,
,
tG'
t;§I,A"4ij64!YFIÇEf;::
"fiM4i);
g 14,l Miji.·,;~**l\\i- li'"

.460.
On commença à creuser les fondations un vendredi matin. 12 ou
26 ~aww8J. 1350 H. (1). Au quatrième vendredi après (2) le calife Muhammad
fuustapha. fils aîne du Serigne. assisté de son frère Bachir MBACKE et
du maître maçon (3).proceda à la pose de la première pierre. Ce fut à la
troisième année s-"rès la mort d'Amadou Bamba..
Telles etaient les preoccupations majeures du Serigne au moment
où. âge de près de soixante-quinze ans) il se rendit à la mosquee(4). un
apres-midi de samedi. pour diriger. la prière de c ~r (5h de 1: après-midi) .
.1
C'etait le 16 juillet 1927 (16 lIlW:arr~m 1346). Ce fut l'occasion pour lui
de s'adresser publiquement à ses talibes par un sermon tout autent pathé-
tique que re:[:robateur. Mais. nul homme ne pouvait soupçonner que c'etait
pour la dernière fois.
(1) - Cette date donnee par Muhammad Lamine DIOP. biographe du Serigne.
correspond à l'année 1930.
c
(2) - La da.te pr€cise
est vendredi 17 12û-l-Qa da (onzième moH lunaire) de
la même ann€e
1350/1930. Cf. op. cit. Manuscrit l FAN.
(3) - Il s'agissait du nommée Layty NDIAYE.
(4) - De Diourbel. Voir photo
<:i -contre.
'/'

.461.
Selon Muhammad Lamine MBACKE (1), l'un de ses fils et biographe,
le Serigne, après avoir échangé quelques paroles avec ses mourides, se
serait a.dressé à eux en ces termes qu'il puisa dans le Coran : "Ho, les
gens 1 Adorez votre Seigneur, et faites le bien. ?eut-être serez-vous
gagnants (2)".
Ce même jour, il présida aux prières du soir. Le lendemain matin
il revint présider à la prière dans la mosquée pour ne plus y revenir.
En effet, il alla s'enfermer dans son carré où nul nI entra sauf
son concierge, le nommé Makhtar SYLLA qui, à la tombée du jour, devait
venir lui allumer la lampe. Après avoir exécuté cette tâche, il voulut
rester non loin du Serigne comme d'habitude. Mais celui-ci lui dit de
partir et ce fut sa dernière parole.
Le lendemain matin, le concierge se présenta au même endroit,
mais n 'y trouva point le Serigne qui s'était déplacé dans une autre pièce,
toujours au sein du même carré. A quel moment précis 1 On ne saurait le
dire avec précision. En tout cas. le concierge qui le perdit de vue depuis
dimanche soir, n' osa rien dire. Il demeura dans la perplexité toute la
journée du lundi, 18 juillet. Le lendemain mardi, alors que les gens s' in-
quiétaient, il alla en parler au fils aîné du Serigne. lequel, arrivé dans
(1) - Cr était le frère consaguin de Mamadou Moustapha. le premier calife
du Serigne, plus connu sous le surnom de Serigne Bâra MBACKE. Voir
son manuscrit à l'IFAN.
Nous exprimons ici toute notre gretitude à Serigne Abdoul Aziz MBACIŒ,
son coJ.ife. pour les précieux renseignements qu'il a bien voulu nous
apporter à ce sujet.
(2) - Le Saint Coran, Hamidullah. XXII, 77, Beyrouth. 1973 •
.f.
-

·462.
le carré, constata lui-même ce qui était advenu. Cela s'était passe dans
la nuit de mardi à mercredi.
c
Après avoir donné des instructions au concierge et au muezzin
du defunt, un maure repona.ant au nom de Muhammadan, lesquelles instructions
consistaient à faire au Serigne le bain rituel et à préparer le linceul,
le futur calife s'en alla informer le Commandant du decès du Serigne. I l
etait accompagne de son oncle Balla THIORO. Le COllllllandant se rendit aussi-
tôt, en leur compagnie. à la maison IIPrtuaire. I l autorisa l'inhumation
à l'endroit de leur choix.
Ainsi, vers deux heures du matin, un très modeste cortège compo-
se de
- Bachir et Lamine, deux fils du défunt,
- de Makhtar, son concierge
- et de Mouhamadan, son muezzin,
accompa.gna la depouille du Serigne jusqu'à Touba où l'on creusa une tombe
entre deux arbres qu' Amadou évoquait souvent dans ses propos. C'est après
échange de vues que cet emplacement avait été choisi à l'unanimite. D'ail-
leurs, ce fut sur ce même endroit qu'avait été dresse son mihrab lorsqu'il
.
presida à la prière de la Tabeski de 1892 (1310), trois ans avant l'exil
au Gabon.
Il revint à son oncle mate~el. Serigne Muhammad BOUSSO, de
diriger la prière sur lui en présence de vingt-huit cheikh dont nombre de
ses fils.
.f.

.463.
Si les évenements se turent deroules ainsi, il serait difficile
d' a.dmettre, faute de preuve. la date du 19, consideree comme date du· decès
du Serigne, d'autant plus que dès le lundi, le concierge savait que queJ.-
que chose s'etait produit. Aussi, la date du 18 juillet paraît-elle plus
probable.
On peut toutefois comprendre facilement que la date du 19 figure
dans les documents officiels, etant entendu que le Commandant du Cercle
de Baol qui redifee. le constat du decès avait appris la nouvelle ce même
jour. quoiqu' il ma.n~uât1 lui aussi de rigueur quand i l notait :
"Le marabout s' titeignit sans témoin au cours de la journee du
19 juillet (1927). à une heure qui n'a pas eté determinée. Il
fut découvet. étendu sans "Vie, sur le sable d'une case où il
aimait à se retirer pour ses mEditations. par son fils et héri-
tier de predilection. Mama.dou Moustapha ... Il (1)
En définitive, Dieu seul sait à quelle heure et à quel jour le
Serigne a rendu le dernier soupir.
(1) - Cf. V. MDNTEIL. Esquisses senegalaises. IFAN. Initiations et Etudes
Africaines. nO XXI. Dakar, 1966, p. 168.

.464.
4°) LES ELEMENTS D'UNE OOCTRINE NOUVELLE
Les investigations auxquelles nous nous SOlllllleS livrés, aussi
bien dans le domaine des documents écrits qu'au niveau de la tramtion
orale, ne nous ont pas permis d'apporter des t~moignages à ce sujet.
Ne8IlIllOins malgré le caractère impondérable de telles donnees de base,
1 il convient de noter que le relâchement des moeurs dans cette p~riode
1
f
de transition, caractérisé par des actes de brigandage chez les ceddo,
d'une part et la culture livresque qui ne semblait accorder aucune part
à· l'éducation spirituelle des masses livrées à elles-mêmes, d'autre part,
·éteient deux facteurs essentiels qui suscitaient souvent les réactions
du Serigne. Dès lors et compte tenu des pr~occupations de celui-ci il,
sied de leur accorder toute l'importance qu'ils meritent pour être à même
de comprendre un aspect non négligeable de la pensée d' Amdou Bamba.
n est souvent difficile de connaître les raisons qui pr~sideDt
à la naissance d'une doctrine. Il est encore plus difficile s'il s'agit
d'une Voie mystique où le subjectivisme semble dominer tous les autres
facteurs. Ce faisant on ne peut que
ccnjecttlersur la naissance de la
confr~rie religieuse communement appelée Mouridisme qu'Amadou Bamba crea
avant d'aller en exil, en 189'5.
Si l'on analyse le comportement d'Ahmadou Bamba. vis-~-vis des
/1
r
.
homme" et des ideës, OD peut considérer que ses prises de position face
.f.

.465.
à certains problèmes ne pouvaient signifier qu'une manière plus ou moins
voilée de se frayer un chemin propre. Cependant. il ressort de l'analyse
précédente que. du vivant de son père. le Serigne ne pouvait en aucune
manière y parvenir.
Après la mort du père. et l' expélÉnce faite au cours de la ran -
donnée qui le conduisit en Mauritanie. le fondateur du Mouridisme trouva
le champs libre pour créer sa Tarïqa dont il esquissa les grandes lignes
il dans "Masâlilt al-Jinan" (le chemin du Paradis). C'est un ouvrage didactique

où le Serigne. à la
manière de ~zâlî:. fait du mélange de tout : théolo-
gie, fiqh morale et soufisme. Cependant à la différence de l'auteur de la
Révivification des sciences de la Religion. Amadou Bamba ne fait qu'effieu-
rer les questions théologiques.
Par ailleurs. s'il s'est largement inspiré du Livre des Quarante
sur les Fondements de la Religion (1). il n'ent suit pas pour autant le
pm. La logique interne du plan suivi par ~azâlî: dans cet ouvrage est la
suivante: le croyant doit d'abord avoir la foi. (théologie) puis i l doit
apprendre à s'acquitter de ses obligations divines (fiqh). Ensuite. i l doit
s'attacher ~ améliorer ses pratiques et sa conduite (morale). et enfin
c'est la dernière étape où. pour se purifier. il se doit d'approfondir cer-
taines notions (soufi sme). Quant à l'ouvrage du Serigne, outre les nom-
breuses redites dues à l'absence de plan, il n'y a pas de progression dans
les chapitres mêmes.
(1) - C'est le titre que Ca~llî:, l'un de ceux qui ont le plus infiuencé
le Serigne , a donné ~ un de ses livres de mélange •
./ .

·466.
L'ouvrage dont nous donnons ci-après un aperçu compte mille
cinq cent cinquante deux vers et tut ecrit vers 1894 (1312 H. ).
Dans ce traité on trouve des éléments classiques du soufisme.
à savoir comment oeuvrer utilement. comment et quand réciter les litanies,
comment endurer les souffrances physiques et leur rôle dans la formation
!le la personnalité morale... En définitiT~. si "Masâlik li renète les preoc-
cupations d'Ahmadou Ba.Ira:>a "l!lOuride" en 1884. i l ne constitue pas pour
. autant. à proprement parlant. flle manifeste li du r-buridisme. Car ni les
rapports entre maître et disciples. ni les devoirs de ceux-ci envers leurs
condisciples. ni la hiérarchisation au sein même de la doctrine. encore
lIlOi~8 le règlement intérieur de celle-ci, n'y ont trcuvé place.
Cependant; Masâlik al-Jinân étant le plus important traité mys-
tique écrit par Ahmadou Bamba. i l convient d'en faire une analyse pour
rendre compte approximativement des idées du Serigne il cette époque.
Après quelques considérations d'ordre général que l'on trouve
presque dans tout ouvrage de ce genre. l'auteur s'en prend aux juristes
et autres qui. quoique bien versés dans les sciences islamiques. dédai-
gnent le soufisme. " Ceux-là ". disait-il, " qui s'occupent d'une science
qui ne pourra leur être d'aucune utilité dans l'Au-delà. seront tous
damnés sur l'ordre du Seigneur li. Faisant allusion à ses contemporains
auxquels il destinait ces attaques. ou contre-attaques. suivant les cas •
.f.

.467.
il poursuivait : 'ôDe nos jours, i l est des eens qui, par haine, méconnais-
sent la. valeur du soufisme, blâment celui-ci dons leurs ecrits; ceux-là
doivent savoir que ni 11 envie de Vhomme de science, ni la sottise de
l'ignorant> ne peuvent rien contre:e succès d'un homme doué de raison( 1).
Le ton sur lequel s'exprimait le fils de Momar Anta Sali semble
refiéter et la nature des difficultés auxquelles i l se heurtait et leur
importance. En effet, ce qui suit semble bien montrer que la confrérie
mouride. alors objet de vives contestations, comptait surtout des adver-
saires parmi. les grandes personnalités religieuses 'ÔCertains d'entre eux,
entendons par là les détracteurs, reprit Ahmadou BllIJ\\ba, se laissent berner
par leur savoir mécanique et l'importance du nombre de leurs adeptes,
à tel point qu'il s'imaginent mériter une place de choix auprès du Sei-
gneur alors qu'ils ne font que rêver. Plaise à Dieu qu'ils sachent qu'une
simple faucille ne sert à rien à l'affamé, si auparavant il nia pas
"cultivé son jardinIl •
Apr~s avoir ainsi stigmatisé les détenteurs des sciences isl~­
ques qui s'en prenaient au soufisme, il en vint aux faux marabouts. Là
ses idées et celles d'El-Hadji Malick SY, comme nous le verrons plus loin,
convergent vers le même point, quoiqu'auparavant i l ait tenu à donner
un conseil sage à l'éventuel détracteur qui aurait tendance à voir le
(1) - Ahmadou Bamba, ~âJ.ik al-Jinân, Dakar, Impr. DIOP s .d; pp.
36-37 •
./ ·

·468.
comportement du souri sous un angle non orthodoxe parce que non conforme
à l'enseignement des textes : "Plutôt que de contredire les saints, dites:
que je ne comprends pas leur langagelt , car ils constituent un groupe à part.
Nous extrayons un autre passage toujours du même ouvrage, à
propos des marabouts: "M6fiez vous des ~~ (marabouts) de notre époque,
dit-il la plupart d'entre eux ne sont que dea pièges, d'autres cherchent
sans vergogne la dignité. Ainsi n'ayant reçu aucune formation leur per-
mettant de éistinguer ce qui est obligatoire dans la religion de ce qui
ne l'est pas. ils constituent une sourée de mal par excellence. Il en est
même qui prétendent être de parfe.i.ts "amis de Dieu" (will) pour la siI:IPle
raison d'avoir beaucoup étudié ou lu (1).
Ahmadou Damba n'en reste pas la avec les marabouts de son
époque
"Certains parmi eux. poursuit-il, vont jusqu'à se déclarer être
parvenus au but en se dispensant de faire les prières canoniques avec toutes
les conséquences graves que cette attitude comporte. C'est le resultat
d'une fausse interprétation du terme "yaqÛl" à la rin de la sourate Al-
lHijr (2). terme auquel ils donnent volontiers le sens de certitude eJ.ors
1 •
1 qu'il
signifie la mort. les faux marabouts sont nombreux. Aussi ne devras-
tu jaoais te soumettre 2i quiconque sans l'éprouver • Tu sauras ainsi évi-
ter l'inexp~rimenté et le cupide." (3)
(1) - Op. cit. p. 79
(2) - Coran XV. 99.
(3) - Cf. Voir supra. p. 153 et suiv. pour comparer avec El Hadji Malick SY •
./ .
UB_ur

.469.
Enfin venons-en à la dernière partie qUJ. semble réhausser la
valeur des sciences islamiques. pourtant attaquées au début. Ahmadou
Bamba para!t vouloir dire que l'enseignement de la Sarrca constitue le
ooyen le plus sûr : "Au cas où un véritable maître te fait défaut, tu
de
t
" ' , .
t d
1
l ' . 1 ·
( v . c )
vras
e cramponner a 1 ensel.gnemen
e
a
Ol. l.S amJ.que
sarl. a
avec
IOOderation (1). Cela laisse supposer que si la rédaction de l' cvn-age ne
sIest pa.s étalée
sur plusieurs années> la pensée de l'auteur semble
à tout le moins,. avoir subi quelque évolution.
Telle est l'économie de l'ouvrage clé de l'oeuvre d'Amadou
Bembo.. Son intelligence permet de connaître la pensée religieuse du
Serigne. Le reste étant constitué par des méditations, des panégyriques
et quelques petits ouvrages didactiques de fiqh et de grammaire, nous nous
dispensons d'en faire l'analyse. Signalons toutefois que pour se faire
une idée précise des ouvrB.6es, l'on peut se
reporter utilement à la
brillante thèse que Fernand DlJM)NT a consacree au fondateur du Mouridisme(2).
(1) - Op. cit. p. 81
(2) - La. pensée religieuse de Amadou Bal!iba, N.E.A., Dakar-Abidjan, 1975 •
. f.

.470.
TENTATIVES DE REDRESSEMElIT
La naissance virtuelle du Mouridisme coïncida avec les debuts
d'une
.
-ne
"
tourmentee pour le fonda,teur. Trente-deux
" d
annep.s ' "epreuves parta-
Ff:es entre l'exil et la résidence forcée, voilà ce qui ne pouvait pas manquer
d'affecter et la doctrine et les adeptes de cette confrérie.
Contraint de finir ses jours à Diourbel, village où le Mouridisme
vit officiellement le jour, en 1912. Amadou Bamba venait à peine de passer
quatre ans auprès de ses disciples, qu'il s'aperçut que nombre de ces der-
niers s'écartaient peu à peu du chemin qu'il leur avait trace. Cette dévia-
tion provenait-elle de l'absence prolong~e du maître ou fallait-il y voir
le r6sultat de l'omission de l'instruction des devoirs religieux dans l'édu-
cation 0e ses disciples? On peut considerer l'un comme l'autre cas, car le
caractère du redressement envisage par le Serigne nous autoriserait à penser
è une meconnaissance des devoirs religieux chez ses adeptes.
Il semble dès lors logique de supposer que les disciples mourides,
en raison de leur comprehension incomplète des fondements de l'Islam, inter-
prétaient erronément le langage ~stique qu'on leur tenait et les traites
qu'ils lisaient. Pendent l'absence du Serigne, certains d'entre eux se se-
raient fondés sur les paroles de ce dernier pour se dispenser définitivement
des obligations divines telles les ablutions, la prière, la zakât, le jeûne
du Ramadan et du pèlerinage a La Mecque. Autant d'attitudes que le Serigne
s'employa dclibérement à corriger par des moyens appropries comme nous allons
le voir.
Mettant l'accent sur les distances prises par les Mourides par
rapport au pèlerinage aux Lieux Saints de l'Islam, Cheikh Anta Diop fait
remarquer :
.1.

.471.
"Au lieu qu'il fût expressément recommande de faire le pèlerina-
ge à La Mecque, compte tenu des obligations matérielles que l'on doit rem-
plir vis-à-vis de sa famille pour être apte à réaJ.iser un tel voyage, le
M::>uridisme créa des lieux saints sur le plan 10caJ. : Diourbel, résidence
d'.Ahmodou Bomba., avec sa IIIOsquce, était le substitut de La Mecque du vivant
du Maraboutli (1JFeut-être .t'aJ.lait-il tenir compte, pour comprendre les moti-
vations de cet état de fait. d'autres considérations d'ordre mntériel, comme
le dit Chefr.h .Anta DIOP.
En tout cas. il s'avéra difficile de corriger chez les Mourides
de telles habitudes qui étaient devenues même une tradition. Ainsi. les
efforts de redressement déployés par le Serigne
se révél~rent, à brève
échéance. -il était en résidence surveillée et devait mourir une décenni e
par la suite- insuffisants pour les ramener sur le droit chemin. "Après
sa !!IOrt. c'est Touba. le lieu où il est enterré. Ainsi, poursuit l'auteur
de l'Unité CUlturelle de l'Afrique Noire, de 1900 à 1935. aucun Mouride
n'accomplit le pèlerinage à La Mecque; l'idée de le faire n'arriva à per-
Sonne, même pas au créateur de la secte. Cheikh .Anta, le plus indépendant de
tous les jeunes frères d' .Ahmadou BalUba. n'a pensé à le faire qu'après le
décès d' Ahr!I.ldou Bamba" (1).
C'est là l'une des conséquences les plus immédiates de tout sys-
tème d'éducation spirituelle fondé sur le personnalisme.
(1)- pp. cit, p. 130.
.f.

·472.
Les Il.iOurides pensaient avoir compris que, pour plaire è Dieu,
l'adepte pouvait se dispenser du culte s'il offrait ses services à son maître.
Ainsi la prière canonique perdait sa signification profonde, la zakât reve-
nait de droit aux marabouts qui se subtituaient aux ayants droit cités dans
le Coran à la eourate IX, verset 60. En ce qui concerne le jeûne du RBl!ladan,
le disciple pouvait s'en acquitter en payant une modique somme d'argent
annuelle à son marabout (1). De même, il se dispensait du pèlerinage à La
Necque en se renè.ant à la concession du marabout ou en effectuant un séjour
de quelques jours près de son mausolée à Touba.
Les écarts, sinon hérétiques du mins hétérodoxes, ont amené
li dire que le l-buridisme était une "wolofisation de l'Islam".
Voilà comment, il force d'interprétations personnelles, des l-lou-
rides en etaient arrives à un point où Ahmadou Bamba dut lui-même intervenir
pour les conformer aux recommandations du Coran.
De surcroît, cette situation était aggravée par des propos attri-
bues au Serigne même. Avant de parler des réactions de ce dernier face à
une situation aussi critique, 'lu 'il nous soit permis de donner", à titre
purement indicatif, la traduction d'un écrit illustrant bien ce dont il vient
d'être question :
"Avantage. I l L-AmaD.oU Damba_7
disait en substance: mes adeptes
(') - Nous avons vu à Dakar, en 1955, un collecteur qui prélevait 50 francs
per personne. Un père de famille devait peyer pour chacun de ses
enfants. On nous dit que c'etaient des Daye Fall. Voir infra, P.501 sq.
Sur les ayants droit, cf. infra, p. 482.
./ .

_......-
' . ,
.4'j 3..
de
sont Auatre catégories :
a) Des adeptes qui m'offrent leurs services et rendent le culte
li Dieu. Ceux-la. entreront au Paradi~ > sans jugement ni en ce monde. ni dans
l'autre.
b) Des adeptes qui m'offrent leurs services sans adorer le
Seigneur. Ceux-là entreront au Paradis mais après avoir été juges ici-bas.
c) Des adeptes qui ne rendent pas le culte à Dieu et ne m'offrent
pas leurs services. ceux-là sont indiscutablement des menteurs.
d) Des adeptes qui rendent le culte à. Dieu mais ne m'offrent point
leurs services, ceux-là se trompent discrètement. Il a donné l'ordre que
tout le monde en soit informé" (1).
Peut-on croire qu'Amadou Bamba ait tenu de tels propos à ses
disciples? Nous repondrions par la négative pour deux raisons: d'abord
le style de cette note trahit une certaine liberté du rédacteur qui, non
seulement 0. rédigé en style indirect, ~is dès le début s'est réfugié der-
rière 1<1. vague expression en "substance". ensuite son oeuvre.
Le Serigne fut surpris quand i l apprit que certains de ses
dis-
ciples
se dispensaient de leurs obligations religieuses. Pour corriger
cette situation, due vraisemblablement aux distances prises par ses adeptes
à l'egard de l'étude des sciences islamiques, ce qui pouvait conduire à
(1) - Ce papier nous a été remis à Dakar, le 22 janvier 1972, par Serigne
M=adou GUEYE, du Dâre. l\\amil il. Diourbel. Le.. marabout nous apprit que
son père faisait partie des scribes d'Amadou Bamba •
./ .

·474.
l'hét~rodoxie> il jugea que la meilleure solution consistait à rendre
obligatoire pour tous l'acquisition de telles sciences. A ce sujet,
f~adou Bamba rédigea une lettre ouverte à Diourbel, en 1912, et l'envoya
partout où i l avait des disciples. En voici le texte selon l'un de ses ha-
giographes (1) : "Puis i l (Amadou Eamba) adressa à tous les Mourides (ses
adeptes) ces conseils désintéressés en ces termes :
"De moi è tous les Mourides des deux sexes une salutation a~éa­
ble 'lui les préserve du mal et leur procurera la paix et le salut dans ce
bas monde et dans l'Au-delà
grâce a la. ùiBDité de l'Envoyé d'Allah -Que
Dieu répande sur lui le salut et la paix et le bénisse ainsi 'lue sa Famille
et ses Compegoons.-
Ensuite,je recommande à tous ceux 'lui, pour l'amour de fieu, se
sont attachés à moi, d'apprendre la théologie, les règles de la purification,
de la prière, du jeûne ..• et de conna.ître tout ce 'lu'un musulman responsable
est tenu de faire. Je me suis chargé de rédiger pour vous, les deux sexes,
des ouvrages qui traiteront de tout cela pour la face de Dieu le Tres-haut.
Que le salut, la miséricorde et la bénédiction de Dieu soient sur vous".
Ainsi de par son contenu. cette lettre semble révéler une évolu-
tion certaine dans la pensée d'Amadou Enroba et précisément dans sa pédagogie.
( 1) - M:Juho.mmad Lamine DIOP. op. cit .• pp. 30,31.
./ .

.475.
~u =ystique des années 1885 se substitua un professeur prônant la vertu des
sciences a la manière d'El Hadji Malick SY. Fallait-il, selon le Serigne,
co~ancer par l'éducation spirituelle pour terminer par les études propre-
ment dites des textes ou bien ce revirement etait-il
dicté par la situation
concrète dont nous venons de parler? En tout etat de cause, la mesure prise
par le Serigne modifia profondément comme nous allons le voir, la structure
de la confrerie.
Cette solution qu'Amadou Damba/apportée comportait se. propre
lliYstique et ne tarda pas
il porter ses fruits. En effet, les dignitaires de
la confrerie,concernés au premier chef, sl attelèrent à la tâche. Pour expli-
~uer aux adeptes les motifs de cette fameuse lettre en 1912, ils
ressusci-
tèrent les dâra où ils dispensèrent en marge de l'enseignement coranique,
l'enseignement religieux traditionnel. Ainsi le culte excessif de la person-
llalÏte qui aurait amené certains Mourides li l'hérésie, s' atténua en partie
grâce à li action du fondateur même du Mouridisme.

,,
,i1j
1
j
1
1
J
j
1
r
!i,,,
J
,,
1
La mosquée d'Amadou Samba à ~iourbel, située à
une trentaine de mètres de sa résidence.

Il nous paraît fort légitime de considérer la situation déplo-
rable qu'à connue Amadou Bamba duraIt toute la seconde moitié de sa vie
comme un facteur décisif pouvant expliquer en partie le comportement de
certains de ses disciples allant vis-à-vis des obligations coraniques jus-
qu'à une indifférence que le Serigne chercha à changer. En effet, pour
avoir été contraint par les autorités coloniales à résider tout près d'elles,
le Serigne bien
qu'ayant construit une mosquée à Diourbel, n 'y a jamais
célébré la prière du vendredi. De surcroît, il n'autorisa jamais ses adeptes
à la célébrer.
Tout comme Cheikh Hanallah le fera, l'illustre maître invoquait
le motif suivant : ne jouissant pas d'une liberté physique totale à cause
des contraintes exercées sur sa personne par les colonialistes français,
tout-puissants à cette époque, il en venait à se considérer comme prisonnier.
Or, un prisonnier reste dispensé de la prière du vendredi ; il doit la rem-
placer par une prière du zuhr è quatre rakca. Par ailleurs, la présence
.
des infidèles créant dans la ville une atmosphère d'insécurité, le fonda-
teur du Mouridisme estima que ses adeptes pouvaient également bénéficier de
la même dispense.
L'attitude du Serigne vis-à-vis de cette obligation suscita de
nombreuses réactions dans le pays. Une affaire d'une telle nouveauté ne
pouvait laisser indifférents les autres marabouts et lettrés vivant hors
.f.
! QAG ., .....,,[ aJi.
2hb.ilMM'

èe son empire. Les uns et les autres condamnèrent ce recours à l'Ijtihâd
(interprétation personnelle) qu'ils qualifièrent d'héretique, citant quel-
ques oadîi du Prophète à l'appui. Ses disciples, jouissant pourtant de la
liberte, imitèrent son acte. Ainsi l'affaire prit des dimensions toutes
partic\\Ù.ières.
Au lendemain de la mort du grand Serigne, son fils aine et suc-
cesseur, M:>uhemadou .MJustapha,ne tarda pas à inviter les Mourides residant
à Diourbel à célébrer la prière obligatoire du vendredi. Il avait auparavant
cons\\Ù.te le grand savant. El Hadji MBACKE BOUSSO, sur l'opportunite de cele-
brer cette prière. Celui-ci confirma le caractère obligatoire de cette der-
....
nlere.

Aussi pour IDleux informer les Mourides du caractère impérieux
de ce devoir, le nouveau calife fit-il donner de larges informations qui
dissipèrent toutes les equivoques relatives à ce sujet. Par la suite, Mou-
hemme,dou Lamine DIOP, l'un des célèbres biographes d'Amadou Bamba, qui
assumait dans la mosquée de Diourbel les fonctions d'imâm, preconisa la
rédaction d'une epître traitant de la prière du vendredi. Il en confia la
rédaction à Serigne Moulaye BOUSSO, fils d'El Hadji MBACKE BOUSSO de Touba.
Dans cette seconde épître, l'auteur,
après avoir fait l'histo~
rique de la prière du vendredi, eut recours successivement au Coran, à la
./ .

.478.
Sunn~
c
et à l'Ijmâ
pour justifier son caractère obligatoire, avant de
s'attarder sur les modalites de sa celebration. Cet ouvrage intitulé "Kitâb
c
C
bugyat
e..l-m~allin al-haXa fi muta alliqât ~alât al-jUIlluCa" ou "le sou-
hait du fervent orant sur la prière du vendredi Il (1) contenait, parmi les
nombreux l:adi! cités par l'auteur, celui de Muslim, rapporte par cAbd Allâh
ibn Mas cûd -Que Dieu l' agrée- : "Le ProDhète -Que Dieu repande sur lui le
salut et la paix- a dit à propos des gens qui ne celebrent pas la prière
du vendredi
Il J'allais Drendre la résolution
de charger quelqu'un de diriger
les prières, et faire incendier les maisons de tous ceux qui n'assistaient
pas aux prières du vendredi".
En définitive, il est permis de penser que si l'exile du Gabon
avait adopté une telle attitude, Cl etait surtout pour protester contre les
vexations que lui firent subir les autorités coloniales. I l se persuada que
sa situation était identique à celle d'un musulman vivant èans un pays tenu
par l'ennemi etda.ns tille insécurité telle que ses fidèles ne pouvaient accom-
,lir convenablement leurs devoirs religieux(2).
La détermination ferme et même audacieuse manifestée par le
calife Mouhamadou Moustapha, de reunir cette sorte de consensus dont i l tira
(1) - Imp. A. DIOP, Dakar, 1959, 4opp.
(2)
A comparer ave~ Cheikh Ho.mallah qui, lui pratiquera la prière abrégee.
Voir infra, p. 504.
'/'

.479.
ce
fatwâ, rétablit aussitôt l'ordre et a très largement contribue au
redressement des Mourides ~u'avait entrepris le Serigne une vingtaine
d'années auparavant. C'est, i l fa.ut le signaler un exemple typiquement
singulier dans l'histoire de l'Islam au Sénégal, le conformisme étant de
mise, dans ce domnine surtout. L'on ne doit pas perdre de vue lé rôle
efficace des BOUSSO, cousins du calife, réputés pour leur attachement
strict a l'Islam officiel.
Néanmoins, l'on doit s'interroger sur le caractère limité de
cette reforme. Etait-ce dû aux difficultés qui surgirent au sein de la
confrerie après la oort du Serigne, relativement au nombre grandissant des
prétendants au cali fat ? En tout cas le manque d'observance stricte des
autres prescriptions coraniques était presque devenu normal.
Il apparaît ainsi que ce ne sont pas toujours les fondateurs
de confréries qui donnent a leur Voie la structure de leur choix. Aussi, pour
les comprendre, les facteurs extérieurs ne sont-iHl 'pas a négliger. Le l4ou-
ridisme, qui demeure profondément marqué par la vie troublée du grand Seri-
gne en est l'une des meilleures illustrations. Cela implique nécessairement
de savoir faire le dé~art entre ce qui constitue fondamentalement la doctrine
proprement dite et tout ce qui lui est6tranger. Sans doute, est-ce ce qu'avai'
compris le fils et premier calife du fondateur de cette confrérie, lorsqu'il
apporta une Irodification nécessaire à un état de chose qui pourtant trouvait
sa justification dans l'oeuvre de son père (1).
(1) - Cf. supra, p. 477.
..
__, __
"'_
_au
,~
~
AW;;:;;;; . .

CHAPITRE
XIII
----------
.480.
LES TENDANCES ACTUELLES
A. L'ISLM~ DANS LES PRATIQUES :
Après l'islamisation effective du Sénégal sous les diff~-
rentes formes que n~us avons évoquées dans les chapitres précédents, il ~tait
logique qu'on s'attendît ~ des manifestations aussi diverses que nombreuses de
la foi islamique. Parmi ces multiples moyens grâce auxquels la loi du Coran
fut
s'introduisit ,/diffusée et acclimatée au Sénégal> le mysticisme a le plus marqué
la mentalité du musulman sénégalais. Toutefois, il faut noter que l'affilBtion
a. une confrérie (1) constitue pour ce musulman un élément catalyseur qui le
pousse souvent a observer strictement ses obligations religieuses. Aussi, nous
paraît-il opportun d'émettre d'abord quelques considérations relatives à
l'observance des obligations canoniques, tributaire dans une large mesure de
l'impact du mysticisme, avant de parler des consequences proprement dites,
culturelles, sociales, politiques et économiques.
1°) LES PIiïERS
DE L'ISLAM :
Les cinq points fondamentaux appelés souvent dogmes, c"'n-
fèrent à l'islam son dynamisme et sa souplesse en raison de leur simplicité.
Prescrits tous par le Coran, ces piliers
de l'Islam consistent:
( 1) On peut estimer l'ensemble des musulmans sénégalais affiliés aux
différents ordres à 90 %.

.481.
a) A croire en l'Unicité de Dieu et en la mission de
son Envoyé, Muhammad,en prononçant la profession de foi ou la Sahâda (Témoi-
gnage) par lequel le fidèle atteste qu'il n'y a d'autre divinite c;.u'Allah et
que M~a.mmad est Son Envoye. . :
b) A faire quotidiennement les cinq prières
- celle du matin. as-Sulh. trois quarts d'heure environ
. .
.
avànt le lever du soleil
celle de midi, aB-~uhr. aux environs de quatorze heures
- celle de l'après-midi. alcAsr. vers dix sept heures;
- celle du crepuscule. al-Magrib. aussitôt après le
coucher
du soleil ;
- celle de la nuit. al-cIIâ. une heure environ après le
coucher du soleil.
c) A donner la zakât appelée improprement aumône legale.
Car il s'agit plus que d'une aumône. d'une taxe obligatoire imputable sur les
biens materiels d'une certaine importance appartenant à un musulman : trou-
peaux d'ovins. de bovins ou de chameaux. produits agricoles ainsi que C~ux
d'exploitation minière. Cette taxe frappe également les epargnes restant en
caisse toute une annee. Pour cette dernière categorie. le Prophète avait fixé
le tlOntant taxable à 200 dirhams en argent metal ou 20 dinars or. avec un
taux de 2 1/2 %' De nos jours. les 200 dirhams sont évalués à 3 400 francs
CFA (
5. ou
14)
{1}
!1) ~uhammad ijamidullah.- Initiation ~ l'Islam. U.S.A.I.I.F.S.O . • 1970. p.
133.
Il faut tenir constamment compte de la dévaluation. La livre ster-
ling affectée depuis plus d'une année n'est indiquée ici qu'à titre
purement indicatif.

.482.
Elle est payable chaque année aux ayants ·droit: mentionnés
par le Coran dans la Sourate IX, verset 60, qui dit ceci : "les aumônes" sont
seulement pour les Besongneux, les pauvres, ceux oeuvrant pour elles ceux
dont les coeurs sont ralliés. ainsi que pour les esclaves
L-pour-Ï· les
débiteurs
bour la lutte dans le chemin d'Allah et pour le V03fB,geur.
Imposition d'Allah: Allah est omniscient et sage".
d) A jeûner le Ramadan : jeûner un mois lunaire tous les
ans. Si la zakât a pour but de purifier les biens matériels en permettant
aux indigeants surtout d'oublier momentanément leur misère. la fonction
essentielle du jeûne est la purification de l'âme du fidèle.
e) A effectuer le ~~erinage à la ~~cque. une fois dans
la vie. si l'on dispose des moyens sûrs permettant de s'acquitter de cette
obligation. Les rites durent une semaine environ sous la direction de guides
appelés mu~awwif. Rappelons toutefois qu'un pèlerin parfaitement instruit
des rites à accomplir n'est pas tenu de les suivre.
Voila essentiellement l'Islam tel que le Prophète
l'enseignait. Il disait en substance que chacun de ces points constitue un
critère mesurant le dégré de la foi de chaque musulman.
Après ce bref rappel. il convient de voir d'une façon
globale comment ces prescriptions divines sont observées au Sénégal.

.483.
20 ) l'OBSERVANCE DES CINQ PIlJiE~ .._
Comme les degrés de foi peuvent varier d'un individu
è. un autre, d'un groupe de personnes à un autre, de même, on peut constater
de semblables variations d'un pays à l'autre. Car chaque pays, comme chaque
individu, est soumis à des facteurs de tous ordres, différents des autres.
Ainsi, le Sénégal, loin d'échapper à cette règle,
connaît une tendance qui se veut orthodoxe parce qu'observant fidèlement
les recommandations du Texte Sacré, et une autre qui s'éloigne relativement
des prescriptions de certaines lois cooraniques.
Point n'est besoin de s'attarder n une analyse exhaus-
tive de la façon dont les Sénégalais observent ces obligations. Faisons
seulement quelques remarques autour de ces prescriptions.
a) La prière
L'Islam au Sénégal se confondant presque avec l'obser-
vance des prières, il est inutile de dire qu'outre le jeûne du Ramsdan,
ce piJier
de l'Islam est le ~eux respecté.
Ainsi, même pendant les heures de travail, iL l'atelier,
au chantier, au bureau, à l'hôpital, à l'école, au marché, à la plage, à
la gare, à la caserne, au commissariat, partout où des groupements socio-
professionnels se rencontrent, les fidèles, pour ne pas se trouver contraints
de différer la prière, aménagent un oratoire ou s'organisent afin de prier
iL l'heure fixée. Au terrain de sport même, le spectateur préfère se retirer
s'en
pour prier et reprendre sa pJ:ace plutô-t que de 1 acquiUe:I' tar<tive:ment •

~. ~ "".--~
_
-<,II

r
5::" ~ .:.J
. :w '»:'G:"1!...'fli&""~.,,~ ~llJI""_ ,. ~. ~~ , ~ .... 7-Y '" • -: ......~
~_- ,,'--".."',"J,'~w, \\.;.:..~.:< "~""""'_."~~'~U-;..'~'.C."". '..~ ~ ~C"..' If•.~.y .__ ;..,'._':"'- ..,.Co..,,', '! ....--ct é.. '·...."~ ::•
..... •. ,
'"","
..
,r:o.;,C".<
~.. ."-"'.
\\
~"'-
.. ~
~,
v
t;:,
, ..
-.
..
'..
.•
'"
..~~~ ( ~~ .:iI 'l~ "...
~4i.A"·"".-:0-
>.~
~yr~ l-'..
\\.
"~~'f'!_
•.ç.,-~·C"-! ~~...~ ~
...", ~ r~~
~~~.;"~'-:':.
, . ':
_ J
f,,~:;Ji:<'.1 ..~ li »"'l~.. , ". 'r1"'~ .t'''''!'s~,
, -,;:.,;...-,~ --...~.
-. ,.~. .,1. '., va'
-. ......
#'>;.r.~~
~;t~:-·.·· It........ ~~~ ~~;:: '-..;
;'=7\\lt-~~~ r ,.-".. r~~,·f.~4W-- f1~"l~..
-~""~~~!-J_'"
~~j"'-/'iiT
' l
'\\.;.,:}~.,~.ç>~
"(j~,;;,..v;;;.(.·'ilt:"î·
pr-"
"
.
.
....
,
. . , .
\\
' . , .
'
p
t\\' '.~~~--t)j ~""'!"_.' t.A ;;',:...i' !'-~ Et .2l. ~.";,._,-,,
" t , "'.~,.;,;;,....
.!"-' ... Ï'.
'..,
V
.... ! 1 \\"-
,
\\5{\\"
"
~ .; ....:; ' ... ' .;r" ..' ;
, ...
,...,.. ),b ..~,; "'2i{iJ
(".,' ~. ~'" i
"'"
~'.,-"!
..~.
~
t~;>tX"
e-
''!>,~
• • ~
~' .>~'"r "'Tt·,
,
-
tf)~~ ,1.3~:9..,lc•.. 0;" Il 'il" '
:;:/
,.- ~
.,,,,:\\~
J\\":,'J l, ....\\ / .
\\
'.-
; {
. {,
: '
. i
. "
~,,:~.- --
:"''''
i1 .
-\\; , ~'~
"',.,.i.Y""'""V'-_ ;j
r
'1
r~
_
, ., ,.,\\1
"'"
. : > . \\ . . ~
,,,,•.•,r>

y •••- .
~.....
-e-·.';"
.•.~ '""~ - 1
.~.
- ""
. . '.,' ,.::::::.• ,.,
,
>C'
f
,~' :..-.
~
.....
_
.- .
... ~I.t;
,
-Il.....
; J I . . . . . , \\
""1~' • 1.
A
\\
't"
_
~~
..

,'~
,1.
-..
.' •• }~ " ; : - " "
' "
. , ,,'
" . '
' .
'"
d
,;;-
...., '
'.
~~,
~t
,'-."..'j). , '...
. -·4 .
.
r... ·
;1·'
.,,,'
~ .,'
i.
r
,r, 'i"
è,.....
" , , ' - ;
r" ".',
,
f
"., "''1 ,. '''''~''.. ,-""
""".-, ~
1?i ......,
.,
. '
.
r

~
I~:· l •c::;~)',\\•._..J,j,ff·'N
7'<:\\·:~
'!i-:,;,;.-
, ; .
.\\
.~ ......
:. '.~:..
..~.,;:""
~~ (
,,<j,,',
"
'~. ,~V
',.-.,;.
.Cl.~ Mr:.
'.
" ~, ,
.."'';;'';''"":;;1
....."
I\\:i;: (YI'" .'
,
.
't
-' '- .,', .,
.p- r
l\\~~
·~ë
. . . '
j . - '
~.. :~ ., _ - .
.....

~

.~
~'!:.~
-:: _
.." ~-:t [f',-: ".-
. '
,
"1\\ . ' , . ' ,
''l.',
",
:::Jr'..
' i f , ~f'P"
., ,
\\~.
• . •,.".~
.
l >.
'... Ffj
~
""!!J L·
.• 1;
'-
,',
~: !~'~,' j:),
.. -'" "'iiifJ A' )",
' -
,~ .
.~,_..':. ~...,
.' ':-
~f~d;~~~
"
l''KY;;~~,:l~o~l
,<
,
..:"',;:, :,i1~~~':d2~\\~i~
\\
, -~
'.'. ~
1
Une prière'Çl~'fabaski:àDakar, en 1966." L' imâm El Hadji Chamsé-
,
,
.,
,
, .~ ~..
",
~~;~:', :".\\:~__",
_:~:}~.ii~}::·., ._:.~
d ·e DiAGNE,~s't:.,~)!~;;',G~o~A~?·:p*'~a,t;~A. sa gauche El Hadj i Ibrahima DIOP
:.,.~~.:~~,~r><:?~~:;;::~'~;:;'~\\f~\\:':\\-:;2>~«~d);~/~'~.;~'.;(~,"'i~.~ ,": .:.
{,
.19 70»)':~' Sè~;tgnë ;d~::'l!.ciJ<!:iP::;~(lùne ttes) plfis El Hadj i Moussa NDOUR
.. (~";(:',:?::Y.:i':_: }C,;:d~' ..:,.:::::::..,:' :'.~_.:}~~,~.~~~~,:;:,,;:.','~" ·.A ';{'?::\\':." " , :_
(
. .19:?,4), Imâin<ôe'la:Zi;lQ:l:ya detlakar a sa gauche El Hadj i Amadou
p
ane ';r;OYE ,·~ib: :'1975 )I~·~)~·.'~djoint et ancien député ..

.484.
\\i
1
Effectivement différer une prière sans motif valable
\\
entraîne un péché. Cependant se trouver dans une situation où il est diffi-
1
1
cile de prier, peut constituer un motif valable. Toujours est-il que pour
\\i,
raisonner valablement l'on ne doit pas se livrer
à des généralisations
1
faciles. Chaque cas doit être envisagé en fonction de la situation concrète
i
à laquelle il se rapporte. Cependant, s'il existe deux horaires distincts
pour chaque prière, l'un appelé a.loornuht~, (1), l'autre ad-darûrî, (2)
c'est parce qu'une prière bien faite suppose un minimum de recuaillement
de la part du fidèle. Mais ceux qui s'astreignent à cette exigence sont
peu nombreux.
Aux yeux de certains, enseigner ces règles aux néophytes
relève quelque peu de l'hérésie, car l'on diminuerait ainsi l~ ferveur
religieuse du musulman en lui offrant la possibilité de différer volontai-
rement la prière. En réalité l'Islam perd ainsi de sa puissance. Car une
prière n'a de valeur que dans la mesure où l'orant est bien instruit de ce
qu 1 il fait et dit. si le Prophète a dit: "Seules sont rémunér~es les
parties de la priÈ!re ("'ù l'orant s'est bien concentré", n'est-ce pas là une
invitation pressante à rompre avec la prière routinière, que l'on exécute
mécaniquement? Mieux, l'Islam accorde peu de poids aux pratiques extérieures
dénuées d'un contenu spirituel. Aussi les pratiques n'ont-elles de valeur
que si elles reposent sur une intention bien formulée et sincère.
(11 Ce terme signifie littéralement le préféré, le choisi. Il désigne dans
la terminologie des jurisconsultes l'heure à laquelle tout fidèle qui
n'a point d'empêchement doit faire sa prière.
(2) -C'est l'heure d'empêchement qui vient immédiatement aR~~s celle dite
préférée. Quiconque diffère sa prière jusqu'à elle, commet un péché
s'il n'a pas un motif lé~al.
.

.485.
Cette tendance générale à conferer à la prière un statut
privilégié, se ~nifesta au Sénégal essentiellement par la construction de
mos quées. Ains i, à Dakar,
13 ,', l'
une aire géographique de trois kilo-
mètres cinq cents sur u.~ kilomètre cinq cents, on trouve cinquante mosquées
en maçonnerie et d'une certaine grandeur. Certaines d'ent~e elles sont
distantes de leurs voisines de quelques cinquante mètres seulement. Ce qui
ne manque pas, toutefois, de susciter des rivalités sur tous les plans. Il
en est
dont le 1/3 est rempli par des
jeUl:esdont l'âge moyen se situe
entre trente et cinquante ans.
Neanmoins, il faut remarquer que tout le monde n'observe
pas régulièrement la prière. Nombre de jeunes sénégalais des deux sexes ne
l'observent que deux fois par jour, généralement au matin et au crépuscule,
à moins que des problèmes ne les ~~goissent. Dans des cas semblables, ils
n'hésitent pas à se rendre à la mosquée avec une régularité parfois sur-
prenante. Cela semble tenir a la manière dont les notions rudimentaires
qu'ils connaissent sur l'Islam leur sont inculquées.
(2) C'est l'heure d'empêchement qui vient irr~édiatement après celle dite
préférée.
Quiconque diffère sa prière jusqu'à elle, commet un pêché
s'il n'a pas un motif légal.

.486.
D'une manière générale, les mosquées des villes, le
problème ne se posant pas
à la campagne, sont peuplées de nos jours ausai.
bien de veillards que de jeunes gens. Parmi ces derniers, on distingue no-
tamcent des jeunes intellectuels qui, de plus en plus, prennent conscience
des dangers de l'aliénation culturelle qui a marqué leurs aînés, à quelques
rares exceptions près.
A ce point de vue, il n'est pas exagéré de dire que ces
musul.llla.ns, imprégnés de la culture occidentale, se sentent les plus concer-
nés. Ce sont eux qui emplissent de bonne heure les maquées le vendredi. A
ce rendez-vous, ceux d'entre eux qui, nagUère, se souciaient peu de religion,
1
se distinguent par leur assiduité. Aussi parviennent-ils à s'intégrer par-
faiteI:lent dans la société qui partage leur foi (1)
1
(1) N'est-ce pas là un prélude au sort digne d'éloge de l'Islam auquel
faisait allusion Cheickh Ahmed Tidiane SY quand il disait que"l'Islam
ne sera ce qu'il doit être que lorsque des fidèles aussi convaincus de
leur foi que désintéressés auront à s'en occuper sérieusement'! C'est alors
qu'on dira que docteur un tel
ou ingénieur un tel est imâm dans telle ou
telle autre I:IOsquée". Cette considération semble illustrer parfaitement ce
qu'El Hadji Malick SY, avait dit concernant la nécessité pour quiconque
préside
aux destinées de la religion, de se dégager de l'emprise des
besoins matériels. Autrement il lui serait difficile de faire respecter
les recommandations de Dieu qu'il viole en partie en se refusant à exercer
un métier.

.487.
b) La Z a k â t
:
Quant à la zakât, prescrite par le verset 104 de la Sourate IX
"L-Prophète_ï prélève sur leurs biens une "aumône" (~adaqa) par laquelle
tu les purifieras : Prie sur eux
Ta prière est pour eux apaisement. Allah
est Audiant et Omniscient"
elle a des fins humanitaires.
Elle passe pour être lbbligation la moins respectée (1). Les
rares donateurs ignorent souvent qu'il existe des ayant
droit auxquels
la zakât revient à l'exclusion de tout autre prétendant. Cependant certains
musulmans s'acquittent convenablement de cette obligation sans complaisance
aucune. Ajoutons seulement que ces biens parviennent tr~s difficilement aux
indigents, pourtant cités dans le Coran.
En ce qui concerne les produits agricoles, il convient de
rappeler que la coutume, au Sénégal, consistait à payer la zakât quand bien
même le volume des produits n'était pas imposable. C'est même devenu une
tradition. Ce qui n'est pas sans justifier l'altruisme négro-africain que
l'Islam vient renforcer en lui donnant une dimension plus considérable et
plus noble.
!2) Cf .supra ,p. 356 et suiv.
ce qu'en a dit El Hadji Malick SY
se
qui dénonçait ceux qui/SUbstituaient aux ayants droit, certains
marabouts en particulier.

·488.
c) Le jeûne du Ramadan
En ce qui concerne le jeûne d~.'Ramadan, prescrit par le verset
179 de la sourate II, du Coran
"0 vous qui c.-royezl , le jeûne vous a été prescrit comme il a été
. prescrit à caux qu~ furent avant vous , L-espérant que:/
peut-être vous
serez pieux", auquel le verset 181 de la même sourate ajoute les précisions
suivantes :
"L-le mois du jeûne est_/ le mois du Ramadan dans lequel on a fait
descendre la Révélation comme Direction pour les Hommes et Preuves (sic) de
la Direction et de la Salvation. Quiconque verr~ de ses yeux la nouvelle lune
qu'il jeûne ce mois! Celui qui, parmi vous, sera malade ou en voyage fSeûneraJ
un nombre
L égal_/ d'autres jours : Allah veut pour vous de l'aise et ne veut
point de gêne. Achevez cette période L-de jeûne_/ ! Magnifiez Allah par
L-gratituiie_ï
qu'il vous a dirigés 1 Peut-être serez-vous reconnaissants".
On peut estimer à 90 %environ le nombre de musulmans sénégalais
qui l'observent régulièrement. Le verset 181 donne plus de précisions.
En ville, la plupa.rt des habitants, travailleurs ou non, quittent
leur maison le matin et n 'y reviennent que peu avant l 'heure de la rupture
du jeûne. Les uns pasSE;ut la journée, soit dans les bureaux,les ateliers,
soit ailleurs, les autres vont écouter le commentaire du Coran dans une
mosquée, pratique que les hommes pieux exercent depuis près de dix ans afin
d'animer le mois de Ramadan.

j
j
.489,
j
j
j
.
'
d s
de se l~vrer a
e
j
Pour les uns c'est une occasionmoyen de se soustraire
j
Pour les autres c'est l'unique
généralement
j
recueillements.
Ces s~ances durent
futiles.
verS seize heures.
des activités
j
aux attraits
,
'd'
t
e terminent
a m~ ~ e
s
tout le
à commenter
j
qUAtre heures. Elles commencent
se fait en wolof
j
A ra.ison de deux hi?b (,) par seance. on parvient
aux exégètes
j
livre durant le mois du jeûne. A Dakar. le collll:1ento.ire
rares mosqu~es. deux ou trois, réservées
j
seur dans quelques
j
parlant le poular.
j
à des progrès indéniables
j
De tels efforts aboutissent
par le wolof. Parvenu à épouser j
dans le domaine linguistique,dans le Coran, le wolof se voit
accomplis,
j
contenues
notions abstraites
d'assimilation,
capacité
certe.ines
d'une meilleure
dotli) par voie de conséquence.
j
d'une part, et d'une vaste gamme d' express ions, d' autre part, ce qui est jj
j
aussi valable pour le poulâr et les autres langues du Sénégal dont les
les mêmes efforts à des degrés divers.
déploient
j
locuteurs
j
une .
.
toute
loin de constituer
:LnnoVB:t:LOn
Cependant,
j
de]
existaient
~
,
a l'exégèse coranique
ï
ces
~
j
récente,
seances consacrees
.

j
pour recevOI.Je
fort longtemps. Autrefo2S.
tltre dfJ!lIhrdfj, / fi
_
...
_ rM.'gJJ' / ~ 1
j
e lettré qui
.
,
.1'
ext.!gète.l
aVSlt tenulné
'
~e$qq
1
j
~~t'
j
\\;.~
~"Il "
'" fJ'1 J
(1) un bizb
.
est la $OiX8.ntl~
. 4
part.:l.~
j
~f(j!
A
f.;j
(2) les
j
àisen~",_~. ..' ,
VOlo.t
~J àeto1'11lalCi
J

.489.
Pour les uns c'est une occasion de se livrer à des
recueillements. Pour les autres c'est l'unique moyen de se soustraire
aux attraits des activités futiles. Ces seances durent généralement
quatre heures. Elles commencent à midi et se terminent vers seize heures.
A raison de deux ~izb (,) par séance, on parvient à commenter tout le
livre durant le mois du jeûne. A Dakar, le commenta.ire se fait en wolof
seuf dans quelques rares mosqu~es. deux ou trois, réservées aux exégètes
parlant le :PQular.
De tels efforts aboutissent à des progrès indéniables
accomplis. dans le domaine linguistique, par le wolof. Parvenu à é:PQuser
certaines notions abstraites contenues dans le Coran, le wolof se voit
doté, par voie de conséquence, d'une meilleure capacité d'assimilation,
d'une part, et d'une vaste gamme d'expressions, d'autre part, ce qui est
aussi valable pour le poulâ-r et les autres langues du Sénégal dont les
locuteurs déploient les mêmes efforts à des degrés divers.
Cependant, loin de constituer une innovation toute
récente, ces séances consa.crees à l'exégèse coranique existaient depuis
fort longtemps. Autrefois, pour recevoir le titre de mufass Ï;.:r" ("2).
exégète,le lettré qui avait terminé ses études du troisième cycle (3)
(1) un hizb est la soixantième partie du Coran.
(2) les wolof disent tnmsœr, déformation de tafsîr qui signifie exégèse
(~) c.r. supra. l'enseignement théologique. p. 242.


.490.
devait ecouter intégralement un cocmentaire du Coran organisé à son
intention. L' usa.ge voulait qu'on organi sât ces cours magistraux durent
le Ramadan en souvenir du début de la Révelation. Mais avec le temps,
les lettres déda.ignèrent de recevoir un tel titre. Etre nocme exegète
parais sait peu de choses puisque l'on parvenait, grâce aux sciences qu'on
avait acquises, à comprendre soi-même d'abord et à faire comprendre aux
autres ensuite, la science coranique.
Avant que cette charge ne perdît de sa valeur, nul
n'osait commenter le Coran sans avoir, au préalable, reçu le titre
d'exégète (mufassi r ). D'ailleurs c' était aux yeux des purita.ins un
sacrilège que de se livrer à une telle adivité, sans avoir été bonore
de ce titre.
De nos j.ours, n'importe qui ose le faire, pourvu qu'il
trouve un auditoire, ce qui ne manque pas. A cause de cette dégradation,
les commentateurs, des amateurs pour la plupart, a.grémentent ftequcmment
leurs propos de fioritures. Curieusement, c'est souvent ce que désirent
ecouter les uns et les autres, si bien que ces àéances, après avoir fourni
à l'exégète l'occasion de ppouver son étudition, sont devenues à quelques
exceptions. près des lieux de divertissements et de délassement où les gens
se donnent rendez-vous pour s'égayer immoderement.

.491.
Le sens, l'explication littéraire ou linguistique du
Coran ne les intéressent pas autant que les anecdotes qui foisonnent et
les font souvent éclater de rire. Dans une telle situation, l'on peut
valablement s'interroger sur l'opportünité de ces exégèses. Ne vaudrait-il
pas mieux les organiser pour apporter aux uns et auX autres, des reponses
aux différents problèmes du monde d'aujourd'hui, dont le Coran est cense
comporter les solutions? Une etude thématique du Coran où l'on s'atta-
cherait, par exemple, à regrouper les différents passages supposés être
une arme contre le sous-développement sous ses différents for.mes : écono-
mique, sociale, culturelle, serait une méthode d'approche souhaitable.
r~me un commentaire littéraire aurait son utilité, mais
quels lettrés possèdent à présent les connaissances nécessaires pour
l'entreprendre convenablement?
Devant ces quelques considérations au sujet du jeûne du
Ramadan, l'économiste pourrait s'interroger sur l'opportunité de l'obser-
vance du jeûne durant tout un mois au Sénégal. L'on constate que durant
le mois, le musulman qui observe le jeûne parvient à commencer son travail
à l'heure exacte et ne se hâte pas de quitter sen travail à midi pour
prendre son repas.
Neanmoins, nous estimons que si ce mo~s de jeûne ne
constitue pas un facteur économique appréciable, il n'est pas non plus
un frein pour le
déTeloppement.

.492.
d} Le Fèlerinage à la Mecgue :
Enfin reste à considérer le pilier
de l'Islam qui
concerne pratiquement le moins de musulmans, car sont relatiVeI!lent peu
nocbreux ceux pour qui se rendre aux Lieux Saints de l'Islam constitue
une obligation.
Cette obligation est prescrite par les versets 90-91
de la Sourate III du Coran:
"En vérité le premier temple qui ait été fondé, par les
hon:mes, est certes celui situé à Balk'3.,
r temple / béni et Direction
pour le monde (c âlamîn ). Il s 'y trouve des signes évidents
le œqâm
d' Abraham où quiconque entre est en sécurité. Allah a imposG aux hOl!lIlles
le I- G1erinage à ce 'femple. A quiconque a moyen de s' y rendre". Depuis
toujours elle a éte observée par les musulmans sénégalais quand bien même
ils n'en avaient pas les moyens. Ainsi pour se rendre à la Mecque, ils
choisissaient l'un des principaux itinéraires suivants:
a) La. route sénegalo-mau:J:itanienne qui longeait l' Atlan-
tique ct dGbouchait sur la côte sud de la MGditerranée. De là, elle tra-
versait l'Afrique Blanche : T;lemcen , Tunis, Ka,irouan. Tripoli, Alexandrie,
Le Co.ire
',~
<l
Cet itinéraire avait l'avantage de permettre un regroupe-
ment assez important de caravanes. Certains pèlerins de l'Afrique de
l'Ouest rejoignaient Chinguetti en Mauritanie où toutes les tribus œure
se donnaient rendez-vous pour former un.: seule caravane.

l'i'i·if"'I·......~----
b) Cependant ceux parmi les sénégalais qui ne possédaient
pas une fortune leur permettant de se rendre directement à la Macque,
prGféraient emprunter la route transafricaine. Cet itinéraire qui traver-
sait le Nigéria du Nord, Bornou, Ouadaï, Darfour, Dar-Nub~pour déboucher
sur la Haute Egypte , était certes parsemé d'obstacles : il passait par
des régions souvent pcuplGes de païens ; ceux-ci toutefois permettaient
à certains pèlerins de se pourvoir, au cours de la traversée de l'Afrique,
des provisions
manquants.
C'est cette route transafricaine qu'El Hadj Oma.r emprunta
en 1825-26 ainsi que nombreux autres pèlerins sénégalais, dont Mamadou
Lamine DRAME.
Plus tard, une troisième route maritime vit le jour
sous la colonisation, passant par Marseille, Alexandrie et le Nil
jusqu'à Assouan. Les trois
itinéraires convergeaient tous vers Egypte.
De là, le pèlerin pouvait soit traverser le désert pour se rendre à la
Mecque, soit passer par le canal de Suez qui était le prolongement de
la route maritme pour aller directement à Djeddah. De nos jours la voie
aérienne semble être le seul itin~raire suivi.

.494.
L~s motifs qui les incitent à se rendre à la Mecque
sont d'ordre religieux. Parfois ils tiennent à de simples considerations
d'o~dre social. Il apparaît que le musulman senegalais
a la conscience
ce pratiquer un Islam incomplet aussi longtemps qu'il ne se sera pas rendu
aux Lieux Saints de l'Islam. D'une manière générale, voilà ce qui pousse
les uns et les autres à se procurer à tout prix les moyens permettant de
se r~ndre à la Mecque.
Ceux c:',ui le font dans un but purement religieux se
conforment aux recommandations concernant les dispositions que tout
pèlerin doit nécessairement prendre pour effectuer valablement le
pèlerinage. Il slagit d'abord de s'acquitter de ses obligations vis-
à-vis d' autrûi. de pourvoir à sa subsistance personnelle et à celle de
sa famille durant toute son absence. d' avoir le minimum nécessaire pour faire
face aux
frais du voyage et de jouir principalement d'une bonne
sante.

. 495·
Mais si le Sénégal demeure à l'abri de toute contagion de la
pert des doctrines non sunnites notamment.le MuCtazilisme et le ~îCîsme,
il n'ignore pas pour autant des pratiques qui relèvent de l'innovation.
B/- TENDANCE A L'INNOVATION
Les seules differences assez caractéristiques pour les souli-
gner, apparurent pour la première fois au
début de ce siècle. I l s'agit de
quelques groupements cOlllllle la Lâh:tniya~ la HamaJJi.ya et la Bâye-FâliyB., qui,
sans être des confreries proprement dites en prirent leB caractères.
Alors que les deux grandes confreries du Sénégal, la Qâdiriya
et la Tijâniya, sont venues de l'extérieur, la confrerie dite des Layènes
prend sa source, comme le M:>uridisme d'Amadou Bamba, dans le pays, précisé-
ment dans le terroir lébou.
.~.
Oeuvre d'un Lebou dénommé Libas TH"IAW, né vers 1843, à Yoff où
il "déclare avoir séjourné plus de mille ans avant sa naissance" (2) et qui,
(1) - Confrerie qui porte le nom que son fondateur se donna. C'est l'équiva-
lence de l'arabe ilâhiyyîn qui s igni fie divins, théologiques.
(2) - El Hadji Moubammadou Sakhir GAYE et Assane SYLLA, la vie de Seydina
Mouhammadou Limâoou Laye, Bull. B. IFAN, nO 3, 1972, p. 500 •
./ .

.496.
à en croire la tradition, ne savait ni lire ni ~crire (1) pour n'avoir jamais
fréquenté l'école coranique à l'instar des je\\lIles de sa génératio~ C iltte
confrerie aurait vu le' jour dans la banlieue nord-ouest de Dakar, vers la
fin d.u XIXe siècle dans le village de Yoff. A c~tte époque, le syIlcrGtisme
des Lébou peuplant tout le littoral du Cap Vert, dû en partie aux croyances
totémiques de cette ethnie, inquiâait beaucoup ceux d'entre eux qui pro-
fessaient \\lIl Islam I:lOnothéiste pur. C'est à l'âge de trente-sept ans environ
que le fonda.teur se serait initié à la Tijâniya. vird qu'il pratiqua pendant
deux ans avant de se frayer un chemin
propre.
En :'Mahdi Attendu", il se mit à prêcher pour changer les cro-
yances q~ tenaient à plusieurs égards au paganisme. Contrairement aux
autres ethnies de l'ancien empire du Jolof, les Lébou, tout comme les Sérère.•
avaient conservé presque intact leur héritage paien. Ainsi comme ces tradi-
tions ancestrales impliquaient une certaine mentalité telle que la croyance
à l'existence d'\\lIle multitude d'êtres surnaturels vivant avec l'homme, la
tâche du prcsélyte allait être difficile.
(1) - L'histoire de ce saint homme, telle que la tradition orale nous l'a
racontée, ressemble à celle du Prophète Mouhammed -Que Dieu lui accorde
le salut et la paix. Parfois même dans ses détails les plus infimes.
Aussi Limâmou aurait émigre en compagnie de ses "compagnons" dont cer-
tains d r entre eux portaient les mêmes noms que les compagnons du Prophète.
Pour plus de détails à ce sujet se rapporter au Diwâne des Layènes, manus-
crit ~.rabe~ Fonds Vncent M:lNTEIL,;IFAN) dû en grande partie à l'un des
plus célèbres biographies de Limfu.lou, un certain Serigne Mandoumbê MBOUP.
La tradition dit également que Limâmou quittait ses compagnons pêcheurs
pour s'isoler dans les profondeurs des mers, des heures durant. On dit
également, et ceci tout le village en aurait été tél!lOin, qu'il avait fait
reculer le rivage tel que le souhaitaient les habitants dont les mùsons
éte.:ient souvent démolies par les vagues de la mer.
'/'

·497.
La tradition rapporte que Limâloou dont l'appel n'eut que
tardiverent un impact réel '9ur les populations du littoral, aurait accom-
pli quelques cire.cles pour être .écouté. Comme cela ne suffisait pas, i l se
présenta comme un législateur, envoyé de Dieu. Il apporta en cons~quence
quelques IlIOdifications à la wi de l'Islam.
Ce fut la naissance d'une nouvelle confrérie, celle dite des
Layènes, prêchee à partir de 1883. Nul n'étant prophète chez soi, selon
l'adage bien connu, les uns l'aacusèrent de folie pendant que d'autres
ajoutaient foi en ce 'lu r il di sait. Il "se montra parfaitement et déclara,
fla
dit Assane SYLLA, qu' i l venait d' être investi 4.Zmission
d'envoyé de Dieu.
Il lança donc son appel : "Venez à moi. répondez il l'appel de Dieu, je suis
le Mahdi Clue vous attendiez .•. " (1).
a) Innovations
Sur le plan dogmatique, si les distAnces que cette confrérie
a prises vis-il-vis de l'Islam orthodoxe sont négligeables, i l convient ce-
pendant de noter Clue les
modifications apportées par Limâmou ont affecté
sensiblement l'horaire habituel des cinq prières quotidiennes, établi par
l'Islam officiel : "Les prières , "rait remarCluer Assane SYLLA", sont faites
au milieu des moments indiques, non au début;'.
(1) - Assane SYLLA, Les persecutions de Seydine. Mouhammadou Limâmou Laye
par les autorités coloniales, Bull. B. IFAN. nO 3, 1971, p. 592 .
. f.

Cette innovation peut avoir des conséquences extrêmement graves
1
pouvant entraîner la nullite du jeûne de Ramadan. si au lieu d'observer
1
celui-ci au début de l'heure fixée. l'adepte attend le milieu de celle-ci
1
1
pour le commencer. Il est à remarquer que de nos jours ce décalage n'est
1
1
plus observé pendant le Ramadan en ce qui concerne les heures du début et
de la fin d'une journée de jêune.
b) L'oeuvre de Limfunou
Si l'on regarde de près l'oeuvre de Limâmou Lêye. on s' aperço~t
que ce qui hontai. t l' ho=e c 1 était surtout des questions d'ordre llX)ral et
théologique. Aussi peut-on dire que sa mission a consisté en des réformes
doctrineles sur les bases de la Sharîca mouhaI'lB.dienne et de la !arîqa tijâniya.
La morale de sa confrérie revêt deux aspects. D'une part, elle
apparaît très rigoureuse si l'on considère les choses de l'intérieur. D'autre
part elle semble très tolérante. car elle cherche même à trouver des solutions
à des questions qui relevant de la Sharîca, demeurent sujettes
à
contro-
verses. Cependant, après analyse. le premier aspect senble dominer.
En ce qui
concerne sa reforme théologique. elle se manifeste sous
un double aspect : un aspect qu'on "peut qualifier de confrérique et qui est
le mains important et un aspect essentiellement religieux, dont il faut dire
qu'il n'est pas très profond.
.f.

Dans le premier c6S~ rappelons qu'après s'être initie à la
Tijâniya qu'il devait ablUldonner quelque temps après, Li~u a emprunt~
à le Tijôniya l'essentiel de ce qui constitue son propre wird.
Le wird de la nouvelle confrerie montre combien était profond
l'attachenent de Limânlou à la Tij ôniya. Ne pouvant s' errlessaisil' totalement,
il lui foit subir quelque retouche affectent seulement le nombre de fois
que le fid~le doit rËciter la Fâtiha. Pour la Tijâniya, cette sourate doit
-.
être récitée en guise d'introduction. A ce titre une seule fois suffit.
Quant ii Limâmou, il la fait réciter Ip. mêœ nombre de fois que les autres
formules. c' est-à-dire cent fois.
En voici au complet le wird
1°) Fâtil}.a
Cent fois
2°) Isti~ffi.r (1)
Ccnt fois
3° ) Hoylala (2)
Cent fois
4°) ~aJ.ât aJ.-Fâtil: ( 3)
Cent fois
En 1909, date à laquelle mourut Limâmou Laye, son fils et suc-
cesseur, Scydina Issa, prononça son premier discours public (4). Il apporta
C'est le te~e techniaue usité souvent pour rendre la fornule suivante
"AstaMiru label Ci\\~îillal la~î lâ ilâha ülâ houwaJ. l:enul QS8YÛD!. Il
- Il s'agit dela formule suivante: "Allfi hurnma saJ.licaJ.lâ sayydinâ
muhar.mllJ.cl nl-Fâtih limâ ur,lîq wnl hâtim limâ Sabaq an-nêsir el-haqq
bil l)llqq waJ. hâdî ilâ siratikaJ. müstaqim wa calâ âlin l}.il,qq qaa.rihi:
wa miqdiirih aJ. ca~îm. t1
- C'est la formule sui vante : "Lâ ilâll!.'. illah lâh. t1
C'est la prer.~ère partie de la profession de foi en Islam.
(4) - Cf. Diwan des Loyènes, p. 267. Manuscrit du Département d'Islamologie
IFAN. Fonds MONTEIL.
.J.

_m"'F.'e.•. rffVD"UU'W5"i!"··!' Mn ra,
iN Ife 5( 'NiF Mi .p; iQ
h"ElS
t
l
avec ceux qui le suivirent une lumière sur la confrérie naissante.
En plus de l'invitation à l'observance stricte et régulière
des obliga.tions divines, le semonaire souligna le caractère du prosélytisme
de son père, Limâm:>u La;ye J le Mahdi AttEndu. tlCelui -ci". dit-il <l J nIa pa.s
ul
_. h
. . '
,
'1
' f"
1"
t
~... rt t '
""-
vo
u prec cr a ma~n armce ; ~
a pre ere se
~1lU er aux e.....o
a :Lons. ~
conséquence chacun doit chercher à dominer son âme" (1).
Dans son second discours prononcé à l'occasion du d6cès de
Thiaba NDOYE (2), il s'élèva notamment contre l~ célébration de la Quaran-
tièl!le nuit pour le repos de l'âme de la défunte. Les raisons invoquées
sont
d'ordre relicieux et social. Il s'appuya notlU!llllent sur ce hadît du Prophète
. -
"Donnez l' auz:iine, ne serait-ce 'lu 'une bouchée, de ton vivant, est meilleur
que les auméines qu'on fait après ta mort".
L'absence d'un enseignement relir,ieux organis~ suivant l'une
des quatre écoles juridiques se~ble avoir contribue à perpetuer cette situa-
tion tout en l'aggravant. Il faut reconnaître néaIllooins que depuis plus de
dix ans, des changements notoires sont intervenus dans ce domaine grâce à le
diffusion de l'enseigneIllent i sle.mi que .
(1) - Le Diwên, op. cit., p. 269.
(2) - Elle était la tante ?aternelle de Limâmu La;ye .
./ .

jeaN. AM, Mi.
- -
"'~ _
, c
"
..~
"ri "M "N',1îL1I " lA· C4,,';
mw_vm:;·' œ7trt'!,j!"r.J."tM~t·'1M'ntHl!".! ·N'-•• e% htt* "'#"1
_
_ . . • . _ .
- _•••
•501.
Cheikh Ibra FALL, un ancien commerçant nanti et l'un des
preciers disciples d'Amadou Bamba a fini. du fait de son attachement possion-
né à celui -ci, par créer une tendance qui porte son nom au sein du Mouridis-
me, laQuGlle est, parmi toutes, celle qui observe le moins les obligations
canoniques Gt 'lUJ. en revanche passe pour la plus dévouée au Serigne dont
elle applique il la lettre toutes les paroles.
Vraisemblablement, trop marqué par le praematisme du commerçant,
le 'Cheikh (1) accordait au travail manuel une importance particulière qui
se manifGsta notw:œnt par le retrait de l'école coranique, pour les travaux
champêtres, de tous les enfants apparemment non doués pour les études. Ainsi
il adoptait come fondement de sn doctrine cette T'hrase lapidaire du Serigne
ligeey ci topp yalla la bokk, qui signifie : tra.vailler est une manière d' ado-
rer Dieu.
A proprement parler, cette tendance trouve sa lé~itimation dans
l'oeuvre du fondateur du Momtidisme. qui ébauchant les bases d'une sorte de
division sociale du travail au sein de ses disciples, établit deux catégories
(1) - Serif!Ile Abdoulaye Niakhi te, son représentant il Thiès fut son plus erand
disciple. Cf. El Hadji Ravane MBAYE, Contribution à l'étude de l'Islam
au Sénégal, op. cit ., pp. , 59 et suiv.
./'

l'Ji.
.502.
d'adeptes partagées entre le travail manuel d'une part, et le travail intel-
lectuel., de l'autre : celle qui est incapa.ble d'assimiler les sciences
islamit'lues et celle qui en est capable. La première, pour meriter le bon-
heur de llAu-delà, doit assurer la subsistance de la seconde (1). En retour,
celle-ci se doit de prier pour elle (2).
Abusant de l'interpréta.tion Qu'ils ont faite du langage mysti-
que du Serigne, inco~r€hensible du non initi~,ils ont adopt€
un comportement
d'irresponsables qui les éloignent de leurs devoirs relir,ieux, autant &'in-
\\
fractions qu'flI:ladou Bamba, à en juger par ses écrits, aurait punies iI!lPi-
!
t
toyablement (3).
,
t
1
De 'nouvelles tentatives de re~ressement sont entreprises dans
1
un cadre benéral> au sein du l>buridisme, sous la responsabilité du Serigne
1
(,
Abdoul Abad, calife depuis 1968. Parmi les mesures prises: l'annulation des
ziyâra périodiques qui rep:rou~aient tous les Mourides a Tauba dans un faste
Sans doute, est-cc cette dichotomie qui fa.it Clue le l>buride Il. une con-
ception particulière du hadiya. Il revêt pour l.lI* lui une importance
qu'il n'a pas chez les adeptes des autres confréries.
(2) - Cf. .II.brloulaye ~l.ADE > La doctrine économique du l>buridisme, étude parue
en plusieurs articles dans Dakar-Matin. Voir le numéro du 6 octobre
1969 et les suivants.
Cf. supra, Il. 478 ce qu'il dit concernant l'obligation qui incombe il
tout musulman de s'acquitter personnellement de ses devoirs religieux.
Il en inféra que le terme "dispells6': li ce propos était un non-sens.
'/'

cr,e.lé seulement par celui du ~rand Magal. Le calife estime que ce ne sont
que des occasions de gaspiller de l'argent ce qu'il ne saurait admettre
1
dans les circonstances actuelles •
Cette même fermeté l'a amené à mettre fin au vagabondage de
\\
1
certains jeunes talibes qui, sous pretexte de collecter des aumônes destinées
ii
~u Serigne, se livraient a toutes sortes
d'activités le plus souvent scen-
de.1euses.
Une branche de la Tijâniya plutôt qu'une confrérie, la Hame.l-
1
i
liya, qUl, tout comme la Lahîniya; ne s'exerce que dans un cadre relative-
1
!
ment restreint.
Le terme Hamalliya, formé à partir de la fo~e ar~be hemâhu
1\\llah qui signifie "qu'Allah le protè[;e", est un néologisme appliqué à la
doctrine qu'ébauch!'., au dGbut de ce siècle, un nommé Mouharnmad fils d'OUInlU'.
et qui consista. simplement en quelQues comportements suscites par la prati-
que. au sein de la Tijâniya ,de ce qu'on appelle les "onze grains".
Cheikh Hamallah, comme on l'appellera plus tard, naquit vers
1886 dans le Haut-S6négal-Nicer, à Koumba, non loin de Niamina. D'un père
Dioule. de Tichit, en Mauritanie, et d'une mère 1!eul du Mali, i l aurait été
.f.

iniu; a
la Tij âniya alors qu 1il ~tait â~ de moins de YÎl1gt ans.
Les rivalites entre les deux zâwiya alr,érienne et marocaine (1)
avaient déclenché un intense mouvement de propa~ande en direction de l'Arri-
'lue noire IJarticuliÈ:rement( 2). Ainsi, un missionnaire de la branche all1ê-
rienne, MJuharunad ben A1?-med arriva il Nioro (3) pour en faire le centre de
diffusion de la Tijâniya suivant la conception de lu zâwiya algérienne.
Cela était de nature il soulever
èes troubles politiques avec la propagaticn
probuble d'idées
hostiles à la colonisation (4), et aussi religieux en
raison des menaces de schisme au sein des adeptes de la confrérie qui se
rattachaient à la zâwiya marocaine de FEZ et qui jusque-là n'avaient connu
et pratiqué que les douze grains. Cheikh HE'.mallah que ce missionnaire inves·
tit de la mission d'être le véritable représentant local de cette tendance,
dut faire l;objet de multiples vexations. En signe de protestation, et c'est
là le point Qui touche directement notre sujet, il resolut de pratiquer la
prière abrégée suivant une interprétation arbitraire du verset 102 de la
soura.te IV du Coran : "Quand vous vous dépla.cez sur terre, il n 'y a aucun
inconvénient à ce que vous abrégiez la prière. si vous craignez des infidèles
(1) - Cf. supra, la Tijâniya, p. 290 S<1.
(2) - ibid, p. 290
(3) - C'etait une ville importante et la. capitale religieuse au Soudan fran-
çais, 11 actuel république du Mali..
(4) - Cf. supra, p. 292.
./ .

une ntto.que surprise, car les infidèles sont pour vous des ennemis déclarés".
c'est ainsi qu'~ compter du jeudi, 25 janvier 1936, Cheikh
Hpnallah pratiqua cette pri~re 8bré~ée et aurait invité ses adeptes à en
faire autant. Cette situation Clui dura. vingt et un oois. prit fin quand
les autorités françaises dépêchèrent El Hadji Seydou Nourou TALL à Nioro,
auprès de ce mnître, pour l'inviter à cesser la pratique des deux rakca.
Us lui offraient en contrepartie des garanties lui permettant de vivre
en paix parei ses disciples.
Il n'est pas besoin de dire
que, sur le plan strictement is-
lnmique, ce verset n'autorisait pas la prière abr6~ée dans les circonstances
où se trouvaient le Cheikh et ses adeptes. Car la prière du danger, insti-
tuée par ce verset, ne se comprend qu 1 au moment où, à cause d' un danger
imminent, l'orant ris'luerait S8 vie s'il accomplissait une prière de quatre
c
,
.
r ak a. Cette atmosphere dans '~aCluelle on doit exécuter cette prière est
décrite par le Coran au verset 103 de la sourate IV.:
"Quand tu te trouves au milieu des combattants et Clue tu diri-
ges pour eux la prière, <:lU 'une partie d'entre eux se tienne rn.mie de ses
armes, à tes côtés. Après s'être prosternés, qu 1 ils se tiennent derrière vous
et que vienne alors une autre partie, n' a;ycnt pas encore prié, ::?our prier
avec toi, vigilante et armée".
./ .

a
a
.506.
c'est sur ce verset que l'Islam sunnite se fonda pour fixer
les conditions de la prière dite abregée, d~noIJlll1ée ~alât al-haVi' ou la
prière du danger (1).
Quant eux accusations portées contre Hemallah, telles le ten-
tation de chanBer la direction de la prière (2) et la mutilation du Credo,
nous les trouvons d~nuées de tout fondement. Autrement dit, il est excessif
de vouloir imputer au maître toutes les ûctions de ses adeptes. Quoiqu'il en
soit ces accusations valurent li Cheikh Hamallah un exil fi Méderdra, en Mau-
ritanie, de 1925 ~ 1930, puis un autre, en Côte d'Ivoire, de '930 à 19?5 et
un troisième, en France où i l mourut, le 16 janvier 1943, à Montluçon, a.près
son internement à Vals-tes-Bains. En vérité, la mention ici, de cette tendance
harnalliste est dictee seule~ent par le souci d'enbresser toutes les donn€es
du problème~ Mois il ne reste plus de celle-ci Que le nom. Rien ne sépare
ceux qui se réclament de l'exilé, des autres Tijânes que la simple étiquette
hamalliste.
Telles sont les principales tendances ~ui, sur le plan stricte-
ment rellcieux, constituent, sous certains aspects et à des de grès divers,
des écarts par rapport a l:IsI~. officiel.
En ce qui cl)ncerne les manifestations de cette culture musulmane
dans 11), vie quotidienne des populations, outre les: aspects déjà étudiés dans
un chapitre précédent> il convient de faire quelques remarques relatives à son
/dans
impact notamment l~s domaines socio-linguistiQues.
(1) - Cf. Ibn Abû Za,yd al-Q-vrawil.nî : la Risâla, trad. L. Bercher, Alger,
Jules Carbonnel, 1960, p. 97.
- D'après A. GOUILLY, op. cit.
p. 156, il aurait substitué l'Ouest à
la qibla (direction de la Ka~a.) pour ce qui est du Credo, les adeptes
auraient procr:de de la même L'lanière en faisant suivre la première partie
de ln. !ahâda : "Il n 'y a de Dieu 'lu: fùlah "par'''ct notre Cheikh Hamallah"
au lieu de Il et
MuhEWl!llB.d est l'envoyé de Dieu".

.507.
Cl-IMPACT DE LA. CULTURE ISLAMIQUE
A Y regarder de près, 11 Islam au Sénégal, largement tributaire
du soufisme oriental et nord-africain, semble se réduire purement au culte.
L'aspect socio-politico-culturel demeure tlès marginal. Ainsi, indépend~
ment des preoccupations morales , cet islam paraît nI accorder qu'un faible'
prix à tout ce qui sort du cadre des obligations canoniques.
cette conception particulière pose un certain nombre de problèmes
auxquels les autorités religieuses sont souvent demeurées insensibles ou
tout au moins ne leur accordent que peu de cas.
Parmi ces problèmes, ceux qui relèvent du domaine social et qui
subissent des changements continuels sont les plus significatifs. Ainsi,
les cas sociaux -les alcooliques et les mendiants ainsi que les prostituees,
par exemple- ne font point l'objet
de la part des autorités religieuses
d'une attention pouvant les soustraire ù. leur situation affligeante. Les
recherches sociologiques elles-mêmes susceptibles de faciliter l'intégra-
tion de ces individus dans la société sont considérées comme une activité
profane.
De même. le planning familial ou la régulation des naissances,
jugé il priori problème
extra-iSlamique • est délaissé. L'Islam au Sénégal
ne s'en soucie point, alors que cette question se pose avec acuité à toutes
les sociétes musulmanes.
.1.

·508.
Face ;:. tous ces problèmes. la coutume consiste a adopter une
attitude tendant à condamner en bloc, ~ la manière des fuqahâ'dans les

ouvrages de droit. L'étude minutieuse des circonstances qui entourent chaque
cas, demeure pourtant la seule approche conforme à l'enseignement du Pro~
phète. Pour ce faire, il faut se dégager de l'emprise de la mystique. Souvent
au lieu de contribuer a alléger les maux de telles personnes, cette habitude
finit par leur donner le sentiment d'être de trop au sein de leur socit;té
et les enfonce davantage dans la misère.
Tel est l'inconvénient majeur d'une conception ~stique de l'Islam,
laquelle repose sur des bases solides dans l'Ouest africain, au Sénégal par-
ticulièrement. Elle s'oppose à l'instauration d'une politique de récupération
des cas sociaux défavorisés. Dans un tel
contexte, la situation du talibé,
qui représente un cas social réel, n'est cependant pas perçu en tant que
tel et deoeure tabou.
LE:.
cas des vieillards et des handicapés physiques figure parmi
ceux qui suscitent le l'lOins l'attention de ces musulr.lB.Ds. Or, l'Islam ins-
taura dès son avèlnement une allocation de vieillesse conformément aux
exigences de la solidarité nécesssaire entre les musulmans. L'inSitution de
la Zakât, ou l'aumône légale. répondait a cet objectif.
De nos jours, bien qu'il s'emble difficile de procéder a la
collecte organisée de la zakât, ce qui paraît aggraver cette situation c'est
'/'

.509.
plutôt l'usage qu'on fait des biens que d'aucuns, s'acquittant de cette
obligation qui leur incombe, remettent par .. ignorance li des personnes qui
en bénéficient exclusivement au détriment des destinataires légaux.
Dans le domaine culturel, il convient de faire quelques remar-
ques. D'abord, il semble qu'une culture d'élite, non accessible à tous, se
trouve à la base de quelques inegalités sociales toujours favorables au
œintien des castes des lettres. Subordonnée a la notion de baraka, elle
n'a de valeur quesi elle est le propre d'une categorie de personnes bien
déterminée, censée détenir ce pouvoir charismatique. La seconde remarque
consisterait il signaler que cette culture ainsi conçue a tendance à se con-
fondre avec le eulte.
Toutefois elle a exercé une influence profonde dans tous les
domaines notaI!llllent celui de la linguistique. Faire un inventaire exhaustif
des différents ~pects concernés risquer~t de nous conduire loin. Choisis-
sons l'un d'eux, l'aspect de l'emprunt.aUCJ.uel il serait intéressant de con-
sacrer plus to.rd une étude à part plus approfondie.
Les emprunts faits à l'arabe même jusqu'à nos jours, révèlent
que cette langue est ressentie comme beaucoup J:lOins é:hrangère aux locuteurs
que toutes les autres langues, même le français. De fait, ces emprunts ne
sont pas le fait d'un pass~ r~volu.
.f.

·510.
Pour resourdre certains problèmes techniques fondamenta.ux que
pose '3.vec acuité la politique de l'enseigne~nt des langues nationales. les
linguistes, a la recherche d'une terminologie originale, se résolvent volon-
tiers à emprunter a l'arabe nombre de ses termes que l'on considère souvent
comme d'origine volof. En voici quelques une à titre d'illustration
FRANCAIS
WOLOF
ARABE
grammaire
nmm
na.hv
alphabet
abe.ja.da
abaje.da
lettres de l'alphabet
arafi ijjë
hurût al- hijâ
lettre
araf
hart
épeler
liifimtu
de
a.lif
.c
an alys e grElJlllllll,tic ale
liro.ab
~
~ rau
conjugaison
tasrîf
tasrtf
En dehors du vocabulf'.ire religieux~et' des termes indiquent le
,
temps, de nombreux mots sont utilisés, et peu d'utilisateurs sont conscients
de leur origine arabe, tellement ils font partie du vocabulaire de tous les
jours aussi bien en miJieu urbain qu'en milieu rural. En voici quelques exemples
FRANCAIS
WOLOF
ARABE
papier
ltëyit
kâkhid
crayon
xalima
khalam
ardoise
alluwa
al-lawQ
encrier
de.a
davât
avoir pitie
yërëm
yarham
lettre (missive)
bata.e.xal
bitâqa
cra.chat
tufiit
tafiu
bien fonds
wërsëg
wariz'q
a.umônes
sarax
sadaqa
./ .

·511.
Si l'on approfondisse.it l' aneJ.yse. on s ' apercevrait 'lue ces
emprunts confirment l'impact profond de l'Isla.m. Le vocabulaire ef!l.Prunt6
est, en grande partie. puis~
dans le Corau et non dans la langue ou la
littérature arabe proprement dite.
Par ailleurs • l'influence de la. culture arabe se manifeste pa.r-
tiouliè:enent dans le domaine de
nymie. Ainsi l'on voit nombre de
substantifs et d'adjectifs constituer des prénoms et autant de fonctions
qu'ils n: ont pas chez les Arabes eUX""l!\\êmes.
..
Cheikh Fall
vieux Fa11
Knbiiru l'<!boè.j
..
grand Mbodj
Saxiir Diagne
..
petit Diagne
Thnu Diop
=
:fils
Diop
Seydo.tu Seck
..
heureuse Seck
Jaareetu 10
=
se~a.nte Lo.
Ce conte.ct a été profitable pour bon nombre de langues du Séné-
gal, lesquelles se sont enrichies a des degrés divers en adoptant beaucoup
de termes techniques et parfois des expressions. En poésie precisement.
une identité frappante existe en ce qui conçerne le rythme dans nombre
de mètres.
./ .

AxeES.
.512.
Grâce à la. lecture et la récitation du Coron dont on ne st'.urait
trop vanter les vertus pour le développement de le l!Iemoire. la langue arabe
n eu pour fonctions essentielles entre autres celle d'une langue de commu-
nication, c'est-à-dire qu'elle a été inconstestablement. pendant des siècles,
un instrument privilégi~ de culture pour les Séncr.alais. Et c'est avec sa.
diffusion que la culture et la civilisation arabo-islamiques ont pu se pro-
pager 1a.rgment en Afrique noire.
Il faut cependant signaler que le culte excessif dont cette lan-
gue fait l'objet pour des raisons tenant particulièrement à la religion
n'est Das sons présente~ Quelques inconveniœnts.
Pour produire un effet incantatoire sur ceux qui l'ecoutent,
un prêcheur ou un conférencier arabisant use volontiers. pour ne pas dire
utilise ft. outronce, la langue ara.be. moins pour instruire que pour convain-
cre. Ainsi, l'auditoire sous l'empire du respect sacro-saint qu'il témoigne
a cette langue se trouve privé de toute possibilité d'exercer sa faculté
de jugement, d' aut.ant que souvent il ne la cOI:lprend pas.
Parmi les influences ~ue cette culture a exercées sur l'Islam
au Sénégal, il convient de mentionner celle qui s'est manifestée dons le
domaine des arts proprement dits et qui s'est traduite par l' étouffement
de la pensée c~atrice chez les musulmans négro-africains. L' attachement
.f.

·513.
presque ~xclusif à la lettre des textes isl~ques a toujours coûstitué
un ceran e~êchant de saisir l'esprit de la loi coranique. Ainsi la con-
fection des masques et des statuettes qui ne sont que des formes d'expres-
sion artistique se trouve inexorablement frappée d'interdiction.
Cette question doit être reconsidérée à la lumière de l'évolu-
tion qui s'ébaucha dès les débuts de l'Islam. En effet, actuellement, les
masques et les statuettes conçus par le négro-africain sont à considérer
comme le dessin et la photographie par exel!lple. prohibés au d~but de l'Islam.
compte tenu des effets qu'ils produisaient dans les esprits des musulmans
encore tout proches du paganisme, ces objets d'art étaient capables d' af-
fecter profondément la croyance des lI'USulmans fraîchement convertis. Cela
signifie qu'ils véhiculaient une croyance manifestement en contradiction
avec l'essence même de la pensée islamique. Mais vidés de tels contenus,
il va sans dire que rien de fondamental ne les sépare des dessins. En ce
qui concerne les tendances de certains à tout condamner, même l'art' pictural ,
il convient de faire remarquer simplement que les fondements de leur théo-
rie demeurent très fragiles et reposeraient sur des considérations plutôt
subjectives.
./ .

.514.
CHAPITRE XIV
BILAN ET PERSPECTIVES
A/- BILAN
Si l'Islam au Sénégal a réalisé des progrès indiscutables de-
puis une vingtaine d'années, il est néanmoins difficile de dresser un bi-
lan génfral faute de statistiqueii. Tout au lWins, peut-on faire un inven-
taire somaire des réalisations qui sous-tendent cette action, dans le
domaine culturel notamment.
,0) Le domaine religieux
Sur le plan strictement religieux, i l convient de noter des
progrès très sensibles et des conversions massives dans les régions peu-
pl~es d'ethnies demeurées pendant longtemps réfractaires à l'Islam. C'est
le cas notamment des :
- Diola, en Casamance,
- Sérère du Sine.
Pour les premiers, deux facteurs essentiels ont entraîné leurs
conversions :
- Le commerce de l'huile de palme qui les a mis en contact
'avec les Wolof, à 100 %islamisés et qui sont les principaux coasommateurs
de ce produit en dehors des populations de la Casamance.
'/'

- La nécessite de chercher un travail rémunéré a amené les
fecmes et surtout les filles diole. à quitter leur terroir pour vivre en
milieu musulman où elles se convertissent massivement à l'Islam.
En ce qui concerne les Sérere. il convient de pr6ciser que nous
parlons surtout des Sérere du Sine. ceux des autres ~gions étant gagnés
depuis longtemps par l'Islam. tels les Niominka (Sérere pêcheurs du Saloum)
islamis~s il 100 % depuis plus de dix ans, selo~ les données des services
de la statistique (plan du développement 1960) .
.Ainsi chez les uns comme chez les autres. on voit des Diola et
des aérere diriger des écoles coraniques dans les régions où il y a une
trentaine d'années on ne comptait que tr~s peu de musulmans. Mieux,ils
exercent un prosélytisme actif dans leurs régions respectives. 'lôil~ comment
le recul des barrières des religions traditionnelles se traduit dans les
faits.
De surcroît, il faut remarquer que l'Islam tel qu'il se mani-
feste dans les comportements individuels et collectifs. frappe l'observa-
teur ainsi que nous l'ont confié de nombreux étrangers. Num~riquement. les
musulmans représentaient. il y a quinze ans, 91.2 %de la population tota-
le du SénégaL L'enquête démographique de la même époque (1960-1961) réa-
lisée par la Direction de la Statistique, estimait la population du Sén€-
gal à 3.109.840 habitants.
'/'

.516.
Cette même enquête effectuée 10 ans plus tard (1970-71) révélait
les résultats. suivants :
Population totale
3.620.023
z.bsulmans
~ •••• t ••• " • • • • • • • .. •
3 •339. , 32
Soit : .........•• ,................
93 %
2°) I,e dornA iDe cn) tllrel
Dans le domaine culturel proprement dit. l'on a enregistré éga-
lement des progrès
sensibles. Pendant les deux dernières décennies, une
centaine d'écoles d'enseignement islo.mique ont w le jour. avec des effec-
tifs souvent très réduits. mais qui témoignen~ chez les fidèles la volonté
d'apprendre à connaître la religion autant que par le passé.
a) Ecoles coraniques
Il existe de grands centres, ou dâra, où on enseigne exclusi-
vement le Coran suivant une pédagogie certes classique mais bien élaborée.
Ils constituent de véritables internats et sont tous implantes en plein
l'étude
milieu rural. Cela souligne l'intérêt que revêt encorerdu Coran dans les
campagnes. Mais une tendance se dessine depuis quelques années chez certaines
familles aisées des grandes villes : elles envoient en qualité d'internes
certains de leurs enfants dans ces centres et, à titre de participation
à la gestion de l'établissement, supportent volontSirement certaines dépen-
ses en nature. L'école de Koki dont l'effectif a atteint quatre cents élèves
est la plus importante de toutes.
.f.

b) L'enseignement religieux
Parall~lement, de nombreux autres centres d'enseignement islami-
que existent dans presque toutes les régions. A en juger par leurs program-
mes, on peut les di viser en trois types :
- Un Classique entièrement où l'enseignement, axé sur les dis-
ciplines classiques, est dispensé par un grand maître, secondé par quel-
ques uns de SeS élèves.
Ce type qui demeure insensible au progrès auquel l'on est parve-
nu, abonde au Fauta Toro, gardien de la tradition islamique.
-Un fuderndll!leo\\1 l'enseignement, conçu suivant les méthodes
m"dernes f&.:i:t une large part il des disciplines qualifiées souvent de pro-
fanes. Le modèle le plus représentatif du genre est celui de Touba déno~
al-Azhar.
- Un Moderne faisant seul pla.ce il l'enseignement du français.
Deux modèles de ce type
l' Insti tut Islamique de Diourbel et celui d' Ab-
doulaye Niass de Kaolack. Chacun d' entre eux a. envi 1"on trois cents élèves.
Signalons qu'on y suit les programmes de 1; école primaire plus ceux des
deux premières années du secondaire.
.J.

.518.
Ces considérations appellent les remarques suivantes :
En ce qui concerne les conversions, il faut signaler que souvent
après son adhésion, le néophyte, au lieu d'être instruit de ses obligations
et de leurs modalités, est livré à lui-même, ce qui peut lui donner le
sentiment d'être déraciné, surtout lorsque sa conversion a suscité quelques
malentendus au sein de sa famille. D' autre part, à défaut de tels rudiments,.
les conversions restent superficielles.
que
Quant à l' ensei gnement. i l sied de remarquer fla lourdeur de
beaucoup de programmes est due sans auc:~ doute à des lacunes pédagogiques.
Ce qui semble le plus réduire les chances de succès tient plutôt au manque
de compétence chez les maîtres. Cela fait que l'étudiant n'accède presque
jamais aux études supérieures, encore que cette notion même soit à préciser.
A vrai dire il est souvent malaisé de parler d'études supérieures alors
que celles-ci demeurent une notion presque indéfinissable en ce qui concer-
ne ces écoles traditionnelles.
Tel est le bilan des quelques progrès qui se réalisent depuis
une vingtaine d'années. S'il est encore prématuré de l'apprécier, l'on
peut néanmoins s'autoriser des réflexions sur les perspectives de l'Islam
au Sénégal.
B/- PERSPECTIVES
L'on a enregistré depuis quelques années des changements notoires
dans l'orientation générale que prend l'ISlam au Sénégal •
./.

.519.
Ce dernier est essentiellement confrérique ou maraboutique,
c' est-ii-dire que les fidÈiles sont, dans leur quasi totalité, placés
sous
l'obédience de marabouts. Ceux-ci, il leur tour, obéissent à l'autorité
d'un chef religieux, et toute décision importante prise au sein d'une con-
frérie devient donc un facteur déterminant pour la destinée de la religion
dans le :pays.
C'est dire que les confréries dans leur diversité peuvent cons-
tituer des entraves pour le développement de l'Islam, si leurs fonctions
essentielles ne sont pas bien comprises des adeptes. El Hadji Malick SY
l'avait dit et, récemment, des tentatives de regroupements intervenues au
niveau des e.utorit6s des différentes confrgries, n'ont fait que confirmer
ses vues.
Ces tentatives ont eu surtout deux objectifs :
- D'abord, constituer un front commun pour sauvegarder l'Islam dans sa.
pureté.
- Ensuite créer les conditions d'une unité islamique au sein de chaque con-
frérie.
'0) Action commune
a) A propos de la constitution
S'agissant du premier point. il faur dire que l'intérêt mani-
te8t~ par ces aUtorités en vûe de l'i~stit~tion d'un d'un tel front commun
./.

.520.
était suscité par les appréhensions qu'elles avaient eues à la veille de
l'accession du Sénégal à l'indépendance. Pour ces autorités religieuses,
celle-ci semblait signifier la négation de l'Islam. Et ce fUt dans cette
atmosphère
qu'estimant devoir amender la constitution avant qu'elle ne
fut votée, elles résolurent de mettre sur pied la première organisation
du genre.
Elle fut créée le 3 novembre 1958 et dénoIJl!llée Conseil supérieur
des chefs religieux. Ce Conseil avait pour buts primordiaux :
1°) - Protéger, sauvegarder et maintenir les dogmes de l'Islam.
2°) - Contrôler et verifier la constitution qui devra être sou-
mise il l'approbation du peuple •••
3°) - Faire accepter toute constitution conforme aux intérêts
de l'Islam
Faire rejeter 1Dute constitution dont la teneur peut porter
atteinte, tant soit peu, il l'Islam.
En tenant compte de la préponderance du facteur confrérique, le
bureau avait des presidents d'honneur tijâne et qâdiri ainsi que deux
présidents actifs tijâne et mouride.
b) Contre le Code de la famille
Après l'indépendance, ce Conseil cessa pratiquement d'exister.
portant
Dix ans après, il devait ressusciter lorsqu'un projet de loi
/
Code de la
./.

.521.
fN:lille, fut soumis pour avis par le gouvernement. L'organisation, prit
alors le soin de constituer trois commissions chargées chacune d'étudier
et d' omcnder le texte. Suivant les documents ainsi ~laborés, il semble
que ce conseil avait subi quelque evolution. En tout cas, une nouvelle
appellation laissant supposer une nouvelle orientation se substitua à
l'ancienne: le Conseil supérieur islamique du Sénégal.
Ainsi, trois documents furent élaborés
- Un premier qui condamnait-en bloc tout le texte sans discernement.
- Un deuxi~me qui soulignait les articles dits en contradiction avec le
Droit
musulman. en mettant à côté de chacun d' entre eux ce que dit ce Droit.
- Un troisi~me qui souligne sans commentaire.
C ' e"s t _
tie d e r n i e r
q u i
fait li Dakar le
3 janvier 1971 et présenté au gouvernement. Pour mieux sensibiliser l'opi-
nion, le Conseil adressa aux députés un mélllOrandum (Dakar. 13 mai 1972).
c) Les difficultes
Malgré la volonté qui anime ses membres, cette organisa.tion
éprouve des difficultes serieuses pour fonctionner comme ils le désirent.
Celles-ci semblent tenir à deux facteurs fondamenta.ux :
- D'abord l;institution demeure presque fermée aux lettres qui ne sont
pas des chefs religip.ux.
- Ensuite, le choix des membres ainsi que les fonctions que l'on peut assu-
mer en son seill sont dË!terminés suivant l'appartenance confrérique au lieu
./.

.522.
que la competence demeure le seul critère de choix valable.
A.sai quelques uns d'entre eux seulement doivent-ile supporter
toutes les charges. Par ailleurs, les adeptes des uns et des autres ~tant
demeurÉÏs trop marqués par l' esprit de confrérie, la vie de l'organisation
ne pouvait pas ne pas être affect~e par de telles rivalit~s. Il convient
d' ajouter aussi que tous lœ chefs religieux n 'y ont pas aàh~r~.
De surcroît, l'institution est demeurÉÏe insensible il. de nombreux
pro13èmes int1lressant l'Islam et la vie du musulman sénegalais. Outre les
problèmes sociaux de tous ordres, le. question relative fi l'apparition de
la. lune pour fixer le dÉbut et la fin du Ramadan ou le jour des autres
fêtes musulmanes, laquelle occasionne souvent de divergences note ires,
nIe. pas fait l'objet d'une attention particulière de sa part.
2°) Initiative personnelle
Vu ces nombreux lacunes, l' institution ~tait aussi conde.mn~e
il. demeurer lc~gtemps inactive. Cons~cutivement quelques unes des autorit~s
qui 10. COlllPosént se r~signent il. une a.ction concert~e et parfois à prendre
une initiative personnelle pour résoudre certains problèmes, relevant de
sa compétence. Vrc.i.semblablement ce qui d~termine certains d'entre eux à
limiter leur participation c'est qu'ils paraissent avoir de ces questions
une conception toute particulière. Les initiatives proprement individuelles
'/'

.523.
qU1 ne cessent de se multiplier semblent confirmer l'existence d'un état
de chose révolu.
a) L' exemple de El Hadj i Ibrahima NIASS
L'un des exemples les plus eloquents et les plus i~diats
consiste en une décision que feu El Hadji Ibrahima NIASS a consignee dans
son testament (1). laquelle a totalement bouleverse l'ordre accoutume des
choses. Il est souvent des choses que l'on approuve pas, mais contre les-
quelles on est souvent désarme et qu'on ne peut changer comme on le veut.
El Hadji Malick Sy dénonçait dans ses écrits l'habitude ~ui consistait à
qu'on
nommer un fils calife de son père après le décès de celui-ci sans/se sou-
ciâi:. au préalable de son aptitude. Et comme s'ils imitaient l'exemple du
Prophète, ni El Hadji Malick, ni Amadou Ba:mba n'avaient désigné leur suc-
cesseur. Cependant l'opinion étant le plus souvent favorable au fils a.îné,
co=e le veut au reste la tradition negro-africaine, sa désignation est
plus aisée et plus fréquente quand bien même il ne remplit pas les condi-
tions requises.
Celui qui aura eté le premier à rOl!!Pre avec cette tra<ition à
ce que nous sacnons, dans ce pays, est El Hadji Ibrahima NIASS. Son testa-
ment désigne comme son cali re, a la surprise de tous, non pas son fils
aîné, mais l'un de ses· talibes : El Hadj i Alioune CISSE, auparavant nommé
par lui Imâm de la mosquée de Mérina.
(1) - Celui-ci aurait ete rédigé deux ans avant sa mort. en juillet 1975 •
./.

.524.
L'exemple dt El Hadj i Ibrahima NlASS, il. en juger par la nature
de ce testament, est ài.fficilement imitable. Sans doute» avait-il rén~chi
longtecps sur les méfaits et les désordres de toutes sortes qui résultent
du système de succession au califat tel qu'il est institué ici.
Enfin une autre tendance semble se confirmer. Elle représente
la jeune génération que l'éternel conflit paraît opposer aux anciens dont
la conception qui s'affirme très nettement avec force est celle que nous
venons de voir. Cette tendance qui se recherche encore n'a pas de carac-
tères spécifiquement ài.stincts.
Ses préoccupations reflètent dans une certaine mesure une v.olonté
de progresser dans le domaine de la diffusion de la cul',;'lre islamique au
Sénégal.
./.

·525.
CONCLUSION GElŒRALE
-=-:-=-=-=--
Au terme de cette étude qui a servi de cadre de rEnexions à
un certain nombre de probl~mes intéressant l'Islam en général et les musul-
mans sénégalais en particulier. i l convient d'en dégager les grandes lignes.
Dans la première partie, en brossent le tableau des différentes
phases de l'islamisation du Sénégal, nous estimons avoir démontré comment
la diffusion de la culture isla.mi.que, véhiculée pa.r l'écriture arabe, devint
une dominante au sein des Ilréoccupations des musulmans dès l'époque la
plus ancienne. Dès lors, il ne peut paraître étonnent que l'Islam soit
Eonsidé:re comme "une -religion traditionnelle au Sénégal".
Cependant l'on doit se garder de croire que l'Islam, en raison
de sa rapidité d'expansion, n'a pas rencontré de farouches résistances.
Le recours à des llIDyens d'islalllÏ.sation allant parfois jusqu'à la coercition
en témoigne.
l'iSlamisation ne put jamais empêoher le négro-africain converti
d'affirmer sa propre personnalité et de conserver un comporteme:nt distinct.
autrement dit d'évoluer dans son propre \\IIlivers. Sans doute. est-ce cette
attitude pa.rticulière qui lui a pernis de faire le départ entre les cultu-
res arabe et islamique. et d'assimiler la première sens la subir. Les ex-
./ .

.526.
périences s~négalaises dans les domaines de la jurisprudence et du soufisme
en sont autant de témoigJ:l8ges.
Cette réaction qu'illustrent assez bien l'oeuvre d'El Hadji
Mallék SY dans le dOIDaine de la jurisprudence et celle d'Amadou Bamba
en soufisme. ne contredit on rien les principes fondamentaux de l'Islam.
au contraire. Et si l'Islam au Sénégal u constitué un facteur déterminant
pour le dêvelollpement économique, social, politique et culturel. tel que
l'analyse a pu le démntrer. c'est à cette attitude qu'il le doit.
Sous cet angle. l'Islam, adopté et assimilé puis repensé,
pour ainsi dire, constitue l'une des principâles composantes de la culture
nationale sénegalaise.
Si l'Islam favorise le développement harmonieux et intégral
de l'homme, l'on doit en déduire Ciue toute tendance inverse, sous quelque
forme que ce soit, est anti-islamique. Dès lors, cette religion appuie
toute institution ou législation dans ce sens. pourvu Ciu'elle respecte
ses principes immuables dont il est scrupuleusement jaloux. Aussi, si le
rousulman se montre intolérant envers l'adepte d'une confrérie autre que
la sienne ou d' une autre confession, ou s'il semble constituer un frein
pour le développement, ne faudrait-il pas rendre l'Islam responsable du
mauvais usage que l'homme en fait.
.f.

.527.
En définitive. nous avons essayé de rendre accessibles à tous.
noobre de àocuments dont la compréhension constitue un élément fondamental
pour l'appréciation des différents points de vue que nous avons dégages
dans cette étude. L'occasion en sera ainsi donnée à chacun de formuler son
propre jugement sur ce travail dont nous n "avons nullement l'intention de
presumer.

ANNEXE
{I,~
Au nom de Dieu le Clér.:cn·c, le}f.J..;;.C:::Cordieux,
je cherche un refuge auprès de Dieu contre le Satan, le lapida-
ble et contre les menteurs il cause de la parole de Dieu Clui dit
que les menteurs soient maudit:;.
Je soussigoé, Souleymane Si, déclare avoir
rencontr~ à Kantoura des homncs qui sont natifs du village de
Foudj~ulou situe à l'Est de ce premier village et avoir rencon-
tre entre Tanda et pays de Foudjoulou cir.q ho=ez natifs de Kan-
toura accompagnes de trois femmes et (neufs '~jcOl.a.ves qui sont
nés à S~gou), et, j' ai dema.nd~ des renseig;J.eme:1ts à ces derniers
sur la route de l'Ouest concernant le pèlerin!J.ge de la Mecque
et des d~tails sur les routes de Knrta, C~pu, :'!ë.:::~!:.~ et leurs
environs. Ils m'ont répondu ClU'il n'ey.i.ste g:.:~ ~a p:;-;:.x sur les
routes de Khasso, de Djambakha et C-e Ka:....:c, r 'o"t-Z;-èire il n'y
a. point ni 'malfaiteurs ni pillards su:.- le chç:;.Ll.
Ensuite je leur a:'. de~a:.~::'0 d€·n
renseigoements
sur le pays de Missera et Ton:.:>ouctou ; alOl'': iJ.s ;:l' C!lt répondu
que les routes de Karla et S;;gou sont a;;:su:rée3 pc:;.'ce q·ole, me
répliquèrent-ils, leurs habitants ont ét~ cO:'lVertis en Is18lllÎ.sme
par le Cheëkh Aladji Oumarou ; m.:is, = <:.:s.:::t-il,;, qu'il y a
uo. nombre parmi ces sus dita habita.-:.ts ::rJ.S·;'ù;;::'l::5 cr,;1 se sont
dirigés à Macina. où ils sont redevenus dcs lLf'.I.r3 ou apostats
c'est-à-dire ils ont abandonné l'Islan:is::Ie pçu:.- p:xfesse::, leur
première religion.
Et, pms J,J leur ai c~ero6."lc.~, après &.voir su
qu'ils sont les sujets d'Aladji O=arou, l'€:1~'oit où se trouve
ce dernier alors ils m'ont répo::.du que cet Alad,i i C;xz:arou fils
de Sehid est mort fi Macina, que Dieu ait pi'~i~ è.':l lui, dans un
.f.

·2.
village du nom de Waytâ sittm à l'est de ce pays pour ainsi
dire l'ouest du village ~ Tambacountl.l.) qui se jette dans le
fleuve qui s' e.ppelle Djoliba.
Je leur ai demandé également des renseigne-
ments sur la mort d'Aladji Otmarou. alors ils m'ont répondu que
sa mort a été résultée ainsi :
"lorsqu'il est venu devant Macina, me disent-ils,
!lles Chefs lui ont dit : qu1il ne faut pas entrer
:'dens notre village parce que. lui decl!>.rent
"les Chefs. tu bouleverses notre P8iY's. tu le ruines.
!ltu anéantis nos habitants. tu réduis nos enfants en
"esclavage. tu
prends nos vivres. tu fais marier
"nos femmes sages et tu ne prends pas le cinquième
"des biens provenant de la guerre sainte comme
l'le livre de Dieu (le Coran) l'a dicté. La
"moitié de tes sujets, lui ajoutent les chefs, ne
"fait ni "salam" ni "jeûne", plusieurs entre eux
"ne font que commettre des adultères continuellement et
"
lIils mangent des charognes, pillent "1~'s biens -des infidèles.
des commerçants et des musulmans. Tout cela, lui disent les
Chefs. est odieux" et défendu. et. aujourd'hui. lui répliquent-
ils. vous "avez votre religion et nous avons la nôtre.
Pour répondre ft leurs paroles ci -haut ,
Aladji leur a écrit la lettre ci-jointe : "ne la part de Oumarou
fils de Sahi:de c' est-ii-dire Cheiikh Aladji OUma.rou à Hema.dou fils
de Hemadou Hamate Labou et ses sujets.
"Salut 1
te but de cette présente est pour vous faire savoir IIque Dieu
m'a ordonné d'être 1 'hôte de votre maison c'est-à-dire de péné-
trer dans votre maison ; je vous prie donc de me dire si je peux
y venir ou non ?
./ .

.3.
Alors Hamadou :fils de CI:leëkh Hamadou Hamate LaoC"..1 lui a repon-
du comme suit :
1t0ui.! j 1 ai bien entendu et compris le contenu de ta lettre par
suite je t'ordonne d'entrer dans notre ville sans être accompa-
gn~ d'une grande cortège c'est-à-dire
je ne t'a~~orise d'y em-
mener avec toi que cent et quelques hommes seulement y compris
les cavaliers qui doivent te suivre. Il
Mais lorsque la réponse de ce dernier fut
parvenue à l 'Aladji Oumarou me disent les voyageurs. celui-ci
s'était déjà esqui'lf et parti avec ses guerriers dans le Sahara
c'est-il-dire le territoire entre Macina et le Fleuve. Alors la
guerre commença entre eux L-entre Aladji O-..:::.la:i"OU
et Hamadou :fils
de CI:leëkh Hama.dou Hamate LebouJ
et dura trois jours dans la-
quelle fUt blessé Hamadou fils de CI:leËikh Hamadou H!J.mate Lebou.
Ensuite Aladji oumarou dit à ces sujets:
"Dieu m'a
donné l'ordre de me diriger sur le village de Samouua
et certes le seigneur y redoublera nos effo::-'~s". !-1.l:S il se ren-
dit avec le reste de ses guerriers da.'1S ce village situé sur le
littoral du fleuve Djaliba ; ce sus di t ville.;;e qui eet entouré
par un :ltata" ou
rempart, est hebité par des hlidèles ou a.pos-
tats dont leur chef qui se nomme Alfassousi, a envoyé douze mille
hommes vers Alll.dji Oumarou, à son arrivée devc-"l-t le village, pour
faire retourner ce dernier et ils se sont b~~tus a\\~c l'armée
d'Aladji qui après les avoir v·ainc:us, ordx..,,:E1. b ::;e:: ~ujets d'en-
trer dans le village et certes leur dit-::l, Dieu r.oU3 accordera.
la victoire au plus tôt possible et là ~?rès avoir attaqué trois
tois les habitants. Aladji tua plusieurs entre eux et entra dans
un pElit village situé près du village de Sumï.na. où i l fUt accueil-
li par un ingénieur indigène du nom de Tour:~èye avec l'aide du-
quel Al.e.dji Oumarou bâ.tit des habitations dans url fossé situé
auprès du village Samina, y creusa dee puit::; et y construit des
l1Tatas" ou remparts aussi éle'lfs que les ".u.::'s è.G ce dernier vil-
lage dont les ruines y existent encore.
1

.4.
Mais à peine cette construction fut-elle
achevée> me disent les voyageurs, Aladji Oumarou dit encore à
ses sujets : llDieu m'a ordonne d'entrer immédiatement dans le
village de semina et ceux qui parmi vous ont la confiance en moi
et craignent Dieu, n'ont qu'à me suivre pour que nous détrui-
sions à l'instant, ce village, c'est-a-dire Samina. Néanmoins
leur répliqua-t-il si vous avez
quelque chose ~ y redouter. vous
n' avez qu'à vous abstenir ; alors moi seul ~ant 1llOnté mon cheval
et tanant mon chapelet par la main, j'irais, par la puissance de
Dieu anéantir les habitants de ce susdit villaget".
Ceci dit par Aladji, me racontent les vo-
yageurs, tous ses guerriers, après avoir délOClli tous les puits
qui se trouvaient dans le fossé, l'accompagnèrent ; mais uriws
à l'entrée du village, ils y trouvèrent une espèce d'arme
sem-
blable il; un eanon qu'ils examinèrent, rema:rqu~rent un trou sur
la crosse, puis ils ennamèrent un morceau d'amadou l' introdui-
sirent à l'entrée du trou de l'arme d' oi) une expUlsion en fut
produite soudainement et extermina des milliers d'hommes dans
l'armée d' Aladj i Oumarou ; ce dernier en était tué ainsi que
son cheval et un petit nombre de ses sujets ont pu seuls être
sauves de cette commotion violente.
A l'entente de ce bruit soudain, me disent
les voyageurs, les habitents de la ville de Samina sortirent et
trouvèrent parmi les cadavres celui d' Aladji Oumarou dont ils
coupèrent la main et l'exposèrent sur une pagne pour faire voir
cette main a tous ceux qui auraient cru que ce premier n'était
pas mort, ils cousiesent ensuite le reste de son cadavre dans une
peau de beauf et le jetèrent dans le Djaliba (un neuve du Soudan).
Voilà. Messieurs COI!lIllent la mort d'Ala.dji
Oumarou m'a été racontée par les voyageurs qui ont juré devant
moi en disant : "Que si sa mort n'est pas certaine que Dieu les
fasse tous périr avant leur arri vee à Fouta Dj alon, le pa;ys natal."
.1.

Et ils m'ont également déclaré qu'Aladji Ou:narou était leur très
cher ami qui leur donnait des esclaves et concluait leurs maria-
ges par suite ils ont 1 'habitude de donner à leurs enfants mâles
le not:!. de Oumarou pour que ses grâces et bénédictions se ) êpan-
dent sur leurs enfants.
Je leur ai demande après S1 Je peux écrire
cette nouvelle il mes parents qui sont au Sénegel.- Ils m'ont
repondu : "Oui 1:1
Ces susdits voyageurs bien connus il Fouta
Dj alon sont au nombre de cinq /:avoir : Daramana DIALLO, Hame.dou
DIALLO, Moussa SIKHATE, Jlbdou Karim ADP.THIOU et Sory DIALLO ac-
compagnes de leurs femmes, enfants et esclaves. Ces voyageurs
nommes ci-dessus m'ont déclare que la mort d'Aladji Oumarou est
répandue dans tout le pays de Macina, Ségou, Bakhouna, Borya,
Kakaba, Djakounty, (Koumbou situé sur le ter, i toire de Ségou),
Karta et dans les paya de Sahal c'est-à-dire : Kassel Barki,
Woutide Moudji et Bardama. Mais malgré tout celà, m'ajoutèrent
les voyageurs, les élèves d' Aladji font courir dans le pays le
bruit de dire que ce premier est encore vivant.-
Toutefois leur ai-je répondu, si sa mort
est réelle, c'est vous !lui avait raison, et si elle nI est point
vraie, vos pechés sont incalculables c'est il dire indéfinis, et,
au jour de resurrection vous serez
tous condamnés par la parole
de Dieu qui dit : "Que les menteurs soient maudits.':
En terminant, Messieurs, j'ai 1 'honneur de
vous faire conne.i:tre que moi, Soulèymene SI fils de Babacar SI,
j'ai appris cette nouvelle énoncee ci-haut, et, je ne mends pa~
car je ne suis pas au nombre des témoins qui ont assisté à cette
guerre, et, je ne puis non plus ni attester leur dire ni le
démentir. PaL" conséquent si ces voyageurs disent la vérite, cette
nouvelle est vraie sinon elle n'est point réelle .
.1.

.6.
Sachez, Messieurs, que je suis arrivé au
milieu de la route du pèlerinage de la Mecque et sachez égale-
ment si je rencontre, au cours de mon voyage, d'autres temins
eu sujet de cette nouvelle ou d'eutres nouvelles pouvant vous
int61'eBser, je les conterais intégralement à Monsieur le Gouver-
neur le Colonel Laprade, à Monsieur le Directeur des Affaires
Politiques. à Monsieur le ~néral. Faidherbe. le puissant dont son
influence est répandue sur tous ces territoires où tout le monde
est prêt à y e:œcuter ses ordre ; sil y ordonnait le mal. on l'y
ferait volontiers à plus forte raison le bien et aux habitants
du Séné ge.!. •
Que Dieu ait pitié au lecteur de cette pré-
sente auquel je demande d'une voie de supplication, qu'il regarde
cette lettre d'un oeil de bonttS et de bienveillance. Ce qu'il
y aura de faute.
qu'il les corrige. Et que Dieu
daigne le pla-
cer dans son paradis le plus élew eu rang de ses miséricordieux
et ses proph~es etc.
Cette présente est écrite par le serviteur
de
de Dieu Soulèyemane SI filil/Babacar demeurant à Dakar.
Que Dieu accorde ses sal.uts et bénédictions
à notre Prophète Mahomet.
Traduit en français par Birahim Abdoulaye Mar dit Tha Mar ex
interprète judiciaire fils d' Abdoulaye Mar interprète principal
des Affaires Indigènes.
Saint-louis, le 27 ~cembre 1902

Annexe
1,2
Se.int-ù:>uis, le 10 juillet 1895
Monsieur Leclerc Administrateur du cercle
de Saint-ù:>uis
MJnsieur le Directeur des Affaires Politiques
lI..onsieur le Directeur,
J'ai l'honneur de porter à votre connaissance divers petits faits
qui me foot craindre un soul~vement partiel dans une partie du Djoloff'. du
Ndiembour et dUCayor.
Le marabout Ahmadou Bamba, dont les talibl5s en 1891, avaient déjà
cOllll:lencé à prêcher la guerre sainte dans le Baol, le Cayor et le Ndiambour
et y avaient suscitê des troubles assez graves, rut vers cette ~poque assez
vivement poursuivi, je fus moi -même chargti par le gouverneur de ma rendre
dans le Ndiambour où la prtlsence d'Ahmadou Bamba avait !it~ signalee. Celui-
ci sentant tr~s bien qu'il ne pouvait rien faire, du moment où nous étions
sur ncs gardes, et sachant que nous n'avions pu relever contre lui aucune
l!reuve natérielle, vint à Saint-Ù:>uis trouver le gouverneur et rendit ses
complices pour avoir la paix. Bien que ce marabout fasse Officiellement pro-
fession d'appartenir à une secte religieuse qui jusqu'ici ne nous a pas été
hostile Lkheiiriaï il fait faire par ses talib~s des prédications incessantes.
Les chefs des pays voisins sont très inquiéts, Bourba Djoloff
dans le pays duquel le marabout est venu s'installer il y a environ cinq
mois. probablement pour être plus libre et moins surveillé est le seul chef
qui semble se désintéresser du llXluvement qui se prépare, est-ce manque d'é-
nergie. crainte ou secret désir de voir reussir Ahmadou Bamba. je l'ignore.
A Djéwol et à Coki, les Dj araffs du Baur m'ont affirmé qu'il
était passe des armes et des munitions pour le marabout : Beur Ndiambour et
./.

.2.
notre résident Abdoulaye MAR m'ont dit avoir eu le même renseignement de
gens dans lesquels ils avaient la plus entière confiance.
Le 4 juillet, jour de Tamkharet. Ahmadou Bamba a tenu chez lui
un 1?alabre où plus de sept cents hommes armés (peulhs ou anciens ti6dos de
la suite de Lat-Dior) assistaient.
J'ignore encore le sens des discours tenu, mais il est certain.
pour qui connait la prudence d'Ahmadou Bamba, que ri&n de répréhensible
n' aura ~té officie:Ilement prononcé par lui : mais i l est non lIIDins certain
que le soir, pendant que 1. marabout palabrait dons sa case avec les princi-
paux chefs présents sous la garde d'esclaves dévoués. ses talibés circulaient
de groupe en groupe donnant le IIIDt d'ordre : j'ai envoyé deux hommes essayer
d'avoir quelques renseignements ; Bour et Ibra Fatim SARR ont eux aussi envo-
yé des espions ; je vous tiendrai au courant. ws je eraine tort que nous
n'arrivions à rien par cette voie.
On peut a.ctuellement estimer à mille hommes, dispersés dans le
Cayor et le Ndiambour, le Djoloff et la Ngck, les forces dont pourrait dis-
poser Ahmadou Bamba ; quelques chefs infiuents du Cayor et du Ndiambour fe-
raient cause cOIlllllune avec lui, je ferai tous mes efforts pour les connaître
Je ne pense pas qu'il y avait quoi que ce soit à craindre avant
la fin de 1 'hivernage ; mais le moindre incident pourrait mettre le feu
aux poudres, aussi j'estime qu'il est nécessaire de faire surveiller de très
près non le mara.bout, qui ne donnera certainement pas prise sur lui avant
d'être entièrement prêt à lever l'étendard de la révolte; mais ses talibés.
qui seront, je l'espère, plus faciles à prendre sur le fait.
Signé M. LECLERC
(pour copie conforme)
Le Directeur des affaires politiques.

\\,
Saint-Louis le 15 Août 1895
A N N E X E
1,3.
Monsieur Leclerc Administrateur du Cercle
AllNALYSE:
de Saint-Louis
Arrestation du marabout
Ahmadou B8Jt.be •
à
Monsieur le Gouverneur du Sénégal et Dépen-
dances
M::>nsieur le Gouverneur,
J'ai l' honneur de vous rendre compte de
la mission que vous avez bien voulu me confier. Parti de Saint-
Louis le 1er mai au matin. je me rendis à Louga trouver le B0ur
NDiambour et ',recevoir les gardes que mon coll~gue de Dakar-Thi~s
avait bien voulu mettre à ma disposition ; je les dirigérai dès
le lendemain sur Coki et Djéwol sous la conduite de l' institu-
teur de Louga, Amadou M::>cktar. Je donnai en même temps ordre à
Fara Biram LO. résident du Djolof de les rejoindre à miwol le
3 au soir.
Le Bour NDiambour s ' était char~ d'opérer
de concert avec Fara Biram, l'arrestation du faux prophète peulh
de Ganado. arrestation qui fut opérée sans coup férir dans la
nuit du 4 au 5. Rentré a Saint-Louis le 2 pour chercher les gar-
des régionaux, je repartis le 3 au matin pour Merinaghem où nous
./.

.2.
arrivions le même soir. I.e 4, j'installai la moitie des gardes
sous les ordres du brigadier Modi Ava à Keur Tanor à environ
moi tié route de Djévol à Merinaghem et je me reliai au Beur au
moyen d'une dizaine de cavaliers du üualo. Le 5 au soir. recevant
avis de l'arrestation du peulh Patté. j 1envoyai l'ordre à Fara
Eiram Lê de me conduire le prisonnier je voulais l'interner à
MerinaghoD pour ne pas en être enbarras~ pendant le reste de
l'opéra.tion Rejoint le 6 par Fara Biran, je l'envoyai de suite
à MBacké (Touba) chez Anadou Baoba pour lui confimer vos ordres. Je
savais en effet que pour gagner du teops le cOZ'about avait en-
voyé deux de ses talibes à Saint-Im.ùs ; ~0 les f".,"{ci.::; fait pour-
suivre inutilecent. au lieu de sui Vl'e 1:1 :::)";:~<::, D.s s' étaient
rendus à pété chez un talibé influent, et. Dee ca.·t=.liers n' avaient
pu les re joindre. A son arrivée à To'.;.ba.. le :~:.::'a:~ou·~ promit à
Fara Biram 10
de partir avec lui » le lendem::.in ll'.s:tin il pré-
ten1'squ'il n'avait pas de cheval, le rC13:'ë'.cnt ln en fit amener
deux, enfin après de nombre1:.ses ter.'}. -.-ersaticns il lui déclara
qu'il était trop souffrant povr pe.J.·'~i::- et c::",:, frère Ibra Peti
l'accompagnerait à sa place.
J'avais donné ord~e ~ Fara Birac de me
rejoindre le 8 à Boudy; le 9 au matin j'~tais a,-ec mes gardes
à Djévol ; Beur NDiambour était caJllT)é av-:::c t.out son monde au
grand village Peulb à Ganado. et MBariœ::;.; oC·':'.).J?ai·~ avec les cava-
'/'

liers du Dualo tous les petits camps de la frontiere du Djoloff
sur une vingtaine de kilomètres environ. Ibra Fati le frère du
marabout arriva à mon campement vers trois heures de l' après-
midi ; je lui renouvelai vos ordres et lui dêclarai que si son
f'rère ne s'êtait pas rendu le 10 au soleil levant je le prendrai
de e;r6 ou de force. Je n'avais à ce mo:no;nt autour de moi que
les gardes et cinq ou six cavaliers qui me servaient de courriers,
a.ussi. peu ettrayé, accueillit·il mes I:lenaces avec un demi sourire.
J'espérais profiter de la lune pour me
rendre à Touba; nous avions environ quarante kilom~tres à faire
vers 8 heures j'appelai mes interprêtes pour leur donner mes
dernières instructions, ils devaient chacun se mettre a la tête
d'un groupe. A ce moment liBariane me rej?ignit avec une soixantai-
ne de cavaliers du Dualo et pr~venait que Aliou le suivait avec
'Ulle autre troupe aussi forte , peu d'instants apres Songho '"
l~ lieutnant du Beur venait me pr~venir
que Ibrahima NDIAYE n' attendai t que mon... se mettre en marche
avec tout son monde. le frère du marabout voyant ce d~ploiement
de forces me fit dire que si je voulais arrêter le mouvement
il s' engageait à ce que son frère vint se rendre à l 'heure fixée.
J'acceptai llIais le p~venant que si je ne faisais pas marcher
mes cavaliers noirs ils n'en
resteraient pas moins là prêts à
./.

j 1 J
.4.
me rejoindre et que j'allais I!lOnter à cheval avec mes gardes et
que le lendemain s'il me manquait de parole j'a.ttaquerais quand
même le village à l'heure convenue. Il partit accompagné des
deux interprêtes Fara Biram 10 et k:J.adou DIAYE. Le 10, le mara-
bout se rendit à moi 1i. l' heure convenue, et vers 2 heures de
l'après-midi; nous étions de retour à Djéwol. Comme je voulais
f::Jire c~ucher le lendemain Amadou Bamba à: Coki, village ccnsi-
dérable, entièrement peuplé de gens qui lui sont dévoués, j'avais
dû dès le matin envoyer l'ordre au Beur de le faire occuper par
ses gens et moi-même, laissant le marabout sous la surveillance
des interprêtes et des gardes, je m'y étais rendu le 10 au soir.
Bien m'en prit car
malgré toutes ces précautions
nous avons
failli y avoir une échauffourée, il y eut des cris et des mur-
mures et Fara Biram qui était il. la tête a dû menacer les plus
turbulents ; a Belelle, le lendemain, l' interprête Ama.dou NDIAYE
qui était à l'avant garde s'est vu refuser l'autorisation de
boire de l'eau à un puits. Le 12 au matin tout le monde était
arri vé à Louge. sans d'autre incident.
Je ne vous ferai pas 1 'historique des faits
qui se scnt passés en 1891-1892. Monsieur le directeur des Af-
faires Politiques est bien plus à même que moi de le faire
je
ne vous po.rlerai que dG ce qui s 1 est passé dans le cercle de
Saint-Louis du Sénégal depuis quelques mois seulement je ne
./.

m' etais pas rendu compte de l'importance de Amadou Bamba. et
lorsque je reçus l'ordre de m' emparer
• je fus assez mala-
droit pour le laisser échapper. Le marabout vint à Saint-Louis
trouver le Gouverneur et. en échange de la. liberté. il dénonça
lui-même les principaux talibés. I l est vrai qu'il savait que
son honteux marche resterait entre lui et nous et ne deconsidé-
rerait pas a.ux yeux des noirs, et qu'en outre il nous livrait
des te.libés non sans importance il est vrai ; mais des serignes
et non 4es guerriers.
. ; ..•.:....-.,. '-r-; -(. "';
.. '
Aujourd'hui Amadou Bamba espère reediter
l'fl.llcie~e
qui lui' e. ~j1i si bien réussi : il vous dira
qu'il est un pauvre mara.bout ne s'occupant que de ses livres et
de ses élèvès. qu'il sait bien que ses talibés le compromettent
mais que c' est contre son gré et malgré ses ordres et que si de
Mate.m à IHoro et il. Saint même on le proclame Mahdi il n ''Y est
pour rien. Il ajoutera. qu'il est pauvre. que ses aumônes le rui-
nent;vous pourriez alors lui
demander ce que contenait la cen-
taine de I:lBJ.les et d'autres qu'il a fait partir pour son ancien
village de MBacké à l'annonce de mon a.rrivée sur la frontière
du Djoloff dans la nuit du 8. Il n'y a dans son villa.ge que des
hilaires et si vous y trouvez des fusils ils appartiennent aux
gens de passage. C' est encore vrai ; mais que sont devenues les
provisions d'armes et de poudre qu'il possédait voilà six mois
.f.

·6.
au moment de son installation dans le Djoloff et les caisses
d'armes qu'on a vu passer i l y a quelques semaines à Coki et à
Djéwol. Il faudrait alors supposer qu'il a déjà distribué le
tout à ses adhérents et que, COIllllle je le disais dons un précé-
dent rapport on n'attendais que lE'. fin de l'hivernage pour com-
mencer le mouvement. Je ne suis pas le seul d'ailleurs à être pré·
venu à la dépêche provenant à mon col1~gue de Maœ.m de la missioll
qui m'était confiée i l répondait que depuis longtemps il savait
que Amadou Bamba deVl'lit â la fin de l'hivernage prêcher la guerre
sainte.
Il ne faudrait pas croire CJ.ue Amadou Bamba
se contente des talibés prêcheurs qu 1 il envoie lui recruter des
adeptes dans tous les centres de Nioro il Bokel et il S!lÏ.nt-wuis
même, son principal représentant, Ibrahima FALL peut compter
environ un millier de talibés. Je ne saurais mieux comparer la
situa.tion actuelle qu'à celle que décrit le général Faidherbe
dans les annales sénégalaises au sujet du trop célèbre Amadou
Sechei.kou. Cependant i l y a une différence toute en faveur d' Ah-
madou Bamha. Tandis que Amadou Secheikou ne s'appuyait que sur
les Serisnes, notre marabout possède une véritable armée de tiédos.
Je ne parlerai que pour mél!Pire de Samba
Lacbe Pends., le Bourba Djololf qui lui a fait sa soumission le
./ .

l';
_.;::.:.4$l1l$...---------------------~~\\.~)I:-
mois dernier. il es1: d'une 1:elle n\\JJ.li1:e qu'il ne peu1: comp1:er
dans la balance, mais Amadou Bam'ba a pour lui les DIOP et les LÔ.
Il existe dans le Cayor un proverbe qui
un
dit : II s i un damel est fâché avec un Diop et/LB il n'a qu'à s'en
aller': le tai1: était exact. Si l'organisation ac1:uelle a enlew
au parti
tiédo une grande partie de sa puissance. cependan1:
sans no1:re concours, les chets actuels ne pourraien1: lui résister.
Le chef des tiédos ralliés il la cause de
Amadou Bemba es1: Amadou l-lacoure DIOP. trore de l'ancien Damel
Lat-Dior. son lieutenante1: son frère de mère Amadou Abbas. Dans
le NDdambour les principaux chefs son1: à lui : Serigne Coki de
la famille des Lê, Demba. DIOP. Berou ex sérigne Gagna. révoqué
en 1891 pour ses at1:aches avec .Ame.dou BAMBA ; Dam Farima1:a LÔ qui
par sa naissance devrai1: être sérigne Louge. mais que les senti-
ments anti Français qu'il affiche on1: toujours tai1: 1:enir à
l'écart. C'es1: lui qui à notre passage e. refusé à l'in1:erpre1:e
l'au'borisation de puiser de l'eau au pui1:5 du village. Dans le
Baol Gandé DIEYE é1:abli sur la fron1:ière Ca,yor Baal. i l devait
ê1:re MBAYE Mbeyard mais ses antécédents. l'en ont empêché.
Adams GUEYE autre paren1: de Lat Dior et
un des premiers talibés de Amadou 13amba. En un 001: 1:ous les

• (3.
\\
ne
anciens partisans des Damels, tous les tiedos qui lvive.i.ent que
de guerre, de pillages, de rapines, et que l' organi sation e.c-
tuelle a rEiduits ~ la mist?re, se sont groupés autotl1' du marabout
Mahdi destructeur des blancs. Aucun ne se gêne de le dire et si
Amadou Bemba plus rt:aé, proteste à tout venant inconnu,de son
dévouement à la cause française, ses talibés se gênent moins et
en plein Saint-louis même le proclament Mahdi. Joignez à ces
bandeS de tiédos œcontents, la. horde des fanatiques qui sui vent
toujours C'!s pricheurs de guerre sainte et vous pourrez juser de
l'importance du mouvement qui, au signal de Amadou Bamba devait
éclater. Heureusement 1 'hivernage est une mauvaise saison pour
un soulèvement mais i l est plus que proba\\le qu'à la saison pro-
chlÙ1e le me.rabout eût levé le masque.
Je me fais l'écho des chefS du Csyor et
du NDiambour du Ngiolt Mérina et du OUalo. en vous priant de bien
vouloir fa.ire déporter au Gabon Amadou Bamba, faire interner
chez un de nos chefs dévoœs les talibés les plus compromis et
laisser le soin nu ~ur de prendre envers les autres telle mesu-
te qu'il juge convenable
Je suis avec un profond respect, monsieur
le Gouverneur votre tres humble et tr~s obéissant serviteur.
Signé M. LECLERC
Pour copie confonœ. le Directeur
des Affaires Politiques.

A N N E X E
1,4
Saint-Louis, le 29 Août 1895
A ri A LYS
E
au sujet du mara.bout
Amadou Damba.
Le directeur des Affaires politiques
à
Monsieur le gouverneur du Sénégal. et
dépendances
Monsieur le gouverneur,
Il Y a quelques semaines, l'Administrateur
du cercle de Saint-Louis était informé par le Bour Diambour, par
le président de la Conféderation du Cayor et par di vers a[(ents
de renseignements, qu' un marabout du nom d'Amadou Bamba, jouis-
sant d' une influence considerable dans tout le bas Sénegal mena-
çait par' ses agissements et par ceux des talibés, de troubler
la tranquiJlité de la région qui s'étend entre le Ferlo, le Bool,
le Ceyor. le Di ambour et le Oualo.
Après examen des faits, vous avez chargé
Monsieur l'Administrateur principal. Leclerc d'une mission dans
le Djoloff, qui s' est terminée par l'arrestation du ma.ra.'t.out et
d'un certain nombre de disciples. !.es divers incidents de cette
mission et ceux qui l'ont précédée sont tout au long consignés
1.

.2.
dans lID rapport de M. Leclerc joitlt à celui-ci ; je ne les ex-
poserai donc pas de nouveau. Il en ressort clairement que si
l'on a pû relever contre Amadou Bamba auctUl fait de prédication
de guerre sainte bien évident, son attitude. ses agissements
et surtout ceux de ses principaux élèves sont de tous points
suspects.
Amadou Bamba fils d' Abiboulaye LAYE ? n'est
d'ailleurs pas tUl inconnu pour nous. Originaire du NGuet dans le
Cayor, son intelliaence, et son savoir lui eurent bientôt acquis
une influence tr~s sérieuse dans cette province t't'xbulente qu'il
ne quitta qu'après la mort de Lat-Dior à Dekklé.
Le démembrement du Cayor, l'action plus
directe que nous allions désormais avoir dans les affaires àu
pa;ys, ne permettraient plus à Amadou Bamba d' espérer y acquérir
un jour la situation qu'avait toujours revée son ambition. Il
partit, mais il laissa denière lui bon nombre de te.libés, qui
de concert avec les eneiens compagnons de Lat Dior, formèrent
toujours un noyau d'agitation et d ' opposition à notre influence.
Si bien que dès 1889 M. le gouverneur
Clément THOMAS était obligé de s' occuper d'eux pour réprimer
leurs agissements et les faire chasser du Cayor' Quant à Amadou
.f.

Bamba, lui même, il avait aussitôt aprês la disparition de Lat
Dior· jeté son dévolu sur le Bao1. Cette province était alors
cOmmaDdée par Theyacine FALL, tié dctbrutal et ivrogne dont l'au-
torité n'était plus soutenue que par quelques favoris qui profi-
taient de ses vices pour razzier constamment la population. I\\ma-
dou Bamba pouvait donc espérer prendre lm jour en mains la direc-
tion de la partie musulmane de la population, déposer Theyacine
devenu insupportable et lui euccéder ; ou, si la chose n'était
pas possible, placer du moins à la tête du Baal un chef acquis
il ses idees et a ses int6rêts. Tenor Gogne par exemple. Aussi
le marabout decida-t-il d'aller s'~tab1ir non loin de N'Gabou
où résidait l'assassin du lieutnant MINET ; il se rendit dans
la province de Lah aux environs de M' Backé où il fonda un grand
village qu'il appela Touba.
L'endroit était bien choisi à l'extrême
Est du Baal, sur la trontiêre du Djo1off en dehors de toute
voie suivie, sur les confins du Fer10. à distance égale du Toro.
du Rip et de la Gambie.
Le marabout pouvait rapidement se porter
sur les lieux où l'aurait appelé tout mouvement politique ou
religieux; de même. en cas d'alerte la :f'uite était facile à
travers les plaines et les tor6ts du Fer10. soit vers la haute
.f.

·4.
Gambie et le Fouta Djallon, soit vers le Rip et Ste Marie de
Bathurst où i l aurait retrouvé notre vieil ennemi Se.ër Mati
avec lequel il entretenait d' ailleurs des relations suivies.
C' est lui. si mes informations sont exac-
tes. qui servit toujours d'intermédiaire entre le marabout du
Rip et Tanor Gogne quand celui -ci dc:;vint par une êtrange fortune
Teigne du Baol. Aussi pendflllt les huit ans qu'Amadou Ba.mba
passa ~ Touba. l'appui de Tanot" ne lui fit-il pas défaut.
Grâce Aces circonstances, son influence
gI'fllldit singuli~rement 1 et son villase devint le rendez-vous
d'un nombre considérable de disciples. de p~lerin6 qui tous ne
manquaient pas d' apporter au mara.bout vénéré d'importants cadeaux.
A cette époque il fut de nouveau l'objet de plaintes de la part
du Bour N'Diambour dont la. province était troublée par ses tali-
béa. OC agita déjà la question de s'emparer de sa personne. Aver-
ti. il prévint tr~s habilement nos desseins en envoyant son
frère protester ~ Saint-Louis de sa fidélité ~ notre cause et
en livrant lui-même les plus compromis de ses talibes.
Certainement il aurait attendu les événe-
ments dans le Ba.ol si la. mort brusque du Teigne n'était survenue.
Il en advint du Ba.ol comme il en avait été du Cayor. i l fut
./ .
i.S. r$
.4 _JI tiJ
•••,.;;,u

démenbré et place plus directement sous notre autorité. Notre
surveillance pouvait devenir gén€ra.1e
pour Amabou Bamba. Il
émigra. Il laissa à Touba du Bacl son frère Ibra et son oncle
Cheikh Anta et vînt lui-même se fixer en Mars dernier, dans le
Djoloff entre Thiamène et Melekh (province de Pass) où il fonda
un nouveau village qu'il appela également Touba or le Djoloff se
trouve aujourd'hui dans la même situation que le Baol en 1887
quand y arriva Amadou Bamba. I.e Bourba Samba Lacbé Penda. fati-
gué par la maladie et les abu.q d'un caractère essentiellement faible.
ne jouit plus d'aucune autorité. est à la merci du moindre acci-
dent. Sa succession peut ouvrir d'un mem"-.t à l'autre, l'ambi-
tion du marabout pù't concevoir toutes les espérances. Déjà
depuis les quelques mois qu'il est installé à Touba. en outre
dans cinq cents et quelques talibés qui l'accompagnaient, il a
groupé autour de lui un grand nombre des anciens guerriers de
Lat Dior. propres parents de l'ancien Damel tels que les Bira-
hima Codou. les Dialo FALL. les Ibra CASSE. les Mokhar Mariane
DIOP. les Mamadou Fatim. les Gallo NDIAYE. les Moumar Ma.me GUEYE,
puis d'anciens compagnons d'Ali Bouri : Ali Bouri Penda. Amadou
nous
Macourédia. l'ancien diaoudine NGuiguis révoqué par nous ;/avons
partout rencontrés dans les rangs des ennemis au cours
et nos luttes dans le Cayor et dans le Djoloff.
A Saint-Loui" même où son principal repré-
lIentent est Ibra SARR. le marabout cOIl\\Pte pr~s d'un millier
de
talibés
'/ .

.6.
La situation â.' Amadou Bamba a donc encore
grandi depuis son arrivée dans le Djoloff ; il n'est pas jusqu'au
Bourba qui nt ait cru devoir aller lui faire sa soumission au mois
de Mai dernier. Aussi les cinq mille talibés qu'il compte dans
le NDiambour. ceux très nombreux aussi qu'il compte dans le
Cayor semblent-il croire que les temps sont proches et leur in-
solence devient extrême. Dans le NDiambour les chefs sont insul-
tés. les villages où l'influence d'Amadou Bamba est la plus re-
connue, méprisent l'autorité du Beur et refuSent de payer les
impôts, lme sourde agitation se mani fe ste. Si l'on ajoute à
celà qu'au !'amkharet \\IDe grande rélmion devait avoir lieu à
Touba du Djoloff. que cette ré\\IDion n'a pas eu lieu sur la sim-
pIe annonce de la venue de l'Administrateur que depuis plusieurs
mois les talibés d'Amadou Bamba parcourent activement le pays
même jusqu'au Saloum et jusqu'au Rip pour recruter des chevaux,
des ânes, et des pileuses de couscous ; que, des renseignements
pris à Tivaouane, auprès du chef de Sambé, il résulte que de
nombreux
chevaux ont été rélmis à Touba du Baol ; que le bruit
court partout que des envois d'armes et de mlmitions ont été
dirigés sur les deux villages du marabout ; enfin si l'on ajoute,
qu'AmadOU Bamba élève
de Cheikh Sdia, marabout maure de la sec-
te des Khad:l:ia. professe depuis quelques années la doctrine Tidiane
qui comporte les prédications de guerre religieuse, toute per-
sonne qant l' exp6rience du pqs et des agissements des prêcheurs
.J.

de guerre sainte, acquerra la conviction profonde qu'Amadou
Bamba sans paraître lui-même, avec une habileté très certaine
preparait quelque coup de main pour un temps qui n'est pas éloi-
gné, pour la saison sèche procha.ine sans doute. D'a.illeurs de-
puis qu 1Amadou Bamba nous est
connu il n'a pas eu d r autre façon
de proceder que le Ma-Ba, les .Ahmadou Cheikhou, les Mahmadou
Lamine et les Samba Diada.na ; et l'on est frappe de la similitu-
de qui existe entre les protestations d'amitié qu'il nous fait
en 1884 et en 1891 et celles que nous faisaient Maba en 1864,
Ahmadou Cheikhou avant 1868, Mahmadou Lamine, à Goundiourou en
1885 et dans le Guoye en 1886 a le. veille de pNparer les uns
leurs Cll.lllpagnes du Rip et du Sa.loum, les autres celle du Djoloff,
le dernier enfin celle du Boundou et de Bakel.
L'exposé de la situation que fait dans
son rapport Mr. l'Administrateur principal LECLERC, les inqui6-
tudes et les plaintes des chefs avoisinant la région ha.bitée
par Amadou Bamba, les a.gisse~nts de ses teJ.ib~s, le passé même
du marabout montrent clairement que nous avons affaire en lui
à un hozmœ fort intelligent, très avise habile à ne pas se com-
promettre et dont l'esprit d'hostilité, les projets de conquête,
les l èvesd'ambition sont certains et poursuivis avec une obsti-
nation qui, si elle dénote un esprit de beaucoup supérieur à ceux
de ses cone;€nères,
n'en est que plus dangeraux à notre infiuence .
./ .

.8.
Aussi est-il de toute nécessité M. le
Gouverneur pour ramener le calme dans le NDiambour, le Djoloff
et 11 est du Bacl, pour ne pas mérlter le même reproche de "tolé-
rance exce s sive n, que prononça Faidhe rbe au sujet de notre atti-
tude à l'lSgard de Ma.bmadou Lamine en 1886, dl enlever .Amadou
Bamba non seulement à la région où son action se faisait le
plus immédiatement sentir. mais au Sénégal même, de 11 interner
.au llOins pour quelques années dans un pays êbigne, t'JI que le
Gabon. où ses prédicateurs fanatiques nI auront a.ucun effet.
Quant à ses talibes Sikhs ou Sérigoes il
importe de les disperser et de leur intimer 11 ordre d'avoir tous
à réintégrer leur village d'origine et de ne plus s'en absenter
sans notre autorisation. Parmi les guerriers de Lat Dior et
dl Alboury qui s' apprêtaient à donner concours au soulèvement
projeté; les plus compromis pourraient être. si vous le jugez
nécessaire. envoyé dans le Oua.lo et placés sous la surveillance
de Yamar MBODJ. Je ne parlerai pas de Sambe. Laobé Penda Bourba
Djolof'f' ; ce chef nous e. depuis plneieurs mois donné de trop
nombreux sujets de p;,.intes pour que, la saison sèche venue nous
nI ayons pas à prendre un décision à son égard.
Telles sont, Monsieur le Gouverneur les
propositions auxquelles je vous prie de vouloir bien donner votre
./ .

approbation en conseil privé.
Je suis avec un profond respect. monsieur
le Gouve rneur. votre très obéissant serviteur.
Sign€
M. MERLIN
Approuvé en Conseil privé d.9.ns
sa séance du 5 septembre 1895
Le Gouverneur
SingE; L. MOUTTET.

.1
A N N E
X E
I,5
Gouvernement du Sénégal et Dépendance
Délibération nO 16 - Extrait nO 1
République Frnnçaise
Liberte - Egalité - Fraternite
Extroit du Conseil Pri~
séance du 5 septembre 1895
Monsieur le Directeur des Affaires Politi-
ques soumet à l'approbation de Monsieur le Gouverneur en Conseil
Pri~, un rapport sur les agissements d'un marabout du nom
d'Ahma.d.ou Eamba.. qui menaçait de troubler la tranquillité de cette
région qui s' étend entre le Ferlo, le Baol, le Cayor, le lIDiam-
bour et le Oue.lo.
---------------------------------------------------------------
Après avoir introduit Ahmadou Bamba au
sein du Conseil Pri ~, lui avoir fait connaître l'accusation
dont il est l'objet et l'avoir interroge;. le Gouverneur sur l'avis
unanime du COllseil adopte les conclusions du rapport de Monsieur
le Directeur des Affaires Politiques.
Pour extrait conforme
Le Secretaire archiviste p.L

A n n e x e :
I,6.
Saint. le 16 septembre 1895
Gouverneur du Sénégal ct
Dépendance> Cabinet du
ReDublique française
Gouverneur nO 1124
Liberte - Egalite - Fraternité
ANALYSE
Le Gouverneur du Sénégal et Dépendance
Par intérim L. MOU'l'TET
Monsieur le ministre des Colonies Direction politique
et commerciale.
Monsieur le ministre,
J'ai l'honneur de vous transmettre deux rapports de monsieur
l t administrateur du cercle de Saint-Louis, un rapport de Monsieur le Directeur
des Affaires PQlitiques et un extrait de la seance du Conseil prive du 5
septembre 1895. relatifs à Wl marabout du Cayor établi dans le Djoloff. nom-
~ Ahmadou Bamba.
Les agissements de ce marabout et ceux de ses talibes sont relatés
dans les rapports de M. Leclerc. Ils avaient déjà produit dans les provinces
du Djolof
et du Ndiambour, une effervescence qui inquiétait les chefs. Pour
calmer les esprits et afin que la tranquilité dont nous jouissons depuis plu-
sieurs anné~s ne soit pas trOUblée, il importait d'éloigner du Sénégal le
musulman ardent (il est tij âne) auteur duquel se groupaient les fanatiques
et les mécontents. Le Conseil privé, après avoir enten
la lecture des rapports
de MM. Merlin et Leclerc, et fait comparaître Ahmadou a été d' avis à l'un!U1i-
mité qu'il y avait lieu de l'interner au Gabon, jusqu'à ce que l'agitation
caus" par ses enseignements. soit oubliée au Sénégal.
1\\hma.dou Bamba sera dirigé sur Libreville par paquebot passant à
Dakar le 21 courant. Une pension de 50 francs par IllOis lui sera servie pendant
la duree de son internement.
Je suis, avec un profond respect, Monsieur le ministre votre très
obéissant serviteur.
Signé
L. MOUTTET.

Annexe
I,7.
Saint-Louis, le 20 juin 1903
Monsieur le Gouverneur du Sénégal et Dépendances
à
Monsieur Cheikh Sidia en Mauritanie.
Je t'envoie sous la garde de ton talibé (Cheikh HOlm'l.) h:e.dou
Bll.r.lb1l. qui come tu le sais Il. fomenté des troubles dans le pays que je comman~
en donnant ses mnuvais conseils à ses talil)és et aux he.bitants. Et qui a man- '\\
qué à la. loi coranique en refusant plusieurs fois d'obéir à mes ordres quand
je lui a.i ctit de venir A Saint-Louis.
Il s'est aussi éloigné de la sagesse en ne suivant pas les conseils
que tu lui donnais et ton amitié pour lui. les services que tu lui as rendus
et ton autorité religieuse devaient rendre sacrés pour lui comme les ordres
d'un père à son fils.
Il m'a oblig6 à envoyer beaucoup de monde vers lui pour assurer
l'exécution de mes ordres. Il ne serait pas venu si je n'avais pas employé
ce moyen énergique. Cependant, je veux bien tenir compte qu'il s'est rendu
a mes envoyés avant qu' il ait été nécessaire de faire parler les fusils et
qu'il a ainsi évité des morts dont il aurait été responsable envers Dieu.
Je veux aussi en raison de mon amitié pour toi ne pas traiter Amadou Bamba
avec toute la rigueur que méritent les rebelles.
J'ai donc décidé qu'Ahmadou Bambe. te sera remis. Tu le garderas
dans une de tes Zaouias. Il pourra alors se consacrer entièrement au service
de Dieu et passer son temps dans la prière. Tu lui donneras les conseils de
ta science religieuse et ton expérience. Tu e~êcheras avec soin qu'il ne
co=ique avec les gens du Baol et du Sénégal qui !>Ourraient troubler son
recueillement et faire renaître dans
sa tête les idées coupables pour les-
quelles il est ~loignê de son pays.
./.

.2.
Tu lui rappeleras que c'est à cause de toi surtout que je me
suis montre cl~ment et gén~reux envers lui.
Tu le préviendras que toute tentative d'évasion de sa part serait
inutile et dangereuse pour lui ; car je dispose de moyens assez puissants
pour le reprendre partout où i l pourrait aller. Ale rs) s 1 i l rendait cela
nécessaire, il aurait outragé mon autorité et perdu tout espoir de pardon
et d'indulgence.
Je le ferais transporter au Gabon d'où il est revenu par ma seule
volonté g€méreuse
et non pas par miracle.
Je compte sur toi pour l'exécution de ce que je viens de te dire.
Ton ta.liM (Cheikh HoUlle.) qui a assisté à mon entretien avec
Amadou Bamba te dira le -reste de mes paroles.

Annexe
I,e.
Saint-Louis, le 13/4/07
Monsieur le Gouverneur du SenégeJ. et dépendances
à
Monsieur l'Administrateur du Cercle de Louga.
Je viens d'être saisi :par M. le commissaire
du Gouvernement r,enéral en Mauritanie d'une demande d'autorisation de re-
tour au S€negeJ.
formulée par Cheikh Sidia en faveur de Cheikh Amadou Bamba.
L' attitude irréproche:b1.e de ce marabout pendant
son internement à Souet El Ma et au cours des derniers événement qui ont
troublé le Tagant et le Trarza. les services rendus à diverses reprises
aux agents de la Mauritanie, l'assurence :pour l'avenir de sa. f'idelitfi dont
Cheikh Sidia se porte garant, enfin son etat de santé préc!Ûre me détermi-
nent à lui accorder cette autorisation sous certaines réserves.
Je vous prie en conséquence de rechercher dans
votre cercle un terrain vacant d'accès assez difficile en vue d'eviter
l'établissement ou les all6es et venues incessantes de ses fid~les o~ ce mara-
bout pourra s'installer sous la. surveillance immediate du chef du Djolof Boune.
Dès réception de ces renseignements, je :pren-
drai toutes mesures utiles pour que Cheikh Ahmndou Bambn soit dirige sur sa
nouvelle résidence qu'il ne pourra quitter sans autorisation.

Annexe
I.9.
Gloire à Dieu ...
l>bh ben M::Jh ben Habib Allah
il. Monsieur le Gouverneur du S€n€gal
SE'~utations d'usaBe.
JI ai l'honneur de vous faire conne.ttre mci-
même qUI;} de IlIA part rien n' est ch~~ dans ce qui a. fait l'objet de notre
conversation.
J' ai convenu avec Monsieur l' Administrateur
du Cercle que
10) Un certain nombre d'enfants qui fréquen-
tent mes écoles seraient instruits dans la langue française courante.
2°) Plus tard plusieurs d' entre -eux seront
envoyés à la Médersa franco~sulmene de Saint-Louis à 1'eftet
d'être
no_s instituteurs.
3°) J'enverrai plusieurs cultivateurs à la
station agricole qui sera créée sous peu dans ce cercle.
JI espère dans votre justice M. le Gouverneur
je construis une maison à Diourbel pour y demeurer dans le bien j'lUlqu' à ce
que vous m'autorisiez à retourner dans mDn pays et auprès des miens pour
y adorer Dieu dans le salut et la. paix. Salutations.
P.C.C.
L'AdmiIIi>trateur
Chef du Bureau Politique

A n
n
e
x
e
I,10.
Dakar, le 31 mars 1921.
Le Gouverneur géneral de l'Afrique occiden-
tale française.
il.
Monsieur le Lieutenant-Gouverneur du Sénegal
Saint-Louis
J'ai l'honneur de vous accuser reception
de votre lettre BP. 26, du 26 mars, concernant le Serigne Bamba.
J'approuve dans leur ensemble vos propositions
Ils ne sautait être question d'autoriser Ahmadou Bamba il. s'installer il. Touba.
Toutefois en raison de son excellente attitude depuis plusieurs annees, des
gages qu'il nous a donn6s de sa bonne volonté, du calme où il maintient
ses adeptes, j'estime possible de l'autoriser il. se rendre il. Touba une ou
deux fois par an. pour y faire une sorte de "retraite Il ch~re aux ascÈltes
musulmans et spécialement il. lui-même.
La dnte de ces voyages SQra fixee par vous-œme.
en tenant compte des desiilé".' du marabout d'une part et de toute consideration
d' ordre politique d' autre part. La durée en sera très courte • au moins pour
le debut. J'estime que pour cette annee elle ne doit pas dépasser 8 et 15 jOurf
Un agent de l'administration -un inoigène bien
entendu- et judicieusement choisi, accompagnera le marabout dans ses dépla-
cement de façon que. tout en évitant de lui donner l'impression qu'il est
sous une surveillance policière. on lui laisse neanmoins le sentiment que
ses actes sont contrôles. Cet agent sera chargé de veiller il. l'ordre public •
.f.

.2.
I l ne faut Ilas en effet que la presence du marabout à Touba donne lieu à
une eclosiOn ou à une recrudescence de pratiques de fanatisme.
I l faut qu; Ahmadou B8.I!lba ait l'impression
bien nette qu'il n'est ni prisonnier, ni interné; mais, d'autre Ilart,
i l a ete prévenu que si ses visites à ToubE'. donnent lieu à des déplacements
exagérés de pcrpulations, à des scènes de f('.natisl'Ie ou à des intrigues po-
litiques, elles seraient interdites à l'avenir. Je considère specialement
que les installations cOl!ll!lencées Ilar IBRA FATI à Touba sont complètement
inutiles et surtout qu 1elles ne doivent pas se transformer en un c8jllp re-
tranche comme celles de Diourbel. Tel qu'il est, ce village est très conve-
nable pour recevoir le serigne ; tout au plus pourreit-on l' am~liorer par
des aménagements de peu d'importance.
Il est bien enteudu que ces déplacements
d'Ahmadou Bamba ne sont pas un acheminement vers une réinstallation à Touba.
Sa rési.d e lce reste fixée à Diourbel, et c'est à Diourbel que lui ou son
entourac;-' doivent mettre à execution leurs projets grandioses de mosquée
et de constructions diverses.
Je ne vois aucun inconvénient à ce que le
marabout soit autorise à traiter les menues affAires quotidiennes de son
lŒUR avec l'Administrateur de Diourbel par l'intermédiaire d'un delégué.
Le Commandant de Cercle conserve bien entendu le droit de le faire aPIleler
lui-même pour toute affaire Illus importante.

~ cI
·.A\\ n n e x e I, 11. L'ENSEIGNEMENT EN AFRIQUE
TABLEAU 2
Scolarisation des enfants pour l'ensemble du S~n~gal
(en %des effectifs par classe d'âge)
GARCONS
FILLES
::1:===--=============================: ============-
-====
Age
:Ecole coranique
: %autre ~cole
: Ecole coranique: %autre ~cole
----------------------------------------------:---------------------------------
5 ans
0,53
6,40
2,99
0,35
6 ans
16,34
3,69
6,64
3.32
7 ans
18,86
20,46
0,61
15.07
8 ans
18.73.
25,92
5,60
16,34
9 ans
16,19
30,11
5,23
17,84
10 ans
18,55
30,01
4,96
19.14
11 ans
13.33
32,63
4,03
18.36
12 ans
16.05
29.92
4.18
16.73
13 ana
15.00
30,00
2.67
14.73
Nous constatons que :
1°) Le taux de scolarisation dans les ~coles coraniques passe par un maximum
pour les garçons autour de 10 ans. pour les filles autour de 8 ans.
2°) Une baisse de la scolarisation coranique pour les garçons entre 8 et 10 ans
Ceci tient au fait que. souvent, les gerçons fr~quentent de 5 à 7 ans l'~cole
coranique. Puis fréquentent l'~cole publique qui leur permet d'obtenir une situa-
tian. C'est le deuxième type que nous avons relevé en milieu rural qui est ainsi
assez r~pandu.
.f.

.2.
RESULTATS PA...~ REGION
Si nous nous reportons au tableau indiquant la scolarisation dans les dif~rentes
régions du Sénégal, nous constatons que les pourcentages de scolarisés dans
les écoles officielles
et coraniques est plus élevé dans la région du Cap-Vert
(Dakar) que dans les autres régions :
TABLEAU III
Population africaine. Fréquentation scolaire (milliers)
Désignàtion garç.: Cap- ·Casa-
: Diourbel: Fleuve
Sênég • . Sine. Thiès:Sénég.:
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ •
Vert : man ce
.
.4
-
Orient .. Saloum·-
-
_
')
,
t
SI
,
!o
:f
t

Effectif 6 - 13
ons (1)
38,6
56,0
46,2
35,1
14,3
70,0
42,0
302,~
Non scolarish
9,1
38,0
34.3
21.1
" ,9
38,5
26,6 :179,5
Elol.:! coranique
5.1
6,0
8,9
9.0
1,6
13,4
7,2
51,2
Autres écoles
24,3
11 ,5
3,0
4,9
0,8
18,0
8,4
70.9
%scolarise (2)
: 63
21
6
14
6
26
20
: 23
%6cole coranique: 13 ,21 :
10,71 :
19,26
24,64
11 ,18
19,14: 17,14: 16,96
%autres écoles
62,95:
20,53:
6.49
13,96
5,59
25,71: 20,00: 23,42
(1) - y compris les non déclares
(2)
Compte non tenu de l'école coranique.
./.

? b)
.3.
Filles
. Cap- : Casa-
. DiourbEl: Fleuve
. Sénég. . Sine , Thiès: Sénég.:
. Vert . mance
'
.
. Orient.' Saloum'
,
-----------------:------~-------:--------:---------:-------- :------:------:-------:
Effe--t~f 6 - 13
Ans
38,7
:38
,
0
51,9
38,9
30,0
9,6
65,9
,
273,0
Non scolarises
16,8
44,8
36,8
26,0
9,3
53,3 '31
.
6
,
218,8
Ecole coranique
4,8
1,5
1,0
',9
0,2
3,5 . 1 4
,
,
14,4
Autre école
16,8
5,1
1,0
1,9
0,1
8,9
5,0
38,8
%scolarise
43
10
3
6
1
14
: 13
14
%~cole coranique: 12,40: 02,89
02,57
06,33
02,08
05,31:03,68
05,27:
%autres écoles
. 43,41' 09,82
02,57
06,33
01 ,04
13,50' 13,15
14,21'
Nous remarquons que dans les trois régions où la scolarisation officielle est
particulièrement en retard : Diourbel, Fleuve, Sénégal oriental, la. scolarisa.tion
coranique l'emporte très nettement sur la scolarisation officielle. Ainsi à Diour-
bel, pour l'effectif de 6 à 13, 19, 26 %des garçons vont à l'6cole coranique
contre seulement 6,49 %allant à l'école officielle.
Dans la même région, pour les filles, ces pourcentages sont égaux et se situent
,,'
aux environsde 02,57 %
Dans la r6gion du Fleuve, pour les garçons, ils sont de 24,64 % (plus fort '!aux
de fréquenta.tion coranique au Sénégal) et 13,96 %.Pour les filles, de 6,33 %quant
à chacune des deux catégories d'écoles.
A Diourbel, ces taux sont de 11,18 %et 5,59 %en ce qui concerne les garçons et
02,08 %et 01,04 pour les filles.

A N N E X E
I,12.
Pèlerins du continent africain à la Mekke en 1973 et 1974
1393/1973
1394/1974
...
Année
Total
Total
Hommes
Femmes
Hommes
Fenuœs
:.frique du Sud ••.
1.316
1.524
2.840
975
1.040
2.015
/J.gérie ..........
7.662
15.283
22.945
16.235
32.790
49.025
Ce.r:eroun •••••••••
1.375
870
2.245
2.580
1.842
4.422
C6::trafri que •••.•
202
75
277
232
91
323
Côte d' Ivoire ••••
505
461
966
642
523
1.165
na.'omey .•.•.•••••
209
142
351
296
231
527
~te ..•••••••••
20.573
15.879
36.452
50.385
39.232
89.617
!:thiopie .........
2.682
977
3.659
2.360
1. 113
3.473
c.ambie .....•••
221
<Il
• •
158
379
348
249
597
C:'Ma
715
420
1
• • • • • • • • • • •
1.135
608
497
1.105
Guinée •••••••••••
1.703
1.099
2.802
~28
560
988
Ha.utc-Volta. •••••.
488
823
1.311
988
588
1.576
Y..enya ••••••••••••
457
408
D65
306
223
531
Libye ••..........
17.884
12.821
30.7:l5
17.738
î2.9'n
30.715
~hli .............
1.001 .
728
1.729
1.568
1.060
2.628
!~oc ..•.•••.•••.
9.929
4.994
14.923
17.904
9.728
27.632
'1

.:nUI"l ce ......•...
131
163
::}4
1
1
2
3
l-nuri tanie .•.•...
499
457
956
850
827
1.677
",
lilger ....••...•.•
1.422
1.032
2.454
.,., , .
3.829
3.201
7.030
,.lgena ..........
22.957
15.882
38.839
31.057
20.707
51.764
Séné gal •.••••••••
1.834
1.399
3.233
2.106
1.297
3.403
Sierra Léone •..••
371
148
~i9
348
156
504
Sot:alie ..........
1.656
1.186
2.842
2.172
1.595
3.767
Sudan ....••...•.•
18.304
14.918
33.222
23.980
18.104
42.084
Tanzanie ......•.•
570
391
961
414
231
645
Togo .••••••.•••••
115
70
185
-
-
-
'l':had.......•.•.•
1.380
1.418
2.798
2.261
2.660
4.921
Tunisie ... "......
5.221
2.947
8.168
6.677
4.108
10.785
,Uga.nda •••••••••••
1.819
955
2.774
2.073
1.034
3.107
kItres pays ......
589
360
949
246
436
682
TOTAUX •••••
123.790
97.988
221.778
139.607
157.104
346.711
-
Source
Ministère des Finances et t'3 l , Econo:::5..c • service :'.~s Statist~.ques
Re'!ultats glo'Jo.wc concernr"::~ le p~lel·:'!:),a.ge de 1::;;4 (1974). :î,3 p.
(Eiad 1974)
Voir Joser!l M. CUOQ, !P-s musulmans en Afrique, 1975

fJI1ŒXE 1. 13
COHSEIL
SUPERIEUR
DES CHEFS
RELIGIEUX
--------------------------------------------
Il est cr~r au Sén~ga1 le troisième jour du mois de
~ovCQbre 1958 entre les Chefs Spiritue1s.des diffSrentes sectes de l'ISIJU~,
une institution dite Conseil Supérieur des Chefs Religieux.
Cette institution a pour but, et particulièrement pour
,°)
mission : /u~ protéger, sauvegarder et maintenir les dogmes de l'ISLAM dans
le Véritable sens.
2°) De contrôler et vérifier la constitution qui devra être
soumise à l'approbation du peuple en vue de donner à l'ISL~~, dans le nouvel
Etat S~négalais et particulièrement dans la Communauté Française une liberté
absolue. (Liberté de pratique, liberté de réunion, liberté de parole, liberté
d'expansion, liberté totale).
30) De faire accepter toute constitution conforme aux
intérêt s de l' ISLI'J.1 et des prat iquants de l'ISLAM et repondant au: bu
de
la présente constitution.
Faire rejeter toute constitution dont la teneur peut
porter a.tteinte, tant soif: peu à l'ISLAM à la pratique de l'ISLAM et l' ex-
pansion de l'ISLAM.
4°) Servir de m~diateur dans tous différends existants ou
POUlant exister entre musulmans, entre Chefs religieux et entre ceux-ci avec
l'administration en vue de réconciliation parfaite et une cordiale entente
pour la paix de tous.
5°) Défendre les intérêts généraux et particuliers des
membres de l'ISLfu~ dans tous les domaines, é«onomique, politique, social,
culturel et judiciaire par des conseils et revendications auprès des pouvoirs
publics et judiciaires.

.2.
Le Conseil Supérieur des Chefs Religieux ~ administré
p~~ùne commission de direction composée des principaux dignitaires de la
Religion.
La Commission de Direction statue souverainement sur
toutes les ~uestions relevant de la mission du Conseil.
Elle peut dans les questions de haute importance,
relative à la Religion. convo~uer l' ASSEHBLEE GENERALE de tous les membres
du Conseil.
La Commission de Direction nomme dans son sein une
commission d'administration cbarg€e
:
a) de l'exécution des d€cisions
della commission de
direction ;
b) des relations du Conseil avec l'Administration
c) de la correspondance et des informations
d) de la convocation de la commission, de direction de
l'ASSEl1BLEE GENERALE.
LA COI-1MISSION DE DIRECTION élit un bureau à chaque
session ou séance de travail.
La Commission Administrative doit tenir la Commission
de Direction au courant de toutes activit~s et tous les renseignements
recueillis concernant la Religion.
-:-:-:-:-:-:-:-:-:-
Il forme son bureau composé de :
PRESIDENTS Dt HONNEUR
CHERIF TIDJANE-MOUHAHED EL HABIB
CHEIKH SIDIYA-EL HAJI ABDOULAYE
CHEIKH TALIBO'lJYA.
PRESIDENT ACTIF TIDJf>.i'n : EL HADJ SEYDOU NOUROU T/<LL GRAND MARABOUT DE L'A. 0 •F •
PRESIDENT ACTIF MOURIDE, EL HADoT FALTT.on MBM'~1CFŒ--lVIJCY1r.\\.lT:-O==-1"!'t"":>m:==-.!·L:l'r'--------------

' / V ·
.3.
VICE-PRESIDENCE : CHEIKH BACHIR MBAClŒ
,0 SECRETAIRE GENERAL
EL lliJDJ IBRlJ1n~ NIASSE
2° SECRETAIRE GENERAL
EL HADJ CHEIKH MBAClŒ
TRESORIER GENERAL
EL PJffiJ .~DOUL AZIZ SY
TRESORIER GENERI'.,L ADJOINT : 1°_ EL HADJ MAI<l.WOU AWA BALLA
2- -EL HADJ CHAMS EDDlNE DIAGNE.
SECRETAIRE A LA PROPAGANDE: EL HADJ IBRAHlMA DIOP GRAND SERIGNE DE DAKAR
SECRETAIRE ADJOINT A LA PROPAGANDE : 1°_ MOUSTAPHA SY GRAND MARABOUT
20 - EL HJ~J CHEIKH Mf~IONE LAYE.
l1El1BRES DU Cm,1ITE DIRECTEUR :
CHEIKH EL Hlù)J MllMOUNE MBACIŒ
EL HADJ ASSANE NDOYE
EL H.'\\DJ SEYDl MOUNTAGA TALL
EL HJlDJ DAOUDA NDIAYE
EL HADJ AMADOU LAMINE DIENE
'EL HADJ TlDJANE SY
EL HADJ AW'J)OU SY
EL HADJ MOUHANADOU SAID
EL H1IDJ BABJ.C.t.R NIASSE
EL HADJ TAFSIR BABACAR DIOUF
EL HADJ fu.\\1!J)OU WIINE KiIlŒ
EL HADJ CHEIKH NDIAYE
EL H1\\DJ MOUSSA NDOYE
EL HADJ SIDY ALI KOUNTA
EL HADJ CHEIKH AWA BALLA
SlDY l>lANSOUR SY
EL HADJ CHEIKH M'1WillOU KHl:.BANE
EL HADJ AHMED DEME
EL HADJ IBRAHlMA SAKHO
EL HJJ)J AHMED CISSE
EL HJ'~J OUMAR BOUSSA
EL HADJ HJlDI TOURE.

ANNEXE I. , 4
Les Notables et Chefs religieux, membres du Conseil Supérieur
Islamique du Sénégal, soussignés, réunis chez le doyen, El Hadj Seydou Nourou
TALL à Dakar, le 3 janvier '97'.
- Considérant qu'à la suite des discussions relatives au
projet de loi portant sur le Code de femille, le Gouvernement a bien voulu
prendre leur avis ;
- Considérant que cette consultation aurait sa pleine signi-
fication avant toute mise en forme du projet en question ;
- Considérant les difficultés que présente, pour des lettrés
en arabe, la discussion d'un projet volULJ.ineux écrit en français ;
- Considérant que la loi Divine est une loi immuable qui, en
aucun cas ne pourra être modifiée par Je désir des hommes ;
- Considérant que le CORAN et la TRADITION du Prophète
MOUHAMED ont établi une fois pour toutes, les lois qui régissent la vie
des adeptes de l'ISLAM dans ~s différents aspects;
- Considérant que, pour toute question qui n'est pas expli-
citement fixée en droit musulman, si cette solution doit nécessairement, être
recherchée et trouvée dans les principes généraux du CORAN et de la Tradition
du Prophète ;
- Considérant que les dispositions des articles du projet
de Code relevées dans les pages annexées sont en contradiction flagrante
avec l'esprit du CORP~ et de la Tradition;
- rejettent purement et simplement les articles en question,
pour se conformer strictement, aux prescriptions de la loi musulmane;
- sollicitent qu'à l'avenir, les textes qui leur seront
soumis pour avis. soient accompagnés d'une traduction en arabe ;

- souhaitent que l'Assenblce Nationale représentative
du Peuple soit utilement second€e
par une chambre de Réflexion au sein de
laquelle devront sièger ; Notables, Chefs coutumiers, Chefs religieux et
Juristes en ~tière de droit musulman pour étudier tous les projets ou
propositions de loi touchant en particulier
toutes les religions du pays.
Fait à Dakar, le 3 Janvier 1971
ONT SIGNE
LES P~TICLES CI-DESSOUS SONT EN CONTRADICTION
AVEC
LE
DROIT
MUSUIUAN
LIVRE
l
ARTICLE
I.
LIVIIE II
ARTICLES :
103 - 104 - 105 - 109 - "1 - 112 - 113 - 116
117-118- 121 - 123 - 125 - 132 - 134 - 140
146 - 147 - 158 - 159 - 161 - 167 - 178 - 180
RELATIFS aux fiançailles - Mariages et Divorce.
LIVRE 3
ARTICLES
191 è 197 - 203 - 211 - 215 - 216 - 218 - 219 - 223
et suivants relatifs à la filiation paternelle et à
l'adoption (253).
LIVRE 4
ARTICLES
256 - 261 à 265 relatifs à la parenté et à l'alliance.
LIVRE 5
I.RTICLES
276 - 277 - 296 - 329 - 340 relatifs aux mineurs
à l'attribution de la puissance paternelle et
tutelle.
LIVRE 6
ARTICLES
368 - 377 relatifs aux régimes matrimoniaux.
LIVRE 7
DISPOSITIONS DES TITRES l et 2 relatives aux successions.
Titre l Article 396 (garantie) Titre II Droit cummun.
LIVRE 8
ARTICLES 662 - 663 - 667 - 669 - 670 - 674 - 676 - 704
707 - 708 - 709 - 710 - 715 - 753 - 811 - 824
827 relatifsà la donation et du testament.

ANNEXE I. 15
COJiSEIL
SUPERIEUR
ISLAMIQUE
1I1l1lJ
SEllllEGAL
Monsieur le Député,
MM. El Hadj Seydou Nourou TALL, Grand MJ\\RABOUT à DAKAR
El Hadj Abdoul Aziz SY Khalif Général des Tidianes
El Hadj Chr:ickh Amadou MBACIŒ, Grand NARABOUT à TOUBA
El Hadj J\\mE'.dou Lamine DIENE, Grand DlAM de DAKAR
El Hadj IbrahiI:lB. NIl-<SSE Grand MARAlIOUT à KAOLACK
El Hadj Mamadou SAIDOU Grand MIŒ!-I130UT à MEDINA GOUNASSE
El Hadj Cheikh Alioune SECK Grand HARABOUT à N' GOURANE
El Hadj Chemsdine DIAGNE CADI à DAKAR
El Hadj Sidina Mandione LAYE Khalif Gén~ral des Layènes
El Hadj Sidy Lamine KOUNTA Grand MARABOUT à NDIASSANE
ainsi que plusieurs grands dignitaires de l'Islam, réunis au sein d'un
CONSEIL SUPERIEUR ISLAMIQUE DU SENEGAL ont unD.IlÎmement approuvé les con-
clusions di une commission qu'ils avaient désign6e pour étudier en fonction
des lois islamiques dispositions du projet de loi sur un code de la famille.
Les voix précitées étaient certainement au Sénégal les plus
autorisées pour parler au nom de la religion cusulmane ; en tout cas il est
hors de doute qu 1 elles étaient hautement qualifiées pour le faire.

? 1+
.2.
M}f. El Hadj Seydou Nourou TALL ...•.• (Président)
El Hadj Abdoul Aziz SY ...•...... (Vice-Président-)
El H~dj Cheikh Amadou ~1BACKE .... (Secrétaire-Géné~al)
en remettant cette résolution à rfunsieur lè Premier Ministre n'ont pas
manqué de souligner que notre position etait dictée à l'exclusion de toute
autre consideration.par le seul respect des lois divines qui interdisent
formellement d&lS l'Islam, la reconnaissance de toutes dispositions con-
traires aux prescriptions immuables du Coran ou à la Tradition de notre
Prophète MOHAMED.
Monsieur le Premier Ministre se déclara fort satisfait et
donna l'assurance à nos envoyés que toutes nos observations seraient
pr~ses en considération pour la rédaction du projet definitif qui serait
soumis à l'Assemblée Nationale.
De fait, rien à ce jour ne nous autorise à mettre en doute
ces promesses: quand même comme nous 6tions en droit de l'espérer le pro-
jet modifie n'a pas été porté à notre connaissance avant son examen très
prochain semble-t-il par votre assemblée.
En tout état de cause nous tenons à préciser qu'il n'est
point et ne saurait nullement être dans nos intentions de nous inféoder
dans la conduite des affaires de la Nation qui vous échoit de par la
volont6 du peuple souverain.
Mais nous devons nécessairement en vertu des exigences qui
résultent des fonctions que nous confère notre position dans la religion
lever 6quivoque sur notre position en réaffirmant solennellement notre
volont~ inébranlable de rejeter catégoriquement toute mesur§;E:fficielle.
qui ne respecterait pas les pri~cipes sacres, de notre rzligion.
Certes l'Islam comporte des recommandations qui peuvent
s'accomoder avec les circonstances selon les lieux: mais il dispose aussi
de prescriptions impératives et immuables gue nul à quelque motif gue ce
soit ne peut modifier.
En la circonstance il nous paraissait opportun de faire la
lumière dans cette affaire que votre décision soit prise en parfaite con-
naissance de Cause.

.3.
Votre responsabilité désormais est entière.
Nous avons mission d'enseigner les règles de la religion
que chaque fidèle se doit de pratiquer et si besoin de défendre.
Notre espoir~est que dans l'intérêt supérieur de la Nation
les principes sacren de notre religion ne seront pas bafoués.
Tel est notre souci, et précisément l'unique objet de
cette démarche.
Veuillez croire, Monsieur le Député, à nos sentiments
bien sincères.
P.J.
1 exemplaire de notre r6solution
du. 3.1. 1971.
li. Dakar. le 13 MAI 1972
Pour le Conseil Supérieur Islamiqu.e
Le Président
Le Vice-Président
Sign6
El Hadj Seydou Nourou TALL.
Signé : El Had,j Abdoul li.ziz SY
Le'Secrétaire Général
Signé : El Hadj Cheikh Amadou MBACKE

.. ... -
••
_
Ji
~fONlrl~EUIl
ou SENEGAJ-A ET DEPENDANCES
doun:'VAl.I. OPI"ICIEI•
..-.
uf'f,.·e.
S'&drHlel pour lu .baelU~IDI'O(1( ,.1 aue:Gtn •• UIQ'iliaria' . .
('OnhMlu\\ltlllr.
~"""""""'Iio."'-".........
a...-.,....,.........• "
"--_
If. . ."h'#I'......,..
Ld
,III
......
.... -,...
AVIS.
nim.ncl,~ pJ'('>('bain "pm la 01.,..., mililai~ de 1
........... "1 .1~Oli", UII Te !Jeu", sera daalllé en actioo.
d~ .rà~ flOur la .icfoire d~ Magenlll.
PARTIE OFFICIELLE.
1.. kure.circulaire 5UivUJte VI cllre répalJdue dans
.~)l\\0~'r ~I;/'"..il
" ...,~ les c...nln!el du bnsUl d.. s.:oégal, '1IJi onllll dé-
VL"j~ par la guft"re lI4inte. Il y .. Img aDI, des Jettru
aual.~ ~v"yolea Maa le .'(JQla, Q'ont pu lllIlme ".1
ou....,., lei pupuialiolJl obé"lll .'euld~1tail lIIOl
• ",:-,}LI ,)~ ~LO'
/l·Md... .J'.u.ffailji. Aujourd'huI. toul • liieo changl!. et
la 1111", Ile r.il IIU'espn- ... sootÎmt'Dt. de toutee te.
p<'l,"'!alions lIIuaullllalleol qui oat ter-! de suivre la Pfo.
pb<tr, il "'u d;'part du t'ouIA. il y .. quaI'" lI1ol. :
. . la
_
r
_r
.
ae._we.-
_
•.
A 10... 1... "lu.ulmAns, .bu~ ouhahltQnto<!u FI>UI.,
du 11&"><10.., du (;..diaga (pa)'. <Mt (;alam). du Gangnra,
Salul!
.
'"

-
j~.~ -
r-fmt CIl IaIlpt-là. les Français. COPtre lesquels il
pl'fdA4 Jo ~rre ..iD(f', prolq,dÜ!nt putOtlt lis DiU-
~ '-'uéka. leur d'NU>aimt d~ cadis ptia parmi
...~ de. trIbuNus pour l'a,J'I)lkatioli df'S lois musul.
--.,.i1spayaieat."<le1Ulcot de la Frallce. f't les
4«-eI
DI - W Is illGde'et du Ca10r et d'.ulm
,.,..
• C. ~.daPm~r, qui Ile disait loulenu par Ditou.
lM tof!)OOl'I ~'" ~~ty.t1t le Gouvnneur; il ù" fait
bHln! clI"'Juel'oia qu .1 • allaqué uno mailOu de blancs·
il .ocalail envahit C.yor. lJjiolof. &01 Sille et Salum'
il ·
- , . .
. '

•• . - . . . . . . eu peur; ou al le IeCQUn cie Dieu
. . . . tIlaC caa~
A'-Badjl ~ lllAudll de Dieu. voilà co que cola prouve'
Il nt lUaUJit JICIW louI Ica IIlIIIUeuI'l qu'il • cau.él.~
-... .
4ujourd11ul,Io voilà MOUNlll dAlllle Kant. rt noui
1OaI~ IÜ~. q~ If' ~;ollvnlleur va prrudr.. d~ Rle~u.
-
pout ,,~.1 ".. plJl_ plt1.1 d_elldre. Ou !>Alira d".
rwta, 011 w-. da balaUS de IUerre et lin" IM1I.lo d.

ni"" " l'''",,i. q,,'~I-Hadji ~ous fillan\\ dt! D'laI pour
trnui )1\\1l11r dt! ,"os auden5 pI'"C'Jt~", loais il np ~rmdlra
l'lUi" r.....",ir 'l'''il ....>i"'IIlt!, l'uur acioevt!r de d';u"IIÏre
cid pay. où la religio.. rsl bouorée et prolét;ée.
&alua ..... œw. qui lAlivenl la voie onhodole.


;c: ~":;o.'i"-:..~-;,t~':>:<~.~'f.,.:....~ ... ~__ ~
4"·'''<'!.
••r.-: .... _~..... "';_.,"'~,..1"..~,.,~... ~ .. ·~t} ..""!rI."J;,••:i!t~.•
~ .....,". "~i':"'--
~
j"'
"
0 " ' ("" -\\ '. ~!' " ••"
, ..
.", -,
. i!"
: •••. ; .,:' '..,.
,
','0,
;.,
"
_.
( '
-;::.:-
,1
\\ . ~~ '.
~'\\ . f' ~. \\
: . \\""".' ,
'-. '~- \\:
.
"-,,
r .•
..:_
"\\:<~ ~~" h, l :~<'t" -,. ,C
~{.
~<·.t
~
l '
\\
\\
C1 l'
ç_.. c ... ~'r
' r *
r - '
• • .'-,_,.
'Ii.'


'-\\,
_
f _
}
'" 1:.
~
~ \\1
~
,
... \\~.J",_,,~
, '........
..
"
1
7'~'"
'.....
',".
ff.....r '1>\\.;:~_ ~....-' ~-
~-r'~.
t
.,t:r~
' " .
'l~ ""- \\.
t\\ l'l .,:;,.....
û " . . ~
••• '-.....'" •...
.';;.
.t
'l't:
'1.:_ .
. -
~ l'~' ~,.._ li- .-.'~
,10..\\1'"
(',
....,}", ... ~.
1 " )
~-- li> 0 \\
1
~~\\ i "C" ~,.., ,:-.,,-- , 1:.
' - R

r-
l ' .

~
:.
'.J;.
t'
. ";:...
~"
, ! J J
>

- -
C:,i r
.. 1
- , r - '
~'t(
,."...
..' 'rI .1';'* ;.:. -•.~.-
\\, ,C
" ....., ' , " 1. C;~.(. ' ..
1....('
1:"~ l:l\\:.~...l '!
_ 1
:.~ ,,.~~..... '.; 2l,,'::'" -'\\ -:;.
...~;;
• '0
"'-., ,.'.
_,'
...
a
\\
'...
t · .. \\
~""'!S. ~ ~ """f." \\~..........:..~
f}
, 0 6


""\\
- - " ' ' ' "

" ' -
~ .. é-
',.,.
(
.
1.
rJr'.r.;.'...~~.... ~; ~ ~~' 'j
è~
(l'. "'<l" ......, ':..:'ii .l" ,-,..,.
.. Ci ~ .~!' ". \\.r (':.I~: l1""''- f"".r- -'•. ;;:·\\t
. 3:..':. L 0,;, '
u· II ,.,\\, ,~. ï. '"
~. f. r (, ." ~'
'r~ ....''''' . f- ~,~"t. \\ {.-
t ' . ,
• ' .
, - . ~
., ,
•• '
r - .
(
r-..··"",,·L '( !_;.~ .~; I>"f ~O'.
~ ,"i~ ~:.. ~" ..:_..
._,' 't' ~i\\.:f'·
\\
t f . ':- J~'
JO' ~~. ,,-~ '.:.
~", -il"
'.".'.
" l I ' 'y
t .'f'
\\
?'..'~ ';'" f;
t: _-C .fP' r.":,_... ~",cr;
,~~l
: -
~,~,~....r"4 ,\\,t,;,'" (
le
y
2.,. .~. ~:'t
\\""
..
t~
?:: C ~
t.. (i,
.,.~r;', ,..
\\
(
(
• ~,~ ~..
1
~ ·le, ";.,
• ',..
.~ r-
l-~ -"'~'
' è
,.. ' } ;or. ('>."
}
'-.
_:::.' .:. : ' • '"
.~..
, ' , . ' :-
-.,
\\ ' ..
\\ - '
t.l."~:
{
.. '"
.t:... ~ t:..
~
_ 0 ;
' ' 1 - _ . _
~7 ~~~... '(.
...
)1" \\. t)•
.::. \\
.. " \\.. ,,' (.....

t . -=.~:.- 1..,
",.'
'~,
(.,~ ';'
' .
-
"~-i, '1
,~ 't. ,', ': ,:;-: 1.... if:"" ~. ~it; \\l t, r~·? .,.. \\(,..
I~'-..1 ~~ ,-\\, r '-:;.. "': "," - 1/ _ ç -..
\\ " . " .'
" ~ .!",... ( '~t
'~_ 't'~ ~ "'':';~ ~ ~ '\\ (A'- ~\\ '..- '- ""-~ \\........ .",:'-' ~r~~
....:. t~" ( ~'-,.' C' ,,~ ..~.... :ç
'0/
l
.'C"" -r~"
{..~,.
~:.- f"'::': ~ ... ~~ ;.:Jt.

,'1
-h~ '7"~ \\~ \\)
1>:~ ~
~;t,l
-~}i, .. "'r~. l> "'. ,,,,-, .. (
~
[ . t"". ,"'" \\.
li
"w>'
~~.
.. ....:,..-
~
t!..... "....""
";:"
QI.'.t>
r
.
r
ft
:t--- i '[ r ..'" 1"
\\.
('
~,~
'0'"
,
.~ 1.
.\\i'"
ç-.
;'
.. )
t. • f:-
r ,
'-,
• .,,'
.i!:I
._~.."

V,
f ,...
... -
\\
(:;
..
..
' . .
.,..-
~
• • r
- ,
-..
, '•. ~".
0"
,.C' ":. \\-"~\\'" c, \\>:-' ç, ' .. ~_,:~, ,,~.•r..
i'e... t..,~ "~l'"
'f'-'
. - ,~.
-
, r c:."')t~
,Il' 1 "Il> ~!>_, t
tic
_
. f t
, "
. , .
' , '
. _
' , i '
f.
1 -,.'
) l '
'- t
l;
. , . "
~,.. ,. "
1;i-' d1I' ~
,
.,,--
1.0
r·" -
l i ' ' ' . . . .
1-'
'.0
1 t~·\\·;·:. ;';ff< '~r 1/"~ \\~ '.... ~ C. '-t:-\\.(." ,~.. . t ·r .~ l' C,. t, 0-"'~ .-:.. ~;;' '. ~r " t· '~~~J' ',: t: r..

:;;-1 l~: . '.
~ ~\\\\ ~\\....."ç-,J ~ (
_i
h
\\) ·lt~.lt><&
r c-' ,; l?~. _~it:...- \\,..,
~c'" ,~~ ,: ~~t -t.. <:
; .. ~
""'
f , -
r'
't'" ,.
lI......'·'
1
~-'
:
• •
IJ'

-
= '"
~ -
.
v
'"
, " . .

(
,
" •
t . '
..,,,,
Çi:..
'.!l' :
- "\\.1),0
l '
,.
'.
~ ". t
:" , ~
..,.. Il.,
:r-. ft ."<. .....
, ' . .t>
"
" - - . '
'op
"
\\.., 0/"-.. r.... f:.~.'t ... l'ti~·
'" ~ ...'r;'\\." ~
1:
'~~.;,.,~'
{.'* ....... ~._ :fL -.::;. t..
'....
""-1-:"
iil·'";
....
-t i.~.. r·.::.;, ~ ;"f l·:l ':::~ ëî~ t
~,~ 'r
'c:'
.t:·}J:· ;~ &. ~. \\ :P";" .:: '.';" ...,<:~-; ~.~ ·c;'
\\.1 ,,' ',i
f'
't- .:. ~ '" .1>, :-\\'., '1f-.J.~'.-'f"" ,J ...... \\.;'" 'r /.- ~. "_ te_. c;,...;" r \\? r. ~-<), '4 L~ .ô. "-' t ".. 't'l. ,
... ~'"
,,",-,~~ (;:' t....
..
r.~ ~~
7
l III '"~~ t'a!,
,r..
t~. r:
t .
Cl
,:
~J ».'~
~7'"
- - . ; . _
ie, 7"~.
;..
"r...
....,~
'_,
~"'"
• r_t'l
' ) " ' "

(f
#
-
Y'''''
......
).'<..
" ) . . lit..
..
I~~"
III
. . .
0
A~
~('
~
"
.~",.
{"
G~.::.11J. 'f~' ~ ;Ï> ~. 1 ..'i. ~:l<l.;~"~k= H- \\.:~ ,~_~' :"....';f:. ~·I\\ i,e. ~. ';:: 1\\ L" - "0' ..,-', l, e:::: ~,::,; {', .:;.>;
\\
. '
.,. ........
"'a.", -:: .t,.~ ·t,........
:\\..,........ "-;.
~,~,-
.,·tJ ;. .~ ~ .. ~ ~: \\.; 1.. '.........
-....
-"",
~ _ ....~~a~;_'~4,..•.~..:.-::...... "
, _ .
-~ "'"..,~ ....' " ;~ ""',. ',,",","_ ..'
.~~_, ,,~~....,.:~~. "'_"
",~.:,.~:...,
..~-,.~ .• ,:.,,ç:~.' ..... ,"
N
• •

ANNEXE II, 13
Lettre de plainte du Bour Sine, Sérnou Make FAYE, au Gouverneur CANARD
contre son adversaire Sanou ~one FAYE qu'il dénonce s'être permi trop
d'injustices au Sine.
l
"
V
-.l
v


#-'.
....

ç'7~
",.Il).
;i.',~"cÙ.a.ircdlia Hadj i l:alick g[ aux Seme.:; W a.i s é:.dcp·~e f.l de le 'l'ij2.:1iy<,-
leur demc,l'lda'lt d'titre l03raux envers la France .Elle leur de,nnndc de peyor les impôts
..::t cle: rcfuGcr eux mara~ou~t[; cc qu'ils a~)pùllcn·~ ah~di;;r~l1.Dcl(2.l"',1912.
« ~ "L -YI ..::~ l~" .11) L-:,.,.-9 ))
- 0 0 0 -
rL.J~rJ~1 ~I ~...iJ1 ~A....:JI .i~+.:~".II);~1d-.,)L,.JI ~< ~16<.,J'l1 1.:.: ..::-lA:I
( Jl~ ~ ~ 1::.;..) 1~.JkJ 1 i---:'~ JL t.J l.o ,j Lo;..ç. r-;<J 1 ~J 1 ~,zJ 1ù-: ,~\\J L. [6-11) ,,~-4,.11 ~~1
"
,
'-;.""') ~...l......ll "~'J 1Ù" ~ W ~ ~~ 1 ..:;... ~"" ~ ~J~ L:; ft
_ _ _ x x x x x:
_
X>< )( x )(
,) l.:.ll J .;.;, 6.J I.r-> ~ r'll..-J 1) '6 ',(.a.ll) ...~ '1 1(",)"~ 'J) il-<.J.. )' 1j) ~ ':J l,).iJ 1 ùJ ~ 1
( .l..Il.O)
.l LZ,} 1) J.AAJ 1 ~ 1 y...-<»
~,";&Il'Ul.o l.·)~i/JI ~I ~I ~ ('l.:.-IILJ~WI d'l,.. 4....>.;.)1 ~I fpl (,..$
Vo (b.,..;.) i:-: b.;J 16..i:).J l: I"ila.; Ù" f'-=4>' .) l ,:) ~,.;,,} r, ,r.>J 1~ ~J f ~, ü f.o.:,.,} 1 L: 'J,..
( -.:1<;:) ~ ..JJI ;""'.;) /~j ~-JI JI~.J~ ~hLiJI 0 .• 1 ,11':T"fli::..;'Jl .l~f Ü'" f
.....ul u'1 J};JI î..J..r., ~I).r-'Il.i j-1'.....Jl ùJl,~~ Î~....,I ..:~~, ..:1.....>1 ~ -J~)'
"'.; 4; ...u 1l) 'J 4..-." L-:}J 1AJ,..ul ~!>: ù 1, .r.~ 1 d..: L:< J ~,;o lo ~ lJ'J!.i.: L:,;o 1 d Ls..; ) ,J'.; L:::
"
U1 L..:Js. ~) lJ'J 1.il) L:J!".-I, L:.: L..l Û'.., ~ 4:- ~--=" ) f...,.jo) J<:J) J"'\\'.:.~ ("i' ~,;. .) L~ ,
"Go--) ~) ,p, ri' Lr.-: 1.;< r-J'>.l J~'; Lo' 'JI ~~ l.. ':J 1 ~ ~ 'J Ù 1) ~ ~.l Î:.;
ü-:-A-: ~}'.,; Ù") LI L.j-J 1 1.i..Cl> ~} ~ "') C,)'\\ Lf.> ,.' UI.j< L:Jj L. ~ 'JI",J, } J<J 1, ~ l "'J 1.; l:~
li
).,.JI ,~,;~ ~,~~ )!S~WI,.;~I0'>r-J dJJI ,~. ~?I)~':Jt~WI
.ri-'j ,jJ l ,}1 .h<:'".. ~ l.'U.; ) ;..l-lS ..:,:.. '1 4:>.J f...,J L-:)J1AJ..? .J..l1 f 16.i: l ,-:-.J .;:; /J ~ c:x .iJ1
:.1. ~.àJ1 Û4 b.;..i..~ 1) 4.0 I}- 'J d.,;~1 .jUJ 1 ~ 1 lJ<l ~ ",U.; lJ ':J /~ ..:, j;. ~ L...- ".r~,;.; 'J))
6.lJ \\ v;,.; ~ l::--:J 1 ..l.<>=- (x -4,.. 1) 1.:.:.; (.,J 1 ~)) ~,~. Ü 'J ~ 1-4J 1r~ l, r L:..I1. ~.~ ';~ 1
.r> 1 k; 1( .lbl:Jl: ~~ (<J ~ 1 ~ l; 'JI) d Ls.;.J ü'..J"~ 1 .d..: .....-: 1> 1.0 '" 1<.''J .; if L: Ly.: ( ",;.r.
- < ; ' ~~.l (", ) d,;o 1.0";'( r.l l ~ (<..J:..." l '" ,j:P) d Ls.; ) l'j L::: "J,J1 ,J L9 dJJ 1uk (,X .l_~rH
-
<..>J 1c) 1) ....:J l "'"j "') ,...~1;Il> ~ ,:~ ~';.io.; 'J) ( Ü 1.....> ~ l ':J 101.....> 'J f "r;.... .J.llo) (5''';.J k,
~<~ L:L:.;.l..? ~.l ~~ ~I ~G ..:.:...i.S 'YI) ~,,; 6.J 0)' vJ e,;'.-i,Jf (S~ ~,; 41)'1
• ( '\\~ 1) ~ li<.;..üJ 1 I.u, L.~ 0 <J) ':-.,:.J 6. 1) ..::.. ~TÙ" ,~':J.l /J ~~ ..::.J"J f ..k;' '1.,..1 L:JA
..~ ~ J î \\J-J r) ~ \\l..,J 1 Lo.::,P:' ~ ul' 1ï ï . î l&. î {"...-,J 1(..) f;~.; ~~ J:~~('-: ~ r L:)I.:j 1îJ-l. ~(
.Jll f
• .i..u ~ "'li... ~ <.'U L, r L:..J J V: , -... rt~ r dJ.r--11 .,;..; L<

- - - - ... -..
ut:"
<>er.u..1I1cKoki adressée
à
l'Almamy J'bdcl Kader du routa l'invitant à
intervenir dans la ~uerre qui opposa les marabouts du Cayor au Dam. el Amary
Ngoné Ndèla Coumba, en 1795 •
. .."
ç» \\» ~:~"~-~~f: ~..( , ~~ t-\\..~ ~\\~
(
;~ C:j ~---:t,\\f \\.~;y ~ ~ ~- l..~~il ~ g-- y:~ ~
1
.. ·
~ \\~ ~\\. ~~ ';f:~ t" ~'....v- t:', t .Ïf!l". -;~. ~ 't. ~ "'.'
~ ~


~c:tb\\A"U - ",-"l. .c.. 1
. . . , .
f
1.
é.. \\;'Jr.r
lt
~ . [ ' -
m,
-_ ~~~.,p>.
t.
)1..
:~. ~
~
" '
.. ;,;.
\\".'oo" .~~,!

\\.
-:\\.:t~~'ï

Ü
\\:'
.... ~;-:TF.:.
\\;,: 't:, \\:n
.. ,
-" ..:--.
\\;...
ra~',
,.;;,
- - " $
~-~
~...........
~

-
9'
~

' . , ' "
.
__
••
,,'-" ~
. .
.. .\\
,',' \\C'
\\•
-...~ ~.., ~,'YI. Il ..
\\ . \\
\\
.
U"" .~....
el
\\ ' : "
_

. '
i ..
'.
~r.
\\
v......
4, .\\ \\ :;tl
• •
~
'1"""
\\
, . . ' . .
' .
',,,, _.
>1
0
b
.
'~ è!.'.,or -;.:'(t~~~ \\i' 'c: 't:\\'t•.: ~Q,;.:[ .~ ~ \\& "1' 'lo.
~C>. ~-
.r'"
'" __ \\
')
~'., ~.\\1~,\\~~.
1 ....
..
,,7.
'oo
\\\\f'
-, .' ;;[".:VI· tt
~.
\\......
'i ~~;="~J'!.. Oc i
I
Il \\
',...,."C1.
...
\\
~.
.\\ ' .
'~.~'-r;'r:\\~ ~.~cr:\\.riftr~\\~r \\C\\:·i\\'l\\ob'b ~ ·
':~ ll~,~(Ir l-:.<..Ir rE '~:;:r- :rï~".t:'.\\ t 1:' ~ ~. :~ :r
..", E\\:;.-.... .' .~. ~L ~".", \\;. l· lt.,.r 11' ~ ~~ ~ . 1 c:r
-.-
....

fr
.·r'·;~;'·{'·!;~"ii~j~··T}·"!'$';~~"
. .' .. '" .... ,>... ,...
ANNEXE l
l
':"",,jt;e'~'~\\i'~#~î::'mort dlEl Hadji omar: rédigêfl en 1864 par Souleymane'S'i.,,,,,


J"



ANHEXE fI, 5
Lettre de· Diawrine Mboul,· Amar NIANE, au Gouverneur de Sa1nt-
Loùis, au suj et de l'invasion du Jolef,· en .. 1865, par Maba D1akh:>u

,
. ANNEXE 11 1
6
.
~ttre de seri?ne Pire, Boubacar Pend
.
. .
.
.
~RADE, au sUJet de l'invasion de M a Yéri FALL, au. Gouverneur PINET-
aba
.e Jolof, se dirigea vers le saniokh
Diakhou qui, aprês avoir envahi
.
.
.
or.
. .


')t,·

.
'. .'
....
"1\\\\j' . 4,. -:;. :--:';. ,'. ,::.:",~r,-- ,··~:·~7~-;------'." p~••~-, l
~ ,. • -:-..-~-.. ;..: .. , .'~..,' ~.c"':'!'.: "••:,. ."
:.'. .
..:.
C'. 't'Il'
.
fWI
.' .... n
,
. '
:"l~~. •. .."..:'. '-.
l-
'
.
~..
. .'V: '"
• \\ r · ·
.. , t~' \\- - ~"'" .~,. <s> ;:."
v ,1/
.
. .~"
'.'
'\\'. " .. ,.
..•.
~
-.v."'.
_.~ #
';"~\\t.
!
\\.
"\\'
v
..
\\:.
.1(""".''''
•..
!.. \\
\\.;. . -.
-:....,:.ib '.:\\ .r.-'.' ~. ." ..... '"
. ' \\ - '
"v'· -- ~'~'
~ L·

-- ,,,== 1 ••'t..,.
~",.... ,
\\.~h..
- ..:..~ ~'... .~' "~. '" ~
~."
~ ..
.
.
'.
. ' . '"
".'
."
\\
,
.
:,,$'~'"'. '~'
. f......
.
1\\" ,\\.-.\\'
..". .
.
. .
'~:.'i,;;~'~'
I;.-
..
..\\
V··..•··
'\\ c::. 'E' ~\\,..:. '.•~"
l\\'lO~r\\i"'. t.:.~"".~".p:N-..',:t.'.
.. ;
r~~ .'
l"
"l..
,l+
.
-
.
. . '\\ .
..
~ "'..
"
..- -
~ ,
. ' . ';
•.'
.. '..." g Co
_~
~ 'ol!)
.:
.
. ' . ' . '
;( . %.c
" \\
.
.
\\ .
~' .
. ' ~fi·~
.. ··
. ' ~ .\\~':"~1t~'
.
' . .
\\
' '..
--.,-
',,"
, - : , . ' .
,
~.~ .",,~.
t'J, •
.'\\..-.. -,::.-
",,' .' ".
_

\\ .
_... , \\
.
. ' .
" ~
•.....
.
.'M' .b~'
!
..........-..
,
"
. . . . .
[ l ' ; '
--
'.4:,
.
'
' .
,
\\ ,
'- .. ~" ...."
• • .
. . . . ,
.... : .
'.
. . ' , .
: ' . •
. v
. '.{ '.:
..... -
. j",..
_ ' .
.
' ' ' ' ' ' 1
.- ."", ~ rL~ .'. ...•..~~.' \\" ~.' \\ ..•\\ ....,. •., .'~
._.:' .• '_."',~,
4.-:.i.... .{;-. t'L'.
_. e.
1
~ · ...t
.
~ - '.
" . . . \\
.,..
"':1'-' ',,'
i.
.....
~ n:
\\
"'~,
:V'<.!i (
~...c:.E ." •....,.. .' '. •... ."",.':' ','"
" , - -
.
(
(>
. . '
. ,
.
\\ ~
.......,._....
-
~...,
1.'
.•
a . . .
, . . .
\\""
~..... . .. ""....
. . " ' . ~
1
.1~ -è:>..l..·~
.. ,.,.lif·'f ~.:~'-'-.~.'."~\\'.X.~::""i;ç. ~-t'...~,\\~ ~C:.·' ..-S.\\•. _: 1: .~ "ij'i:- '~' !
. ~ •~ -\\. . ,
' q
~' . "l' r:.t ' '''; 'p"
• '<f. ~ ,,,. Il'
;. ,_. \\':~:~l;
't,._\\ \\~.:·~{~.:~,C
~~'!~~
~ ~~ ~...;\\ ~ -F~~.
~ .'. ·Co~'·· -
. ~\\'-",.
\\ ;
i..~~~
~t.., rol ..(~t\\,
....•
'.:.
(
fa
.
1.- :~. ~
.~~~4l
~'~
U.. ~
\\t.
't-
"
'~~'-
".
1:..';lE ,- _. t;..•.\\ l4\\J
~~ 't.a--:..o ~';~\\~ ." ~~~~~'~~._~~~_
~
.~\\ t- aVv,. ".. ..\\.- ,--" ..7:\\ '·~~rrr: ,-_
.~. "
.'l{ ~
~
.
- - . .
. . . . . •

:
.,..
\\
.,.., - - .
.
. .
.
\\ .
.
~
.
.. ,.'
.
.
k;-
.
~ ~o.
. ' - '
\\."',",
., . . . . .
_
• . -
_: . .l " .
0
0
~
• ., .
\\
p
\\ : .
-
..
~ ~ ,,\\.~.
.t:.<o
.~." ~-'t:. ~ "\\ __
: - .
• . D I
...' . •
1"
r
.'\\" nCt\\
t>\\;,
i.
l-
.

\\ :
. . . .
''\\t
"~' C·
.
'p. QI' ~
rt.. y
I { I \\
. 1:-.
_
.
~"
\\
p

. ..
. : . ;
\\C"
.. ,
.. -~._~._-=-t __.__~, ._.__:,__"':_~.~, ...~----:d:à.~_.. ..._~"-
-#_._------
1
ANNEXE1I, 9
Lettre de Maba demandant au Bourba Jolof de se
rendre auprès de lui pour se convertir â l'Islam.
V
<:.

~
C
III
"Cl
C
CIl
~
\\li)
"Cl
CIl
'":::J "0
0 ....
H::
1.-
~
C a:
o~ 't:
III
li) III
IQ;
CIl '"
"Cl E! 1
0
~
""' ~ Il:
:::J
CIlIQ;
1-1
C ...
~...;
fil
CIl X
X
> CIl
fil
:::J
~ 01-<
t ' a
...;
:::JQ
/Ill
+J
/Il 1tI
.~H
::E: CIl
'Cl
CIl
"Cl CIl
CIl
CIl ::J
~ III
~u
~
CIl III
Hr-l

if,;~" ' .~. '. ~"":}~ '...'.....• ~H;?h?;,Xf~J;:}t'f~rr~
,·~.;S~
A.
•.'.~.
~"
'.,~.
'"
. t
.
.%-z:.,.
:~~..,
~
\\J).M
' ..'
fCI.g~"" '~.'~'(; ~.. ,,.b.B· .r ..
,..
~\\:!~.
,r
.--. V..'\\~
' "
r::.l..•~\\D'"\\';-17"'·
~s- ;.~;1
".. ;.r.' ~
.. '. r~:.,...•....~.. ':. ~. -:. ~. '.' (: J...<:":r..:.t.~-';''4f.·i"Ç~.;"I~..N".'.·
",
..•...
'\\.k. ~ ~~
~;, .-.' . ~:<f.'t- I:.;..~_e-.~...;:~ ~ ."...:... <f.\\
f;;f~~l·;t<~-(\\!j-'f~~'u.:~.~,~_v'~q f~.··~
·~i .. ~"
',.·r-.·7
.~: ~
c:- "':~" ."'~.~... ~ .~• . • "".-.,
1 .-" ...-'.
_ · ~
. '
-
'-'::'~ ~.... ~
.
...•
. . . .
'~i ~. - ---
,. E;~:. ~
"'~E
...
\\.
... '
.·~t.::: '. ft~.
,
~:1, ..\\f.fi..·.r~ ·:'V
".
~.f-F..
......' .
~ ..~.~. '.t: .
~'~~
.
. .:.•
" "
~.;-..:'-.
','
. -,.
....,. .
a
"\\0
. . . . .
..

"'.-.
.'
'1
,,'
'-zi'
.
'. . . . -
_.

. ' .
. _
'
••,
~.' 0. .~.' :.~'-= é·...•CE.-.'. .;. -c-• "~.'i
'-"= .~. _..,~ ~···l".··
•.
'l..•.....
c _. ~
IÎ""-:',
.'';''
.
.v.v ..l!-_
:.:'A.'
...
!j".
.
2>.
' -

'i><'
v .,
....
-
\\i ...~
,~ ~ n. ••\\.- • 0' ~
.~
~"",,",,!"""~'~~~~.'
,.....
S r ' -
~ (rt... ~.i.·'~··

..
:.,~f~-
,.~,!'i;..
.
'-...;
. . ' - " ' ~.
....... ,:.:.' •.·.:·t.:r .; .•
(-2, .•..... ." ..
:.?l-.' ë..... \\"Y---'j"s if.. t.t...f':i..
1
...
.
t-'
' .
,..
"
x."'" -l:'.' - .
.".. ~
'i
y.. "~
..'.'.'
'., ~. '!). ~J
'.tl'o';.
':'.
\\;}
,~"
..~':
ce.
' - t : : :
~$' ~~\\~. '.....
...
'
..•.
· 1····
"0
~"~..'.!:.'.'..•
( t : .
~.' ~~ .'\\.i-
" : · i ' r
~ .~~.',: ~.~ rr.
r-' ..:..;.·1..
t : =
' .
.
. '
.~
".
',", n .. •
....\\111
,.
'.~
'.:.... ' ...:......".
-. Q. (·1....~
...,;; .....l, ".
~
:'-(.Y...
. . . . ,
rt.
V
"'L :\\".... ~
...._:.~...
' . 1>
.
t '
'").0
-
.~ ...'Z .'
'.
'"
. _
' "
.
;.:........•.
!;, ~
....:..\\f'i.
\\a'.
c...
<.:~~
~·:..·
~ :~......
.' ~
~'
~ ;\\~ _~ .~..
r ..• ·W.
:lJ..·"19'.....
- '
... "
~.:..•. ~.-,'r"~s.'~.~~...'......':-.:~.~.'.'".•.;
E
: . (
.
"
. . . , ; . . . .
. '
'1,"
f··
. ." ir"_~ - oc..' . 'l,... ,~...'~ •• t ...-,J....."'" ~\\ ". ~ '''... :P,.
t!ii\\:::~t;.k '.
··:.:·~ab.\\~x~~;:~I.L":+..ii._:-·.'_-:;·;"~l~} ~c.·: ·,~·ct·-;;
~~.'._,
: ,,~J
.. .
••':_':.: ..
'f,!"~~
._".'
F
. "
. .
'~~~J'Fe. :';~!k'0~
ANNEXE II,
Il
Lettre de Maba au Lam Toro au'il demande de défendre sa cause
,
~

;-."
or -
"• . . -- ,••_~-_.~.---_.-- -
.- ..- .
....
--
..
~/~/
?
~j
"
'
(N-~'N.oI"/w.;
. .
- " " ....
, , , ~~..9
,

StJ~ LJ 1

no
J~• c=~,tJ~'~ 6.i./J0',

.
J~
/ . :
6M~~:ir
fA
. . , i ' , " ,
,'
.: • ~
E\\ ~J'I •1..
1 1 ~ "
1"' L" .1- 1 A -
• ~)
0 . ) :
,>il'
(}:::'!!lI" 131e..t:J..j. W...J ~y:"'0 ~ '"'" ~~ ~'~"'"f.:OI~ .
, (r-!.f'1Jj/I:":.~/J!?&'jft;;~' ~...9~d:!.~':I:V!6~G,!,I.
)&Q>~ ~.tJ.;"u:;.'·v.;~.J'-~~'~lI.J'/~' e ,s. ~~ ".,/~/IJ~'
i'
/ ' . J;!1.JWt.., ~ t.t:-iê:-'''~ I~~c~:M'" i.. .&d'(?~klJ
! ~ (j.A1A.ff cil.90 f.j': ~ ,6;; M! ~:J.N!.t-?7§::vII~ ~ ~ l.;! '.
"-.
t3
1~ J ,..1'
~"'
f
f i ; , JI
Il J
' .
- '
J "
,~JJ~~~:J <.Al ~ ~~~'
iJ-...:,. />J
Cc.~t
f,,'t)
...:/~.lo 4.t".y::;~.zJ(V ~"."~1"1J1.b.Y
..,.) , L8'i~" et
1. ~l,
'
. 1.
~,~ -
,:;./
.
,ft~.Y ~~f~!)-
~~"/V:: .1J,"j ~A.J!-s AJ~9Ac Al ~-~~~ ~!,!J c$;:;-
JJj.r P.:J.9 .~:... c;:.. dflJ..,'s:J%!f'üft'J,;~ '.t'Y:lf~r>I~/tb
~, JJ.,~' ·'1. ~f!-'!P-/' 41 ~'1""~' J~_ Ct"~ _ ' '. ~
J ' "
~~~
e~IH~(J(!/~'~ ·:~)I.:=t"'::r''Y!YIIllM:;;iJ
't~l,
' k1~V -<II~!'-
i
'"
•. -:;: . . :.~
."l •
lINNEXE Il, 15
Lettre du Bour Sine Sanou FAYE au Gouverneur CANARD le rassurant
qu'il garderait ses distances vis-à-vis des gens de Maba.

.-',~t\\. i::-(il( :~l "E",-: r-E: 't... ~. ~ ~ i ~rrl..... _ ~!VI.. C. -. ._ •___
~:t.î l'i~ f.~r;4:~tJ' r~', t ~ \\!~~ \\.~ t t
~'"" :r,~\\.l. .~:Ti ~~ ,....:[ .t lctf ~, !:.. ~. 't t ~
., . t JO·r i: 1. ~ \\: ~ p .\\ ~ ~ \\-- -.. -.. 'f ·t t r. .~
, l ~: ..~. :tf ~t.~~ ~''tt- ~ '!- ~ ~~ \\ftê~ ",~.'\\t:.~ ~ ~ ~
~\\O ~ ~1~';t~l&-t ~.{~ ~,~tt1i ~~,.:t
,\\\\.. M ~~ \\.0:., ~ ,~: ,1> n..~ f .l: e;t\\.I\\.:' r~
,.
. .- '{.\\~ ~.~ l' ... ,-'~ht "fi '7,...
\\;
r.: c..;:- /b
\\; '" '1. ~
~ ~~(t..\\î~~~ '~~~~:~..~o ~b ~:k ~~\\f~, ~ 't ü~
~ 'l0
~ ., ~ }~ ~ ~~ L:r
-;\\.(, t~~~!tt:~'t~'i'- ~ ['t. :fI- ,t. ~~ t- :t.~ ~ ~
\\ f 'r' ~: iît:'S''"l> .~ ·r~ ~ }. \\i, ~tO: '~.~. ~'ct i ~ t 1't
. ~1 b\\i,
~

~.:.~
'.~
~ t\\
br,,::-- tt"~';-l'
.> $3 ~~ R....
~
~
0
[ '
~
. .
~
.
~~
. .
°t t"l\\:; -: ~
4J"
\\ QL ro.;-fJl. ~;,f: 'f. ~'t; "r;: ~".'" ~ ~. "~ \\;, ~!e.\\ y;
L~ 1:~.: "f:. ~ t': ~ ~..i".ï lb')',-''\\,: .r
't
~ ~ 'i. b 'P,-
'1 :\\~\\.;..~ , tl~ Ci: %~l\\g. ~:~~. J t 'f':~('{\\.~ ~ f t { :"f~
~ l ~ '~.I t'a \\;- ~ -,.
~
1t-:l;:..1
:!" \\F'\\
~. '
~ t>. 1;- t
;
~
't' ~c-
\\.'b
'
f" ~~\\~t ~tr~ ~ :(i :t:..,:. ~ .. : 'T.,., ~ ','.•
f..t.
-...:...,
"S
..
,~.....
\\.:-'" ~
- .
f\\-:'
.-..
~
,....
~ t).,.
-
~ ~,,\\O'\\;- 'X ~
~'L -.~ ~J"
' 0 ) .
y"
-
t. "..
'.
.~
. "
~
r,::::
••:

~
r
.'
':'t"
t
~. ~
~ '-
.,.~
C'
'.'~
'"' -
..... l
~ ' t
e . ~
" .
~......
,... '. ~ .-' ~ ~ ... ~'" .. .. '" : c:. ..... _ \\
r- \\. \\...'
~ --...,;,.
ANNEXE;!,
16
Lettre des Kangam du Saloum au Gouverneur de Gorée lui demandant
de s'occuper dù Saloum plutôt que du Cayor.

· ~ - .. . 1~' JI t T
· . t' ,~ ~~ .
, ~~l};;/ir-:~=-7'--';::/~j"'-rl6\\~!?'or1~'Q~
1 .~ C:'
~
t\\.
t
~ \\.lt.r
1).-" QI
.
,
~-" .. ~. ~.. 0
f

41'
- C ' ,
-
~:"'\\lil ,,-:rEl
\\.19
• l

• \\, C.t ~ '- -.1>. 1 • "0
: .
~ 6...
.
-
'"
t!t.
... , .
.. .......... ~
.
,~ .~:L·l.:"ii ~ ~~ ... 3;:.. ~ ~';( ~. ~

1
1
la' ~ -t.·, ~I
(fi.
O~.
fi' ~ t.
~..
. ··r;
~.
~"
-"t ~ ',:.~ ~~ ~ Ç$ ~-
~l·~ if ~- ~L~, it~>s \\ ...1~ô:t- ~'l l ~ .... :',
l'
' } \\ : '
"E~ ~·fl~.~SJ '·,,~.b ~ o~~ ~"'\\l ~~"\\'t~ ~(t
·~I t_~ s: ~e-
!
_ ~~"'..!"~~'~)1. ~.. ~\\~! ~~lt. l; \\\\~ ~('ij.. ~~\\~
:""'l
\\
)i""J,,!. ~ \\~J";
l,...~ ~-...
!\\.~ ~.
"tL" :', ...
ll..
~ 'l'DO
ê!)"l
r R
'~I•.~.J1 ~-
",,', ~
A
f"'~: "t.... -"" "-
..
;~,.t ~. I;~~. ~ '\\:..) ~_. ~ ~'-
' 0 -
'f
f· ..... Il' -"'t
~ l~
'ta .'L~, Cl.~'è
3
L
'!,~
"o.l;"'Q f:".
.-
~ \\..~
t: t : ,~-,.~ ~'?>
1 ~~~llt ~ Jt~, ~l i: flA. i' 'tl ~~. ~e;~~().:~ ~ ~ ~~~.: ·,~~.t.'x~t':.i~ ~
1
11' ~ ~'\\l
1
~\\c.. f. ft ~ ~,,~ ...(,.0 Ir .r,.' ~\\' ~'l.t.-~D l)
~ ~~. 11- .; ~ tt. \\>~ ~
[ '§(I .o\\\\ii 'i~ t • ~ Q; ~ .. : tf~ ~(..( l?: r-;o~~
• ~~ '[~ \\l: ~:~~ Ci
f
fil ~,~., tt. 'oft Z...EI ~ ~ \\~ ·tt il.'· ~ ~ } f~ ~ ~t~ I\\;:~.~. A\\.\\... F ~\\t
i v.:1; i', ii::\\!I~5"g~~\\~"t:.·~ ~~ i. ;~'k~ ~"f ·t,a:.~ \\ l-
~\\,5"
I
.
t:. \\~~ 'lt "i~ ~ ~ l ~ \\1 ~ \\;;~ i"~I.t\\i'r ~ n\\.~
.r l~ ~
'!~~~t~tr·J\\v.l11·~:~~~'t t~~·.~:t~ ttr.t'''L
..~~.~-,.. 'Q
, ~ "r. ""i, "Q .~. 'q ~ ~ :"" "'"
""" 9
.,~ -j'v .{~ :1: 1 ~'i .
-.,.-..'-c ....,,_~__ ._ ... _. -r--" ~ .. _._,-.,.
. . - - - . _ . ANNEXE lI, .1-1
., _...~,-
Lettre d'Amadou Bamba au Gouverneur de Saint-Louis faisant état
de la fragilité de sa santé depuis son retour du Gabon.
...r-•
...s
"

,5~) 1';


1".'"
".
..•.
i
';:
. ",:"
1 •
'.'
ANNEXE II ,
19
.'autographie d'Amadou Bamba informant ses disciples des mesures
. a prises de faire déguerpir ceux des disciples qui l'encombraient
!
ne pas tenir une école sans autorisation des autorit