Gestion de l'eau et maladies d'origine
hydrique dans le terroir de Donsin au

Burkina Faso: cas du ver de Guinée
J.N. PODA*, A.ILBOUDO*, Y. GANOU **, K. P. DA***,
O.R. ANKUMAH****, D. DlANOU*, L. MILLOGO****, H. TIENDREBEOGO*
Introduction
les pays africains situés au sud du Sahara. Au Burkina Faso, le
ver de Guinée sévit à l'état endémique dans les zones rurales où
les populations intègrent les plans d'eau de surface dans leur sys-
Ladracunculoseoudracontiaseestrattachéeaugroupedes tèmed'approvisionnementeneau deboisson.
filarioses dont elle est parmi la plus anciennement
Depuis 1986, l'Organisation mondiale de la santé
(OMS) en
connue des médecins de l'Antiquité et du Moyen Age car
accord avec les pays concernés a lancé de vastes programmes de
décrite en 1584 par Linsdchoten dans le détroit d'Ormuz et signa-
lutte contre le ver de Guinée. L'éradication complète de ce fléau
lée en 1611 par les explorateurs britanniques dans le golfe de
devrait servir aussi d'indicateur de succès de la Décennie inter-
Guinée (GUIGUEMDÉ et al., 1986). Cette parasitose est provo-
netionale de l'Eau potable et de l'assainissement (DIEPA 1981-
quée par la femelle d'un ver filiforme, Dracunculus medinensis
1990). C'est ainsi qu'au Burkina Faso, une régression sensible du
(Linnaeus, 1758) appelé ver de Guinée ou dragonneau ou enco-
nombre de personnes porteuses de la maladie chaque année est
re filaire de Médine; elle est transmise à l'homme par l'absorp-
signalée dans les rapports du ministère de la santé. Si, dans cer-
tion d'eau contaminée par des cyclops (Crustacea, Copepoda,
tains villages la dracunculose aurait disparu, des foyers endé-
Cyclopoida, Cyclopidae Sars 1913). Ces crustacées aquatiques
miques persistent et même s'amplifient par endroit; tel est le cas
qui
servent d'hôtes intermédiaires prolifèrent couramment
de Donsin dans la province du Namentenga.
dans les eaux des mares, des citernes ouvertes et des puits à
Cette étude met en exergue la situation paradoxale d'un village
gradins
utilisés pour l'alimentation en
eau
de
boisson
où l'endémie se renforce malgré la mise à la disposition de
(GUIGUEMDÉ et al., 1983, 1986). La maladie est largement
la population d'infrastructures hydrauliques au dessus de la
répandue dans le monde tropical et subtropical notamment dans
moyenne nationale.
Matériel et méthode
et
39°
C
(avril
à
mars).
L'évapo-
dizaine de puits traditionnels creusés dans
transpiration potentielle s'élève à environ
le bas-fond et de plusieurs mares tempo-
Station d'étude
2000 mm / an, ce qui entraîne un assèche-
raires aux abords des habitations et dans
ment rapide des plans d'eau.
les champs de brousse. Une école de trois
Le village de Donsin est situé au centre-
Le village est structuré en six quartiers
classes, un poste de santé primaire et un
nord du Burkina Faso, à une vingtaine de
(figure 1). La satisfaction des besoins en
centre communautaire construit en 1996,
kilomètres de Boulsa le chef-lieu de la
eau s'organise autour d'un cours d'eau
province du Namentenga. La population
constituent les principales infrastructures
temporaire de six forages, de huit puits
résidente de 1550 habitants (en 1985),
en matière d'éducation et de santé.
busés pour la plupart temporaires, d'une
répartie dans 198 concessions, est essen-
tiellement mossi. La zone se situe à l'in-
terface du climat nord-soudanien et du
climat sub-sahélien (GUINKO,
1984),
IRSS/CNRST B.P. 7047 Ouagadougou Burkina Faso
avec une pluviométrie moyenne de 700
Ingénieur sanitaire DMP, ministère de la Santé Burkina Faso
mm environ. Les températures moyennes
FST 22 B.P. 582 Abidjan 22 Côte d'Ivoire
fluctuent entre 150 C (décembre à février)
SANREM/CRPS B.P. 132 Ouagadougou Burkina Faso
Revue CAMES
Volume W 00 - 1998

Collaborative research support program»
(SANREM/CRSP) a réalisé en mars 1993
dans le terroir de Donsin, une étude dia-
gnostique des contraintes liées à la gestion
des ressources naturelles par la MARP
(Méthode accélérée de recherche partici-
pative). Cette méthode, dans son principe
d'application, a fait appel à des chercheurs
de disciplines variées et d'institutions dif-
férentes, avec une part très importante de
la participation des
populations. Les-
contraintes issues de cette MARP ont fait
ressortir les problèmes des ressources en
eau tant sur le plan quantitatif que quali-
tatif en rapport avec certaines maladies
dont la dracunculose.
L'appréciation de la situation du ver de
i
Guinée a pris en compte l'inventaire des
1 Chef
v
points d'eau et la prévalence de la maladie
1
dans les ménages; elle a répondu non seu-
è
NATENGA
r
lement aux questions prioritaires conte-
e
nues dans le plan-cadre de recherche à
Donsin, mais aussi aux contraintes issues
de la MARP.
L'inventaire des points d'eau
GANLOUGDIN
L'inventaire exhaustif des points d'appro-
• !=
visionnement en eau a été réalisé avec la
participation de la population selon l'ap-
o
Mare
proche SANREM. La présence de cyclops
a été mise en évidence dans toutes les
mares en eau y compris la plupart des
puits traditionnels pendant la saison des
Vers 80ulsa
pluies. La densité et les taux d'infection
des cyclops n'ont pas été précisés.
.. •
: limite de quartier
1 Chef
1 concession du chef
~
: route vers Boulsa
Enquête sur le ver de Guinée
: chemin
1 0 1 concession de
Les données sur le ver de Guinée ont été
*F ou Pt : forage ou puits
Zabré Ousmane
recueillies selon la fiche d'enquête du
o Mare
NATENGA: nom de quartier
Centre
Muraz
de
Bobo-Dioulasso
(GUIGUEMDÉ et al., 1982). Les infor-
mations recueillies se rapportent à la
Figure 1. Carte schématique de Donsin (localisation approximative des différents points d'eau).
connaissance de la maladie, aux modes
d'approvisionnement en eau de boisson,
Le village est couvert par les activités de
dans toutes les classes de l'école de
aux antécédents de ver de Guinée, aux
l'Organisation
Non
Gouvernementale
Donsin sur le thème « eau-hygiène-santé
moyens de prophylaxie et aux recours aux
Plan International (ONG/PI), à ce titre les
», montrent que les élèves, très éveillés à
soins.
populations ont une organisation de base
l'hygiène du milieu,
perçoivent peu la
et ont bénéficié de divers équipements.
voie de contamination du ver de Guinée.
Un agent de santé communautaire et une
Résultats
accoucheuse villageoise ont été formés ;
Les données recueillies sur la dracunculo-
mais faute de suivi ils méconnaissent le
Protocole d'étude
se dans le village font ressortir une évolu-
mode de contamination du ver de Guinée
L'approche sur le site
tion en dents de scie avec une forte aug-
et sont enclins aux croyances mystiques
mentation au cours de l'année 1996.
Le programme «Sustainable agriculture
sur cette maladie. Les résultats d'un jeu
La situation se présente de la façon sui-
and
natural
resource
management/
concours que nous avons organisé en 1997
vante: 12 cas en 1990, Il cas en 1991,
Revue CAMES
Volume W 00 - 1998

12 cas en ]992,
10 cas en 1993, 15 cas
touche toutes les classes d'âge de 3 à
portance des changements de comporte-
en 1994, 13 cas en 1995 et 43 cas en
72 ans et particulièrement les femmes
ments ainsi qu'un contrat de partenariat
] 996. Au total de 1990 à 1996, 116 per-
(26 femmes contre 17 hommes). Cette
s'appuyant sur toutes les composantes de
sonnes ont été infectées par le ver de
situation pourrait être liée
à la mise en
la communauté de Donsin en tenant
Guinée dont 37 % pour la seule année
culture de nouveaux champs par plusieurs
compte de la stratification sociale et du
1996. Pendant la saison des pluies précé-
familles
des
quartiers
Moenbin
et
genre
(EMPEREUR-BISSONNET
et
dant l'apparition du ver de Guinée, 63 %
Souhghin. Ces nouveaux champs sont,
SALZMAN 1988 ; HUNTER et al., 1994).
des malades passaient leur journée dans
selon le responsable de l'eau du village de
Aussi, faut-il envisager une stratégie de
les champs de brousse loin des forages,
Donsin, situés très loin du village et
lutte spécifique qui sera fonction de la
30 % avaient leurs champs près des habi-
nécessite pour leur mise en culture le
structure du village: répartition spatiale
tations et 7 % ont séjourné dans d'autres
séjour des ménages dans les champs sur-
des habitations, des forages, des puits, des
régions.
tout dans la première moitié de la saison
mares et champs près des concessions et
des pluies (mai, juin, juillet). Cette hypo-
L'analyse des 43 malades recensés en
en brousse (GUIGUEMDÉ et al., 1989).
1996
fait
ressortir
une
majorité de
thèse suppose l'existence de nouvelles
Dans le cas de Donsin qui peut être assi-
sources de contamination dans cette zone
femmes (26 femmes contre 17 hommes).
milé
à
un
village
de
type
3,
de
culture.
Ainsi,
des
membres
de
Toutes les classes d'âges au dessus de
familles
(GUIGUEMDÉ et al., 1989), nous suggé-
entières, de tous les âges se
3 ans sont touchées par la maladie avec
ront l'approche suivante qui prend en
retrouveraient entre mai et juin, période
8 cas de 3 à 15 ans, 17 cas de ] 6 à 30 ans
de forte concentration des cyclops dans
compte les méthodes préconisées dans le
et 18 cas de 31 à 72 ans. Un seul malade
les mares, exposés à la consommation
cadre du programme de lutte en Afrique
a eu recours à l'agent de santé du village,
parfois exclusive d'une eau contaminée et
de l'Ouest:
le reste a recours aux soins traditionnels.
par conséquent à l'apparition du ver de
- relancer l'éducation pour la santé au
La répartition des malades selon les quar-
Guinée à la même période de l'année sui-
niveau de tout le village;
tiers est la suivante: 19 cas à Moenbin,
vante (le cycle de développement de
10 cas à Souhghin, 6 cas à Boundoula,
- organiser une intervention tendant à
Dracunculus medinensis dans l'organ is-
3 cas à Batenga, 1 cas à Ganlougdin et
résoudre les problèmes d' approvisionne-
me humain étant de 12 mois environ).
1 cas à Natenga. La période d'apparition
ment en eau potable au niveau des
du ver se situe en mai dans 25 cas, en
Aucune explication ne permet de justifier
ménages dans lesquels il y a eu un porteur
juin dans 10 cas, le reste étant étalé de
la forte prévalence chez les femmes sinon
de ver de Gui née les trois dernières
juillet à novembre. Aucune apparition de
qu'elles sont plus nombreuses (53,2 % de
années;
ver n'a été constaté entre décembre et
femmes dans le département en 1996),
- assurer la présence et de l'utilisation
avril, période où la plupart des mares sont
plus actives dans les champs et sont
effective des tamis filtre type Centre
asséchées.
numériquement
plus
exposées
à
la
Muraz surtout dans les champs éloignés;
consommation de l'eau contaminée.
- suivre la manifestation des premiers
L'inventaire
national
des
ouvrages
Discussion et conclusion
symptômes et éviter tout contact des per-
hydrauliques en 1993 au Burkina a révélé
sonnes porteuses de la maladie avec les
De ] 990 à 1995, le nombre de cas de ver
que plus de 18 500 points d'eau modernes
points de collecte de l'eau (mare, puits),
ont été réalisés dont 14 ] 24 forages. Le
de Guinée est quasi stable et tourne
pour cela une assistance aux ménages des
r